Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La fausse citation de Lincoln qui plaît bien à Mario Draghi (et pour (...)

La fausse citation de Lincoln qui plaît bien à Mario Draghi (et pour cause...)

You can’t make a weak man strong by making a strong man weak"

Manque de chance, Abraham Lincoln n'a jamais utilisé cette citation. Mario Draghi ne fait que reprendre une citation de 1916 d'un prêtre presbytérien d'origine allemande. Cette citation a été rattachée à Lincoln par un lobby pro-business et libertaire des années 30 qualifié de "lobby le plus sinistre jamais créé" par l'équivalent démocrate du commissaire européen à la concurrence actuel. Cette citation s'insère depuis cette période dans une rhétorique républicaine hostile à l'État (de 1940 à aujourd'hui en passant par Reagan). Peut-être une référence pour Draghi quand il étudiait aux États-Unis et à Londres ou qu'il travaillait à Goldman Sachs.

Dans mon dernier article concernant l'interview de Draghi du 2 janvier 2014 au journal allemand Der Spiegel, je tombe sur cette petite phrase de Mario Draghi : "We won't make the weak stronger by making the strong weaker, as a very wise man once said" (à propos des excédents allemands). Je trouve la phrase creuse. J'en cherche la source, je vois qu'il attribue cela dans un autre discours à Abraham Lincoln.

Devant un parterre d'hommes d'affaires allemands en novembre (Challenges 21 novembre 2013) :

"Bien sûr, Mario Draghi ne serait pas Mario Draghi, s’il n’avait pas fait un trait d’humour à l’anglo-saxonne, lui qui a étudié aux Etats-Unis et travaillé à Londres. Ainsi la salle a-t-elle adoré cette aphorisme : "On ne peut soutenir le faible en affaiblissant le fort" (“You can’t make a weak man strong by making a strong man weak"). une allusion directe aux attaques de Bruxelles sur les excédents excessifs allemands. A la clameur laudative, il a répondu sourire en coin : "ce n’est pas moi que vous applaudissez, mais Abraham Lincoln", son auteur."

Manque de chance, Lincoln n'a rien à voir avec cela

Dans un éditorial du 20 août 1992, le journal Times-News (rien à voir avec The Times) retrace la genèse de cette citation pour dénoncer la transmission "d'un gros bobard" par Ronald Reagan. Celui-ci déclarait en effet dans un discours en 10 points qu'il appelait la "Charte Américaine" et qu'il attribuait à Lincoln : "Ce que ne comprennent pas les démocrates, c'est ce principe si éloquemment posé par Abraham Lincoln "You cannot strengthen the weak by weakening the strong" [...].

Le journal souligne que cette citation fait partie de la "rhétorique républicaine" depuis des décennies (jusqu'à aujourd'hui) mais qu'elle n'a rien à voir avec Abraham Lincoln. Il cite l'article d'un universitaire qui s'était érigé contre la supercherie en 1950 après qu'une congressiste républicaine, Frances P. Bolton, ait utilisé la citation.

Albert A. Woldman avait alors retracé la genèse de l'expression. Celle ci remonte en fait à 1916 (61 ans après la mort de Lincoln) et elle a été rattachée à Lincoln au début des années 40 dans une brochure d'une organisation appelée Committee for Constitutional Government.

Quelques développements sur l'auteur original et sur l'organisation qui l'a faussement rattaché à Lincoln :
 

L'auteur original est William John Henry Boetcker, né en Allemagne, pasteur presbytérien après son arrivée aux États-Unis. La citation originale se situe dans sa brochure The Ten Cannots (texte + source) qui mettait l'accent sur des interdits qui devaient guider individuellement l'homme selon des principes de liberté et de responsabilité [Cela marche plutôt bien, on en trouve encore des reproductions pour 10 euros sur Amazon]. On trouve mention de la supercherie sur sa simple page Wikipédia (mais bon tout le monde s'en fiche apparemment).
À l'époque où il rédige ce texte (qui inspira notre bon vieux Reagan puis ce bon vieux Draghi, Boetcker dirige une association "anti-grève" la "Citizens' Industrial Alliance" proche des associations d'employeurs (sur les Citizens's Alliance + source qui rattache Boetcker à l'une d'elle). La dernière source évoquée conclut que bien que Boetcker ne rattachait pas Lincoln directement à ses citations (il l'a fait indirectement en publiant des citations de Lincoln à côté), certains ont fait ultérieurement le choix de rayer son nom et de créer une confusion opportune.

"The Committee for Constitutional Government (CCG) printed a leaflet in 1942 entitled "Lincoln on Limitations," where the "Ten Cannots" were erroneously attributed to Abraham Lincoln" (source).
Cette organisation crée en 1937 s'était érigée, avec succès, contre une réforme judiciaire promue par Roosevelt pour mieux faire passer des mesures du New Deal contre lesquelles les membres de l'organisation étaient farouchement opposés. Son succès reposait sur ses moyens et des méthodes novatrices pour l'époque (parmi lesquelles le démarchage massif directement dans les boîtes aux lettres des milieux d'affaires et des entrepreneurs). Un ouvrage de Emanuel A. Piller, Time-Bomb, de 1945 (qui étudie les mouvements nationalistes et fascistes aux USA) étudie les connections de ces mouvements avec des "organisations réactionnaires" comme le CCG chiffre les "exploits" de l'organisation : "If we examine the educational activities of the Committee we find that since its founding it has performed the tremendous task of distributing or helping to distribute 82 million pieces of literature, booklets, pamphlets, reprints of editorials and articles, and especially-addressed letters to specific groups. It has distributed more than 760,000 books, more than 10,000 transcriptions of 15-minute radio talks on national issues, besides sponsoring frequent national hook-ups for representatives of the committee. It has sent more than 350,000 telegrams to citizens, attempting to influence their action on national issues. It has sent countless thousands of releases to daily and weekly newspapers and has run full page advertisements in 536 newspapers with a combined circulation of nearly 20 million." (page 17).
On apprendra également que le sénateur démocrate Wright Patman l'a décrit comme "le lobby le plus sinistre jamais fondé". A cette époque Patman était l'auteur d'une législation contre les pratiques anti-concurrentielles (qui a eu une relativement bonne durée de vie) [Le commissaire européen à la concurrence de l'époque]
On apprendra beaucoup de faits sur l'organisation et certains de ces membres en poursuivant la lecture de Time-Bomb sur quelques pages (en tenant compte de la sélectivité des faits, mais qui ne remettent pas en cause leur validité). On notera la perle d'un membre démocrate pour qui sur le plan de l'organisation du marché du travail : "Hitler était meilleur que Bismarck", un autre dirigeant en 1943 déclarait que "l'ennemi n°1 de l'Amérique était l'inflation et pas Hitler" [Je ne confirme pas la validité de la seconde citation, je pose juste la manière dont certains analystes cernent l'organisation]
Voici un exemple de leurs appels aux dons, on notera la tonalité "pro-business - libertaire" (ce n'est pas péjoratif, mais cela me paraît la qualification adéquate).

"Un homme très sage a dit...", "vous applaudissez Lincoln...". Inquiétant de constater que l'homme à la tête de la Banque Centrale d'être à ce point aveugle. Peut-être que c'était Reagan que Draghi voulait qu'on applaudisse.

 

Publié initialement sur Points de vue Alternatifs


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 3 janvier 2014 09:02

    L’important n’est pas la paternité de la citation, mais la découverte (ce n’en est plus une) de l’idée économique et sociale que veut faire passer M.Draghi. Selon lui, il faut continuer à renforcer le pouvoir des multinationales, ultra-riches, rentiers-actionnaires ... pour améliorer le sort de tous.

    Or, on constate facilement que le « ruissellement » est une fable. Les derniers chiffres montrent que le patrimoine des milliardaires s’est considérablement accru pendant que le pouvoir d’achat des masses se réduisait.

    Mais il fallait bien inventer une théorie économique pour justifier l’injustifiable.

    Aucune illusion, on est donc tout à fait certain du monde que veut construire la communauté européenne. Et c’est notre survie qui est en jeu.


    • TDK1 TDK1 6 janvier 2014 11:21

      Votre commentaire est parfaitement crétin en plus d’être économiquement faux. 

      Vous prenez les fortunes mondiales pour dire qu’elles se sont accrues ? Alors prenez les niveaux mondiaux... Vous verrez qu’au niveau mondial, l’enrichissement des masses est en constante progression.


      Votre démagogie surfe sur le fait que les masses françaises s’appauvrissent. Oui, c’est vrai, c’est un fait. Il se trouve, comme par hasard que les « riches » français s’appauvrissent aussi et que l’appauvrissement des masses va d’autant plus vite que des socialistes se sont mis en tête d’appliquer une idéologie débile dont les effets sont pourtant connus depuis des lustres. Il aura fallu la politique « égalitariste » socialiste française pour démontrer la courbe de Laffer (il manque plus de 13milliards de rentrées fiscales malgré les surtaxations dont nous avons été victimes en 2013), il aura fallu la politique égalitariste socialiste française pour démontrer la justesse du principe que vous dénoncez ici et que les Chinois connaissent depuis des millénaires sous sa forme « lorsque les gros maigrissent, les maigres meurent de faim ». Il aura fallu les socialiste et leur politique pour que le million d’inscrits aux restos du coeur soit dépassé, pour que le nombre d’inscrits au RSA explose, pour que le travail au noir explose, pour que le nombre de personnes en dessous du seuil de pauvreté explose....
      Autre adage qui va vous faire plaisir : « Les socialistes aiment tellement les pauvres qu’ils en fabriquent à tour de bras ! »

    • JL JL 3 janvier 2014 09:31

      D’accord avec Alpo47, l’intervenant précédent.

      J’ajoute que la couleuvre qu’est en train de nous faire avaler Hollande avec son ’’socialisme de l’offre’ relève directement de la mise en musique faucialiste de la farce du ruissellement.

      Une farce que Reagan et Thatcher ont immortalisé : les riches en sont devenus accrocs et ne peuvent plus supposrter d’autres politiques. Au point que Gattaz, le fils d’Yvon, est prêt à promettre des centaines de milliers d’emplois en échange de mesures qui s’incriront dans cette farce : des allègements de charges, encore et toujours plus. Après les 20 milliards de subventions, c’est bientôt 50 que le gouvernement va leur donner.

      Plus le malade va mal, et plus les Diafoirus lui administrent le poison. Au temps de Molière, ils avaient au moins l’excuse de l’ignorance.


      • Alpo47 Alpo47 3 janvier 2014 09:35

        D’autant que ces aides-subventions ou exonérations iront essentiellement vers les grands groupes, notamment du CAC 40 et que celles ci délocalisent de plus en plus. Nous allons donc, comme avec les aides à l’industrie automobile d’il y a quelques années, subventionner des salariés Polonais, Bulgares ou ... Chinois, AVEC NOS IMPOTS.
        Merci qui ?


      • Gabriel Gabriel 3 janvier 2014 10:22

        Le paradis des riches se bâtit avec la main d’œuvre de l’enfer des pauvres et pour devenir plus riche, ton paradis agrandit l’enfer en l’alimentant de toujours plus de pauvres. Mario, tu es un dangereux con malhonnête.


        • soi même 3 janvier 2014 14:16

          Cette phrase illustre très bien le faux Messianisme de cette doctrine ultra libérale économique, elle tire sa force de cette alliance avec le fondamentalisme puritain protestantisme Messianisme qui sur bien des aspects n’a rien à envier avec sa grande rivale qui est le Catholicisme Romain. en ce qui concerne la domination du Monde.
          Nous assistons en réalité , le nouveaux Monde revoit à l’ancien monde la monnaie de sa pièce !


          • BA 3 janvier 2014 15:56

            En décembre 2011 et février 2012, la Banque Centrale Européenne a prêté 1019 milliards d’euros aux banques privées. Durée du prêt : trois ans. Taux d’intérêt : seulement 1 %.

             

            Résultat : échec total. Les banques privées prêtent de moins en moins aux entreprises. L’économie réelle n’a pas du tout profité de cet argent.

             

            Zone euro : les crédits au secteur privé accentuent leur recul en novembre.

             

            L’octroi de crédits au secteur privé en zone euro a accentué son recul en novembre, avec une baisse de 2,3% sur un an, après un repli de 2,2% en octobre et de 2% en septembre, a annoncé vendredi la Banque centrale européenne (BCE).

             

            Initialement, le recul d’octobre avait été évalué à -2,1%.

             

            Les crédits aux entreprises non-financières ont continué de nettement se dégrader avec une baisse de 3,9% sur un an en novembre, contre -3,8% en octobre et -3,6% en septembre, a précisé l’institution monétaire de Francfort dans un communiqué.

             

            http://www.romandie.com/news/n/Zone_euro_les_credits_au_secteur_prive_accen tuent_leur_recul_en_novembre23030120141045.asp

             

            Depuis décembre 2011, avec les centaines de milliards d’euros du LTRO, les banques privées prêtent de moins en moins à l’économie réelle, aux particuliers, aux entreprises privées.

             

            Mais en revanche, chaque banque privée a préféré prêter à son Etat.

             

            Italie :

             

            En 2007, les banques privées italiennes détenaient 12 % du PIB en obligations de l’Etat italien.

             

            Fin 2013, les banques italiennes détiennent 28 % du PIB en obligations de l’Etat italien !

             

            Espagne :

             

            En 2007, les banques privées espagnoles détenaient 7 % du PIB en obligations de l’Etat espagnol.

             

            Fin 2013, les banques espagnoles détiennent 30 % du PIB en obligations de l’Etat espagnol !

             

            Sans le vouloir, la BCE a créé de colossales bulles obligataires en Europe.

             

            Et ces bulles obligataires deviennent de plus en plus gigantesques.

             

            Regardez les graphiques 3a et 3b :

             

            http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=74349



            • julius 1ER 3 janvier 2014 16:34

              excellent BA !


              ces données sont très intéressantes et montre bien que le système bancaire est un état dans l’état et ne travaille que pour lui-même, si tant est qu’il fallait encore des chiffres pour le démontrer !
              l’irrigation de l’économie n’a plus cours, on est est dans une économie de la rente et de la spéculation, 2014 s’annonce sous de bons auspices !!

              • RBEYEUR 3 janvier 2014 17:33

                Sous quelle forme politico-socio-économique se situent les considérations se dégageant de cet article et de ses commentaires ?    

                Cela étant, la citation : « ce n’est pas en affaiblissant les forts que l’on peut renforcer les faibles », qu’elle soit d’Abraham LINCOLN ou d’un autre, me semble difficilement contestable …

                Elle est confirmée par ce proverbe chinois : « Quand les riches s’enrichissent les pauvres survivent, lorsqu’ils s’appauvrissent les pauvres meurent… ».

                CHATEAUBRIAND a eu, à cette égard, une approche plus politique : « Plus les despotes sont vils plus les esclaves sont infâmes… ».   

                J’avancerai plus péjorativement que l’humanité se partage en deux catégories : ceux qui oublient d’être cons et ceux qui oublient d’oublier d’être cons…


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 janvier 2014 19:34

                  Draghi a bien assimilé les principes de bases des économistes de l’école de Chicago, si bien décrits dans le petit livre « Les Evangélistes du marché » de Keith Dixon, dont voici un résumé.

                  Ces théories, TINA pour les intimes, sont la base de la pensée économique de la construction européenne, avec la théorie du ruissellement comme lot de consolation...

                  « L’euro, ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion » se pâmait Martine Aubry en 1992... Rêve !

                  Draghi sait très bien qu’une même monnaie appliquée à des économies différentes mène à la catastrophe pour les pays les moins compétitifs, il veut sauver l’euro quand même, quel qu’en soit le prix pour les populations.

                  Une monnaie c’est un peuple, et il n’y a pas de peuple européen.
                  La Tragédie de l’euro conférence de François Asselineau.


                  • kéké02360 3 janvier 2014 21:02

                    Bon c’est bien beau tout çà, mais Agoravoxiens vous en êtes où dans la constitution de vos listes municipales <<SORTIR de l’EUROPE et de l’EURO >>

                    De mon côté çà avance smiley


                    • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 3 janvier 2014 21:27

                      @ l’auteur,

                      Votre article m’a attiré par son titre. Mais très vite j’ai dû en arrêter la lecture pour la raison suivante :

                      Quelle ne fut pas ma surprise de constater que vous citez des phrases en anglais, des citations de surcroît, sans même prendre la peine de les traduire... !

                      Peut-être que vous vous figurez que tout le monde parle ou comprend l’anglais ?

                      Il est vrai que la propagande officielle, par médias interposés, médias aux ordres, cela va sans dire, véhicule cette fausse information et fait tout pour formater les esprits, notamment sur ce point.

                      Cela n’a pas non plus du tout gêné, semble-t-il, les huit ou neuf commentateurs qui se sont succédé jusqu’à présent, à 21h15. Tant mieux pour eux.

                      Alors, pour votre information, apprenez que j’ai dû faire appel au logiciel de traduction en ligne de Google, et voici ce que cela donne :

                      “You can’t make a weak man strong by making a strong man weak"= Vous ne pouvez pas faire un homme faible fort en faisant un homme fort faible.

                      une phrase, la seule, que vous traduisez un peu plus loin par "On ne peut soutenir le faible en affaiblissant le fort"

                      J’espère que vous voyez la différence ?

                       "We won’t make the weak stronger by making the strong weaker, as a very wise man once said"= Nous ne ferons pas la faiblesse plus forte en faisant la forte plus faible, comme un homme très sage a dit.

                       Puis beaucoup plus loin, on a droit à la tartine suivante :

                       "If we examine the educational activities of the Committee we find that since its founding it has performed the tremendous task of distributing or helping to distribute 82 million pieces of literature, booklets, pamphlets, reprints of editorials and articles, and especially-addressed letters to specific groups. It has distributed more than 760,000 books, more than 10,000 transcriptions of 15-minute radio talks on national issues, besides sponsoring frequent national hook-ups for representatives of the committee. It has sent more than 350,000 telegrams to citizens, attempting to influence their action on national issues. It has sent countless thousands of releases to daily and weekly newspapers and has run full page advertisements in 536 newspapers with a combined circulation of nearly 20 million."

                       Ce qui donne avec Google, qui, soit dit en passant, n’est pas le pire logiciel de traduction  :

                       "Si nous examinons les activités éducatives de la commission nous constatons que depuis sa fondation, il a effectué la tâche énorme de distribuer ou d’aider à distribuer 82 millions de morceaux de la littérature, des brochures, des dépliants, des réimpressions d’éditoriaux et d’articles, et en particulier des lettres adressés à groupes spécifiques. Elle a distribué plus de 760 000 livres, plus de 10.000 transcriptions d’entretiens radiophoniques de 15 minutes sur les questions nationales, en plus de parrainer fréquents branchements nationales pour les représentants du comité. Elle a envoyé plus de 350.000 télégrammes aux citoyens, en essayant de influencer leur action sur les questions nationales. Elle a envoyé des milliers et des milliers de rejets dans les quotidiens et les hebdomadaires et a diffuser des annonces pleine page dans les journaux 536 avec un tirage total de près de 20 millions d’euros ".

                       

                      Apprenez, Kierkegard, que j’ai quelques compétences dans le domaine de la traduction, et qu’un logiciel ne peut pas (et ne pourra jamais, quoiqu’en disent certains) traduire correctement l’expression humaine.

                      Si vous trouvez normal que vos lecteurs soient obligés d’aller chercher en ligne la traduction de ce que vous écrivez ou rapportez, pour ensuite la déchiffrer, c’est que vous n’avez pas tout compris dans le domaine de l’écriture et du respect des lecteurs.

                      Mais je pense qu’il s’agit d’une maladresse et que vous saurez tirer quelque enseignement de ma remarque.

                      Voilà, c’est dit, et maintenant je vais tenter de mettre en bon français ce que Google m’a donné, afin de pouvoir lire et comprendre votre article.

                      Cordialement.

                      Thierry Saladin


                      • millesime 4 janvier 2014 06:31

                        un grand merci à vous .

                        http://millesime.over-blog.com


                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 janvier 2014 07:33

                        Thierry Saladin,

                        Merci pour votre coup de gueule !
                        Ce que les lecteurs doivent comprendre, c’est que la langue « européenne », c’est l’anglais.

                        Madame Fioraso, dans l’indifférence générale, a fait voter une loi obligeant les étudiants français à suivre leurs études en européen -anglais.

                        ITélé appelle son émission : « La News Room »...

                        Si vous avez l’occasion de regarder FR3 à 6 heures du matin, cela s’appelle « Euronews », tout ce qui apparaît à l’écran est rédigé en Anglais, avec traduction orale française...

                        Comme sur d’autres médias, vous aurez à chaque édition, une info détaillée sur les faits divers et d’hiver aux USA. Etant entendu qu’il n’y a pas d’hiver en Chine ou en URSS, mais seulement aux USA...

                        Il faut bien que les européens s’habituent à devenir la banlieue du Connecticut ou de l’ Etat de Washington DC....

                        Petite visite de la Commission européenne commentée par Asselineau.

                        Tout est écrit en « européen ».... , sauf un tag sur une palissade : « La tête dans les étoiles, les pieds dans la merde ! »


                      • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 3 janvier 2014 21:46

                        @ l’auteur,

                        Pardon, votre pseudo est Kiergaard.
                        Pas fâché, j’espère. smiley
                        T.S.

                        • Kiergaard Kiergaard 4 janvier 2014 19:10

                          C’est vrai.

                          Comme excuses :
                          Mon absence de professionnalisme sur la question .
                          Mon absence de compétences en traduction, je préfère laisser l’original quand je ne suis pas à même de fournir une traduction exacte (j’ai été flemmard je l’avoue sur le coup j’aurais pu le faire).
                          Il faut dissocier 4 phrases (celles prononcée par Draghi (qui diffèrent dans les interviews), l’originale, et la traduction que j’ai reprise des médias (qui n’est pas une traduction littérale mais une traduction du sens général j’en convient). Étant donné que les phrases n’étant pas correctement reprises de l’original je me suis abstenu d’en faire une traduction littérale dans la mesure où l’important était le sens qui était correctement repris dans la phrase française.

                          Quand au pavé, l’objectif était uniquement d’attirer sur les nombres cités que j’aurais pu citer dans un autre contexte c’est vrai.

                          A titre personnel, et sans rentrer dans les débats sur le sur-emploi de l’anglais, je considère que quand la source originale est de toute manière en anglais (comme dans le vieux texte cité) autant laisser en anglais dans la mesure ou je renvoyais à la lecture d’un texte long dont je ne pouvais pas assurer la traduction dans son entier.

                          Mais on peut évidemment me reprocher une légère flemme et une légère erreur dans mes choix de rédaction quand j’ai inclus l’une des citations.

                          Bonne journée.


                        • Langlemort Bonneteau 4 janvier 2014 01:27

                          Une petite formule est sortie de la bouche de Draghi, et voilà que les organes de presse spécialisés, en bon émules de la Pravda, en font tout un plat. Et j’observe que certains y trouvent aussi leur compte... Sacrons le roi.



                          • millesime 4 janvier 2014 06:40

                            le NWO est à l’oeuvre par les propos de Mario Draghi : 141 multinationales dirigent le monde, voire à ce sujet Bruno Gaccio avec Paul Jorion sur le blog de ce dernier.
                            http://millesime.over-blog.com


                            • millesime 4 janvier 2014 07:05

                              voici une citation que tous nos leaders à la Draghi feraient bien de lire :
                              Elisabeth Warren :
                              « Personne dans ce pays n’est devenu riche tout seul. Personne.
                               Votre entreprise cartonne ? Félicitations ! Mais soyons clairs...c’est avec l’argent de chacun d’entre nous qu’on a construit les routes qui acheminent vos produits sur les marchés ; c’est avec l’argent de chacun d’entre nous qu’on a formé les travailleurs que vous avez engagé ; c’est avec l’argent de chacun d’entre nous qu’on a payé la police et les pompiers qui vous laissent en sécurité dans votre entreprise.
                               Grâce au travail accompli par chacun d’entre nous, vous n’aviez pas peur de voir des bandes de pillards débarquer et saisir vos stocks, et vous deviez engager personne pour les surveiller. Maintenant écoutez bien : vous avez monté votre entreprise et c’est devenu quelque chose de géant où une idée brillante ? Dieu vous bénisse ! Prenez votre part du gâteau ! Mais il y a une clause du contrat social sous-jacent qui dit : vous en prenez un part, alors vous payez pour le gamin suivant, qui vient après vous ».

                              (On ne saurait mieux dire ce que chacun doit à tous les autres dans un discours stimulant qui se situe aux antipodes des austérités de toute sorte : financières et/ou xénophobes (l’un appelant si volontiers l’autre).
                              http://millesime.over-blog.com


                              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 janvier 2014 07:42

                                millésime,
                                Il est dommage que ce nouveau Parti « Nouvelle donne » ne propose qu’une nouvelle mouture « d’une autre Europe ».

                                Ce coup là, on nous le fait depuis 1979.

                                «  Recette pour neutraliser la colère des Français : leur promettre une autre Europe » à la St Glinglin

                                La seule mesure révolutionnaire, c’est de sortir la France de l’ UE par l’article 50.

                                Mais dans ce cas, « Nouvelle donne » serait censurée et ne serait plus reçue dans les médias...


                                • millesime 4 janvier 2014 14:04

                                  je suis simplement un lecteur du blog de Paul Jorion, de sorte que « nouvelle donne » me laisse quelque peu...
                                  je suis un partisan de Franck Biancheri (aujourd’hui hélas décédé) un de créateur du mouvement Erasmus, et un des créateurs de Newropean .
                                   il était directeur des études du Laboratoire Européen d’Anticipation Politique (LEAP) qui dès février 2006 ( eh oui 2006 ) avait prévu la « crise systémique globale ».
                                  il a écrit un livre (Octobre 2009- février 2010)...(à lire) :
                                  « Crise Mondiale en route pour le monde d’après »
                                  éditions Anticipolis
                                  une autre Europe est possible
                                  Je crains que Mrs Asselineau ne soit quelque peu en dehors de l’événement (pour moi bien sûr)
                                  http://millesime.over-blog.com


                                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 janvier 2014 16:34

                                  millésime,

                                  Vous pensez l’ UE réformable ? Pour cela il faut changer les Traités.
                                  Et pour changer une virgule dans les Traités, il faut que les 28 pays soient d’accord.

                                  Article 443-3 IV : « Un seul état peut s’opposer à toute modification ».

                                  Voici la carte politique de l’ UE,

                                  Expliquez -nous comment vous faites pour mettre d’accord les 28 pays ?

                                  Dans chaque Etat il y a une dizaine de Partis politiques, chacun a une idée différente de ce qu’il faut changer X 28 pays = 280 propositions différentes de changements....

                                  La probabilité qu’un jour les 28 pays soient d’accord est voisine de 0.


                                • millesime 5 janvier 2014 07:56

                                  @ brin d’acier
                                  objection retenue.très difficile en effet de réaliser un accord global voir impossible.

                                  ok le France applique l’article 50, sort de l’UE .

                                  qui dirige et décide en France ? Quelle politique ? que se passe-t-il ?
                                   je présume qu’elle quitte aussi la zone Euro ..bien sûr .
                                  Quelle va être sa position économique par rapport à l’ Europe ?
                                  (pour ma part j’en ai une mais je vous la communiquerai « après votre réponse »)
                                  merci de vos lumières

                                  Ps : Disraeli ancien premier ministre anglais avait dit :
                                  « le monde est dirigé par tout autre personne que ceux qui nous gouvernent ».
                                  vous semblez bien connaître Mrs Asselineau...qui est derrière ?


                                • kéké02360 4 janvier 2014 13:01

                                  Alors les listes pour les élections municipales << Sortir de l’Europe et de l’euro >> çà avance !!??????????

                                  Personne n’en parle , bizarre !!!!!!

                                  de mon côté çà avance smiley


                                  • kéké02360 4 janvier 2014 13:05

                                    Censure !!!????

                                    Le discours de Raphael Corea président de l’Equateur était accessible encore hier depuis il a disparu !!!????????

                                    Quelqu’un l’a mis au chaud et peut le partager !!!????

                                    c’était ici :

                                    http://www.sorbonne.fr/rafael-correa-president-de-la-republique-de-lequateur-donne-une-conference-exceptionnelle-en-sorbonne/ 


                                      • kéké02360 4 janvier 2014 16:41

                                        document à archiver avant sa disparition

                                        http://www.youtube.com/watch?v=8YREhRwqAqQ 


                                        • BA 5 janvier 2014 10:33
                                          Dimanche 5 janvier 2014 :

                                          Les prêts des banques européennes au secteur privé sont en bleu :


                                          Ce graphique montre que le LTRO est un échec total : les banques européennes prêtent de moins en moins au secteur privé.

                                          En Europe, les prêts au secteur privé s’effondrent.

                                          L’économie réelle n’a pas du tout profité des 1019 milliards d’euros du LTRO.

                                          En réalité, que font les banques des 1019 milliards d’euros que leur a prêtés la BCE en décembre 2011 et en février 2012 ?

                                          Réponse : chaque banque préfère prêter à son Etat. 

                                          Italie :

                                          En 2007, les banques privées italiennes détenaient 12 % du PIB en obligations de l’Etat italien.

                                          Fin 2013, les banques italiennes détiennent 28 % du PIB en obligations de l’Etat italien !

                                          Espagne :

                                          En 2007, les banques privées espagnoles détenaient 7 % du PIB en obligations de l’Etat espagnol.

                                          Fin 2013, les banques espagnoles détiennent 30 % du PIB en obligations de l’Etat espagnol !

                                          Sans le vouloir, la BCE a créé de colossales bulles obligataires en Europe.

                                          Et ces bulles obligataires deviennent de plus en plus gigantesques.

                                          Regardez les graphiques 3a et 3b :



                                            • caramico 5 janvier 2014 13:45

                                              Quelle belle tête à claques, ce Mario Draghi, en Italien, Testa di cazzo...


                                              • Baarek Baarek 6 janvier 2014 10:59

                                                Bonjour l’auteur,

                                                Je ne veux pas paraitre désagréable, mais venez-vous d’écrire un article sur la paternité de la citation ? Critiquez-vous l’erreur d’appartenance historique, ou bien la vision des choses de Draghi ?


                                                • Kiergaard Kiergaard 6 janvier 2014 18:02

                                                  Je comptais rester sur la critique de l’usage de la citation. La paternité de celle-ci ainsi que son usage dans certains milieux républicains me permettait de caractériser la manière dont pense Mr Draghi (il faut adhérer à ce type de rhétorique pour l’utiliser ainsi en se proclamant de manière erronée héritier de Lincoln).
                                                  L’erreur (volontaire ou non) en révèle beaucoup sur la mentalité de Mario Draghi, ensuite ce n’est pas à moi de critiquer sur le fond. Il pense ce qu’il veut, je ne voulais pas me livrer à une critique de sa vision des choses mais chercher à la caractériser à travers l’usage de cette citation.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès