Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La décarelance (sur l’air de La décadanse de Serge Gainsbourg)

La décarelance (sur l’air de La décadanse de Serge Gainsbourg)

A l’heure actuelle, on ne saurait évidemment trop se prononcer sur les chances du plan de relance sarkosien* de relancer quelque chose d’autre que la popularité du relanceur. Analysons néanmoins, puisque c’est là notre travail gracieux.

Comme d’habitude avec ce gouvernement, déduits les investissements dans les programmes d’équipement public, la part belle des 26 milliards d’euros engagés ira aux entreprises, sous forme de remboursement accéléré à celles-ci des dettes de l’Etat, d’exonérations de charges et de mises en chantier immédiates de grands travaux tels que quatre nouvelles lignes de TGV –le BTP vous remercie-, tandis que le seuil des marchés publics soumis à appel d’offres sera réévalué de 4000 à 20000 euros –de belles affaires en perspective pour les copains des élus locaux- et celui des « marchés de travaux sera relevé de 206.000 euros, à la hauteur du seuil européen à 5,15 millions d’euros ».
 
Rien que ça ! Bouygues et Bolloré vous remercient encore, qui n’auront plus besoin de racheter la concurrence pour se débarrasser d’entrepreneurs à bas coût ! et vive l’Europe quand elle est bien utile !
 
Qu’il est loin le « Grenelle de l’environnement » de l’an passé ! Au cas où toutes ces belles mesures ne suffiraient pas à bétonner définitivement le paysage, « les coefficients de densité pourront être relevés de 20% dans les communes qui le souhaitent, ce qui permettra de construire davantage sur une même surface » alors que « la construction en mitoyenneté ou en contiguïté sera autorisée sur les terrains de taille suffisante ».
 
Vous en aviez marre de vos tours, de vos barres ? Eh bien ! vous aurez à la place des villages concentrationnaires ! Délinquance juvénile prévue pour dans dix ans. Garanti. Pas d’inquiétude, on a prévu de construire des prisons à la périphérie.
 
Entre les autoroutes, les rocades, les aéroports, les ronds-points routiers, les zones commerciales, les lignes LGV, les remontées mécaniques et les lotissements périurbains, dégoter pour pique-niquer un coin de campagne à peu près rustique va devenir un exploit !
 
Coûteux, bien sûr, parce que, comme pour les plages de la Riviera, le proprio de ce genre d’endroit appelé à se raréfier en fera payer au prix fort l’usage à durée limitée.
 
Les constructeurs d’automobiles ne seront pas oubliés sous forme « d’un soutien aux filiales bancaires des deux constructeurs automobiles français (prêt de deux fois 500 M euros à un taux de 8%) » et d’une « prime à la casse » de 1000 euros pour tout achat d’un véhicule « propre » (moins de 160g/km de CO2) qui ne profitera qu’à ceux qui ont les moyens d’acquérir une voiture neuve.
 
En revanche, rien quant aux tarifs aussi fantaisistes que généralement prohibitifs que la SNCF appliquent aux TGV, aucune remarque sur le fait que les automobiles européennes coûtent environ 30% plus cher que leurs homologues aux Etats-Unis qui ont pourtant déjà du mal à trouver preneur, nib quand aux taxes extravagantes pratiquées par les compagnies gestionnaires des autoroutes, que dalle sur le prix du carburant qui baisse infiniment moins vite qu’il ne monte, aucune mise en garde sur les coûts excessifs du foncier, de la construction, des loyers, de la distribution d’eau, de la réparation mécanique et de la maintenance en général, aucune baisse de la TVA clairement envisagée (là, c’est curieux, les 15% tolérés par Bruxelles, on ne veut pas en entendre parler).
 
Autrement dit, rien dans la relance qui laisse respirer le porte-monnaie du citoyen lambda.
 
Au contraire ! ledit citoyen est gentiment mais fermement sommé de continuer à consommer à longueur de déclarations des « élites » gouvernementales, économiques et journalistiques.
 
Change de bagnole ! fais plaisir au vendeur et frime ton voisin, prends de la grosse ! change de télé ! change de meubles ! change de fringues ! va au resto ! prends l’avion ! roule ! roule ! roule ! Et le tout au prix fort ! Il y va de la survie du système, nom de Dieu !
Ô Grenelle ! ô environnement ! que je conchie vos noms !
 
Une lueur d’espoir, toutefois, dans ce new deal à la française qui a à tout point de vue un siècle de retard : la nomination du raffiné Patrick Devedjian comme ministre pour piloter cette barcasse.
 
Le plan, sauf à quelques déjà grandes fortunes, sera peut-être un échec, mais il aura eu au moins le mérite de relancer la carrière d’une personnalité indispensable.
 
*dévoilé le jeudi 4 décembre.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 6 décembre 2008 18:13

    J’étais prêt à acheter un nouveau vélo , mais l’auteur m’en a dissuadé
    Argh ! smiley


    • Mathias Delfe Mathias Delfe 6 décembre 2008 19:01
      Un vélo chinois, non mais !
      Vous ne préférez pas financer des autoroutes sous-utilisées, si ce n’est par le fret anglo-ibérique et les touristes 45 jours par an ?
      Et des lignes TGV empruntées, c’est bien connu, par le prolo qui va au turbin ?
      Ou encore acquérir un séduisant cottage mitoyen en matériaux aisément recyclables planté au milieu de nulle part dans un ancien champ de patates ? smiley

    • chmoll chmoll 6 décembre 2008 19:01

      la photo, c la pub 1000€ si la bagnole vas à la casse avec l’gus dedans ?


      • Mathias Delfe Mathias Delfe 6 décembre 2008 19:07

        Non, c’est un collector, évidemment ! Comme la poupée vaudou de Sarko, quoi !
        La sirène, spéciale Devedjian, ne fait "wou-wou", mais "saaalope !"


      • Hieronymus Hieronymus 7 décembre 2008 00:04

        Moi en voyant la photo, je pensais a Oui Oui
        un nouvel episode de ses aventures :
        "Oui Oui s’occupe de la relance"

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès