Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Economie > La crise des dettes souveraines passe l’Atlantique

La crise des dettes souveraines passe l’Atlantique

La nouvelle est tombée comme un coup de tonnerre hier soir : l’agence de notation Standard & Poors a abaissé à négative la perspective de la note des Etats-Unis. Les bourses mondiales ont immédiatement réagi à ce nouveau développement de la crise des dettes souveraines.

D’Athènes et Dublin à Washington

Cette crise a commencé l’an dernier avec l’explosion des taux auxquels empruntent les Etats de la périphérie de la zone euro, Grèce, l’Irlande le Portugal. Pour éviter qu’ils ne se trouvent dans l’incapacité de financer leurs échéances, l’Union Européenne a créé un fonds leur permettant de se financer à un taux inférieur aux marchés. Mais cette « aide » est assortie de plans d’austérité sauvages qui accentuent la crise et ne résolvent finalement rien au problème de dettes.

Un an après, on constate que ces plans de « soutien » sont un échec : il suffit de regarder à Athènes pour le comprendre. La situation est intenable. L’austérité casse la croissance, qui limite les recettes de l’Etat, fait augmenter les dépenses et donc plombe les efforts de redressement des finances publiques faisant d’autant plus exploser la dette que le PIB recule. La situation de la Grèce est aujourd’hui désespérée et la question n’est pas de savoir si Athènes restructurera mais quand.

Alors qu’on s’attendait à ce que la crise touche l’Espagne, c’est au tour des Etats-Unis d’être touchés. Il faut dire que la victoire des républicains aux élections de cet automne a produit un accord budgétaire où les baisses d’impôt décidées par Georges Bush ont été prolongées contre un maintien de certaines dépenses  : résultat, le déficit budgétaire devrait atteindre 10% du PIB en 2011. Alors que les déficits baissent partout, ils restent abyssaux à Washington.

C’est grave docteur ?

C’est dans ce contexte que la révision de la note des Etats-Unis est particulièrement inquiétante. En effet, la crise de 2008 a montré la capacité auto-réalisatrice du système financier actuel. L’éventuel abaissement de la note pourrait provoquer une hausse des taux, déséquilibrant plus encore les finances publiques du pays, provoquant une baisse de la note. Le cercle vicieux qui avait conduit à l’explosion de la bulle des subprimes pourrait également avoir lieu sur les dettes publiques.

S’agit-il d’un simple avertissement ou d’un prélude à une grave crise, le véritable effondrement du système financier comme le pronostique depuis longtemps le GEAB  ? La crise pourrait-elle avoir lieu dès 2011 ou faudra-t-il attendre plusieurs années ? Il y a un peu plus de deux ans, j’avais pronostiqué comme point de départ d’une nouvelle crise financière un défaut de l’Italie suite à une augmentation des taux consécutive à une hausse de l’inflation, mais c’était en 2016…

Pour l’instant, il faut encore garder la tête froide car la note des Etats-Unis n’a pas été baissée et la Fed semble résolue à tout faire pour éviter une crise. En outre, une crise sur la dette étasunienne serait terminale pour le système financier. Les marchés ont-ils vraiment envie de jouer sur leur propre perte ? Le risque le plus probable reste en Europe, avec cet euro qui impose des politiques intenables à l’ensemble des pays du Sud de l’Europe ou l’Irlande.

Il est probable aujourd’hui que la prochaine crise (terminale ?) du capitalisme viendra d’un défaut d’un Etat. L’Europe semblait en pôle-position avec la Grèce, l’Irlande ou le Portugal. A force de laxisme budgétaire, les Etats-Unis les ont rejoints. Nous n’attendrons sans doute pas 2016…



Sur le même thème

Une tiers-mondisation de l’Europe. Les limites des cures d’austérité dans la zone euro
Des gouvernements de la zone euro faibles subissant le diktat des « politiques d’austérité » de l’Allemagne, au détriment de l’intérêt de leurs peuples et de l’absorption mondiale
Quand la France se suicida en 1973…
L’échec patent de l’austérité
Europe, réveille-toi !


Les réactions les plus appréciées

  • Par Talion (---.---.---.136) 19 avril 2011 12:20
    Talion

    Cette annonce résonne comme un tremblement de terre et signale le début de l’accélération de l’effondrement du système (qui lui a déjà commencé depuis la crise de 2007-2008).

    Désormais, le roi est nu et la mise en place d’une politique de planche à billet par la FED qui est dans le même temps le principal acheteur de bon du trésor US (la Chine cherchant à s’en débarasser et le Japon n’ayant plus les moyens d’en acheter) s’apparente à une fuite en avant qui ne peut mener le système Dollar ailleurs que droit dans le mur la tête la première.

    L’impact du tsunami au Japon et de la centrale de Fukushima finira d’achever un monde économique au bord du gouffre car :
    1- Les compagnies d’assurance et de réassurance vont devoir faire face à des obligations astronomique dont l’échéance se situe à l’automne de cette année,
    2- Les besoin de financement du Japon dans le cadre de sa reconstruction vont mécaniquement faire exploser les taux d’intérêt sur les marché,
    3- L’un des trois piliers économiques du monde occidentale vient de disparaitre...

    Bref... Ca va faire très mal et il va y avoir du sang ainsi que de la viande hachée projetés sur les murs !

    Ce n’est d’ailleurs pas une surprise si les métaux remontent actuellement : Les gens commencent progressivement à sortir de la douce léthargie dans laquelle ils ont été plongés depuis les trentes glorieuses (je pense surtout aux baby-boomers quand je dis ça...) et ils paniquent en prennant conscience de la situation catastrophique à laquelle nous allons devoir faire face.
    Conséquence : Les valeurs refuges que sont l’or et l’argent ont le vents en poupe et retrouve le rôle qui a été le leur depuis plus de 4000 ans.

    Pour une meilleur perspective concernant l’état de décomposition avancé du système, rendez-vous sur ce blog :

    http://www.jovanovic.com/blog.htm

    La tragicomédie se poursuit et le conducteur est ivre. Accrochez vos ceintures, le cap de l’automne 2011 promet de déménager !

  • Par Talion (---.---.---.136) 19 avril 2011 14:04
    Talion

    La seule vrai monnaie éthique et juste dans ce bas monde, c’est le métal précieux détenu physiquement par le citoyen ordinaire, car lui au moins ne peut pas être multiplié à l’infini ni dévalué par l’impression d’une devise en papier qui n’a jamais de valeur que tant que les pigeons continuent à y croire.

    On est dans la pire crise économique de l’histoire... Les placements les plus sûr seront donc :
    1- Le petit lopin de terre avec un potager, quelques poules et des lapins,
    2- De la bouffe en conserves et des biens de première nécessité stockés à la cave,
    3- Le métal précieux qui garde une valeur intrinsèque et est facilement échangeable (ce n’est pas pour rien que c’est resté la monnaie universelle de ce monde durant plus de 4000 ans),
    4- L’huile de coude, l’expérience des anciens et la force de travail des jeunes de votre cercle familial.

    Le reste c’est du virtuel et surtout ça ne se mange pas.

  • Par Talion (---.---.---.136) 19 avril 2011 13:56
    Talion

    En fait, Jovanovic encourage plutôt l’achat d’argent dont la demande est très supérieur à l’offre contrairement à l’or...

    Les américains se jettent sur ce métal, les chinois pareil, et la monnaie de Paris a été dévalisée en 10 minutes après avoir mis sur le marché 50000 pièces d’argent à un prix pourtant exorbitant par rapport à son contenu en métal précieux.

    Quant à le traiter de catastrophiste... C’est lincendiaire qu’il faut bramer, pas celui qui réveille les habitant de l’immeuble pour les avertir qu’ils risquent de brûler.

    Il n’a fait qu’exposer clairement les faits : Les américains font marcher la planche à billet, l’euro est adossé sur le Dollar vu qu’il est garanti par les réserves en devise américaine des pays membres de l’UE et les spéculateur de Wall-Street sont entrain de faire revenir l’argent qu’on a imprimé pour les sauver en le sortant des marchés pour investir dans l’alimentaire.

    Très vite on va se retrouver dans une situation d’inflation, voire même d’hyperinflation car soudainement il y aura sur-abondance de devises dans l’économie réelle pour une quantité de bien et de services toujours constant, voire même décroissante ! (production agricole du Japon kaput !)

    Après il y a ceux qui chantent « tout va très bien Madame la marquise ! »

    On ne va pas blâmer Jovanovic d’alerter le petit peuple et de ne pas laisser les banksters de Wall-Street rapatrier avant l’effondrement final et sur notre dos (par le biais de l’inflation) les montagnes de pognon qu’ils ont fait circuler et fructifier sur les marchés financiers.

  • Par docdory (---.---.---.204) 19 avril 2011 14:16
    docdory

    @ Laurent Pinsolle

    La crise financière qui se profile à l’horizon n’est qu’un élément parmi d’autre d’une crise bien plus grave et générale qui avait été prévue dès 1972 par le fameux rapport Meadows du Club de Rome  , rapport qui démontre que, dans un monde fini, la croissance économique et démographique ne peut pas être infinie, et qu’il se produit, à plus ou moins longue échéance, un effondrement inéluctable et catastrophique de l’économie et ensuite de la démographie. 
    Je pense que, avec l’affaire hautement symbolique de la destruction de la centrale de Fukushima, l’année 2011 constitue l’année charnière qui inaugure cet effondrement. Nous sommes approximativement à l’époque à laquelle cet effondrement était prévu par le Club de Rome ...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès







Partenaires