Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La Chine, colosse aux pieds d’argile ?

La Chine, colosse aux pieds d’argile ?

Devenue cette année deuxième puissance économique au monde en dépassant le Japon, la Chine, qui bénéficie d’attributs incontournables, est de plus en plus considérée comme le concurrent de choix des Etats-Unis au rang de superpuissance. Du reste, la dénomination lapidaire de « G-2 » décrivant la relation bilatérale Etats-Unis / Chine ne fait que confirmer en creux l’absence d’autre concurrent à ce rôle de superpuissance.

Bénéficiant d’une croissance à deux chiffres et ce quasiment depuis 1979, affichant un P.I.B. de 4’400 milliards de dollars en 2008 et un commerce international riche de 2’600 milliards de dollars cette même année, la Chine dispose d’une formidable base industrielle établie sur un territoire peuplé de près d’un milliard quatre cent millions d’individus et vaste comme un continent dirigé par un Etat centralisé fort disposant tout à la fois d’un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU et de l’arme nucléaire... 

Pourtant, et en dépit de transformations et d’avancées remarquables en trente ans la consacrant dans notre conjoncture de crise actuelle comme locomotive économique du monde, la Chine n’est toujours pas une superpuissance ! Les signes distinctifs d’une superpuissance étant la combinaison d’acquis technologiques majeurs au service d’une économie hyper concurrentielle dans un environnement démographique harmonieux dotée d’une force militaire omnipotente, seuls les Etats-Unis peuvent encore de nos jours se targuer de cette dénomination. Au faîte de sa gloire, l’URSS elle-même n’était pas, selon ces standards, une superpuissance car, ne bénéficiant pas de cohésion nationale ni d’aucun de ces attributs majeurs, elle ne se distinguait que sous le prisme unidimensionnel de la compétition militaire avec les Etats-Unis.

Puissance incontestable en cela qu’elle est à même de défendre sa souveraineté tout en exerçant une influence prédominante sur les donnes économique et géopolitique mondiale, la Chine devra encore surmonter bien des obstacles si son ambition est bien de devenir une superpuissance. 

Elle devra tout d’abord assurer le bien-être de sa population dont le revenu moyen annuel est, avec 4’000 dollars, le dixième du revenu annuel moyen d’un japonais ou d’un américain et ce en dépit d’une production industrielle annuelle qui crèvera le seuil des 5’000 milliards de dollars cette année ! De plus, eu égard à son faible taux d’urbanisation (1% par an), la Chine, - dont la moitié de la population peu ou pas lettrée et ne bénéficiant que d’une médecine élémentaire vit encore dans des villages difficiles d’accès et sans eau courante - ne réduira sa population agricole de manière significative que sur un horizon relativement éloigné de trente ans. Comment prétendre en effet au rang prestigieux de superpuissance avec une population comprenant des centaines de millions d’individus disposant de revenus insignifiants et en marges du progrès ?

L’accession de la Chine au premier rang des nations sera donc étroitement conditionnée à la croissance de son économie condamnée à se dépasser année après année. Pour autant, cette perspective de croissance au-dessus de la moyenne semble hypothéquée par un certain nombre de facteurs qui, additionnés aux conséquences à moyen terme de la crise actuelle, se traduiront par un ralentissement progressif de son activité économique.

En effet, la Chine est - comme avant elle le Japon - un pays qui vieillit car 17% de sa population aura plus de 60 ans en 2020. Les conséquences de ce phénomène sur l’augmentation des frais de santé et sur la réduction de l’épargne et de l’investissement sont encore difficiles à évaluer mais il est certain que la croissance en sera durablement affectée. Par ailleurs, c’est l’ensemble du modèle chinois de croissance quasi entièrement redevable aux exportations qui devra être adapté au goût du jour car, s’il est incontestable que le pays - et tout le Sud-Est Asiatique - lui doit essor et prospérité, il sera dans un (très) proche avenir de plus en plus remis en question par des partenaires commerciaux majeurs cédant au protectionnisme. Très proches du point de rupture, les Etats-Unis et l’Europe ne tolèreront plus longtemps cette politique d’un Yuan faible dopant les exportations d’un pays devenu en 2010 premier exportateur mondial (devant l’Allemagne), politique elle-même responsable (selon ces pays) des immenses déséquilibres globaux ayant abouti à la crise...

Quel que soit le scénario, affrontement commercial ou assouplissement chinois vis-à-vis du cours de sa devise, une réduction des exportations chinoises - inéluctable ces dix prochaines années - aura un impact négatif sur la croissance du pays sachant que ce secteur enrichit annuellement cette croissance d’un minimum de 2 points. Cet apport ne saurait être compensé qu’en stimulant la consommation intérieure par l’entremise de réformes structurelles fondamentales - mais pas toujours populaires - et donc politiquement bien délicates à mettre en place par le régime actuel.

En fait, c’est surtout les vision et projection politiques - ingrédients majeurs qui caractérisent une superpuissance - qui font cruellement défaut à la Chine car, s’il est vrai qu’elle bénéficie d’atouts économiques et financiers considérables, elle est également en pleine faillite idéologique. Un pays n’étant en effet pas intronisé superpuissance du seul fait de sa puissance économique - sinon l’Allemagne et le Japon accèderaient également à ce statut -, le projet de société qu’il doit proposer à ses citoyens et au monde doit de surcroît exercer un fort pouvoir de séduction et de mimétisme...

En fait, le parti qui règne actuellement sans partage sur ce pays - et qui souhaite à l’évidence que son règne soit éternel - est condamné à une fuite en avant de croissance économique ininterrompue afin de satisfaire une classe moyenne de plus en plus importante et désormais consciente qu’elle sacrifie sa liberté sur l’autel de son confort matériel !

De plus, ce contexte intérieur est fragilisé par la présence sur le territoire chinois d’une multitude de nationalités et d’ethnies qui ne manqueront pas de revendiquer autonomie ou indépendance à l’occasion de la moindre marque de faiblesse de Pékin ! Cet aspect géopolitique étant du reste décisif car, contrairement aux Etats-Unis qui ont des voisins faibles, la Chine voit sa tâche fort compliquée du fait de l’existence à sa proximité immédiate de puissances, voire de superpuissances en gestation, comme l’Inde, la Russie et le Japon quand ce n’est pas de nations influentes comme la Corée du Sud... 

On le voit, la superpuissance à l’Américaine, probablement due à une conjonction astrale favorable mais exceptionnelle, ne sera pas concurrencée de sitôt.


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 19 janvier 2010 14:40

    Hengxi.
    J’ai besoin de vous expliquer quelque chose. Qui peut dépasser vos concepts, mais je vais le faire quand-même.

    http://www.marianne2.fr/La-Chine,-pire-ennemi-de-la-Chine_a183357.html

    Je ne vais pas vous demander ce que vous en pensez... smiley
    Mais vous avez le droit de m’injuriez : vous l’avez déjà fait. Ce qui, venant de vous...


  • Pyo123 19 janvier 2010 10:35

    Coucou,
    ethnocentrisme quand tu nous tiens…
    Selon l’auteur, le seul pays qui ait jamais eu droit à ce titre sont les USA…
    Les éléments donnés sont déjà très très drôle :
    "Les signes distinctifs d’une superpuissance étant la combinaison d’acquis technologiques majeurs au service d’une économie hyper concurrentielle dans un environnement démographique harmonieux dotée d’une force militaire omnipotente« 
    Heu…

     »Elle devra tout d’abord assurer le bien-être de sa population« 
    Waooo… Dieu nous parle en direct…

     »Comment prétendre en effet au rang prestigieux de superpuissance…« 
    Ça c’est du journalisme digne de libé…

     »Très proches du point de rupture, les Etats-Unis et l’Europe ne tolèreront plus longtemps cette politique d’un Yuan faible dopant les exportations […], politique elle-même responsable (selon ces pays) des immenses déséquilibres globaux ayant abouti à la crise..."
    Ha bah voilà… Une nouvelle théorie économique…

    Pfiou… Tant de vacuité…
    Pyo


    • chapichapo 20 janvier 2010 01:15

      les salaires varient d’une région à l’autre, mais 55 euros est un chiffre qui sort de nulle part.
      Convertir des salaires chinois en euros n’a pas grand sens. Les chinois, achètent et sont rémunérés en RMB.
      Les salaires d’un employé dans la restauration a canton ou je vis sont de l’ordre de 1800 RMB sois environ 180 euros de salaire nominal.
      Les prix sont environ entre 3 et 6 fois inferieurs au prix francais plus souvent 6.
      On trouve des restaurant populaire a 10 RMB (1 euro) pour un repas complet. les menu mac do sont a 22RMB soit 2 euro.

      On trouve des contrefacon tres peu cher d’a peu pres tout ( faux iphone, fausse playstation, fausse nike etc etc etc etc) ce qui modifie encore le differentiel de prix.

      un trajet shenzen canton 2h dans un train impecable et moderne coute 75 RMB pour l’équivalent d’un paris caen a peu pres en terme de distance.

      En terme de pouvoir d’achat les ouvriers du guangdong doivent avoir l’équivalent de 600 euros en europe.
      Les salaire progressent a canton d’environ 20%-25% par an ces dernieres années.

      Les campagnes sont miserable en chine, les ville le sont beaucoup moins. Il y a a canton moins de SDF qu’a paris.

      Si vous voulez vous installez en chine, Kunming est la ville idéale pour son climat et sa communauté européenne assez importantes ( beaucoup d’allemand retraités) et sa vie tranquille et assez provinciale.

      A canton, ou kunming on peut vivre confortablement avec 600 euros par mois.

      Cela dit la thailande ou bali sont quand meme plus sympa que la chine pour y passer sa retraite ou ses vacances...


    • manusan 19 janvier 2010 10:46

      2010, la reprise .... de la crise

      La Chine achète du dollars pour ne faire monter le cours du Yuan, tout en sachant qu’il ne vaudra plus rien demain.
      Les US commenceront à faire tourner la planche pour ne pas payer ses dettes, les réserves de $ de vaudront plus rien (réserve en or de la Chine : 1%). Inflation généralisé façon Zimbabwe. Personne ne sera épargné. Mesure de protectionnisme au programme à partir de 2010 (quotas ecolo ?).

      Lesquels se relèveront les premiers ? ceux qui seront capables de réelles innovations, en particulier en terme de consommation énergétique la base même d’une économie saine, surement pas les copieurs.


      • manusan 19 janvier 2010 11:15

        Hengxi,

        Vos commentaires sont remplis de haine, d’arrogance et d’insultes.

        Si les gens qui ne pensent pas comme vous ne méritent que dédain de votre part, alors continuez de les traiter de facho, c’est tout à votre honneur.


      • yoananda 19 janvier 2010 10:48

        " Les signes distinctifs d’une superpuissance étant la combinaison d’acquis technologiques majeurs au service d’une économie hyper concurrentielle dans un environnement démographique harmonieux dotée d’une force militaire omnipotente, seuls les Etats-Unis peuvent encore de nos jours se targuer de cette dénomination."

        Lol, je me gausse !
        Je n’ai pas lu la suite de l’article après une ânerie pareille. Il ne faut pas confondre la propagande avec la réalité Mr Santi.

        Tea Party. 35 millions recourant aux bons alimentaires. 2 guerres ruineuses en train d’être perdues, face à des moyens dérisoires. Désindustrialisation massive, GM la plus grosse faillite de l’histoire. Perte de crédit et de confiance planétaire suite à la crise qui révèle les dessous de table. Contradictions internes (les diverses crises du Pentagone) qui n’en finissent pas de ne pas faire la une. Chômage réel proche de 20%, manipulations et montages statistiques, tenue en laisse des médias, fondamentaux économiques en déperdition, fuite des cerveaux, risques sécessionnistes, régime de plus en plus autoritaire, consumérisme, cancer et obésité et maladies endémiques, exportation de gadgets autant fragiles inutiles, industrie du loisir, économie tenue a bouts de bras par la planche a billet (rachat des bons au trésor par la FED depuis le 18 mars 2009 au cas ou vous auriez raté l’info) ...

        la liste est tellement longue que je me demande sur quelle planète vous vivez !!!
        Rapellez moi, quel sitcom est votre source d’information ?


        • Iren-Nao 20 janvier 2010 08:12

          @ Yoananda

          Je crois voir que vous seriez abonne a dedefensa.org

          Si non je vous le recommande vivement, aux autres aussi, meme a Santi qui en est encore a rever de croissance, le fou.

          Cordialement

          Iren-Nao


        • citoyen 19 janvier 2010 11:40

          La Chine , devant le Japon ? sur quelles bases, ? sur quels chiffres ?


          • Terran 19 janvier 2010 21:34

            La Chine est devant tout le monde avec un truc simple, ils vont exploiter l’hélium3 de la Lune.

            8 Tonnes de H3, c’est 1 an d’énergie pour la Chine, il y a environ, 1 millions de tonnes de H3 sur la Lune. C’est une ressource très dense. Technologiquement, nous avons les moyens de le faire. Et ils vont le faire.
            e-Change1 en repérage, puis e-Change 2.

            J’aime bien le nom.
            e-Change.


          • Terran 19 janvier 2010 22:51

            Petite rectif c’est Chang’e.

            Chang’e 1, 2 et 3 qui Alunira.


          • citoyen 19 janvier 2010 11:53

            l’article ne contient rien , rien de rien .... affirmations directes , spéculations , pas de chiffres ou presque , pétitons de principes.... Sincérement.......


            • plancherDesVaches 19 janvier 2010 12:00

              Trés bon article, Monsieur Santi.
              D’ailleurs, je me demande ce que les Chinois vont faire avec autant d’acier, de ciment, d’alumium,..
              Je serais d’eux, je recyclerais tout ça en bases militaires et armes. Passons.

              Une chose néanmoins en complément : un sondage à priori fiable indiquait il y a peu que 60% des Américains était maintenant convaincus que la Chine était devenue la première puissance économique mondiale...
              Mais, comme vous dites, pas la première puissance politique ou militaire.

              Que va-t’il se passer tant d’un coté que de l’autre... ???
              Voyons ce que va donner la prochaine élection où Sharzen et guerre (d’opérette) remet son poste en jeu.
              Coté Chine, voyons si les dirigeants arrivent à calmer leur désir de « croissance » (où là, pour une fois, ils auraient mieux fait de ne pas nous copier smiley )

              Il est tout de même amusant de constater qu’en Europe et aux US, la politique est au service de la finance, alors qu’en Chine, c’est le contraire...


              • Terran 19 janvier 2010 21:36

                Ils vont exploiter l’hélium 3 de la Lune.


              • L'enfoiré L’enfoiré 19 janvier 2010 12:04

                @L’auteur,
                 Votre article, c’est ce que j’ai dit dans le passé.
                 Depuis, de nouveaux événements ont changé la donne.
                 Car il y a toujours un avant d’après. 


                • Traroth Traroth 19 janvier 2010 12:23

                  « Elle devra tout d’abord assurer le bien-être de sa population » : si vous considérez cela comme un critère, les Etats-Unis ne sont pas non plus une super-puissance ! Le bien-être généralisé n’est clairement pas une priorité dans une économie libérale !


                  • alberto alberto 19 janvier 2010 14:00

                    Bon article, de mon point de vue, M. Santi...même si je suis loin de partager toutes vos opinions sur le devenir de la Chine.

                    Pour moi, la question principale concernant ce pays est : comment ses dirigeants vont-ils pouvoir continuer à maintenir une main de fer sur la gestion de la politique et une chape de plomb sur les divers revendications sociales et régionales ?

                    De plus de plus de gens instruits, une classe moyenne en expansion, ces populations ne pourront pas supporter indéfiniment d’être menés à la baguette.

                    Si ça tient : alors oui c’est une quasi super puissance, sinon personne ne peut prévoir la suite...Et plutôt que colosse aux pieds d’argile, je qualifierais plutôt ce pays comme étant une cocotte minute dont la pression interne des aspirations de ses citoyens ne cesse d’augmenter. Jusqu’à quand ?

                    Bien à vous.


                    • bo bo 19 janvier 2010 14:26

                      Très rigolo votre article : tout ce que vous dites est vrai sur l’analyse de la chine...mais vous avez tout FAUX, car il faut comparer avec les autres pays en l’occurrence les US quand vous parlez du G2 en mettant d’un coté atout/faiblesse sur chaque point. Mais le G2 est aussi purement intellectuel car il ignore les autres parties du monde et surtout les CHANGEMENTS dans les grands flux économiques (qui ont beaucoup bougés dans les 10 dernières années !!)
                      Par cette méthode, il résulte que tous les « ensembles de pays ont leur faiblesses » mais que certains n’ont plus de grandes marges manœuvres.... ce qui n’est pas le cas de la Chine !!!!
                       smiley


                      • plancherDesVaches 19 janvier 2010 15:46

                        Pour une fois qu’il y a quelque chose d’intéressant sur la chaine vidéo-pipole du site.. :

                        http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/pierre-hillard-nous-explique-le-24900


                        • Le chien qui danse 19 janvier 2010 16:10

                          Bon article qui peut aider à comprendre que l’élan du nouveau monde représenté par la culture américaine commence à prendre l’eau sérieusement. La chine s’est laissée prendre au piège car elle avait le nombre d’humain exploitable pour tenter de rivaliser avec le EU sur le plan économique, mais comme vous dites elle le paiera certainement très cher. En sacrifiant, pour la compétitivité, plusieurs générations de potentiel humain mais bon elle n’est pas la seule, à vouloir rattraper le EU dans la tombe les russes ont fini par le payer, normal, l’europe n’en fini pas de pécloter et de perdre son temps et les chinois, ben on verra mais m’étonnerais qu’ils arrivent un jour à surpasser les EU et detenir le « leadership » mondial.
                          Reste à faire que les EU tombe de leur piedestal et on pourra discuter à nouveau. Cela sera certainement beaucoup plus probable que toute autres démonstration de puissance nouvelle et pourquoi faire d’ailleurs ?


                          • Terran 19 janvier 2010 21:15

                            Les Chinois sont probablement la première puissance mondiale.
                            Ils ont un projet commun.
                            Exploiter l’hélium3 de la Lune.

                            Le mental est devant, le reste suivra.


                            • Jean Lasson 19 janvier 2010 21:54

                              @ Terran,

                              Un petit article sur l’Hélium 3 m’intéresserait. Un autre sur les projets chinois dans ce domaine aussi. A défaut, auriez-vous des liens pertinents à donner ?

                              Merci smiley


                            • Jean Lasson 19 janvier 2010 22:17

                              L’hélium 3 serait exploitable par des réactions de fusion nucléaire. Or, les nucléaristes interrogés disent tous la même chose : la fusion est une énergie d’avenir... et qui le restera encore très longtemps smiley


                            • Terran 19 janvier 2010 22:26

                              Je savais bien que mes propos auraient heurtés quelques oreilles attentives.

                               smiley

                              http://english.people.com.cn/90001/90776/90881/6866732.html#

                              The « Lunar Probe Project »

                              Si je m’en tiens a mon instinct, je dirais que la Chine compte utiliser des drones. Pour ramasser la régolite, c’est dans celle-ci qu’il y a beaucoup d’hélium3.


                            • Jean Lasson 20 janvier 2010 01:30

                              @ Terran,

                              Merci pour le lien. Ils voient loin, ces chinois. Un peu trop loin, peut-être : l’hélium-3 ne résoudra pas l’équation énergétique avant 50 ans. Or, les problèmes vont (ont déjà ?) commencer pas plus tard que tout de suite...

                              Mais ils savent aussi être réalistes : ils achètent, aux Russes, des réacteurs à neutrons rapides pour faire de la surgénération. Et, en attendant, ils utilisent leur charbon en disant m... aux réchauffistes.

                              Ils ont clairement une vision de développement à long terme, eux...


                            • Terran 20 janvier 2010 12:12

                              Si en fait, l’hélium3 permet de passer à la fusion plus facilement, et plus tôt, pour une fusion propre. Plus tard quand on maitrisera cette technologie, donc à 50 ans, on maitrisera la fusion sans l’hélium3 qui est « sale ».
                              C’est une découverte majeure, les Russes aussi envisagent d’exploiter la Lune.

                              Ce qui est sur, c’est que c’est pas avec des éoliennes et des panneaux solaires qu’on subsistera à nos besoins, on dois absolument sauter le pas et tout mettre dans la fusion sous H3.
                              Là est la priorité.


                            • Pierre93 19 janvier 2010 23:46

                              La vision Russe de la situation est intéressante. Pour simplifier, pour eux USA et Chine se sont partagés le monde ; sachant que toutes les analystes économiques modulent les deux facteurs de base que sont le Capital et le Travail, ils ont planifié un partage des rôles ou les USA se sont attribués le contrôle du Capital et les Chinois celui du Travail. Les autre nations étant vassales ou captives des deux dominants contractants. Très cohérent et très réaliste.

                              "Par Dmitri Kossyrev, RIA Novosti

                              La dernière étape, la plus importante, de la tournée asiatique de la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton - sa visite à Pékin - a confirmé toutes les prévisions : l’Amérique propose à la Chine un nouvel agenda, très fort.

                              Le voyage d’une semaine de Mme Clinton en Asie (Tokyo-Jakarta-Séoul-Pékin) s’est avéré étonnamment stérile, dans sa totalité, sur le plan de la signature de documents. La secrétaire d’Etat a effectué son premier voyage à l’étranger dans l’unique but d’esquisser un nouvel agenda des rapports avec chaque pays.

                              . "La Chine reconnaît notre interdépendance, a déclaré la secrétaire d’Etat. Clairement, nous allons nous en sortir ou tomber ensemble".

                              L’économie mondiale a été profondément marquée, ces dernières années, par ce « pacte sino-américain », aux termes duquel la Chine pouvait se permettre d’inonder les Etats-Unis (et le monde entier) de ses produits bon marché grâce aux investissements effectués par des compagnies américaines dans les entreprises chinoises. C’est pourquoi les Américains ont vécu au-dessus de leurs moyens en achetant des produits américano-chinois bon marché et de bonne qualité. Dans le même temps, Pékin achetait des bons du Trésor américains. C’est ce système qui s’est écroulé. A présent, les Etats-Unis et la Chine doivent élaborer en commun de nouvelles règles du jeu financier, que les autres seront contraints d’accepter. C’est ainsi qu’il faut interpréter l’idée de « direction américano-chinoise du monde » mise en avant actuellement aux Etats-Unis.

                              C’est, du reste, la raison pour laquelle les experts chinois ne sont guère enthousiasmés par les propos tenus par Mme Clinton, lorsqu’ils les commentent sobrement, à la lumière des dernières données du Fonds monétaire international. En 2003, le produit national brut des Etats-Unis représentait 32% du PNB mondial, alors que celui des « économies émergentes » - Chine, Inde, Russie, Brésil - et de deux ou trois autres pays n’en constituait que 25%. En 2008, les chiffres se sont inversés : 25% pour les Etats-Unis, 32% pour les Etats émergents. Le monde multipolaire est arrivé, mais la politique de George W. Bush n’a été qu’une tentative désespérée et effrénée de prévenir l’inévitable, souligne le journal chinois Jenmin Jibao.

                              Mais il est évident depuis longtemps que les tentatives des Etats-Unis et de leurs alliés européens de monopoliser le droit de dicter leurs critères de la démocratie ou des droits de l’homme ont eu, comme toute chose, un début et une fin. Sur le plan moral, cette idéologie ne diffère en rien des idées de propagation de la « civilisation » ou du christianisme, au nom desquelles l’Europe a exterminé de par le monde des milliers et des milliers de personnes (voire des civilisations entières). Cela ressemble aussi à l’idéologie des conquêtes de Gengis Khan qui envoya aussi ses armées à l’ouest pour y faire régner la justice et les lois célestes (!).

                              Outre cet aspect moral de la chose, il en est un autre. Une véritable industrie, qui coûte des milliards de dollars, lutte aux Etats-Unis pour les droits de l’homme à l’étranger, mêlant l’argent et l’enthousiasme, l’idéologie et le travail subversif ordinaire. Ses méthodes sont connues : miser sur l’opposition pro-américaine dans de nombreux pays, ou tout simplement la créer, la proclamer seule et unique combattante pour les droits et les libertés et l’aider ouvertement. Autrement dit, il s’agit d’entretenir le mécanisme de sape le plus puissant au monde, à l’instar du Komintern (l’Internationale communiste, ndlr.), qui créa des organisations communistes dans le monde entier entre les deux guerres mondiales. Mais en plus de l’hostilité générale envers les Etats-Unis que suscite cette machine, elle s’avère trop onéreuse et, bien entendu, inefficace, dans les conditions présentes. Si les Etats-Unis veulent rester assez forts pour « gouverner le monde en commun avec la Chine » ou, tout bonnement, survivre dans ce monde, quelqu’un devait dire tôt ou tard ce que dit aujourd’hui Hillary Clinton."


                              • frédéric lyon 20 janvier 2010 08:07

                                J’abonde dans le sens de Chapichapo : 


                                Kunming ( Province du Yunnan) est une ville très agréable, en développement rapide. Bon climat, bonne bouffe, belles filles, des gens sympas et accueillants, une petite colonie européenne qui se reconstitue.

                                Le vol des mouettes de Sibérie au dessus du Lac Vert, le Lac Dian, le temple de Sanqing et la Porte du Dragon !

                                La Chine un colosse au pied d’argile ?

                                Sans blague ?

                                Allez visiter la Chine si vous avez l’occasion, mais pour moi qui ait connu la Chine dans les années 80, le développement fabuleux de ce pays au cours des vingt cinq dernières années, après l’abandon du Communisme et de l’Economie dirigée, est un hymne à la gloire du libéralisme.

                                C’est sans doute pourquoi cet essor dérange Michel Santi, notre « économiste » amateur au CV si ronflant qu’on a envie de rire rien qu’en le lisant !

                                La Chine est notre allié stratégique, elle nous aidera à stabiliser le monde et à mater l’islamisme. Les Chinois sont en train de faire le ménage chez eux au Xinjiang, à grands coups de trique, elle nous aidera ensuite à faire le ménage partout dans le monde.




                                • COLONEL KURTZ 20 janvier 2010 09:13

                                  Si la chine pouvait s’éveiller concernant l’iran des mollahs...parce qu’ils ne se géneront pas pour propager leur idéologie y compris en chine, eux !


                                  • BA 24 janvier 2010 00:10

                                    Le budget de la Défense.

                                    «  Voici deux extraits de deux chroniques très récentes de Loren B. Thompson et de Winslow Wheeler, deux experts du Pentagone rarement d’accord. Ils commentent les dernières nouvelles concernant le sort du budget du Pentagone : $ 33 milliards de plus pour le budget FY2011, pour le renforcement en Afghanistan (en attendant d’autres factures supplémentaires), pour atteindre un budget nominal de $ 708 milliards ; »

                                    http://www.dedefensa.org/article-dans_la_gueule_de_moby_dick__18_01_2010.html

                                    Vous avez bien lu : aux Etats-Unis, le budget de la Défense est de 708 milliards de dollars.

                                     

                                    En 2008, aux Etats-Unis, le budget de la Défense était de 607 milliards de dollars.

                                    Les Etats-Unis dépensent 7 fois plus que la Chine.

                                    Les Etats-Unis dépensent 10 fois plus que la Russie.

                                     

                                    En 2008, en Chine, le budget de la Défense était de 84,9 milliards de dollars.

                                    En France, le budget de la Défense était de 65,7 milliards de dollars.

                                    Au Royaume-Uni, le budget de la Défense était de 65,3 milliards de dollars.

                                    En Russie, le budget de la Défense était de 58,6 milliards de dollars.

                                    En Allemagne, le budget de la Défense était de 46,8 milliards de dollars.

                                    Au Japon, le budget de la Défense était de 46,3 milliards de dollars.

                                    En Italie, le budget de la Défense était de 40,6 milliards de dollars.

                                    En Arabie Saoudite, le budget de la Défense était de 38,2 milliards de dollars.

                                    En Inde, le budget de la Défense était de 30 milliards de dollars.

                                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Budget_de_la_D%C3%A9fense


                                    • Paul Soldermann 10 février 2010 12:39
                                      Bonjour,
                                      je n’ai pas votre talent pour l’analyse économique, c’est clair, cependant, et je relève cette lacune dans les commentaires suivants également, vous semblez occulter la dimension écologique de vos analyses.
                                       Ce qui est fâcheux, de mon point de vue, car c’est cela en premier lieu qui mettra à mal l’économie de la Chine. Trop de population finira inévitablement par causer d’insolubles problêmes.
                                       L’eau sera le principal vecteur de déséquilibre écologique au 21° siècle, comme partout d’ailleurs, les chinois pollue allègrement leurs sols et leurs nappes phréatiques à un point tel que l’eau est devenu un poison.
                                       Je ne parles même pas du problême de l’énergie, et des mines de charbon où les mineurs meurent par dizaines chaque année, victimes d’un systême inique.
                                       Les chinois qui dénonçaient les humiliations infligées à leurs compatriotes travaillant sur le rail au 19° siècle dans l’ouest américain, ne font guère mieux dans leurs mines aujourd’hui, sur leur propre sol.
                                      La chine c’est le Buffo-buffo qui veut devenir un nouveau boeuf géant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès