Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La Fed tente de masquer son incertitude

La Fed tente de masquer son incertitude

La FED a maintenu son taux directeur à des niveaux proches de zéro, tout en affichant un optimisme qui semble faire tache quand on étudie la situation dans le détail...

La Réserve Fédérale américaine a annoncé hier soir le maintien de son taux directeur dans sa fourchette actuelle (0 à 0,25%), déclarant que l’économie semblait être en train de se stabiliser. Soulignant que la conjoncture s’est encore amélioré récemment, la Fed a également déclaré que le point le plus bas de la crise avait été atteint, et qu’il convenait dorénavant de repartir prudemment.

Le point bas a certes peut être été touché, mais il ne faut pas oublier que d’importants obstacles se dresseront sur le chemin de la reprise, avec au premier rang la consommation. En effet, le principal moteur de l’économie américaine reste bridé par un marché de l’emploi toujours affaibli, même si certains se sont réjouit vendredi dernier d’un ’’ralentissement de la détérioration’’ de celui-ci... La croissance des revenus se montre de plus très molle, et le crédit reste restreint. Si on ajoute à cela la propension à épargner grandissante des ménages US, on a du mal à entrevoir un raffermissement de la consommation... Certains économistes affirment d’ailleurs que l’économie américaine mettra des années à regagner le terrain perdu depuis le début de la crise, c’est à dire décembre 2007.

Mais il y a encore une autre inconnue, car une fois que l’économie aura montré des signes clairs de reprise, la Fed devra finalement rehausser ses taux, ce qui pourrait avoir des conséquences très néfastes. On se rappelle ainsi qu’entre juin 1999 et mai 2000 la Réserve Fédérale avait augmenté ses taux de 1,75 points, ce qui avait entrainé un effondrement des marchés action. Des hausses de taux très modérées ont également été opérées entre 2004 et 2006, ce qui a très certainement contribué à l’éclatement de la bulle du crédit. On comprend donc vite que plus les taux US resteront bas longtemps, plus les hausses de taux à venir seront compliquées à surmonter.

D’ailleurs, la Fed ne montre pas d’empressement à adoucir les mesures ’’non conventionnelles’’ mises en place, et semble même vouloir les étaler dans le temps. Le comité de politique monétaire de la Fed a ainsi déclaré que le programme de rachat de 300 Milliards d’obligations du Trésor s’achèverait fin octobre, et non plus en septembre.

Beaucoup d’incertitudes pèsent donc encore sur l’évolution de l’économie américaine, qui vit actuellement sa plus forte crise depuis la seconde guerre mondiale. La Fed a beau clamer que tout est sous contrôle et que le bout du tunnel est proche, personne n’ose encore parler de reprise sans émettre de grosses réserves...

Copyright (c) 2009 ProfesseurForex.com. Tous droits réservés.


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 15 août 2009 18:22

    Je crois que l’on peut faire confiance à la FED qui n’a jamais raté l’occasion de saisir les portes qui s’ouvrent vers la reprise économique

    Comme la presse le relate,les taux vont resté bas,permettant ainsi de créer les conditions d’une reprise économique forte

    http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2009/08/13/selon-la-fed-la-crise-s-acheve-mais-la-reprise-tarde_1228226_1101386.html

    Le tout,sera pour OBAMA de ne pas se retrouver avec une envolée des cours du pétrole et des prix (inflation) et cela passe par des réformes économiques profondes et des régles
    pour empêcher la nouvelle folie des marchés financiers

    Aujourd’hui,nous pouvons espérer que le plus gros est passé

    http://www.tvargentine.com/


    • ALEXANDER 15 août 2009 20:28

      Lerma a raison, le prix du pétrole laisse planer de grosses incertitudes. Deux solutions : soit la spéculation a joué un rôle déterminant, soit on est arrivé sur le plan géologique au maximum de production possible.

      Mais si le Peak Oil a vraiment été atteint, on basculerait dans un tout autre schéma qu’une crise financière.


      • calypso calypso 15 août 2009 23:35

        Concernant le prix du pétrole il semble que des dispositions soient prises pour que ce ne soit pas un facteur pouvant affecter la reprise à venir. Ceux qui veulent jouer avec ça viennent d’être d’ailleurs avertis récemment et savent ce qu’ils risquent :
        http://www.france24.com/fr/20090806-etats-unis-diffusion-fausses-nouvelles-interdite-le-marche-petrole


        • Atlantis Atlantis 16 août 2009 11:31

          lol, même l’IEA a reconnu s’être planté pour le pic oil et qu’on a déjà entamé une baisse de production potentielle bien plus forte que prévue par l’agence, sur les plus gros gisements. Et faut pas se leurrer : tout ce qui n’est pas renouvelable n’a aucun avenir, est soumis au pic de la même façon.
          L’optimisme béa de lerma est, je pense, le meilleur argument : demain sera forcément une autre histoire, celle où l’énergie pas chère sera révolue. Et donc (le début) de la fin de l’ère industrielle. Il était temps.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès