Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La Grèce et les pays d’Europe confrontés à la spirale des taux (...)

La Grèce et les pays d’Europe confrontés à la spirale des taux d’intérêt

La crainte passée de voir l’Europe s’effondrer, les bourses jouent au yoyo et continuent allègrement leurs parties de poker menteur, la fébrilité est toujours palpable malgré une Grèce se cherchant un nouveau gouvernement d’union avec de nouvelles élections en perspective.

En prime, la démonstration est faite que la démocratie d’ un référendum est incompatible avec les intérêts des grands de ce monde, le simple lambda paiera l’addition et malgré ses protestations.

Cependant, ce que tout le monde semble oublier, ce sont les emprunts contractés à des taux d’usuriers. En juin dernier, le journal Le Monde rappelait ce qui était imposé à la Grèce dont on peut comprendre le réticences :

« Les taux d’intérêt à long terme sur les emprunts d’Etat de la Grèce ont atteint mercredi 15 juin des niveaux record alors que la contestation monte dans le pays et que les Européens ne parviennent toujours pas à se mettre d’accord sur les modalités d’un second plan d’aide au pays, jugé de plus en plus proche du défaut. A 18 h 30, ces taux à dix ans se tendaient à 17,439 % contre 17,156 % la veille au soir, après avoir atteint 17,68 % en séance, du jamais-vu. »

Conscientes de leur indécente gourmandise, 90% des banques ayant investi dans la dette grecque ont accepté une décote de 50% de cette dernière.

Dans la logique, plus le risque est grand de voir les emprunts non remboursés, plus les taux d’intérêts calculés sur le long terme sont importants rappelant rappelle les crédits revolving, système qui ont mis des milliers de particuliers sur la paille et fait le bonheur des banques, assurances et sociétés de crédits.

Si la culture du « on ne prête qu’aux riches » est vérifiée pour les accedants à la propriété qui apportent au moins 1/3 de la somme qu’ils veulent emprunter, elle sévit également au sein de l’Union européenne, le pays le plus pauvre sera sanctionné par des taux d’intérêt plus importants.

Qui cela dérange-t-il à part les « pauvres » non dénués d’intelligence non plus ?

Les rois de la finance ne les entendent que lorsqu’ils en ont besoin… Et aussi bizarrement que soudainement, ces « riches » se rappellent de l’existence de ces prolétaires beaucoup plus nombreux afin de les mettre à nouveau à contribution en leur prendre le peu qu’ils avaient daigné leur laisser pour survivre…

Par conséquent, il est très choquant de voir des entités surendettées acceptant des marchés qu’elles ne sont pas en mesure d’honorer.

Or, en ces temps de crise, il est urgent que les politiques internationales se dotent d’une éthique de plafonnement des taux d’intérêt à 10 % sur le court et le long terme pour les emprunts liés aux déficits des pays ainsi que les emprunts des particuliers.

Cette mesure courageuse permettrait ainsi une réelle reprise de la consommation et, par ricochet, une baisse du chômage tout en limitant les dégâts économiques et financiers ; tout le monde serait gagnant.

Quant à l’Europe, symbole et reflet de l’échec du libéralisme sauvage et dictatorial mondial entraînant l’extinction du bon fonctionnement des démocraties, elle sera probablement sacrifiée à l’autel du profit pour les mêmes, ceux qui décident de la vie et de la mort économique et matérielle des plus fragiles .

Mais peut-être faut-il que ce système aille au bout de son processus pour que le monde entier se rende compte que la croissance ne sera pas au rendez-vous justement à cause dudit système qui l’entraîne dans une spirale infernale, endettant chacun d’entre nous chaque un peu plus ?

A force de trop en vouloir, il est évident, voire mathématique, qu’un système se bloque, inévitablement…

Ce qui s’avérerait une piètre consolation pour les « pauvres » qui crieraient vengeance, c’est la certitude que les géants tomberont aussi, à un moment ou un autre – ce n’est plus qu’une question de temps- mais peut-être est-ce le prix à payer pour faire table rase de toutes les mauvaises habitudes prises ces dernières décennies…

image

LIEN : La Grèce et les pays d’Europe confrontés à la spirale des taux d’intérêt


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 8 novembre 2011 19:50

     Voici un appel de Mikis THEODORAKIS qui a également adressé une lettre ouverte aux peuples d’Europe, publié dans de nombreux journaux… grecs. Extraits :
    http://2ccr.unblog.fr/2011/11/07/les-banques-rameneront-le-fascisme/


    • Alicia fFrance aliciabx 8 novembre 2011 20:36

      J’envoie sur les réseaux sociaux car je suis d’accord même si le mot me paraît excessif.


    • BA 8 novembre 2011 21:08

      Mardi 8 novembre 2011 :

       

      Les taux de l’Italie sont en train d’exploser leurs records : le taux des obligations à 10 ans est aujourd’hui de 6,768 % !

       

      Le graphique ci-dessous montre que l’Italie va bientôt demander l’aide du FMI et de l’Union Européenne :

       

      http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès