Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La crise financière : les remèdes et la prévention des rechutes

La crise financière : les remèdes et la prévention des rechutes

Comme suite à deux articles expliquant le fonctionnement du système monétaire (dont le premier écrit avant la crise), cet article envisage les solutions qui peuvent être apportées à la crise économique actuelle, et surtout celles qui ne portent pas en elles les germes de futures crises encore plus graves.

Principes généraux

La société humaine réclame beaucoup d’efforts et d’intelligence, pour produire de quoi manger, se loger, se soigner, s’instruire, se divertir, tout ceci en exploitant de façon raisonnable les ressources naturelles et en assurant une juste répartition des richesses entre les citoyens.

Quant survient une crise financière, des usines performantes et utiles s’arrêtent de tourner, juste à cause de chiffres écrits dans un livre de compte. Ceci choque le bon sens : comment un fait virtuel peut-il bloquer une activité réelle ?

Ceci arrive parce que les citoyens (et souvent leurs dirigeants) ont renoncé à comprendre le fonctionnement de l’économie et de la finance, et ont fait allégeance à des financiers professionnels guidés par leur intérêt personnel. Tant que les financiers arrivent à piloter l’économie, des biens matériels sont produits (souvent en détruisant l’environnement pour maximiser les profits à court terme) et profitent à une infime minorité, tandis que les pauvres s’enfoncent dans la misère. Lorsque les financiers son dépassés par leurs propres inventions, les pauvres sont jetés à la rue, pendant que des usines rentables sont fermées et que des logements vides restent interdits à ceux qui en auraient besoin.

L’économie est à la base de la vie en société : tout citoyen doit être économiste, et personne ne doit pouvoir lui dire « tu ne peux pas comprendre, tu n’es pas économiste ». Tout le système financier doit être contrôlé par les citoyens, selon des règles assez simples pour que le citoyen moyen puisse se prononcer en connaissance de cause, et assez efficaces pour que des financiers professionnels ne puissent plus imposer leurs choix aux peuples. Il est intolérable d’entendre « cette décision est impossible car les marchés de l’accepteraient pas » : d’abord car les marchés ont prouvé leur incapacité à s’autoréguler, mais surtout car dans une démocratie c’est le peuple qui fixe les règles et non les détenteurs de capital.

La crise et son origine

Je ne reviendrai pas ici sur la description du système monétaire, le lecteur intéressé se reportera à mon article de février 2007 où à sa version revisitée en octobre 2008 [1].

Sur le plan purement économique, la crise est l’aboutissement de plusieurs évolutions depuis le début des années 1970 :

  • l’interdiction faite aux États d’émettre de la monnaie, en France par la loi n°73-3 du 3 janvier 1973 (puis dans la zone Euro par le traité de Maastricht). Les monnaies étant devenues non convertibles suite à l’écroulement du système de Bretton-Woods en 1971, il pouvait sembler prudent d’interdire aux États d’émettre de la monnaie inconsidérément pour répondre à des besoins à court terme. Mais surtout, des économistes dits néolibéraux (école de Chicago, monétaristes, etc...) ont trouvé très rentable de déposséder les États de leur pouvoir, et ont bâti des théories pour démontrer que c’était souhaitable.

  • un assouplissement continu des règles prudentielles applicables aux banques privées. En l’absence d’émission monétaire par l’État, toute monnaie correspond à une dette auprès d’une banque (voir articles précédents). Pour permettre à l’économie de fonctionner, il a alors fallu autoriser toujours plus d’endettement. Tous les pays ont autorisé des crédits de plus en plus excessifs, jusqu’aux prêts « subprime » accordés à des ménages américains incapables de les rembourser. Symétriquement, les banques étaient autorisées à garantir leurs prêts sur des actifs évalués de manière complaisante et arbitraire (basée sur des notes attribuées par des agences de notation à but lucratif). Tout ceci avec un succès limité, car il fallait autoriser 10% d’augmentation annuelle de l’endettement pour obtenir 2 à 3% de croissance économique, la différence allant dans la poche de quelques personnes à la richesse de plus en plus indécente, et impliquant des dettes croissantes sur les ménages modestes et les pays pauvres. Il arrive donc un jour où les ménages (ou les États), étranglés par leurs dettes, ne peuvent plus rembourser les banques, qui à leur tour ne peuvent plus rembourser leurs déposants.

  • la soumission aux marchés internationaux, toujours pour augmenter la masse monétaire en attirant toutes sortes de capitaux voyageur, avec une grande complaisance à l’égard des paradis fiscaux. Ce qui, par suite, interdisait aux États la moindre réforme, sous peine d’être immédiatement sanctionnés par la fuite des capitaux étrangers. Parfois, cette complaisance est une forme de néocolonialisme, permettant le pillage des ressources des pays pauvres et la corruption de leurs dirigeants.

  • en résumé, en quelques décennies on a interdit aux États d’émettre de la monnaie, et on a confié ce privilège aux banquiers et financiers privés sans presque aucun contrôle. Sans surprise, ceci a conduit à l’enrichissement indécent de ces financiers (et à leur multiplication), à l’endettement des États et des particuliers, et donc au final à une crise mondiale car les financiers poussés par une cupidité égoïste n’ont pas su s’autoréguler pour jouir de leur injuste privilège de façon durable.

La protection de l’environnement

La croissance économique n’est pas souhaitable si elle doit conduire à détruire l’environnement.

L’augmentation de toutes les productions industrielles nécessite une quantité d’énergie dont le monde ne peut plus disposer, faute de réserves suffisantes, et pire encore à cause du changement climatique dont les effets irréversibles pourraient être enclenchés dès 2020.

D’autres graves questions environnementales sont connues : la désertification des terres agricoles, la diminution et la pollution des réserves d’eau potable, l’épuisement de nombreuses réserves minières, la pêche excessive, la production de produits toxiques non biodégradables, le problème insoluble des déchets nucléaires, etc... Tout ceci doit favoriser un retour à des technologies économes en ressources naturelles : l’agriculture biologique, les transports publics et le vélo, l’habitat économe en énergie, ou les énergies renouvelables. Or jusqu’à présent, toute réduction de l’activité industrielle et polluante s’est traduite par une récession et par du chômage.

Pour G.W. Bush, le mode de vie américain n’était pas négociable [2], et il fallait donc continuer à polluer plutôt que de changer quoi ce soit, mais on sait maintenant que c’est l’environnement qui n’est pas négociable, et donc que toute activité incompatible avec la sauvegarde de la planète doit être arrêtée si aucune solution satisfaisante n’est trouvée.

La politique internationale (non monétaire)

À quoi cela servirait-il d’avoir une économie florissante dans un environnement sauvegardé, si une guerre nucléaire survenait entre l’Iran, Israël, le Pakistan, et les USA ? Cela dépasse le cadre de cet article, donc passons rapidement.

Les dangers viennent largement du fanatisme religieux (tendance à faire passer ses croyances devant la cohabitation paisible avec ses congénères, ou à profiter de la superstition de ses semblables pour conquérir le pouvoir et la richesse). Le fanatisme musulman est clairement favorisé par le comportement inhumain de fanatiques juifs d’Israël.

D’autres dangers sont le fait de simples dictateurs qui, comme en Corée du Nord, trouvent avec la technologie nucléaire un moyen facile de faire trembler le monde entier.

Le plus urgent à mes yeux est de stopper l’industrie nucléaire. L’Occident ne peut plus, à travers l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique, promouvoir le nucléaire « civil », alors que les techniques d’enrichissement de l’uranium permettent de produire des bombes (type Hiroshima), et qu’à partir de l’uranium usagé on extrait facilement le plutonium qui permet la fabrication d’autres bombes (type Nagasaki). Faute de pouvoir interdire à l’Iran d’enrichir de l’uranium tout en continuant eux-mêmes à le faire, les pays nucléaires doivent s’engager résolument à stopper toute leur filière nucléaire et à interdire formellement à tout autre pays de s’engager sur cette voie maudite.

L’autre urgence est de résoudre définitivement la question israélienne en permettant aux Arabes, aux juifs, et aux enfants de juifs, de cohabiter en paix, dans un pays totalement laïc (ou dans deux pays laïcs l’un comme l’autre), où la liberté serait assurée à chacun indépendamment de ses croyances.

La politique internationale (monétaire)

La politique monétaire est une question foncièrement nationale : le billet de banque d’un pays n’est qu’un simple bout de papier sans valeur dans le pays voisin. La force du capitalisme a été de pouvoir prospérer malgré des pays restants à l’écart (pays non industrialisés, pays communistes,...), alors que le communisme exigeait une improbable révolution internationale avant de pouvoir prospérer. Il faut se méfier de toute réforme économique qui exigerait l’accord unanime de tous les pays du monde, cela témoigne d’un système fragile s’il est menacé par les simples écritures comptables d’un banquier dans un paradis fiscal sur une île isolée de tout.

L’Europe est un cas particulier, car la zone Euro est constituée d’États qui ont renoncé à leur souveraineté monétaire, et l’ont confiée par traité à une institution (la BCE) chargée de gérer la politique monétaire selon des règles strictes et non modifiables sauf à l’unanimité des dirigeants des États membres, ce qui est à peu près impossible. L’absence de démocratie au niveau européen rend la situation inextricable. Mais quelle que soit la solution pour en sortir, les peuples doivent retrouver leur souveraineté monétaire, que ceci passe par la sortie momentanée de quelques grands pays hors de la zone Euro, par l’émission d’une monnaie parallèle, ou par l’instauration d’un gouvernement économique et monétaire démocratique au niveau européen. La démocratie n’est pas négociable, si elle n’était pas possible au niveau européen, elle devrait être réinstaurée au niveau national. Dans la suite, je pars du principe que la politique monétaire repassera sous contrôle démocratique, d’une manière ou d’une autre, que ce soit à l’échelle européenne ou nationale.

À part ce cas particulier, il est plutôt malsain que la politique monétaire devienne internationale : la monnaie a une utilité immédiate au sein d’un pays, alors qu’à l’extérieur elle devient une réserve très spéculative. Des quantités énormes de dollars se trouvent hors des USA : ceci est désagréable pour les USA car les étrangers peuvent provoquer une crise s’ils décident subitement de dépenser leurs dollars ou de les échanger par exemple contre des euros, mais plus encore pour les pays étrangers car les USA peuvent décider du jour au lendemain de retirer toute valeur aux dollars des non-résidents de la même façon qu’en 1971 ils ont supprimé la convertibilité en or des dollars des non-résidents. La Chine a placé ses richesses en dollars américains, elle s’est donc mise dans la situation d’un pays qui aurait instauré la retraite par capitalisation : lorsque tout le monde veut utiliser ses richesses, on découvre qu’elle ne valent plus rien si personne n’est disposé à les accepter.

Les solutions

Le contrôle des banques

Les banquiers ont prêté trop d’argent, il faut donc les restreindre maintenant de façon radicale. Les règles prudentielles sont devenues complexes au point d’être faciles à contourner, il faut au contraire les rendre d’une simplicité enfantine.

La solution la plus radicale, voire extrémiste, serait d’interdire aux banques de créer de l’argent. Elles ne pourraient plus être que de simples banques de dépôt (gestion des comptes de leurs clients) et des intermédiaires entre leurs clients emprunteurs et la banque centrale (prenant un bénéfice, mais assumant le risque). Elles pourraient aussi gérer les actifs financiers simples, tels que les parts d’une entreprise (actions).

Certains proposent que les banques soient nationalisées : pourquoi pas, mais il faut surtout définir leur rôle, car même une banque publique ou mutualiste peut commettre de graves excès (exemples : Crédit Lyonnais, Caisse d’Épargne,...).

D’autres proposent d’interdire tous ou presque tous les produits dérivés, je pense que c’est indispensable, car il s’agit de constructions non productives, dangereuses pour la stabilité du système financier, et qui enrichissent de multiples intermédiaires.

Si on autorise tout de même encore les banques à créer de la monnaie (en prêtant de l’argent sur leurs fonds propres), il faut revenir à des règles prudentielles très basiques, en ne prenant en compte que l’argent en billets de banque (ou sur leur compte à banque centrale) comme critère pour le calcul du ratio de solvabilité (rapport entre les crédits offerts et les fonds propres).

Enfin, il faudrait purement et simplement interdire les « banques d’investissement », et autres entreprises financières qui inventent des montages complexes et dangereux, comme les rachats d’entreprises à crédit, dans lesquels une banque achète une entreprise en ne fournissant presque rien en échange, et paye le vendeur en endettant l’entreprise dont elle prend le contrôle.

La conséquence d’une telle politique sera une baisse drastique des prêts émis par les banques : il faut donc impérativement que l’État soit présent pour éviter toute déflation incontrôlée.

Avec la disparition des banques d’investissement, des places financières comme la City de Londres seront décimées. Il faudra envisager le reclassement de toute une classe de financiers habitués à être payés des sommes indécentes pour effectuer des écritures totalement stériles. À l’échelle du monde, ou même de la France, ces dégâts collatéraux sont un épiphénomène.

Une autre conséquence sera que les banques dont les fonds propres sont constitués d’actifs pourris (c’est-à-dire de biens dont elles prétendent à tort qu’ils ont de la valeur) seront en difficulté, voire feront faillite. Il est souhaitable que dans le cas, l’État garantisse, au moins partiellement, les dépôts des particuliers jusqu’à une certaine limite (c’est actuellement déjà le cas). Par contre, il n’y a aucune raison de racheter les actifs pourris des banques : ce serait une prime au délit de présentation de faux bilan.

Les paradis fiscaux

Les paradis fiscaux sont des pays dont la faible fiscalité et le secret bancaire permettent deux activités illégales : la fraude fiscale de particuliers ou d’entreprises, et le blanchiment d’argent sale (corruption et trafic de drogue, par exemple). Il est vain d’espérer convaincre tous les pays du monde d’adopter des règles financières strictes, et beaucoup plus efficace d’éviter que ce type de pays ne cause de nuisance les autres pays.

Pour lutter contre les dépôts dans les paradis fiscaux, le plus simple est de refuser de prendre en considération l’argent déposé dans ces pays dans le calcul des règles prudentielles des banques. Ainsi, si un banquier place l’argent d’un déposant dans un paradis fiscal, cela l’empêchera de prêter de l’argent à un emprunteur, et il n’aura donc aucun intérêt à le faire cela.

Pour lutter contre le blanchiment de l’argent sale, le plus simple reste encore de refuser tout dépôt venant d’institutions financières qui ne respectent pas les règles minimales, comme dévoiler l’identité des personnes physiques qui possèdent l’argent. De toute façon, si par exemple un chef d’État corrompu dépose des euros dans une banque française (via un paradis fiscal), cela n’apporte aucune richesse à la France, cela ne fait que remettre en circulation des euros, et il y a d’autres manières de le faire (car il suffit d’imprimer de nouveaux billets).

Enfin, pour empêcher le dumping fiscal de ces pays, il suffit de ne pas signer de convention fiscale avec eux : ainsi les bénéfices restent taxés dans le pays d’origine même si le bénéficiaire s’est physiquement installé dans un paradis fiscal.

Le financement de l’économie

Si seuls les possesseurs de capital peuvent créer de nouvelles activités, l’économie est totalement verrouillée et fonctionne mal. Il faut donc qu’il soit possible de créer de l’argent pour financer toute activité utile ou rentable.

Dans le cas d’une activité privée rentable, les banques peuvent prêter de l’argent. Soit qu’elles sont encore autorisées à créer de l’argent (avec certaines limites), soit qu’elles servent d’intermédiaires avec la banque centrale. En tous cas, la banque évalue la rentabilité et les risques du projet, se porte garante du prêt consenti, et en contrepartie prend un bénéfice en proposant un taux plus élevé que celui de la banque centrale.

Dans le cas d’une activité d’utilité publique, l’État doit lui-même créer l’argent, soit en prêtant lui-même de l’argent à un taux avantageux, soit en donnant de l’argent, mais dans les deux cas il s’agit d’argent créé ex-nihilo. Pour permettre la comptabilisation de l’argent créé par l’État, il suffit que tout soit centralisé à la banque centrale, qui indiquera le montant de la dette de l’État.

Le financement par l’endettement public a plusieurs avantages :

  • pour les services publics indispensables (la distribution de l’eau, le service postal, les transports urbains,...), cela évite le recours à un opérateur privé qui, le plus souvent, ne gère pas le service mieux que le public mais empoche un bénéfice uniquement lié au fait qu’il a pu fournir le capital à un moment donné.

  • les critères sociaux et environnementaux peuvent être pris en compte plus facilement : l’État peut par exemple financer des voies ferrées plutôt que des autoroutes, ou financer le développement des énergies renouvelables, sur la base de critères d’utilité publique que le secteur lucratif ne prend pas en compte. Tout en réorientant l’économie, l’État n’a pas besoin de restreindre l’initiative privée.

  • le risque de la suppression de l’industrie financière est une déflation brutale, mais l’État peut juguler ce risque en finançant toutes sortes de projets d’intérêt public, ce qui est en outre très populaire.

  • la masse monétaire étant décorrélée des endettements privés en cours, on peut avoir une activité économique avec très peu d’endettement, situation confortable qui permet à des entreprises prudentes de n’être pas endettées, ou à des particuliers d’acheter des maisons sans crédit.

La question de l’inflation

Il est important de comprendre qu’une dette de l’État auprès de sa banque centrale ne coûte rien à l’État, car à supposer que l’État paye des intérêts pour cette dette, il les paye à lui-même car il possède la banque centrale. Par contre, cette dette correspond à de la monnaie en circulation, et si elle est excessive cela aboutit à diminuer la valeur de cette monnaie.

D’où la relation bien connue (bien que n’existant plus depuis 1973), entre « l’État s’endette », « l’État fait tourner la planche à billets », et « l’inflation va arriver ». Cette relation est restée dans les esprits, alors qu’aujourd’hui la dette publique est contractée auprès de banques ou autres prêteurs, et qu’elle se traduit surtout par une augmentation des intérêts payés par l’État, et donc par l’augmentation des impôts, le démantèlement de services publics devenus trop coûteux, et l’enrichissement des prêteurs et des financiers.

En rétablissant la possibilité pour l’État de s’endetter auprès de la banque centrale, on recrée cette relation entre dette publique et inflation. Il est donc indispensable que les citoyens comprennent le phénomène, et puissent sanctionner les politiciens qui s’endettent excessivement et provoquent un taux d’inflation tellement élevé que l’activité économique devient difficile, voire exposent le pays au danger d’une inflation galopante.

Le risque existe en effet. Imaginons que l’État s’endette (imprime des billets) pour une somme plus importante que toute la production du pays : les billets ne vaudront rapidement plus rien, et sitôt imprimés ils perdront leur valeur de jour en jour. Un exemple célèbre est l’Allemagne de la République de Weimar. Un exemple plus récent est le Zimbabwe, dont les prix ont été multipliés en 2008 par plus de 2 millions, soit environ un triplement chaque mois. Dans ces conditions, aucune activité normale n’est possible, et l’État lui-même a peu de moyens car l’argent qu’il imprime ne vaut rien. Dans ce cas, il faut des mesures d’austérité pour que l’État dépense moins que les revenus du pays, et pour rétablir la confiance dans la monnaie et éviter que les transactions ne se fassent avec des monnaies étrangères ou improvisées (par exemple en paquets de cigarettes).

Mais limitée à des valeurs raisonnables, l’inflation a des vertus précieuses, bien qu’elle soit toujours très fortement décriée par les financiers car elle va contre leurs intérêts.

Première vertu de l’inflation : elle favorise le travail face au capital. Car un stock de billets ou un compte bien garni, en période d’inflation, vaut de moins en moins. À l’inverse, une entreprise peut augmenter ses prix de vente, et les syndicats peuvent négocier des hausses de salaires.

Deuxième vertu : elle fait s’évaporer les dettes. Un crédit de 100.000 € à 5% coûte de moins en moins cher s’il y a 10 ou 15% d’inflation par an. Ceci est toutefois différent en cas de crédits à taux variable. Mais si l’inflation est à 10% par an, un investisseur peut se satisfaire d’un placement à 8%, dans lequel son capital ne se dévalue que lentement. Par conséquent, on peut envisager des taux de crédit faibles, par exemple de 11 ou 12% pour un taux d’inflation de 10%, ce qui reste assez intéressant pour l’emprunteur. Mais l’État peut également fixer des règles pour gérer la transition entre une période d’inflation faible et une période d’inflation plus élevée.

Le prix de l’immobilier

Une grande partie des crédits sert à acheter de l’immobilier, une grande partie de l’immobilier est achetée grâce à des crédits, et ces crédits pèsent très lourd dans le budget des ménages. La croissance incontrôlée des prêts accordés par les banques a abouti à une flambée du prix de l’immobilier.

La restriction du crédit (qui outre les règles prudentielles, pourrait inclure une limite sur la durée des crédits immobiliers, par exemple à 10 ans) tendra à faire baisser le prix de l’immobilier, mais la phase de transition peut être problématique :

  • un particulier lourdement endetté pour acheter un logement sera lésé si la valeur de son logement baisse rapidement, a fortiori si elle baisse avant qu’il ait remboursé le prêt ;

  • les acheteurs auront des difficultés si le crédit est limité alors que le prix de l’immobilier n’a pas encore tellement baissé, car ils seront désavantagés face aux possesseurs de capital.

Une inflation assez forte pendant quelques années pourrait amortir ces problèmes, à défaut de les résoudre : la valeur du crédit baisserait parallèlement à la valeur du logement, et aux actifs des possesseurs de capital.

La justice sociale

Un système monétaire qui favorise le travail face au capital est foncièrement redistributif.

L’impôt permet aussi de réduire les inégalités, en frappant plus lourdement les plus riches, voire en instaurant des taux dissuasifs sur les salaires les plus élevés. Ceci a été très efficace pendant les « 30 glorieuses ».

C’est l’interdiction de l’émission de monnaie par l’État, et la soumission à la finance internationale, qui ont rendu ce procédé de plus en plus inopérant. En effet, l’État s’est mis à la merci des financiers internationaux, capables d’augmenter le prix de sa dette (en lui attribuant une mauvaise note financière), et de le dépouiller en permettant aux plus fortunés de placer leur argent dans des paradis fiscaux. Force est de constater que les dirigeants, peut-être par esprit de classe, n’ont rien fait pour éviter l’évasion fiscale.

Lorsque l’État peut imprimer sa propre monnaie, il n’est plus à la merci des financiers.

Et pour limiter l’évasion fiscale, des mesures existaient, telles que le contrôle des changes : en surveillant les transferts de devises supérieurs à un certain montant, on peut découvrir les tentatives d’échapper à l’impôt.

La balance commerciale

Face à toute proposition aboutissant à enrichir la population, la critique la plus fréquente est que cela va être catastrophique pour la balance commerciale : la population se précipiterait sur des biens fabriqués en Chine, ce qui mettrait le pays dans une situation catastrophique.

Ceci n’est pourtant pas évident, car pour importer des marchandises, il faut exporter quelque chose en échange. Car sinon, avec quoi paye-t-on nos achats à l’étranger ?

Prenons un exemple : l’Europe émet des euros, et la population européenne achète des biens industriels produits en Chine.

Soit la Chine accepte les euros. Mais que peut-elle en faire ? Elle peut les dépenser, ce qui signifie qu’elle importe des biens ou des services européens, et la boucle est bouclée.

Elle peut les utiliser pour acheter des entreprises européennes, ce qui peut poser des problèmes (et justifier des restrictions dans certains secteurs critiques), mais lui donne intérêt à ce que ces entreprises soient rentables : depuis quand se plaint-on que les étrangers investissent chez nous ?

Elle peut les stocker sans les utiliser, mais cette politique est idiote si l’euro est géré avec une inflation élevée.

Soit la Chine n’accepte pas les euros, il faut donc les changer en dollars ou en yuans. Dans ce cas, l’afflux d’euros sur le marché des changes fait baisser sa valeur, ce qui signifie que les productions européennes redeviennent compétitives.

Le chômage et l’environnement

Si l’État injecte de l’argent dans l’économie, cela doit permettre à des activités d’apparaître et d’aller vers une réduction du chômage. Si de plus des mesures sont prises pour améliorer la répartition des richesses (en stoppant l’enrichissement des financiers et des possesseurs de capital, en faisant augmenter le taux d’inflation, et en instaurant des politiques fiscales redistributives), la situation des plus pauvres s’améliorera nécessairement.

On pourrait se contenter de dire que si l’économie va bien, et si les richesses sont bien réparties, la pauvreté n’existe plus. Mais ceci peut correspondre à un taux de chômage élevé, avec des chômeurs correctement indemnisés, ce qui constituerait certes un progrès, mais ce qui n’est pas forcément l’objectif le plus souhaitable. Du moins il faut se demander si, pour la société comme pour les chômeurs, il n’y aurait pas une activité plus utile.

Dans bien des cas, c’est la réorientation de l’économie vers des activités respectueuses de l’environnement qui permettra de réduire le taux de chômage. En effet, de très nombreuses technologies polluantes ou gaspillant des ressources naturelles ont été développées dans le but principal de faire travailler moins de personnes.

Par exemple l’agriculture moderne consomme beaucoup d’énergie, pollue abondamment, et détruit les sols. Une agriculture respectueuse de l’environnement demande beaucoup plus de travail, pour utiliser des fertilisants naturels, pour lutter contre les ravageurs sans pesticides, voire pour soigner les animaux de trait, etc...

De même, le commerce moderne transporte les marchandises sur des distances insensées et les distribue dans des centres commerciaux accessibles uniquement en voiture. Si on favorise des productions plus locales, et des petits commerces proches des habitations, on économise des ressources naturelles, et on fait naître de nouvelles activités de proximité. Passer du « tout jetable » au « tout réparable » serait également un progrès pour l’environnement, et engendrerait des emplois plus intéressants que le travail sur une chaîne de production.

Analyse de différentes politiques anti-crise

Avant l’éclatement de la crise, presque tous les États n’ont eu comme objectif que d’aggraver les causes qui allaient faire éclater cette crise, en autorisant de nouvelles formes d’actifs financiers, en baissant les taux d’intérêt directeurs pour encourager toujours plus d’endettement, et en inventant de nouvelles formes d’endettement : les crédits « subprime » aux USA, la maison à 100.000€ en France (avec un crédit en 2 parties, pour la maison puis pour le terrain), l’hypothèque rechargeable en France également, les crédits sur 50 ans en Espagne, etc... Et ils accueillaient à bras ouverts tous les groupes financiers : privatisation des réseaux d’eau et de transports, promotion de la retraite par capitalisation par des politiciens de droite et même de gauche (comme Fabius ou DSK). En résumé, arrivés à proximité du mur, les États ont choisi d’accélérer !

Japon : le Japon a connu une crise similaire, mais localisée, en 1998-99. Les banques avaient prêté sans limites (sur plusieurs générations) pour financer des achats immobiliers, et un jour la situation de plus en plus intenable a fini par bloquer l’économie. Le Japon a choisi la pire des solutions : sans rien changer au système financier, l’État s’est endetté pour rembourser les banques en faillite. Le résultat est un État croulant sous les dettes, et une économie en berne. Le Japon a subi une « décennie perdue » en attendant la crise financière mondiale : un exemple à ne pas suivre !

France : la logique qui guide Mr Sarkozy est difficile à identifier. On parle un jour de « punir les coupables » de la crise [3], puis le lendemain de financer massivement les banques coupables avec de l’argent public sans exiger la moindre contrepartie. De nombreuses baisses d’impôts (peu ciblées) sont annoncées, tandis que les impôts locaux et les cotisations sociales ne cessent d’augmenter sur les classes moyennes. L’ensemble implique un très fort endettement de l’État, et pourtant la France ne propose pas de modifier le fonctionnement de la BCE, uniquement de lui demander de baisser ses taux d’intérêts, solution qui ne peut être que très provisoire. Sur le plan écologique, il y a quelques progrès indéniables (plus d’éoliennes, moins d’autoroutes), mais à petite dose et sans toucher aux tabous traditionnels (l’énergie nucléaire, l’encouragement au chauffage électrique).

Espagne : l’Espagne sort d’une période démente pendant laquelle les financiers ont profité de la libéralisation brutale du crédit pour endetter d’un seul coup toute une population qui ne l’était pratiquement pas. Tout l’argent a permis d’enrichir quelques personnes et à bétonner le pays pendant 10 ans ininterrompus. Lorsque plus personne est endetté, la martingale s’arrête, et cet arrêt est d’une violence inouïe. Dans son « Plan E », le gouvernement effectue d’importantes dépenses, en faveur des ménages (surtout les plus modestes), les entreprises (surtout les PME), les travaux publics (en particulier pour les énergies renouvelables), l’efficacité énergétique, ainsi que des garanties pour les banques. Les dépenses ciblées sont une réaction utile mais difficiles à tenir dans le système monétaire actuel, et les aides au secteur bancaire une tentative de maintenir à flot coûte que coûte un secteur économique qui a prouvé son mauvais comportement.

USA : initialement convaincus qu’existe la « main invisible » censée autoréguler le capitalisme, les USA ont d’abord laissé s’écrouler la banque Lehmann Brothers, puis ont pris peur devant la réaction en chaîne qui s’annonçait. Ensuite, le plan Paulson a offert une somme énorme pour renflouer les banques, d’une manière qui a choqué la population. Barack Obama a remplacé George W. Bush à ce moment. Mr Obama semble convaincu qu’il faut repartir sur des bases plus durables. Ainsi, il conditionne les aides au secteur automobile à la production de véhicules plus économes, et prévoit une réorientation massive vers les énergies renouvelables. Sur le plan social, il annonce des mesures nécessaires pour les plus pauvres (soins médicaux,...), la limitation des salaires pour les financiers, et la lutte contre l’évasion fiscale des riches. L’action envers les banques est pour l’instant aussi peu claire que la situation elle-même des banques, Mr Obama semble décidé à les sauver, mais en instaurant des règles beaucoup plus strictes et en exigeant des contreparties. Sur le plan monétaire, personne ne connaît la stratégie retenue, les USA ont d’ailleurs cessé dès 2006 de publier leur masse monétaire, et ne pourront à l’évidence pas assumer l’ensemble des dollars stockés à l’étranger, surtout si la Chine subit un ralentissement économique et tente d’utiliser ses dollars. Les USA ont la maîtrise de leur politique monétaire (même si, formellement, la Réserve Fédérale n’appartient pas au gouvernement américain), et selon toute vraisemblance ils n’hésiteront pas à utiliser tous les moyens à leur disposition, y compris créer de l’argent ex-nihilo ou refuser les dollars des non-résidents, mais à ce stade il ne peut s’agir que de spéculations.

Grande-Bretagne : ce pays a profité de l’exubérance financière grâce à sa place financière de Londres, elle a donc doublement à craindre de l’effondrement du système. Gordon Brown semble décidé à faire surgir une nouvelle économie de la crise actuelle, en favorisant les économies d’énergie (mais aussi le charbon avec séquestration du CO2, une technologie plus que douteuse pour l’environnement). Il augmente les impôts sur les riches, qui ont été très protégés par Thatcher et Blair, c’est une décision courageuse vu le point du secteur financier dans ce pays. Remarque : la Grande-Bretagne a conservé sa souveraineté monétaire, ce qui gêne les touristes anglais car la livre s’est fortement dévaluée, mais cette fragilité permet aussi une plus grande liberté d’action.

Le Fonds Monétaire International : après avoir constamment enfoncé les pays pauvres en difficultés en les obligeant à brader leurs ressources au profit des multinationales, le FMI suggère, maintenant que la crise atteint les pays riches, de renflouer les banques, donc encore une fois d’aider les plus riches grâce au travail des plus pauvres. Mais qui prête encore attention aux avis du FMI ?

Conclusion

La crise n’est pas inéluctable, et elle n’est peut-être même pas très grave, si les citoyens et leurs représentants osent reprendre la main sur le système économique et monétaire, et se passer des services des financiers. La réforme du système monétaire est une étape cruciale et indispensable, mais pourtant simple et évidente lorsque l’on ose y réfléchir un peu. Sans cela, on ne fera que rafistoler tant bien que mal un système injuste, comme l’a malheureusement fait le Japon depuis 10 ans. J’ose croire que les citoyens sauront reprendre leur avenir en main.

Notes

[1]Articles publiés sur AgoraVox : http://www.agoravox.fr/auteur/miguel34 , avec format PDF disponible sur ma page personnelle http://mjulier.free.fr/#monnaie

[2]« American way of life is not negociable », déclaration attribuée à G.W. Bush, dans le cadre des discussions sur le protocole de Kyoto en vue de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

[3] Voir par exemple le discours de N. Sarkozy du 25 septembre 2008 au Zénith de Toulon (La première phrase est en gras dans le verbatim officiel) : « Les responsabilités doivent être recherchées et les responsables de ce naufrage au moins sanctionnés financièrement. L’impunité serait immorale. On ne peut pas se contenter de faire payer les actionnaires, les clients et les salariés les plus modestes en exonérant les principaux responsables. Qui pourrait accepter une telle injustice ? ».


Moyenne des avis sur cet article :  2.85/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • John Lloyds John Lloyds 7 mai 2009 10:58

    Long et fastidieux article qui sombre dans le bisounours. « Contrôler les banques », ben voyons ! Autre solution, que tout le monde soit gentil avec le voisin, ça résoudrait tout, non ?

    Pour votre information, la Fed, qui est le sommet de la pyramide bancaire, est un organisme privé, il faudra m’expliquer comment vous allez sommer à un organisme privé de se conformer à vos desiderata. Qui ira toquer à leur porte en leur expliquant que ce qu’ils font, c’est pas bien ?

    ___________________________________________________

    Alerte INFO


    • miguel34 7 mai 2009 11:28

      Monsieur, nous sommes en démocratie oui ou non. Si c’est le cas, le peuple décide comment tournent les choses, et entre autres ce que les banques ont le droit de faire. Depuis 30 ans, ce sont les banques qui imposent leurs choix aux États, c’est anti-démocratique.

      Aux USA la Fed (qui est la banque centrale américaine, et non le sommet de la pyramide, j’aime beaucoup le terme que vous avez choisi) est privée, mais l’État américain contrôle ce qu’elle fait, car les USA sont une démocratie. Peut-être qu’Obama la nationalisera un de ces jours, ça clarifierait les choses. En 1936, la Banque de France aussi était encore privée, mais elle a bien fini par être nationalisée.

      NB : sur un tel sujet, je sais bien que certains de mes lecteurs sont des financiers, et qu’ils seront profondément mécontents de ce que je dis car je veux les déposséder de leur pouvoir et de leur poule aux oeufs d’or, mais j’assume.


    • John Lloyds John Lloyds 7 mai 2009 11:42

      Je crains malheureusement que vous viviez en plein rêve éveillé, ça fait belle lurette qu’on ne vit plus en démocratie, à moins que vous n’appeliez démocratie ces bulletins que l’on distribue tous les 5 ans (après les lavages de cerveau du petit écran) comme on met des sucettes dans la bouche des mômes quand ils hurlent. Hier encore ; les décisions nous concernant se prenaient hier à Bruxelles, aujourd’hui elles se prennent à Washington. Je n’aime pas plus que vous les banquiers, mais avant d’en toucher un, il vous faudra escalader tellement haut que vous serez mort avant.

      __________________________________________

      ALERTE INFO


    • miguel34 7 mai 2009 12:54

      La démocratie est menacée, voire sacrément écornée, et tout ce que vous trouvez à dire c’est qu’il faut s’en satisfaire ? Sur le plan financier, c’est en grande partie l’ignorance des citoyens et des politiciens qui fait qu’on en est arrivé là, c’est pour cela que ce n’est pas inéluctable à mon avis. Dans notre société, quand les politiciens souhaitent quelque chose, il est rare qu’ils ne puissent pas obtenir satisfaction, je leur demande donc de reprendre le pouvoir qu’ils ont imprudemment cédé aux financiers : habituellement, quand on demande aux politiciens de récupéré un bout de pouvoir, ils n’hésitent pas à le faire.

      Sur la question de la démocratie dans les médias, c’est une autre histoire, la situation de la France et de l’Italie est assez particulière par rapport à nos voisins européens.


    • plancherDesVaches 7 mai 2009 12:59

      John.
      Effectivement, le pouvoir des financiers est immense et il parraît bien dérisoire pour nous tous de lutter.
      Et le principal danger qui nous guette est de mettre au pouvoir des dictateurs qui ne viseront pas l’argent, mais le pouvoir par la guerre.
      Guerre non économique, mais bien physique, celle-ci. (quoique... : lorsque l’on voit les dégats de l’économie sur le réel....)
      Ne serait-il pas temps de mettre en avant des personnes qui seraient assez fortes pour résister au pouvoir de l’argent SANS pour autant utiliser leur peuple dans une volonté de folie telle que tous les dictateurs nous ont déjà démontré.
      J’ai envie de croire en l’humain.


    • olivierchen 7 mai 2009 23:21

      miguel34 :
      Je vois que vous etes physicien

      Je partage entierement votre analyse et vos propositions sur les réformes économiques

      Pensez vous pas que le systeme financier devrait s’inspirer de la physique, c’est à dire sur le principe de l’axiome basé sur un systeme d’équilibre

      Vous voyez à peu près ma conclusion philosophique je m’exprime mal peut etre sur « le principe de l’axiome de basé sur un systeme d’équilibre » car je n’ai pas de formation scientifique en physique
       
      L’école de Chicago sur la main invisible comme Milton Friedman serait aujourd’hui un criminel, nos capitaines financiers font de l’économisme pour l’économisme ou on fait du scientisme pour du scientisme

      Mon postulat de réflexion : l’économie est au service de l’etre humain

      Aujourd’hui le mot libéralisme ou néolibéralisme as perdu tout son sens éthymologique, le libéralisme est un courant philosophique datant de 350 ans ou le peuple se révoltait contre le pouvoir de l’état ..

      Aujourd’hui cette philossophie s trouve des contradictions en pleine période de crise financiere, l’élite financiere, ces batards financiers,ces patrons des CAC 40 que j’appelle des mercenaires et non pas des dirigeants d’entreprises qui gagnent 400 fois le smic d’un ouvrier


    • Serge Serge 7 mai 2009 11:36

      Au sujet des « paradis fiscaux »...Les grands discours moralisateurs du calife Sarkozy « côté jardin » sont une chose et les actes « côté arrière cour » autre chose dont les médias, aux ordres de la pensée unique et dominante de l’idéologie libérale, se gardent bien de parler.
      Ainsi,le commissaire européen C.McCreevy vient de déposer un projet de directive demandant d’autoriser des fonds spéculatifs de pouvoir venir s’investir en Europe à partir des paradis fiscaux !!!
      Il est vrai que ce monsieur ne fait que mettre en application l’article 63 du « Traité de Lisbonne » ( celui qui a été imposé aux français contre leur volonté ! ) qui spécifie :
      « Toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les Etats membres et les pays tiers sont interdites. »


      • miguel34 7 mai 2009 11:44

        C’est en effet un de points qui montrent que l’Europe n’est pas démocratique : elle prétend donner force de Constitution aux principes qui offrent le pouvoir aux banquiers, non seulement les banquiers indépendants de la BCE, mais même à la moindre banque pourrie d’un obscur paradis fiscal, sans aucun contrôle ! C’est mauvais pour le peuple, pour les entreprises, et pour les banquiers honnêtes.


      • décurion 7 mai 2009 14:33

        « L’économie est à la base de la vie en société »


        Je crois plutôt que l’économie, est la conséquence de la vie, et de l’ activité nécessaire à sa continuité.

        A défaut d’admettre cette simple réalité, on ne peut qu’aboutir à des solutions bâtardes , qui ne résolvent rien. Je crois, qu’avant même d’envisager un début de solution, il serait bon d’aller au fond des choses, et de remettre toutes les pendules à l’heure.

        • L’économie mesure l’activité de la société.

        • L’activité est généré par le besoin.

        • Le repos mesure la prospérité de la société.

        En remettant les « priorités » dans ce qui devrait être leur ordre naturel, un grand nombre de problèmes « cruciaux » disparaitraient définitivement .

        Viser une société de loisirs abordables pour tous, et se donner les moyens de la réussir. Supprimer les activités inutiles et énergivores, les emplois subventionnés, et répartir entre tous les jours chômés payés.

        Cela aurait une toute autre gueule d’ être compétitif, par le niveau et la qualité de vie de ses citoyens, que par le coût de produits inutiles, parce que éphémères, jetables et encombrants.

        Bien évidemment, il faudrait plus qu’une main invisible, pour traquer et réduire l’ enculerie, lorsqu’elle se cache sous des épithètes courantes .

        Il faudrait de la volonté, qui doit bien exister quelque part, et des lois simples qui appellent un chat : un chat, et des lois qui empêche qu’on fasse des lois qui créent des besoins imaginaires et artificiels.

        Ce qui soulève un autre problème, qui est l’accès aux leviers de commande, et comment y accéder sans subir la corruption ?

        Dans le contexte actuel, ce problème est insoluble.

        La solution, est entre les mains des citoyens. Ils doivent se ré approprier le nerf de la guerre, et reconstruire la démocratie par la base. Créer les structures nécessaires à leurs besoins, et couler s’il le faut, celles qui leurs sont nuisibles, qu’ils s’ agissent des banques, assurances, commerces, entreprises .

        Que ceux qui se rêvent en élites, se démerdent entre eux, et gouvernons nous entre nous !

        Ce pourrait être la première pierre à un début de solution.


        • plancherDesVaches 7 mai 2009 14:56

          Vous rejoingnez mon dicton né il y a peu : il faut de l’argent pour vivre, et non vivre pour l’argent.
          A croire que l’excés est mauvais en tout. (ça, c’est pas de moi... smiley )

          Mais allez dire ça aux seigneurs du nerf de la guerre....


        • miguel34 7 mai 2009 15:18

          Je défends moi aussi le fait qu’il y a des priorités plus importantes que l’économie (je cite la protection de l’environnement et la paix, on peut en rajouter d’autres).

          Votre vision semble un peu soviétique : règlons ensemble nos problèmes, décidons ce qui vaut le coup d’être produit, etc... Je ne crois pas trop à ce modèle, car les problèmes sont nombreux et imbriqués, personne n’a une vision d’ensemble. Et bien que j’espère que la plupart des gens ne soient pas trop égoïstes, mais certains le sont, ne serait-ce que par paresse.

          Reconstruire tout par la base, c’est très bien, mais ça ne résoud pas tout. Si toutes les entreprises devenaient des coopératives ouvrières ou des associations, elles continueraient à utiliser la monnaie émise par la BCE. Il y a bien les SEL, sorte de monnaie locale autogérée, mais c’est marginal, le gros de l’activité humaine d’une société complexe passe par la vraie monnaie. Et là, ça se construit au sommet, pas à la base : le citoyen doit savoir où il veut aller, et exiger de ses politiciens qu’ils le fassent.

          Votre phrase « qu’ils se démerdent entre eux », j’y souscris partiellement : si les riches veulent même quitter le pays, c’est leur problème, ce qui compte c’est l’activité, pas le chiffre écrit sur le compte bancaire de telle ou telle personne. Mais si « ils » continuent leurs activités, « nous » ne pouvons gérer les notres que si « nous » disposons de notre propre monnaie ! C’est un des points les plus importants du problème.


        • plancherDesVaches 7 mai 2009 15:29

          Miguel.
          Je ne suis pas non plus l’inventeur de : « Si vis pacem, para bellum ».
          Mais lisez « La nuit des temps » de Barjavel.
          Cela montre bien qu’un humain est capable du meilleur. Comme du pire. Et fait sa société à SON IMAGE.


        • miguel34 7 mai 2009 18:27

          La philosophie seule a ses limites, face à des financiers aguerris et qui cherchent activement la moindre activité humaine dont ils pourraient s’arroger le bénéfice. Eux n’hésitent pas à se bouger et à comprendre comment les choses s’organisent.

          Alors en face, il faut aussi oser retirer le brouillard dont ils entourent leur « domaine réservé » de la savante finance, et ne pas hésiter à renverser la vapeur. Je vous trouve bien rêveurs et fatalistes.

          Pour l’instant, en effet, la seule initiative citoyenne contre ce système financier a échoué : on a voté NON au traité européen, les politiciens ont voté OUI à notre place. Mais que je sache, il y a des élections européennes bientôt, les députés européens doivent être interpelés pour exiger que l’Europe s’affranchisse du secteur financier.

          L’Amérique du sud l’a fait, et pourtant elle était sous la coupe du FMI, de la Banque Mondiale, des USA, et de sociétés espagnoles comme Repsol. Ils ont rendu les dollars à ces gens, ils ont créé leur propre banque, et ça va mieux. Ils ont rappelé que leurs richesses étaient à eux (Evo Morales a été intraitable avec Repsol : c’est à nous, on vous autorise à travailler, ou si vous n’êtes pas contents vous partez). Serions-nous plus bêtes que les Sud-Américains pour ne pas oser faire face aux financiers ? Sont-ils tellement forts qu’ils ont pu le faire alors que nous ne pourrions même pas l’envisager ?


        • décurion 7 mai 2009 18:47

          PlancherDesVaches,

          Autrement dit, on travaille pour vivre, on ne vit pas pour travailler., c’est une évidence, trop souvent travestie.

          Par contre, les seigneurs du nerf de la guerre, c’est nous, même si nous l’ ignorons, les autres, ne sont que les saigneurs, et cela, nous le savons de trop.


        • décurion 7 mai 2009 19:11

          Miguel,

           La création ne peut être que divine, l’homme ne sait pas faire. Ce que nous appelons « invention » est à la confluence, de la découverte, de l’expérience , du besoin, et du but recherché. En conséquence, je n’ai ni vision, ni modèle, qui puisse permettre d’imaginer, ce qui n’ a aucune existence.
          Le capitalisme, qu’il soit privé ou étatique, repose sur les mêmes principes, et proposer l’un à la place de l’autre, c’est faire une tempête dans un verre d’eau.
          Je me borne à poser le problème différemment, en affirmant qu’il n’y a pas de priorité plus importante que l’économie, pour la simple raison, qu’à mon sens l’économie n’est absolument pas une priorité, mais une conséquence.
          Un système d’échange local, est marginal si on le maintient dans la marginalité, mais rien n’empêche de le repenser autrement.
          Qu’est ce qui empêche de créer un SEN (système d’échange national) avec de vrais €uros, mais en lui imposant un circuit tracé sur mesure ?
          L’état récupère plus d’argent en imposant les pauvres, parce qu’ils sont plus nombreux que les riches , tout le monde le sait, et donc , il suffit de transformer en avantage ce qui parait comme un handicap, et ça, il n’y a que la base qui peut le faire.
          Nous n’avons absolument pas besoin de fabriquer une monnaie différente, pour régler nos problèmes. L’état nous impose des dépenses obligatoires , qui nous desservent à plus d’un titre : Créons les structures qui reçoivent ces dépenses, et utilisons les pour notre usage, selon nos règles.
          Si chaque fois qu’une dépense est nécessaire, nous créons la structure qui reçoit cette dépense, il est possible de créer un réseau fermé aux "pattes noires".
          Actuellement, le produit du travail du plus grand nombre, va à une minorité, et retourne au compte gouttes à la majorité, faire le contraire ne devrait pas poser de problème.

          L’activité, l’économie, le pays, la nation, tout cela se trouve sur un chariot, et nous sommes nous les citoyens, les mules qui faisons avancer le chariot.Avec ou contre l’ Europe, si on veut, on peut tirer le chariot dans la route qui nous plait, et la « direction », elle peut suivre ou débarquer.

          Il suffit de le vouloir en nombre suffisant, pour que cela soit possible et légitime.



        • miguel34 7 mai 2009 19:57

          Décurion,

          Quand je dis que l’économie est à la base de toute société, c’est comme si je dis que les maths sont à la base de toute la science : ça veut dire que c’est l’outil qui permet de comprendre ce qui se passe entre des millions d’individus. Je ne veux absolument pas dire que la croissance du PIB soit forcément un objectif souhaitable, par exemple.

          Faire un SEL national avec de vrais euros : c’est amusant, mais qui met la somme initiale ? Vous devrez vous endetter pour lancer le système. Et ce sera soumis à la TVA et à l’impôt sur le revenu. Vous imposez un parcours à l’argent ? Non, car l’argent n’a pas d’odeur. Pour imposer un parcours à l’argent, il faut un gestionnaire qui tienne le compte de chacun. Du coup plus besoin que ce soit de vrais euros. Vous voulez cloisonner ces échanges avec ceux faits avec l’argent des banquiers : eh bien créez une monnaie parallèle ! Mais une économie à 2 monnaies, ça me semble instable, je ne connais pas d’exemple réussi.


          • décurion 7 mai 2009 21:41

            Miguel,

            Pour créer une nouvelle société, il faut d’abord ouvrir un nouvel itinéraire. Si l’expérience passée peut aider à choisir le meilleur itinéraire entre plusieurs, il faut bien comprendre que seul l’ expérience acquise dans le tracé de cette nouvelle voie, est à même de poser les bases d’une société encore inimaginable.
            Depuis que l’humanité existe, elle n’a connue que le Capitalisme.Système inique, qui ne convient qu’à une minorité, il perdure indétronable, malgré toutes les utopies censées le remplacer.
            Pourquoi ?
            Le rejet du capitalisme n’a abouti qu’à des rejets au sens botanique : des branches se nourissant au travers du même tronc, par les mêmes racines, puisant dans un terreau commun.
            L’erreur est de vouloir livrer clef en main, un système nouveau. C’est impossible.
            Pour faire du neuf, il faut se renouveller soi même, et reculer les frontières de la connaissance.
            Pour moissonner, il faut semer, et pour semer, il ne faut pas se demander si ça va pousser.Il faut le faire, et recommencer autant que nécessaire, en corrigeant les erreurs.
            L’important étant de s’imposer un cahier des charges, et de le respecter.


          • miguel34 7 mai 2009 23:59

            « Depuis que l’humanité existe, elle n’a connue que le Capitalisme » : pas vraiment, le capitalisme tel que nous le connaissons date du 19e siècle, et sous sa forme sauvage il a culminé en 1929, puis depuis les années 1970-1980 jusqu’à aujourd’hui où il semble devoir s’écrouler à nouveau.

            La monnaie comme moyen d’échange local existe depuis des millénaires. Les échanges internationaux basés sur l’or également. Mais l’industrie financière, non. Pendant longtemps, le crédit (avec intérêts) était interdit par les catholiques et les musulmans

            On a aussi connu le communisme, la dictature, etc...

            Je ne suis trop partisan de la méthode « essai-erreur », car dans ce domaine on peut mettre 50 ans à sortir d’une expérience malheureuse. Mieux vaut réfléchir un peu avant de se lancer !


          • décurion 8 mai 2009 13:41

            Je reconnais que certaines sociétés, ont connu un développement différent des civilisations communément étudiées. Il est par ailleurs, interessant de noter que toutes ces sociétés non capitalistes ont en commun de ne pas avoir domestiqué le cheval.
            Ces exceptions reconnues, il n’en demeure pas moins que l’ exploitation de l’homme par l’homme, est le seul modèle économique mis en place depuis la nuit des temps.
             Le communisme est un capitalisme d’état et la dictature est un régime politique.
            Je suis bien d’accord qu’il faut réfléchir avant de s’engager, mais la réflexion a besoin de connaissances, qui ne peuvent s’acquérir que par les découvertes et les expériences.
            C’est sur que les erreurs se payent, et nous le faisons chaque jour, bien que ce ne soient pas les notres.


            • miguel34 8 mai 2009 14:23

              Le communisme visait à supprimer l’exploitation de l’homme par l’homme, non en instaurant un capitalisme d’État, mais en prenant les décisions collégialement (soviets) pour le bien public. Ça a marché, mais ça a impliqué un énorme centralisme, d’où bureaucratie inefficace et détournement des richesses par une numenklatura, et ça a partiellement bloqué les initiatives personnelles. D’où mon avis qu’il faut encourager les initiatives perso tout en bloquant l’exploitation outrancière.

              C’est quoi le capitalisme ? Si c’est avantager le capital par rapport au travail, je suis contre ! Mais si c’est utiliser la monnaie pour arbitrer entre des millions d’initiatives privées, je suis convaincu que c’est encore la meilleure solution.


            • miguel34 8 mai 2009 14:34

              Bouh !!! Je n’ai vraiment pas de succès : 7 votes contre, 5 votes pour !

              Pas vraiment étonnant :

              Les gens de droite n’aiment pas qu’on attaque la finance et la possibilité de faire fructifier le capital, ça viole leur religion.

              Les gens de gauche ne veulent pas entendre parler d’économie ni de mesure qui favorise les initiatives privées, ils ne jurent que par les aides de l’État en faveur des plus modestes, ce qui est est un pansement indispensable mais non un traitement de fond.

              Et entre les deux, plein de fatalistes qui disent « Rien ne changera jamais, tout est pourri et ILS sont plus forts », et quelques-uns qui rêvent de vivre hors du capitalisme, mais qui n’y arriveront pas car rien que pour acheter un terrain pour vivre en autarcie, il faut s’endetter, et donc ensuite produire toujours plus pour rembourser l’emprunt.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès