Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La descente vers le SMIC à 400 euros a commencé...

La descente vers le SMIC à 400 euros a commencé...

Le premier recul de la scolarisation en France depuis le Moyen Âge conduit inéluctablement à une baisse forte des salaires. Quelle que soit l’opinion que l’on a sur l’apprentissage à 14 ans, une chose est sûre : le niveau de scolarisation en France est en train de reculer.

La génération au pouvoir maintenant est donc à l’origine du premier recul de la scolarisation en France depuis le Moyen Âge.

Ce qui est en ligne, c’est une étude récente de l’OCDE, qui place le système scolaire français au 15e ou 16e rang mondial, à peu près au niveau de la Croatie, loin derrière Singapour, le Japon ou la Corée. Cela correspond à une étude sur l’Italie, très semblable à la France sous bien des rapports, dont les résultats publiés cette semaine évaluent à 36% la proportion d’Italiens fonctionnellement analphabètes.

En même temps, je lisais cette semaine un supplément récent du journal Libération, dont la page la plus intéressante, à mon sens, rapportait que le SMIC varie en Europe (approximativement) de 150 euros (Estonie) a 1400 euros (Luxembourg). Le niveau moyen pondéré doit se trouver aux alentours de 400 euros, proche du salaire du PPP (proverbial plombier polonais, sans vouloir manquer de respect à qui que ce soit). Le SMIC en France est de 1100 euros. Le journal n’en tirait guère de conclusion logique.

Mais soyons justes (au niveau européen) : si vous avez un apprenti qui, à 14 ans, peine à suivre (traduire : ne sait pas lire) un système scolaire au niveau de celui de la Croatie, pourquoi voudriez-vous que le salaire qu’il touche (s’il trouve un emploi) soit bien supérieur au salaire moyen de base européen soit 400 euros ?

Le salaire d’un jeune sans formation pourrait-il être supérieur au niveau européen moyen grâce à :

  • une forte productivité en France. Vous pouvez oublier : un employé d’EDF génère par an 8 410 euros de valeur ajoutée. En Allemagne, l’employé d’E.ON (l’EDF allemand) génère 62 240 euros de valeur ajoutée par an.
  • une haute technologie. Vous pouvez oublier : la France dépose 34 brevets par an par million d’habitants en moyenne, contre 74 en Allemagne et 88 au Japon. Ce qui est publié en ligne, avec un effort de recherche minimal : 1.36% du PIB, contre 2.38% au Japon (1.80% aux US). Les dépenses d’éducation par étudiant sont également faibles : 8 800 euros par an en France, contre 22 300 euros aux États-Unis.
  • un recours massif à l’emprunt : vous avez raison. La Commission européenne publie aujourd’hui ses prévisions, et estime le déficit budgétaire à 3.5% en France en 2006 et 2007. Les économistes des grandes banques françaises, lorsqu’on ne les convoque pas au Trésor pour les rappeler à l’ordre, tablent sur des déficits de 8% à l’horizon 2010, à politique sociale inchangée. (Cry for me Argentinaaaa...)

Tout ceci n’est guère une surprise, puisqu’en France les retraites à elles seules représentent 12.70% de PIB, contre 7.40% au Japon et 4.36% aux États-Unis. Le ratio dépense de retraites/dépenses de recherches est donc de 9.30 en France contre 3.17 au Japon et 2.42 aux États-Unis, ceci alors que le vieillissement de la France vient seulement de commencer. Comme la recherche d’hier crée les emplois d’aujourd’hui, il résulte, sans que ce soit la seule cause, j’en conviens, un taux de chômage pour les jeunes de 21.7% en France (40% dans les cités en flammes).

Tout cela pour dire que lorsque la machine à faire des dettes s’arrêtera (elle serait déjà arrêtée si l’on respectait les critères de Maastricht, il faudra attendre une baisse de notation ou plus probablement un semi-défaut sur la dette), les jeunes ne trouveront de l’emploi qu’à des niveaux proches de la moyenne européenne, soit 400 euros (ce qui est un poil mieux que le RMI). Laissons glisser le long de la courbe du travail quelques années, et cela vaut probablement 20% de PIB en moins (ce qui n’est guère qu’une dévaluation pour ceux qui ont connu le franc avant l’euro). Ceux qui aiment faire des calculs pourront en déduire des impacts intéressants sur le déficit de la sécurité sociale, les retraites, la politique agricole, le ratio endettement/PIB, les prix de l’immobilier. Certains économistes prévoient d’ailleurs déjà des scénarios de déflation en France dès 2006.

Des alternatives : il n’y en a guère, et elles sont à long terme. La France est tombée de l’avion et elle peut juste prendre le suivant... avec les Polonais, les Croates, s’il reste de la place, car il y a beaucoup de passagers indiens et chinois... Serrez bien la ceinture du parachute.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Calb (---.---.60.241) 19 novembre 2005 14:32

    quelques mots sur le soi-disant déclin de la France. Allez donc faire un tour en Pologne (j’en reviens) et dîtes-moi donc si on peut toujours, de bonne foi, mettre la France au même niveau. L’Allemagne ? si elle allait si bien que ça, ça se saurait : chômage en hausse, consommation en berne, pessimisme permanent des consommateurs...les US ? 2% de population carcérale, 20% de gens en dessous du seuil de pauvreté, une éducation nationale délabrée, une santé réservée aux riches, championne de l’endettement...La GB ? 2% de la population considérée comme inapte au travail et donc non comptabilisée dans les statistiques du chômage, des services publics inexistants ou dans un tel état qu’on pourrait eux, peut-être les comparer aux services publics polonais...la France ? des entreprises leaders mondiales dans leur domaine, une productivité (ne vous en déplaise) qui est la deuxième au monde derrière le Japon, un investissement sur son sol deuxième au niveau européen derrière la GB, une bourse qui a la plus forte progression au monde...je cite pas les mauvais points de la France, y’en a également plein, il faut bien le reconnaître ! C’était juste pour dire que les chiffres, on leur fait bien dire ce qu’on veut ! La France ne va pas mal, du moins pas plus mal que les USA, la GB ou l’Allemagne ! Ce sont les français qui ne vont pas bien ! Jamais les entreprises du CAC 40 n’ont dégagé autant de bénéfice, jamais les patrons du CAC40 n’ont gagné autant d’argent, jamais les politiciens actuels n’ont favorisé autant les classes dominantes !!! L’Europe ? une superbe idée au départ ! maintenant et depuis trop longtemps ; une vaste arnaque destinée à nous confisquer notre souveraineté et le pouvoir de décision de nos politiques ! Les multinationales, européennes ou non dictent leurs exigences aux 36 directions générales de la commission européenne qui , rappelons le, n’est constituée que de fonctionnaires non élus et ne devant rendre aucun compte. Ces directions générales décident chacune dans leur coin sans jamais se préoccupper de ce que décident les 35 autres : en bref, il arrive fréquemment que ce qu’une DG construit, une autre le détruit...Les fonctionnaires composant la commission écrivent des lois sur mesure pour les multinationales et les groupes de pression. Lois qu’ils font adopter au parlement européen et aux parlements nationaux qui les ratifient sans jamais ni les lire, ni les analyser ! les politiques actuels ne servent qu’à parapher les décisions de Exxon, Nestlé, Carrefour ou Toyota !! alors, disons-le, la France 17ème pour la qualité de son enseignement scolaire d’après un classement de l’OCDE, et alors ? Mettons tout sur la table et reparlons de tout ça avec un peu plus de hauteur !


    • caramico (---.---.227.220) 19 novembre 2005 15:23

      Votre vision catastrophée de l’état de la France me fait vous demander : Comment fait-on pour devenir Japonais ?

      Je rêve d’une retraite paisible, et éventuellemnt prêt à changer de nationalité pour ça.

      Et vous, votre retraite, vous comptez la passer où, en France ou au Japon ?


      • (---.---.172.30) 19 novembre 2005 19:53

        Heureusement, la pandémie est là...


        • Ap.Jean (---.---.172.30) 19 novembre 2005 20:31

          Tu crois pas si bien dire... Pandémie, crash économique, pandémie pendant le crash puis toujours en même temps « petite » guerre au proche orient (alors les gars, ont à balançaient des virus ? C’est Pô bien ça...). Des petits conflits sociaux un peu partout en Europe pour diverse raison (anti-guerre, nouveau pauvre ou ancien riche en colère, etc...) mais à la fin, les gentils gagnent, et la mère de famille pleure sur la tombe d’un proche. Non pas parce qu’elle est triste, mais parce qu’elle se dit : une mort si héroïque...Vive les états unis d’Europe !


          • Chem ASSAYAG Chem ASSAYAG 20 novembre 2005 14:48

            Rien de nouveau sous le soleil ; vous ne faîtes que reprendre le thème à la mode du déclin en choisissant les chiffres qui vous arrangent et en agitant le tout dans le shaker de votre article. En revanche on ne pourra vous reprocher un manque de cohérence puisqu’il semble que vous ayez décidé de quitter ce pays où tout, selon vous, va si mal.

            Cdt,


            • (---.---.224.32) 20 novembre 2005 17:19

              Il est vrai que la France est un beau pays où il fait bon vivre. Il suffit de se ballader un peu partout dans le monde et seulement en Europe pour le découvrir.

              Mais il est vrai aussi que les choses se font sans concertation.

              Il y aurait grande intelligence à remettre pas mal de choses à plat.

              Exemple : le salaire, les retraites, les avantages sociaux des petits gars d’EDF, le nombre d heure travaillé, l’age de la retraite et les 3% du comité d’entreprise que nous payons sur nos factures.

              Ou bien que vont devenir les fonctionnaires chargés de la redevance télé et ceux de la banque de France( les banques de France des petites villes disparaissent) ?

              Ou encore les fonctionnaires de Bercy et leurs 40 primes diverses et variées ?

              A l’heure ou l’on demande aux salariés français de faire des économies ou de participer aux déficits( CGE, hausse du gaz,taxes diverses en augmentations) pourquoi ne demanderait-on pas aux fonctionnaires de revoir un peu leurs avantages sociaux ?

              N’oublions pas que ce sont nous qui les payons.

              Et dans la foulée demandons à nos politiques de rouler en clio et de revoir à la baisse leurs frais de fonctinnement


              • Yves (---.---.63.53) 28 novembre 2005 15:41

                Voici une autre vision de la France :

                Productivité : Toyota a implanté l’usine européenne de construction de sa dernière voiture en France, pays connu pour sa meilleure productivité. Dommage !!! S’ils avaient sû... en fait ils auraient dû vous écrire avant de décider bètement !!!

                Brevets : là je ne sais pas... mais j’ai quelques infos à titre perso sur le recherche en france en génral et le CNRS en particulier. Genre « j’vais quand même pas donner ça à une entreprise pour engraisser un de ces cochons de capitalistes exploiteurs du misérable peuple ». Ca doit pas aider....

                Les dépenses d’éducation, il y a une solution simple : rendre toutes les facs payantes et très chères, comme aux USA. Comme ça, moins d’étudiants et plus de fric, et vos stats pourront s’envoler...

                Quant aux prévisions des « experts » en économie, sans en être un moi-même je prévois qu’ils vont se gourer. Comme ils n’ont jamais bon, c’est pas très dur, surtout sur une période de cinq ans...


                • (---.---.84.157) 4 décembre 2005 23:40

                  Serieux, ne comptez pas sur le CNRS pour faire de la science et pour trouver des trucs et encore moins pour se dire capable de trouver des choses exploitables dans les entreprises.

                  Je connais bien cette institution, honnêtement, ce sont des branleurs de categorie 1, des mafieux et j’en passe.

                  Quand j’y étais un technicien proche de la retraite me racontait les exploits des années 60, 70, 80. Maintenant, il n’y a plus d’exploit, seulement des combats de chefs, des guerres d’influences, des planqués qui profitent de la situation, etc ...

                  Ce technicien ne faisait plus rien, son travail etait toujours sabote. Il s’etait mis en veille, tout comme d’autre personnel, usé par les magouilles, les passes droit des uns et des autres.

                  Il faut des chercheurs qui trouvent et non des chercheurs qui cherchent. Mais, en France, c’est toujours un probleme de moyen, jamais un probleme de remise en cause des hommes.

                  Tout fonctionne avec le piston dans ces sphères, la protection par des supérieures, etc ...

                  Pour Toyota, s’ils se sont installé a Valencienne, c’est en grande partie grace à Borloo. Il vient de s’assurer pour de nouvelles elections. Et l’Etat, la region et la ville ont du faire de sacrées ristournes fiscales pour les avoir.

                  L’article est très pertinents. Au sujet de la Pologne, ne pas juger trop vite.

                  La conccurence est internationale et avoir une avance ne veut pas dire que l’on saura la garder :)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès