Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Economie > La Française des jeux et la délocalisation de l’impression des (...)

La Française des jeux et la délocalisation de l’impression des tickets à gratter

Il y a quelques années, j’ai assisté à la mort d’une entreprise liée à la Française des jeux, c’était l’imprimerie qui fabriquait les tickets à gratter pour cette entreprise publique (1). Cette imprimerie se situait à Montreuil, dans le 93, ou le neuf trois comme il est communément dit aujourd’hui, elle faisait travailler plusieurs dizaines de salariés français, et considérant la taille de ses locaux, probablement plusieurs centaines d’ouvriers s’y affairaient, qui, déjà, en ce temps-là, connaissaient le futur pôle de productions des tickets à gratter de la Française des jeux, le Canada, au Québec pour être plus précis.
 
À cette époque, j’ai fréquenté quelques ventes aux enchères publiques sur site, car, pour un usage personnel, j’étais à la recherche d’une presse d’impression taille douce. De telle presse sont impossible à trouver dans le commerce traditionnel, c’est pourquoi je me suis donc intéressé à la vente par adjudication, qui au demeurant n’est pas critiquable, lorsqu’elle permet de donner une seconde vie aux matériels, qui autrement finiraient, au pire dans une décharge, au mieux recyclés ou refondues.
 
La vente aux enchères, une forme de tractation commerciale qui a le vent en poupe en ce moment, vu le nombre de liquidations judiciaires et autres faillites d’entreprises et de notre industrie nationale.
 
Si dans certains cas, des délocalisations ou des liquidations de sociétés peuvent être justifiées, voir se comprendre, en ce qui concerne celle-là, sachant qu’il n’y avait pas de concurrence dans cette branche et que la Française des jeux avait, et a toujours le monopole des tickets à gratter, ainsi que sur d’autres jeux de hasard, donc, cette délocalisation est incompréhensible. Ce ne devait être que pour des raisons bassement économiques et de profits mercantiles, car le cout de l’impression et de la fabrication des tickets à gratter ne peut être un facteur incident sur la vente d’un produit monopolistique, comme pour un jeu de hasard. À l’époque je me suis interrogé et je m’interroge toujours sur le bien-fondé de cette délocalisation vers le Canada ;
 
Quel était l’intérêt d’aller imprimer des tickets à gratter à l’autre bout du monde ?
Fallait-il la faire mourir cette imprimerie ?
Et ne pouvait-on pas la moderniser ?
 
Le 17 octobre 2010, en lisant un article du Parisien, j’ai eu ma, ou plutôt, mes réponses ;
 
1) Qu’il était indispensable d’être au plus près de la matière première, le bois servant à fabriquer le papier des quelques 2 milliards de tickets à gratter, puisqu’en France, il n’y ni bois, ni papier.
 
2) Qu’il fallait créer des emplois au Canada, en ouvrant des usines dans ce pays plutôt qu’en France, des emplois qui ne sont pas indispensables pour le redressement de notre pays.
 
3) Que les Canadiens sont respectueux de la nature, à chaque fois qu’un arbre est coupé, un autre est replanté, il est vrai qu’en France on ne sait pas faire ces choses-là. De plus, nous avons l’assurance de la responsable des jeux de grattage à la FDJ, me voilà rassuré sur le devenir de notre planète.
 
4) Que pas moins de 300 tests, notamment aux rayons X, sont menés dans un labo top secret, ça non plus on ne sait pas faire en France, pourtant le secret d’État et le secret défense sont des spécialités françaises bien exploités.
 
5) Et que la bonne action de la FDJ ravie les ouvriers canadiens, il suffit de voir la mine réjouit de l’homme sur la photographie jointe à l’article du Parisien pour s’en convaincre, il ne risque pas le surmenage, ni le stresse qui conduit au suicide, merci la FDJ, vous avez fait au moins un heureux qui n’a même pas eu à jouer en achetant un ticket à gratter.
 
Et vu le sérieux de nos dirigeants et de notre entreprise national ;
- Je me congratule de savoir que la FDJ est le numéro deux mondial des jeux de grattage et que cela profite aux Canadiens et non pas aux Français.
- Je me congratule aussi de savoir que 22 millions de Français contribuent au développement de l’industrie Canadienne, au détriment de l’industrie Française.
- Je me désole qu’aucune unité de fabrication française, ni même européenne ne dispose de la technologie ou de la capacité de production pour assumer la colossale tâche de rendre addicts les Français aux jeux de grattage.
- - Et, pardonnez-moi, je suis mauvaise langue, les Canadiens n’ont que les deux usines de productions, alors que nous les Français, nous avons les 36 000 points de vente.
 
Mais, je m’interroge de nouveau :
 
Ou est passé notre outil de production ?
Ou est passé le savoir-faire de la France ?
Ou est passé, tout simplement, notre bon sens ?
 
Cette délocalisation m’a, et me stupéfait encore, ils font fort nos dirigeants, ils ont trouvé le remède à la crise française ; fabriquer à l’étranger, à plus de 6 000 km de la France, un produit qui sera exclusivement consommé par le joueur national. Quel paradoxe, cela à dû être très difficile de choisir entre accroitre la production et la productivité pour vendre encore plus de billets à gratter ou quelques empois à sauver, ou plutôt quelques emplois qui n’avait aucune raison d’être perdu.
 
Alors là, je dis chapeau bas mesdames et messieurs les dirigeants, félicitations pour votre perspicacité à anticiper la faillite de la France, en investissant à l’étranger, et il n’y a pas à dire, ils sont fort nos dirigeants pour nous vendre du vent en nous faisant prendre des vessies pour des lanternes, d’un coté, à grand renfort de déclarations, ils nous font croire qu’une de leurs priorités, c’est l’emploi, et de l’autre, ils délocalisent des sociétés qui n’ont aucun besoin de l’être.
 
La seule chose que ne m’apprend pas cet article, c’est la nationalité des cargos qui transportent ce précieux chargement de tickets à sésames, que le citoyen français pourra acquérir pour « améliorer son bien-être psychique », à défaut d’améliorer son quotidien avec du travail.
 
C’est bien connu, il n’y a pas besoin de travailler pour jouer, et l’espoir de toucher le gros lot fait vivre, alors qu’importe le lieu de fabrication des tickets de jeux à gratter, et puis si le joueur ne gagne pas, il y aura toujours des antidépresseurs pour soigner les pathologiquement atteints, et cela fera quelques clients de plus pour la sécurité sociale, qui enrichiront cette institution par une augmentation budgétaire, mais qui appauvriront encore un peu plus la France et les Français.
 
Le comble serait que tous ces cargos battent pavillons étrangers, déjà qu’ils accostent en Belgique et non en France, je suppose que La France ne doit plus disposer de cargos battant pavillon Français, ni avoir de ports ou accoster, ils doivent tous avoir été délocalisés ailleurs.
 
Considérant que l’État français détient 72 % du capital de cette Société Anonyme d’Économie Mixte (SAEM), je présume que cette délocalisation n’a pu se faire qu’avec l’aval de nos gouvernants et dirigeants, donc vu tous les « avantages » (faire encore plus de profit, des ventes qui dépassent les 4 milliards d’euros, une excellente croissance, etc.) procurés par cette délocalisation, au détriment de quelques emplois insignifiants et non prioritaires, je suggère que tous les responsables obtiennent la Légion d’honneur pour leurs mérites et pour les services rendus à la France, si ce n’est déjà fait bien sûr.
 
Il faut croire aussi que pour nos dirigeants et gouvernants, cette imprimerie démantelée est à l’image de la France, ce que la France est à l’image du reste du monde, une France à démantibuler.
 
Merci, merci à vous mesdames et messieurs qui nous dirigez et gouvernez, continuez votre œuvre de destruction de ce pays, tout en positivant, car n’oubliez pas que 100 % des gagnants ont tenté leur chance, et maintenait que vous aussi, amis lecteurs et lectrices, vous savez que cela fait fonctionner l’industrie Canadienne, n’hésitez pas à acheter vos tickets à gratter, mais n’oubliez pas qu’il est aussi vrai que 100 % des perdants ont aussi tenté leur chance, et se sont fait, doublement, pigeonné.
 
Vu l’efficacité de cette manœuvre, qui a produit 13 % d’augmentation du chiffre d’affaires et une croissance de 10 %, peut-être devrait-on appliquer cette pratique de délocalisation à la politique Française, en effet, délocalisons la députation et la gouvernance de ce pays, qui à défaut de mieux fonctionner, aura au moins le mérite de couter moins cher à la nation et aux citoyens.
 
Source :

Documents joints à cet article

La Française des jeux et la délocalisation de l'impression des tickets à gratter


Sur le même thème

Après la Révolution numérique… ou : Le capitalisme se meurt, vive les communaux collaboratifs !
Alstom ou l'abandon de l'industrie
Crise économique et austérité. Comment faire face ? (2)
Sortir la France du sous-développement (1)
Va Necker ta mère


Les réactions les plus appréciées

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

ddt99


Voir ses articles

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès







Partenaires