Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La croissance de la France restée nulle au second trimestre selon (...)

La croissance de la France restée nulle au second trimestre selon l’INSEE

Le gouvernement s’est rendu à l’évidence. Après les chiffres publiés ce jeudi par l’INSEE, le PIB de la France a vu son volume stagné au deuxième trimestre. Les pays de la zone euro ne font pas mieux car l’Italie et même l’Allemagne élève modèle en la matière ont vu leur PIB reculer sur la même période.

C’est un coup dur pour le Ministre des Finances, Michel Sapin et pour l’ensemble du gouvernement qui empreint d’un excès d’optimisme tablait sur une croissance à + 1 % cette année. Au vu des mauvais résultats économiques, l’objectif a été revu ce mercredi à la baisse à + 0,5 % seulement.

On est très loin du “retournement” préssenti par François Hollande en mai dernier, et pour cause, tous les indicateurs sont dans le rouge : recule de 0,5 % de la production industrielle entre mars et juin, diminution de 0,8 % des investissements des entreprises, accroissement du chômage 10,2 % de la population active ( source : eurostat période juin 2014 ), s’ajoute à cela les - 29,2 milliards sur 6 mois de déficit commercial et le risque de déflation annoncé par Manuel Valls en début de mois. Seuls la consommation des ménages ( + 0,5 % ) et la dépense publique ( + 0,5 % ) s’en sortent relativement bien.

L’héxagone semble souffrir des premiers efforts d’économies sur les dépenses publiques et le climat actuel ne rassure pas les ménages plus frileux à la consommation. Jean Hervé Lorenzi, Directeur du Cerles des économistes confiait que “nous sommes dans une phase de ralentissement structurel de l’économie mondiale (...) où la plupart des pays tentent de réduire leur déficit de manière simultanée”. L'exécutif renonce tout de même à augmenter les impôts, il a par ailleurs commencé à les réduire pour les revenus les plus modestes. Malgré tout Michel Sapin a confirmé que “la France n'atteindra pas cette année son objectif en terme de déficit de ses finances publiques, malgré la totale maîtrise de nos dépenses”. Avant d’ajouter que le déficit des administrations publiques sera supérieur à 4 % du PIB en 2014” contre 3,8 % prévu jusqu'alors.

La classe politique n’a pas tardé, elle aussi a commenté les chiffres de la croissance sur les réseaux sociaux. Luc Chatel qualifie la situation de “coup de tonnerre” pour l’économie française, pour Christian Estrosi, François Hollande a “discrédité la parole publique” et pour Nicole Dupont-Aignan “Hollande fait la politique de Laval”.

La France va devoir faire face à la Commission, à qui, elle doit rendre des comptes. Celle-ci lui avait par ailleurs demandé de prendre davantage de mesure en faveur de l’économie.

 

Christopher MONTLOUIS-GABRIEL


Moyenne des avis sur cet article :  1.73/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • caillou40 caillou40 16 août 2014 11:05

    Et Zoo-Land..le menteur dit que la reprise est là depuis des mois...(comme le reste du gouvernement d’ailleurs)...Qu’ils dégagent..et vite...marre de cette mafia.. !


    • Pepe de Bienvenida (alternatif) 17 août 2014 12:15

      Révocabilité des mandats. Impossible autrement.
      Quand Flanby aura fini le sien, j’ai bien peur que les dégâts soient irréversibles.


    • mac 16 août 2014 12:32

      Tant que l’action politique se limitera à la méthode Coué et aux incantations, il ne faut pas s’attendre à mieux.

      En attendant les boîtes ferment les unes après le autres et je ne vois ce qui les ferait rouvrir.
      Le peu de croissance occidentale n’est dû qu’à la planche à billets et ça va finir par se savoir...


      • Onecinikiou 16 août 2014 13:31
        Lettre ouverte à François Hollande, par Jacques Sapir :

        http://russeurope.hypotheses.org/2629

        • reveil 16 août 2014 14:51

          La vraie croissance est facile à mesurer, les hypermarchés ont perdu 10% de leur chiffre d’affaire ces derniers temps. Les statistiques peuvent raconter tout ce qu’elle veulent, la réalité est cruelle.


          • Pepe de Bienvenida (alternatif) 16 août 2014 22:20

            Vous voulez de la croissance à la sauce UE ? Il suffit de plonger d’abord comme l’Espagne ou la Grèce, de descendre très, très bas, de créer du chômage (allez, on va dire 25%) pour avoir un levier sur les salaires (allez, on va viser un smic à 900€ pourquoi pas ?). Après, il suffira de faire baisser le chômage à 24% et monter le smic à 1000€ pour pouvoir claironner que la reprise est bien là. N’est-ce pas ce qu’on nous raconte en ce moment avec l’Espagne ?


            • Mugiwara 17 août 2014 01:25

              je suis pour une augmentation des salaires en France et dans les pays entourant l’Allemagne.

              augmenter les salaires en Allemagne n’y fera rien de bien pour l’Europe.


              • ecolittoral ecolittoral 17 août 2014 13:54

                A bon !!!

                Je croyais qu’une croissance était infinie ?

                Je croyais qu’un organisme, personne physique, morale ou autre croissait avant d’atteindre la maturité.

                Qu’une fois cette maturité atteinte, cet organisme vivait de ses capacités, de ses réserves et simplement du renouvellement ou remplacement de ses composants défectueux.

                Saloperie de voiture 5CV qui refuse de croitre pour devenir une Ferrari.


                • jocelyne 17 août 2014 17:37

                  Merci de votre twitt

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès