Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La Finance Islamique pour les nuls

La Finance Islamique pour les nuls

Alors que Paris Dauphine lance un Master 2 de finance islamique, que savons-nous vraiment de ce système ? Est-il une alternative efficace contre ce capitalisme barbare ? Contre la crise ?

 "Nous adapterons notre environnement juridique pour que la stabilité et l’innovation de notre place financière puissent bénéficier à la finance islamique."

Voilà ce qu’a annoncé Mme Lagarde, le ministre de l’économie en novembre dernier. Ces propos qui ont dû faire frémir les Le Pen, de Villiers ou autres combattants anti-Islam ne sont que le prolongement d’un paradigme économique en pleine expansion.

En effet, ce modèle économique qui repose sur la « Charia » (texte de loi islamique) est en plein essor, notamment depuis que la crise a mis en lumière les failles du système bancaire et des crédits.

Pourquoi une finance Islamique différente de la finance conventionnelle ?

Cette finance née du Coran repose sur deux principes :

-L’interdiction de l’intérêt (riba) et de l’usure

-La responsabilité sociale de l’investissement et la notion d’intérêt général

La première interdiction découle du verset 27s de la 2e sourate du Coran : « Dieu a rendu licite le commerce et illicite l’intérêt ».

L’intérêt est donc prohibé et conséquemment, l’usure l’est aussi, car, fixé ex-ante, il est établi sans référence à ladite performance. Les textes islamiques s’attachent à ce que toutes transactions financières se fondent sur une activité économique réelle. C’est pourquoi la Charia autorise la prise de risque, mais interdit l’incertitude dans les termes d’une relation contractuelle ainsi que la spéculation.

Ainsi, le profit doit être encouragé, car, déterminé ex post, il exprime la performance réelle de l’entreprise.

Comment fonctionne le mécanisme économique ?

Les banques islamiques ont développé des mécanismes juridico-financiers qui reposent sur des concepts particuliers. Ceux-ci permettent à un promoteur de mener un projet grâce à des fonds avancés par des apporteurs de capitaux dont la clé de répartition des gains et des parties est fixée dans le contrat. Ces apporteurs de capitaux supportent entièrement les pertes, les promoteurs ne perdant que le fruit de leur travail.

Voici ci-dessous quelques mécanismes économiques islamiques :

Les instruments financiers principaux

Moudaraba : Un contrat entre le propriétaire du capital et l’entrepreneur. La banque confie une somme d’argent à l’entrepreneur pour l’investir, en contrepartie d’une part dans le bénéfice éventuel de l’affaire.

Moucharaka : Les deux parties signataires du contrat participent et au capital et à la gestion de l’affaire.

Les bénéfices sont répartis selon des ratios déterminés, tandis que les pertes sont supportées à hauteur de la participation de chacun

Mourabaha : Le client ordonne à la banque d’acquérir un bien particulier ; celle-ci lui revend le bien en question (devenu propriété de la banque), moyennant une marge bénéficiaire. Le paiement se fait comptant ou sur plusieurs échéances.

Ijara : Un contrat portant sur la mise à la disposition du client d’un bien ou d’un service en contrepartie d’une rémunération prédéfinie. Le client peut s’engager à acquérir le bien en question à terme.

Salam : Un contrat de vente avec livraison différée de la marchandise. La banque intervient comme acquéreur avec paiement comptant d’une marchandise qui lui sera délivrée à terme par le partenaire.

La Charia interdit en principe les transactions portant sur des biens inexistants au moment de la conclusion du contrat, mais l’exception a été faite pour le salam par nécessité, à condition que le prix, la date de livraison et les caractéristiques exactes de la marchandise soient connus d’avance.

Tels sont les principaux instruments utilisés en finance islamique. Concernant les frais que peut prélever la banque, ils ne sont valables en Islam que s’ils sont fixes, quel que soit le montant de la transaction, dans le but de couvrir les frais administratifs et autres.

D’autres formules de financement sont créées, mais sont normalement avalisées par un ensemble de savants.

Il est cependant clair que certaines banques collent l’étiquette « Halal » à des offres sans fondement islamique réel…

 Cette interdiction d’intérêt n’est pas seulement réservée à la religion musulmane. On retrouve la même idée dans le christianisme à travers la théologie de Saint Thomas d’Aquin qui prolongeait l’enseignement d’Aristote selon lequel l’argent ne peut pas produire d’enfant. Le prélèvement d’intérêt étant caractérisé comme le moyen injuste d’accaparer le bien d’autrui. 

Même si l’interdiction est très ancienne, la finance islamique est une construction contemporaine. qui voit véritablement le jour en 1963, en Egypte.

En Europe, c’est au Royaume-Uni que s’est développée la 1ère industrie de cette finance. En 2004, « L’Islamic Bank of Britain » a été agréée par les autorités britanniques. Certaines banques occidentales n’ont pas hésité à ouvrir dans le monde musulman des succursales où coexistent à la fois un guichet conventionnel et un autre islamique. En France, malgré le discours du ministre de l’économie, il n’y en a pas, mais seulement quelques opérations sur le marché des entreprises. 

Quatre raisons peuvent expliquer l’expansion de cette finance depuis le milieu du XXème siècle :

-Le regain de vitalité de la religion musulmane

-La possibilité que donne aux musulmans, la finance islamique, de se démarquer de l’époque coloniale et d’utiliser leur propre système bancaire

-Le choc pétrolier de 1970 qui a touché ces pays

-La possibilité pour les banques de contrer certaines politiques économiques contraignantes

Le financement islamique est donc une redéfinition de la rationalité économique qui prend en compte dans le calcul économique non seulement l’intérêt individuel mais aussi une notion d’intérêt général. Contrairement aux présupposés, la philosophie de l’islam, tout comme la philosophie libérale, encourage l’esprit entrepreneurial, autorise la prise de risque et cautionne le profit.

Et face à notre crise économique actuelle ?

Certains économistes islamiques avancent l’idée qu’un système financier basé sur les principes de l’Islam, et notamment sur la prohibition de la riba (intérêt), aurait pu éviter certains des plus grands désastres financiers des 50 dernières années.

Dans la crise de "la dette" des pays émergents, ou dans l’explosion de l’endettement des ménages dans les pays anglo-saxons qui a mis plus d’une fois en difficulté leur système bancaire, une partie au moins de la responsabilité revient aux banques qui ont attribué des crédits facilement et sans beaucoup de discernement. 

Dans un système financier basé sur le partage des profits et des risques, une telle situation ne pourrait se produire, car les investisseurs (en l’occurrence les banques) ont une forte incitation à mieux contrôler le développement de projet d’investissement.

Aujourd’hui la finance islamique représente 1000 milliards de dollars sur le marché mondial.

Il est incontestable qu’elle peut représenter une alternative au système conventionnelle, qui est pour beaucoup responsable de la crise actuelle, et ainsi se développer dans beaucoup plus de pays. 

Pas étonnant alors que l’université Paris Dauphine lance en novembre, un master 2 d’économie « Charia-compatible » pour développer ce secteur encore trop peu méconnu, mais très prometteur.

D.Perrotin 

 

AUTRES ARTICLES SUR : http://www.acturevue.com

Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

131 réactions à cet article    


  • abdelkader17 9 septembre 2009 12:50

    Pensez vous sérieusement que les forces du capitalisme apatride dont le système repose en grande partie sur la délinquance financière sont dans cette logique,ce n’est rien moins que du folklore,la moralisation du capitalisme financier est chimère, il se nourri de l’injustice et de la prédation.


    • Triodus Triodus 9 septembre 2009 16:24

      Bonjour Abdel,

      Dans ce cas, quel intérêt (sans mauvais jeu de mot) a le gouvernement français à en faire état ?

      Electoralisme ? Craintes de « tensions » intérieures ?, .autres hypothèses ?

      Cordialement,
      T.


    • abdelkader17 9 septembre 2009 17:03

      @Trioduis
      salut,à mon humble avis ça participe de cette vaste farce désormais reprise en cœur par tous les médias marchands de prétendue phase de moralisation du capitalisme.
      N’oublions pas non plus les investissements et les énormes capitaux des pétromarchies en Europe occidentale,il faut flatter un peu l’ami saoudien qui prône un islam rigoriste à coup de pétrodollards à travers le monde.
      Les pétromonarchies sont des alliés objectifs de l’impérialisme,de la financiarisation de l’économie,ils défendent des intérêts communs sauf que « les gardiens » des lieux saints utilisent le faux nez de la religion qu’il ne respectent même pas pour tromper leur monde.
      Qui à financé les guerres contre l’Irak et les aventures impériales le pétrole saoudien.


    • Triodus Triodus 9 septembre 2009 17:13

      Ma foi ça se tient votre hypothèse..

      -Un pt’tit coup sur la tête des paradis fiscaux,
      -Un pt’it signe en direction de la finance islamique,
      -Une pt’ite taxe carbone pour la touche écolo,

      Et voilà, pschht, on a tout réglé, tout moralisé. Magique, non ?

      Cordialement,
      T.


    • abdelkader17 9 septembre 2009 17:19

      @trioduis
      vous savez avec le niveau de conscience politique atteint par les habitants des démocraties occidentales qui eux pourtant ont accés aux moyens d’instruction et d’information,le niveau de pénatration de la propagande et de la désinformation est un jeu d’enfant,plus c’est gros et mieux ça passe.
      « La propagande est à démocratie ce que la violence est à la dictature »
      Chomsky.


    • Triodus Triodus 9 septembre 2009 18:01

      En effet.. Ma seule crainte, c’est que la pure violence (re)prenne le dessus sur la propagande, car cette dernière devient de plus en plus vite « repérable » (d’où qu’elle vienne) et donc se trouvera obsolète à court terme.

      Elle est même tellement repérable qu’on en perçoit les effets jusqu’en nous-même, nous surprenant alors à penser et/ou agir de manière érronée ou partielle et celà sciemment.

      Ceci a pour conséquence une première phase d’acceptation de la violence : celle contre soi-même. Et si on l’accèpte contre soi, on a plus de raison de la retenir envers les autres

      Je souhaite avoir tout faux !


    • USA 613 9 septembre 2009 13:05

      Un CERTAIN Islam est-il un gage ?
      Mais un gage de quoi ?

      http://www.topchretien.com/topinfo/view/57606/gaza-lenseignement-de-la-shoah-aux-enfants-est-un-crime-de-guerre.html

      1 Septembre 2009 - Ecole
      Gaza : l’enseignement de la Shoah aux enfants est un “crime de guerre”
      Le plus grave, c’est que ces écoles sont entièrement financées par l’ONU. (et l’ONU se tait, laisse faire et NE réagit PAS. Duplicité des instances internationales... avec l’argent des contribuables du MONDE ENTIER)

      Le Hamas a condamné l’Organisation des Nations Unies pour l’adoption d’un nouveau manuel pour les écoliers de Gaza, qui comprend un chapitre sur l’Holocauste.

      Dans une lettre ouverte envoyée ce dimanche à la direction de l’ UNRWA ( l’agence onusienne pour l’aide aux réfugiés palestiniens), qui gère des écoles pour 200.000 enfants de Gaza, le Hamas a affirmé que “l’assassinat systématique des juifs pendant l’Holocauste est un mensonge inventé par les sionistes” et a déclaré qu’il refusera de laisser leurs enfants étudier cela.

      Ces changements du programme affecteraient les élèves en classe de quatrième (8th graders).

      Pour information l’UNRWA a abandonné et n’enseignera pas cette partie de l’histoire aux enfants palestiniens qu’il s’agisse de Gaza ou de Cis-Jordanie

      Alors si on a droit à de tels abus de CERTAINS Musulmans au nom d’un CERTAIN Islam POLITIQUE qu’en sera-t-il d’autres droits de l’enfant, de la femme, de TOUS sujets. On a vu les privations de libertés sur les plages, dans les universités, en tous points. La politique a bon dos

      Qu’en est-il de cette femme qui devait être punie de coups de bâtons pour avoir porté un CERTAIN pantalon.

      Conclusions ?

      • abdelkader17 9 septembre 2009 13:25

        « l’enseignement de la Shoah aux enfants est un “crime de guerre” »

        L’enseignement de la shoah business qui sévit dans le monde occidental n’a pas voie au chapitre dans le monde arabe,il faudrait peut être les palestiniens se soucient du sort de ces pauvres victimes juifs responsables de la dépossession de leur terre et du génocide de leur peuple.
        Votre logiciel intellectuel est programmé pour répondre au terme islam,pour venir encore cracher votre venin sioniste qui à contaminé le monde,désolé il s’agit d’argent,l’argent n’a pas d’odeur d’où qu’il vienne.


      • Philou017 Philou017 9 septembre 2009 16:14

        16h14 : article voté intéressant à 88% (9 votes)
        Commentaire haineux de USA613 contre l’islam  : 27 votes

        Agoravox se laissera-t-il longtemps ridiculiser ?


      • jules simon 9 septembre 2009 18:23

        c’est vrai que la reecriture de l’histoire c’est pas le genre d’Israel....

        http://www.courrierinternational.com/article/2009/08/27/le-massacre-d-hebron-n-etait-pas-un-pogrom


      • Darwa 10 septembre 2009 03:25

        Il suffit de parler de finance islamique pour voir arriver des commentaires tendancieux et hors-sujet à propos du conflit Israëlo-palestinien. En commentant de la sorte sur l’enseignement de l’holocauste, USA 613 reproduit les technique du lobby pro-israelien américain comme l’AIPAC, l’ADL ou la conférence des présidents. A savoir tuer tout débat ou commentaires élogieux du monde arabe pour rendre le débat machiavélique : soit on est pour Israël soit on est pour la monde arabe et donc anti-Israëlien et par conséquent raciste, antisémite, révisioniste et dangereux. Ce sont des techniques de communication classiques : victimisation, appel à la compassion et utilisation galvaudée du mot antisémite. Si l’enseignement à Gaza occulte des pans entiers de l’histoire, il me semble que cela parait logique vis a vis de leur dialogue et leur histoire avec Israël, le contraire m’aurait paru bizzare. Le peuple Gazaoui crève de faim et cette histoire d’enseignement est insignifiante pour le moment tant il manque de tout chez eux.


        Puis quand à l’influence sur l’enseignement, les Israéliens sont les champions du sujet et ce notamment aux USA. Dés le début des années 1980, l’AIPAC (principal lobby américain pro-israélien) recrutait des étudiants pour l’aider a identifier les professeurs jugés anti-Israëliens. Cette enquête à été publiée par l’AIPAC elle même dans un document intitulé AIPAC College Guide : exposing the anti-israël campaig on campus. Une sorte de fichage honteux. En 2002 c’est l’ADL qui reprenait le fichage sur des critères douteux : sympathisants pro-arabe. Quand l’ADL a mis en ligne ces fiches sur le site campus watch. Une polémique a contraint Daniel Pipes directeur de l’ADL a retirer ces fiches du web. Mais cela n’est rien. Le lobby ADL en tête influe le congrès afin de restreindre ou de surveiller les bourses d’états accordées aux programmes d’etudes du Moyen-Orient. L’ADL a ainsi fortement soutenu un projet de loi appelé International Studies in higher Education Act qui n’est ni plus ni moins qu’un projet de loi visant a faire pression sur les universités faisant une demande de bourse pour de tel programmes, à embaucher des professeurs rejoignant les avis du lobby pro-Israëlien et à faire taire toute voix discordante. 

        Alors entre Gaza et Israël, impossible de savoir qui se comporte le plus mal en matière d’histoire. Il serait aussi judicieux de se pencher sur les bouquin d’histoire Israëlien afin de trancher le débat.

        En attendant le débat initial sur la finance islamique est bien loin et j’en suis désolé pour l’auteur.


      • 65beve 10 septembre 2009 11:01

        @USA613
        Hors sujet
        0/20
        bonne journée


      • sisyphe sisyphe 10 septembre 2009 11:54

        C’est quoi, cette avalanche de votes positifs pour l’intervention, totalement hors sujet, du petit propagandiste sioniste USA ?

        Marre des magouilles des votes bidons ; à quand un travail sérieux de la modération et des administrateurs du site ?

        Et toujours d’énormes difficultés pour retranscrire un texte cité en italique

        Et rendez nous les smileys.

        Et USA machin, si tu n’as rien à dire sur les sujets, ferme ton clapet de propagandiste.


      • freelol freelol 10 septembre 2009 06:40

        Ouais des banques qui pratiquerait pas les taux d’intérêt


      • Hermione Hermione 10 septembre 2009 10:03

        @ USA : votre message vient du site Topchretien. C’est dire l’orientation donné aux commentaires : aucune objectivité puisque site religieux et totalement fanatique. Comment ? c’est eux les gentils ? oh ben zut alors ! Mais sorry, quand on parcourt ce site et qu’on est un tant soit peu normal, moral et humaniste, ça donne la chair de poule sur la manipulation mentale de ceux qui lisent et gobent tout ça. Je précise au cas où d’aucun imaginerait que de mon côté je ne suis qu’une vilaine fanatique de l’autre bord : point du tout ! Suis toute blanche et on ne peut plus européenne de naissance.

        Maintenant, à ton tour Thierry Jacob de mon coeur totalement borné et fanatisé au point de sortir régulièrement des énormités en étant fier de lui.
        1 / Déjà, le jour où tu verras un capitaliste vertueux, tu nous feras signe. Je ne pense pas que cette entité existe, mais qui sait, peut être que ton intelligence d’être supérieur saura nous prouver le contraire.
        2/ « Ce n’est pas le capitalisme le problème mais la politique qui doit fixer des règles...donc, les politiques. » : trop drôle ! les politiques sont devenus au fil du temps des marionnettes au service de la finance. Je pense que tu es en plein rêve, voire en plein délire. Sans faire dans la partie « religieuse » du truc, pas besoin d’être un grand clairvoyant pour se rendre compte que toute la société est tributaire de l’argent. Les financiers font la pluie et le beau temps : la preuve avec la crise financière et surtout l’empressement des politiques à renflouer le bateau coulé de certaines banques... Alors bon... Le capitalisme est bien le fond du problème puisqu’il a anéanti plus ou moins les politiques, ou plutôt la vraie politique. Même la gauche maintenant fait avec le pouvoir de l’argent...
        3/ Pas besoin d’islam pour moraliser quoi que ce soit...partout ou il est, il démontre son injustice, sa misère... : hahahaha ! Je rigole... Est-il besoin de rappeler les massacres perpétrés contre le peuple palestinien par Israël et des chrétiens ? Même certains juifs en ont eu conscience quand il y a eu Sabra et Chatila. Mais bien sûr, ça c’est moral... puisque c’est pas Islamiste c’est ça ??? Faudrait peut être arrêter la fumette là ! L’Islam n’est pas parfait. D’ailleurs à mes yeux aucune religion ne l’est (ça c’est dit !). Mais par contre, actuellement, je crois (et je suis même sûre) que l’immoralité et l’injustice sont plutôt dans le camp des occidentaux chrétiens et des juifs d’Israël. Alors quand je lis des leçons de moral de la part de sioniste complètement inculte et borné, ça me fout en rogne !
        Voilà. Merci de m’avoir mise de très mauvaise humeur pour la journée.


      • sisyphe sisyphe 10 septembre 2009 11:56

        Très bonne intervention d’Hermione ; je ne saurais mieux dire.


      • Hermione Hermione 10 septembre 2009 16:06

        Merci Sisyphe :) voilà qui me remet de bonne humeur pour ma deuxième partie de journée.


      • Gazi BORAT 9 septembre 2009 13:21

        Moraliser le capitalisme ?

        Je doute fortement que la « finance islamique » en soit capable.

        Le capitalisme repose sur la course au profit, à n’importe quel prix.. La spéculation, joue souvent le rôle du raccourci dans lequel tous les financiers finissent par s’engouffrer.

        Son fonctionnement est différent de la finance « occidentale » classique et se présente comme une suite de circonvolutions pour être en conformités avec les commandements divins.

        Bientôt, de petits génies en la matière nous concocterons des « junk bonds » « lbo » et autres produits financiers tordus mais - nouveauté ! - strictement hallal !

        A comparer avec la cuisine kasher : tout est quasiment cuisinable en suivant les règles de la kasherout : il existe même à Paris des restaurants chinois kasher..

        Quand l’humain veut contourner des obstacles et qu’il connait son but : tout lui est possible..

        gAZi bORAt


        • Le péripate Le péripate 9 septembre 2009 13:54

          La place de Paris cherche désespérément à exister. L’agent d’ambiance gouvernementale Lagarde s’occupe un peu. Et les anti-libéraux trouvent dans la Charia la structure juridique qui va régler son compte au capitalisme. Oh la belle surprise ! (c’est que l’imagination au pouvoir a toujours été le slogan de ceux qui n’en avaient pas)
          En dehors du fait que mille ruses permettent de détourner la rémunération du capital interdite, la Charia c’est aussi la nature des investissements : alcool, pornographie, porcs, et on peut imaginer tout ce qui sera désigné comme petits et grands satans... Je fais un dessin ?

          En somme, non seulement le capitalisme ne serait qu’une fois de plus dévoyé et non détruit (c’est qu’il a la peau dure, mais c’est normal puisque que le capitalisme n’est rien d’autre que la vie qui s’accroche), mais c’est bien l’Islam totalitaire et anti-libéral qui s’invite par la petite porte.


          • Gazi BORAT 10 septembre 2009 07:12

            @U PERIPATE

            « . Et les anti-libéraux trouvent dans la Charia la structure juridique qui va régler son compte au capitalisme »

            Généralisation totalement abusive...

            En tant qu’anti libéral, je ne suis pas dupe..

            Quant aux libéraux.. Nombre y voient un marché en expansion, l’émergence de nouveaux produits foinanciers et une source de profits !

            Le profit, dans la philosophie libérale, c’est ce qui vaut absolution ! L’argent n’a pas d’odeur, même si, de temps en temps, certains trouvent coquets la pose du vertueux, au moment de distribuer les dividendes, on devient alors « réaliste ».

            Comme un Kouchner modèle de vertu et défenseur des Droits de l’Homme comme absolu lorsque ceux ci étaient bafoués de l’autre côté d’un certain rideau métallique.. devenu un jour plus réaliste une fois installé au Quai d’Orsay :

            « Il faut être naïf pour croire que les Droits de l’Homme sont une préoccupation première de la politique étrangère d’un état ! »

            gAZi bORAt


          • Le péripate Le péripate 10 septembre 2009 08:14

            Vous n’êtes pas dupe, car vous êtes un socialiste bien structuré. Mais ce n’est pas le cas de tous, à en croire la lecture de ce fil.
            Quant à l’intérêt (le profit) de la finance islamique, il ne peut qu’être moindre que dans le cas d’une finance libre : une interdiction sur la libre décomposition partielle d’un droit de propriété (l’interdiction de l’usure) limite les possibilités d’allocations de ressources. Plus loin, il y a un post qui donne les résultats, pas terrible.
            Ce sont bien plutôt des planificateurs qui peuvent rêver de faire vivre la place de Paris avec des capitaux islamiques. Quels seront les termes du marchandage ?


          • sisyphe sisyphe 10 septembre 2009 12:04

            Par Le péripate (xxx.xxx.xxx.211) 10 septembre 08:14


            Quant à l’intérêt (le profit) de la finance islamique, il ne peut qu’être moindre que dans le cas d’une finance libre : une interdiction sur la libre décomposition partielle d’un droit de propriété (l’interdiction de l’usure) limite les possibilités d’allocations de ressources.

            C’est quoi, ce charabia ?

            Depuis quand les banques occidentales délivrent-elles des « allocations de ressources » ??

            C’est le terme pudique employé pour masquer les énormes bénéfices dont se gavent les actionnaires et les spéculateurs ?

            Et l’usure serait donc « la libre décomposition partielle d’un droit de propriété » ??

            Trop fort, le jargon des libéraux pour essayer de justifier leurs crapuleries, et leur règles pour se gaver sur la bête...

            La suppression de l’usure serait, dans tous les cas, une excellente chose : si elle peut être introduite par le biais de la finance islamique, qui s’en plaindra, à part les vampires de la finance ? 

            Finance libre = exploitation libre


          • Gazi BORAT 10 septembre 2009 07:16

            « Moraliser le capitalisme »

            Une belle illustration dans « La liste de Schindler », qui connut un grand succès outre-Atlantique.

            Un homme d’affaire fait de l’argent avec le régime national socialiste, participe à la production de guerre, profite de la main d’oeuvre contrainte qui lui est offerte et.. sauve 150 personnes !

            Ce qui ne lui coûte, d’ailleurs, absolument rien..

            L’archétype de l’entrepreneur (à bon compte) "éthique.

            gAZi bORAt


          • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 9 septembre 2009 14:27

            Ils prétendent interdire l’usure et pourtant ils autorisent la revente par la banque d’un bien à un prix supérieur au prix d’acquisition  !!!

            A ce niveau là, il n’y a pas de différence pratique entre un prêt à intérêt ( fixe ) et leur système !

            c’est du FOUTAGE DE GUEULE !


            • Triodus Triodus 9 septembre 2009 14:28

              Non, c’est l’art de savoir appeler un chien un chat !


            • John Eastwood 2 John Eastwood 2 9 septembre 2009 14:50


              USA & THIERRY JACOB se sont octroyés 25 « plus » chacun en 1 heure.... sur des commentaires sans aucun intêrets, alors que seulement 5 personnes ont noté l’article...

              Alors question messieurs les grands citoyens,

              Est-ce vous qui vous déconnectez, reconnectez, déconnectez toute la journée pour vous donner des points et donner l’impression que vos idées racistes sont populaires ?

              Etes vous payés ou est-ce un devoir moral que vous vous donnez ?

              Merci pour vos précisions, je suis curieux d’écouter vos réponses.


              • Triodus Triodus 9 septembre 2009 15:00

                Pas besoin, ’faut juste redémmarer ton browser et hop, tu peux revoter

                @Avox : « bug » récent..


              • Triodus Triodus 9 septembre 2009 15:09

                 ........ PS : On peut même s’autoplusser (Browser : Firefox 3.5.2)


              • abdelkader17 9 septembre 2009 15:12

                @John
                les trafiquants sionistes et leurs manœuvres déloyales sont connus désormais de tous.


              • Le péripate Le péripate 9 septembre 2009 15:13

                J’ai le même, sous Mac : ça ne marche pas.


              • Triodus Triodus 9 septembre 2009 15:26

                Là, pour les macs, désolé, ’faut demander à Morice  smiley


              • abdelkader17 9 septembre 2009 15:30

                @Thierry
                c’est pas qu’on a pas confiance en ton intégrité morale mais la falsification est une tradition chez vous.hahahaha


              • abdelkader17 9 septembre 2009 15:43

                @Chantecler
                probablement hahahaha


              • abdelkader17 9 septembre 2009 15:48

                @Thierry
                Abbas le supplétif de la violence coloniale sioniste et son ami Dahlan sont des collabos c’est de notoriété publique.


              • John Eastwood 2 John Eastwood 2 9 septembre 2009 16:01

                Avox devrait trouver une solution, ça en devient ridicule, voire dangereux...

                Je n’aimerais pas que les seuls commentaires lisibles soient ceux des personnes qui veulent imposer leurs idées... Sinon, les citoyens qui viendraient en échanger (des idées et des informations) passeront leur chemin et abandonneront ce site aux pires abrutis, à mon avis...

                quelques suggestions pour maintenir l’esprit du site :

                - uniquement autoriser les personnes connectées à noter les commentaires (comme c’est le cas pour les articles)

                - lorsque qu’une personne connectée « plusse » un commentaire, le commentaire en question remonte sur son profil, avec la mention « commentaires que cette personne estime intéressant ou utile »

                - Rajouter la mention « article utile ou intéressant » à côté de « x votes »

                - Offrir la possibilité à un commentateur (ou auteur)de devenir fan d’un membre. Un moyen plus efficace d’avoir une idée de la popularité des membres sur ce site.

                - ou encore supprimer les ’plus’ et laisser le choix à l’auteur de remonter les 5 commentaires qu’il estime intéressants pour son sujet

                J’espère que les responsables de ce site vont améliorer ce point, dans l’intéret du débat bien entendu.


              • dom y loulou dom 10 septembre 2009 00:27

                 Ces histoires de plusser et moinser ne servent stirictement à rien. 


              • polygarche polygarche 10 septembre 2009 10:15

                On ne dit pas browser en France on dit butineur.


              • hans 10 septembre 2009 18:43

                Excellente question mr Thierry, qui prends l’eau ???? et surtout à qui ????
                c’est qui ????


              • pigripi pigripi 9 septembre 2009 15:22

                Avec la finance islamique, ce que je trouve sympa, c’est que toutes les banques vont s’adjoindre les services de « sharia boards » qui diront si les activités bancaires sont « sharia compliants ». D’ailleurs, Europlace Paris qui est l’association qui pousse au train les banques (d’investissement pour l’instant mais prochainement les banques de détail aussi) a déjà signé des MOU (memorandum of understanding) avec les autorités de la finance islamique les plus prestigieuses :

                MOU avec l’AAOIFI (Accounting and Auditing Organization for Islamic Financial Institutions)

                - Statut : Signé le 18 janvier 2009 à Manama à Bahreïn.

                - Parties : Paris EUROPLACE et l’AAOIFI. L’AAOIFI est un organisme indépendant à but non lucratif, fondé en 1991 par plusieurs banques centrales, en charge de développer les règles et standards en matière comptable, d’audit et de gouvernance pour les institutions de finance islamique.

                - Contenu : adhésions croisées des deux institutions, diffusion des normes AAOIFI par paris EUROPLACE auprès des acteurs français et mise en place d’événements et de formations pour les professionnels français, facilitation de l’accès aux règles et avis de l’AAOIFI, assistance de l’AAOIFI à de la Banque de France pour établir des réglementations spécifiques à la finance islamique.

                MOU avec la DIFCA (Dubaï International Financial Centre Authority)

                - Statut : Signé le 27 janvier 2009 à Dubaï.

                - Parties : Paris EUROPLACE et la DIFCA, qui est le centre financier offshore à Dubaï.

                - Contenu : les parties se sont engagées dans les domaines de coopération suivants : double cotation sur les places de Paris et Dubaï, développement d’échanges sur les thèmes de la gestion d’actifs, de la finance islamique, de la recherche-formation, des systèmes de paiement (avec la Banque de France) et de la régulation (formations par l’EIFR). Organisation d’un forum-rencontre annuel entre Paris et Dubaï.

                MOU avec la QFCA (Qatar Financial Centre Authority)

                - Statut : Signé le 11 mai à Doha au Qatar, sous le haut patronage de Mme Lagarde et de son homologue qatari, S.E. Youssif Hussain Kamal.

                - Parties : Paris EUROPLACE et le QFCA, qui est le centre financier offshore à Qatar favorisant l’accueil et l’implantation d’établissements financiers internationaux.

                - Contenu : élaboration d’un plan d’actions visant à favoriser les échanges dans les domaines de la gestion d’actifs, de la finance environnementale, des marchés boursiers, et de l’investissement de long terme, notamment l’accueil des fonds souverains en France.


                • frédéric lyon 9 septembre 2009 15:24

                  Comme la « finance islamique » interdit l’intérêt (on aimerait d’ailleurs bien savoir pourquoi ??), il faut bien réintroduire cet intérêt quelque part, en l’habillant d’un faux nez et en lui donnant un autre nom !


                  Rappelons que l’existence du taux d’intérêt découle simplement de la préférence temporelle : 

                  il est préférable d’avoir un euro aujourd’hui, plutôt que d’avoir un euro dans un an. Ces deux euros n’ont tout simplement pas la même valeur.

                  Si vous n’en êtes pas convaincu, prêtez-moi un euro aujourd’hui et je vous le rendrais dans un an (sans intérêt) !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès