Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La Chine : Une puissance vulnérable

La Chine : Une puissance vulnérable

Depuis quelques années, la Chine détrône une après une les puissances économiques traditionnelles, se dirigeant vertigineux vers la première place du podium en matière de PIB nominal. Avènement qui ne déplaît pas à certaines populations, qui voient en Chine une revanche historique face à l’Occident. Néanmoins, avant d’en devenir une véritable puissance, la Chine doit remonter quelques défis majeurs.

Un défi socio-historique

Notons tout d’abord, que la tendance quasi-générale des commentateurs est d’associer l’avènement économique chinois actuel, avec le passé, dit-on glorieux, de la civilisation chinoise. Or, cette perspective est manifestement trompeuse, car de par leur substance et leur contexte, les deux processus sont radicalement différents.

D’une part, à l’époque de gloire chinoise, la civilisation occidentale n’existait pas en tant que telle, et en tant que référence, pour imposer sa conception économique à l’échelle planétaire, comme c’est le cas actuellement. Donc, il y a une différence fondamentale lié au contexte historique, car l’évolution économique chinoise actuelle est strictement encadrée par le système des normes et des valeurs imposé par les occidentaux.

Ensuite, la substance à l’origine de la puissance chinoise antique avait un caractère purement politique, tandis que la substance de l’avènement actuel à une substance purement économique, étant donné que ce ne fut pas l’appareil politique qui a sorti la Chine de la pauvreté, mais les investissements et la délocalisation occidentale.

Rappelons à ce titre, que depuis l’avènement Occidental, la Chine n’a jamais réussi se développer économiquement par elle-même. Malgré son potentiel démographique, malgré son immense territoire, malgré sa position géographique stratégiquement placée, malgré son statut de membre permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies, la Chine a peigné, tant économiquement et technologiquement, jusqu’à l’arrivée des occidentaux en 2000.

Initiée à l'industrialisation à la fin du 19ème siècle par les Britanniques, la Chine n'a jamais su devenir une puissance industrielle, contrairement au Japon, qui initié par les Américains dès 1853, est devenu dès la fin du 19ème siècle, une grande puissance économique.

Après la Seconde Guerre mondiale, même si elle a reçu de l'Union Soviétique des technologies modernes, la Chine n'a pas avancé industriellement, restant toujours un pays essentiellement agraire. Elle est d’ailleurs, un des rares pays qui n'a pas connu la prospérité spécifique aux Trente Glorieuses. Au contraire, elle est entrée dans une longue période de récession économique, rendant une grande partie de la population dans la pauvreté. Ce qui explique qu’à la fin des années ’80, il y avait un écrasant écart économique entre Hong Kong prospère, car administré par les Britanniques, et la Chine sous-développée.

Le manque d’efficacité et de détermination typique chinois, en matière économique et technologique, se confirme après les années 1990, lorsque l’introduction des capitaux et des technologies occidentaux s’est traduite par une massive pratique de copiage et des produits « contrefaits », sans qualité et sans fiabilité.

Du fait, ce n’est qu’au moment où les spécialistes occidentaux ont intégré l’économie chinoise, apportant leurs savoir-faire en matière de management, d’organisation, d’optimisation des moyens et des ressources, que la Chine a entamé sa route vers le podium de puissances économiques. Il revient à dire, qu’en réalité se sont les Occidentaux qui ont fait de la Chine, la puissance économique actuelle.

Dès lors, vu qu’à travers une perspective socio-historique, la société chinoise n’a jamais su trouver par elle-même la prospérité économique, la question quant à sa capacité de préserver en toute autonomie une croissance économique durable se pose en toute légitimité.

 

Des défaillances socio-culturelles de fond

Une disposition sociale typique occidentale

Notons ensuite, qu’il y a eu lieu pendant l’Epoque des Lumières une mutation majeure en matière économique, par laquelle les occidentaux ont substitué à l’économie traditionnelle (fondée sur une production directement proportionnelle à la demande) une économie moderne, libérale, où la production est en amont, stimulant la demande. Suite à cette mutation, et à travers plusieurs siècles d’industrialisation et économie libérale, l’activité économique est devenue pour les occidentaux une disposition sociale, étant psychologiquement intériorisée comme une finalité en soi, une finalité ultime, voire un devoir absolu.

Par conséquent, dans leur écrasante majorité, les occidentaux sont actuellement régis par une mentalité purement économique. On parle en termes de logique économique, ou logique de production, car la production économique est devenue la préoccupation principale. Or, cette mentalité n’est pas spécifique à la société chinoise, ou du moins n’a pas été prouvée jusqu’à présent, ce qui constitue une différence, et donc une défaillance, socio-culturelle de fond (ne pas confondre mentalité de production avec esprit commercial).

La rigueur : un atout à l’Ouest et une faille à l’Est

Rappelons entre autres, que la qualité par excellence dont requiert une Economie compétitive, c’est la rigueur, à savoir, une attitude comportementale stricte concernant la rationalisation et l’optimisation des ressources (naturelles, humaines, matérielles, financières, immatérielles). Evidemment, la rigueur doit être abordée tout à la fois dans sa dimension intensive, car chaque individu doit la manifester tant dans la production que dans la consommation, ainsi que dans une dimension extensive, car au niveau macrosocial, tous les acteurs sociaux, absolument tous, doivent avoir un comportement rigoureux quant à l’utilisation des ressources.

Or, en Chine, la rigueur est loin d’être une qualité dominante. Cela se cristallise d’abord au niveau individuel, étant donné que jusqu’à présent les travailleurs chinois n’ont jamais réussi à réaliser par eux-mêmes des produits technologiques fiables et durables. Puis, cela se cristallise également à l’échelle étatique, car jusqu’à présent le gouvernement chinois, n’a jamais su optimiser l’immense quantité de ressources humaines disponibles. Enfin, et surtout, cela se cristallise à travers le système de production, car les infrastructures industrielles sont gourmandes en énergie, très polluantes, avec peu d'efficacité.

Rappelons que la fin du 19ème siècle, la France et les États-Unis, qui avaient amélioré leurs technologies (utilisant le pétrole et l'électricité) ont dépassé économiquement la Grande Bretagne, qui utilisait encore les vieilles machines à charbon. De même, après la crise pétrolière de 1974, les Occidentaux, qui avaient développé la micro-technologie (plus efficace énergétiquement), ont largement dépassé le Bloc de l'Est, qui pareillement, utilisait toujours les vieilles machines gourmandes en énergie.

Dès lors, si les Chinois ne changent pas leur comportement, pour devenir plus rigoureux, afin d'optimiser les ressources disponibles, et de développer des technologies fiables, leur économie risque à s’effondrer rapidement, car inefficace sur le marché international, face à une éventuelle production à base de nouvelles technologies, plus modernisées, plus rentables, et moins énergivores. Ce qui constitue également un défi majeur à remonter, étant donné que la Chine n'a pas réussi à développer des technologies fiables au cours des 50 dernières années, capables de rivaliser avec la technologie occidentale.

Soulignons d’ailleurs, que le manque de rigueur constitue d’ores et déjà un handicap majeur pour l'économie chinoise. D’abord, parce que dans le contexte actuel de compétition internationale et de raréfaction des ressources planétaires, la rentabilisation optimale des ressources disponibles est déjà une condition déterminante. Or, la Chine est loin d’être exemplaire dans ce domaine. Ensuite, parce que dans ce même contexte, l’utilisation optimale de la ressource « temps », c’est-à-dire, rapidité et efficacité, suffit pour faire la différence. Et là encore, la Chine n’est pas une référence.

En somme, si on analyse l’Economie à travers les dispositions sociales et mentales des acteurs humains (travailleurs, managers, technocrates) à travers leur détermination et engagement dans l’activité productive, ainsi qu’à travers la rigueur manifestée, il nous serait difficile d’envisager la Chine comme étant une véritable puissance économique autonome et durable.

 

Une croissance artificielle 

Des statistiques inadéquates

Rappelons tout d’abord, que selon le PIB nominal la Chine est la deuxième puissance économique mondiale (11 300 milliards dollars en 2015), et que selon le PIB à parité de pouvoir d’achat (environ 20 000 milliards dollars en 2015) elle serait désormais en tête de liste. Néanmoins, ces ingrédients doivent être analysés avec plus de précaution, car de par son modèle économique, ainsi que de par sa démographie, la Chine constitue un cas particulier.

Tout d’abord, parce que l’Economie chinoise n’est pas tout à fait libérale, ce qui a permis longtemps à l’Etat de concentrer, puis utiliser, de son plein gré le potentiel humain et matériel disponible, se traduisant au fil des années par une forte croissance économique, conduisant au PIB actuel. Cependant, si le régime politique change, la croissance s’arrêtera, parce qu’elle n’est pas naturelle, ni structurelle, mais simplement conjoncturelle, à savoir, soutenue artificiellement par le régime au pouvoir.

Ensuite, parce que le PIB nominal chinois reflète l’activité d’environ 1 milliards d’actifs. Or, sachant qu’en termes de force de travail c’est l’équivalant de tous les actifs de l’Amérique du nord, de l’Australie et de l’Europe entière (Russie comprise), il faudrait, afin d’estimer la capacité productive chinoise, comparer le PIB nominal chinois avec la somme des PIB nominaux de toutes ces entités, ce qui donnerait 11 300 milliards dollars rapportés à plus de 45 000 milliards.

Enfin, parce que le PIB à parité de pouvoir d'achat ne reflète aucunement le potentiel économique chinois, mais plutôt une faiblesse de la réalité socio-économique chinoise. En règle générale, plus la population d’un pays est pauvre, plus la tendance est de baisser les prix des biens et des services afin de favoriser la consommation intérieure (ce qu’est le cas en Chine). Evidemment, si on associe mathématiquement le bon pouvoir d’achat avec le PIB chinois actuel, certes, ça donne une situation très avantageuse. Sauf que dans la réalité, plus de 75% du PIB ne répercute pas sur la masse sociale (car il relève du secteur privé, majoritairement étranger), de sorte que le PIB PPA ne reflète aucunement le bien-être de la société chinoise.

Une rentabilité plutôt étrangère

Rappelons tout d’abord, qu’actuellement seulement 41 % des exportations chinoises relève des entreprises intégralement chinoises. Le reliquat relève, soit des entreprises exclusivement étrangères (environ 40%), soit d’un partenariat entre les sociétés étrangères et les sociétés chinoises (environ 20%). Ce qui fait qu’environ 50% du bénéfice des exportations chinoises appartient aux investisseurs étrangers.

Rappelons ensuite, que les entreprises intégralement chinoises enregistrent un endettement excessif (145% du PIB), et que cet endettement relève principalement des entreprises publiques (55 % de la dette totale des entreprises) alors que leur part dans la production totale du pays n'est que de 22 %. Ce qui suggère, que plus de la moitié du PIB chinois se doit au secteur privé, dont 60% relève des entreprises étrangères.

Rappelons enfin, que les exportations valorisées sur le marché, notamment dans le domaine TIC, relèvent aussi principalement des entreprises étrangères, donc du capital technologique et immatériel occidental, tandis que les exportations moins valorisées, surtout les textiles, relèvent des entreprises chinoises.

Ce qui prouve, que l’actif chinois n’est toujours pas un producteur efficace et opérationnel, étant donné que malgré les 25 ans de coopération, et de transfert des technologies et des savoir-faire, les branches et les entreprises véritablement rentables et porteuses sont celles gérées par les occidentaux.

 

Un défi de confiance

Il convient également d’invoquer, le manque de crédibilité et de confiance conférée à la production chinoise en général, et au secteur services en particulier, ce qui constitue un autre handicap majeur.

Certes, la Chine est actuellement l’usine du monde, elle est également le principal chantieriste du monde, elle est la première puissance commerciale du monde, ainsi que le principal constructeur et exportateur des matériaux informatiques. En outre, elle semble avoir mis sur le marché le plus performant ordinateur, et selon ses représentants politiques, elle semble avoir lancé le premier satellite à communication quantique.

Certes, mais quand on connait la Chine, quand on sait qu’elle n’a jamais parvenu à remonter par elle-même les problèmes de rentabilité économique et de fiabilité technologique, quand on connaît la ruse spécifique à ses dirigeants, alors on pourrait se demander en toute légitimité, si ces performances sont-elles fiables et viables.

Rappelons, que sur le marché international les produits chinois sont dans leur grande majorité toujours de faible et très faible qualité. A l’intérieur, et à l’image de la pollution actuelle, on présume que les technologies et les infrastructures sont toujours archaïques. Quant aux prestations fournies par les compagnies chinoises à l’étranger, il suffit de faire un petit tour d’horizon pour constater une triste réalité.

Il y a à ce titre de nombreux exemples, notamment dans la construction des autoroutes, où les compagnies chinoises ne respectent pas leurs responsabilités financières et techniques. Le problème le plus récurrent est le non-respect des normes techniques de base, à savoir, soit les matériaux utilisés sont de mauvaise qualité, soit ils sont insuffisants en quantité, soit les ouvriers sont non-qualifiés. Ce qui diminue la durabilité de l’infrastructure, affectant en passage la confiance accordée au savoir-faire chinois.

Puis, il y a eu des cas, où le constructeur asiatique ne respecte pas ses responsabilités financières. Phénomène rencontré récurent en Afrique, bien que les médias ne parlent pas, afin de ne pas vexer le puissant ami asiatique. Néanmoins, quand s’arrive en Europe (comme ce fut le cas en Pologne où le chinois COVEC n’a pas payé ses factures) la vérité surgit, ce qui met une ombre de plus sur le facteur confiance chinoise.

Il y a également des cas, où les constructeurs chinois ne respectent pas les normes internationales relatives à la prise en charge du projet, comme en Algérie, où la compagnie chinoise a taxé l’achat d’outillages aux algériens, bien que les normes internationales prévoient que ce soit le constructeur qui doit apporter les outillages.

Enfin, et le plus souvent, les compagnies chinoises surtaxent tout retard, quel que soit les facteurs, mêmes les facteurs objectifs, ce qui augmente de 20%, 30%, voire 50%, le prix du projet prévu initial. De quoi endetter davantage les pays pauvres qui ont contracté les Compagnies chinoises.

En somme, malgré tous les efforts faits par les leaders chinois pour sauver les apparences, le made en Chine souffre toujours d’une mauvaise image, une discréditation, sur le marché international. Cela d’autant plus, car les autoroutes construites par les entreprises chinoises présentent déjà des défaillances, requérant une intervention, 5 à 10 ans plutôt qu’aurait nécessité une autoroute construite par les Occidentaux.

 

Une démographie problématique

Un enjeu social à résoudre

Notons entre autres, que la Chine présente la grande particularité d’avoir autant des milliardaires que les Etats-Unis, et presque autant des pauvres que l’Afrique. Sachant à ce titre, que selon la Banque Mondiale il y a en Chine environ 350 millions d'individus vivant sous le seuil de pauvreté (moins de 1,5 dollars par jour) et encore 200 millions qui vivent aux limites de ce seuil.

Certes, dans tous les pays il y a des riches et des pauvres, et dans tous les pays l’écart entre les deux catégories est écrasant, ce qu’on voit aux Etats-Unis, en Inde et au Brésil. Cependant, cela ne doit pas exister en Chine, étant donné que le régime s’auto-intitule toujours socialiste, et donc, que selon la logique socialiste la richesse doit être redistribuée de manière plus équitable.

Certes, dans les sociétés dites libérales (Etats-Unis, Inde) les inégalités seraient justifiées par une logique dite méritocratique, typique capitaliste. Cependant, en Chine cette logique ne règne pas, ou elle est de très faible portée. D’une part, parce que la société dans sa grande majorité a été apprivoisée aux valeurs marxistes, égalitaristes. Ensuite, parce que la richesse actuelle chinoise se doit en fond à un travail collectif, ainsi qu’à un compromis national (garder la main d’ouvre bon marché comme facteur d’attractivité) une sorte d’acceptabilité sociale mutuelle, dans l’espoir d’une meilleure qualité de vie.

Or, vu que les efforts consentis collectivement et communément ne se traduisent pas par une meilleure redistribution des richesses, mais plutôt par un écrasant écart entre riches et pauvres, la majeure partie de la population se sent, hélas, trahie et humilié. Sachant en passage que les quelques 600 milliardaires chinois et les autres millionnaires représentent seulement 8,6 % de la population totale, mais détiennent 60 % du capital financier.

Le pire, dans le cas de la Chine, est que les presque 500 millions des pauvres ne sont pas séparés entre eux par des barrières géographiques, linguistiques ou socio-culturelles (comme c’est le cas en Afrique ou en Amérique Latine) ce qui rend leur mobilisation faisable, et particulièrement rapide. De même, contrairement à l’Inde, où les inégalités sociales sont plus facilement acceptées de par le système des castes, en Chine la population a été majoritairement éduquée aux valeurs marxistes, donc égalitaristes, ce qui rend les pauvres chinois davantage frustrés.

Dès lors, soit le gouvernement socialiste de Pékin engage une politique de redistribution des richesses (mais cela affaiblirait sa puissance sur la scène internationale, ainsi que la puissance économique du pays) soit il prend le risque d’être confronté à la mobilisation d’un demi-milliard des pauvres, affamés, et surtout, frustrés.

Une démographie contreproductive

En règle générale, on considère que la croissance démographique est directement proportionnelle à la croissance économique, bien que cette hypothèse défendue par les économistes marxistes implique que la production soit supérieure à la consommation afin que la balance des biens et services soit positive, sinon on est dans la récession.

Pareillement, si on aborde les choses par l’optique keynésienne, la croissance démographique serait également proportionnelle à la croissance économique, car plus la population est conséquente en nombre, plus la demande augmenterait lors de la politique de relance, et donc, plus la production augmenterait.

Sauf que dans le cas de la Chine, les choses sont plus complexes, car elle a intégré l’économie libérale avec une population impressionnante en nombre. Or, cela a eu des conséquences majeures dans l’équation production/consommation, parce que la capacité de production mondiale est devenue soudainement nettement supérieure à la demande, conduisant à ce que Marx avait appelé une armée de réserve de travailleurs. Rappelons que lors de l’entrée de la Chine dans l’économie libérale, la production mondiale (qui était majoritairement occidentale et mécanisée) était déjà suffisante pour répondre à la demande mondiale, de sorte qu’elle n’a pas pu intégrer toute la main d’œuvre chinoise.

Dès lors, la démographie chinoise est devenue contreproductive, voire encombrante. D’une part, parce que l’Etat doit prendre en charge toute la population en tant que consommateur (nourriture, logement, chauffage, transport, éducation, santé) tandis qu’il ne peut fructifier qu’une partie de cette population dans la production économique, en raison des quotas d’exportation. Ensuite, parce que dans le cas où les travailleurs songent à exiger une augmentation des revenus, ou une amélioration des conditions de travail, ils seront remplacés par les sous-employés et les chômeurs (l’armée de réserve). Enfin, car de par cette population pauvre (environ 500 millions) la Chine ne peut pas être respectée en tant que pays développé, ce qui constitue un véritable handicap dans le rapport de force avec les occidentaux.

En effet, car si la Chine veut être traitée effectivement comme une puissance, au même titre que l’Occident, il faudrait impérativement que la dimension sociale accompagne la dimension économique. Cela implique que la société chinoise retrouve dans sa grande majorité les mêmes conditions de vie qu’en Occident, afin de devenir toute aussi stable, robuste, motivée, dynamique, et surtout, opérationnelle. Il revient à dire, que le nombre des pauvres (500 millions) doit absolument être réduit au minimum, sinon il serait toujours un fardeau, tirant et plaçant la Chine toujours parmi les pays moyens.

Or, pour cela, il faudrait, soit que le gouvernement assure les conditions matérielles nécessaires, soit qu’il abandonne la politique socialiste pour libéraliser la société, afin que les individus parviennent par eux-mêmes aux conditions de vie occidentales.

Néanmoins, la première condition est mathématiquement irréalisable, car la Chine ne dispose pas pour le moment des ressources (notamment énergie) pour assurer à l’ensemble de sa population les mêmes conditions de logement, de transport, d’éducation, de santé, que celles de l’Occident. Quant à la deuxième condition, c’est plus une hypothèse qu’une réalité, parce qu’il est peu probable que le gouvernement chinois opterait pour un changement de régime.

De plus, même si dans l’absolu l’Etat libéralise davantage la société, il faudrait toutefois assurer les mécanismes nécessaires pour que les gens parviennent par eux-mêmes aux ressources nécessaires. Mais s’il devient libéral, l’Etat chinois n’aurait plus les moyens pour régulariser la société, car toute sa puissance repose actuellement sur la concentration de la société, et donc de la force du travail, entre ses mains.

En somme, à l’image des éléments mobilisés, on constate que la démographie chinoise actuelle est triplement encombrante, à savoir, partiellement productive, entièrement consommatrice, et surtout, vulnérablement représentative. Un véritable fardeau pour la Chine, d’autant plus que la politique actuelle du régime est plutôt centrée sur les conquêtes extérieures, et non sur les problèmes sociaux internes.

Cependant, tant que la société chinoise ne change pas d’image, la Chine sera pénalisée dans le rapport de force avec les occidentaux (positivement pour les travailleurs et les actionnaires occidentaux, négativement pour les travailleurs et les actionnaires chinois) de sorte que les biens, et surtout les prestations occidentales, seront toujours nettement valorisés sur le marché que les biens et les prestations chinois.

Un enjeu régional

Il convient de préciser par la suite, que la démographie n’est pas encombrante seulement au niveau national, mais également au niveau régional, car l’Etat chinois est conditionné dans sa politique interne (monétaire, salariale, fiscale) par la démographie de ses voisins.

Si par exemple, l’Etat fixe par la Loi l’augmentation des revenus afin de favoriser la demande intérieure (politique de relance) il y aurait, soit le risque d’une migration massive depuis les pays voisins (Inde, Indonésie, Thaïlande, Bangladesh) vers la Chine, soit le risque d’un départ d’investisseurs occidentaux vers ces pays. Dans le premier cas la Chine sera confrontée à de nouveaux défis (sécurité frontalière, corruption, inflation, trafic de main d’œuvre, augmentation du taux de chômage). Dans le deuxième, l’exportation chinoise chuterait drastiquement, concurrencée par ses voisins, parce qu’en fond, la seule raison de produire en Chine est l’attractivité du facteur travail.

Il revient à dire, que tant que les pays voisins disposent d’une population nombreuse et pauvre, la Chine n’as pas énormément des marges de manœuvre. Manifestement, elle doit garder les revenus suffisamment bas, d’une part pour ne pas stimuler l’invasion de deux milliards ouvriers pauvres qui se trouvent à ces frontières, ensuite, pour garder les investisseurs étrangers.

Notons enfin relatif à la démographie, que dans le contexte actuel de raréfaction des ressources planétaires, et dans le contexte où la mécanisation, la robotisation, et les hautes technologies remplacent drastiquement la force humaine de travail, les pays et les régions qui disposent d’une population nombreuse seront, tôt au tard, pénalisés économiquement.

 

Des partenaires encombrants

Un autre facteur encombrant pour la Chine se sont ses nouveaux partenaires dans le cadre du BRICS, qui mis à part la Russie, sont encore plus vulnérables qu’elle. Notons que tout à la fois l’Inde, Brésil et l’Afrique du Sud, ont une situation moins favorable que la Chine, mais avec les mêmes caractéristiques.

Dans tous ces pays plus de la moitié de la population est pauvre (peut-être moins en Brésil, mais beaucoup plus en Afrique du Sud et en Inde). Tous ces pays (mis à part la Russie) sont entourés par des voisins encore plus pauvres, ce qui constitue une vulnérabilité régionale. Dans tous ces pays la richesse est égoïsment concentrée dans les mains d’une poignée de riches. Enfin, (toujours mis à part la Russie) tous ces pays ont un taux de scolarité bas, ce qui entrave toute perspective d’évolution socio-économique.

Par-delà ceux-ci, il convient également de noter que ceux qui détiennent les richesses dans ces pays ont par tradition tendance à travailler avec l’Occident et non pas avec la Chine. En Afrique de sud par exemple, les riches sont soit d’origine anglo-saxonne, soit d’origine hollandaise, soit d’origine allemande, de sorte qu’ils vont privilégier les échanges avec les pays occidentaux. Pareillement pour Brésil, où une grande partie d’hommes d’affaires appartiennent soit à la communauté allemande, soit à d’autres communautés occidentales. Sans parler de la Russie, dont les milliardaires investissent leur fortune en Occident.

Il revient à dire, que le partenariat BRICS est une mauvaise stratégie pour la Chine, car manifestement, elle s’est éloignée d’un ami riche (l’Occident) qui représentait une clientèle riche, pour se faire une série d’amis encombrants de par leurs propres problèmes socio-économiques.

En effet, parce que nul ne peut forcer les riches sud-africains, russes, indiens ou brésiliens, venir investir en Chine, mais en revanche, Pékin s’est engagé à financer des projets socio-économiques dans les pays partenaires. Dès lors, soit le régime pékinois respecte les engagements auprès de ces pays, au détriment de 500 millions chinois pauvres, soit il perd sa crédibilité en tant que puissance économique.

Cela d’autant, que d’autres partenariats ont été engagés avec des pays pauvres (Ethiopie, Jamaïque, Cameroun, Angola), la Chine espérant qu’en échange de quelques infrastructures (autoroutes, TGV) pourrait s’emplanter stratégiquement, et s’emparer de leurs ressources naturelles. Sauf que les dépenses sont immédiates (plus de 50 milliards dollars par an) tandis que les recettes sont prévues à long terme, voire à très long terme, voire au pire, jamais. De quoi frustrer davantage 500 millions chinois affamés, et les motiver à se mobiliser contre le régime actuel.

 

Le facteur géographique

Les dynamiques régionales

Il convient de préciser par la suite, que si on aborde la situation de la Chine à travers l’effet régional, sa situation est davantage vulnérable comparée à celle de l’Occident. Rappelons à ce titre, que la majorité des pays qui longent les frontières chinoises sont pauvres, dont ceux du sud sont très peuplés, de sorte que les échanges régionaux ne pèsent pas en faveur de la Chine.

Au sud, tout au long de la frontière, il y a environ 2 milliards d’hommes, repartis dans plusieurs pays pauvres, qui logiquement, et mathématiquement, pénalisent l’économie chinoise. D’une part, parce que par leur présence ils tirent vers le bas les revenus de la région, ainsi que les flux d’investissement étranger vers la Chine. Ensuite, parce qu’en règle générale les échanges socio-économiques tendent vers un équilibre, de sorte que dans ses échanges avec ses voisins, la Chine perd du capital financier, en échange de leur seule richesse, à savoir, le capital humain. Force est de reconnaître, qu’on ne tire jamais profit d’un pays pauvre, tout au contraire…

En nord, la dynamique économique est très faible, d’une part parce que l’économie russe est concentrée à l’ouest, coté Europe, tandis que les autres voisins (Kazakhstan, Mongolie) ne sont pas suffisamment développés. En outre, le grand voisin russe est plus puissant politiquement, et dispose davantage d’atouts technologiques et stratégiques, de sorte qu’il domine dans le rapport de force avec la Chine. Le partenariat entre les deux fonctionne tant que la Chine joue le jeu du Kremlin, et surtout, tant qu’elle reste son banquier.

Quant aux autres puissances de la région, (Japon, Corée du Sud, Taiwan, Singapour), certes, les échanges économiques avec la Chine avaient pris une certaine ampleur. Néanmoins, étant donné les ambitions militaires et expansionnistes affichées par Pékin, à une dynamique économique risque à se substituer bientôt une diplomatie conflictuelle. Cela d’autant, que pour des raisons historiques, militaires et stratégiques, ni les américains, ni les japonais, ni les coréens, n’ont aucun intérêt de voir la Chine se développer davantage économiquement. D’où la stratégie de détourner la Chine à travers le partenariat transpacifique.

A l’opposé, les deux puissances Occidentales (Etats-Unis et Union Européenne) ont une situation régionale nettement supérieure, tant en ce qui concerne le danger démographique, qu’en termes de dynamiques économiques. Ni une, ni autre, ne risque pas dans un futur proche être confronté à un flux migratoire si considérable (d’ordre de milliards) capable de bouleverser leur fonctionnement interne. Ni une, ni autre, n’ont parmi leurs voisins directs des pays extrêmement pauvres.

Concernant, le facteur démographique, certes, l’Occident accueille les réfugiés de guerre et d’autres ayants droit, selon les conventions internationales. Toutefois, si cela prend des proportions, menaçant le fonctionnement économique comme en Chine (salaires, prix, revenus), rien n’empêcherait l’Occident de changer sa politique. Surtout que les frontières occidentales sont majoritairement naturelles, ce qui constitue un véritable rempart. Il suffirait de surveiller davantage la Méditerranée (sachant que la principale source démographique potentiellement influençable pour l’Europe c’est l’Afrique, environ un milliard d’individus), ainsi que la frontière avec Mexique, pour que l’Occident devienne pratiquement hermétique.

A l’est, l’Union Européenne est protégée par des puissances historiques, Russie, Turquie, mais aussi, Hongrie, Pologne, qui sont suffisamment militarisées et stables, pour ne pas subir involontairement une décharge démographique venant du sud.

En termes économiques, les dynamiques régionales sont nettement plus favorables à l’Occident qu’à la Chine. Il convient de préciser à ce propos, que les régions les moins développées proches de l’Occident (Russie, Turquie, Mexique, Balkans) présentent un niveau socio-économique équivalent aux régions les plus développées de la Chine. En effet, si on croise d’une manière plus sociale, et moins mathématique, les trois type de PIB (nominal, PPA, par habitant), avec le niveau d’éducation, avec également le niveau d’accès aux services publiques, on constate que la Chine est derrière ces divers pays de par son poids démographique et son grand nombre de pauvres.

Notons à ce propos, qu’avec seulement 150 millions buches à nourrir pour un vaste territoire riche en ressources naturelles, fossiles et minérales, la Russie est, malgré tout, une puissance plus autonome que la Chine, ainsi qu’un atout pour l’économie occidentale. Par-delà les antagonismes à caractère politique et stratégique, la Russie reste un important partenaire Occidental, ses énergies ainsi que ses investissements se dirigeant massivement vers l’Europe, et très peu vers la Chine. Cela vaut aussi pour la Turquie, qui au dépit de quelques antagonismes diplomatiques, reste un partenaire économique important pour l’Union Européenne. 

Dès lors, sachant que toutes les deux figurent parmi les principales puissances économiques, sachant que leur démographie n’est pas encombrante à l’économie, sachant que le niveau d’éducation est supérieur, sachant entre autres, que toutes les deux ont été à un certain moment la première puissance mondiale (ce qui reflète une certaine motivation et détermination), l’ensemble fait, que dans le registre dynamiques régionales, l’Occident est largement plus favorisé par ses voisins que la Chine.

Mais le pire reste à venir, car à l’ouest on retrouve les économies les plus stables, et historiquement les plus durables, dont l’articulation se traduit par une synergie incomparable à l’échelle planétaire, rendant l’économie occidentale statistiquement, et pour encore longtemps, indétrônable.

Entourée par quatre grandes puissances (Allemagne, Grande Bretagne, Italie, Espagne) et par d’autres plus petites (Suisses, Belgique, Luxembourg) la France constitue le cœur d’une région économique, qui par sa dynamique dépasse largement la puissance économique asiatique. Une dynamique qui s’accélère de surcroît sur l’impact des économies du nord (Pays-Bas, Danemark, Suède, Norvège), riches économiquement, mais modérées démographiquement, ce qui constitue un atout supplémentaire en termes de marges de manœuvre, dans le contexte actuel de raréfaction des ressources. Evidemment, cette dynamique économique occidentale prend considérablement d’ampleur sous l’impact de l’Economie nord-américaine, plus proche géographiquement, et stratégiquement, de l’Europe que de la Chine. En référence le projet du traité de partenariat transatlantique.

Manifestement, à travers les dynamiques régionales, qui dans le cas de l’Occident constituent un puissant levier amplificateur de développement socio-économique, tandis que dans le cas de la Chine c’est justement le contraire, l’hypothèse d’une Chine véritable puissance économique, s’avère de plus en plus hypothétique.

Une zone à haut risque

Notons entre autres, que toujours à la confluence entre pauvreté et forte démographie est émergé récemment le phénomène de piraterie maritime, qui engendre de nouveaux enjeux, dont la conjonction menace directement l’économie chinoise.

Un premier renvoie à la sécurité du trafic commercial (donc des exportations chinoises) sachant qu’il est particulièrement récurrent dans les principaux étroits (Malacca, Golfe d’Aden) que traverse la flotte marchande entre la Chine et l’Occident. Un deuxième renvoie à la stabilité régionale, sachant que les pirates sont généralement les populations pauvres voisines, ce qui pourrait aggraver davantage les tensions régionales.

Or, cela constitue d’ores et déjà un défi difficilement surmontable pour la Chine. D’une part, parce qu’elle ne possède pas les moyens juridiques, militaires et stratégiques nécessaires pour défendre sa flotte marchande à travers tout l’Océan Indien. Ensuite, parce que les populations riveraines ne voient pas de bon œil l’avènement de la Chine et les nouveaux capitalistes chinois. Enfin, parce que tout à la fois l’Indonésie, l’Inde, ainsi que d’autres pays de la région, aimeraient prendre la place d’usine du monde, de sorte que la piraterie serait tolérée, voire encouragée, par ces divers pays.

Il revient à dire, que quel que soient les décisions prises par Pekin, tant que la population sud-asiatique reste nombreuse mais pauvre, la région sera instable, et le trafic commercial sera de plus en plus menacé. Or, une région instable finit tôt au tard par détourner les investisseurs occidentaux vers d’autres régions du monde, de sorte, que malgré toutes les apparences, l’économie chinoise sera moins prometteuse que dans le passé.

 

Le facteur stratégique

Les atouts conjoncturels

Il convient de préciser de l’emblée, qu’il y a tout à la fois des millionnaires occidentaux qui investissent leur capital en Chine, ainsi que des millionnaires chinois qui investissent leur capitaux en Occident. Dès lors, tout à la fois les grands Pôles Economiques, les flottes marchandes et les infrastructures portuaires, constituent des points stratégiques conjoncturels, car selon les actionnaires, ils peuvent servir soit les intérêts de la Chine, soit les intérêts des Occidentaux.

Néanmoins, il y a quelques aspects de fond qui doivent être retenus ici. D’une part, les deux catégories de millionnaires préfèrent les banques occidentales libérales, aux banques chinoises monopolisées par le régime. Ensuite, étant donné la qualité de vie, il y a nettement plus de riches chinois qui finissent par s’installer définitivement en Occident, que des Occidentaux qui s’installent définitivement en Chine. Enfin, de par sa législation (mais aussi son prestige et réputation) la société occidentale s’impose dans le rapport de force face à l’investisseur asiatique, tandis qu’en Chine, c’est l’investisseur occidental qui s’impose dans le rapport de force.

Ainsi, en articulant ces éléments (qui constituent la règle générale à plus de 75%) on constate que les points stratégiques conjoncturels ont à terme une tendance d’occidentalisation, du fait que dans la plupart des cas, les milliardaires asiatiques, propriétaires des ports maritimes ou des flottes marchandes, finissent par intégrer la société occidentale. Cela se vaut, tant que l’Occident reste une région stable, développée et démocratique (qui protège les intérêts des investisseurs), tant que le régime politique chinois reste autoritaire, et surtout, tant que la pollution ne diminue pas en Chine. Dès lors, cette catégorie d’atouts stratégiques favorise dans sa grande majorité l’Economie occidentale.

Les points stratégiques

Notons entres autres, que par-delà les mentalités différentes, l’évolution socio-historique se traduit également par une écrasante différence en termes de points stratégiques entre l’Occident et la Chine. Rappelons, que de par leur passé colonial et militaire, les pays occidentaux contrôlent actuellement la plupart des points stratégique de la planète, et donc, les principales routes maritimes commerciales.

Malgré une présence économique chinoise (exclusivement portuaire) le Canal de Panama est toujours militairement sur le contrôle des Etats-Unis, comme convenu par le traité de rétrocession, ainsi que toute la région, depuis les Caraïbes jusqu’au Pacifique. Pour sa part, bien que protégé par l’armée égyptienne (fournie en bâtiments et technologies militaires par la France, dont le rôle stratégique est non négligeable) le Canal Suez est surtout protégé militairement par la flotte américaine du proche Orient. L’étroit de Malacca, le passage le plus fréquenté du monde, se trouve quant à lui sur une étroite surveillance occidentale (américains, britanniques et australiens) présents dans la région suite aux divers accords de coopération militaire, soit avec Singapour, soit avec la Malaisie. Pareillement, depuis leurs bases militaires du golfe d’Aden (Djibouti, Koweït, Bahreïn, EAU, Oman) les américains contrôlent aussi l’étroit Bab-el-Manded. Enfin, la Méditerranée, notamment le Gibraltar, est entièrement sous le contrôle des Forces militaires occidentales.

Quant aux autres routes maritimes, celle du sud qui contourne l’Afrique, celle du nord près du Pole, ou celle du Pacifique, vers l’Australie, elles sont exclusivement contrôlées et protégées par les marines globales ou à capacité mondiale, qui sont occidentales. Notons à ce sujet, qu’il y a actuellement une seule marine véritablement globale (US Navy) et deux marines à capacité mondiale, respectivement la Marine nationale française et la Royal Navy britannique. Le point fort de ces trois Forces maritimes repose sur leurs bases militaires implantées sur tous les Continents et sur tous les Océans, ainsi que sur leur capacité de projection en dehors de leur ZEE (Zone maritime Economique Exclusive).

Rappelons que les puissances occidentales (France, Grande Bretagne, Pays-Bas) possèdent toujours des nombreuses îles ou territoires à travers le monde, qui constituent tout à la fois de bases de ravitaillement pour leurs flottes, ainsi que de points stratégiques, qui leur permettent d’agir et protéger leur marine marchande. Grâce à ces possessions, d’une part leur ZEE est nettement supérieure rapportée à leur territoire (la France est la deuxième puissance maritime) ensuite elles influent sur presque tous les Mers et Océans.

S’ajoutent à celles-ci les Etats-Unis, qui contrôlent depuis la deuxième Guerre Mondiale pratiquement tous les hautes Mers, grâce à une impériale flotte, composée de 300 bâtiments de guerre, dont dix porte-avions et 25 croiseurs, tous renouvelés régulièrement, donc tous hautement opérationnels.

Or, la Chine ne possède pas de tels atouts. Rappelons que la Chine n’est pas une puissance maritime, sa ZEE est nettement inférieure à celle des Etats-Unis, ou celle de la France, et reste limitée au seul littoral chinois, même si Pékin affiche des ambitions expansionnistes. De plus, comme toutes les autres Marines régionales (Russie, Inde, Brésil) la Marine chinoise ne dispose pas des moyens stratégiques, ni technologiques, qui pourraient la rendre capable d’intervenir en autonomie en dehors de la ZEE chinoise.

Notons que depuis 20 ans, Pékin affirme vouloir construire trois porte-avions. Sauf qu’à ce jour la Chine n’a construit aucun, son seul porte-avions (Liaoning) étant en réalité un porte-hélicoptère ukrainien amélioré, tandis que la plupart de ses bâtiments de guerre sont des anciens produits soviétiques modifiés. Cela pourrait s’expliquer par le fait qu’un porte-avions implique des milliers d’ordinateurs et micro-processeurs à son bord, ainsi qu’autant des systèmes automatiques, tous opérationnels, et surtout, parfaitement synchronisés entre eux. Or, étant donné qu’en général une technologie chinoise sur dix est défaillante (ou hors service avant le délai) l’ensemble fait que pour le moment, la Chine n’a toujours mis à l’eau un porte-avions 100% chinois, capable de rivaliser avec les porte-avions occidentaux.

Certes, selon certaines opinions, la Chine pourrait s’aventurer en dehors de sa zone exclusive (grâce à son porte-avion Liaoning) mais dans la pratique cela s’avère plus difficile, parce qu’elle ne dispose pas de bases pour ravitailler sa flotte, ni de Croiseurs pour protéger son porte-avions, cela surtout, sachant que si la Marine chinoise s’aventure en dehors de sa zone légale, elle rentre inévitablement en conflit avec ses voisins directs, Japon, Corée de Sud, Inde, tous alliés des Etats-Unis.

D’où en passage, l’inadéquate comparaison entre la Marine chinoise et l’US Navy, parce que bien avant que la flotte chinoise soit en contact direct avec la flotte américaine, elle devrait passer à travers la flotte japonaise, coréenne, indonésienne, et indienne.

Petite conclusion

En somme, par-delà toute hypothèse hasardeuse de la part des commentateurs anti-occidentaux, la perspective d’une éventuelle autonomie envers l’Occident n’est pas vraiment envisagée par les autorités pékinoises.

D’abord, parce que la majeure partie de la croissance économique chinoise relève des échanges avec l’Occident, dont les exportations empruntent une route maritime étroitement surveillée et contrôlée par les pays occidentaux. Car il ne faut pas oublier, que les quatre grandes étapes de l’économie, sont la production, la distribution, l’échange et la consommation, et manifestement, la Chine n’a une maîtrise exclusive sur aucune de ces étapes.

Ensuite, parce que les principaux réseaux mondiaux d’acheminement et de distribution sont contrôlés par les pays occidentaux, de sorte que si la Chine se mettait à travers l’Occident, tous les atouts stratégiques occidentaux (portes, flottes, étroits, canaux) feraient bloc à l’encontre de la Chine.

Enfin, parce qu’en réalité et en fond, le seul partenaire raisonnable et fiable chinois reste l’Occident. La Russie s’en sert de la Chine pour faire contrepoids à l’Occident (pareillement comme en 1945), mais Kremlin n’a aucun intérêt de voir la Chine prendre le devant sur la scène politique. Pareillement, ses voisins directs (Japon, Inde, Corée du sud) profitent de la dynamique économique autour de la Chine, mais aucun n’a l’intérêt que la Chine devienne davantage puissante. Quant aux pays pauvres, ils voient en Chine un banquier, mais la référence reste toujours l’Occident.

 

Un défi de maturité

 Notons enfin, qu’il y a dans l’attitude des autorités pékinoises une certaine naïveté, du fait que dans le processus d’évolution socio-économique enclenché après 1990, ils tentent à passer rapidement aux étapes supérieures, sans régler les problèmes de fond de la société chinoise. On dirait qu’ils cherchent à rattraper en quelques décennies le retard de quelques siècles. Certes, mais cela est dangereux en termes de fiabilité et viabilité, car quand on fait vit sans avoir l’expérience nécessaire, on fait mal.

Il y a trois indicateurs qui illustrent parfaitement cette attitude, en l’occurrence, volume, rentabilité et pollution. A travers le volume la Chine impressionne, à travers la rentabilité elle déçoit, à travers la pollution elle fait peur. Si on regarde les performances économiques chinoises, l’attribut principal c’est le volume (tonnage, exportations, réseau national d’autoroutes, de TGV), la faiblesse principale c’est la rentabilité (pertinence, qualité, durabilité), et la conséquence principale de ceux deux-là, c’est la pollution.

On dirait que mis à part la sagesse, la folie de la grandeur constitue également une qualité inhérente aux populations chinoises, ou du moins, aux certaines élites chinoises. Or, justement, cette folie pour la grandeur n’est pas toujours compatible avec la rentabilité et l’efficacité, surtout dans le cas de la Chine, qui se lance facilement dans des projets faramineux, sans estimer leur efficacité réelle, ni sa capacité de pouvoir les réaliser dans les règles de l’art. Rappelons que malgré sa grandeur imposante, la Grande Muraille n’a pas empêché Gengis Khan, puis les mandchouriens, de conquérir la Chine. Inversement, les petits châteaux et citadelles médiévaux, même isolés entre eux, ont protégé l’Occident en raison de leur conception pragmatique, à savoir, stratégiquement placés.

Cela n’a pas changé de nos jours, les chinois construisant des autoroutes partout à travers le monde, sans pour autant évaluer l’efficacité du projet, notamment dans les pays moins avancés. Certes, Pékin espère amortir les dépenses faites via le péage et l’utilisation du commerce limitrophe (chinois bien sûr), puis en passage récupérer les richesses naturelles. Sauf que dans la réalité les choses sont plus complexes.

D’une part, dans ces régions les gens sont pauvres, et prennent, en tant que particulier, très rarement une autoroute à péage, tandis que les Poids Lourds trouveront toujours les moyens de détourner le péage. Ensuite, parce qu’à l’extérieur de la ville la population limitrophe, pauvre, menacera toujours la sécurité des autoroutes et des commerces, poussant la clientèle potentielle à prendre l’avion, et les commerçants à quitter la zone. Enfin, parce que là où l’argent croise la pauvreté, émergent toujours les phénomènes type, délinquance, corruption, attaque armé, guerre, terrorisme, rendant la région instable. Dès lors, tous ces facteurs font qu’en réalité les recettes seront largement décevantes par rapport aux estimations.

Quant aux richesses naturelles, il faut dire que les populations locales sont plus émancipées, et n’acceptent plus se laisser faire, de sorte que la Chine devrait, soit payer honorablement les ressources, soit passer en force (mais avec des effets secondaires) soit enfin, (et le plus probable) quitter le pays, rétrocédant les infrastructures, évidemment à titre gratuit (cadeau).

L’ensemble fait, que les projets chinois dans les pays moins avancés, sont certes pharaoniques, mais peu rentables à long terme, car les recettes financières finales seront ridicules rapportées aux investissements initiaux.

Le projet TGV illustre également la folie pour la grandeur chinoise, mais aussi leur manque de pragmatisme. Ils auraient dû peut-être se demander pourquoi les français ou les japonais n’ont jamais exporté leur TGV. Surtout, ils auraient dû se demander pourquoi on leur a concédé si facilement le transfert de cette technologie. Le mot rentabilité serait peut-être une réponse.

Rappelons qu’il y a eu dans les années ’95 un projet d’exportation du TGV français en Inde, abandonné par manque de rentabilité économique. Les prospectives engagées à l’époque ont dévoilé une radicale dissymétrie entre le cout initial lié aux infrastructures, les dépenses quotidiennes liées à la sécurité, les dépenses ultérieures liées à la maintenance des infrastructures, tous faramineux, rapportés aux recettes ridicules, étant donné le revenu des passagers potentiels.

En effet, car ce qu’il faut retenir à ce sujet, est qu’un train devient véritablement TGV, et véritablement rentable, lorsqu’il circule régulièrement avec une vitesse supérieure à 250 Km/h, afin de rapprocher en temps record deux régions économiquement importantes, placées à une distance moyenne, et transportant une clientèle régulière et économiquement aisée. Au-delà d’une distance de 1000 Km, le TGV devient moins efficace rapporté à l’avion (ce qui explique qu’il n’existe pas une ligne TGV à l’échelle européenne, ni à l’échelle des Etats-Unis), tandis qu’en absence d’une fréquentation régulière et maximale, le TGV n’est pas rentable (les passagers occasionnels ou les touristes ne suffisent pas pour rentabiliser un TGV).

En outre, un véritable TGV exige une ligne (LGV) particulièrement sécurisée (rempart, grillage), un contrôle technique systématique, et une maintenance régulière, tenant compte qu’à 250km/h tout petit incident serait fatal. Or, c’est justement tout cet ensemble des frais (maintenance, sécurité, entretien) ajoutés aux frais de consommation (nettement supérieure au-delà de 250km/h) qui rendent un TGV particulièrement cher, et surtout, très peu rentable dans les régions moins développées. D’où, soit la naïveté, soit la ruse, des autorités chinoises.

Naïveté, surtout à l’image de leur projet faramineux de construire une ligne LGV réunissant l’Europe, l’Asie et l’Amérique, à travers Béring. Ou encore une ligne réunissant toutes les capitales de l’Afrique. Certes, ça fait bon pour l’image de la Chine, mais sans aucune efficacité, parce que les régions traversées sont, soit peu développées, soit complètement désertées, rendant la sécurité de la LGV superficielle (donc risque de vol des matériaux, câbles, grillages, puis logiquement, animaux à travers la voie) de sorte que finalement la vitesse ne dépassera jamais le 150 Km/h, enfin, et surtout, parce que le train serait toujours à moitié vide, voire pire, et un TGV vide, rentabilité exige, ne partirait pas une deuxième fois. Au moins, que les chinois veulent offrir gracieusement une promenade à travers Béring et Alaska.

Ruse, parce qu’on ne peut pas savoir si le gouvernement chinois envisage de construire vraiment un TGV, ou seulement un train normal au prix d’un TGV, comme fut le cas au Nigéria, où les compagnies chinoises ont construit un train, dont les caractéristiques techniques sont celles d’un train normal (150Km/h, sans sécurité particulière) pour un design, certes, et surtout, pour un prix d’un TGV (849 millions dollars). De quoi amoindrir l’admiration africaine pour les prestations chinoises, lorsqu’ils réaliseront qu’ils ont payé presque un milliard dollars pour un projet qui valait à peine 150 millions.

 

Conclusion

Pour conclure, il semblerait que de la même manière comme elle a connu un avènement foudroyant grâce à l’intervention occidentale, la Chine pourrait connaître également un effondrement, tout aussi foudroyant, et toujours, grâce à l’intervention, ou plutôt, à la non-intervention occidentale.

En outre, à l’image des exemples cités, il semblerait que les compagnies chinoises sont sur le point de gaspiller inutilement les ressources planétaires, en construisant des infrastructures faramineuses, pour une très faible rentabilité, fiabilité et viabilité.

Enfin, les populations africaines devraient être plus prudentes dans leurs accords avec la Chine, car apparemment elles sont en train d’entamer un nouveau type de colonisation, cette fois-ci en toute formalité légale.


Moyenne des avis sur cet article :  1.71/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 30 août 13:24

    c’est vrai qu’en France on n’est vulnérable qu’a l’épidémie de grippe et de gastro ......


    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 30 août 17:27

      Retenez seulement ceci : L’Occident a occidentalisé la Chine et la Chine a commis l’erreur de s’occidentaliser (même chose pour l’Inde).


      La Chine s’est alors « développée » à l’occidentale ce qui veut dire qu’elle a juste soutenu l’occident en lui permettant la survie, il aurait pu s’affaisser. 

      Mais au final, la Chine ne tiendra pas, elle ne pourra plus dans un proche avenir assurer son infernale activité, elle se dégonflera comme un vieux pneu fortement sollicité ! 

      La chine est un « échec occidental » ! 

      Il est temps d’inverser le pari de Napoléone, le Corse : «  » Quand la Chine tremblera, le Monde ... ! «  »

      • Alren Alren 30 août 19:03

        @Mohammed MADJOUR

        La Chine s’est alors « développée » à l’occidentale ce qui veut dire qu’elle a juste soutenu l’occident en lui permettant la survie, il aurait pu s’affaisser. 

        N’importe quoi comme d’habitude pas le moindre argument (et pour cause) pour étayer cette ineptie.

        La Chine ne s’est pas développée pour la survie de l’Occident mais parce que l’isolationnisme maoïste la conduisait dans une impasse.

        Et les capitalistes occidentaux ont délocalisé leurs usines en Chine parce que la main-d’œuvre y était beaucoup moins chère, pas par obligation mais dans le cadre de la lutte des classes.

        Les pétromonarchies ne pensent même pas, elles, à l’avenir de leur peuple et ne développent aucune industrie en attendant l’après-pétrole. Ce qui devrait interpeller un musulman solidaire de ses frères.


      • mmbbb 31 août 20:24

        @Alren il devrait plutot se pencher sur le cas de l ’algerie ,son pays d’ origine ou ce sont les chinois qui construisent les infrastructures Quant à la Chine, ce pays passe un nouveau braquet la valeur ajoutee c’est a dire la matiere grise J ’ai survole cet arcticle , ce pays est en train de former un armee d’ingenieur, j’ai un collegue de travail dont sa fille est a l INSA de Lyon, Cet filiere scientifque accueille des etudiants chinois, ils sont brillants et bosseurs , La France investit en point PIB moins que la Chine dans la recherche. Nous avons un regard negatif sur ce pays, mais nous oublions que ce pays fut une grande nation scientifique . Ce pays suit le meme développement que le Japon et la Coree du Sud . Quelle trajectoire Moi je m’inquiete plutot de l avenir du notre, empêtre dans nos problemes de burkini de migrants et de chomage


      • Alren Alren 30 août 17:43

        Article passionnant car il est original et nous change de la phrase de Buonaparte «  Quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera" reprise beaucoup plus tard par Alain Peyrefitte, ministre de Giscard, et implicitement acceptée comme d’une infinie lucidité.

        Or la Chine s’est éveillée et le monde n’a pas tremblé ! Car elle s’est révélée sur tous les plans beaucoup plus faible que prévu.

        Sa démographie n’en faisant pas un « rouleau compresseur » mais la freinant au contraire tel un boulet de bagnard comme il est dit dans l’article.


        Mais si l’auteur a vu la poutre dans l’œil chinois, il ne fait pas état de celle tout aussi grosse qui est pourtant bien visible dans celui du pays suzerain de l’Occident, à savoir les USA.

        Dont on ne va plus pouvoir longtemps dissimuler qu’ils sont en faillite et qu’ils n’ont plus d’or pour les compensations financières internationales après qu’une grande partie de leur stock, si considérable après 1945, ait été transférée à la Chine.

        Le capitalisme US dans sa lutte pour séduire le reste du monde contre l’URSS et ses satellites et leurs idéologies officielles égalitaires, a utilisé cet or, bénéfice de guerre, pour faire croire à une prospérité qui n’avait pas atteint un tel degré dans le pays malgré le fait qu’il n’avait subi aucun dommage sur son territoire national. Alors que l’Europe continentale était dévastée, la France pillée, sans oublier l’Angleterre bombardée, ainsi que le Japon et la Chine.

        Le mensonge aurait duré plus longtemps si le complexe militaro-industriel US qui s’était tant enrichi entre 42 et 45 en fabriquant du matériel de guerre n’avait poussé les gouvernements à se lancer dans de lourdes opérations extérieures, dont le coût à prélever sur la plus-value économique dépassait les capacités de tout pays ne voulant pas dans le même temps réduire le niveau de vie de ses habitants mais au contraire maintenir artificiellement la fiction de moyens inépuisables.

        Cela a craqué en 1985 quand le dollar a été détaché de sa valeur stable en or. Ce qui avait été le prétexte pour l’utiliser comme monnaie mondiale.

        Depuis, c’est uniquement par la complicité des capitalistes étrangers et celle des gouvernements anticommunistes que les USA font encore illusion auprès des naïfs.


        C’est pourquoi à la faiblesse réelle de la Chine, bien révélée par l’article répond le risque rapproché de l’effondrement des USA et par « vassalisme » celui de l’Europe de l’ouest dont la France, gouvernée par des stipendiés de « l’empire américain ».




        • Chirita-Bobic Nicolae Chirita-Bobic Nicolae 31 août 00:27

          @Alren
          Vous avez atteint la substance de mon article : La Chine ne peut pas faire trembler le monde, car le nombre ne suffit pas. Il manque quelque chose....

          Cette chose je l’avais longtemps travaillé dans mes livres, et je l’ai attribué à une dose supplémentaire de dynamisme apportée par les germaniques (hommes du nord) ....
          Et j’avais fait l’hypothèse, que ce dynamisme relève de l’ADN Neandertal (adrénaline peut-être)...
          Reste à prouver...mais avant j’aimerais que quelqu’un d’autre prouve le contraire...


        • pemile pemile 31 août 01:04

          @Chirita-Bobic Nicolae « Et j’avais fait l’hypothèse, que ce dynamisme relève de l’ADN Neandertal. Reste à prouver...mais avant j’aimerais que quelqu’un d’autre prouve le contraire... »

          Que la disparition de Neandertal est due à « une dose supplémentaire de dynamisme »  !!??


        • Chirita-Bobic Nicolae Chirita-Bobic Nicolae 31 août 12:10

          @pemile
          En regardant le bourrelet orbitaire de certains occidentaux, je ne dirais pas que Neandertal avait disparu.


        • Chirita-Bobic Nicolae Chirita-Bobic Nicolae 31 août 12:29

          @Alren
          Je suis d’accord sur certains aspects, mais je ne serais pas si critique envers les Etats-Unis, car s’ils sont aujourd’hui ce qu’ils sont, c’est parce qu’on les a demandé de l’être.


          Après tout, c’est la France et la Grande Bretagne qui avaient insisté à deux reprises auprès des Américains de entrer en Guerre de leur côté, d’où leur militarisation actuelle, et leur rôle de gendarme du monde.

          Après tout, c’est grâce à la protection des Etats-Unis, que l’Occident a connu 70 ans de paix et de prospérité.

          Enlever les Etats-Unis de la carte, et vous vous dirigez vertigineux vers une troisième Guerre mondiale.

          Enfin, ce n’est pas l’or qui fait la richesse d’un pays, mais le dynamisme et la détermination des acteurs sociaux. Faut-il encore avoir l’esprit nécessaire. Lisez à ce titre « The Anthropology of Western Capital ».

        • pemile pemile 31 août 19:30

          @Chirita-Bobic Nicolae « En regardant le bourrelet orbitaire de certains occidentaux, je ne dirais pas que Neandertal avait disparu. »

          Vous bottez en touche pour ne pas répondre à ce dynamisme relève de l’ADN Neandertal !!


        • Chirita-Bobic Nicolae Chirita-Bobic Nicolae 1er septembre 11:21

          @pemile


          Mon cher « pemile »
          Mettez-vous bien dans la tête que tout ce que j’ai dit dans mes articles, finit par s’avérer.
          Lorsque j’avais dit que sous l’impact des migrations l’Occident changera de politique, vous avez critiqué. Or, depuis, l’Occident a changé tactiquement les règles d’asile, et a fermé discrètement ses frontières.
          Lorsque j’avais dit qu’on naisse à gauche et qu’on finisse à droite, vous avez critique. Pourtant, regardez Renaud....et comme lui il y 75% des Français, et 85% des Occidentaux. 
          Retenez bien cela, car je n’ai pas des tabous, et je cherche seulement la vérité, quel que soit son prix.

        • Alren Alren 1er septembre 13:16

          @Chirita-Bobic Nicolae

          Après tout, c’est la France et la Grande Bretagne qui avaient insisté à deux reprises auprès des Américains d’entrer en Guerre à leurs côtés

          Oui, sauf que les USA se sont bien gardés de le faire ! Ils ont laissé la France être envahie avec la complicité de l’extrême-droite française (Weygand et Pétain pour les militaires entre autres)

          et la GB subir l’offensive aérienne de la bataille d’Angleterre sans assistance particulière sinon le secret du plomb tétraéthyle dans le carburant pour augmenter instantanément la puissance des moteurs, secret qu’elle avait déjà livré ... aux nazis avant leur offensive contre la Pologne !

          Les Anglais ont gagné la bataille d’Angleterre par ses propres moyens, au prix de la mort de nombreux courageux pilotes. Les USA qui étaient en retard techniquement de toute façon, n’ont livré aucun avion de combat, ni aucun moteur d’avion durant cette période critique.

          Beaucoup d’Étatsuniens descendant d’immigrés allemands étaient pro-nazis (il y avait même des défilés avec drapeaux à croix gammée), sans compter des personnalités ultra-populaire comme Lindbergh ou des patrons comme Ford.

          Ils empêchaient de fait le président Roosevelt, qui craignait une Europe unifiée et non-démocratique sous la férule allemande devenir une rivale trop puissante des USA, d’entrer en guerre contre Hitler.

          Même après Pearl Harbor et l’état de guerre de fait du pays (contre le Japon), les USA ne déclarèrent pas la guerre à l’Allemagne ! C’est Hitler qui le fit, espérant que dans le cadre du « Pacte d’acier » signé entre son pays, l’Italie et le Japon, ce dernier attaquerait l’URSS par la Sibérie. Espoir déçu.

          d’où leur militarisation actuelle, et leur rôle de gendarme du monde.

          Les États-Unis aidés de la GB étaient incapables de gagner la guerre en Europe.

          Il leur fallait un allié continental puissant ; hélas, il ne restait que l’URSS, le pays des Rouges, que les capitalistes occidentaux avaient essayé en vain d’écraser en soutenant à bout de bras des armées contre-révolutionnaires. Churchill dont une partie du territoire était à portée des canons lourds allemands pressa les Étatsuniens de faire le choix douloureux d’aider Staline à résister, puis laminer l’armée allemande.

          Étant entendu que la lutte contre le communisme reprendrait dès l’Allemagne et le Japon vaincus.

          Et c’est ce qui s’est produit, pour le malheur de centaines de millions de gens ...

          Enlever les Etats-Unis de la carte, et vous vous dirigez vertigineux vers une troisième Guerre mondiale.

          Ah bon ? Et entre quels pays ?

          Enfin, ce n’est pas l’or qui fait la richesse d’un pays, mais le dynamisme et la détermination des acteurs sociaux.

          Ce qui fait la richesse d’un pays c’est la compétence, la créativité, l’intelligence de chercheurs, concepteurs, ingénieurs, inventeurs et l’efficacité intelligente de ceux qui mettent en œuvre les projets qui découlent de l’activité des premiers.

          Ce n’est ainsi pas un hasard si les chantiers navals de St-Nazaire, sont les seuls au monde à qui on confie la construction de paquebots ultra-sophistiqués valant un milliard d’euros.

          Mais les capitalistes n’y sont pour rien, en fait « d’acteurs sociaux ».


        • Alren Alren 1er septembre 18:25

          @Chirita-Bobic Nicolae

          La Chine ne peut pas faire trembler le monde, car le nombre ne suffit pas. Il manque quelque chose ...

          Je suis d’accord qu’il manque quelque chose mais cela est aussi vrai pour le Japon et la Corée du sud ainsi que l’Inde ou le monde arabe : toutes les inventions fondamentales qui fait le succès industriel des deux premiers ont été effectuées en Europe, et accessoirement aux USA qui sont une bouture européenne. Je parle de l’automobile et de l’électronique, sans oublier les trains à grande vitesse, les ponts suspendus ou à haubans, les techniques de construction navales de constructions de barrages, l’aéronautique et l’astronautique etc.

          j’avais fait l’hypothèse, que ce dynamisme relève de l’ADN Neandertal (adrénaline peut-être)...

          Je ne pense pas que l’ADN joue un rôle. L’humanité est caractérisée à la fois par une grande unicité chromosomique mondiale ( l’ADN de Neandertal ne représente que 5% du matériel génétique d’une partie de la population européenne, chez certaines personnes « de souche » cette part est indétectable. pourtant rien ne distingue les performances des unes et des autres sinon le hasard.) et par une grande hétérogénéité locale, repérée depuis longtemps pour les quatre groupes sanguins et le facteur rhésus.

          Enfin on voit régulièrement dans la même famille dont les enfants ont nécessairement un caryotype très proche, des comportements et des performances intellectuelles très différents.

          Cette chose je l’avais longtemps travaillé dans mes livres, et je l’ai attribué à une dose supplémentaire de dynamisme apportée par les germaniques (hommes du nord) ...

          Vous reprenez- là une thèse raciste du comte de Gobineau adoptée par les nazis de la supériorité des « races du nord ». Elle va à l’opposé du constaté historique : la civilisation « technicienne » est toujours venue du sud, depuis la Mésopotamie et son système d’irrigation en passant par les Grecs à la Archimède et leur machines à engrenages, puis par les Romains et leur voûte romaine, leur maîtrise de l’hydraulique.

          Les « grandes invasions » furent le fait d’hommes victimes d’une poussée de peuples asiatiques confrontés à une sécheresse persistante (Huns), poussée qu’ils furent incapables de retenir.

          Et c’est l’immensité même de l’empire romain et l’éloignement des citoyens de la chose militaire qui permit cette immigration autant pacifique que devenant violente quand les Gallo-romains opposèrent de la résistance.

          Après l’arrivée des « Germains » et la chute de Rome, il s’ensuivit sur l’Europe de l’ouest une grande régression qui n’avait pas son pareil ni dans l’Empire romain d’Orient, ni en Inde, ni en Chine.

          En attendant Charlemagne et la « renaissance carolingienne » admiratrice des Anciens, Romains et Grecs, notre région vécut des « siècles obscurs ».

          Aux yeux des latins, les nordiques ne semblent pas avoir été considérés comme particulièrement vifs puisqu’un « flandrin » était un grand gaillard venu de Flandre, dont on se moquait volontiers car il paraissait au contraire avoir l’esprit lent et comme tel facile à duper.

          Certains témoignages rapportent également une certaine « naïveté » du soldat allemand. Et l’on sait que sans l’activité zélée, fébrile de la police de Vichy et ses filatures, la feldpolizei (gestapo) n’aurait pas neutralisé le dixième des résistants français.

          Tout cela n’empêche que « l’occident » continue d’être la grande force motrice de l’innovation profonde et que les autres pays développés ne font que suivre plus ou moins depuis deux siècles.

          Comme elle n’est pas biologique, l’explication de cette supériorité technique est forcément culturelle, c’est-à-dire sociologique.

          Si une civilisation stagne, c’est selon moi parce que les dominants ne veulent pas qu’elle évolue. Car ils savent que leurs privilèges peuvent être remis en cause par des intellectuels venus du peuple et l’entraînant dans la remise en cause de ces privilèges héréditaires et non fondés sur le mérite personnel.

          C’est ainsi que la capacité de fabriquer du papier en feuilles planes, permettant l’utilisation de caractères mobiles, et du fait que l’alphabet latin possède un nombre limité de caractères obtenus par fonte de plomb dans des moules, ont permis la diffusion sans contrôle de la pensée sans passer par l’oral. Sans qu’ils s’en rendent toujours compte cette révolution technique était une mauvaise nouvelle pour les privilégiés nobles et leur soutien, privilégié lui aussi, l’Église catholique.

          La soudaine arrivée de livres fabriqués en série au XVe siècele entraînant un accroissement rapide de gens sachant lire et écrire c’est-à-dire pouvant communiquer au loin avec d’autres intellectuels a donné à la pensée laïque et scientifique une place qu’elle n’avait jamais eue jusqu’ici.

          Dans le même temps la lecture directe de la Bible a créé une pensée théologique indépendante de celle du pape de Rome, devenue rapidement contestataire.

          Ainsi, selon moi, l’émergence du protestantisme n’a été que le début d’un long phénomène de contestation qui a abouti à la Révolution française de 1789 et la Déclaration des droits de l’Homme et sa phrase fondamentale : « Les hommes (et les femmes) naissent et demeurent libres et égaux en droits. »

          L’irrésistible dissolution du couvercle religieux qui étouffait les esprits originaux libéra la curiosité scientifique et une ouverture des mentalités. Il ne fut ainsi plus question de brûler Blaise Pascal en lutte contre les jésuites aristotéliciens pour la question fondamentale du vide et de la pression atmosphérique, comme on avait brûlé vif auparavant Giordano Bruno et sa pluralité des mondes ou plus tard moralement emprisonné Galilée et son héliocentricité.

          La technique de fabrication en série du livre en papier (un matériau dont on pouvait obtenir de très grandes surfaces à la différence du parchemin) n’a pas été copié en Arabie, ni diffusé en Inde ou en Chine.

          C’est l’origine à mon sens de la prise d’avance technologique de l’Europe sur les autres grandes civilisations.

          Celles-ci y ont résisté d’autant plus que cette technologie a été introduite brutalement sur leur territoire par des envahisseurs étrangers et donc associée dans la haine qu’ils ont suscité.

          En conséquence, elles n’ont pas modifié les structures sociales, ce qui est indispensable à leur adoption dynamique et progressiste.

          Le « couvercle » intellectuel a été maintenu le plus longtemps possible pendant que l’Europe et les USA son appendice, continuaient de développer toutes ces technologies qui caractérisent notre époque. Le couvercle invisible subsiste maintenant à travers des hiérarchies qui interdisent au subalterne de montrer sa supériorité intellectuelle sur son supérieur en faisant étant d’idées neuves et créatrices.

          C’est évident en Inde qui maintient malgré ses lois le système odieux des castes. C’est vrai au Japon comme nous l’a raconté Amélie Nothon qui l’a expérimenté de l’intérieur. Je pense que c’est vrai en Chine aussi. Malgré un communisme de façade (une idéologie occidentale !) les vieilles traditions de la Chine impériale n’ont jamais disparu, les grands seigneurs et les mandarins étant aujourd’hui les dirigeants du PCC.

          Quant aux pays arabes, le couvercle est encore autant religieux que traditionnaliste.


        • Chirita-Bobic Nicolae Chirita-Bobic Nicolae 1er septembre 22:11

          @Alren


          Bonjour Alren.
          Ça n’a pas du sens de m’écrire tout cela. Je l’avais déjà analysé en détails, bien avant vous. 
          Dans mon livre « The Germanic Civilization » il y a toute l’histoire de l’humanité : une analyse de fond et dans les détails, depuis le Paléolithique à nos jours.
          Donc, si je me permet de faire un lien entre l’ADN du Neandertal et la construction socio-historique de la Civilisation Occidentale, alors dites-vous que j’ai une bonne raison.
          Cdt, 

        • pemile pemile 2 septembre 00:01

          @Chirita-Bobic Nicolae « Mettez-vous bien dans la tête que tout ce que j’ai dit dans mes articles, finit par s’avérer. »

          Je vous en prie, tenez nous au courant lorsque vos thèses de supériorité germanique et de dynamisme de l’adn neandertalien seront reconnues !

          « Lorsque ..migration.. vous avez critiqué »
          « Lorsque .. gauche .. droite .. vous avez critiqué »

          A qui parlez vous ?

          Je constate plutôt que lorsque JE vous demande d’étayer vos affirmations, il n’y a plus personne !


        • howahkan howahkan Hotah 30 août 17:58

          J’avais lu d’abord : la chine une puissance vénérable...

          a propos de chine avant d’acheter une yamaha mt07 made in japan pour un prix incroyable, ..j’ai acheté une keeway rkv 125 made in china pour me remettre dans le bain après un long arrêt moto... et partie en Europe car ils ont racheté une usine italienne , gardés la boite...

          après 1an de route , 10 000 km, à fond car cela n’est que une 125..et bien la merdasse chinoise comme dit l ’ article a plus que bien tenu le coup.....belle moto,look agréable, mécanique sans problème etc etc

          je dis cela car je le sais de source sur....pareil pour les tel, fringues etc etc filtres a eau ..

          je pense que il ne peut y avoir que des français pour encore prendre les chinois que pour des cons

          et au jeu du plus con ils ne sont pas sur de gagner...


          • howahkan howahkan Hotah 30 août 18:09

            @howahkan Hotah

            bon d’accord je dis cela : et au jeu du plus con ils ne sont pas sur de gagner.

            euh c’est bête car c’est qui ce « ils ».............et oui et comme je n’ai pas de mémoire je ne sais plus..bon je taquine un peu..mais c’est pas méchant.. smiley


          • JC_Lavau JC_Lavau 30 août 20:18

            Merci de donner un éclairage différent.
            Très critique sur les infrastructures et les projets ferroviaires.

            Je retiens que si la grande faiblesse chinoise est l’inégalité sociale, alors nous ne sommes pas bien forts, et de moins en moins forts. Et que question éducation, eux vont dans le bon sens, et nous dans le mauvais.
            Depuis octobre 2015, j’ai commandé pas mal de petit matériel de randonnée en Chine, et je constate là l’émergence d’une classe moyenne, qui pratique ce genre de plein air avec de plus en plus d’intelligence, et d’expérience.
            http://citoyens.deontolog.org/index.php/topic,2222.0.html
            http://citoyens.deontolog.org/index.php/topic,2286.0.html

            Des lampes LED pour la voiture, aussi.
            Des loupés, oui, ça arrive : une boussole dont l’axe a été monté hors de sa crapaudine, elle ne boussole pas, et elle n’aurait jamais dû franchir le contrôle.

            Une autre année, un trépied photo carbone, je n’en pense que du bien. Donc ils apprennent vite. En revanche il est difficile de trouver une tête trois axes précise et pas trop lourde.

            En astronomie amateur, voilà une dizaine d’années que nos principaux fournisseurs sont en Chine. Oui il y a des jeux à rattraper dans la monture ; c’est surmontable.

            Chez nous je constate la destruction du savoir-faire ouvrier à grande vitesse, depuis trente à quarante ans. C’est très long à reconstituer, à supposer qu’on en ait la volonté et les moyens.
            Quant à la destruction du savoir-faire paysan, même l’Algérie en souffre aussi de son côté.


            • François Vesin François Vesin 30 août 22:24

              ...la Chine, on en trouve des traces 5’000 ans avant notre ère.

              Les étasuniens démarrent aux alentours de 1’600 de notre ère.
              Quelque chose me laisse penser que les premiers seront mieux à même
              d’assurer leur pérennité tandis que les seconds peuvent à tout moment
              disparaître si les éléments naturels (sismiques) y contribuent ou, si une
              folle de circonstance entreprend son projet de s’en prendre à la Russie !!

              • Alren Alren 1er septembre 18:33

                @François Vesin

                Il est malhonnête de comparer l’ancienneté des premiers artefacts chinois qui ne révèlent d’ailleurs pas une quelconque supériorité technique sur le reste du monde avec la colonisation européenne des Amériques !
                Car il y a eu sur l’actuel territoire US une culture Clovis douze mille ans avant notre ère.
                En 1600, la technologie européenne que les colons emportaient outre-Atlantique était déjà légèrement plus élaborée que celle de la Chine à la même époque.


                • ung do 31 août 02:21

                  En relisant de près , l’article est vraiment orienté , il ne vise qu’à dénigrer la Chine , dénigrement systématique . Mais les arguments successifs sont vraiment puérils ,à deux sous ,du niveau d’un
                  élève de secondaire . Tout porte au désavantage de la Chine ; sous jacent , c’est que l’’homme occidental est intrinsèquement supérieur . Le reste est à l’avenant .
                  Pae exemple quelle est la valeur du chapitre sur le TGV ?
                  Extrait de https://fr.wikipedia.org/wiki/Grande_vitesse_ferroviaire_en_Chine

                  [Le réseau de grande vitesse ferroviaire en Chine dessert 100 villes, et transporte environ 54 millions de voyageurs par an, soit environ autant que de passagers aériens aux États-Unis. En 2014 en Chine, ce moyen de transport est deux fois plus utilisé que les moyens aériens.

                  Ce réseau a été planifié avec une vision stratégique et innovante par le gouvernement chinois, alors que le secteur de transport ferroviaire de passagers et de la construction de lignes n’est pas ouvert à la concurrence dans ce pays.

                  Alors que le réseau ferroviaire chinois était plutôt ancien et lent, les décennies de 2000 et de 2010 voient le développement très rapide d’un réseau de lignes à grande vitesse contribuant à moderniser le réseau chinois. La Chine est ainsi devenue le pays disposant du plus grand réseau de lignes à grande vitesse dans le monde.]


                  • howahkan howahkan Hotah 31 août 08:47

                    @ung do

                    tout à fait..
                     smiley


                  • Alren Alren 1er septembre 18:44

                    @ung do

                    Alors que le réseau ferroviaire chinois était plutôt ancien et lent, les décennies de 2000 et de 2010 voient le développement très rapide d’un réseau de lignes à grande vitesse contribuant à moderniser le réseau chinois.

                    C’est bien ce qu’on dit : en 2000 le TGV français roulait depuis vingt ans et les Chinois l’ont copié. Ils n’ont rien inventé !

                    Quant au réseau précédent, lui aussi utilisait une technique créée un siècle et demi auparavant en Europe et progressivement modernisée en Europe !

                    La Chine est ainsi devenue le pays disposant du plus grand réseau de lignes à grande vitesse dans le monde

                    C’est parce que ce pays est immense et très peuplé. C’est comme pour les gratte-ciel : ils sont plus hauts en Asie qu’ailleurs - orgueil imbécile - mais construits avec la technologie occidentale et souvent conçus par des ingénieurs occidentaux.


                  • JC_Lavau JC_Lavau 5 septembre 13:12

                    @Alren. Mais ces gratte-ciels ont été conçus par des cochons et construits par des cochons : pensez-donc, même ravagés d’incendies, ils ne s’écroulent toujours pas sur eux-mêmes. Ils devraient pourtant, comme le WTC n° 7, fleuron de la technologie U.S.A.


                  • Montagnais Montagnais 31 août 21:59
                    il y a 34 minutes

                    L’Ukraine a vendu à la Chine tous les droits sur l’Antonov An-225 Mriya (« rêve » en ukrainien), avion-cargo figurant parmi les plus gigantesques ...

                    .. Chine, emportée dans la spirale du toujours plus ..

                    Mao ! Reviens ! 

                    Coucou de Yan’an 

                    • Montagnais Montagnais 31 août 22:25

                      Alren a raison dans sa passe avec l’auteur, qui décidément voit mal ..


                      L’Amérique ? Nulla Dies Sine Bella

                      Les Anglo-saxons ont dévasté l’Europe depuis près de trois siècles, et mieux .. Et toutes les abominations du continent ont été savamment fomentées, ourdies, calculées et attisées par eux : de la « Révolution française » à la « révolution » russe, de la guerre franco-prussienne à la première, de la « montée » du socialisme allemand à la deuxième ..

                      Faut être osé pour écrire comme vous le faites ton léger : 

                      « Enlever les Etats-Unis de la carte, et vous vous dirigez vertigineux vers une troisième Guerre mondiale. »

                      Mazette ! Heureux qu’on vous ait eu vous, si édifiant, si émancipateur



                      Mais.. Qui à part vous pense cela ? le troupeau façonné par l’hollywoodisme ?



                      Juste pour souligner : à Yalta, février .. L’Amérique avait dix millions de soldats, partout envahissant le monde .. Roosevelt, Churchill, Tonton Jo .. copains comme cochons, tout affriolés au partage de la terre

                      Le Nippon désespéré, vaincu, qu’attendait juste une main tendu .. soufflé ! 




                      Vous y croyez vous ? que le sort du petit caporal autrichien était pas réglé avant qu’il ait commencé ? 

                      Seulement, voilà : 60 millions de macchabés sur le continent, le reste terrorisé, bombardé, phosphoré, nucléarisé, enfants, anéantis, hors-circuit pour longtemps ..

                      Vous rappelez quand coco’s et nazisses défilaient bras dessus bras dessous ? 

                      Bah ! 

                      Savante la stratégie des Godons ! depuis 1420 .. lurette ! regardez ce que disait  Lloyd George à Clémenceau

                      Mais .. j’ai pas dans l’idée de vous convaincre

                      .. Sinon que vot Amérique .. elle nucléarisera la Chine au moindre doute

                      • Chirita-Bobic Nicolae Chirita-Bobic Nicolae 1er septembre 06:10

                        @Montagnais


                        Bonjour, 
                        Il me semble que vous n’avez pas compris comment fonctionne ce monde.

                        Dites-vous que le monde est régi par une logique de domination, disposition héritée depuis les primates (à moins que vous seriez créé par Dieu ???).
                        Dites-vous également que cette logique est régie par le jeu de stratégies, dont la France a participé, et participe pleinement. 
                        Dites-vous enfin, que celui qui n’a pas compris cette logique, et qui ne participe à ce jeu, serait toujours un acteur secondaire.

                        Evidemment, actuellement ce sont les Américains qui menent le jeu, car comme disait Jules César « c’est au vainqueur qu’il revient le butin », et vu que ce furent eux qui ont sacrifié plus de capital humain et financier...ils imposent leur règle, car ils n’ont pas sacrifié des milliers d’âmes pour faire plaisir aux autres !!! ??? Soyons logiques !!!

                        En outre, auriez vous préféré une gouvernance arabe ? Si l’année 732 vous rappelle quelque chose ! Soit peut-être une gouvernance mongole ? Ou ottomane ? 
                        Car la compétition a commencé tôt... Et nombreux furent ceux qui ont participé, et qui ont cherché le butin. 
                        Sauf qu’à la fin sont les germaniques qui l’ont gagné (pour votre culture la population américaine est majoritairement d’origine allemande). Sans compter les autres germaniques.

                        Dès lors, il semblerait que finalement ce monde est juste.... pour ceux qui se sont réveillés de bonne heure, qui ont risqué, qui ont travaillé, qui se sont développés, etc.

                        Donc si vous continuez à philosopher, vous risquerez aussi à rater votre compétition, et celle de la France en passage.

                        Cdt,

                      • Alren Alren 4 septembre 12:44

                        @Chirita-Bobic Nicolae

                        et vu que ce furent [les USA] eux qui ont sacrifié plus de capital humain et financier...ils imposent leur règle, car ils n’ont pas sacrifié des milliers d’âmes pour faire plaisir aux autres 

                        Les USA ont gagné la guerre contre l’Allemagne ( avec leurs alliés) et le Japon d’abord grâce à l’océan Pacifique et l’océan Atlantique qui rendaient un débarquement de ceux-ci sur leur territoire impossible.

                        L’inverse était vrai d’ailleurs : si, dans le sillage des Britanniques, ils ont pu débarquer avec un succès de justesse en 1944 en Normandie, c’est qu’ils partaient de l’autre côté de la Manche pour quelques centaines de kilomètres de traversée seulement.

                        Ils n’ont pas eu à débarquer au Japon. Rien ne prouve que l’opération eût été un succès.


                        À l’abri derrière leurs douves d’eau salée, l’immensité du territoire et l’importance de la population leur permettaient de fabriquer à l’abri de tout bombardement le matériel nécessaire pour surclasser l’ennemi.

                        Mais si ce matériel a suffi à vaincre le flotte japonaise, il n’aurait pas suffi contre l’Allemagne.

                        Vos chers germaniques ont été vaincus par la race socialement inférieure des slaves. Et ce sont eux qui ont payé le prix du sang et de la destruction massive de leurs pays. Sans avoir en retour le butin cher à Jules César.



                      • Chirita-Bobic Nicolae Chirita-Bobic Nicolae 4 septembre 21:02

                        @Alren


                        Bonsoir, 

                        Selon les statistiques, il semblerait que les germaniques de l’Europe (Allemands) ont été vaincus par les germaniques de l’Amérique du nord et de l’Union Soviétique. Sachant que les russes sont également un peuple d’origine germanique, et que l’Amérique du nord était à cette époque à 90% germanique ( les officiers étant, soit d’origine allemande, soit d’origine anglo-saxonne, tandis que dans l’industrie travaillaient uniquement les occidentaux, les noirs n’ayant pas le droit de travailler dans l’industrie à cette époque). Donc ???
                        Puis, l’Union Soviétique a eu son butin (les pays de l’Est) mais n’a pas su le fructifier.
                        Pour le reste, c’est du détails : C’était une guerre germanique, de même comme la civilisation occidentale, qui a une substance majoritairement germanique.

                        Je pense que si vous auriez une culture plus riche, vous n’insisteriez pas autant. Je vous conseille d’apprendre un peu plus d’histoire, car je ne peux pas vous consacrer davantage de mon temps.

                        Cdt, 

                      • ung do 4 septembre 22:52

                        Connaissez vous l’anecdote ? un psychiatre a un entretien avec un patient , il trace divers dessins ( maison , voiture , avion , etc ...) et à chaque fois le patient répond : c’est un sexe féminin . Le psychiatre finit par s’exclamer : vous êtes vraiment un obsédé sexuel ; le patient réplique : c’est vous l’obsédé qui dessinez chaque fois un sexe .
                        L’auteur de cet article a deux ou trois obsessions :
                        _ tout ce que font les Chinois leur sont défavorables
                        _ tous ce qui est bien dans le monde est germanique
                        _ tout ce qui est bien et éternellement bien est néandertalien

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès