Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La logique d’une Crise systèmique : « Une des solutions au problème (...)

La logique d’une Crise systèmique : « Une des solutions au problème consiste à revenir au passé »

Si l’on part du G20 (c’est à dire de la volonté de réguler le Capitalisme), il avait produit une longue liste de faits à changer.
 Mais nous le savons tous que nous n’avons pas pris le chemin d’un capitalisme moralisé ! 
  Une telle volonté de réorganiser le système pour ne pas aboutir à d’autres Crises est ILLUSOIRE !
 La stratégie du G20 est tout autre ! Si on doit faire le diagnostique de la Crise ; c’est que RIEN n’a marché !
  Faut-il pour autant changer tout cela ?
Reprendre un par un l’ensemble des dysfonctionnements rencontrés ?
 Ce dysfonctionnement est le produit lui même de la logique financière qui mena à des comportements provoquant les dérégulations rencontrées.

 La spécificité de la Crise est due au fait qu’elle a démarré sur le marché de l’immobilier. Une bulle immobilière suivi d’une bulle du crédit. A la source même de la Crise : on trouve bien un système de dysfonctionnement des marchés : 
 
-Celui de l’immobilier qui ne sait pas autoréguler beaucoup d’excès ! et aussi sur le prix du risque celui du crédit qui est devenu extrêmement bas.

Cette Crise relève de la même mécanique que toutes les Crises économiques et financières du 20ème siècle. Simplement ici ce qui surprend c’est l’ampleur de la Crise.

L’origine des Crises économiques du 20ème siècle est l’instabilité financière ! Cette instabilité ne fonctionne pas sur le modèle de la concurrence des biens.
 
 TANT QU’ON GARDERA UN MARCHE FINANCIER INTERCONNECTE MONDIALEMENT AVEC UNE LIQUITE FINANCIERE MONDIALE OU IL Y A DES ARBITRAGES EXTREMEMENT RAPIDES ET QUI CONDUISENT A LA CRISE TELLE QUE NOUS L’AVONS CONNUE :  CELA NE CHANGERA PAS GRAND CHOSE !   
-Et pourquoi les agences de notations feront mieux la prochaine fois ?  
 
-Qu’est-ce qui permet de dire cela ? 
 
 -Je n’arrive pas bien à voir qu’elles sont les solutions aux problèmes de fonds : 

 Par exemple, LA QUESTION DE LA NOTATION DU RISQUE PAR LES AGENCES DE NOTATIONS ! 

Je vous rappelle que les surprimes avaient la note de confiance AAA, soit la note maximale !!! Comment va-t-on la résoudre ? C’est la même chose pour les régulateurs :

- Pourquoi la régulation qu’on nous promet serait-elle différente de la régulation existante ? Qu’est-ce qui peut nous l’assurer ?

Personnellement je n’aurais pas plus confiance sur les nouvelles régulations que celles existantes auparavant ! Les bonnes intentions ne suffissent pas ! Les régulateurs n’avaient pas les moyens de surveiller l’ensemble des banques car en dehors de leur champs de visions .

La question de fond est qu’il est IMPOSSIBLE DE REGULER LES MARCHES FINANCIERS  .

Sur les marchés de biens, la concurrence est autorégulatrice ; c’est-à-dire que quand un prix augmente, le marché développe des forces autogènes qui conduisent à contenir la hausse des prix. Si un produit augmente, le consommateur va aller vers d’autres produits ; les offreurs vont produire plus !..... : il y aura une pression à la baisse sur les prix : LA LOI DE L’OFFRE ET DE LA DEMANDE
 
On a un mécanisme CONCURRENTIEL qui fait que les prix ne peuvent pas augmenter au-delà d’une limite.  
 
C’est la théorie de l’autorégulation qui fait que le marché s’autorégule sans intervention Etatique....La question aujourd’hui : c’est qu’on a élargi cette idée de la concurrence à la concurrence financière ; or cela ne fonctionne pas du tout comme cela au seing d’une concurrence financière : Quand les prix d’un actif financier augmente, cet actif devient rentable ; les investisseurs qui avaient gagné de l’argent sur cet actif financier, ont une plus value.Il y a du rendement ! Et cela attire d’autres acteurs pour avoir le même rendement et donc LE PRIX CONTINUE A AUGMENTER.  
 
  Quant le prix augmente, la demande augmente et le prix continue à augmenter : C’EST LE MECANISME DE LA BULLE FINANCIERE !
 
  C’est la même chose quand le prix baisse. Quand le prix baisse, normalement c’est sur, il y a de la concurrence sur un marché ou il devait y avoir plein d’acheteurs. Aujourd’hui, les prix sont très bas sur des actifs financiers et il n’y a pas d’acheteurs : le marché ne s’est pas autorégulé car le prix planché est du à un facteur extérieur : c’est à dire fixé par l’Etat. S’il n’y avait pas l’Etat, il y aurait UN EFFONDREMENT ! 

Cela veut dire qu’il y a une instabilité dans la finance qui ne s’autorégule pas ! Si on laisse seule la finance, elle produit un mécanisme de bulle. Les règles de la concurrence pour les biens ne s’appliquent pas aux règles de la concurrence pour la finance.

 Il y a trop de capitaux sur les marchés financiers, une surliquidité créée par des banques centrales. Une surliquidité de capitaux par rapport à la demande mondiale. Pour qu’il y ait naissance d’une bulle financière ; Il faut qu’il y est au départ des liquidités. La Réserve Fédérale a beaucoup produit de liquidité dans la période de 2002 , 2003 et 2004 et a favorisé ses bulles. La sur liquidité créée par les Banques Centrales jouent  ! Mais le système financier crée sa propre liquidité en vendant et revendant les produits financiers créés Cela se rajoute encore ! Des liquidités !
 
ON A DECLENCHE SUR LES MARCHES FINANCIERS UNE PROPAGATION SUR TOUTES LES SPHERES DE L’ECONOMIE D’UNE SUR LIQUIDITE FINANCIERE :
-La propagation de la Crise immobilière à la Crise financière   
-Ensuite la propagation à la sphère économique, puis à Crise sociale. 
 
 POURQUOI LES SURPRIMES une petite partie du marché immobilier A PU CREER CETTE PANIQUE MONETAIRE ? : L’interconnexion généralisée des marchés joue pleinement ! Les produits de l’emballement immobilier se sont diffusés dans le monde. On a une unification de la finance et une interconnexion de la finance : < tout le monde fait la même chose > . Pas de diversité donc instabilité c’est comme dans l’écosystème : pas de diversité biologique : tous le monde meurt !  
Cela s’est communiquée à l’économie réelle : par le canal du crédit des Banques bien sûr, mais le système est trop interconnecté et trop lié pour qu’elle se propage dans l’économie réelle.
Le problème : Si cela ne sert à rien de réguler les marchés financiers, que peut-on faire ? A part supprimer les marchés financiers ! Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de marchés financiers qu’il n’y a pas de profit !!! 
 
Il faut revenir au passé !  

Non je ne suis pas nostalgique ! Mais il ne faut plus que les marchés soient interconnectés et uniformisés ; c’est à dire :

Revenir à une séparation des métiers de la Banque. Revenir avant la loi de 1984 en France. La loi bancaire de 1984 : loi ayant introduit le principe d’universalité des Banques et qui a décloisonné ses marchés. LE RETOUR NE VEUT PAS DIRE REGRESSION ! Il s’agirait de l’adapter à la situation contemporaine.  
 
 L’idée d’un marché financier unique dans le monde entier : c’est une vision utopiste ! , le cout serait la CRISE GENERALISE car les bulles sont intrinsèques à la financeUne proposition : LA TAXE TOBIN : dont on en parle plus depuis 2 ans c’est révélateur et volontaire, car les pays veulent une Crise généralisée pour caricaturer. Cette taxe qui serait imposée sur les flux internationaux de capitaux pour les ralentir et investir cette taxe sur l’aide au développement des pays. Cette taxe Tobin provient des travaux de Keynes qui avait pour objet de limiter la liquidité de façon rendre moins liquides les transactions et de penser au long terme plutôt qu’au rendement. Cette taxe peut avoir un impact sur la spéculation et la fiscalité. 
 
   Il existe aussi une autre voie : LE CLOISONNEMENT DES CIRCUITS. 
 
 Une forme de régulation de l’instabilité financière : diminuer les effets de la bulle. Est ce possible de le faire dans le cadre de la mondialisation ? Cela a déjà été fait au niveau nationale et cela a marché ! Mais est-ce pour autant que cela marchera au niveau international ? Cela m’étonnerait : UNE VOLONTE POLITIQUE ENORME SERA NECESSAIRE. Réorganiser les Banques. Mais maintenant : QUE FAIT-ON DES DETTES TOXIQUES DES BANQUES ?
 
 Bien évidemment, l’histoire nous enseigne que le mieux serait la BAD BANK : c’est à dire sortir les produits toxiques des banques de façon qu’il y est un retour à la stabilité financière plus rapide et que le crédit remarche. 
 
On est dans une logique de Crise.
 
Après la crise de septembre 2008, tout le monde était surpris comme si personnes ne l’avait prévu.....etc. Cela est récurant dans l’histoire, le fait de ne pas voir la Crise arrivée.  A chaque Crise, on a :  -UNE INNOVATION FINANCIERE : Avant c’était la bulle internet, les télécoms......, maintenant les surprimes....etc. On fait toujours une nouveauté dans le monde financier pour accroitre les revenus et justifier des prix plus forts.  -MAIS QUAND A ECLATE LA CRISE ?  En octobre 2006, la banque HSBC fait une alerte sur les résultats sur les supprimes Américains. En été 2007, on constate dans les Banques, une interruption du système de la liquidité et de l’interbancaire. A l’automne 2008, la Banque Lehman et Brother est en faillite. Il y a une crise classique très forte du crédit et il y a une crise systémique de liquidité qui intervient à des étapes différentes. La Crise des surprimes aurait pu ressembler à la Crise des télécoms début 1990, mais elle a dérivé à une Crise Mondiale. 
 
 
 LE SYSTEME A CRU QU’IL POUVAIT FABRIQUER UNE LIQUIDITE NATURELLE ET ABSOLUE DES MARCHES !
 
 Concrètement nous pouvons avoir la disponibilité totale de notre épargne et faire en même temps des investissements.....etc.
Ce système là a été inscrit dans les règles malheur ment.  LA BULLE DU CREDIT : les économistes l’ont vu venir mais pas la CRISE SYSTEMIQUE crise majeure de liquidité
 

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • JL JL 31 mars 2010 15:19

    La mondialisation libérale n’est pas la solution, c’est le problème. Vous en appelez à une volonté politique ! Or en démocratie, le pouvoir politique tient sa légitimité du peuple. Et il n’y a pas de peuple européen, encore mouns de peuple mondial : il n’y a de peuples qu’aux niveaux nationaux, et c’est pourquoi les marchés financiers qui craignent le pouvoir politique comme la peste font tout pour détruire les pouvoirs des Etats nations.

    C’est cela la mondialisation libérale : la déliquescence organisée des Etats nations.


    • Mycroft 1er avril 2010 16:04

      Vous affirmez qu’il n’y a pas de peuple mondiale, pas de peuple européen. On peut avoir des preuves, ou est ce une affirmation gratuite et sans fondement.

      Car c’est justement l’un des problème du système actuel : le seul peuple qui fait sens, c’est l’humanité. Ou à la rigueur, le groupe idéologique ou le groupe socio professionnel. On se sent proche de son collègue (du moins dans certains milieux, dans d’autre ça disparaît), on se sent proche de celui qui partage nos passions. On ne se sent plus proche de son voisin. Du moins pas plus que d’un gars à l’autre bout du monde.

      La technologie fait que, désormais, associer un peuple à un espace géographique restreint est une absurdité d’un autre temps. Et c’est d’ailleurs grâce à cette absurdité que le système se vide de sa démocratie de plus en plus. La mondialisation devient anti-démocratique, justement parce que les démocraties se localisent sur des espace géographique qui n’ont plus qu’un sens historique. Les démocraties s’opposent alors, et les vrais gagnant sont ceux qui sont transnationaux. Et, à moins de détruire notre système de communication, de s’opposer donc à la technologie, ce qui serait un paris risqué, on ne pourra que difficilement s’opposer à la mondialisation de manière durable.

      La démocratie a besoin de grossir pour exister. Mais pas en se fédéralisant. Pas en respectant les spécificité. Mais bien en s’uniformisant. Sur les point important. Comme on l’a fait par le passé, pour unifier la france. Les régionalismes ont peu à peu disparus, remplacé par le nationalisme. Ca implique pas un « tous pareil », simplement une affirmation des différence basé sur des critères autres que le lieux de naissance et l’arbre généalogique, qui sont des critères assez insignifiants au final.


    • aye 31 mars 2010 16:01

      le mieux est d’attendre le crach final.
      pas d’autres solutions pour s’en sortir.


      • non667 31 mars 2010 17:19

        a dealmantis
        je vote et je ne comprend rien à votre article !
        grandeur et misère de la démocratie !!


        • plancherDesVaches 31 mars 2010 18:03

          Le paradigme de la systémique est pro-actif dans l’échange gagnant-gagnant. Personne ne dira le contraire.

          Al’otheur (et non Al’capone) : utilisez le mot global à la place de « systémique »... il est encore dans le dictionnaire et veut dire la même chose (et fait moins enfumage). Passons.

          Sinon, vous devriez penser à l’avenir.
          Le dernier chiffre estimé des « actifs » virtuels devenus « subitement » pourris a été estimé par un cabinet comptable de New-York à 1 400 000 milliards de dollars.
          (qui nous ont permis de récupérer des miettes de la part des concentrateurs de richesse et de continuer à bien vivre dans l’oppulence et le confort)
          Sacré ardoise, non ?

          Il est d’une part trop tard pour mettre des « règles » en place, puis, surtout, les politiques ne peuvent ou ne veulent plus.
          Si j’étais suspicieux (j’ai pas encore croisé le pseudo picieux sur la toile, mais je serais mâle...), donc,
          J’avancerais l’idée folle que la « taxe bancaire » ridicule pour créer un « fond anti-crise » et qui se met en place actuellement et destinée :
          1) faire du « politiquement correct » (soit de l’enfumage)
          2) préparer les esprits du bon peuple à l’idée que les crises sont répétées car normales et obligatoires.

          Les paris sont ouverts smiley


          • Bigre Bigre 31 mars 2010 22:37

            Ben voilà, .... trop de fautes de syntaxe, d’orthographe. .... puis texte un peu confus quand même .... rien de bien neuf, .... alors je ne vote pas ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès