Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La Lune, bientôt exploitée comme la Terre ?

La Lune, bientôt exploitée comme la Terre ?

En tant que consommatrice principale d’énergie sur Terre, la Chine est pleinement consciente d’avoir à répondre à l’enjeu d’une demande croissante tout en limitant les effets sur l’environnement. La part de l’Afrique qu’elle a su conquérir ne suffisant pas à étancher sa soif de matières premières, il se pourrait bien qu’elle ne se limite pas au cadre planétaire, mais aille chercher de nouvelles ressources sur la Lune.

L’hélium 3, l’isotope idéal pour la fusion nucléaire

Les recherches en fusion nucléaire se sont focalisées sur le deutérium et/ou le tritium, deux isotopes de l’hydrogène. Le deutérium se trouve en abondance dans l’eau sur Terre, tandis que le tritium n’existe pas dans la nature, il doit être produit à partir d’un bombardement de neutrons sur du lithium. La fusion nucléaire pourrait devenir plus atteignable en utilisant un autre isotope : l’hélium 3. Ce dernier a pour caractéristique d’être léger et non radioactif.

Les réacteurs de fusion nucléaire alimentés avec de l’hélium 3 pourraient fournir de l’énergie de manière efficace, c’est-à-dire sans perte notable, et en émettant des radiations négligeables. L’inconvénient pour mettre en place cette nouvelle technique est que l’hélium 3 n’existe quasiment pas sur Terre. Cependant, il est présent en larges quantités sur la Lune. Cette dernière, n’ayant pas d’atmosphère, a été bombardée pendant des milliards d’années par les vents solaires transportant avec eux le précieux atome.

La poussière lunaire se retrouve donc saturée d’hélium 3. Les estimations évaluent qu’il y aurait environ 1 100 000 tonnes de l’isotope à la surface de la Lune. Un transport de 40 tonnes, soit environ deux navettes spatiales, fournirait l’équivalent de la consommation énergétique annuelle des Etats-Unis. Une tonne d’hélium 3 permet de produire autant d’énergie que 50 millions de barils de pétrole, de quoi éveiller les intérêts et susciter les convoitises.

La ruée vers la Lune

Approvisionner la Terre avec ce nouveau combustible nécessite donc de retourner sur la Lune. Pour l’instant, seule la Chine envisage de telles expéditions, le premier vol étant prévu pour le début des années 2020. Si elle réussit dans cette aventure, elle pourrait se forger un monopole extraordinaire étant donnée l’importance cruciale de l’énergie dans la croissance économique.

Après la ruée vers l’Afrique, il est bien possible que nous assistions à une ruée vers la Lune, avec les conséquences belliqueuses qu’une telle entreprise comporte. Sans coordination mondiale pour l’exploitation de l’hélium 3, un tel projet risque d’attiser des tensions déjà palpables entre les Etats-Unis et la Chine. Mais il constitue aussi une réponse possible à la question angoissante d’une ressource énergétique durable en remplacement du pétrole.

Il y a un peu plus d’un an, j’écrivais à propos de la croissance : « L’innovation, les nouvelles technologies me paraissent intéressantes à plus d’un titre, mais la course à l’innovation, digne héritière d’une domination physique, non. Elle ne redonnera pas de croissance à 5%, sauf peut-être à coloniser l’espace, ce qui ne m’étonnerait guère vu l’incapacité qu’a l’homme à s’accepter tel qu’il est, mais il faudra encore attendre des progrès scientifiques plus radicaux. »

Peut-être ai-je, comme d’autres avant moi, sous-estimé l’ingéniosité humaine, surtout lorsqu’il s’agit de pouvoir. J’avoue que je ne pensais pas du tout que la Lune puisse abriter une nouvelle source d’énergie. Avant qu’une telle éventualité se produise, il va tout de même s’écouler quantité d’eau sous les ponts. Mais même avec une source d’énergie pas chère, le monde pourrait-il atteindre une croissance de 5% ?

Joaquim Defghi

Blog : actudupouvoir.fr

Twitter : @JDefghi

Source : Moon Power : China’s Pursuit of Lunar Helium-3, The Diplomat

Crédit photo : Dani – camptocamp.org.


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • jako jako 24 juin 2014 08:41

    Bonjour, ils peuvent effectivement l’envisager tout comme chacun peut envisager d’aller sur Mars mais il reste juste à concevoir des systèmes capable de transporter cela de la terre à la lune puis dans notre atmosphère et que le tout se pose en douceur ... c’est pas gagné ne pas oublier que le plus « gros » vaisseau capable de revenir sur terre reste la navette et elle est extrêmement petite.


    • Bergegoviers Bergegoviers 24 juin 2014 22:18

      De plus, chacun sait que la lune n’est qu’une illusion d’optique entretenue par l’émission constante de rayons B Reculi depuis les tours téléphoniques.


    • bibou1324 bibou1324 24 juin 2014 09:46

      1/ Nous n’avons pas la technologie pour exploiter l’hélium 3.


      2/ Nous n’avons pas de transporteurs spatiaux permettant de faire revenir 40 tonnes de matériaux sur Terre. Ni même une tonne d’ailleurs.

      3/ Si nous construisions un tel transporteur, cela coûterait plusieurs dizaines de milliards de dollars, soit bien plus que le gain potentiel.

      4/ La surface de la lune contient de l’H3, encore faut-il l’extraire. Nous ne savons pas faire, et cela demanderait d’énormes infrastructures. Infrastructures que nous sommes incapables de déposer sur la Lune.

      5/ « avec une source d’énergie pas chère, le monde pourrait-il atteindre une croissance de 5% ? » Ce n’est pas souhaitable.

      • LE CHAT LE CHAT 24 juin 2014 10:18

         c’est trop dangereux , il y a une base de decepticons  ! smiley
        et m^me une base de nazis ! smiley

        nous ne serions pas seuls ........


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 24 juin 2014 13:15

        Nous n’avons pas la technologie pour exploiter l’hélium 3.


        Les premiers réacteurs à fusion sont en test, et donnent des résultats prometteurs. Après tout, nous avons exploité le pétrole avant d’avoir inventé le moteur à explosion...

        Nous n’avons pas de transporteurs spatiaux permettant de faire revenir 40 tonnes de matériaux sur Terre. Ni même une tonne d’ailleurs.Si nous construisions un tel transporteur, cela coûterait plusieurs dizaines de milliards de dollars, soit bien plus que le gain potentiel.

        Pas forcément. Pourquoi construire des vaisseaux ? Nul besoin de cela !

        Celles et ceux qui étudient les possibilités d’exploitation minières extraterrestres sont d’accord sur ce point : un vaisseau de transport est inutile.

        Sur le site minier, le plus simple est de construire un canon magnétique (alimenté par énergie solaire) et de le charger avec des « obus » creux emplis du matériaux extrait, raffiné ou non, puis de tirer vers l’orbite terrestre ou les obus sont recueillis (par des filets par exemple, ou des drones automatiques), assemblés en grappe puis redirigés vers la Terre (système de drones, encore, puis parachutes) vers les usines. Les « obus » étant bien entendu conçus pour supporter la rentrée dans l’atmosphère.

        De plus, cette technique peut être utilisée pour toutes sortes de minéraux. Fer, cuivre, manganèse, cobalt, or, platine. Il y a de tout sur la Lune.

        Evidemment, pour préserver l’aspect esthétique, on peut envisager de réserver l’exploitation minière à la face cachée. Le tout ne demanderait qu’une présence humaine minimale.

        Il y aurait, bien entendu, un investissement considérable à réaliser. Mais les mines terrestres s’épuisent lentement, et l’exploitation des filons benthiques n’est guère plus compliqué que cela !

      • Lemaïsjekiff Nestor 24 juin 2014 13:58

        Salut,

        "Sur le site minier, le plus simple est de construire un canon magnétique (alimenté par énergie solaire) et de le charger avec des « obus » creux emplis du matériaux extrait, raffiné ou non, puis de tirer vers l’orbite terrestre ou les obus sont recueillis (par des filets par exemple, ou des drones automatiques), assemblés en grappe puis redirigés vers la Terre (système de drones, encore, puis parachutes) vers les usines. Les « obus » étant bien entendu conçus pour supporter la rentrée dans l’atmosphère."

        Hein ben sacré programme ça ... smiley

        Pour l’instant si tu veux on en est encore au stade de rechercher un avion de plusieurs tonnes perdu sur TERRE dans l’Océan Indien ...

        Alors l’hélium 3 ou autre fantaisie en transite de la Lune vers la Terre va falloir je pense encore entendre un petit peu ...


      • nenyazor 24 juin 2014 17:55

        "Sur le site minier, le plus simple est de construire un canon magnétique (alimenté par énergie solaire) et de le charger avec des « obus » creux emplis du matériaux extrait, raffiné ou non, puis de tirer vers l’orbite terrestre ou les obus sont recueillis (par des filets par exemple, ou des drones automatiques), assemblés en grappe puis redirigés vers la Terre (système de drones, encore, puis parachutes) vers les usines. Les « obus » étant bien entendu conçus pour supporter la rentrée dans l’atmosphère."

        Gare à l’erreur de tir : oups ! désolé, le chargement de minerais a malencontreusement évité les filets et s’est écrasé sur un pays que bizarrement nous n’avions pas en très haute estime...


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 25 juin 2014 02:43

        Pour l’instant si tu veux on en est encore au stade de rechercher un avion de plusieurs tonnes perdu sur TERRE dans l’Océan Indien ...


        Question de temps et de moyens. Le Rio Paris a été localisé après deux ans de recherches.



      • jako jako 25 juin 2014 07:46

        Marwin, ce que vous dévrivez est encore plus compliqué et probablement irréalisable. Aujourd’hui dans le réel il n’y a qu’un lanceur (Russe vieux de 50 ans) a usage unique. La station spatiale qui est le must que nous puissions réaliser est très difficile à maintenir et c’est minuscule. Si c’est une simple question de moyens, alors là c’est pire encore, il n’y a plus de moyens.


      • asterix asterix 25 juin 2014 07:49

        L’article donne peut-être l’impression de nager dans la science-fiction, mais si on nous avait dit ...en 1968 par exemple que moins de 30 ans plus tard, il existerait des machines capables de transporter instantanément l’information sur la Terre entière, sûr que l’auteur de ce bobard aurait été traité de doux dingue.
        Et les Chinois, s’ils s’y intéressent, c’est qu’il y a des raisons pour...
        Et et et... et il ne nous est pas interdit de rêver quand même !
        Salutations à l’auteur.


      • Joaquim Defghi 25 juin 2014 08:41

        Bonjour Asterix, je suis assez d’accord avec votre exemple. Il en a sûrement été de même avec la conquête spatiale. Le Spoutnik a littéralement eu l’effet d’une bombe aux Etats-Unis dont les habitants ont craint d’être attaqué par l’espace. Je trouve aussi intéressant de noter que cette ruée vers l’espace provient des avancées technologiques réalisées pendant la seconde guerre mondiale par les allemands avec le missile V2. Or, nous sommes également dans une période qui ressemble à une sorte de guerre mondiale, mais économique. La lutte pour l’accès aux matières premières est telle que les efforts de recherche vont probablement s’amplifier dans années à venir, ceci en parallèle d’un coût de forage qui augmente, surtout lorsque la prochaine crise aura éclaté...


      • jako jako 25 juin 2014 09:37

        Bonjour à vous. Je suis d’accord que l’homme doit avancer et cela à partir d’utopies. En 1968 c’était il y a si longtemps, un époque formidable pleine de découvertes et avec aucune idée des limites naturelles en métaux. Mais les temps ont changé pour plusieurs raisons, en science la recherche a changé, les découvreurs se font très très rares, devant ce cas là tout est à créer et même en s’y mettant dès maintenant l’objectif de 2020 ne sera évidement pas atteint, plutot 2200. Asterix, pour le cyber, Theillard de Chardin l’avait clairement décrit dès 1938.


      • Joaquim Defghi 25 juin 2014 10:19

        Bonjour Jako, c’est à mon avis parce qu’il y a une croissance exponentielle des découvertes qu’on ne remarque plus les chercheurs qui sortent du lot. La complexité a augmenté à vitesse V. Je crois qu’on a eu également trop tendance à croire que l’innovation produit de la croissance de manière infinie, c’est dans cette perspective que je questionne en fin d’article. 

        D’autre part, je voulais préciser que je ne pense pas que l’homme doive avancer à partir d’utopies. Il est tout à fait envisageable de découvrir de nombreuses choses tout en restant ancré dans le monde réel. Des découvertes qui pourraient peut-être s’avérer bien plus utiles humainement que la fusion nucléaire à base d’hélium 3.

      • jako jako 25 juin 2014 10:38

        Joachim, fort probable en effet ( pour les « savants ») . Pour l’utopie, d’accord, mais j’ai l’impression que pour découvrir un nouveau propulseur il faudra un bond dans les connaissances, cela ne s’appuiera pas sur les technologie actuelles, l’écart entre les performances envisageables ce jour et celles nécessaires est trop important.


      • Mmarvinbear Mmarvinbear 25 juin 2014 13:29

        Marwin, ce que vous dévrivez est encore plus compliqué et probablement irréalisable.


        Compliqué, oui. Irréalisable ? Sans doute pas. Qui aurait dit, en 1945, que pas trente ans après des hommes marcheraient sur la Lune ?


         Aujourd’hui dans le réel il n’y a qu’un lanceur (Russe vieux de 50 ans) a usage unique. 

        Oh non, le parc de fusées est plus important, plus récent et plus fiable que cela...


        La station spatiale qui est le must que nous puissions réaliser est très difficile à maintenir et c’est minuscule. Si c’est une simple question de moyens, alors là c’est pire encore, il n’y a plus de moyens.

        Avec les centaines de milliards gaspillés dans l’armement, bien entendu, que nous avons encore les moyens. Mais une coopération rendrait les choses plus faciles et plus rapides encore.



      • L'enfoiré L’enfoiré 25 juin 2014 22:50

        « L’article donne peut-être l’impression de nager dans la science-fiction »

        Mais comme la fiction est souvent dépassée par les réalités.
        La lune n’est qu’une base d’expérimentations.
        C’est Mars qui est dans l’oeil du cyclone des scientifiques.
        Il y a déjà beaucoup de candidats qui sont prêts pour faire partie des voyageurs de l’espace et l’atteindre sans espoir de pouvoir revenir sur Terre.
        C’est le cinéma qui a imaginé et inventé ce genre d’événement futur.
        Hergé a été le premier à envoyer Tintin sur la Lune.
        Alors, pourquoi pas ?
        Il serait aussi le moment d’aller voir le monde sous terre, sous l’eau dans le fond des océans qui reste bien souvent une énigme.
        Tant de choses à découvrir sous nos pieds.

      • Mmarvinbear Mmarvinbear 28 juin 2014 14:06

        Il y a déjà beaucoup de candidats qui sont prêts pour faire partie des voyageurs de l’espace et l’atteindre sans espoir de pouvoir revenir sur Terre.


        J’en ai profité pour inscrire Marine Le Pen.

        On ne sait jamais...

      • claude-michel claude-michel 24 juin 2014 11:12

        Apothéose de la connerie humaine.. !


        • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 24 juin 2014 11:24

          Ils sont fous ces Chinois. 


          • ahtupic ahtupic 24 juin 2014 12:30

            Retourner sur la lune ? Je savais pas qu’on y avait été. Sauf des robots bien entendu. Faut arrêter de rêver.


            • Vipère Vipère 24 juin 2014 12:58


              Bonjour à tous

              Improbable ! sauf en rêve...

              Et il n’est pas interdit de rêver donc n’interdisez pas aux chinois de faire de beaux rêve.

              • Spartacus Spartacus 24 juin 2014 13:45

                Bien sur que oui, ce sont les révolutions techniques et les ruptures de conformisme qui créent la croissance.

                La nouveauté créée la demande et la croissance.

                • lsga lsga 24 juin 2014 14:01

                  ah ! en voilà une belle analyse matérialiste, schumpeterienne, néo-marxiste !

                   
                  En effet, ce qui a fait les 30 glorieuses, ce ne sont pas les politiques « keynésiennes » ou « néo-libérales », c’est le développement de la pétrochimie en général, et de la plasturgie en particulier. 
                   
                  L’immense majorité des créations d’emplois depuis le milieu des années 90 ne sont pas non plus du à une quelconque politique publique (subvention et/ou privatisation), mais à l’apparition d’Internet.
                   
                  Quoi qu’il en soit ,Schumpeter lui-même en avait conscience : à un moment donné, les transformations des structures économiques sont telles que le Socialisme devient inévitable (Socialisme hein : pas les cochonneries keynésiennes et étatistes façon Chavez). 
                   
                  C’est assez simple à comprendre : l’automatisation de la production finira par générer un taux de chômage insupportable pour l’économie Capitaliste. Même Milton Friedman, qui est pourtant de l’école de Chicago, en avait conscience. D’où son Impôt Négatif, ou salaire universel. 
                   


                • Lemaïsjekiff Nestor 24 juin 2014 14:08

                  Salut Spartacus ...

                  « La nouveauté créée la demande et la croissance. »

                  Et la bêtise la destruction et le chaos ...

                  Sans dec on peut pas lui foutre la paix à notre sat ... Le voir comme un astre qui resplendis et nom pas comme un paquet de biffeton ... Vu que grâce à l’homme la Terre est déjà bien endommagée ...

                  Il y en a à les écouter s’ils le pouvaient ils piqueraient tout l’hélium et l’hydrogène du soleil sans prendre conscience que sans lui c’est fini !

                  pfffffff ...


                • Lemaïsjekiff Nestor 24 juin 2014 14:14

                  Salut Isga,

                  Donc pour toi Spartacus est un néo-marxiste qui s’ignore ...


                • lsga lsga 24 juin 2014 14:34

                  comme tous les libéraux, bien sûr...

                   
                  Le courant économique libéral c’est :
                   
                  0. Smith
                  1. Ricardo
                  2. Marx
                  3. Schumpeter
                   
                  L’école de Chicago : ce sont des mystificateurs, qui se contentent de retourner à Smith... pour tenter d’éviter le matérialisme de Marx... Pourtant, même eux admettent à demi-mots que le Capitalisme ne survivra pas. (d’où le Revenu Universel de Friedmann)

                  Tous se positionnent, avec des méthodes très semblables, sur les questions du rapport de la propriété et du travail (John Lock, qui écrira la constitution de Virginie, est le premier à fonder la propriété sur le travail) ; sur le rapport entre valeur, prix, et travail ; sur la question de la réalité matérielle de l’économie en dessous des mécanismes de marchés.
                   
                  Abolition de l’État, Abolition du Salariat : c’est le coeur du Marxisme. 
                   
                  Bien sûr, dans un pays où les gauchistes sont des nationalistes keynésiens... ils ont beaucoup de mal à comprendre pourquoi Marx félicitait Ronald Reagan le Républicain pour sa réélection ,et pourquoi il appellait à voter pour les libéraux contre les bismarckiens (les défenseurs de l’État Providence et du protectionnisme à l’époque) :
                   
                  (un ptit bug sur le site pour l’insant, mais ça reviendra)
                   
                  Bien sûr, les libéraux eux-même ont beaucoup de mal à se rappeler qu’ils sont anti-capitalistes, et que leur pensée naît en Angleterre en se positionnant CONTRE le Capitalisme Étatiste à l’Allemande (Hume vs Calvin)...
                   
                  Enfin... 
                   



                • lsga lsga 24 juin 2014 14:35

                  Ronald Reagan : lol, j’exagère un peu quand même... il était totalement dans l’école de Chicago, et pas du tout dans l’hérésie ed Schumpeter ^^

                   


                • lsga lsga 24 juin 2014 14:36

                  Marx félicitait Lincoln, qui était libéral au sens propre du terme.... 



                • 1984 24 juin 2014 15:16

                  Jacko à dit "Bien sur que oui, ce sont les révolutions techniques et les ruptures de conformisme qui créent la croissance.

                  La nouveauté créée la demande et la croissance."
                  C’est bien Jacko, demain tu apprend une nouvelle phrase, gentil perroquet !

                • LE CHAT LE CHAT 24 juin 2014 15:17

                  @isga

                  la révolution n’est pas pour demain , personne n’arriverait à decripter vos écrits bien trop théoriques , le peuple a envie de prendre une aspirine rien qu’à vous lire !  smiley  smiley  smiley


                • lermontov lermontov 24 juin 2014 15:22

                  Marx contemporain de Reagan, lol, lol, lol.


                • lsga lsga 24 juin 2014 17:04

                  lermotov : ct une provocation, je voulais mettre le lien vers la lettre à Lincoln sur Reagan...

                   
                  Mais :
                  1. G oublié de mettre le lien 
                  2. Ct quand même juste de la provo, reagan est un néo-libéral sauce chicago, pas un vrai libéral façon Lincoln. 
                   
                  Bref, une provo gratuite qui tombe un peu à l’eau (ça m’apprendra)
                  Mais pour le reste, c assez sérieux. 
                   
                  Marx s’appuie beaucoup sur les écrits de Ricardo (et corrige les manques du modèle de Ricardo), et va inspirer énormément Schumpeter. D’un certain point de vue, Schumpeter est le meilleur marxiste de la seconde moitié du 20ème, à ceci prêt qu’il est un marxiste névrosé : un marxiste qui ne voulait surtout pas être marxiste smiley 

                • zygzornifle zygzornifle 24 juin 2014 14:22

                  c’est un peu trop sec pour les rizières.......


                  • yvesduc 24 juin 2014 20:11

                    Vous n’avez visiblement pas idée de l’énergie requise pour envoyer un Kg sur la Lune, et l’en ramener. Accessoirement, l’hélium est un atome léger, donc difficile à stocker.


                    • christophe nicolas christophe nicolas 24 juin 2014 20:13

                       C’est le supplice chinois, ils enfument leur peuple, mieux vaut la chanson italienne non ?


                      Au passage, la transmutation est possible, la fission froide aussi mais c’est une autre histoire. Rien ne se perd, rien ne se crée, pourquoi manquerait-on de matériaux ?

                      C’est des salades pour les gamins tout ça, une façon de galvaniser le peuple, moins il réfléchit mieux c’est, non ? Pensez vous, vous auriez des familles qui voudraient vivre heureuse, tranquille, avec la piscine et les animaux.... quelle horreur... le peuple pourrait même aspirer à des choses simples, mon Dieu...

                      • soi même 24 juin 2014 20:45

                        Dans cette aventure, ils devront faire gaffes de ne pas la décrocher la lune, si ils veulent que le proverbe garde tout son sens !
                        Le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt !


                        • Alex Alex 24 juin 2014 22:54

                          D’après le Jerusalem Post (2007) ou Ynetnews, les Chinois vont devoir payer un loyer à des Israéliens. smiley

                          « Depuis l’an 2000, plus de 10 000 Israéliens ont investi dans des terrains sur la Lune. »


                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 25 juin 2014 07:58

                            Ségolène pense déjà à installer des portiques ecotaxe sur la route internationale terre-lune ...


                            • zygzornifle zygzornifle 25 juin 2014 09:20

                              On pourra y installer le sénat afin que ses membres puissent y sommeiller en toute quiétude.....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès