Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La garantie des dépôts bancaires est-elle une illusion ?

La garantie des dépôts bancaires est-elle une illusion ?

L’Europe touchée par la crise financière, les déclarations fortes de nos gouvernants visant à redonner confiance aux épargnants se sont multipliées. La presse, les journaux télévisés ou radiodiffusés, reprenant la communication gouvernementale nous assurent que l’Etat nous garantit les dépôts effectués dans les banques. Ce propos n’est-il pas, en fait, totalement illusoire ?

Les placements financiers des ménages français sont proches, en structure, de la répartition moyenne observée pour les ménages de la zone euro, avec un partage entre dépôts, placements en assurance-vie et fonds de pension au sens large (1). Globalement, les investissements en actions des ménages français restent faibles par rapport à ceux de leurs voisins européens. Dans le contexte de crise actuelle et de chute des bourses mondiales, nos concitoyens ont donc eu le « nez creux » en matière d’épargne.

Favorisant l’assurance-vie et les placements de père de famille (placements sociétaires, livrets divers), les actifs financiers des Français se montaient en 2006 à 3 440 milliards d’euros. La décomposition révèle que sur ces 3 400 milliards, 1 000 milliards correspondent à des dépôts, 1 250 milliards à des provisions d’assurance et 1 000 milliards à des actions et obligations (2).

Un calcul rapide montre que les 3 440 milliards évoqués plus haut équivalent à deux fois environ le produit intérieur brut de la maison France. Rappelons aussi pour mémoire que le rapport annuel de l’impôt sur le revenu est de l’ordre de 55/60 milliards d’euros, celui de la TVA, d’un peu plus de 200 milliards.

Pour garantir les seuls dépôts et provisions d’assurance des ménages français (2 250 milliards d’euros), il faut donc que l’Etat s’engage à verser en cas de krach généralisé dix ans de collecte de TVA, ou quarante ans d’impôt sur le revenu. Bien sûr, l’Etat pourrait emprunter en émettant des obligations, mais pour un montant qui correspond à 1 an et demi de PIB. De plus, 2 250 milliards représentent un peu moins du double de la dette actuelle de la France. Autant dire que l’Etat ne peut en aucun cas se permettre une telle dépense ou un tel emprunt...

Les déclarations de matamore de nos politiques ne reposent donc pas sur des réalités économiques. Elles constituent très probablement des tentatives, non pas de redonner confiance, mais d’éviter un mouvement de retrait généralisé des placements de la part des Français qui entraînerait des pertes de liquidités dans les banques, et le probable effondrement de tout le système financier national avec des répercussions européennes plus que probables.


Références :

1. Denis Marionnet - Placements financiers des ménages français : comparaisons européennes (1995-2004) - Bulletin de la Banque de France • n° 143 • Novembre 2005

2. Source Insee : les actifs financiers des ménages dans l’Union européenne


Moyenne des avis sur cet article :  4.54/5   (104 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • morice morice 8 octobre 2008 12:32

     ben oui, y’a que les réserves d’or qui comptent. A ce jeu là on est perdants..


    • Lambdaman Lambdaman 8 octobre 2008 14:25

      Atavus, tes réactions sont vraiment pénibles, et completement hors de propos. T’as que ça à faire de ta vie ou quoi ? Si tu balayais davant ta porte pour changer, ça nous ferait des vacances...


    • Traroth Traroth 8 octobre 2008 16:12

      Abus d’atavus signalé.


    • Forest Ent Forest Ent 8 octobre 2008 12:45

      L’Angleterre peut sans problème garantir les dépôts bancaires. Il lui suffit en cas de besoin d’imprimer des £. Ce mécanisme a déjà été utilisé. On remplace l’hyperdéflation par l’hyperinflation.

      Pour la France, c’est plus compliqué, puisqu’elle ne peut pas imprimer d’euros. Elle ne peut que s’endetter. Ou alors, il faut un accord des pays de la zone euro. C’est là que l’on voit si la structure monétaire de Maastricht peut résister à une question politique. Pour l’instant, Merkel et Sarko se foutent sur la gueule comme prévu. smiley


      • maxim maxim 8 octobre 2008 18:44

        ouais ,

        si les Anglais commencent à faire fonctionner la planche à billets ,c’est mauvais signe ..

        à terme ,d’ici que ça fasse comme en Allemagne dans les débuts des années 30 ,où il fallait un milliard de D-Marks pour acheter un pain ....

        on connait la suite !...


      • JONAS JONAS 8 octobre 2008 19:43

        Forest Ent,

        Bien vu ! Cet article n’a aucun intérêt, pas plus que n’en ont les billets en papiers, des monnaies abandonnées par leurs imprimeurs.

        @ +


      • JONAS JONAS 8 octobre 2008 20:47

        Un pays qui ne possède plus de droit régalien est sous tutelle. Ne pouvant pas fabriquer nous-mêmes des euros, nous ne pouvons pas disposer de liquidités, sans emprunter sur ce marché fluctuant et à des taux prohibitifs.

        Tous les citoyens qui retirent par peur panique, des billets dans les établissements bancaires, aggravent la situation.

        En achetant de l’or, ils prennent le risque de subir des pertes très importantes, car l’or déclinera, sitôt que le marché retrouvera sa stabilité.

        Quelques semaines après les élections Américaines, tout rentrera dans l’ordre. Cette crise et la conséquence des enjeux de cette élection. Les " Templiers :. " des temps modernes, se disputent la maîtrise du dollar, qui représente un pouvoir hégémonique sur le monde.

        Semer la panique fera de nombreuses victimes, ceux qui y auront cédé !

        Bonne soirée.


      • Laurent_K 8 octobre 2008 13:29

        Pas d’accord : c’est effectivement une forme d’assurance qui ne fonctionne qui si on n’en a pas besoin massivement. A priori, nos banques sont actuellement moins bancales que les banques US (notamment grâce à tout ce qu’elles nous prennent en frais de gestion et autres...) mais si elle venait à s’effondrer comme aux USA, il y aurait bel et bien un problème.


      • herve33 9 octobre 2008 11:25

        "Il est bien évident que la situation où l’Etat devrait rembourser tous les avoirs bancaires n’est pas réaliste "

        ce qui n’est pas réaliste un jour , le devient le lendemain .

        Nul ne sait où cette crise va nous mener .

        La chute des grandes banques américaines étaient complètement irréalistes il y a un an . L’angleterre qui nationalise ces 8 plus grandes banques , c’était irréaliste il y a quinze jours . L’islande qui fait faillite et qui appelle au secours la Russie .

        Il est évident que le fait de se précipiter dans les banques ne réglera pas le problème actuel
        , car l’argent est dématérialisé et si cette monnaie risque de ne plus valoir grand chose , si nous devons en arriver là .


      • JL JL 8 octobre 2008 14:22

         

        L’argent-dette : "Le système moderne de l’argent dette est né en Angleterre il y a un peu plus de 300 ans en 1694, quand la première Banque d’Angleterre a été créée par une charte royale lui autorisant des prêts fractionnels de dépôts d’or au ratio de 2 pour 1. L’histoire des USA depuis la révolution de 1776 a été en grande partie une lutte épique pour se libérer du contrôle des banques mondiales dominées par les Rothschild. Cette lutte a finalement été perdue quand le président Woodrow Wilson a signé en 1913 la loi de la Réserve fédérale donnant le pouvoir de créer l’argent américain à un cartel de banques internationales."

        En Europe, l’abandon de la souveraineté nationale au profit de la BCE relève de la même démarche. Seule l’Angleterre n’a pas commis cette erreur. Etonnant, non ?


        • Internaute Internaute 8 octobre 2008 15:07

          La garantie de l’Etat est nulle car il n’a pas les moyens de sa politique. Les journalistes qui nous serinent que nos économies sont garanties parceque le ministre l’a dit sont des menteurs.

          A partir du moment où l’on dépose sur son compte des sommes venant de l’emprunt il est évident que cette monnaie ne peut plus être retirée sous forme de papier, sauf dans des quantités minimes, à la marge.

          Les grands noms de la banque n’apportent aucune sécurité en temps de crise. Quand les patrons ont montré qu’ils peuvent jeter les milliards des clients par les fenêtres, la curée est générale et tous les employés s’y mettent. J’ai déjà déposé une pile de dollars à un guichet de la Royal Bank du Canada (mais pas au Canada), lesquels n’ont jamais été crédités sur mon compte. J’ai déjà reçu des chèques de banques (signés et cosignés par les gérants de l’agence d’une grosse banque en faillite) qui ont été refusés dans une autre banque. Quand il s’agit de rouler les gens, rien ne leur fait peur.

          Le Crédit Agricole a roulé tous ses clients argentin sans vergogne. Les argentins ont ouvert des comptes au Crédit Agricole en pensant naïvement qu’il entraient dans le monde feutré et sûr de la gande banque avec le soutient inconditionnel des Caisses Régionales françaises. La publicité était là pour le leur faire croire. Qaund il y a eu la crise, le Crédit Agricole (société argentine) a fermé ses agences comme toutes les autres banques argentines, en gardant l’argent des clients. Ce jour là ils se sont apperçus que le CA ne valait pas plus qu’une petite banque de quartier du tiers-monde.


          • maxim maxim 8 octobre 2008 15:31

            personne n’ignore qu’actuellement ,les gens préferent acheter de l’or ,et viennent retirer leurs numéraires ,les discours faits par nos politiques essaient de nous rassurer ,mais il y a lieu d’être très méfiants ....

            personnellement ,nous avons des parts à percevoir sur des placements en bourse d’un défunt ,au titre de la succession ,mais on n’en entend pas parler ,et nous avons bien peur que vu la situation actuelle ,nous risquons de dire adieu à tout jamais à ces rentrées d’argent .....

            en tout cas on est bien mal barrés ....


            • finael finael 8 octobre 2008 16:37

              @ L’Auteur

              Pourquoi avez vous mis un point d’interrogation ?


              • goc goc 8 octobre 2008 17:42

                pour ceux qui pensent que nos banques sont a l’abris, je voudrais juste leur rappeler que nous sommes dans une crise economique.

                Cette crise est en train de mettre en evidence le problème du credit et surtout le prochain effondrement de l’immobilier. Or si l’immobilier s’ecroule, on va se retrouver dans le meme cadre que les banques americaines avec les subprimes, à savoir que les prets hypthecaires vont s’ecrouler. Or nos banques ont une masse colossale de prets hypothecaires en protefeuille. Donc elles devront consolider leurs comptes, et aprovisionner (pour dépreciations) a tout va.

                Quand au credit type revolving, il pourrait aussi s’ecrouler suite au nombre de plus en plus important de particuliers insolvables et d’entreprises en depot de bilan

                donc nos banques ne sont pas plus a l’abris que les autres, simplement ça se fera plus tard


                • Laurent_K 8 octobre 2008 18:11

                  L’immobilier a déjà commencé à baisser en France. Même la FNAIM le reconnaît, c’est dire si la baisse est durable (il leur faut en général un an...). 

                  Néanmoins, il y a une grosse différence entre la France et les Etats-unis dans le domaine bancaire : on n’a pas eu le temps de mettre en place un système équivalent aux subprimes. Aux USA, le système incluait des prêts à taux variables. Souvent même, les deux premières années bénéficiaient d’un taux super bas puisque l’emprunteur était supposé revendre au bout de deux ans pour rembourser l’emprunt (puisqu’il n’était pas ou peu solvable) et prendre son bénéfice.

                  Résultat, quand les taux ont commencé à augmenter et les prix de l’immobilier à baisser, les emprunteurs américains se sont trouvés avec un bien invendable et des mensualités qu’ils n’avaient pas prévu et beaucoup n’ont pas pu rembourser.

                  En France, la plupart des prêts immobiliers sont à taux fixes. Nous n’avons donc que le premier effet Kiss cool -la baisse de l’immobilier- et pas le deuxième -la hausse des mensualités-. Ca limite donc la casse.

                  Maintenant, je vous rejoins sur le fait que cette crise met en evidence le problème du crédit ou plus exactement de l’hypertrophie de la finance. Quand 95% des transactions ne reposent plus que sur du vent, ça ne peut que mal finir. Malheureusement, comme c’étaient ceux qui bénéficiaient de ces 95% qui avaient (et ont toujours) les leviers du pouvoir, ils ne se pressaient pas de changer.



                • herve33 9 octobre 2008 13:07

                  Les sub primes ne sont la cause de la crise actuelle mais uniquement l’élément déclencheur .

                  Cette crise est avant tout la crise du crédit en général . L’économie américaine et mondiale a été maintenue sous perfusion grace au recours excessif au crédit et divers artifices financiers .

                  Maintenant les investisseurs doute de capaciter des US à rembourser cette dette abyssale . plus personne n’a confiance à l’économie US . D’autant que cette dette n’a servi qu’à financer 2 guerres et le complexe militaro-industriel US , rien n’a été fait pour développer les investissements et les services .

                  De ce fait , nous assistons ou allons assister au naufrage de l’économie américaine .

                  Comme les US est la première puissance mondiale et qu’elle est le moteur de l’économie mondiale , c’est l’économie de la planète qui risque de tomber en panne , et ce n’est pas la Chine et les émergeants qui dépendent entièrement des consommateurs US et européens qui vont nous sauver .

                  Le gros problème est de savoir comment les citoyens et les politiques vont réagir , soit nous réagissons en remettant à plat tous le système au niveau mondial .

                  soit chaque pays se recroqueville sur lui-même et ce sera la porte à tous les nationalismes et nous connaissons d’ores et déjà l’issue , la guerre .

                  soit nous essayons de reconstruire un monde et une économie durable , où chaque citoyen et chaque pays ait sa place .

                  Il est évident que nous sommes à un carrefour de civilisation et à un moment historique . 



                • chmoll chmoll 8 octobre 2008 19:57

                  c comme a la radio ,ont vous martel une chanson pendant toutes la journée, et vous l’ach’tez

                  là c pareil on vous rabache a tour de bras vous bilez pas pour vot pognon,et vous les croyez

                  s’k quel’qu’un c’est comment et avec koi ste bande d’andouille (d’vinez qui c l’chef) vas garantir vot pognon


                  • JONAS JONAS 8 octobre 2008 20:49

                    Un pays qui ne possède plus de droit régalien est sous tutelle. Ne pouvant pas fabriquer nous-mêmes des euros, nous ne pouvons pas disposer de liquidités, sans emprunter sur ce marché fluctuant et à des taux prohibitifs.

                    Tous les citoyens qui retirent par peur panique, des billets dans les établissements bancaires, aggravent la situation.

                    En achetant de l’or, ils prennent le risque de subir des pertes très importantes, car l’or déclinera, sitôt que le marché retrouvera sa stabilité.

                    Quelques semaines après les élections Américaines, tout rentrera dans l’ordre. Cette crise et la conséquence des enjeux de cette élection. Les " Templiers :. " des temps modernes, se disputent la maîtrise du dollar, qui représente un pouvoir hégémonique sur le monde.

                    Semer la panique fera de nombreuses victimes, ceux qui y auront cédé !

                    Bonne soirée.


                    • JL JL 9 octobre 2008 09:49

                      @ Jonas qui écrit : ""Un pays qui ne possède plus de droit régalien est sous tutelle. Ne pouvant pas fabriquer nous-mêmes des euros, nous ne pouvons pas disposer de liquidités, sans emprunter sur ce marché fluctuant et à des taux prohibitifs.""

                      Cette déclaration de David Rockefeller, à la commission trilatérale, juin 1991 :

                      "Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, au Time Magazine et aux autres grandes publications dont les dirigeants ont assisté à nos réunions et ont respecté leurs promesses de discrétion pendant presque 40 ans. Il nous aurait été impossible de développer notre plan d’action pour le monde si nous avions été sous les projecteurs pendant toutes ces années. Mais maintenant le monde est plus sophistiqué et mieux préparé à la marche vers un gvt mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est sûrement préférable à l’autodétermination nationale pratiquée au cours des siècles passés." 

                      Citée là : L’argent-dette

                       


                    • verbre verbre 8 octobre 2008 21:04

                      Pfff tous ces discours... De toute façon, l’argent sous n’importe quelle forme n’est qu’une convention. Même l’or ne vaut rien. Bien qu’il en faille aujourd’hui pour vivre (ce qui est un non sens), plus tôt il aura disparu, plus tôt le monde sera juste. Nous n’avons qu’à réclamer l’ instauration du revenu universel payé en crédits universels virtualisés pour tous les habitants de la planète. Et un gouvernement mondial éthique élu en démocratie directe. Après, ceux qui voudront travailler le feront. Plus jamais pour du profit.


                      • maxim maxim 8 octobre 2008 21:55

                        ah oui ?

                        et le travail ,la matiére première ,l’objet manufacturé ou le bien de consommation,vous les payez comment ?

                        développez un peu vôtre théorie ?


                        • verbre verbre 10 octobre 2008 23:09

                          y’a pas de théorie. y’a que la vie. ça coûte combien de mettre les mains dans la terre ? Et le sourire c’est combien ? Les objets manufacturés c’est différent ?


                        • moebius 8 octobre 2008 22:21

                          une garantie ne peut évidemment pas etre une illusion si tel est le cas le garant a savoir l’état n’a plus aucune raison d’étre...une crise politique s’ajoute à la crise économique


                          • mandrier 8 octobre 2008 22:24

                            J’ai voulu retirer 1000 euros pour un voyage, cela m’a été refusé par la banque, et la personne devant moi pareil...

                            Et sur les portes d’accès de deux banques chez moi, il y a des pancartes informant le public que la banque ne délivre pas de liquides et que l’on est prié de na pas engueler le personnel...

                            J’ai la conviction que les banques et l’Etat n’ont plus d’argent : il s’est évaporé....

                            Ou sont donc passés les milliers de tonnes d’or que nous avions avant 1990 ????

                            Avec "l’Europe" on a tout perdu.... C’est une ecroquerie cette Europe ? Il va falloir se battre pour retrouver notre souveraineté et notre liberté...


                            • pépé 9 octobre 2008 09:59

                              Tu as vérifié ton solde ? n’importe quoi !


                            • mandrier 9 octobre 2008 10:07

                              Bien sur, il est largement pourvu... Seulement depuis j’ai appris qu’ils ont des consignes verbales...


                            • Triodus Triodus 9 octobre 2008 10:07

                              ? ? C’est du délire !

                              Cette mésaventure est-elle arrivée à d’autres d’entre vous ?


                            • JONAS JONAS 9 octobre 2008 00:38

                              Curieux tous ces humanistes qui se révoltent contre les banques qui ont prêté de l’argent à des pauvres insolvables aux USA ?

                              Mais vous devriez être solidaire et donner pour les renflouer et exiger en retour que tous ces pauvres gens puissent regagner leur domicile.

                              L’Humanisme pour vous, vous êtes pour, lorsque c’est les autres qui paient… !

                              Bonne nuit.


                              • Romain Desbois 9 octobre 2008 00:51

                                non seulement la garantie de l’Etat est une illusion mais c’est une escroquerie.
                                Si l’etat prend l’argent de nos impôts et autres taxes pour nous rendre notre argent à la place des banques, les banques nous auront quand même volé notre argent. ce que nous rendrait l’Etat serait l’argent de nos impôts et pas l’argent de nos comptes en banque.


                                • Guy Leboutte 9 octobre 2008 01:06

                                  Nous ne parlons ici que de la France.

                                  1.000 milliards de dépôts en banque. D’accord.
                                  Mais :
                                  1. En début de mois, ou en fin de mois ?
                                  2. A qui appartiennent-ils ? Car cela fait 15.625 euros par habitant, bébé, vieux, ados, détenus, SDF, tout le monde compris. Et 42.016 euros par ménage. (67 millions d’habitants, ou 23.800.000 ménages)

                                  Avec le même montant pour la propriété mobilière, actions et obligations, ça nous fait un ménage français statistiquement moyen qui possède 84.000 euros en banque ou en bourse. Vous en connaissez personnellement beaucoup ?

                                  Franchement, on est très loin au-dessus des vingt pour-cent des moins lotis, qui n’ont quasi aucune réserve, et on est très au-dessus de ménage médian, celui qui voit d’en bas les 50% de ménages les mieux dotés, et d’en haut les autres.

                                  Cette crise est donc celle des possédants, grands et moins grands.
                                  Et l’intervention de l’Etat favorise au premier chef le capital et tous ses relais, elle est là pour défendre l’inégalité, qui a malheureusement une terrible capacité de nuisance sur l’économie productive, l’emploi et le niveau de vie des classes populaires.

                                  Ça me rappelle la campagne publicitaire de Bush pour la réduction des droits de succession, qui présente un artisan avec la question "Il n’aurait pas le droit de léguer à ses enfants le fruit d’une vie de travail et d’économie ?", alors que la réalité de la mesure répondait aux intérêts de ceux qui lèguent des dizaines ou des centaines de millions de dollars, lesquels ne peuvent franchement être décrits comme fruits du labeur ...de leur propriétaire, encore moins de sa tempérance.

                                  Je saute à ma conclusion : la responsabilité à l’égard des générations futures commande de constitutionnaliser les règles qui s’opposent à cette folie de l’appropriation, qui a déjà frappé, en 1929, des coups dont 2009 sera vraisemblablement le retour.

                                  Bien à vous.

                                  PS : j’ai émis le 2 octobre une mise en perspective intitulée « 1929 – 1989 – 2009 » , sur le site Indymedia de Bruxelles.


                                  • Comparavie.fr 6 février 2010 19:36

                                    L’assurance vie est le placement préféré des français et la dette publique qui est de 1 200 milliards d’euros correspond aux sommes investies sur la différence.

                                    De là à penser que l’on va assister à un alourdisement de la fiscalité de l’assurance vie, il n’y a qu’un pas...


                                    • ZEN ZEN 6 février 2010 19:39

                                      Le pas sera vite franchi, comme pour les PEL..

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès