Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La chute de l’euro et du pétrole au secours de la croissance (...)

La chute de l’euro et du pétrole au secours de la croissance ?

Bien sûr, la politique menée par le gouvernement le mène dans une impasse, illustrée par le nouveau record du chômage en novembre. Néanmoins, la croissance aux Etats-Unis, la hausse du dollar et la forte chute du prix du pétrole pourraient apporter un léger regain de croissance en 2015.

 
2014 depuis le rétroviseur
 
Début 2013, je m’étais livré au délicat exercice de la prévision en pronostiquant une « sortie illusoire de crise en 2014 (…) un certain nombre de facteurs semblant indiquer que nos économies pourraient légèrement repartir  » : rebond des marchés, modération des plans d’austérité et à demande internationale. Mais je précisais aussi que « cette reprise serait aussi faible qu’illusoire pour la grande majorité de la population ». Mi-2013, je parlais de 0,5 à 1% de croissance en 2014 sans occulter « un risque de rechute  » ou « l’effet dépressif de la mondialisation sur le niveau de l’emploi et le pouvoir d’achat dans les pays dits développés, ni la spéculation délirante du monde financier, ou l’accroissement des inégalités ».
 
Il faut bien reconnaître que nous nous situons dans le bas de la fourchette puisque les dernières prévisions font état d’une croissance de 0,4% pour l’année en cours en France. On peut penser que le ralentissement des pays émergents et un rebond mécanique plus limité peuvent expliquer le léger écart. Mais globalement, j’ai l’impression de ne pas avoir trop à rougir de ces prévisions qui avaient souvent déclenché des débats passionnés. C’est d’ailleurs sur ce rebond mécanique que François Hollande parie pour essayer de sauver son mandat et pouvoir se représenter dans des circonstances plus favorables en 2017 et ne pas être balayé même si depuis quelques mois, cette stratégie semble très aléatoire.
 
Vents plus favorables ?

Mais l’année 2015 pourrait bien se présenter sous des hospices un peu moins négatifs. Deux facteurs clés l’expliquent : la montée du dollar par rapport à l’euro, et l’effondrement du prix du pétrole. Deux faits qui ont un poids important sur la croissance de l’UE et de la France. L’euro est aujourd’hui à ses plus bas face au dollar depuis dix ans, et il ne faut pas oublier que sa dépréciation au tournant du siècle avait joué un rôle dans la forte croissance de l’époque. Alors qu’au printemps, l’euro s’échangeait entre 1,35 et 1,4 dollars, il s’approche aujourd’hui du cap des 1,2 dollars, du fait de la croissance des Etats-Unis et de la perspective d’une hausse des taux de la Fed l’an prochain notamment.

Outre la baisse de l’euro s’ajoute la très forte baisse concomitante du prix du baril de pétrole, qui a perdu près de 50% de sa valeur depuis le mois de juin, sous les 60 dollars, dans le cadre d’un jeu géostratégique où de nombreuses hypothèses sont avancées. Le FMI a annoncé que cette baisse contribuera à doper la croissance mondiale de 0,3 à 0,8 point en 2015 et 2016. Et cela est logique pour des pays exportateurs puisque cela va améliorer le pouvoir d’achat des consommateurs mais aussi diminuer les coûts des entreprises qui atteindroint plus facilement leurs objectifs de profits et pourraient donc tailler un peu moins dans les coûts, ce qui pèsera moins sur la croissance.
 
Bien sûr, 2015 ne sera pas l’année d’une reprise flamboyante et tous les déséquilibres majeurs subsisteront, mais le contexte économique qui se dessine semble devoir être plus positif, rendant finalement possible l’hypothèse d’une légère accélération de la croissance, autour de 1%.

Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 27 décembre 2014 09:51
    Aux Etats-Unis, la croissance au plus haut depuis 2003...« Le Monde »...et chez nous ben on est dans le trou.. !





    • fred.foyn Le p’tit Charles 27 décembre 2014 12:43

      Eh oui...une réalité cette année...allez voir sur le net... !


    • dithercarmar dithercarmar 27 décembre 2014 17:52

      Tout le monde à oublié

      Ilha das flores (L’île aux fleurs)

      https://www.youtube.com/watch?v=fZFFHRfpq6s

      ou

      https://www.youtube.com/watch?v=VlN9Dz4QzKM&index=49&list=WL


      À VOIR OU À REVOIR


      • titi 27 décembre 2014 18:19

        Il y a quelques mois, certains criaient haro sur l’Allemagne, et l’Euro fort.

        Bah voilà. L’euro a baissé fortement. Et nous ? L’économie est repartie ? Bah non.

        Qui plus est, Hollande bénéficie d’une situation exceptionnelle, comme aucun dirigeant Français n’en a bénéficié depuis Jospin en 1998-2000 : euro bas, pétrole bas, croissance au rendez vous chez tous nos partenaires.
        Et il se passe quoi chez nous ? rien.

        Il va falloir se poser les vraies questions sur la viabilité de notre « super modèle », et ne pas remettre la cause de l’échec que l’Allemagne, l’Euro, les salauds d’US, etc...


        • Le421 Le421 27 décembre 2014 18:36

          Un petit copier-coller assez intéressant pour nuancer les propos de certains...

          «  Le taux de change réel effectif, c’est-à-dire la valeur de l’euro par rapport à un panier de monnaies étrangères, n’est lui en repli que de 5 % depuis le début de l’année  », nuance Ludovic Subran, chef économiste d’Euler Hermes. La monnaie unique ne s’est ainsi pas dépréciée par rapport au yen cette année. L’impact sur le PIB serait de 0,2 % la première année et de 0,6 % la deuxième année, selon ses calculs...


        • titi 27 décembre 2014 21:02

          « L’impact sur le PIB serait de 0,2 % la première année et de 0,6 % la deuxième année, selon ses calculs... »

          Croissance du PIB
          2012 : 0%
          2013 : 0,3 %
          2014 : 0,4 % (prévision INSEE)
          2015 : 1% estimation du gouvernement

          Un impact de 0,2% à 0,6% compte tenu des performances du pays, c’est énorme.


        • Le421 Le421 27 décembre 2014 18:32

          1.10€ le litre de gasoil ce soir à l’hyper du coin...
          A qui profite le crime ??
          De toute façon, vu qu’on a appris à se serrer la ceinture côté pétrole, à part pour certains abrutis, ça ne va pas changer grand chose.
          C’est un peu l’histoire de la baisse de la TVA dans la restauration. Ils n’ont pas embauché et je ne suis pas plus sorti.
          Bouffer une belle entrecôte au grill avec des frites et siroter de l’eau du robinet avec (poulets à la porte du restau avec un ballon dégonflé), ça ne m’inspire pas...
          Désolé.


          • soi même 28 décembre 2014 00:53

            C’est beau tous ces discours, tant que l’on veut pas considérer que la dette a une action négative, on a beau avoir tous les artifice du monde en jeux, la croissance ne pourra jamais repartir !

            Sur la réalité ce qui se passe est insignifiant, car cela concerne un 1% de personnes qui spécule et par ailleurs et lourd de significations pour les 99% de personnes qui sont sous l’influence de cette dette croissance donc ont perçoit bien qu’il est hors de question de la soldé !


            • aimable 28 décembre 2014 07:47

              les décideurs ont une belle réserve de savon noir , ils passent leur temps a savonner la planche de Holande et de son gouvernement ,en espérant qu’ils se cassent la gueule avant 2017 !!!


              • Hector Hector 28 décembre 2014 08:16

                "../.. cela va améliorer le pouvoir d’achat des consommateurs mais aussi diminuer les coûts des entreprises qui atteindront plus facilement leurs objectifs de profits et pourraient donc tailler un peu moins dans les coûts, ce qui pèsera moins sur la croissance."
                Faut vraiment pas manquer d’air pour écrire ça.
                Entreprises, objectifs de profits (parce qu’il y a des entreprises qui bosse pour la gloire ?), coûts, croissance, pouvoir d’achat et enfin le fin du fin ; Compétitivité.
                Impact ; 0,2% sur le PIB. Ça va nous faire une belle jambe.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès