Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La France officiellement en « croissance négative »

La France officiellement en « croissance négative »

clagardebert

 

8 h 45, ce matin. La nouvelle tombe. Abominable. La France est en « croissance négative ». L’INSEE vient de revoir ses statistiques pour l’année 2008, ce qu’elle fait chaque année a posteriori. Rien de plus normal, l’économie n’est pas une science exacte. Ici, cette modification a son importance car elle indique que techniquement la France est en récession. Mais pas aujourd’hui à 8 h 45. Depuis le troisième trimestre 2009 ! Soit il y a neuf mois. Rappelons qu’une récession, d’un point de vue technique, consiste en un recul du PIB deux trimestres de rang. Ce qui a donc été le cas en France en 2008. On inquiète donc l’opinion publique et renforce la psychose, l’angoisse de la population sans expliquer combien cette information n’en est pas une. Attention, mesdames et messieurs, il y aura la deuxième guerre mondiale il y a 70 ans, il y aura la grippe porcine le mois dernier... D’autant plus que certains économistes, en particulier Philippe Chalmin, spécialiste des matières premières vient de publier la dernière édition de son rapport Cyclope, véritable Bible des matières premières, annoncent que l’économie semble montrer des signes, faibles certes, de remontée.

La preuve en tient en une remontée timide et progressive du prix des matières premières, pétrole en tête, dont les cours sont fortement corrélés aux évolutions de l’offre et de la demande. Bon, cela fait une belle jambe aux dizaines de milliers de demandeurs d’emplois de plus chaque mois en France. De même que savoir que la France résiste mieux, grâce à un modèle économique plus étatique et plus centralisateur, comme le remarque l’hebdomadaire britannique The Economist, que l’on ne peut pas soupçonner de francophilie, ne paiera pas les courses à la fin du mois. Ce même modèle qui, s’il contribue à protéger notre pays, du fait du niveau d’emplois protégés, est aussi un frein en période de croissance.

"Le pouvoir des mots face aux maux"

On remarquera que l’annonce de cette entrée officielle en récession a fait l’objet de plusieurs fuites. Les Echos annonçaient la nouvelle dès la veille. Tout comme l’usage de l’expression « croissance négative », fabuleuse invention sémantique, le rythme d’annonce de ces mauvais chiffres fait l’objet d’une communication soignée. Ainsi, les chiffres du marché de l’emploi. Laurent Wauquiez, secrétaire d’Etat à l’emploi, indique dans un premier temps « que les chiffres ne vont pas être très bons ce mois-ci ». Puis vient la veille de la publication, l’annonce d’une fourchette de chiffres, « entre 60 et 70.000 », puis enfin, la véritable annonce, précise, à l’unité près. Du grand art. L’être humain s’habitue à tout même aux mauvaises nouvelles. Et comme en plus, comprendre l’économie d’aujourd’hui relève du travail de titan, pas sûr qu’il y a ait grand monde à comprendre ce qui se passe. L’Insee propose sur un site dédié d’apprendre aux béotiens le BA-ba des statistiques, notamment pour saisir les concepts les plus utilisés et comprendre leur sens. On lira avec attention également le livre de Lorraine Data, la bien-nommée, paru chez La Découverte : « Le grand trucage ».

 

Dans cet ouvrage, le collectif d’auteurs, des statisticiens, explique combien l’usage des chiffres est éminemment politique. L’idée n’est pas nouvelle mais a le mérite de démontrer l’impact du tout quantitatif dans notre société de communication.

A mon sens il ne faut y voir un nouveau pamphlet contre le pouvoir en place ou une illustration de la théorie du complot, mais plus simplement, le signe que la connaissance est l’impératif de la démocratie. Le pouvoir en général est hégémonique et d’autres forces, dont celle du savoir, doivent le contre-équilibrer.

On attend avec impatience non-feinte un ouvrage de littéraires sur la sémantique du pouvoir. En attendant il tarde à Christine The Guard d’annoncer l’entrée de notre pays « en récession positive ». Béret bas.

http://www.youtube.com/watch?v=gO6eOq4SakY


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • patroc 16 mai 2009 09:31

    « Récession positive », bien vu !.. Mais oui, ils nous prennent pour des poires à nous compliquer l’esprit pour des faits simples, ces gros profiteurs et menteurs.. La récession est loin d’être finie et l’inflation guette.. Comment Lagarde nous annoncera t-elle une baisse des salaires généralisée dans quelques mois ? « Pour une concurrence optimisée à la mondialisation positive » ?.. 


    • Serge Serge 16 mai 2009 10:19

      Je débuterai mon commentaire par la déclaration de F. Cerisier de B.N.P. Paribas :
       « La situation de l’économie française apparaît ( 1er euphémisme ! ) aujourd’hui sensiblement plus dégradée ( 2ème euphémisme ! ) qu’on ne pouvait ( 3ème euphémisme ! ) le croire jusqu’ici. »

       Si on fait un petit retour en arrière de quelques mois,C.Lagarde,inénarrable « miss économie » annonçait en ...
      Septembre 2008...+ 1 à 1,5 points du Pib pour 2009 ;
      Novembre...+0,2 à +0,5 ;
      Mars 2009...Moins 1,5 ;
      Mai 2009...Moins 2,5 à 3 points !!! Quel sera la suite du« feuilleton ? »

      Insee...138 000 emploi détruits au 1er trimestre 2009...PLUS QUE POUR L’ANNEE 2008 !!!

      Insee encore...les chiffres 2008 du Pib revus à LA BAISSE...d’où 4 trimestres de suite de baisse !!!

      Eurostat...l’Europe en récession plus grave que les U.S.A....moins 2,5 du Pib « contre » moins 1,6 pour les U.S.
      Pour les 16 pays de l’Euro...4 trimestres de suite de baisse...moins 4,4 points du Pib sur 1 an !!! etc...

      Mais cette réalité est toujours occultée voir niée par tout le clan libéral pour qui la crise est soit...américaine ou « on s’en sort mieux » que tout le reste de la planète.
      Cette dernière affirmation est des plus « comiques » ( si l’on peut dire au regard des drames que cela représente ) car pour dédouaner le calife de ses responsabilités d’appliquer une politique ultra-libérale...les mêmes affirment...« c’est une crise mondiale, il n’ est pas responsable et n’y peut rien ; la solution est mondiale...et pour la propagande... grâce à lui on s’en sort mieux ! »

      Il est vrai qu’un des chefs de la pensée unique,A.Minc,n’avait eu aucune honte,la précarité,le chômage ne le touchant pas,a déclarer en Octobre 2008...

      « C’est une crise GROTESQUEMENT PSYCHOLOGIQUE. »
      Cynisme incommensurable !!!


      • Fergus fergus 16 mai 2009 11:26

        Je partage globalement l’avis de Serge.

        Et j’ai beaucoup de mal à croire que les réajustements de l’Insee s’inscrivent dans la difficulté technique d’établir plus rapidement des bilans exacts de la situation économique.

        Je crois pour ma part qu’il en va de ces chiffres comme de tous les chiffres annoncés ou contrôlés par le gouvernement : ils sont systématiquement « travaillés » pour apparaître moins négatifs qu’ils ne le sont en réalité.

         Le problème est que, tôt ou tard, vient le temps des réajustements. D’autres surprises dervaient suivre en 2010 lorsque nous connaîtront la réalité des déficits publics et de l’évolution de la dette.


      • Serge Serge 16 mai 2009 11:57

        Les« stats » ne sont jamais neutres et encore moins objectives...tous les matheux « honnêtes » vous en feront la démonstration.Et puis,fondamentalement,j’ai toujours pensé en tant qu’humaniste que la vie des êtres humains ne se résume pas à des chiffres,des courbes,etc..Aucune « stat » ne peut nous renseigner sur le drame du chômage,de la précarité,des fins de mois difficiles,etc...sur une vie humaine.
        Les « stats » sont une approche globale...sans plus !


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 16 mai 2009 14:16

        Un très joli point de vue de la crise française avec les secteurs à bouder sous peine d’encouragements aux délocalisations : http://maps.google.com/maps/ms?hl=fr&ptab=2&ie=UTF8&oe=UTF8&msa=0&msid=106468196104779563781.00045a2a5e1c2cf69d5d4&ll=46.988988,1.955652&spn=8.033979,11.664219&source=embed

        Tout ce qui s’en va est le superflu non durable que les nouvelles technologies corrigent.


        • xray 16 mai 2009 18:44

           

          On court après la croissance. 
          On se garde bien d’expliquer ce qu’est véritablement cette fumeuse croissance  : 

          Multiplier la misère et les malades pour générer du PIB. 
          Quand le PIB augmente, c’est de la croissance. La croissance, c’est le pays qui s’enrichit. Quand le pays s’enrichit, c’est de l’argent pour ceux qui en ont besoins. Va sans dire, de l’argent pour les riches. Pour être pauvre, on n’a pas besoin d’argent. 

          La misère est le fondement de la société de l’argent ! 
          (Le malade, l’industrie première.) 

          HYPOCRISIE du SYSTÈME, L’emploi, et le chômage face à la productivité.
          http://echofrance36.wordpress.com/2008/10/30/hypocrisie-du-systeme/ 

          Faire courir les petites fourmis humaines le plus vite possible, le plus dans tous les sens possible et le plus … inutilement possible. 



          • patroc 18 mai 2009 10:55

             @xray,
             Raccourci fulgurant et direct !.. Pas mieux pour moi.. Bravo !..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès