Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La France n’est plus compétitive et la gauche y est pour (...)

La France n’est plus compétitive et la gauche y est pour beaucoup

Même si l'exercice stylistique favori de la Gauche en France consiste à nier la réalité, à se réfugier dans des statistiques datant d'il y a 20 ans (comme cette ex-productivité française qui s'est effondrée depuis le années 2000) les trois marqueurs indiscutables de notre perte de compétitivité et d'attractivité sont les suivants :

- une balance du commerce extérieure encore et toujours déficitaire (depuis le début des années 2000, elle était excédentaire auparavant). Si nos produits et services étaient si recherchés et compétitifs ils se vendraient mieux et l'excuse fallacieuse d'entrepreneurs français incompétents n'est pas sérieuse (les entrepreneurs incompétents disparaissent et les compétents les remplacent dans une économie ouverte et concurrentielle).

- un chômage endémique depuis 30 années au moins et qu'aucune tentative de manipulations statistiques (les emplois "aidés" ou les formés-radiés-découragés des listes pôle emploi) ne parviennent plus à masquer

- des travailleurs souvent insuffisamment qualifiés et compétents (4 % des cadres français parlent couramment anglais contre 99% des salariés luxembourgeois, 1/4 des actifs sont en grande difficulté en français).
Dans la société de la connaissance et de l'information, l'innovation, l'apprentissage permanent et l'entreprenariat deviennent les bases et les conditions même du travail.

L'entreprise Alstom, très rentable hors de France mais perdant de l'argent dans l'Hexagone

La loi travail de cet été enterrine cette stupidité d'une entreprise n'ayant l'autorisation de licencier que si elle connait un épisode plus ou moins long de baisse de son CA. Le CA serait (et c'est là le plus stupide) au niveau mondial pour les grandes entreprises.

- Si donc Renault gagne de l'argent en fabricant des voitures en Roumanie ou au Maroc (ce qui se passe actuellement mais que l'entreprise en perd en France) cela impliquerait que les travailleurs marocains ou roumains (qui gagnent 5 fois moins que les Français) doivent payer pour nourrir les Français et leurs "acquis" sociaux. C'est stupide, contre-productif et empêche évidemment les entrepreneurs de s'installer (ou même de rester) en France.

Comme l'avait dit Taylor le PdG de l'entreprise Titan (censé reprendre Goodyear à Amiens) : les cultivateurs (et les automobilistes) français ont besoin de bons pneus payés au prix normal du marché. Ils achètent donc désormais des pneus fabriqués en Pologne, en Asie ou en Afrique mais la CGT est contente, elle est parvenue à empêcher les méchants capitalistes de s'installer en France pour y embaucher des salariés.

Pour Alstom, si on suit la Loi El Khomry et si on accepte la réciprocité, le site de Belfort n'étant pas rentable il aurait fallu pouvoir le fermer sans autre discussion possible (Altom est rentable mais hors de France). Mais c'était compter sans une Gauche qui veut garder une image de proximité avec le monde ouvrier et l'Etat a donc mis 500 millions d'euros (qu'il n'a pas) pour conserver (provisoirement) 400 emplois. Chaque emploi conservé nous coute donc environ 1 million d'euros (ce que gagne un ouvrier en 500 ans environ).

La France a construit depuis les années 80 un cocktail règlementaire et social délétère qui entraîne tout le pays vers le déclin

- un travail parmi les plus couteux des pays développés (avec des produits et services moyen de gamme de plus en plus difficiles à vendre)

- un travail conflictuel, complexe, dégradé et bien peu stimulant pour nombre de travailleurs (la formation étant un voeu pieux avec la réforme Hollande de 2014 qui l'a fait plonger)

- une incapacité notoire de nombreux Français à accepter le monde tel qu'il est, le changement social et économique, l'adaptation permanente des travailleurs aux besoins de l'activité (le travail n'est plus ni sûr, ni stable, ni prévisible à moyen terme mais le code du travail partait du principe qu'on travaille 40 ans dans la même entreprise en progressant à l'ancienneté)

Nombre de Français mettent plus d'énergie et de talent à nier l'évidence de ces changements qu'à participer au renouveau de notre pays (leurs anciennes croyances en seraient trop ébranlées)

Pour créer des richesses dans notre pays et redonner espoir à ceux qui s'apprêtent à ne pas voter (ou n'importe quoi) il faut rappeler :

- que seul le travail paie (et doit payer, y compris très bien pour ceux qui prennent des risques entrepreneuriaux)

- que l'activité n'est jamais définitivement acquise et qu'il faut évoluer avec elle

- que le monde industriel stable du XX ème siècle s'est largement déplacé vers d'autres cieux et que ce n'est plus guère de force de travail dont ont besoin les entreprises (l'ex main d'oeuvre) mais de travailleurs très qualifiés, mobiles, motivés et capables de changer

- que si la France sortait de l'Euro, de l'Europe et de son marché intégré, celle-ci serait nue, isolée et sans plus aucune force ni poids économique, social ou même culturel (sur une planète qui compte 7 milliards d'habitants nous représentons un frèle navire)

- que les Français doivent retrouver le goût du risque et de l'entreprise (sans entrepreneur plus de richesses ni d'avenir).

Les "bénéficiaires" d'aides sociales doivent être incités à ne pas s'y installer mais à trouver les forces et l'énergie pour s'en sortir par eux mêmes

- l'Etat ne doit plus étouffer plus le pays réel sous la complexité, la bureaucratie et des règlementations sclérosantes qui empêchent toute initiative et prise de risque.

- les donneurs de leçons sociales doivent montrer l'exemple en sortant du rôle de spectateurs (même engagés) ou de commentateurs (passifs) pour mouiller leur chemise et créer enfin de l'activité (à leur échelle).

La France perd petit à petit ses anciens atouts (qui ne sont évidemment pas éternels)

La France et les Français ont des atouts mais s'ils continuent à se comporter en enfants gâtés qui ne veulent pas prendre leur part des efforts de l'humanité pour le travail et l'adaptation, nous n'aurons plus à terme (une fois vendus tous nos bijoux de famille) qu'une vie déclassé, dans un pays nostalgique, une sorte de musée des arts et traditions des siècles passés mais sans véritable avenir économique ou social.


Moyenne des avis sur cet article :  1.6/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

96 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 7 octobre 11:42

    Qu’est-ce que j’apprends ?

    Que lis-je ?
    Que crois-je comprendre ?
    Le gouvernement serait à gauche ?
    Damned !

    • Trelawney Trelawney 7 octobre 12:22

      @Jeussey de Sourcesûre
      Oui ce gouvernement est de gauche ! C’est un peu trop facile, pour conserver un électorat naïf, de critiquer constamment le pouvoir en place. De justifier ces critiques en s’inventant un système socio-économiste complétement irréaliste. Et une fois au pouvoir, on constate que ce que l’on a promis et ceux en quoi on croit (telle une religion) n’est pas faisable et pour se justifier pour masquer son erreur on crie sur tous les toits : « Ben oui mais ce n’est pas la bonne gauche »


    • Alren Alren 7 octobre 18:22

      @Trelawney

      Oui ce gouvernement est de gauche !

      Un gouvernement de gauche tel qu’on l’entend en France est au service du peuple, votent des lois en faveur du peuple.
      Ce gouvernement fait voter à coup de 49:3 des lois en faveur du capital (pas seulement la loi El Khomri mais également la récente loi Sapin qui va voler les possesseurs d’assurance-vie pour sauver les banques qui ont follement spéculé ... et perdu dans cette économie-casino).

      Donc il n’est pas de gauche. CQFD.


    • Le421 Le421 8 octobre 09:08

      @Alren
      Franchement, à droite, ils ont retenu le principe « plus c’est gros, plus ça passe ».
      Hollande, Valls et Macron, la gauche française...

      La gauche de la droite, à la limite. Encore que la plupart des gens du Modem sont plus à gauche qu’eux.
      Mais le Parti Socialiste actuel à gauche, faut être doué d’imagination/mauvaise foi* pour dire ça !!
      *rayer la mention inutile


    • sleeping-zombie 8 octobre 11:14

      @Jeussey de Sourcesûre
      A priori, tu n’as pas tout lu : le gouvernement est de gauche depuis 2000.


    • flourens flourens 7 octobre 12:05

      face au Bengladesh, la France ne sera jamais compétitive, donc, vive le niveau de vie du Bengladesh, c’est bien ça non ?


      • Trelawney Trelawney 7 octobre 12:12

        @flourens
        Est-ce qu’au Bengladesh on construit des produits de haute technologie ? non

        Est-ce qu’en France on en construit ? un petit peu.

        Est-ce qu’au Bengladesh, ils vont un jour futur construire des produits de hautes technologie ? Très certainement. (sauf peut être problème de réchauffement climatique qui n’est pas de leur fait)

        Est-ce qu’en France à la même époque on construira encore des produits de haute technologie ? certainement que non


      • amiaplacidus amiaplacidus 7 octobre 12:46

        @flourens
        Voir mon intervention plus bas à propos de la vente de trains suisses à la GB.

        On peut fabriquer des produits de haute technologie et les exporter, avec des coût salariaux très élevés et une monnaie très forte. Tout en procurant aux salariés un niveau de vie infiniment supérieur au niveau de vie français.

        Mais, je le répète, il faut avoir des dirigeants qui acceptent de modérer leur goinfrerie immédiate et investissent en R&D en pensant au futur.

        C’est à dire, de faire exactement le contraire de ce que fait le patronat français.


      • chantecler chantecler 7 octobre 17:30

        @Trelawney
        Et si on parlait de la Corée du sud ?
        Des salariés, des ouvriers , que l’on presse comme des citrons .
        Des horaires à faire pâlir d’envie nos patrons .
        Des gens qui pendant longtemps obéissaient au pas de l’oie .
        Des parents qui poussent leurs enfants à obtenir les meilleurs notes à l’école .
        Un taux de suicide très important .
        Et aujourd’hui : la fuite .
        Ceux qui le peuvent se barrent de ce pays , de cette exploitation sans fin .
        Il vont chercher ailleurs pour fuir ces conditions de vie proche de l’esclavage .
        Et apparemment comme ils ont connu l’enfer , ailleurs , ils s’en tirent pas trop mal .
        https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_de_la_Cor%C3%A9e_du_Sud


      • mmbbb 7 octobre 20:48

        @Trelawney on a d’excellent ingenieur la puce Kalray par exemple, le dernier reacteur LEAP de SAFRAN et de l’americain General electric qui equipera les futurs avions de ligne , La societe TURBOMECA qui appartient a SAFRAN specialiste des turbines d’ helicopteres L avionique informatique le coeur CARMAT etc etc Contrairement aux autres nations, nous n’avons plus le ’« droit » d’exprimer notre patriotisme cela fait ringard En revanche nous aimons les jeremiades et notre enseignement n encourage pas a s investir dans le monde economique de l’entreprise Nous sommes champions de l’ epargne et de l investissement dans la pierre . Trump a raison de dire que la France n’est plus la France il n ’ y a que les intellos et autres pour ne pas vouloir voir cette realite alors que nous avions vraiment tous les atouts . Nous crevons de nos querelles intestines.


      • epicure 8 octobre 03:04

        @amiaplacidus

        oui c’est exactement ça, le problème de ces 30 dernières années, c’est que les dirigeants économiques, les financiers se sont orientés vers le court terme, le gain rapide.
        Suffit de voir le nombre de société qui ont été acheté par des groupes financiers pour être démantelées , juste pour faire des bénéfices rapides.
        IL y a trop d’éléphants qui s’incrustent dans les magasins de porcelaines.
        Les vrais entrepreneurs qui développent des projets, une entreprise, ont un impact moindre.

        Et après on se plaint du chômage.


      • Le421 Le421 8 octobre 09:11

        @epicure
        Et la recherche du meilleur profit le plus rapidement possible, c’est une doctrine de gauche ??
        Y’en a qui ont visiblement pas pris leurs cachets...


      • mmbbb 8 octobre 10:56

        @chantecler certes par pure symetrie en France c’est l inverse Le fruit du travail est spolie par l Etat et cet etat providence est a bout de souffle Donnez moi une seule raison de monter une boîte en France ? la France est un pays beni pour les immigres puisqu ils n ont rien et auront presque tout ( soin logement education ...) Pour la classe moyenne qui paie non, cette classe moyenne est par ailleurs etranglée. N ’y a t il pas une relation de cause à effet entre notre systeme social et ce chomage de masse ? . Pour moi c’est l’evidence.


      • epicure 8 octobre 22:39

        @Le421

        non c’est une doctrine de droite.
        C’est toi qui devrais prendre des anti hallucinatoire car à aucune moment il n’y est question que ceci est une doctrine de gauche.
        En fait ce que je décris est une doctrine de droite : plus de pouvoir pour une minorité au détriment du peuple.


      • amiaplacidus amiaplacidus 7 octobre 12:13

        Alstom veut fermer son usine de Belfort faute de rentabilité.

        Hier, j’apprends que l’entreprise suisse Stadler a signé un contrat de plus de 700 millions d’€ pour la fourniture de rames électriques. Il s’agit des rames dernier cri, utilisant des technologies d’avant-garde, dont la production est faite en Suisse dans une usine ultra-moderne.

        Pourtant, les coût salariaux suisses sont supérieurs aux coûts français d’un facteur 2,5 à 3. Donc il faut que le Medef arrête de gémir en parlant des coût salariaux. On peut être rentable avec des coûts salariaux élevés et une monnaie très forte (le franc suisse en l’occurrence).

        Je crois que le problème, c’est que le patronat français se paie sur la bête et n’investit pas dans la recherche et le développement. L’appareil de production français, à de rare exceptions, est dépassé, pour ne pas dire vétuste.

        Les coupables, ce ne sont pas les salariés, ce sont les actionnaires et les manager de haut « vol » (prendre le mot vol selon ses deux acceptions).


        • Ar zen Ar zen 7 octobre 13:18

          @amiaplacidus

          Votre exemple et votre démonstration vont faire mal à beaucoup de monde.

          Je pense que vous avez visé très juste ! Merci.


        • Trelawney Trelawney 7 octobre 14:28

          @amiaplacidus
          Le cout horaire suisse dans la production et de 68.9FCH soit 62.9 euro. Ce montant couvre, d’une part, les rémunérations perçues par le salarié (salaires et traitements bruts, primes et avantages en nature, épargne salariale, etc.), d’autre part, les cotisations sociales (obligatoires ou volontaires) à la charge de l’employeur. Il comprend aussi les frais de formation professionnelle, les autres dépenses liées à la main-d’œuvre et les taxes sur les salaires, déduction faite des subventions perçues. En comparaison, le cout horaire français pour l’industrie est de 34.3 euro, soit un écart de 1.8 environ et non pas 2.5 voir 3.

          La différence entre les deux pays est expliqué dans l’article, la Suisse fabrique et vend facilement de la qualité pendant que la France, par une dégradation constante de son outil industriel ne sait plus faire de la qualité et vend difficilement ses produits. de plus l’ouvrier français est très mal formé, tandis que le suisse est haut de gamme.

          C’est un ensemble : mauvaise formation, mauvaise gestion, mauvaise politique et mauvaises réformes qui fait que la France décline économiquement est drée du chômage


        • Ar zen Ar zen 7 octobre 14:54

          @Trelawney

          Un coût du travail multiplé par presque deux est énorme entre la France et la Suisse. Mais les patrons français se plaignent du coût du travail. Un comble.

          « Mauvaise politique et mauvaises réformes qui fait que la France décline économiquement » écrivez vous.

          Ces politiques et ces réformes ne sont pas à l’initiative de la France puisque 85% des décisions viennent de Bruxelles pour être retranscrites en France et appliquées dans notre beau pays. La France n’a plus du tout la maîtrise de de son économie, de son budget, de sa monnaie. C’est Bruxelles qui décide (commission et BCE). Il faut arrêter de faire porter le chapeau aux différents gouvernements qui se succèdent. Ceux ci ne font qu’appliquer les décisions de macro économie imaginées à Bruxelles. Ce sont des pantins, des marionnettes qui obéissent sagement aux différentes injonctions.

          Il est impossible de résoudre un problème sans faire un bon constat, sans identifier les véritables causes. Dans le cas de la France son déclin est principalement dû à l’application des dispositions contenues dans le TUE et le TFUE. Mais la vérité a du mal à émerger et les médias enfument le peuple de France avec son opposition droite-gauche qui ne sert à rien sinon qu’à camoufler discrètement le problème.


        • Trelawney Trelawney 7 octobre 15:18

          @Ar zen
          Ces politiques et ces réformes ne sont pas à l’initiative de la France puisque 85% des décisions viennent de Bruxelles

          On va démontrer cela par l’exemple :

          Dans les années 80 le gouvernement français a décidé seul, d’arrêter de subventionner la construction navale. Alors que partout dans le monde on avait besoin de navire, la France (sous Mitterrand PS) a ainsi détruit un des fleuron de son industrie. De tous les chantiers naval, il n’est resté que celui de Nantes saint Nazaire et celui de Cherbourg pour l’armée. A Nantes on construit les plus beaux et plus grand paquebots du monde, car personne d’autre ne sait les construire.

          La raison de cela est qu’à l’époque (où la gauche était au pouvoir) notre déficit budgétaire a commencé à se creuser et à l’époque où l’on devait payer des taux d’intérêt de 14 à 20% pour s’endetter, la Corée du Sud a bien voulu nous prêter l’argent à la condition d’arrêter de subventionner la construction navale car elle fait concurrence à la leur.

          La destruction des chantiers navals est une décision franco française qui n’a rien a voir avec l’UE.

          Le chantier naval de Nantes où l’on construit les plus grand paquebots appartient à un groupe coréen en faillite. On procède actuellement à son dépeçage et figurez vous que le chantier naval de Nantes n’a rien à craindre car c’est la pépite de ce groupe. pas de fermeture pas de licenciement

          Cependant sur le chantier naval de Nantes il y a 40% d’ouvriers détachés (Pologne, Bulgarie, Hongris, etc). ces ouvriers sont détachés, car en France on manque de personnel formé à la soudure, la chaudronnerie, la mécanique.

          Si la France a 2 fois moins d’apprentis que la Grande Bretagne, 4 fois moins que l’Allemagne, c’est parce que c’est une décision franco française qui n’a rien à voir avec l’UE


        • amiaplacidus amiaplacidus 7 octobre 15:39

          @Trelawney
          J’ai passé une grande partie de ma carrière dans une entreprise suisse.
          Je vous parle de ce que j’ai vécu pratiquement. Lors de ma retraite, il y a douze ans, comme ingénieur sans grade particulier, simple chef de projet, j’avais un salaire brut 12.000 FS (11.000 €), comparez avec la rémunération d’un ingénieur travaillant en France.
          Pour un ouvrier qualifié, le salaire est de 6.000 FS à 7.000 FS (5.500€ à 6.400 €).

          Le taux de charges salariales patronales (vacances, cotisations sociales) me semble être de l’ordre de 50 %.
          Ce qui fait une charge salariale de 16.500 € (env. 100 € / h.) pour un ingénieur et 9.000 € (55 € /h.) pour un professionnel qualifié.
          L’industrie suisse (qui a une balance commerciale largement bénéficiaire) est une industrie de haute technologie. Elle utilise donc beaucoup d’ingénieurs et de techniciens (de vrais techniciens, pas des gens qui se prétendent tels).
          Donc effectivement le coût horaire moyen doit être semblable aux 68,9 FS que vous citez.

          J’ai raisonné en terme de revenu pour le salarié en passant un peu légèrement sur le fait que les charges sociales en Suisse sont moins élevées qu’en France. Sans d’ailleurs que les prestations soient moindres, sauf la maladie qui est entièrement à la charge de l’employé (pas de sécu, mais des assurances privées).
          .
          Mais, je me souviens qu’en France, il y a 20-30 ans, les bons esprits parisiens, formés dans nos bonnes écoles de « l’élite », répétaient à qui voulait bien l’entendre : « l’industrie, c’est fini, maintenant c’est la banque-assurance ».
          À mon avis, les vrais créateurs de richesse, c’est le secteur primaire et le secondaire. La banque n’a certainement pas plus de 20 % de son activité qui est vraiment utile à l’économie, les 80 % restant, c’est du parasitisme. Alors, tout passer au banque-assurance, c’était la certitude d’aller à la catastrophe.
          .
          Pendant ce temps, la Suisse, bien au contraire, poussait la recherche dans les secteurs industriels de pointe.

          Tout en améliorant un système d’instruction déjà assez performant.

          J’habite (et j’ai toujours habité) à 3 km de la frontière franco-suisse, j’ai fait mes études supérieures en Suisse. Dans ce qui était à l’époque, une bonne école locale d’ingénieurs dépendant de l’université de Lausanne. Elle est devenue un grand campus (EPFL) qui joue dans la cour des grands au niveau mondial. Elle fait partie des 50 meilleures dans tous les classements internationaux.
          Il en va de même pour l’école « sœur » de Zurich (EPFZ).

          La formation en Suisse d’un électricien ou d’un mécanicien (ce sont des exemples), c’est 4 ans d’apprentissage, durant lesquels l’apprenti passe, par semaine, 3 jours chez un patron et 2 jours à l’école pour la théorie. Il en ressort des gens qui ont, à la fois, une vue pratique et des connaissances théoriques. Ils sont directement utilisables en sortie d’apprentissage et ont les bases théoriques nécessaire pour suivre l’évolution.
          .
          .
          Vous parlez de dégradation constante du tissu industriel en France. Vous avez raison. Mais il faut aussi se poser la question de la responsabilité de cette dégradation. De nouveau, pas les salariés, mais bien actionnaires et cadres supérieurs gloutons, sacrifiant l’avenir du pays à leurs profits immédiats.


        • Ar zen Ar zen 7 octobre 16:33

          @Trelawney

          Je ne suis pas du tout d’accord avec vous. Vous parlez des ouvriers détachés je vous renvoie à l’UE. C’est notre appartenance à l’UE qui fait que nous avons des ouvriers détachés rien d’autre. Vous apportez, par conséquent, une pierre à mon édifice. 

          Une hirondelle ne fait pas le printemps et j’ai l’exemple contraire, et combien d’autres, avec le cas d’Arcelor Mittal, avec l’exemple de la SNCM. Ce sont les traités européens qui ont été à l’origine de leur faillite. 

           S’il n’y a pas d’apprentis en France c’est parce que l’éducation nationale doit faire très attention à son budget. C’est ce que dit l’UE. Il faut faire des économies structurelles. C’est bien la politique économique voulue par Bruxelles qui est la source de la désorganisation totale de l’éducation nationale. Et celle ci n’a qu’un but : guider les parents qui en auront les moyens vers les écoles privées lucratives. L’éducation nationale est à l’abandon, la fonction publique hospitalière dans le même état. En affectant moins de personnel aux différentes tâches ceux qui veulent privatiser les soins et l’éducation apportent la démonstration que l’Etat ne sait pas s’y prendre, est trop dispendieux. 
          Sur le présent fil il était question de la Suisse. J’ai honte pour la France lorsque je vois la manière dont l’enseignement, primaire, secondaire et universitaire est organisé sur le territoire helvétique. 

          Il aurait fallu savoir ’protéger" notre construction navale. La communauté européenne en 1994 en a voulu autrement. En 1994 c’est bien, la communatué européenne (qui précédait l’UE) qui a pris ce genre de décision. Vous apportez une deuxième pierre à mon édifice. 



        • Gorg Gorg 7 octobre 16:35

          @amiaplacidus

          Bonjour,
          CQFD. Excellentes remarques Amiplacidius, je connais également un peu le sujet et je dois dire que vous avez parfaitement raison.
          Si la France est dans une si mauvaise posture ce n’est pas à cause des salaires, mais simplement parce que nous avons des politiques et des décideurs médiocres et trop avides.
          On fabrique des produits de moindre valeur (pour la plus grande majorité d’entre eux) au lieu de faire de l’excellence ...
          Ils feraient bien de se remettre en cause plutôt que de pleurnicher sur les salaires et les charges.
           Au lieu d’investir sur le futur, ils préfèrent empocher immédiatement les profits. Mais, bien sur, faire autrement, cela les contraindrait à réfléchir et je ne suis pas sur qu’ils le veulent ou même qu’ils en soient capables...
          Si nous ne réactivons pas notre industrie, nous sommes foutus. Mais compte tenu de son état, ce sera un très long chemin ...
          De plus, je souscris entièrement sur votre propos concernant la formation des techniciens Suisses. Elle est exemplaire, bien au dessus de nos BTS ou DUT. En plus de la recherche, c’est ce qui leur permet de fabriquer des produits à forte valeur ajoutée. Les PME Allemandes fonctionnent aussi un peu comme ça. C’est d’ailleurs archi faux de dire que le coût du travail est moins cher en Allemagne ...
          Bonne journée à vous


        • Ar zen Ar zen 7 octobre 16:37

          @amiaplacidus

          Je partage, Ô combien votre commentaire. Vous êtes installé dans l’Ain ou en Haute Savoie ? 

        • Trelawney Trelawney 7 octobre 16:53

          @Ar zen
           S’il n’y a pas d’apprentis en France c’est parce que l’éducation nationale doit faire très attention à son budget.

          Dans tous les pays du monde les apprentis sont sortis du système scolaire et des effectifs de l’éducation nationale. Je suis allé visité une usine de menuiseries en Autriche. En attendant le reste des visiteurs (visite de groupe) nous avons vu des élèves descendre d’un bus scolaire. J’ai dit « Vous faites visiter l’usine aux écoliers c’est bien ». La responsable surprise m’a répondu : « non ce sont les apprentis ». Dans l’usine il y avait une classe d’apprentis. ils avaient entre 13 et 14 ans et il y avait des professeurs d’états sous contrat qui faisait cours le matin et ils étaient à l’usine comme apprentis l’après midi. ils ne vont plus à l’école car l’école est dans l’usine. A 18 ans ils ont l’équivalent d’un bac pro et 4 ans d’expérience dans l’entreprise. Le tout (professeurs, classe, matériel etc) est payé par l’entreprise.

          Lorsqu’en France un élève ingénieur est sous contrat d’alternance, l’entreprise qui l’emploi lui verse un salaire et lui paie l’entièreté de ses études. Pourquoi cela ne se fait pas en apprentissage ?

          La logique veut qu’un apprentis sorte définitivement des cadres de l’éducation nationale pour entrer dans celui de l’entreprise qui le prend en charge à 100%. Mais allez dire cela à des fonctionnaires de l’éducation qui ne veulent pas voir partir les élèves de peur de perdre de leur importance. (Déjà qu’ils limitent à 20% le nombre d’élèves dans le privé)

          Ca n’a rien à voir avec l’UE. C’est simplement la préservation des avantages acquis. Donc c’est du franco français


        • amiaplacidus amiaplacidus 7 octobre 16:53

          @Ar zen

          Haute-Savoie


        • amiaplacidus amiaplacidus 7 octobre 17:00

          @Trelawney qui écrit « Dans tous les pays du monde les apprentis sont sortis du système scolaire et des effectifs de l’éducation nationale. ».

          Faux. En Suisse dans tous les cantons, les cours théoriques donnés aux apprentis (2 jours / semaine) le sont par les systèmes éducatifs cantonaux*, c’est la partie pratique (3 jours / sem.)qui est confiée aux entreprises.
          .
          .
          * L’éducation publique est du ressort des cantons en Suisse, mis à part les deux écoles polytechniques qui sont elles du ressort du gouvernement central.


        • Trelawney Trelawney 7 octobre 17:35

          @amiaplacidus
          les cours théoriques donnés aux apprentis (2 jours / semaine) le sont par les systèmes éducatifs cantonaux

          Mais c’est financé par l’entreprise ou la chambre d’industrie et de commerce, comme l’école en Autriche où les professeurs sont sous contrat de l’éducation nationale autrichienne.

          Le budget français pour la formation professionnel est de 32 milliards d’euro par an, dont une partie va directement dans les caisses des syndicats ouvriers comme patronaux


        • Ar zen Ar zen 7 octobre 17:40

          @Trelawney

          Et alors, où voulez vous en venir ? Quelle est votre conclusion ?


        • amiaplacidus amiaplacidus 7 octobre 17:49

          @Trelawney
          C’est financé par les finances publiques cantonales, pas par les entreprises.
          Les enseignants sont des fonctionnaires cantonaux.
          Pour des matières peu répandues avec peu d’heures de cours, ce sont des personnes venant des entreprises pour donner quelques heures de cours, dans ce cas, elles sont payées par l’administration et pas par l’entreprise.

          Les entreprises font leur part avec la partie pratique, les apprentis ne sont pas rentables et coûtent les 2 première années, la 3em est neutre et la 4em bénéficiaire pour l’entreprise.


        • Trelawney Trelawney 7 octobre 18:01

          @Ar zen
          Et alors, où voulez vous en venir ? Quelle est votre conclusion ?

          Que l’on fasse un bilan éducatif pour chaque élève en fonction non pas de leurs capacités, mais de ce qu’ils aimeraient faire comme travail et pour cela il faut leur faire connaitre la variété des métiers possibles. Ensuite on sort ces élèves du système scolaire pour qu’il intègrent un système d’alternance ou d’apprentissage organisé par les chambres de commerce et d’industrie ou d’artisanat.

          Cet apprentissage composé de cours fait pas des professeurs sous contrat (comme dans le privée) et de cours pratiques fait dans l’entreprise serait intégralement payé par l’employeur et la taxe d’apprentissage ou de formation professionnelle. On aurait ainsi une vrai compétence professionnelle. Car il faut au minimum 10 ans pour apprendre un métier.

          L’éducation nationale évoluera le jour où ils y aura deux fois moins d’élèves qui passeront le bac. car le bac n’est pas un diplôme. Un bachelier n’a aucune compétence pour exercer un métier.

          C’est une politique franco française qui n’a rien à voir avec l’UE


        • Ar zen Ar zen 7 octobre 18:26

          @Trelawney

          Intéressez vous au système suisse, vous serez surpris. Il tend véritablement vers ce que vous appelez de vos vœux. Mais la Suisse à cette particularité remarquable d’être le seul pays possédant une démocratie semi-directe. C’est pour cette raison qu’il est impossible à ce pays d’entrer dans l’UE. Pour entrer dans l’UE il faut accepter des transferts de souveraineté massifs. Voilà la clé de l’énigme. Pour la France c’est fait. Laissons nous piloter vers l’abîme en toute insouciance.


        • Alren Alren 7 octobre 18:31

          @Trelawney

           la France, par une dégradation constante de son outil industriel ne sait plus faire de la qualité et vend difficilement ses produits.

          Qui est responsable de cette situation sinon les patronat ?!!! Vous ne voudriez pas quand même en faire reproche aux salariés ?

          l’ouvrier français est très mal formé, tandis que le suisse est haut de gamme.

          Pas dans l’horlogerie haut de gamme !

          Selon un reportage suisse que j’ai visionné, les travailleurs frontaliers français qui viennent en Suisse chaque jour monter les montres si prestigieuses, ont une productivité supérieure à celle des nationaux.

          Le patronat suisse en embauche le plus qu’il peut mais sans excès car les Suisses sont mécontents et le montrent à ceux qui ne respectent pas une sorte de quota national.


        • jef88 jef88 7 octobre 19:17

          @amiaplacidus
          Nos couts de production sont élevés ?
          D’accord en face de la Corée et de la Chine ....
          MAIS !
          En France ce qui coute une fortune et oblige à gonfler les prix de vente c’est la PAPERASSE  !
          Exemple :
          En 1965 je faisais des prix de revient dans une société de 5 usines et 2500 salariés ... LA STRUCTURE coutait 16%
          En 2004, consultant je faisais faire des prix de revient à mes clients ... Pour des boites de 300 ou 400 personnes LA STRUCTURE coutait entre 45 et 55% soit à peu près le cout de la matière première et de la main d’œuvre réunies ....
          Tant que l’on s’occupera de faux problèmes on se cassera la G**le !
          mais le travail de bureau est le moins fatigant et il permet de caser des diplômés sans qualification pratique .....


        • OLO (---.---.65.151) 7 octobre 20:04

          @Ar zen
          Militant UPR reperé ! C’est facile de faire porter le chapeau à l’Europe quand on vient d’un pays irréformable


        • Ar zen Ar zen 7 octobre 20:26

          @OLO

          Tout d’abord appelez un chat un chat. L’Europe est un contient et l’Union européenne une association économique de pays. Ne faites pas comme les merdias qui utilisent un terme pour un autre pour troubler le public.

          Quel serait ce pays irréformable ? De quoi parlez vous ?

          Pour éclairer votre lanterne, je peux vous préciser que je milite pour une juste répartition des richesses. Il n’y a jamais eu autant de richesses produites sur terre. Pourtant, c’est un constat, les riches sont de plus en plus riches et de moins en moins nombreux, et les pauvres, de plus en plus pauvres et de plus en plus nombreux.

          Lorsqu’un système de gouvernance en arrive à confier l’exclusivité de l’initiative législative à 28 personnes toutes non élues, qui décident de la vie de 500 millions d’individus, il convient, quand même, de se poser quelques questions.

          Et de votre côté, que savez vous exactement du fonctionnement des institutions européennes et de leur rôle sur les politiques nationales ? Quelles sont vos sources ? Avez vous lu les dispositions des traités ? Comment fondez vous votre opinion ?


        • Le421 Le421 8 octobre 09:17

          @amiaplacidus
          Il faut toujours parler dans le coût de production du rapport réel entre le prix de la main d’oeuvre et celui des matières premières...
          Renault Flins fait venir des pièces par bateaux de pays asiatiques avec un taux de déchets importants.
          Ces coûts-là, on n’en parle jamais.
          On tape sur les humains, jamais sur les produits.
          Normal, l’achat des produits nécessite des transactions dématérialisées qui échappent souvent aux contrôles. Alors que la main d’oeuvre, en France, elle est administrée et presque toujours vérifiable.

          Vous avez dit « mafia » ? Ben, non. La mafia, à côté de nos grands dirigeants, ce sont des gens plus qu’honnêtes dont certains font le bien autour d’eux. Même si les fonds sont d’origine douteuse.


        • mmbbb 8 octobre 11:12

          @amiaplacidus la Suisse a d’excellentes PME PMI et un bon systeme d’eduction A l’ecole, les professeurs commencaient deja a cracher sur « le système » Nous n’avons jamais eu cette culture d’entreprise en france en revanche nous avons la culture de la « culture » c’est a dire que nous prévilégions la haute culture l’art du verbe, de notre passe glorieux... J’appartiens encore a cette generation ou les ouvriers etaient meprises . Nous payons le prix de cette mentalite particuliere exception culturelle francaise , de condescendance et de mepris Les francais se foutent pour la plupart de leur industrie, et nous parachutons a la tete des boites des enarques Voir un article du Point ou ces brillantes tetes ont reussi a couler des entreprise comme Alcatel qui est desormais sous le joug Suedois .... Rappel Alcatel dans les annees 1990 etait un fleuron. Et pour terminer la Suisse n’est pas une auberge espagnole ,c’est un pays souverain qui sait preserver ces propres interet . Nous non nous sommes sous les ukases de Bruxelles et nous avons d’autres priorites , la France doit devenir un centre d’accueil mondial.


        • Ar zen Ar zen 7 octobre 13:33

          Est-ce que vous pouvez nous expliquer pourquoi le gouvernement actuel est « de gauche » ? Il est de gauche comme le pape est père de famille nombreuse.

          Dans lequel de trois aspects ci-après, pouvez vous dire que le gouvernement actuel est « de gauche » ?
          - L’économie et le social ?
          - Les manières de vivre ?
          - L’identité et la responsabilité ?

          Vous avez tout faux votre démonstration est triste à pleurer. Vous pouvez, par exemple, écrire ceci :

          « que si la France sortait de l’Euro, de l’Europe et de son marché intégré, celle-ci serait nue, isolée et sans plus aucune force ni poids économique, social ou même culturel (sur une planète qui compte 7 milliards d’habitants nous représentons un frèle navire) »

          Vous avez la vision de BFMTV ou de TF1 de l’économie. Selon votre raisonnement la Suisse, la Norvége ou l’Australie, loin du « marché intégré », devrait roupiller en bas de classement des pays où le niveau de vie est le plus bas. C’est très exactement le contraire !

          L’Union européenne entraîne la France vers la ruine. Je vous prie de lire les articles 32, 63, 121 et 123 (à titre d’exemple) du TFUE, de les potasser, d’en comprendre la portée et de venir, ensuite, faire ici, une commentaire avisé. Est-ce que vous comprenez le fonctionnement de l’Union européenne ? Vous y êtes vous un seule fois arrêté ? La France, notre gouvernement ne décide de presque plus rien. Cessez de faire croire ceci aux lectrices et aux lecteurs. 85% des lois et réglements en France sont l’application dans le droit national des « réglements européens », des « directives européennes », des « recommandatins européennes » des "décisions eurpéennes. Avez vous lu l’article 55 de la constitution ? Vous avez du pain sur la planche pour recoller au peloton. Vous êtes totalement largué.

          Sinon vous pouvez gagner beaucoup de temps en écoutant les conférences de François Asselineau de l’UPR, l’Union Populaire Républicaine, qui dévoile le dessous des cartes. Mais pour faire cela, il vous faut sortir de votre dissonance cognitive. Y arriverez Vous ? En aurez vous la force, le courage ou la volonté ?


          • Trelawney Trelawney 7 octobre 14:41

            @Ar zen
            Ce gouvernement est de gauche car il a réduit constamment les impôts sur le revenu des plus basses tranche. Quitte ensuite à augmenter les taxes sur le pétroles ou la TVA pour compenser.

            Ce gouvernement est de gauche car il a crée un compte personnel d’activité pour les jeunes, même si (on le savait dès le départ) cela a conduit à un échec pour l’emploi des jeunes

            Ce gouvernement est de gauche parce qu’il a crée 60000 postes supplémentaires dans l’éducation nationale (même si ça ne sert à rien)

            Et j’en passe et des meilleurs.

            La position de ce gouvernement de gauche vis à vis de l’Europe est simple : nous n’avons ni structure, ni potentiel de croissance, ni capacité financière, pour sortir de l’UE et de l’euro sans dégât économique majeur. Alors on reste dans l’UE et on sert les fesses


          • PRCF PRCF 7 octobre 16:13

            @Ar zen

            Oui le gouvernement hollande, le PS et EELV c’est la droite.
            FN, LR, PS, c’est trois chapelle d’une même officine, celle de l’oligarchie capitaliste.

            Et les trois sont d’ailleurs contre la sortie de l’UE et de l’Euro. Mais pour réduire les salaires et les droits des travailleurs pour augmenter les profits des actionnaires.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès