Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La Grèce vend à la découpe son énergie

La Grèce vend à la découpe son énergie

Enfant terrible de la crise économique européenne, la Grèce n’en finit plus de brader son patrimoine depuis six ans, hypothéquant son avenir. Sous la pression de ses créanciers, le gouvernement hellénique a dû se résoudre à mettre en vente, morceau par morceau, la compagnie publique d’énergie, DEI

Après avoir déjà cédé une bonne part du Pirée, le port d’Athènes, l’Etat grec a reçu le 9 juillet 2014 l’autorisation du Parlement de privatiser un autre bijou de famille : le principal énergéticien du pays, DEI. La situation économique de l’entreprise publique n’est pas brillante, ses dettes sont évaluées à plus de 5 milliards de dollars, l’équivalent de son chiffre d’affaires en 2013.

Des mesures extrêmes

Imposée par la Troïka (la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international), la vente de parts de l’énergéticien hellène n’est pourtant pas une évidence économique et juridique. L’Etat grec ne détient déjà plus que 51% de DEI et sa participation va être ramenée à 20%. En comparaison, l’Etat français reste présent à hauteur de près de 85% chez EDF et de 70% chez GDF Suez, sans que la Commission européenne y trouve à y redire.

La porte-parole du gouvernement, Sophia Voultepsi, a elle-même convenu que « c'est un ordre de l'Union européenne qui est très sévère en matière de concurrence ». De plus, le coût social s’annonce élevé. Les syndicats et une partie de la classe politique ont prévenu que cette vente entraînera « une hausse des prix de l'électricité [...] et une baisse des salaires du personnel ».

Quel bénéfice pour la Grèce ?

Dans les faits, la vente telle quelle de DEI n’est pas acquise. Noyée sous les dettes et peu rentable, il semble décidé de séparer les actifs sains et toxiques de l’entreprise pour la rendre plus présentable auprès d’éventuels investisseurs. D’un côté, les activités rentables (mines de lignite, barrages hydroélectriques, réserves de gaz naturel) devraient être mises aux enchères aux alentours de 2 milliards d’euros, de l’autre, les activités non rentables devraient être conservées par l’Etat. Bref, les pertes seront assumées par les contribuables grecs (et européens via les fonds d’aide de l’UE) tandis que les profits seront privatisés.

Le cas grec est un cas extrême de la libéralisation boiteuse du secteur de l’énergie en Europe. Si une sortie de crise semble aujourd’hui envisageable pour le pays, son avenir économique semble plus qu’incertain, une bonne part des activités porteuses, dont l’énergie, ayant été bradées pour éponger les dettes.


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 11 juillet 2014 09:41

    Ségolène va s’en inspirer pour vendre Fessenheim ....


    • Jeff84 12 juillet 2014 06:04

      Ah, si seulement...


    • taktak 11 juillet 2014 09:52

      En france, de fait l’UE impose la privatisation du secteur de l’énergie.
      C’est par exemple le cas pour les barrages, avec l’obligation pour la france d’ouvrir à la concurrence les concessions des barrages hydroélectriques.

      Ce qui est ici vraie pour la grèce est également à l’oeuvre, à un degré de violence moindre dans la rapidité de la mise en oeuvre, en France.

      Partout, les directives européennes (3e paquet sur le marché de l’énergie) s’impose, obligeant à la libéralisation et la privatisation du secteur de l’énergie, secteur pourtant stratégique en terme de souveraineté et pour lequel seul un monopole public permet d’assurer les investissements, la sécurité, un cout le plus bas possible et des conditions de travail digne à ses employés.

      voir les articles sur le sujet sur le site web du PRCF


      • Jeff84 12 juillet 2014 06:22

        Il a raison, nous devons prendre exemple sur ce qui a bien fonctionné ailleurs dans le domaine de l’énergie.


        Et quoi de mieux que cet exemple lumineux du monopole public, qui seul « permet d’assurer les investissements, la sécurité, un cout le plus bas possible et des conditions de travail digne à ses employés », qu’est Tchernobyl ? Voila un parfait exemple de gestion communiste de l’énergie !

      • Jeff84 12 juillet 2014 21:14

        Mon dieu, mais quel tissu de conneries. Eduquez-vous, lisez wikipedia.


      • Enjeux Electriques Enjeux Electriques 11 juillet 2014 11:04

        Une erreur s’est glissée dans l’article : la participation de l’Etat dans GDF-Suez n’est plus que de 33% (après abaissement de la loi en 2006 qui obligeait l’Etat à détenir au minimum 70% de GDF Suez).


        • diogène diogène 11 juillet 2014 13:47

          « Le cas grec est un cas extrême de la libéralisation boiteuse du secteur de l’énergie en Europe. »


          Entièrement d’accord avec Taktak.
          Le cas gresc n’est pas un cas extrème, mais l’illustration de ce qui est prévu dans toute l’Europe : disparition des états au profit de régions sans pouvoirs réels, et privatisation de tous les services (destruction des services publics).

          Le mécanisme est simple et inéluctable : la dette publique auprès de créanciers privés (qui imposent des taux d’intérêts tels que les débiteurs ne peuvent que s’endetter toujours plus sans même pouvoir rembourser les intérêts) va se creuser partout et l’Europe imposera le même diktat qu’en Grèce.

          Les barbares ont déjà commencé leur travail de pillage et les oies du Capitole restent silencieuses.

          • Esprit Critique 11 juillet 2014 18:20

            Remarquablement intéressant, car c’est très précisément ou va la France, avec Flamby la nouille et les idéologues écolos !


            • Gauche Normale Gauche Normale 13 juillet 2014 13:23

              L’austérité en Grèce a apporté le même apocalypse que nous promettent les eurocrates bornés en cas de retrait de l’UE (la bonne blague !)


              Baisse des salaires de 38%, baisse des retraites de 45%, hausse de 43% de la mortalité infantile, augmentation de 190,5% du taux de chômage, 2 suicides par jour...
              Et ce malgré (ou plutôt à cause de) la baisse de 24% du coût unitaire de production et la facilité des licenciements (988 000 en 5 ans).

              • smilodon smilodon 13 juillet 2014 13:52

                « L’Europe » qui était un beau rêve de paix et de justice, est devenue une morgue !..... La Grèce en est le premier exemple. On enlève tout à ce pays !... Comme on ébouillante et plume une poule !... Ne reste plus qu’à la griller, la vider, la cuire et la manger !....Un pays sans ses entreprises « vitales », électricité, eau, gaz, ponts, autoroutes, ne deviendra qu’un assemblage « d’entreprises », et ses « citoyens » que des « clients » !.... Pas tout à fait « synonymes », ces 2 mots !.....« Citoyen » / « Client » !... Antinomiques même !...Imaginez donc voter tous les 4, 5 ou 6 ans pour l’entreprise machin ou truc !!???... Le « clientélisme » remplacera la « citoyenneté » !..... En plus d’une « carte d’électeur » on aura droit à des « bons d’achat », des « réductions », des « crédits préférentiels » !... Suffira de « voter » pour tel ou tel autre !...... On ira se cacher dans son isoloir avec un « caddy » !....Je sais pas bien où on va !!... Mais on y va « grave » !.... Merci « l’europe » ???!!.... NON !.... PAS MERCI !.......C’était pas « ça » au départ, du temps de De Gaule et Adenauer !...... Pas ça du tout !.......J’ai l’impression de m’être bien fait avoir !....... On est passé d’un rêve « humain » à un « grand magasin » !.... Y’a plus que le pognon qui compte !.... Du commerce, des bénéfices et c’est tout !... Et le « citoyen européen dans cette »grande surface«  ??... Il est devenu quoi ??... Il est où ??.. Il pousse son charriot, comme tout le monde ??... C’était que ça, »l’EUROPE«  ???!!... Ben merde alors !.... Que »Souchon« renie sa chanson !...Et la retire vite ! ! L’europe n’est plus qu’un »grand magasin«  !... Rien d’autre !...Et moi, comme depuis le »début« , un »citoyen« de ce monde-là !..Pas qu’un »client«  !.. Désolé !...Finalement, la définition d’un »citoyen« ne serait-elle pas celle-ci : »Client déçu« , »dépité«  ?????!!........Dommage !.... Elle méritait mieux que ça cette »idée«  !....Vraiment dommage !... Mais on a que les »chefs« qu’on mérite, non ???... Quand y’a plus de »peuple« forcément, y’a plus de »chefs" !.... On a ceux qu’on mérite !..De Gaule aura eu son peuple !... Hollande à le sien !... Adishatz.


                • smilodon smilodon 13 juillet 2014 15:59

                  Demain la Grèce sera cotée en bourse !... Elle ne sera plus peuplée de « gens » mais d’actions !???!!.. Nous ne sommes plus des « citoyens », seulement des « actions » !... Et nos pays ne sont que des « entreprises » !... « L’Europe » c’est la «  »bourse«   !!.. »Pardon, Charles" !.... Point à la ligne !.. Pardon !... Adishatz.


                  • smilodon smilodon 13 juillet 2014 16:01

                    Y’a plus de « pays » !... Plus que des « actions » !.... Vive l« ’europe » !..... Adishatz.


                    • BA 14 juillet 2014 09:24

                      Depuis les élections européennes, les européistes étaient tétanisés : lors des élections européennes du 25 mai 2014, les partis politiques anti-européens avaient pulvérisé leurs records électoraux.


                      Les européistes étaient désespérés.


                      Qui allait bien pouvoir sauver l’Union Européenne ?


                      Qui allait bien pouvoir sauver les européistes ?


                      Réponse :


                      Captain Europe : le super-héros de l’Union Européenne.


                      La video dure 2 minutes 20 :


                      ( ATTENTION : CETTE VIDEO EST A PLEURER DE RIRE )


                      http://www.youtube.com/watch?v=xKvZC3z2ud8



                      • christophe nicolas christophe nicolas 14 juillet 2014 21:22
                        On est dans des dynamique d’arrière garde. La Grèce fera bientôt comme tous les pays, elle reprendra possession de son territoire et on privatisera L’Union Européenne pour la vendre à... C’est ça le problème personne n’en voudra...

                        Savez vous qu’on peut désactiver la radioactivité par des réactions nucléaires basse énergie et les Japonais fournissent les premiers résultats.

                        Voici les résultats des études concernant la transmutation d’éléments chimiques radioactifs. Mitsubishi a même déposé un brevet. D’un point de vue théorique, ils sont complètement dans le pâté. On comprend qu’avec leur merdier de Fukushima, ils investissent à fond. Certains suivent mais tout cela reste empirique, ils sont très loin de piger.

                        Pour ceux qui arrivent à suivre, vous voyez bien que la fusion basse énergie n’est pas une histoire de phonons comme certains veulent le faire croire. Ce coup çi, je garde les explications pour moi.

                        Bon 14 juillet, 225 ans après la prise de la bastille, c’est la prise du Mammouth enfumé... le taclage du Centre Européen de Recherche Nucléaire, la faillite d’ITER orgueil de l’Europe dirigée par l’Allemagne, championne du monde de Foot mais pas de la cervelle... 

                        Vive la France... et personnellement, vive le Roi, oui je sais, vous n’êtes pas tous d’accord mais ce n’est pas grave, vive Marie.

                        • oj 14 juillet 2014 23:52

                          que du privé, alimenté a coup de fond de pension.

                          dans 10 ans plus d’Etat, simplement une police privée pour mener les esclaves au travail chaque matin.

                          Bon trip, continuez tous comme cela et il ne sera meme plus nécessaire d’attendre la prochaine météorite géante.

                          Bien venue dans un monde meilleur !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès