Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La finance américaine, des requins avides et sans scrupule

La finance américaine, des requins avides et sans scrupule

Maintenant que l'on sait que la finance américaine fait partie de ce grand complot, afin d'instaurer un NWO (nouvel ordre mondial) - qui consiste à mettre en esclavage les peuples par la dette, aussi bien les Américains que tous les peuples de la planète - on connaît moins son visage de requins spéculateurs, d'arnaqueurs sans scrupule et de loosers irresponsables, atteints du syndrome de Midas et qui se cache derrière Wall Street et la FED et qui a réussi à imposer son dictat aux gouvernements américains (Clinton, Bush, Obama), détruisant la démocratie américaine et celles sur lesquelles elle a mis la main. Cet article est une synthèse de : La Face cachée des banques d'Eric Laurent. 

 

Les spéculateurs

Cette finance est composée de banquiers qui au lieu d'être un rouage de l'économie réelle se sont spécialisés dans la spéculation au détriment de l'intérêt des peuples, ayant pour seul objectif de gagner de plus en plus d'argent en dehors de tout contrôle des états et de toute règle morale, dépourvu de toute humanité.

Ces banques (Goldman Sachs, Bank of America, Citi group, JP Morgan, Bear sterns) ont créés des produits financiers dit dérivés : crédits hypothécaires spéculatifs (sub prime), assurances contre les défauts de paiement (CDS), CDO, Hedge funds, les SIV, qui leur permettent de faire des profits démesurés à court terme, mais en souciant pas des risques que comportent ces produits financier purement spéculatifs et qui n'apportent aucune valeur ajoutée à l'économie réelle des USA et vont jusqu'à détruire les pays.

Ces produits dérivés sont basés sur des modèles complexes qui ne prennent pas en compte l'évolution des marchés et qui s'appuient sur des événements passés.

Plus en marge leur activité de banques d'investissement, qui n'est qu'un business de rachat d'entreprise en difficulté, que l'on restructure à coup de licenciements et de réductions impitoyables des coûts de fonctionnement, pour les revendre avec un bénéfice important, le profit étant le seul objectif de ces financiers prédateurs.

Enfin, leur activité de spéculateur s'étend aussi sur les matières premières, faisant fluctuer à leur guise leur prix artificiellement, uniquement pour s'enrichir sur le dos des producteurs. Ainsi, un baril de pétrole peut être revendu 27 fois avant d'être consommé !

Les arnaqueurs

Si ces produits dérivés n'étaient que le résultat de l'inventivité des ces financiers, on pourrait leur dire bravo, mais ces produits ne sont vendables à des clients que si leur risque et leur montage, de plus en plus compliqué, sont cachés à l'acheteur et conditionnés en les incluant secrètement dans des placements soi-disant sans risque, grâce à la connivence des banques entre elles.

Toute fois, on ne peut cacher la responsabilité des consommateurs, car sans leur soif de dépenses ou de devenir propriétaire à tout prix, ou leur appétit de plus en plus grand à obtenir des taux d'intérêts élevés, ou l'idée de compenser la baisse de leur revenu, ces bulles spéculatives comme les sub prime et hedge funds n'auraient pu se former. Bien sûr ces banquiers peu scrupuleux ne les ont pas mis en garde, ou n'ont pas exigé d'eux des garanties nécessaires.

Ces arnaqueurs n'ont jamais provisionné les assurances qu'ils ont vendu permettant de rembourser les assurés détenant des CDS.

Ils n'ont jamais eu le capital nécessaire, mais ont emprunté au jour le jour sur le marché pour leur investissement au sein des SIV.

Les financiers ont aussi obtenus des agences de notation de bonnes notes sur leur produit en les achetant, ainsi que leur complicité et leur silence pour abaisser les notes des concurrents afin de les déstabiliser

Ils ont toujours caché leur bilan aux autorités de contrôle et ont rejeté toute intervention sous prétexte d'entrave à leur liberté.

Les loosers

Toute ces opérations spéculatives sont très risquées. De plus, elle créent des bulles qui ne peuvent qu'éclater au bout d'un certain temps, car pas elles ne sont pas fondées sur une croissance réelle.

Leur éclatement plus ou moins rapide, provoque la ruine en chaîne de ces établissements financiers et l'apparition de crises à grande échelle qui secouent l'économie réelle des pays impactés, ruinant les petits comme des gros épargnants, mettant au chômage des millions d'employés, mettant sur la paille des milliers de retraités, asséchant le crédit nécessaire à la bonne marche de l'économie versus anglo-saxon qu'on adopté depuis des décennies les entreprises en Occident, les privant des crédits nécessaires à leur développement ou à leur difficultés passagères.

Les requins

Peu importe le désastre engendré, car grâce aux conflits d'intérêts entre les gouvernements et ces financiers, leur rapacité, leur mépris sans limites, leur arrogance, leur cynisme, leur incompétence, leur aveuglement, leur erreurs, leurs pertes colossales ne sont jamais sanctionnées et les responsables jamais limogés, mais leurs pertes sont toujours renflouées sur le dos des contribuables sans contrôle ni conditions et sans contrepartie, ou par l'endettement des états dont les recettes ont baissées à cause de la disparition des emplois industriels etc.

Encore mieux, les actifs toxiques des banksters sont rachetés par le gouvernement américain.

Les financiers ont aussi obtenus des politiques corrompus, américains comme européens, une totale impunité en s'affranchissant des règles (Glass steegall, market to market) et des contraintes jadis édictées par des générations de politiques intègres qui avaient vu le danger de la spéculation.
Ils ont même violé les lois bancaires (accords de Bâle) leur demandant d'assurer une partie de leur investissement par la constitution de fonds propres à hauteur de 8%.
Ayant réussi à ce que les états ne puissent plus fabriquer leur monnaie, ils utilisent le chantage, en disant qu'ils n'investiront plus d'argent dans l'économie réelle, tant que les crises qu'ils ont provoquées ne seront pas jugulées par les états.
Depuis, ils se prennent pour les maîtres du monde et paradoxalement leur pouvoir repose sur la peur du retour d'une crise comme en 1929.

De plus, les plans de renflouements de ces banques au bord de la faillite ne profitent qu'à leur sauvegarde et toucher leurs salaires et bonus indécents, ne leur servent jamais de leçon, puisqu'elles recommencent de plus belle, une fois la crise passée.

Enfin, l'attention du grand public est détournée vers les fraudeurs du fisc, un escroc comme Madoff, un lampiste comme Kerviel, les paradis fiscaux, par les médias complices et les politiciens véreux.

Conclusion

Pourquoi on en est là : parce que la stabilité financière des marchés financiers américains garantit la prééminence des USA sur le reste du monde et donc sa sécurité face à la montée de l'hostilité des autres pays, parce que les campagnes des politiciens sont financées par ces banksters (la dernière campagne d'Obama a coûté un milliard de dollars), parce que les financiers intègrent après l'équipe du gouvernement élu, parce que des pays comme la Chine ont acheté tellement de bons du trésor américains qu'ils n'ont pas intérêt que les USA fasse faillite, mais aussi parce que les politiques sont dépassés par la complexité du système financier.

Pourtant, la spéculation est devenu le mal absolu détruisant les hommes et les économies.
Pour mettre fin à ce suicide collectif, les sociétés doivent reprendre le contrôle de la finance et ne plus se laisser gouverner par elle : ré instaurer toutes les règles qui ont été supprimés sous la pression des lobbies bancaires et séparer définitivement les banques de dépôts, les assurances et les spéculateurs des établissement financiers spéculatifs.


Moyenne des avis sur cet article :  4.9/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • ET LEURS VALETS ALLEMANDS ET ANGLAIS.

     ET NOS BANQUIERS ET NOS ELUS QUI METTENT EN PLACE LE NOUVEL ORDRE MONDIAL

     BIENTOT COMME PAYE UN BOL DE RIZ OU UN CORNET DE FRITES

    COMMENT FAIt UNE INFIRMIERE QUI GAGNE 1600 EUROS POUR VIVRE AVEC 1500 EUROS DE LOYER POUR UN F2...................................OU UN INSTIT...POLICIER...ECT.......

    LE « PS MOU »DEVRAIT FAIRE DIVISER PAR 2 LE LOYER en VILLE ....en DEBUTANT PAR PARIS....


    • Robert GIL ROBERT GIL 7 décembre 2012 10:13

      Comparativement, Ronald Biggs et Albert Spaggiari (fameux gangsters historiques) sont des hommes du Néanderthal, fascinés par la couleur verte des billets. Certes, le voyou à l’ancienne et le bankster sont animés tous deux d’une même injonction : « enrichis-toi ! ». Mais le point de ressemblance s’arrête-là… L’un est dans la brutalité immédiate des choses : secouer un employé et ouvrir un coffre-fort ; l’autre dans l’infini et l’immatérialité du pouvoir : gouverner la Planète. Les affaires sont choses trop sérieuses, aujourd’hui, pour les laisser aux mains du Milieu............

      voir : LES GANSTERS ET LES BANKSTERS


      • Le taulier Le taulier 7 décembre 2012 11:09

        C’est vrai que la finance française n’est constituée que d’enfants de coeur.


        • Montagnais Montagnais 7 décembre 2012 13:02

          Bonjour, excellente analyse.


          Mais bah ! 40 à le lire, déjà bien renseignés, bien convaincus.

          Vous dites : 

          ...« Toute fois, on ne peut cacher la responsabilité des consommateurs, car sans leur soif de dépenses »...

          Là, l’essentiel du PB.

          Le seul enseignement à tenter auprès de nos contemporains changés en pourceaux par la nouvelle Circé, serait dès lors : désertez !..

          Bon.. certain que si ça passait, l’idée, la consigne, rien qu’un peu, un brin, quelques-uns, on se ferait horriblement massacrer par les tenants de l’ordre établi, maîtres tout-puissants et esclaves confondus, qui veulent pas être réveillés, les esclaves, qui veulent continuer à pâturer goulu ce qui tombe du cul des financiers dont vous parler.

          De Méluche à Mareine la P, de la droite à la gauche, du Financial times au bulletin paroissial on se ferait arranger. 

          « Parlez pas de décroissance malheureux idiot, crapule, fachisse, communisse fanatique, crasse économique, crypto-archaico-attardé ! »

          On en est là, vous savez bien, rien ne changera tant qu’il restera un minuscule bout de substrat à brouter.

          • BA 7 décembre 2012 13:05

            Vendredi 7 décembre 2012 :

             

            Sarkozy vante la « haute banque » française.

             

            Les réceptions se succèdent au Conseil Constitutionnel. Après avoir accueilli les proches de Jacques Chirac venus fêter les 80 ans de l’ancien président, les salons de la rue de Montpensier ont accueilli les proches du banquier d’affaire Grégoire Chertok, associé gérant de Rotschild et Cie, à qui Nicolas Sarkozy remettait les insignes d’officier dans l’ordre du Mérite.

             

            "Vous appartenez à ces familles qui, avant même d’être françaises, étaient prêtes à mourir pour la France" , lui a dit l’ancien chef de l’Etat qui a fait l’éloge de "la haute banque française qui n’est pas, comme certains aiment à la désigner avec des relents xénophobes abjects, une puissance apatride et sans autres intérêts que les siens propres, mais un acteur essentiel de notre puissance nationale."

             

            Ami proche de Grégoire Chertok, Jean-François Copé, président proclamé de l’UMP, participait à cette cérémonie.

             

            Les Echos, vendredi 7 décembre 2012, page 13.

             

            http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/document/0202436744937-pdf-gratuit-les-echos-du-7-decembre-518522.php



            • egos 7 décembre 2012 15:50

              « Maintenant que l’on sait que la finance américaine fait partie de ce grand complot »

              sauf le respect du à l’auteur,
              on s’en doutait un peu,
              imaginant mal les moines tibétains ou du mont Athos orchestrer un complot à cette échelle,

              quoique avec le temps,
              voyez le développement d’une secte nazaréenne,
               
              le culte des objets et de l’argent (idolatrerie, rites supersticieux et totémiques) parait encore plus ancien.

              l’avenir promet d’être long, cela laisse un peu de répit, les résistants nombreux
              dispersés
               
              en Europe, aux US et Canada, Amérique Latine etc, ne rien négliger

              et surtout les farouches Femen,
              réussiront peut être là ou l’homme a échoué depuis l’instant de ses origines


              • BA 7 décembre 2012 15:51
                Les extra-terrestres viennent d’attaquer les Etats-Unis.

                Bilan de cette attaque : 350 000 citoyens étatsuniens ont été enlevés par les extra-terrestres.

                Etats-Unis : évolution de la population active :

                Octobre 2012 : il y avait 155 641 000 citoyens étatsuniens comptabilisés.

                Novembre 2012 : il y avait 155 291 000 citoyens étatsuniens comptabilisés.

                Evolution d’octobre 2012 à novembre 2012 : baisse de 350 000.

                1- Ils ont disparu ?

                2- Ou alors ils ont été enlevés par des extra-terrestres ?

                3- Ou alors ils ont été effacés des statistiques pour pouvoir dire : « Le chômage a baissé aux Etats-Unis ! » et pour faire monter Wall Street ?


                Ligne « Civilian labor force », cochez « Seasonally adjusted », et ensuite descendez tout en bas pour cliquer sur « Retrieve data ».

                • filo... 7 décembre 2012 19:46

                  Les voleurs des chevaux d’avant hier sont devenus hier et aujourd’hui des voleurs du pétrole.

                  Et déjà aujourd’hui et demain ils devient les pilleurs des banques et fossoyeurs des démocraties.


                  Vouloir tout transformer en pognon, mais pourquoi ?

                  Car le pognon ça ne se mange pas !


                  • Stof Stof 7 décembre 2012 20:42

                    Oui, tout le monde sait que les chiffres du chômage américain sont truqués. Mais ils devraient faire comme en France, ne pas compter les Noirs dans les statistiques. En les mettant tous dans des îles qu’on appellerait DOM par exemple.


                    • tchoo 7 décembre 2012 22:39

                      YAKA
                      FOKON
                      et les vrais c’est nous.
                      Américains, dites-vous !
                      mais si seulement, ils ont tellement essaimés qu’il y en a partout
                      ne vous trompez, ceux que l’on vous présente comme des industriels, les grands, les forts, les ceux qui font plier les gouvernements et les ridiculisent, sont des vautours financiers,
                      Savez vous que la patron Mythal est administrateur chez Goldman & Sachs ?


                      • Deneb Deneb 7 décembre 2012 22:40

                        L’argent n’est pas une marchandise. Quand on a compris ça, on a compris l’arnaque.


                        • Deneb Deneb 8 décembre 2012 09:06

                          Ah, je suis assez fier d’être le seul moinssé. Vu la faune facho-nazi qui a pris possession d’Agoravox, je ne lis plus que les commentaires moinssés.


                        • chmoll chmoll 8 décembre 2012 07:14

                          si t’es pas un requin, si ta des scrupules, si t’es un sentimental, ta rien a faire dans le monde de la finance et des affaires en général
                          essaye , et tu vas vite ètre mis sur le carreaux


                          • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 9 décembre 2012 16:54

                            Très juste.

                            Déjà le titre « la finance américaine », c’est de l’enfumage car la finance américaine est d’abord internationale... suivez mon regard


                          • Stof Stof 8 décembre 2012 21:13

                            Personne ne tire réellement les ficelles, c’est l’avidité qui mène le monde. Il y a certes des intérêts bien compris et partagés, mais fondamentalement, les hommes (et les femmes, bien entendu), cherchent à combler un grand vide intérieur par de l’argent, des richesses et le prestige supposé qui va avec.

                            Les gens normaux ne deviennent pas riches.

                            • Staniszewski Staniszewski 9 décembre 2012 06:50

                              " Nous n’allons pas nous excuser pour notre mode de vie«  : Barak Obama,
                               » Notre mode de vie n’est pas négociable" : George Bush père

                              …c’est pas par hasard l’arrogance qui rend cupide et la cupidité qui rend arrogant ?

                              " Dès son réveil, le sage devrait se demander chaque matin sur qui et sur quoi il se trompe. "
                              Gilbert Compte


                              • non667 9 décembre 2012 16:03

                                à stanis
                                Dès son réveil, le sage devrait se demander chaque matin sur qui et sur quoi il se trompe.
                                le sage s’il est juif se demande comme dsk ce qu’il peut faire pour israël et c’est ce sage là qui le met aux autres et pas qu’a nafissa ! smiley smiley smiley


                              • non667 9 décembre 2012 16:22

                                à dornach

                                Toutefois, on ne peut cacher la responsabilité des consommateurs,.....

                                la plus grosse responsabilité est de continuer de voter pour les valets/complices du système N.O.M. umpsmodemeelv +fdg ! smiley smiley smiley smiley

                                un parti anti N.O.M. (F.N. ) au pouvoir ( ou même seulement équitablement représenté à l’assemblée ) s’il ne résolvait pas les problèmes ferait cesser la propagande merdiatique qui les fait se perpétuer !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès