Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La crise en Europe : quels enjeux ?

La crise en Europe : quels enjeux ?

Bon maintenant ce n'est plus un scoop : ça chauffe de partout ! Surtout en Europe. Mais ne vous y méprenez pas : tous les media vous vendent un son de cloche bien huilé : la BCE doit se mettre à créer de l'argent pour acheter les obligations pourries des Etats européens surendettés : voilà la solution ! Faisons pareil que la FED, que la BOE (Angleterre) ou que la BOJ (Japon). Allons-y : même le secrétaire d'Etat au Tresor US, Timothy Geitner, est venu en Europe mettre la pression à tout le monde pour leur expliquer qu'il faut par tous les moyens sauver l'Euro... En imprimant bien sûr. Mais de quoi se mêle-t-il ? Vous avez déjà vu un dirigeant européen aller aux US pour expliquer aux dirigeants ce qu'ils doivent faire ? Hallucinant. Ce que les media vous vendent aussi (c'est un package), c'est en gros que ce sont les vilains Allemands qui s'opposent à toute intervention de la BCE (les méchants). Pourquoi donc ? Ne veulent-ils pas qu'on s'en sorte ?

Figurez-vous que tout ça est une énorme supercherie : les Allemands sont le dernier rempart avant que tout parte complètement hors de contrôle. Comment peut-on croire que d'imprimer de l'argent à partir de rien pour continuer dans la voie de l'endettement va solutionner nos problèmes ? Si c'était si simple, alors pourquoi ne pas y aller à fond ? Faisons comme Ben Bernanke et balançons des euros par hélicoptère ! Non, la vérité c'est qu'on ne fait qu'augmenter la masse de dette, que les contribuables doivent ensuite rembourser en se faisant étrangler de plus en plus par des gouvernements dont le seul credo est "plus d'impôts, moins de dépenses, remboursez la dette".

Alors priez pour que les Allemands, qui sont les derniers gardiens du temple, soient écoutés et suivis (en vérité, j'ai de gros doutes, la pression est trop forte). S'ils laissent faire les autres (USA, France, GB, etc.), le schéma est très simple :
1- La BCE, avec ses collègues FED, BOJ et BOE, crée de l'argent pour se porter acquéreur d'obligations pourries d'Etats en faillite (France, Italie, Espagne, etc.). C'est déjà ce que la FED a fait en début de semaine et qui a expliqué la formidable remontée des bourses : elle s'est portée acquéreur de bons européens, avec des dollars imprimés ! ENORME !
2- La masse monétaire en circulation augmente et augmente, et on vous dira qu'il n'y a pas d'inflation (comme aux US). C'est vrai tant que cet argent créé est littéralement avalé par les banques pour compenser les dépréciations d'actifs (obligations pourries notamment, on tourne en rond).
3- Les dettes des Etats augmentent toujours, et les gouvernements serrent la vis de plus en plus : un seul mot d'ordre AUSTERITE.
4- Les contribuables payent de plus en plus, les pauvres gens reçoivent de moins en moins. Résultat : les banquiers et leurs actionnaires, détenteurs en grande majorité des obligations pourries, sont sauvés par les pauvres et les contribuables.
5- L'augmentation de la masse monétaire crée de l'inflation, quand la dépréciation d'actifs s'arrête, difficilement contrôlable.
6- Tout le système explose

Que proposent les Allemands alors ? Simplement d'arrêter cette fuite en avant, complètement folle. Si le Titanic avait réduit un peu sa vitesse, il n'aurait évidemment pas battu le record de rapidité de la traversée de l'Atlantique, mais il serait peut-être tout simplement encore là. Evidemment, si on n'imprime pas, si on réforme les traités en s'interdisant les deficits, comme le souhaitent les Allemands, la période qui va s'ouvrir va être sûrement difficile et ne sera pas toute rose. Mais bon sang, croyez-vous vraiment qu'en endettant encore plus un surendetté, vous allez le soigner ?

Imaginez que vous êtes une famille surendettée. On vous propose 4 solutions :
1- On vous prête encore plus pour vous permettre de rembourser vos dettes du moment, mais dans 6 mois vous serez encore plus endetté et il faudra vous prêter encore plus. Mais on vous dit que tout ira bien, et que vous pourrez emprunter encore et encore, sans problème. Ca ne s'arrêtera jamais, et vous pouvez continuer à vivre comme avant, en dépensant bien plus que ce que vous gagnez. C'est la solution USA. Vous y croyez ?
2- On arrête de vous prêter et vous devez réduire votre train de vie, afin de vous désendetter. Les remboursements vont tellement être lourds à supporter que la quasi-totalité de votre budget va y passer. Ce sera très dur pour pas mal de temps, votre niveau de vie va très sérieusement baisser, mais après vous serez remis à flot (ruiné mais remis à flot). Vous êtes prêt ?
3- 3è solution : on efface vos dettes, ceux qui vous ont prêté se sont moqués de vous (ils vous ont fait croire que vous pouviez emprunter à l'infini et vous ont collé des taux d'intérêts trop élevés) et c'est à eux de supporter les conséquences de leurs actes : ils perdent leurs créances mais vous vous en sortez très bien : votre dette est annulée et vous repartez de l'avant. Solution immorale ? En tout cas personne de sérieux ne la propose. Cette solution-là, je suis sûr qu'elle vous plaît... mais pas à vos créanciers bien sûr !
4- Un mix des solutions 2 et 3 : on efface une partie de la dette, mais on modifie notre niveau de vie et on n'emprunte plus comme avant. C'est la solution des Allemands, qui a été mise en pratique pour la Grèce déjà. C'est moins immoral, et on responsabilise quand même. Compromis ? Réaliste ?
Que choisiriez-vous ?

Pendant ce temps, malgré ces problèmes énormes (et ne nions pas que c'est facile de pointer du doigt mais beaucoup plus difficile de trouver des solutions viables), la gabegie des Etats Providence continue, notamment en France. 

Ca sent mauvais, très mauvais... Mais jusqu'ici tout va bien.


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Dornach Dornach 10 décembre 2011 08:11

    On efface les dettes, car les peuples ne sont pas responsable des erreurs de leur gouvernement et de leur connivence avec le cartel des banques.

    Voir mon article :

    http://charlesdornach.wordpress.com/2011/11/05/la-crise-de-leurope/

    La règle d’or est effectivement une solution pour empêcher que les gouvernements dépensent plus qu’ils ont de recettes.



    • dimitripas dimitripas 10 décembre 2011 10:14

      Tout à fait d’accord : les solutions que vous proposez sont les bonnes. Problème ? Jamais les créanciers (donc les banques qui tiennent nos hommes politiques par les c....) ne les accepteront !


    • Dornach Dornach 10 décembre 2011 11:11

      Sous la presion des peuples, mais encore faut’il qu’ils soient informés.

      Faites tourner l’information.

      Mon article est traduit en anglais, italien, je cherche quelqu’un qui le traduirait en grec.


    • Chaudevant Chaudevant 10 décembre 2011 18:08

      Mais effacer les dettes d’un coup de baguette magique, entrainera, en plus de la ruine des créanciers, celle des retraités qui ont économisés durant toute leur vie.


      • hans 10 décembre 2011 18:49

        Bsr, merci à l’auteur. Chaudevant la dette Française est détenue je crois de mémoire à 60% par des fonds étrangers, donc on pourrait non pas l’annuler mais décréter nous même les taux d’intérêts, à 10 ans= 1,5% 20 ans=2% etc et inscrire dans la régle d’or le taux de remboursement du capital dû, même a forte vitesse (4% / ans) ils faudrait une 30éne d’années....


      • Dornach Dornach 11 décembre 2011 10:10

        Annulation de la dette sous la pression des peuples et d’un nouveau gouvernement, car cette dette est le résultat d’une tromperie, d’une conspiration des spéculateurs avec la complicité de politiciens verreux ou incompétents (qu’ils choisissent)./

        http://jerome.blanc3.perso.sfr.fr/Dotclear/index.php?2011/11/27/45-comprendre-la-crise-de-l-europe


      • Code_7 12 décembre 2011 13:51

        A l’auteur,

        L’effacement des dettes, immoral ? Illégal, oui, car les financiers sont parvenus à dénaturer les lois en leur faveur, notamment en faisant pression sur les politiques.

        Opter pour l’effacement d’une partie de la dette en contrepartie d’une modification de notre niveau de vie, c’est immoral et scandaleux. Ça reviens à cautionner l’énorme escroquerie de la dette.

        L’effacement pur et simple de la dette ? « Personne de sérieux ne la propose », pour vous citer. Du bel exemple de pensée unique, les médias ont fait leur travail. C’est d’ailleurs bien connu, personne de sérieux ne se fie à ce qui s’écrit sur le net, d’après ces mêmes médias.
        Cette solution est pourtant la seule qui soit moralement acceptable et juste. C’est du bon sens de base.

        « La gabegie des Etats Providence » ... chaque salarié français ou résident paye des cotisations en échange de services dont il ne bénéficie pas toujours. Ceux qui profitent du système d’aide ne représentent pas grand chose face aux cadeaux fiscaux offerts à quelques grandes entreprises, ce qui ne les rend pas excusables pour autant, là n’est pas mon propos. Nous n’avons aucun moyen de contrôle sur les budgets, de plus tout est calculé sur une hypothétique croissance. Et même si transparence il y avait sur ce point, rien n’oblige un politique à tenir ses promesses électorales, tout comme rien ne l’oblige à rendre des comptes une fois son mandat échu.
        Et vous voudriez nous faire croire que nous, français, sommes irresponsables et vivons au dessus de nos moyens ?

        Pour ne pas émettre une critique stérile, je propose :

        1/ De soutenir les sites web de plus en plus nombreux à collecter des pétitions pour un Référendum d’initiative populaire.
        Ces sites ne soumettent aucune idéologie, le but de cette démarche est d’obliger le pouvoir à interroger les français par référendum sur les décisions importantes qui se prennent en ce moment, ainsi que sur une modification de la constitution vers plus de pouvoir de contrôle des citoyens à l’égard de leurs élus et des grands médias (financements entre autres).

        2/ De désavouer ces irresponsables de l’UMP et du PS soit en s’abstenant de voter, soit en votant pour n’importe quel petit parti, qui n’aura de toute façon pas la majorité pour faire n’importe quoi une fois au pouvoir.

        Merci d’avoir pris le temps de me lire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

dimitripas

dimitripas
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès