Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La Croissance, c’est aussi l’affaire de l’Etat (...)

La Croissance, c’est aussi l’affaire de l’Etat !

Depuis la nuit des temps, la croissance est au cœur de l’activité humaine. Or, ce facteur central de l’économie est paradoxalement assez méconnu par le monde syndical et aussi par celui de certains politiciens économistes.

La croissance est l’indice, exprimé en pourcentage, qui mesure l’augmentation du PIB (produit intérieur brut) d’une économie par rapport à la période précédente : le trimestre ou l’année.

Pour avoir de la croissance, il faut un PIB qui augmente d’une période sur l’autre. Comme le PIB, agrégat national, est aussi l’expression de la somme des valeurs ajoutées de toutes les entreprises, de tous les secteurs, il faut donc que ces valeurs ajoutées progressent pour qu’il y ait croissance. Mais comment ?

Sans entrer dans des détails ennuyeux, il convient de dire que la valeur ajoutée, pour une entreprise, est la différence entre son chiffre d’affaires et sa consommation intermédiaire, c’est-à-dire les biens et services qu’elle a achetés pour fabriquer les biens et services qu’elle a vendus (aux variations de stocks près). Donc, pour accroître sa valeur ajoutée et faire de la croissance, il faut notamment :

- soit augmenter son chiffre d’affaires, sans accroître sa consommation intermédiaire,

- soit augmenter son chiffre d’affaires, mais, plus vite que n’augmente sa consommation intermédiaire,

- soit augmenter son chiffre d’affaires tout en diminuant sa consommation intermédiaire,

- soit, à chiffre d’affaires constant, diminuer sa consommation intermédiaire,

- soit, à chiffre d’affaires baissier, diminuer encore plus sa consommation intermédiaire.

Sachant que le partage de la valeur ajoutée se fait selon les cinq éléments suivants : les salaires, les impôts et taxes, la rémunération des prêteurs, la rémunération des actionnaires et l’entreprise elle-même (amortissements et réserves), on voit l’importance qu’il y a d’augmenter l’agrégat à partager, afin de ne pas avoir à arbitrer une répartition drastique en cas de baisse.

La croissance de la valeur ajoutée est donc fondamentale. Par ailleurs, c’est tellement plus confortable quand elle augmente. L’entrepreneur en est conscient et il fait le nécessaire tous les jours pour cela. L’Etat doit aussi en être conscient et, au-delà des discours préélectoralistes ou post-électoralistes, faire le nécessaire, par la preuve, pour que la croissance soit au rendez-vous. Mais comment ?

1°- D’abord il convient de dire que, dans le cas de la France, cela ne devrait pas être a priori un objectif impossible. La planète a enregistré en 2006 une croissance rarement atteinte depuis que les statistiques mondiales existent. Et cela va continuer. Il faudrait donc que l’Etat soit particulièrement aveugle ou incompétent pour ne pas tirer profit de l’augmentation de la richesse mondiale. Mais ne préjugeons de rien. En 1996 et 1997, le gouvernement Juppé n’avait pas vu venir la croissance européenne. C’est le gouvernement Jospin qui en a profité, après la fameuse dissolution.

2°- L’Etat doit savoir donner confiance à court, moyen et long terme. L’entrepreneur a besoin de cette perspective. Comment pourrait-il parier sur l’avenir, proche ou moins proche, si l’Etat lui faisait apparaître celui-ci trop incertain ?

3°- L’Etat doit aussi tenir ses promesses en matière de fiscalisation des résultats mais aussi en termes de promotion de la recherche et du développement. L’entrepreneur doit savoir, à l’avance, si le poids de la fiscalité aura ou non tendance à obérer de plus en plus le partage de sa valeur ajoutée. Valeur ajoutée que son entreprise et ses salariés auront créée. Il doit aussi savoir si ses efforts en R & D seront reconnus, encouragés et valorisés.

3°- Ensuite, l’Etat doit promouvoir la création de nouvelles valeurs ajoutées, c’est-à-dire de nouvelles productions. Faire croître les valeurs ajoutée existantes c’est bien. Mais favoriser la création de nouvelles richesses c’est mieux, voire indispensable. Cela passe par l’encouragement des esprits au développement de nouveaux commerces, de nouveaux métiers, de nouveaux partenariats avec les pays qui demain seront les pilotes de l’économie planétaire, etc.

4°- Enfin, Croissance et formation sont étroitement liées. Indissociables. L’Etat doit comprendre que les dépenses de formation d’aujourd’hui sont les croissances de demain. Comment créer de nouvelles croissances sans bien connaître et comprendre les enjeux du monde dans lequel on est ? Comment connaître et comprendre sans avoir appris ? Ainsi, il convient, de manière urgente, d’introduire l’enseignement de l’économie dans le cursus scolaire, dès l’école primaire. L’apprentissage à la citoyenneté mondiale passe par une refonte totale des programmes de l’Education nationale. Ces programmes, structurés autour du latin, du grec, du patois régional et des guerres passées, ont été conçus à la fin des trente glorieuses et de l’ère industrielle occidentale finissante ? L’ère tertiaire est désormais notre quotidien. Le quaternaire, c’est déjà aujourd’hui et plus encore demain !

Alors oui, la croissance est bien l’affaire de l’Etat. Encore faut-il qu’il se donne les bons outils pour cela. Au bon moment et aux bons endroits ! Demain il sera trop tard. Les autres avancent sans attendre la France. Ni la "vieille" Europe. L’économie de notre nouvelle zone européenne doit être irriguée par la confiance de ceux qui gouvernent, des entrepreneurs bien sûr et aussi par une connaissance économique renforcée de tous ses citoyens. Combattre l’ignorance, quelle qu’elle soit et surtout celle de la matière économique, c’est parier favorablement sur l’avenir !

La connaissance devient un vrai capital. Capital porteur d’avenir. Indispensable pour vivre demain dans un monde choisi et non subi. Où il est préférable d’être associé aux décisions plutôt que d’avoir à les exécuter.

Alors, croissance, louons tes vertus à court et moyen terme ! Quant au long terme ... nous serons morts, comme disait J.M. Keynes.


Moyenne des avis sur cet article :  2.49/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 10 avril 2007 11:39

    Je ne vois pas bien le but de cet article, très général.

    La croissance sera là en 2007 ? J’ai un doute là-dessus, car il me semble qu’au contraire les nuages noirs s’amoncellent : surendettement des ménages US, courbe des taux inversée depuis 15 mois, ...

    Par contre elle était là en 2005. En 2005 et 2006, la croissance mondiale et européenne a été très forte. Mais pas celle de la France qui a décroché de l’Allemagne. A votre avis, porquoi ?


    • JAcques05 (---.---.199.208) 10 avril 2007 16:11

      Excellent article ! Enfin je comprends aujourd’hui l’importance de la valeur ajoutée et donc de la croissance. J’aurais aimé savoir cela avant d’écouter les bêtises que beaucoup ont répandues durement le TCE de 2005, ce qui nous a conduit au refus d’une Europe plus sociale mais aussi plus compétitive. Merci encore pour votre leçon d’économie politique, dont quasiment tous les candidats devraient s’inspirer. Mais cela n’est évidement pas leur but.


    • arturh (---.---.119.98) 10 avril 2007 18:32

      Tiens, le vieux prof d’économie marxiste niveau bac+35 qui réagit.

      Mais oui, tout ce qui ne relève pas de l’économie marxiste relève du CM2. D’ailleurs, tous les pays de l’Est sont retournés au CM2, c’est bien connu.


    • arturh (---.---.119.98) 10 avril 2007 18:33

      PS. Oui, la croissance, c’est bien. C’est même très bien.


    • AËlendrius AËlendrius 11 avril 2007 08:55

      C’est vrai qu’il y a parfois des phrases relevant parfois du « la croissance c’est bien, la récession, c’est mal ». Le fait que l’Etat se doit de stimuler les sources de croissances semble plutôt évident (éducation, R&D, fiscalité etc...). Ceci dit, peut-être qu’il est normal que nous soyons tous là à nous dire « nom d’un p’tit bonhomme, ce qu’il dit ne fait pas avancer le schmilblik » parceque c’est justement le but de l’article : Dénoncer ces personnes censées avoir des compétences en économie mais qui ne tiennent pas compte de ses principes élémentaires. Mais dans ce cas, il aurait été judiscieux de développer cet aspect après l’énnoncé des principes élémentaires smiley bref, article moyennement bof intéressant...


      • Comenius (---.---.77.78) 11 avril 2007 12:14

        La « croissance » ne crée pas d’emplois. L’emploi (population active occupée) augmente uniquement si la production (valeur ajoutée) augmente plus vite que le produit de la productivité par la durée du travail.

        En six ans, de 1999 à 2005, la valeur ajoutée a augmenté de 11,7 % en France et l’emploi intérieur de 5,6 %. La croissance de l’emploi est inférieure à celle de la production sur l’ensemble de l’activité nationale, mais cela semble aller dans le sens de la croyance commune selon laquelle « la croissance crée des emplois ».

        Une analyse de la réalité économique montre que l’évolution est cependant différente et varie de façon importante selon les années et les secteurs d’activités. Deux éléments essentiels sont en effet oubliés ou occultés : les variations de la productivité du travail et de la durée du travail.

        En 2001, l’emploi a augmenté au même rythme que la production (croissance de 1,8 %) pour l’ensemble des secteurs d’activité. Mais en 2004, malgré une croissance de la production de 2,5 %, celle de l’emploi a été nulle (0,05 %). Dans l’industrie en 2004, pour une croissance de 1,7 % l’emploi a diminué de 3 %. Dans les industries des biens de consommation, une croissance de 18 % correspond à une perte d’emplois de 20 % (en six ans).

        L’explication de ces différences tient aux gains de productivité (parfois négatifs) qui varient selon les années et les secteurs économiques.

        Une étude d’autres périodes, tenant compte de la durée du travail, est encore plus explicites et montre bien la nature complexe des relations entre la croissance économique, l’évolution de l’emploi et celle du chômage. ( déjà analysé ici Des mythes autour de l’emploi et ici Gains de productivité, durée du travail et chômage )

        La création nette d’emploi est le résultat d’une différence positive importante entre la croissance de la production et celle de la productivité ou d’une forte diminution de la durée du travail.

        Pour une durée constante du travail, seule une évolution de la valeur ajoutée supérieure à celle de la productivité entraîne une création nette d’emplois (nombre d’emplois créés, à durée du travail identique, supérieur à celui des emplois détruits).

        Plus généralement, l’évolution de la valeur ajoutée est égale au produit des évolutions de la productivité, de la durée du travail et de la population active occupée. Autrement dit, l’emploi (population active occupée) augmente uniquement si la production (valeur ajoutée) augmente plus vite que le produit de la productivité par la durée du travail.

        Des gains de productivité supérieurs à l’augmentation de la production détruisent l’emploi si la durée du travail n’est pas réduite en proportion.

        Lire La croissance ne crée pas d’emploi et voir les tableaux statistiques (fichiers xls)

        Dans un contexte de limitation des ressources au niveau mondial, en énergie, matières premières, eau ... la croissance de la production ne peut se poursuivre sans fin.

        En l’absence de croissance ou dans le cadre d’une décroissance volontaire et raisonnée (qui n’est pas un retour à un plus faible niveau de vie), le nombre d’emplois peut augmenter et le chômage réel peut disparaître. Cela est possible par une diminution de la durée du travail (sans perte de niveau de vie), une meilleure répartition des richesses, en évitant l’énorme gaspillage dû à la logique financière de l’économie et aux transports inconsidérés, en limitant de la production aux biens et services utiles et nécessaires.

        Lire aussi Le Cauchemar de Don Quichotte et d’autres articles sur la décroissance volontaire (avant qu’elle ne soit subie et dramatique).


        • paul11 (---.---.199.208) 11 avril 2007 14:02

          Tout à fait d’accord. Avec une PMF à 2% on ne créé pas d’emploi. Mais comme le disait A. SAUVY,la croissance peut être indéfinie car le besoin et sa satisfaction sont indéfinis.


        • (---.---.107.66) 11 avril 2007 14:34

          Merci Aimé Fay pour cet effort de pédagogie.

          Maintenant, pouvez-vous nous la refaire en tenant compte d’un monde fini, avec des ressources finies, etc... ?

          Vous allez me répondre que la création de valeur ajoutée ne s’accompagne pas nécessairement de consommation d’énergie et de matières premières, que le facteur progrès permet une utilisation plus efficiente de cette énergie et de cette matière première...

          Mais pensez par exemple à « l’effet rebond », qui dit que tout gain d’efficacité (énergétique) pour une unité de production s’accompagne toujours d’une augmentation en conséquence du nombre d’unités produites, et in fine d’une augmentation de la consommation d’énergie ou de matières premières.

          Que pensez-vous des travaux de Nicholas Georgescu-Roegen ?

          Merci de vous référer à cet article d’Agoravox, paru hier également, qui semble apporter une vision autrement plus réaliste et moins simpliste que la vôtre (sans toutefois vouloir vous offenser).


          • Paul11 (---.---.199.208) 11 avril 2007 14:52

            je ne sais pas ce que FAY en pense, mais pour ma part, scientifique de formation et d’expérience, je serais assez d’accord avec SAUVY qui disait « l’étendue des besoins est illimitée ... et, il n’y a aucun risque de saturation de la demande ». Malthus l’a appris à ses dépends et les gens du club de Rome aussi dans les années 70.

            Le progrès technique semble bien être l’avenir de l’humanité.

            Bien à vous.


          • Christophe Christophe 12 avril 2007 01:28

            Mais Sauvy prend le problème à l’envers.

            l’étendue des besoins est illimitée ... et, il n’y a aucun risque de saturation de la demande

            L’étendu des ressources naturelles est limitée ... et il y a risque de saturation d’absorption des rejets.

            Il est vrai que selon que nous nous positionnons en homme-Dieu ou en homme dans son environnement, la vision change quelque peu. Sans cet environnement qui nous donne cette chance inouïe d’avoir la possibilité de vivre, nous ne sommes rien ... ou peut-être serons-nous le plus grand parasite qu’ait jamais connu la Terre.

            Quant au culte de la technique qui animait Sauvy, je vous renvoie aux avis de philosophes comme Habermas, Oto Apel, Sfez, ... Les temps changent, et les certitudes s’estompent ; c’est un principe irréversible pour tout scientifique ! smiley


          • (---.---.107.65) 12 avril 2007 15:15

            @ « Paul11 »,

            Ou bien vous ne comprenez pas ce que je vous dis, ou bien je ne comprends pas ce que vous me dites. Dans tous les cas, nous aurions intérêt à nous comprendre.

            Je ne suis pas sûr de bien voir où vous voulez en venir, et quel est le sens de votre citation de Sauvy.

            Vous semblez faire dire à Sauvy que la croissance peut être infinie parce que les besoins sont infinis et ne pourront jamais être tous satisfaits.

            Doit-on comprendre, en d’autres termes, que puisque les pauvres ont plus de besoins que les riches, il suffirait d’appauvrir un pays pour dynamiser la croissance ? Ce que je crois comprendre dans vos propos m’effraie un peu. Concevez-vous l’homme au service de l’économie ou l’économie au service de l’homme ? Et expliquez-moi en quoi un besoin non satisfait crée de la croissance ?

            Merci de faire en sorte de bien expliquer votre pensée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès