Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La controverse soulevée par Gérard Depardieu

La controverse soulevée par Gérard Depardieu

L’Impôt confiscatoire sur le Capital

Comme chaque année, lors de l’examen de la loi de finances rectificative, le contribuable français est angoissé. Pour l’année 2013, les répercussions des modifications fiscales votées par les parlementaires vont être confiscatoires pour certains. Le Premier des Ministres suivi par plusieurs autres ministres ont jeté l’opprobre sur l’acteur Gérard DEPARDIEU qui a décidé de s’installer en Belgique. S’il est emblématique, il n’est pas seul, ils sont plus d’un million et demi d’expatriés français en Grande Bretagne, Suisse, Allemagne, Belgique ou États-Uni. Ils ne sont pas tous des milliardaires. Ces cerveaux et ces talents filent à l’étranger, quelles sont leurs motivations ?…À la question clairement énoncée « Vous savez que Gérard ¬Depardieu a quitté la France pour la ¬Belgique où il paiera moins d’impôts, comprenez-vous sa décision », 40% des Français disent « oui », selon un sondage Ifop réalisé pour Le Figaro. Plus significatif, une majorité des sondés de tous bords se refuse à blâmer l’acteur. Plus largement, un Français sur six éprouve le sentiment que le nombre d’exilés fiscaux ne cesse de croître.

Si le principe de l’impôt comme correcteur des inégalités n’est pas remis en cause, c’est le niveau et les destinations qui sont critiqués. L’empathie grimpe proportionnellement aux revenus, elle est majoritaire dès que le foyer dispose de plus de 2300,-€ par mois. Pourquoi ne pas admettre qu’un sentiment de protestation se développe contre une fiscalité spoliatrice au sein des classes moyennes et supérieures.

C’est avec de justes motifs que les députés de l’opposition ont saisi le Conseil Constitutionnel. Ils contestent plusieurs articles comme : la taxation à 75 % pour rupture devant l’égalité, la taxation des plus-values de cession de titres, ainsi que certains revenus latents qui n’auraient pas été effectivement perçus qui seraient à intégrer dans le plafond imposable.

Ainsi la nouvelle tranche d’imposition sur le revenu à 45% (IR), suppose que l’on s’y attarde. Couplée aux prélèvements sociaux applicables à des rendements de capitaux investis en titres financiers obligataires, elle peut aboutir à un résultat NEGATIF ! D’autant plus que la fiscalité s’applique sur le rendement brut… et non réel avec la suppression du prélèvement libératoire forfaitaire (bien pratique pour les gros contribuables)

Revenons sur une définition élémentaire du « train de vie » que recherchent les classes sociales dites aisées, qui disposent de l’essentiel avec leur subsistance matérielle assurée.
Pour elles, existent de fait, la fortune « liquide » (constituée de sommes immédiatement disponibles et mobilisables en espèces, comptes bancaires, épargne à court terme.) et la fortune « il-liquide » (des biens, propriétés, œuvres d’art, titres acquis grâce à un pouvoir d’achat qui a été investi sur une ou plusieurs générations et dont le contribuable ne dispose plus immédiatement.) Dans ce cas, la surimposition que nous dénonçons peut avoir des effets confiscatoires car pour s’acquitter de ses impôts le contribuable doit vendre tout ou partie de son patrimoine.
Mais qu’est ce que la fortune, rien d’autre que le revenu épargné capitalisé donc transformé en investissement. Ne négligeons pas le fait que le patrimoine national ne peut croître que s’il est conservé par des français.

Qu’en est-il alors des fondements du slogan populiste « il convient de taxer le capital comme le travail.. ? Mais encore plus symbolique, examinons l’impôt sur les bénéfices des entreprises distribués aux actionnaires ou aux propriétaires, ils sont déjà amputés par un prélèvement à la source y compris quand ils sont réinvestis pour nourrir le capital productif et développer l’activité.

Emploi, croissance, c’est la projection du scénario noir annoncé par l’Insse pour 2013.
Le déclin de notre industrie va persister, la trésorerie des ménages ne peu que s’amenuiser, le seuil des de 10 % de la population au chômage doit être largement dépassé. Comment dans ces conditions ne pas reconnaître qu’insidieusement le pouvoir en place décourage toute volonté d’entreprendre. Il est illusoire de discourir sur la promotion de l’industrie, d’élaborer des mesures d’incitation à l’embauche, d’assouplir les relations sociales, de claironner sur les avantages de l’aléatoire Crédit d’impôt compétitivité emploi si nos gouvernants ne mettent pas un frein à la boulimie fiscale.

S’ils veulent continuer à parader, les leaders de gauche qui dirigent actuellement l’état, les régions et de nombreuses grandes villes, doivent se référer à l’année 1978, marquée par la révolte des contribuables aux USA. A l’occasion des élections du novembre, des référendums ont été organisés sur le régime de l’impôt dans un grand nombre d’Etats. C’est en Californie que le mouvement prit une ampleur inattendue lorsque fut voté l’adoption d’un amendement à la Constitution de l’Etat visant soit à la réduction immédiate et massive de l’impôt (le plus souvent immobilier), soit à la limitation des dépenses de l’Etat dont le principe est indexé sur le revenu des citoyens. Le chantre, nouveau gouverneur de la Californie, Ronald REAGAN est ensuite devenu le Président des Etats-Unis.

A la même époque, au cours d’un repas, Arthur Laffer un économiste américain avait expliqué que le taux fiscal élevé entraîne une baisse des recettes fiscales à partir d’un certain niveau. Il avait dessiné sur une nappe en papier une courbe qui devint célèbre sous le nom de courbe de Laffer. Il avait expliqué la forme en cloche par la préférence des contribuables en faveur des loisirs (ou de l’inaction) quand l’effort marginal entraîne une taxation plus que proportionnelle au gain de revenu en concluant qu’il est préférable, dans ces cas là, de rester inactif. La difficulté est, cependant, de connaître, le point de rupture pour chaque redevable.

Ce constat devrait susciter un mouvement de réflexion au sein des donneurs de leçons qui prônent l’égalité et la probité avec l’argent des contribuables.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.49/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • kalagan75 26 décembre 2012 11:14

    l’impôt sur les sociétés nous met en position de faiblesse face à la concurrence étrangère qui dispose de plus de cash et finit par racheter les entreprises françaises avec les nombreuses conséquences que l’on connait ...
    sur 38 ministres , un seul a créé une entreprise ( cahuzac ...) , sur 577 députés , 17 ont été chef d’entreprise


    • aviso aviso 26 décembre 2012 11:33

      un Français sur six éprouve le sentiment que le nombre d’exilés fiscaux ne cesse de croître.

      ILS SONT IMMÉDIATEMENT REMPLACER PAR DES RICHES ÉTRANGERS PUISQUE L’IMMOBILIER D’EXCEPTION NE BAISSE ABSOLUMENT PAS !!!


      • lulupipistrelle 26 décembre 2012 17:50

        Oui mais les riches étrangers ne sont pas au même régime... fiscal. En particulier leurs avoirs étrangers sont intouchables... 
        On imagine l’émir du Qatar imposé sur sa fortune, ha,ha,ha... 


        PS/ les riches russes ont déjà trouvé la parade à la taxe d’immatriculation sur les grosses bagnoles en louant les leurs à des sociétés basées en Allemagne, alors vous imaginez si les milliardaires russes vont se laisser plumer par le fisc français... 

      • filo... 26 décembre 2012 13:14

        Je croyais qu’au sujet de ce Mr. tout a été déjà dit et écrit !?

        Alors pourquoi encore un article ?


        • bernard bernard 26 décembre 2012 23:55

          « Alors pourquoi encore un article ? » (sic)

          Pour que l’écran de fumée persiste...
          Haro sur Depardieu et les riches, pour masquer l’insuffisance, l’inaptitude, le manque de volonté, l’incapacité de nos gouvernants de règler les vrai problèmes.

          Et pendant ce temps là...
          on ne parle pas du chômage qui ne cesse d’augmenter,
          on ne parle pas de renault qui s’installe en Algerie alors qu’i licencie en France,
          on ne parle pas de la pauvreté qui progresse de jour en jour,
          on ne parle pas de l’electricité, du gaz qui augmente,
          on ne parle pas des retraites qui diminuent,
          on ne parle pas de l’augmentation du panier moyen lorsque l’on fait les courses,
          on ne parle pas du dérembouresement des médicaments qui ne cesse de progresser,
          on parle pas de la diminution de certaines prestations sociales
          en bref, on ne parle parle pas des vrais problèmes qui se posent à nous tout les jours,
          on nous bassine avec Depardieu, les riches, le mariage pour tous etc, le racisme, l’homophobie, tout ce qui divise les français.

          Vive la politique et ses représentants qui sont tous des hommes honnêtes, intègres, à l’écoute de leurs électeurs...non, là je plaisante...

          Chiotte !


        • Luc le Raz Luc le Raz 26 décembre 2012 17:05

          « Comment dans ces conditions ne pas reconnaître qu’insidieusement le pouvoir en place décourage toute volonté d’entreprendre. »

          Il y a un gouffre entre entreprendre et investir pour spéculer. Pourquoi à votre avis ce sont les boites détenues par des « actionnaires » qui foutent, directement ou indirectement, par leurs sous-traitants, le plus de gens à la porte ? Ah oui, c’est vrai, pas assez rentable !

          Que pensez vous de ces « entrepreneurs » qui tranquillement installés à Paris, grâce à internet, facturent depuis une société bidon installée dans un paradis fiscal ? Regardez ce qui vient d’arriver à Lagardère. Il semblerait qu’il était domicilié dans des boite à lettres. Marrant, non ? smiley
          La Belgique pour un passeport-tremplin pour s’installer à Monaco ? Français on ne peut pas, alors on tente d’être belge ? L’expérience du Jauni national ne semble pas avoir été prise en compte. Bravo les belges !

          A une certaine époque on parlait d’ « Entreprises Citoyenne ». Ringard, n’est ce pas ?


          • therasse therasse 26 décembre 2012 17:27

            Quand cessera-t’on de « sémantiser » toutes les polémiques ?


            Le 11 septembre, la grippe ont vu fleurir les compltistes, conspirationnistes, révisionnistes.

            Les magouilleurs ou prédateurs, évadés fiscaux, justifient ici leur égoïsme en invoquant la spoliation, l’impôt confiscatoire.

            Mais dès lors que les revenus sont gagnés, tout impôt, toute taxe, en particulier ceux prélevés des petits et moyens revenus (car amputant un pouvoir d’achat affecté à des besoins et un confort minimal et légitime) sont perçus comme un vol ; reprendre c’est voler comme l’exprime la sagesse populaire.

            Mais un patron qui gagne entre 400 à 700 fois le revenu de base de son entreprise croit-il vraiment nous convaincre que sa prestation, son activité au sein de sa société mérite réellement ce différentiel de revenu ? 

            La progressivité de l’impôt, celui sur la fortune et les plus values n’ont-ils pas pour vocation de rééquilibrer une répartition des profits, partie « en couille » depuis les progrès de la robotique et de l’informatique, un peu comme si le progrès ne devait profiter qu’aux propriétaires des moyens de production, qui licencient à tout va au fil des progrès technologiques.

            Et l’Europe, celle du libre échange, n’est-ce pas une énorme arnaque qui ne profite qu’aux super privilégiés ?

            Tout récemment, les sites de paris hippiques maltais ne sont plus accessibles ; vous savez, ceux qui redistribuaient 97% des mises. Le petit parieur, qui, rappelons-le, a déjà payé de très lourds impôts et qui aurait envie de s’amuser un peu se verra « confisquer » 23% de ses « investissements », s’il veut continuer à jouer. Il devra donc accepter la « spoliation » du PMU. Remarquez que je viens d’utiliser la même sémantique que Monsieur Cholestérol et celle des journaleux qui militaient tout récemment encore pour le gang sarkozyste, pour l’hyper libéralisme.

            Par contre, Médiapart vient de nous montrer (vidéo ci-dessous) que l’évasion fiscale hexagonale est évaluée à environ 600 milliards (là je ne parle plus des turfistes, vous l’aurez compris), alors que les difficultés pour clôturer le budget 2013 ne portaient que sur quelques dizaines de milliards d’Euros. De quoi se « révolutionner » ! Non ?

            Remarquez, ce qui précède concerne la France et je suis Belge. De quoi me mêle-je ?

            Mais en Belgique, c’est pire ! Ce n’est pas pour les moules frites que les rentiers français débarquent chez nous. Ici, c’est le travail qui est lourdement imposé à tel point que les travailleurs frontaliers vont s’établir en France et y paient leurs impôts. Si vous êtes imposé à 36% en Belgique, vous ne payez que 18% en France. Vous aurez compris qu’il s’agit de contribuables qui ne sont pas imposés sur des revenus superflus mais bien sur ce qui est indispensable à faire bouillir la marmite.

            Par contre, pour les rentiers, c’est Noël tous les jours.

            De quoi se « révolutionner » là aussi ! Non ? Qui osera encore parler de justice fiscale ? En tous cas pas moi. 

            Ah oui, j’oubliais d’évoquer toutes les taxes fixes de type TVA, amendes, indexation qui excluent des produits indispensables à la survie (mazout ou gaz de chauffage), ou à l’activité (carburants nécessaires pour circuler), qui échappent à l’INDEX SANTE, ce type d’indexation qui, sous des aspects dégoulinants de mauvaise foi écologiste, ont permis un hold up de taille dans les porte-feuilles des particuliers et donc sur le pouvoir d’achat.

             Mais brisons là, comme on disait sous l’Ancien Régime ! Car à ce stade mes états d’âme ne pourraient s’exprimer que par des rugissements féroces à l’endroit de ceux qui ne sont sur le papier, que nos mandataires, nos représentants et qui devraient gérer équitablement nos richesses.

            Mais d’aucuns ont oublié depuis belle lurette que la république, la démocratie sont consubstantielles de la VERTU.

               

            • therasse therasse 27 décembre 2012 09:31
              J’ai omis d’insérer le lien conduisant à la vidéo de Médiapart sur la fraude fiscale : Comme il est fréquent que les liens ne « passent » pas sur ce site, vous accéderez à la video par les mots clés suivants : « dailymotion mediapart » ; ensuite, cliquez sur « toutes les videos » et allez sur celle intitulée « l’évasion fiscale, sport internationnal ». 

              http://www.dailymotion.com/video/xvxsei_en-direct-de-mediapart-l-evasion-fiscale-sport-international_news#.UNwGBNtObFI

            • RBEYEUR 26 décembre 2012 18:31

              « …le principe de l’impôt comme correcteur des inégalités n’est pas remis en cause… »

              Il faut toutefois remplacer l’expression monarchique d’« impôt » par l’expression républicaine de « contribution librement consentie ».

              Cette substitution fut accomplie dans la nuit du 4 août 1789, où furent abolis les privilèges, puis par la déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789.   

              S’agissant des inégalités nominales quoi faire, par exemple, entre Zinedine ZIDANE et un cul de jatte ou entre Gérard DEPARDIEU et Philippe
              TORRETON ?

              Cette impossibilité absolue conduit à l’approche corrective prescrite par l’article 13 de la déclaration des droits de l’homme qui dispose d’une contribution proportionnelle aux seules « facultés » individuelles de chacun.
              Plus on est capable plus on contribue.
              Moins l’on est capable plus on reçoit de ceux qui le sont.

              Il ne s’agit donc pas d’envisager le contribuable en raison de son patrimoine mais en raison de ses facultés à générer des richesses.

              Dans un autre ordre d’idée, la fraude fiscale s’envisage aussi par rétention lorsque le contribuable divertit ses facultés.  

              Après avoir satisfait à ses obligations contributives le contribuable a la totale, définitive et irrévocable disposition de tous ses avoirs restants qui s’incorporent ipso facto à son patrimoine.
              Étant donné que l’
              article 17 prohibe tout appauvrissement du citoyen par le seul fait de la puissance publique,  l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune) est anti-institutionnel en s’ajoutant par surabondance aux contributions déjà satisfaites.

              Mais à ce déni manifeste de droit institutionnel s’ajoute une imposture particulièrement immorale.
              En effet, l’ISF frappe uniquement les citoyens possesseurs d’un patrimoine.
              Ce faisant, seuls ceux qui consacrent leurs revenus à la constitution d’un patrimoine seront soumis à cet impôt tandis que ceux qui emploient ces mêmes revenus à d’autres fins quelles qu’elles soient, y compris les plus futiles, n’y seront jamais assujettis.
              Outre un contexte évidemment scélérat, il en ressort une inégalité institutionnelle rédhibitoire face à la contribution publique.

              Mais il y a plus grave.

              L’article 14 de la déclaration des droits de l’homme donne le droit absolu, à tous les citoyens, d’effectuer un contrôle circonstancie et précis de la contribution publique, soit :

              « Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs Représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée. ».
              Tout citoyen a le droit absolu d’une constatation, par lui-même et/ou par son représentant, de la conformité de la contribution publique lui étant demandée.
              Il s’agit du choix ; soit d’une action personnelle, soit d’une action via un représentant, soit des deux puisqu’ils ne sont pas mutuellement exclusifs.
              Il s’en suit le droit absolu de tout citoyen à procéder aux supervisions suivantes :
              1— « De la nécessité de la contribution publique » ; manifestation de la volonté générale. 
              2— « De la consentir librement » ; accord formel de mise en œuvre.
              3— « D’en suivre l’emploi » ; suivi des affectations et utilisations de la contribution.
              4— « D’en déterminer la quotité » ; fixation de la répartition.

              5— « Den déterminer l’assiette  » ; fixation des éléments de constitution.
              6— « D’en déterminer le recouvrement  » ; fixation des formes et modalités de recettes.
              7— « D’en déterminer la durée  » ; fixation des échéances.

              Il en ressort que dans l’état actuel des choses, c’est-à-dire, par absence de la moindre disposition satisfaisant la moindre de ces dispositions, tout impôt, quel qu’il soit, est anti-institutionnel.


              • therasse therasse 27 décembre 2012 10:43

                @Rbeyeur : Rappel historique intéressant ... pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de France.

                Mais depuis lors, vous n’ignorez pas que des codes furent rédigés, des lois fiscales votées par la Représentation Nationale que vous ne pouvez pas biffer d’un trait de plume. Et si vous prétendiez que dans la hiérarchie des sources de droit, la « Déclaration des droits de l’homme et du citoyen » serait prééminente, comment interpréter l’article 13 s’agissant des citoyens qui, compte tenu des montants de leurs charges, eu égard à leurs revenus S’ESTIMERAIENT DANS L’IMPOSSIBILITE DE CONTRIBUER ? 1EURO symbolique devrait suffire, non ? Car c’est ça, la crise ! Vous vous faites l’avocat des hautes sphères de la ploutocratie. Mais vos références institutionnelles, en même temps qu’elles semblent nier la légitimité de l’impôt sur la fortune et les plus values, apportent également des arguments au contribuable de base pour ne plus CONSENTIR à un impôt insupportable, excédant de très loin ses FACULTES.
                Pour mieux imager mon propos, il suffirait peut-être de généraliser l’appellation impôt à toutes les transmissions de monnaies qui s’opèrent habituellement au sein du groupe social : on nommerait, par exemple, impôt le montant d’une place de cinéma qui a permis à toute cette industrie de sucrer ses stars comme elle le fait depuis toujours. 
                Un mot encore, Monsieur le beau phraseur, pourriez-vous nous éclairer sur le sens du mot « facultés » dans l’article 13 de cette Déclaration que vous appréciez tant ? Jusqu’à quel niveau de revenu est-on en droit de considérer qu’un citoyen devrait être exempté de tout impôt, puisque vous retenez la liberté de contribution comme élément fondateur ? : 
                "Article 13
                Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs FACULTES.





              • Jean Yanne Jean Yanne 26 décembre 2012 18:54

                Je te félicite pour ce« papier »


                Effectivement , le trop d’impôt tue l’impôt , c’est connu. 
                Il est évident que pour qu’il y ait une activité , il faut un investisseur avant tout , un donneur d’ordre , s’il n’y en a pas , il n’y a pas d’activité !

                Je pense , cette année , communiquer à mes locataires la part de leurs loyers qui va directement à l’état . Mes locataires sont de petites gens et mes loyers ne sont pas élevés mais , je peux considérer que maintenant et bien que n’étant pas une grosse fortune , l’augmentation de mes impôts dus à ces locations est extraordinaire . De fait , cette augmentation est payée par les locataires et au final ce sont de petites gens qui vont payer ces augmentations d’impôt !

                Mais pire encore , je me proposais d’investir dans la construction locative , je ne vais pas le faire , beaucoup trop de soucis pour un gain minime .
                Je vais donc investir ailleurs , peut être pas en France ni dans l’activité .

                Je ne suis pas le seul à raisonner ainsi , beaucoup font de même . Au bilan , nous allons dans le mur !

                Que faudrait il faire ?
                Je suis convaincu , pour ma part , que l’investissement est un jeu, qu’on investisse ici ou ailleurs peu importe , qu’on gagne ou qu’on perde la question est secondaire , l’essentiel est de participer !
                Si tout investissement entraîne trop d’impôt , les investisseurs placeront dans des valeurs refuge , de l’Or , ou autre , mais rien pour susciter l’activité !
                Il y aurait bien une formule visant tout simplement à privatiser l’assistanat , c’est à dire à faire ce que les romains faisaient , l’évergétisme , ou ce que les américains nomment le mécénat et qui fait que les individus préfèrent investir comme l’a fait steeve Job dans les actions humanitaires que de payer des impôts !

                Mais il y a encore mieux à faire
                Il suffirait d’assurer à chacun, au niveau du calcul seulement , un revenu universel pour tout assistanat et financer celui ci sur la TVA, en libérant ainsi les charges sociales puisées sur l’emploi . Nous aurions ainsi une explosion de production de richesses inimaginable !


                enfin , et pour en finir totalement avec cet assistanat , imposer tous les revenus ,y compris ceux de l’assistanat et de la sécurité sociale !
                Je vous garantie alors qu’on fera beaucoup d’économies !

                • lulupipistrelle 26 décembre 2012 19:49

                  Un bon investissement ce sont les locations saisonnières dans les stations thermales... 


                  A une époque, il y avait même des abattements... et c’est ainsi que des Anglais ont financé leur résidence secondaire.

                • JL JL 26 décembre 2012 18:54

                  La nationalité confère des droits mais implique des devoirs.

                  Du temps des colonies, les pauvres gars qui n’avaient rien demandé au fin fond de leur Afrique, mais qui étaient Français comme ceux de nos campagne française plus ou moins « à l’insu de leur plein gré », étaient ’gentiment invités’ à aller se faire tuer au front sous peine, en cas d’insoumission, de pires ennuis.

                  Aujourd’hui on est parait-il en guerre économique ? Le privilège des riches par rapport à ces pauvres ploucs d’antan, nos grand pères, c’est qu’ils peuvent échapper à tous leurs devoirs, mais faut pas pousser : ou bien ils se démerdent pour trouver une autre nationalité et peuvent alors être déchus de leur nationalité française, ou bien ils doivent passer à la casserole, de gré ou de force. Pas de pitié pour les cons : t’es Français ? T’as du fric ? Tu raques. T’es Belge ? Suisse ? Amerloque ? Alors rend ton passeport français.


                  • Jean Yanne Jean Yanne 26 décembre 2012 19:09

                    Justement vois tu , le colonialisme Français continu . C’est ainsi qu’au terme de la croisade la plus sanglante et la plus ignoble qui soit , les Francs ont conquis l’Occitanie au termes de massacres sans nom !

                    Depuis , l’Occitanie est considérée comme Française et les occitans sont Français de gré ou de force !

                    Le pillage de l’Occitanie continu, Occitanie ,,pays Basque Corse et autres DOM TOM !

                    J’ai choisi mon pays , et ne veux plus être Français comme des millions d’autres qui pour des raisons financières ou autres ne veulent plus l’être !
                    Mais on leur interdit leur patrie , elle est niée par l’état Français colonialiste lui même !
                    Sais tu que ce discours , je l’ai entendu de la bouche même d’un Ministre actuel .
                    Il s’agit bien sûr de Taubira !
                    Ce n’est d’ailleurs pas quelqu’un d’autre qui l’a entendu , mais moi en chair et en os !

                    Cet état totalitaire ne peut plus continuer ainsi ! Saches le , bon nombre de « Français de papier » ne veulent plus l’être eu égard de la politique désastreuse en cours qui fait suite à la nullité Sarkosienne !

                    Il est temps que vous Français , preniez conscience de cela , avant qu’on ne vous le rappelle avec d’autres arguments plus explicites !

                  • lulupipistrelle 26 décembre 2012 19:53

                    Moi je suis sereine... depuis que mon fils a fait des recherches et a découvert que sa soeur et lui peuvent à n’importe quel moment ré-intégrer la nationalité d’un aïeul (et même de deux) grâce au droit du sang... 



                  • lulupipistrelle 26 décembre 2012 20:11

                    PS pour ne plus être affublé de la nationalité française sur le territoire français et à Monaco, il faut 4 ans d’expatriement...Après, on peut y vivre avec les droits et privilèges de n’importe quel citoyen de l’UE, si on a une nationalité européenne. 

                    Pourquoi expatriement ? parce que comme l’a si judicieusement rappelé Jean Yanne, la patrie de beaucoup ne se confond pas avec la France...Il a omis d’ailleurs le Comté de Nice, la dernière des colonies françaises, rattachée à la France par un referendum truqué en 1860, puis l’envoi de 10 000 fusiliers marins en 1871...

                  • foufouille foufouille 26 décembre 2012 20:11

                    "J’ai choisi mon pays , et ne veux plus être Français comme des millions d’autres qui pour des raisons financières ou autres ne veulent plus l’être !"

                    les routes sont a peages ?
                    tu as 100k€ pour un probleme de sante important ?


                  • Jean Yanne Jean Yanne 26 décembre 2012 21:03

                    « tu as 100k€ pour un probleme de sante important ? »


                    ah bon , c’est pour la sécurité sociale que tu es Français !
                    Il fallait le dire , ce n’est donc plus « France » qu’il faut appeler ce pays mais « SS » !

                    Mais rassure toi , il existe des assurances dans tous les pays du monde , assurance santé bien sûr , et puis , tu sais , à un certain stade , je ne pense pas qu’on soit si accro que cela à la vie !

                  • foufouille foufouille 26 décembre 2012 22:25

                    « Il fallait le dire , ce n’est donc plus « France » qu’il faut appeler ce pays mais « SS » ! »
                    comme les nazis bourgeois
                    et ses polanski


                  • franc tireur 26 décembre 2012 21:06

                    la fiscalité francaise n’est qu au service du politique donc de l’idéologie alors qu’elle devrait etre au service de l’efficacité économique ,résultat a force de triturage plus personne n en comprend le sens

                    par ailleurs l exil des francais n est fiscal que pour une minorité,les autres partent pour travailler ou créer son business ;durant ces fetes j’ai revu ma cousine partie a Londres ,les francais de plus en plus jeunes y recherchent avant tout un autre état d esprit car les francais sont vraiment déprimants avec leur mentalité étriquée de paysan ,elle est pas prete de revenir !


                    • Jean Yanne Jean Yanne 27 décembre 2012 07:14

                      C’est exactement cela , il me semble effectivement que nous sommes englués dans une « revendicationite » issue d’un Marxisme mal compris et détourné par les communistes et les capitalistes étroits qui ont transformé le fait social en un combat de médiocres jalousant la voisine !


                    • franc tireur 26 décembre 2012 21:13

                      « taxer le capital comme le travail » sera la plus grave erreur économique de ce quinquennat, cela va bloquer tous les leviers d investissement et la BPI aura des moyens derisoires pour pallier
                      il faut se rendre compte a quel point on est gouverné depuis des decennies ,encore plus aujourdhui,par des gens qui ignorent totalement le fonctionnement de l entreprise,du business de PME/TPE ce sont des hauts fonctionnaires qui n ont jamais entrepris ni travaillé de leur vie


                      • spartacus spartacus 26 décembre 2012 21:43

                        C’est effectivement assez grave cette ignorance basique à un si haut niveau de l’économie.


                        Une vraie armée de bras cassés.


                      • RBEYEUR 28 décembre 2012 00:22

                        @therasse

                        Votre réaction du 27 décembre à 10h43 sur ma communication du 26 décembre à 18h31.

                        Il y a d’abord vos caquetages :
                        — « …Vous vous faites l’avocat des hautes sphères de la ploutocratie…. ».
                        — « …Un mot encore, Monsieur le beau phraseur,… ».
                        Bouffonneries évidemment antinomiques d’un sérieux quelconque dans une moindre discussion.

                        Et puis il y a vos considérations aberrantes en matière de droit.

                        Vous commencez par dire que la déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 aout 1789 n’est qu’un « …
                        Rappel historique intéressant ... pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de France… ». 
                        Rien que cela !
                        Juste un tout petit rappel :
                        — La déclaration des droits de l’homme de 1789 est en préambule de la constitution.
                        — Les lois organiques et ordinaires doivent être conformes à cette constitution, notamment à cette déclaration.
                        — Le conseil constitutionnel veille à cette conformité en rejetant toute loi qui y déroge.     
                        Avez-vous réellement eu une formation de droit ?
                        Avez-vous réellement assumé les responsabilités que vous dites ?
                        Dans ces conditions comment pouvez-vous émettre une telle ânerie ?

                        Vous continuez en disant : « …
                        vous n’ignorez pas que des codes furent rédigés, des lois fiscales votées par la Représentation Nationale que vous ne pouvez pas biffer d’un trait de plume…. ».  
                        Tout d’abord, on ne rédige pas les codes puisque ce que l’on appelle les codes sont des regroupement par thème de tous les textes intéressant chacun d’eux.
                        Par exemple, le code général des impôts réunit tous les textes (lois, décrets, ordonnances, arrêtés, etc.) intéressant les impôts sous tous leurs aspects.
                        Dire que l’on ne peut pas « 
                        biffer d’un trait de plume » tel ou tel texte au motif qu’ils ont été voté par « la représentation nationale » constitue une monumentale ânerie.
                        Ignorez-vous donc que votre « représentation nationale » n’est qu’une majorité politique de circonstance qui va et qui vient au fil des élections ?
                        Ignorez-vous donc que vos « codes et lois fiscales » ne sont que des « feuilles mortes qui se ramassent à la pelle » à chaque changement de majorité politique ?
                        Ignorez-vous donc que vos « codes et lois fiscales » ne peuvent avoir que la durée de vie d’un éphémère s’ils sont non conformes à la constitution, donc non conformes à la déclaration des droits de l’homme de 1789, à condition, bien entendu, qu’ils soient soumis à l’examen du conseil constitutionnel et que ce dernier soit autre chose qu’un tabernacle de crapules ?         
                           

                        L’exposé de vos ignardises étant suffisant nul intérêt de continuer sur le reste de votre réaction.  


                        • L’immigré 28 décembre 2012 07:07

                          @therasse et les contradicteurs de RBEYEUR :
                          Messieurs,
                          Veuillez je vous prie ne pas perdre votre temps à tenter de démontrer quoi que ce soit à cet individu. RBEYEUR n’est pas digne de vous, ni d’aucun d’entre nous, d’ailleurs.

                          Afin que chacun ait une idée de sa personne et de sa crédibilité, les informations lui concernant sont à trouver à cette adresse :
                          http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/philippe-torreton-insulte-les-127887?debut_forums=100#forum3577662
                          Extrait :
                          ‒‒début‒‒
                          « […]
                          Je souhaite qu’il soit définitivement banni : il pollue le site et il est la honte de sa chère France.

                          MOTIFS :
                          J’avais
                          déjà alerté la modération pour :
                          1‒ « Contenu
                          incitant à la haine, au racisme, au sexisme »
                          2‒ « Contenu à caractère
                          diffamatoire »
                          […]
                          PREUVES :
                          1ses posts en cause furent SUPPRIMÉS par les modérateurs
                          […]
                          5RACISME ou XÉNOPHOBIE sous-jacent ou indirectement suggéré : « bougnoule » et « crouille »
                          6
                          RACISME DIRECT ou XÉNOPHOBIE DIRECTE : « esclave-newlook » (ne cherchez pas : la modération a supprimé l’information)

                          RÉSULTAT  :
                          ‒ SUPPRESSIONS À RÉPÉTITION (récidive) des
                          posts en cause du quidam dont un automatiquement.
                          ‒ BANNISSEMENT (cas de son ancienne adresse).

                          […] »
                          ‒‒fin‒‒
                          Pour plus d’informations, veuillez me contacter directement sur un de mes posts futurs.

                          Parce qu’il est possible que la parole d’un immigré ait peu de valeur pour beaucoup de gens, je pense que celle d’un enseignant-chercheur serait plus pertinente aux yeux de ces mêmes gens. J’en trouvai un à la même adresse dans ce forum.
                          L’enseignant-chercheur Connolly cerna bien la personnalité de RBEYEUR.

                          Les extraits ci-dessous, de l’enseignant-chercheur Connolly, sont tous à trouver à partir de l’adresse http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/philippe-torreton-insulte-les-127887?debut_forums=100#forum3577499 et suivantes.
                          ‒ Extrait 1 :
                          « J’adore vos digressions RBEYEUR. À chaque fois, cela dénote chez vous une incapacité à répondre de façon pertinente et rationnelle à vos interlocuteurs. […] vous [RBEYEUR, ici] transformez des épiphénomènes en phénomènes. Plutôt que l’argumentation rationnelle et raisonnée, vous avez opté pour l’attaque ad hominem en cherchant notamment à ridiculiser et décrédibiliser mes compétences. [les compétences de Connolly, s’entend] »

                          ‒ Extrait 2 :
                          « […] nul besoin d’en faire un fromage et d’entrer dans ce genre de considérations pseudo-intellectuelles, empreintes de sophismes et pétries de haine. […] vous répandre à ce point en outrances aussi grossières et grotesques, vous devez être bien mal dans vos baskets […] »

                          ‒ Extrait 3 :
                          « […] Vous [RBEYEUR, ici] peinez à saisir l’essence même des diatribes adressées aux […] »
                          « Seriez-vous [RBEYEUR, ici] paranoïaque par-dessus le marché ? Si je comprends bien, tous ceux qui contredisent vos positions […] En tous cas, tout le laisse à penser […] vous [RBEYEUR, ici] répandre en considérations spécieuses mâtinées de paranoïa […] aux qualificatifs de grossier et grotesque, il conviendrait de rajouter celui de puéril. […] »

                          Et, pour la fin, probablement le meilleur,
                          ‒ Extrait 4 :
                          « Vous êtes vraiment impayable RBEYEUR. Que croyez-vous franchement ? Que je vais prendre ombrage de votre diatribe ad hominem, grossière, grotesque et puéril ? Que nenni, cher ami. Au contraire ! Me faire insulter de la sorte par un conservateur, sophiste, incohérent, malhonnête et ridicule tel que vous (preuves à l’appui), me va droit au cœur et me divertit plus qu’autre chose ! »
                          C’est à peu près ce à quoi j’ai pensé lorsque je lus les phrases de RBEYEUR… Je ne suis pas chercheur en Histoire, pourtant. J’en ris encore.

                          Pour plus d’informations sur ces quatre extraits, veuillez contacter directement l’enseignant-chercheur susmentionné.

                          Si des erreurs s’étaient glissées, veuillez les corriger, messieurs, mais, j’en doute.

                          Désolé, mais, ce post reste probablement la seule façon qui permet de mettre ce genre d’individu hors d’état de nuire : il est inacceptable qu’il puisse encore, après avoir été banni très probablement pour racisme ou xénophobie, émettre des commentaires sur un forum qui demande sérieux et respect de notre part. Je suis scandalisé de voir ainsi cette sorte de gens narguer les honnêtes gens de cette façon.
                          REMARQUE IMPORTANTE : la modération décida d’elle-même de son bannissement sans que j’en fisse expressément la demande la fois où il fut banni. Maintenant, je fais expressément la demande (je le signale en motivant les raisons).


                          • L’immigré 28 décembre 2012 07:27

                            Concernant la remarque importante, il me paraît judicieux d’apporter la précision suivante :
                            J’avais juste, sans donner la moindre explication, signalé un commentaire qui me portait préjudice en espérant que les autres seraient gardés (je voulais que tout le monde lisent certains commentaires).
                            Le commentaire ainsi que les autres, ceux que j’aurais aimés être gardés, furent supprimés et l’auteur banni par la modération.
                            Il revint sous le même pseudonyme et, suite à ses attaques, je le signalai à la modération en motivant ‒cette fois-ci‒ ma requête et cela plusieurs fois.

                            J’espère avoir été plus clair.
                            Toutes mes excuses pour cette imprécision.


                          • Deneb Deneb 28 décembre 2012 07:37

                            L’immigré = Allan Julles, multi-pseudo et apprenti netocrate, s’en prend à une des rares personnes sensées qui résistent encore dans cette ambiance trollesque, Rbeyeur. 


                          • L’immigré 28 décembre 2012 08:22

                            @aux lecteurs réfléchis :
                            Voici ce que je savais sur Deneb le troll ‒oui ! c’en est un, hélas !‒ :
                            Deneb le scientifique ‒Si, si ! Il l’est‒ : paranoïaque de son état (obsédé par sa haine des musulmans et ses certitudes) est persuadé ‒obsédé par ses certitudes, donc‒ que je suis, je le cite ‒voir un ancien post‒, « Allah Julles », qui est « le célèbre multi-pseudo apprenti nétocrate [quel néologisme !] [...] qui » protège. Dommage qu’il soit impossible de contacter directement cette personne : ce site est dépourvu de messagerie privée. Je vais devoir la chercher.
                            Ses arguments scientifiques et sa méthodologie pour étayer ses dires ? Néant ! J’attends toujours...
                            Deneb a vraiment besoin de suivre une thérapie parce qu’il n’est pas du tout normal qu’un scientifique comme lui s’enferme dans de telles certitudes sans songer à apporter des preuves.

                            @Deneb le troll :
                            Tu es modérateur, n’est-ce pas ? Ça tombe très bien. Tu as fait une grave erreur en diffamant, ici. Tant pis pour toi !

                            Voici mon message pour Allan Jules que tu auras la responsabilité de lui adresser directement par e-mail puisque tu es modérateur :
                            « UN CERTAIN DENEB AFFIRME QUE JE SUIS VOUS. VOULEZ-VOUS BIEN LE CONFIRMER, MONSIEUR ? »
                            S’il dit NON, tu acceptes de te retirer définitivement de ce forum en contrepartie, Deneb le troll ?

                            Parce que tu es modérateur, ENVOIE-MOI (À MON ADRESSE E-MAIL) L’E-MAIL DE ALLAN JULLES (n’oublie pas de demander son autorisation avant).

                            Enfin ! Je l’attendais depuis longtemps que tu fasses cette erreur.
                            Cela fait longtemps que je me demandais comment faire pour contacter cette personne. Finalement, tu m’as offert sur un plateau la solution et gratuitement. Merci, pauvre troll, tu viens toi-même de me rendre service.

                            Mon cher ami, tu vas apprendre à tes dépens qu’on accuse pas sans preuves et je demanderai à ce que tu sois banni.


                          • Deneb Deneb 28 décembre 2012 08:34

                            Les insultes n’abaissent que ceux qui les profèrent. Les commérages et les contre-vérités aussi. Je n’ai pas de temps à perdre, ni la volonté de m’abaisser à répondre à ce tricheur.


                          • Deneb Deneb 28 décembre 2012 08:38

                            En plus, il nous prend pour des imbéciles. Comme si une adresse mail prouverait quoi que ce soit...


                          • Constant danslayreur 28 décembre 2012 08:39

                            L’immigré

                            Vous pouvez contacter Allain Jules sur son blog si ça vous chante, mais je ne vois pas trop à quoi cela pourrait vous avancer http://allainjules.com/contact/mecrire/

                            Et puis Neddeb fait partie des meubles, pourquoi Diable voudriez-vous lui chercher des poux ? Parce qu’ils n’aime pas les musulmans ? Et alors, ils le lui rendent bien non ?

                            Enfin si LA solution à vos problèmes, c’est de demander le bannissement des autres... comment dire... vous n’êtes pas rendu, j’espère que vous avez fait le plein avant de démarrer...


                          • Deneb Deneb 28 décembre 2012 08:46

                            Constant : je n’ai rien contre les musulmans, en revanche je trouve l’Islam, comme d’ailleurs le christianisme et toutes les religions en général, nuisibles et dangereuses pour l’humanité. 


                          • Romain Desbois 28 décembre 2012 08:49

                            Une religion n’existe que par le fait que des croyants la pratiquent ; difficile de séparer l’une de l’autre


                          • Deneb Deneb 28 décembre 2012 08:57

                            La religion utilise des techniques psychologiques avancées que l’on nomme prosélytisme pour convaincre des personnes fragiles et inavertis à devenir esclaves de ces institutions à buts lucratifs.


                          • L’immigré 29 décembre 2012 08:46

                            @Constant danslayreur et les autres qui cherchent à comprendre :
                            Merci pour l’information, monsieur. Faute de mieux, je m’en contente. Ce troll écorchait son nom ‒Allain‒ alors, je n’ai jamais cherché à le retrouver.
                            J’ai écrit dans le contact que vous m’adressâtes. Le problème avec votre adresse est que le destinataire n’est pas tenu de vous répondre. Pire, il est tout à fait possible qu’il ait confié la gestion de la messagerie de son blog à une de ses relations qui est susceptible d’ignorer ce genre de problème. Encore pire, il est possible qu’il ne remarque pas ce message parce que je ne serais pas étonné qu’il en reçoive un grand nombre.
                            En d’autres termes, au mieux, sa réponse tardera, au pire, aucune réponse ne sera envoyée.

                            « Vous pouvez contacter Allain Jules sur son blog si ça vous chante, mais je ne vois pas trop à quoi cela pourrait vous avancer »
                            Certes, je vous l’accorde, cela n’avancera probablement pas à grand-chose, sauf que j’aurais au moins essayé. Ce troll n’a aucun ami ici et pour un scientifique qu’il est c’est déjà anormal. Cette manie qu’il a d’accuser tout un chacun avec cette haine sous-jacente doit être combattue avec la plus grande des rigueurs.

                            « Neddeb fait partie des meubles, pourquoi Diable voudriez-vous lui chercher des poux ? Parce qu’il n’aime pas les musulmans ? Et alors, ils le lui rendent bien non ? »
                            Combattre les trolls ne m’intéresse pas, seulement ceux qui m’accusent directement sans preuve.
                            Beaucoup de personnes insultent gravement d’autres et, même devant l’évidence, je n’interviens pas systématiquement.
                            Je suis la personne directement attaquée, ici.
                            Pour faire simple et enfantin : je ne suis pas ici pour taper, mais, je ne laisserai pas me faire taper dessus sans réagir.
                            On peut détester une idée, mais, pas accuser directement une personne sans preuves. Je suis assez clair, non ? Donc, je ne vois pas en quoi je chercherais des poux.

                            Sa haine des musulmans fut soulevée par d’autres bien avant moi et il le sait. Cette haine pourrait fort bien s’appliquer à l’antisémitisme que cela ne changerait en rien ma démarche. Évidemment qu’il niera, comme RBEYEUR niera être raciste ou xénophobe, si on lui posait directement la question.
                            Voici un élément de preuve : il employa contre moi l’expression « Pâle estime ». Comme je n’ai pas d’a priori comme lui, je ne fis pas immédiatement le rapprochement. Mais lorsque je lus un jour plusieurs commentaires contre lui dénonçant, même subtilement, sa haine des musulmans et ses propres commentaires où il défendit le sionisme mieux qu’Israël l’aurait fait, je compris que « Pâle estime » signifie « Palestine ».
                            Pas besoin d’être un génie en psychologie pour comprendre que la cause palestinienne est d’abord soutenu ‒à tort ou à raison, ce n’est pas le sujet, ici‒ par le monde arabo-musulman. À ce titre, il prend donc d’abord les lecteurs de ce forum pour des imbéciles en affirmant haut et fort qu’il n’a « rien contre les musulmans » en se dépêchant de préciser, en essayant de noyer le poisson, que ‒je le cite‒ « toutes les religions en général [… sont …] nuisibles et dangereuses pour l’humanité » [sic !!!]. Même Marine LE PEN, corrigez-moi si je me trompe, n’a jamais directement ‒j’ai bien dit « directement »‒ attaqué les musulmans. Qui tente-t-il de convaincre, alors ?

                            J’ignore à quel point les musulmans « lui rendent bien », comme vous l’affirmiez, mais, je serais assez intéressé à connaître ses plus grands détracteurs qui doivent avoir un raisonnement nettement plus posé que lui.

                            « demander le bannissement des autres »
                            Je vais tenter d’être explicite.
                            PRINCIPE
                             :
                            J’ai dit : « Combattre les trolls ne m’intéresse pas, seulement ceux qui m’accusent directement sans preuve. »

                            EXPLICATION du principe :
                            J’ai dit : « je ne suis pas ici pour taper, mais, je ne laisserai pas me faire taper dessus sans réagir »

                            APPLICATION du principe :
                            Aétude de cas 1 : RBEYEUR
                            LA PERSONNE QUI FUT BANNIE dans un premier temps MÉRITAIT LARGEMENT SON SORT :
                            1‒ l’attaque était DIRECTE, ad hominem, personnelle, frontale, etc.
                            2‒ l’insulte était DIRECTE et soit RACISTE, soit XÉNOPHOBE, soit les deux : « esclave-newlook » (demandez à la modération, ils ont l’obligation juridique de garder une trace pendant un certain temps)
                            3‒ les attaques furent répétitives : RÉCIDIVE MANIFESTE.
                            4‒ le troll est de retour sous le même nom et continue de commenter.
                            6‒ Sur des forums sérieux, le troll aurait été DÉFINITIVEMENT BANNI POUR BEAUCOUP MOINS QUE CELA.
                            Comment aurais-je dû réagir ? Laisser passer sans dénoncer son comportement ?
                            Demandez à la modération les motifs qui conduisirent à son bannissement et vous serez satisfaits. N’oubliez pas de nous en faire part.

                            Bétude de cas 2 : Deneb
                            Je pense bien que c’est un cas : je crains qu’il ne soit paranoïaque.
                            Ce qu’affirma l’enseignant-chercheur Connolly ci-dessus (l’extrait 3) convient aussi à sa personnalité : « […] paranoïaque par-dessus le marché ? Si je comprends bien, tous ceux qui contredisent vos positions […] »

                            démonstration (étude de cas 2) :
                            1Cet entêtement maladif ou morbide à défendre l’indéfendable.
                            L’affaire RBEYEUR ne le concerne en rien puisque l’attaque m’était directement destinée et je me défendais. Et, Deneb se sent attaqué (!) et pointe son nez au moment où on s’attendait le moins ! J’étais surpris de le voir apparaître soudainement.
                            Le plus étonnant est que, malgré sa qualité de modérateur, il défendit RBEYEUR alors qu’il est censé connaître les raisons du bannissement, s’il s’en donnait la peine.
                            Pour illustrer cela, l’entêtement d’un dictateur notoire lui fit perdre la bataille de Stalingrad.
                            Que devons-nous comprendre ?

                            2‒ Cet enfermement maladif ou morbide dans ses certitudes.
                            Il affirme, sans preuve, que je suis, je le cite, « un tricheur » ! Faussement accusatoire.
                            Osera-t-il me dire en quoi j’en suis un ? Non, bien sûr !

                            3Cette manie vraiment maladive voire morbide d’étiqueter les gens qui ne sont pas de son avis.
                            Quiconque l’a contredit avec force est immédiatement étiqueté ‒même indirectement‒ « pro-palestinien », « pro-musulman », etc.
                            J’eus droit à la même rengaine. Que sait-il de ma position sur la religion en général ? Rien !
                            Mieux (pire pour lui) : je n’ai pas l’intention de défendre la position d’une croyance et surtout pas de manière doctrinale, doctrinaire ou dogmatique.

                            4Cette manie vraiment maladive voire morbide de se méfier des autres.
                            Vous défendez un point de vue qui lui rappelle celui d’un autre : cet autre et vous-même devenez, par magie (!), une et une seule personne. Aucun scientifique ne raisonnerait ainsi à moins d’avoir perdu la raison.
                            J’attends avec impatience l’éventuelle réponse d’Allain Jules de sorte que je puisse enfin démontrer que nous avons affaire à une personne qui n’a plus toute sa raison.
                            Si quelqu’un le connaissait personnellement qu’il lui écrive.

                            5‒ La perle.
                            Je ne sais quel délire l’anime, mais, j’ai mis à part ces affirmations de ce troll :
                            « La religion utilise des techniques psychologiques avancées que l’on nomme prosélytisme pour convaincre des personnes fragiles et [non averties] à devenir esclaves de ces institutions à buts lucratifs. »
                            Zut, alors ! Il va falloir que je leur demande quelle technologie de pointe ils utilisent pour laver le cerveau parce que je n’ai pas l’impression qu’on m’ait imposé une croyance dans mon esprit.

                            CONCLUSION sur le principe :
                            D’une part, Deneb doit se faire soigner, c’est sûr ! RBEYEUR devrait aussi probablement suivre une thérapie similaire.
                            D’autre part, on vient d’abord pour s’informer, pas pour bannir les gens, mais, toutefois, cela ne dispense pas de se défendre contre les attaques personnelles surtout si ces dernières sont injustifiées.
                            En outre, la digression fait partie intégrante de la personnalité des trolls : on leur demande de démontrer, ils passent à côté.

                            Enfin, pour le cas qui nous préoccupe, je manifeste, par mes posts, ma protestation contre la présence d’une personne déjà bannie pour de graves raisons : j’ai officiellement demandé son bannissement à plusieurs reprises. On ne va quand même pas se laisser manipuler par des trolls. Qu’auriez-vous fait à ma place ?

                            J’espère avoir répondu à vos interrogations, messieurs.

                            D’autres questions ?


                          • therasse therasse 29 décembre 2012 14:09

                            @L’Immigré : Merci pour ce rappel ; 
                            @Rbeyeur : Je note que vous avez commenté ce qui vous « inspirait » de mes considérations à propos de la Déclaration poussiéreuse en tentant de nous faire croire à un élément de liberté du citoyen, de consentement face au paiement de l’impôt. 
                            Vous négligez cependant la partie où je cite justement un article du même « papyrus »où il n’était plus question de la protection contre l’appauvrissement des nantis mais bien des « facultés » des laissés pour compte de contribuer à l’effort collectif. 
                            Reconnaissez que si Depardieu et ses semblables doivent être protégés contre le risque d’apauvrissement (c’est vous qui le dites), il coule de source que ceux dont les revenus constituent le minimum permettant de faire face aux nécessités vitales et à se procurer un confort bien légitime on des raisons bien plus solides encore de faire valoir votre Déclaration des DROITS qui précise que le citoyen ne doit être tenu que dans les limites de ses FACULTES.
                            Mais dès lors, si les pauvres invoquent ces FACULTES EN DECA DESQUELLES ILS NE SONT PAS TENUS, et si les riches invoquent le risque d’APAUVRISSEMENT DE LEUR PATRIMOINE, comment fait-on pour boucler le budget, d’autant que ces deux segments de la population peuvent se prévaloir de cet aspect volontariste de l’impôt que vous invoquez ? 

                            RAPPEL DU PASSAGE DE MON POST QUE VOUS AVEZ SOIGNEUSEMENT PASSE SOUS SILENCE :
                            « Un mot encore, Monsieur le beau phraseur, pourriez-vous nous éclairer sur le sens du mot « facultés » dans l’article 13 de cette Déclaration que vous appréciez tant ? Jusqu’à quel niveau de revenu est-on en droit de considérer qu’un citoyen devrait être exempté de tout impôt, puisque vous retenez la liberté de contribution comme élément fondateur ? : 
                             »Article 13
                            Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs FACULTES."

                          • RBEYEUR 29 décembre 2012 18:09

                            @therasse

                            Le 26 décembre à 18h31, j’explicitais les articles 13, 14 et 17 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 d’où il ressort incontestablement :
                            — Que l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune) est anti-institutionnel.
                            — Que, d’une façon générale, tout impôt, quel qu’il soit, est anti-institutionnel..

                            Vous répondiez, le 27 décembre à 10h43, par une argumentation d’une rare ineptie à différents égards.

                            J’y répliquais le 28 décembre à 0h22 en tentant de vous délivrer un cours élémentaire de droit où je vous expliquais notamment :
                            — Que la déclaration des droits de l’homme de 1789 est en préambule de la constitution.
                            — Que les lois organiques et ordinaires doivent être conformes à cette constitution, notamment à cette déclaration.
                            — Que le conseil constitutionnel veille à cette conformité en rejetant toute loi qui y déroge.
                            Ainsi qu’en tentant de corriger certaines autres stupidités.
                            Mais n’étant pas tenu de prendre en charge l’éducation de mes interlocuteurs au-delà de certaines limites, je terminais ma réplique par
                            « L’exposé de vos ignardises étant suffisant nul intérêt de continuer sur le reste de votre réaction. ».
                            Si vous ne comprenez pas ce que cela signifie, alors je ne peux rien pour vous…

                            Vous répondiez le 29 décembre à 14h09, non seulement dans le même registre que celui de votre précédente réaction, mais en y ajoutant encore des inepties qui laissent pantois…
                            Vous dites, notamment, que la déclaration des droits de l’homme de 1789 est un papyrus poussiéreux...
                            Comment peut-on être aussi inculte ?     
                            Comment peut-on discuter ?

                            Lorsque vous aurez appris à lire et à comprendre un peu mieux, je vous invite à prendre alors connaissance de la décision
                            2012-662 DC du 29 décembre 2012 du conseil constitutionnel qui se réfère justement à l’article 13 du texte que vous considérez comme un « papyrus poussiéreux ».  


                            • therasse therasse 1er janvier 2013 11:51

                              @RBeyeur :
                              Voici ce que dit le Conseil constitutionnel relativement à l’article 13 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen eu égard au projet de loi de finances contesté : 

                              « 15. Considérant qu’aux termes de l’article 13 de la Déclaration de 1789 : « Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs FACULTES » ; que cette exigence ne serait pas respectée si l’impôt revêtait un CARACTERE CONFISCATOIRE OU FAISAIT PESER SUR UNE CATEGORIE DE CONTRIBUABLES UNE CHARGE EXCESSIVE EU EGARD DE LEURS FACULTES CONTRIBUTIVES ; qu’en vertu de l’article 34 de la Constitution, IL APPARTIENT AU LEGISLATEUR DE DETERMINER, dans le respect des principes constitutionnels et compte tenu des caractéristiques de chaque impôt, LES REGLES selon lesquelles doivent être APPRECIEES les facultés contributives ; qu’en particulier, pour assurer le respect du PRINCIPE D’EGALITE, il doit fonder son appréciation sur des CRITERES OBJECTIFS ET RATIONNELS en fonction des buts qu’il se propose ; que cette appréciation ne doit cependant pas entraîner de rupture caractérisée de l’EGALITE DEVANT LES CHARGES PUBLIQUES ; »

                              « EN RAISON DE LEURS FACULTES » : depuis quand vous demande-t’on, Monsieur l’éboueur, si vos facultés vous permettent de payer l’impôt ? L’impôt est insupportable dès lors qu’il empiète sur les besoins naturels et nécessaires du contribuable. Point barre. Il ne l’est pas s’il ne concerne qu’une tranche de revenus concernant la satisfaction de besoins non-naturels et non-nécessaires. Re-point barre !

                              « CARACTERE CONFISCATOIRE OU FAISAIT PESER SUR UNE CATEGORIE DE CONTRIBUABLES UNE CHARGE EXCESSIVE EU EGARD DE LEURS FACULTES CONTRIBUTIVES » :Tout impôt est confiscatoire quelle que soit la catégorie de citoyens mais la mesure est beaucoup plus injuste, plus lourd à supporter si sa perception doit restreindre la satisfaction de besoins naturels et nécessaires du contribuable concerné. J’apprécie d’autant l’expression « charge excessive eu égard de leurs facultés contributives ».

                              « IL APPARTIENT AU LEGISLATEUR DE DETERMINER ... LES REGLES selon lesquelles doivent être APPRECIEES les facultés contributives » :  C’est ici qu’on tranche le noeud gordien (lol) en « appréciant les facultés contributives », subjectivement est-il bien utile de le préciser. Bien que je ne sois pas le législateur, je viens de proposer mon appréciation ci-avant qui, je n’en doute pas, devrait sans nul doute être du goût de nombreux français, en tous cas plus de 50%, n’en déplaise aux privilégiés. Mais, au fait, cette Déclaration des droits de l’homme et cette Révolution auxquelles vous vous référez n’avaient-elles pas précisément pour but l’abolition de privilèges que vous et vos semblables tentez de défendre bec et ongles en usant d’une sémantique à double sens dont vous extrayez le plus favorable à vos intérêts «  »« d’éboueur »«  ». (A noter, pour ceux qui ne l’auraient pas compris, que notre ami RBeyeur se présente sur ce site comme étant éboueur de profession et titulaire d’un simple certificat d’études ; on aimerait que tous les titulaires de ce diplôme ait votre rhétorique, quelque peu ampoulée, disons-le ; mais chacun compense comme il peut ses déterminismes socio-culturels. Daignez ici excuser l’attaque personnelle mais je tente simplement de deviner qui se cache derrière vos tartufferies. Notez également que je ne fus point le premier à dégainer !). 

                              CRITERES OBJECTIFS ET RATIONNELS : On les cherche vainement, sauf pour ce qui est de l’argutie concernant l’inégalité face à l’impôt, si l’on compare les couples dont un seul élément gagne le million d’euros fatidique, à ceux qui n’atteignent le million qu’en cumulant les deux revenus (qui ne seraient pas concernés par la mesure).

                              L’EGALITE DEVANT LES CHARGES PUBLIQUES ...  «  : De quelle égalité parle-t’on ? Comment peut-on prononcer ce vocable dans pareil contexte. Comment un contribuable qui en est à devoir se priver du minimum vital peut-il être l’égal d’un autre qui atteint et dépasse un revenu annuel d’un million d’Euros ?


                              Concluons en rappelant le montant estimé de la fraude fiscale en France : 600 milliards !! Rappelons que Hollande faisait mention récemment d’un manque de quelques dizaines de milliards d’Euros pour clôturer son budget !
                              Il existe donc bien en France des gens qui ont les FACULTES de résoudre les problèmes majeurs. 

                              Sans pour autant faire pleurer dans les chaumières un jour de l’an, allez donc jeter un coup d’oeil sur le site »Observatoire des inégalités« , s’agissant des chômeurs et des précaires. Et ne perdons pas de vue les SDF ! Mais ce n’est pas à vous que je dois le dire ; les éboueurs cotoient fréquemment les laissés pour compte le long des trottoirs.

                              Je persiste, je signe et j’accuse les politiques de maintenir une »Déclaration des droits de l’homme« dans la brume d’une sémantique susceptible d’ interprétation scélérate au profit des privilégiés et volontairement comprise dans un sens protecteur de la propriété de quelques uns aux dépens d’une immense majorité de citoyens manipulés par la nouvelle noblesse : celle des médias. 
                               
                              Quant à vos attaques ad hominem que dénonce »l’immigré", je me range à ses côtés s’agissant d’insultes et propos racistes s’adressant à une race, voire à une communauté musulmane ou autre ; toutefois je me revendique islamophobe en ce sens que je conteste les textes sacrés dans leur ensemble en tant qu’arnaques grossières et en particulier le Coran, les Hadiths et autres fatwas. Mais, si depuis la Révolution, nous avons pu tenir notre clergé en laisse, ne les lâchons surtout pas et veillons à ce que le pouvoir maintienne ses distances par rapport à ces marchands d’antidépresseurs à bon marché, ces complices de la plupart les génocidaires et des dictateurs qui se sont succédés depuis la nuit des temps.

                              Quant aux attaques personnelles me concernant sachez qu’en tant que sexagénaire nourri jadis dans un air du temps existentialiste, j’ai appris que l’enfer, ce ne sont les autres que pour autant qu’on daigne accorder à ces derniers un quelconque crédit. 

                               

                              • therasse therasse 1er janvier 2013 12:01

                                « Confiscation : Acte qui consiste à transférer à l’État, ou parfois à un établissement public, tout ou partie des biens d’une personne, à la suite d’une condamnation pénale, par sanction en matière fiscale ou par mesure de police. » LAROUSSE


                                Toute personne qui ne paie pas ses impôts subira la confiscation (ou saisie). L’impôt n’est donc pas confiscatoire que pour les nantis. 


                              • RBEYEUR 1er janvier 2013 14:26

                                Á propos de la communication de therasse du 1° janvier 2013 à 11h51.

                                Cette logorrhée confuse, dédaléenne et indéchiffrable, qui fait suite à d’autres et des meilleures, démontre bien à quel point les différentes crapules qui nous exploitent jouent sur du velours…

                                Ce mélimélo baragouinesque est tout à fait révélateur de l’ignorance crasse dans lequel une majorité de nos concitoyens semble, hélas, se complaire.

                                Cela fait penser à l’expression boulevardière : « Cocu ! Battu ! Content  ! », tellement c’est révélateur d’un indécrottable aveuglement collectif qui, hélas, existe bel et bien majoritairement. 

                                La preuve de cet aveuglement est dans l’absence totale de réaction, de la part de
                                therasse, aux éléments que je publiais dans ce fil  le 26 décembre 2012 à 18h31 :

                                ----------------------------------------------------------------

                                « 
                                L’article 14 de la déclaration des droits de l’homme donne le droit absolu, à tous les citoyens, d’effectuer un contrôle circonstancie et précis de la contribution publique, soit :
                                 Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs Représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.
                                Tout citoyen a donc le droit absolu d’une constatation, par lui-même et/ou par son représentant, de la conformité de la contribution publique lui étant demandée.
                                Il s’agit du choix ; soit d’une action personnelle, soit d’une action via un représentant, soit des deux puisqu’ils ne sont pas mutuellement exclusifs.
                                Il s’en suit le droit absolu de tout citoyen à procéder aux supervisions suivantes :
                                1— « De la nécessité de la contribution publique » ; manifestation de la volonté générale. 
                                2— « De la consentir librement » ; accord formel de mise en œuvre.
                                3— « D’en suivre l’emploi » ; suivi des affectations et utilisations de la contribution.
                                4— « D’en déterminer la quotité » ; fixation de la répartition.

                                5— « D’en déterminer l’assiette » ; fixation des éléments de constitution.
                                6— « D’en déterminer le recouvrement » ; fixation des formes et modalités de recettes.
                                7— « D’en déterminer la durée » ; fixation des échéances.
                                Par absence
                                totale de la moindre application de ces dispositions, il en ressort que tout impôt, quel qu’il soit, est anti-institutionnel… ».

                                ----------------------------------------------------------------------------


                                Les réactions ???????????????

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

jeanaugustin


Voir ses articles







Palmarès