Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La machine infernale de la dette ou comment écraser les peuples

La machine infernale de la dette ou comment écraser les peuples

On nous parle de chiffres, de comptes d’apothicaire, on exige de s’en tenir à des accords signés sous la menace et le chantage. Au point d’arriver à des situations absurdes : hier la troïka (FMI, BCE, EU) constatait que la baisse des salaires et des retraites en Grèce qu’elle avait exigé aura comme effet une rentrée moindre d’impôts. Qu’à cela ne tienne : la Grèce (qui est par ailleurs en « cessation de payement technique ») devra trouver de toute urgence (donc, une fois de plus chez les salariés et les retraités) treize milliards au lieu de onze. Puis, le compte n’y étant toujours pas, puisqu’il y aura encore moins de rentrées fiscales, on exigera quinze, puis dix-sept… Cette dynamique de l’absurde personne ne la conteste. Cette barbarie qui réduit les pensions et les salaires faméliques, on lui donne toujours le nom de reforme structurelle. Cette récession organisée qui amène le chômage pour plus de quarante pour cent de la population active est toujours considérée comme la « bonne voie à suivre » et, selon Mme Merkel et son ministre des finances, il ne faut pas en dévier d’un millimètre. La France et son président ne sont pas en reste : entre les banques françaises et le peuple grec, le choix est vite fait. Quant aux Etats-Unis, ils trouvent que la « rigueur budgétaire » imposée à Athènes sera en fin de compte « salutaire ». Mais pas chez eux : pour atteindre un équilibre budgétaire comme celui que l’on exige de la Grèce, il faudrait augmenter les impôts de 64%. Aucun exécutif américain n’ayant des tendances suicidaires, le « vide budgétaire » des USA atteindra globalement cette année plus de 220 mille milliards selon L. Kotlikoff et S. Burns (Bloomberg views, 11/8/2012). Rien qu’en 2012, la dette américaine a augmenté de onze mille milliards. 

Entre temps, les « investisseurs », s’appuyant sur des rumeurs concernant l’hypothétique lancement d’un nouveau produit ont fait de Apple l’entreprise la plus « capitalisée » du monde avec plus de cinq cent milliards. 

Entre temps, la justice, la police et l’éducation grecques s’effilochent dangereusement tandis que le citoyen grec est sommé de ne pas dépenser plus de 1.500 euros annuels pour sa santé, sinon il ne sera plus remboursé. De toute façon, il aurait du mal à le faire puisque toute une série de médicaments touchant à l’essentiel de sa santé (maladies cardio-vasculaires, cancers, infections pulmonaires, etc.) ne sont plus remboursés. 

Rien à voir direz-vous ? 

Pour les citoyens grecs, espagnols ou italiens, mais aussi chypriotes ou roumains (et tant d’autres) la question est justement là. Comment accepter que les banques continuent à frauder impunément (Deutsche Bank, Standard Chartered, Royal Bank of Scotland soupçonnées de blanchir de l’argent iranien et, avec bien d’autres, de manipuler leur Libor paient des simples amendes pour arrêter les enquêtes) ; que les « investisseurs » jouent sur des rumeurs d’une part (surévaluant en se « fixant sur des entreprises qui n’ont pas besoin d’eux) et, d’autre part, misent sur la faillite des Etats en faisant en sorte que celles-ci aient bien lieu. Que les états n’ont plus d’autre politique que celle qui consiste à « sauver les banques » tout en se faisant bien voir par le marché (ces mêmes banques et leurs actionnaires et clients) pour pouvoir emprunter à des taux très bas, ce qui fait peut-être leur affaire mais en aucun cas celui de l’économie réelle et des citoyens. Continuer à emprunter à des banques tricheuses et à un marché désormais incontrôlable ne peut plus se faire qu’en affamant les peuples, en tuant le commerce et l’industrie et en n’investissant que sur des entreprises déjà hyper rentables (et ce au jour le jour). Les pays qui considèrent que ce système n’est plus viable devront être démantelés, écrasés, soumis. Les économistes qui le critiquent réduits au silence. Les partis politiques et les syndicats qui le contestent seront (et de la manière la plus grossière, comme se fut le cas en Grèce) combattus comme des martiens belliqueux ou des extrémistes dangereux et irresponsables. 

Le monde rationnel est mort, vive celui du chantage. L’Etat de droit se meurt, vive celui d’un désordre injuste qui ne cherche même plus à se justifier…


Moyenne des avis sur cet article :  4.9/5   (82 votes)




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    


  • alinea Alinea 22 août 2012 16:52

    Moi j’ai l’impression que les libéraux poussent le bouchon un peu loin ; que le seul social démocrate qui reste est un peu trop soumis ; les peuples essaient de survivre ; ils vont inventer des trucs, ils vont reprendre confiance en eux.
    Je ne vois pas comment ça peut ne pas péter !


    • Anaxandre Anaxandre 22 août 2012 19:49

        Ça viendra Alinea, ne vous en faites pas, mais il n’est pas encore temps : les racines sont pourries mais le fruit n’est pas encore mûr. Et quand trop de gens auront faim, la « Démocratie Représentative » (des lobbies et des marchés), la « Liberté d’expression » toujours des mêmes, l’ « Universalisme Républicain » dans lequel certains sont plus égaux que d’autres, tous ces mensonges devront être balayés. Et, je le déplore, cela ne se fera pas dans les urnes mais par la violence. Espérons juste que les révolutionnaires de demain ne se tromperons ni de cibles ni de maîtres.


    • bigglop bigglop 23 août 2012 00:17

      Bonsoir à tous,

      Merci @Michel Koutousis pour ce triste bilan, je pense que vous connaissez le blog OKEANEWS sur la situation de la Grèce, des témoignages, etc

      La Grèce est le laboratoire de la déconstruction européenne, mais désolé de la dire mais l’état de droit de la Grèce n’existe plus, remplacé par la Troïka (BCE, FMI, Commission Européenne).

      Le gouvernement Samaras expédie les « affaires courantes », organisant le pillage des biens publics, cad les recettes fiscales, eau, énergie, transports, au bénéfice d’entreprises allemandes,françaises, chinoises, israéliennes, russes, US....

      Une vente à la découpe, à la tronconneuse mise en musique par Costas Mitropoulos, ancien banquier d’affaires et démissionnaire en juillet 2012

      Une fois la carcasse nettoyée, les responsables européens et les financiers l’abandonnerons

      Ce sera le tour de l’Espagne, Portugal, Italie.......


    • Paulo/chon 23 août 2012 17:32

      B a-m M.Demosthéne,
      Jean-Pierre Coffe l’a démontré avec le prix des carottes rappées en grande surface et/ou magasins de proximité pour illustrer l’économie réalisable par les tiers rendus impécunieux, le contribuable existant taillable et corvéable à merci par une administration fiscale imbue du droit qui lui a été accordé. Re-distribuer plus de 50% est impossible mathématiquement mais apparemment légal.
      Personnellement j’apprécie le et/ou, je l’employais afin de certifier la conformité au regard d’un cahier des charges provisionnant la faute inexcusable bien que quelque peu tyrannique. Je vous prie de m’excuser mais le sentiment n’était pas belliqueux, Demosthéne bien que grande gueule prônait le suffisant et semblait se méfier d’un impérialisme par le fait criminel envers son peuple.


    • raimane 22 août 2012 17:48

      « Il n’est pas bon d’avoir plusieurs maîtres ; n’en ayons qu’un seul ; qu’un seul soit le maître, qu’un seul soit le roi. » Voilà ce que déclara Ulysse en public, selon Homère. S’il eût dit seulement : « Il n’est pas bon d’avoir plusieurs maîtres », c’était suffisant. Mais au lieu d’en déduire que la domination de plusieurs ne peut être bonne, puisque la puissance d’un seul, dès qu’il prend ce titre de maître, est dure et déraisonnable, il ajoute au contraire :
      « N’ayons qu’un seul maître... »
      Il faut peut-être excuser Ulysse d’avoir tenu ce langage, qui lui servait alors pour apaiser la révolte de l’armée : je crois qu’il adaptait plutôt son discours aux circonstances qu’à la vérité. Mais à la réflexion, c’est un malheur extrême que d’être assujetti à un maître dont on ne peut jamais être assuré de la bonté, et qui a toujours le pouvoir d’être méchant quand il le voudra. Quant à obéir à plusieurs maîtres, c’est être autant de fois extrêmement malheureux.

      http://www.desobeissancecivile.org/servitude.pdf


      • L'enfoiré L’enfoiré 22 août 2012 18:25

        Pourquoi ne compare-t-on jamais la Grèce avec la Turquie ?
        Les pays sont très semblables dans beaucoup de domaines comme dans la nourriture.
        Tellement différents dans leurs manières régler leurs problèmes.
        Mais la Turquie n’est pas en Europe, bien sûr.
        Est-ce la raison ?


        • Leo Le Sage 23 août 2012 04:41

          @Par L’enfoiré (xxx.xxx.xxx.38) 22 août 18:25
          Vous dites : « Pourquoi ne compare-t-on jamais la Grèce avec la Turquie ? »
          C’est honteux pour la Grèce bien sûr donc il ne faut surtout pas en parler.
          Montrer les errements des grecs est le genre d’insulte à l’intelligentia Européenne...
          L’autre fois lorsque j’ai dit que les Grecs ont leur part de responsabilité certains illuminés croyaient que je spéculais...
           smiley
          Est-ce de ma faute s’ils ne s’informent pas ? smiley

          PS : on vous a moinsé pour une question qui se pose ?

           
          Cordialement

          Leo Le Sage
          (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


        • L'enfoiré L’enfoiré 23 août 2012 13:44

          « on vous a moinsé pour une question qui se pose ? »

          Etre moinssé n’est pas le problème.
          Le moinssage ou le plussage sont pour moi ce que j’appelle avec mon jargon local du « ketje spel » (du jeu de gamin)
          C’est quand il n’y a pas de réponse aux questions que cela reste plus troublant.
          Est-ce que l’auteur acquiesce ou non ? (qui ne dit rien consent, dit-on).
          Je connais la Grèce. Je connais la Turquie. Pour la dernière, j’ai déjà deux articles à mon actif. Il faudra que j’en fasse un jour pour la Grèce. 
           

        • SALOMON2345 22 août 2012 19:13

          Doit-on rapidos retirer du dessous la pile de draps de l’armoire, les quelques bifetons mis à gauche pour la pierre tombale, prochainement occupée ?


          • colza 22 août 2012 19:43

            En tout cas, il vaudrait mieux les changer en or, argent ou devises hors Euro...


          • chantecler chantecler 22 août 2012 19:45

            12 000 milliards de $ .
            Adossés sur quoi ?
            Sur que dalle puisqu’il n’y a plus d’équivalent or / $ !
            Autrement dit c’est du vent .
            De la monnaie papier qui ne signifie rien .
            Z’ auraient torts de se gêner : qui va leur dire vos $ valent que dalle !
            Et nous nous allons crever pour alimenter leurs banques .
            Invraisemblable .


            • boris boris 22 août 2012 20:45

              La descente aux enfers ne fait que commencer, le pire est a venir. Une seule solution, se préparer au choc et vite.


              • lebreton 22 août 2012 21:31

                oui michel vive l’anarchie ,la révolte arrive !!! il faut éradiquer tous les fils de putes qui nous volent depuis des annees 


                • noux noux 22 août 2012 22:18

                  Il serait temps que ça se casse la gueule. pas dans 10 ans svp.


                  • filo... 22 août 2012 23:04

                    Cette crise est artificielle, pour mois c’est clair !
                    Amérique en faillite a besoin de provoquer écroulement de l’économie mondiale afin qu’elle ne lui échappe à jamais.
                    Probabilité d’instauration d’une dictature si les banques (Goldman Sachs et les autres semblables) n’arrivent pas à faire se travail de sape).

                    Comme prélude nous aurions droit à des épidémies très meurtrière sur le plan humain et à échelle mondiael.

                    Cette phase aura pour but de désorganiser nos société et affaiblir ses défenses.

                    Amérique se nourrit des guerres et son complexe militaro industriel en demande.


                    • Roubachoff 22 août 2012 23:30

                      Comme nous le savions hélas avant l’étection, Hollande et les socialistes ne s’attaqueront pas aux vrais problèmes parce qu’il n’est même pas sûr qu’il les comprennent.

                      Pourquoi faudra-t-il faire 30 milliards d’économie en 2013 ? A cause du service de la dette ? Non, nos taux d’intérêts sont historiquement bas. En revanche, l’obligation de revenir à 3% de déficit explique bien des choses. Mais qu’attendre d’un gouvernement aveuglément européiste ? Absolument rien !

                      Dans une zone économique considérée comme la plus riche du monde, mais touchée par le chômage, quels gouvernants seraient assez stupides pour détruire de l’emploi ? Les nôtres, convaincus par une horde d’abrutis néo-libs que l’emploi public serait du « mauvais emploi » alors que l’emploi privé sauvera le monde - sauf que, pas de chance, les entreprises privées n’ont aucune intention d’embaucher - ah, si, à condition qu’on baisse drastiquement les salaires ! Et du coup, qu’on vide encore plus les caisses de la collectivité.

                      A part quelques gesticulations au début - avec son minable addenda sur la croissance - Hollande gobe tout ce qu’il y a à gober. Après tout, quand on est assez européiste pour faire campagne avec Sarkozy, qu’y a-t-il d’étonnant à ça ? Même si je reste soulagé d’avoir aujourd’hui un président acceptable, comparé à l’autre fou furieux, un croquemort, si débonnaire soit-il, reste un croquemort, et les socialistes - certes avec raison, mesure et modestie - vont finir de visser les couvercles de notre cercueil.

                       

                       

                       


                      • niblabla 23 août 2012 12:01

                        les taux sont historiquement bas pour la France car elle encore considéré comme plus fiable que l’Espagne, l’Italie la Grèce ou l’Irlande.
                        Serait elle jugé fiable si elle n’avait promis de limiter sont déficit à 3% ?

                        C’est pourquoi la France n’a pas le choix :
                        elle doit trouver l’argent qui manque (moins de dépenses ou plus de recettes) pour l’année prochaine sinon ça tournera mal.

                        Je les vois mal toucher aux dépenses, donc ont va plutôt se manger plus d’impôt qui pénaliseront un peu plus l’économie et ça sera encore pire dans quelques années.

                        Le budget prévisionnel va tomber fin septembre on verra bien quel est la décision des types au pouvoir.


                      • kane85 kane85 22 août 2012 23:30

                        Il est temps de comprendre qu’il ne faut plus jamais tenir compte des états et encore moins du système.

                        Il faut se préparer sérieusement à des temps difficiles. Faire des réserve en prévoyant un grand clash qui démolira l’euro, mettra les banques sur les genoux et les peuples dans une merde plus noire que noire !!!

                        Et ça, c’est en étant optimiste et en espérant qu’il n’y ait pas une guerre par dessus !

                        Aujourd’hui, un trésor n’est pas un tas de billets parce qu’un tas de billet ça ne se mange pas, un trésor c’est des réserves de nourriture permettant de tenir une année quel que soit ce qui se passe dans le monde... Parce que le jour où la dévaluation sera telle qu’une baguette de pain coûtera 15, 30 ou 100 euros, combien de temps croyez vous tenir avec vos maigres économies ? Alors que si vous avez quelques kilos de farine et le savoir pour faire du pain...

                        Bon, je dis ça, je dis rien... Mais je pense qu’il faut pas rêver. C’est pas les gouvernements et encore moins les banques qui sont notre avenir !

                        Notre avenir c’est nous ! Et rien d’autre !


                        • le poulpe entartré 23 août 2012 04:44

                          Il est fort probable que la crise soit amortie (c’est une expression), par les seuls salariés, tel que c’est pratiqué en Grèce et en Espagne. C’est à dire la réduction nominale des rémunérations. Autrement dit, vous ferez le même travail qu’aujourd’hui, tout en étant payé moins. Cela s’est fait ainsi pour résoudre la crise de 1929. Qui l’avait décidé en ces temps là ? Vous avez déjà deviné : ce sont des banques.

                          Comment cela a-t-il été possible ? Après l’avènement du front populaire (1936) et la promulgation d’avantages sociaux (enfin), un certain nombre de banquier se sont mis à l’oeuvre. En commençant par la corruption des politiques dont : Daladier et Reynaud qui ont émis les décrets qui ont liquidé toutes les avancées de 1936. Déjà à l’époque, l’équivalent des élus du PS actuel. Comme quoi l’histoire se répète parfois tragiquement.
                          Ces banques avaient déjà prévu, bien avant qu’elle n’arrive, la crise de 1929, en anticipant.
                          Une réunion a eu lieu dès 1922 (quelques banquiers et industriels) qui ont décidé de manière tout à fait informelle, une réforme de l’état comme indispensable. On traduit cela par la suppression de toutes les entraves, de l’exécutif, du code du travail (mince, très mince) à leurs enrichissements personnels. La synarchie de l’époque a donc effectué aussi bien à droite qu’à gauche un recrutement sélectif de pions , avec en tête Léon Blum (cet imposteur du socialisme) comme figure emblématique. Une casse systématique des syndicats en les divisant, avec force d’enveloppe de billets.Une fois ceux-ci corrompus (décisions prise à l’encontre des salariés), il était aisé de rouler les salariés dans la farine. Ce qui fut fait par des trahisons successives : ce fut l’oeuvre principalement de la banque Worms. Un certain Belin en a été le maitre d’oeuvre. Le programme de réduction des baisses de salaire NOMINALS s’est aussitôt déclenché.


                          • Leo Le Sage 23 août 2012 04:44

                            @AUTEUR/Michel Koutouzis
                            Lorsque c’est Michel Koutouzis qui écrit le monde est à l’écoute...
                            En tout cas je suis à l’écoute...

                            Vous dites : "Les économistes qui le critiquent réduits au silence. Les partis politiques et les syndicats qui le contestent seront (et de la manière la plus grossière, comme se fut le cas en Grèce) combattus comme des martiens belliqueux ou des extrémistes dangereux et irresponsables"
                            Oh non on ne va pas les combattre, vous êtes trop gentil mon bon monsieur. smiley
                            On va tout simplement leur proposer un séjour dans ces centres de santé pour délinquant psychotiques... à titre gracieux
                            Du moins, on dira qu’ils sont incurables, même pour les meilleurs spécialistes du coin...

                            Vous dites : "Le monde rationnel est mort, vive celui du chantage. L’Etat de droit se meurt, vive celui d’un désordre injuste qui ne cherche même plus à se justifier…"
                            Lorsque Maurice Allais est mort il ne faut rien espérer...

                            Quand on veut spolier voire tuer l’Etat on accuse les économistes d’être des incapables...

                            Je suis déjà impatient de lire un autre article de votre cru... smiley

                             
                            Cordialement

                            Leo Le Sage
                            (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


                            • elenea1984 23 août 2012 05:25

                              Pour l’auteur :

                              Un truc que je n’ai jamais vu dans les médias mais JAMAIS

                              Comment rembourser environ 1800 Milliards de dettes ...

                              Ba tu prends un site amortissement ou tu contacte ta banque pour 1800 à 3 ou 4 % ....

                              Et tu pleures ...

                              Calculer vous même rembourser 1800 en « gagnant » 200 (grosso modo recette de l’etat) sur 20 ans ...

                              Si vous y croyez encore ....

                              Par exemple si on rembourse un truc de 1800 a 4 % sur 20 ans ça coûte 130 par an , super quand tu gagnes environ 200 ..., donc on vire TOUT les flics, TOUT les pompiers, TOUT les médecins,TOUT les profs .

                              Et le monde il est super beau de liberté ...


                              • elenea1984 23 août 2012 12:20

                                Mon message était juste la pour dire que c’est impossible de rembourser.

                                Pour que les phrases du type « Équilibrer le budget » « revenir à l’équilibre » prennent leur sens.

                                A savoir ce que dit l’auteur en gros être esclave ou ce que vous dites percevoir une rente ce qui est la même chose...


                              • elenea1984 23 août 2012 13:02

                                Je suis d’accord avec vous , il semble avoir un sacré mélange dans l’esprit des gens quand les politiques leur parlent « d’équilibrer le budget » , ils comprennent « rembourser nos dettes ».

                                D’ailleurs cet amalgame est quasiment tout le temps repris par les médias...

                                Du coup tu peut en reparler dans les mêmes termes dans 20 ans si tu est politique, vu qu’on ne fait que payer les intêrets (et pas tous d’ailleurs), du coup tu dois toujours autant d’argent...

                                Quel que soit le niveau « d’austérité » que tu appliques ba 20 ans après tu dois toujours autant de fric donc « plus d’austérité » ...

                                Donc au départ -> réduire les dépenses
                                puis supprimer les profs
                                puis supprimer alloc chomage
                                puis supprimer alloc enfants
                                puis ...
                                ...
                                ....
                                et supprimer retraite ....

                                Tant que cela ne se fait pas en un coup mais progressivement les gens vont gober .


                              • niblabla 23 août 2012 16:03

                                Les emprunts de l’état se font sur différente période.
                                il y a des obligations à 50ans comme il y a des obligations à quelques mois.
                                les emprunts sont donc bien remboursé, mais évidemment en faisant de nouveau emprunts puisque le bilan budgétaire n’est jamais positif.

                                Évidemment équilibrer le budget ne permet pas de rembourser les dettes, mais un bilan budgétaire négatif encore moins.

                                On se demande ce que les état déficitaires attendent depuis si longtemps.
                                La croissance à plusieurs chiffre c’est fini et ça ne reviendra pas de sitôt.

                                A part optimiser les ressources/dépenses fiscales disponibles je vois pas.


                              • elenea1984 23 août 2012 18:03

                                « il y a des obligations à 50ans »

                                Toujours par compris ?

                                50 ans d’endettement pour rembourser mais oui ba voyons !

                                Toujours pareil faites un plan de remboursement de 1800 sur 50 ans ...
                                Ça donne quoi

                                Environ 80 par an soit presque la moitié du budget ....

                                TOUJOURS pareil dehors 50% des policiers/pompiers/medecins.

                                Au minimum !


                              • Denzo75018 23 août 2012 08:23

                                Il est normal et sain pour un état d’avoir un certain niveau de dettes car ces dettes servent comme fond de roulement pour les avances de trésoreries, les investissements et la redistribution sociale ! Mais aujourd’hui et ce dans presque tous les pays occidentaux, la dette n’est plus exclusivement utilisées pour la redistribution sociale. Preuve que notre modèle social est dans les « clous » dans un contexte économique d’une croissance inférieure à 2% !

                                Que nous payons ou pas notre dette, de toute façon les peuples paieront ! En effet, une grande part des dettes des états (obligations) est pour les Français détenue en Livrets A, Assurances Vies, Obligations etc. En revanche, si nous ne faisons pas montre d’effort et pire encore nous refusons de rembourser notre dette, la France s’effondrera ...et notre dette nous la paierons encore plus chèrement ...

                                Le seul remède : TRAVAILLER PLUS ET CONQUERIR DE NOUVEAUX MARCHES !


                                • sam turlupine sam turlupine 23 août 2012 17:11

                                  ben voyons ; continuons à nous faire esclavagiser pour nourrir les mafias !
                                  Et, pour gagner de « nouveaux marchés », acceptons d’être payés moins cher que les Chinois, pour être plus concurrentiels, pas vrai ?

                                  Quand finirez vous par comprendre (peut-être en faisant un jour un effort de réflexion), que les dettes des pays sont ILLEGITIMES ; ce sont des rançons imposées par les mafias financières, et nous n’avons pas à les payer ; ce qui résoudra tous les problèmes, avec l’indispensable réforme monétaire qui supprimera à ces mafias leur pouvoir coercitif ?

                                  Que les richesses produites par les peuples reviennent enfin à ces peuples, et ne leur soient plus volées par les prédateurs de la finance.

                                  Quand passerez vous du camp des esclavagistes à celui des hommes ?


                                • sam turlupine sam turlupine 26 août 2012 23:20

                                  Urgente, essentielle, VITALE Réforme Monétaire !!


                                • felipe03 felipe03 23 août 2012 08:45

                                  La seule et unique solution pour que l’humanité puisse s’en sortir est d’abolir définitivement l’or et l’argent et d’y instaurer à la place le partage équitable entre toutes et tous. Nous devons produire uniquement ce dont nous avons besoin réellement et le partager équitablement entre toutes et tous.

                                  Il n’est point besoin de faire une révolution sanglante pour faire changer les choses et changer cette société pourrie jusqu’à la moelle, mais il suffit tout simplement d’abandonner définitivement le jeu de l’argent. Si nous sommes des millions à abandonner définitivement ce jeu de l’argent ils ne pourront rien faire pour nous obliger à y rejouer et redevenir leurs esclaves. En produisant uniquement ce dont nous avons besoin et en le partageant équitablement entre toutes et tous, alors nous deviendrons des âmes libre sur cette planète que nous appelons la terre. 

                                  • felipe03 felipe03 23 août 2012 13:19

                                    cogno3 a écrit : « L’humain n’est pas un insecte formaté au fonctionnement défini.
                                    Il est aussi ambitieux, égoïste, vil, menteur, etc.
                                    Votre truc, vous devrez l’imposer par la force, donc il vous reviendra dans la gueule à un moment ou un autre. »


                                     Il n’y a rien a imposer par la force, il suffit de très bien expliquer aux gens qu’en produisant et en partageant il n’y aura plus de problèmes concernant la matérialité, chacun aura tout ce dont il a besoin au quotidien.
                                    Quand aux cupides qui en voudront plus que les autres ils seront bannis à jamais du pays.

                                  • niblabla 23 août 2012 16:27


                                    Vous avez fois en l’humain, c’est beau mais vous avez tord.

                                    S’il suffisait d’expliquer pour se faire comprendre...
                                    Quelques soit le partage effectué au départ, cela finira toujours par des riches d’un coté et des pauvres de l’autre. Si ce n’est en argent cela sera en nouriture, en pouvoir, ou en bien.


                                  • Brennus Brennus 23 août 2012 09:14

                                    La situation en Grèce finira par un bain de sang tôt ou tard. A force de tirer sur l’élastique celui-ci va se rompre. 

                                    L’Europe a été faîte pour éviter de nouvelles guerres sur ce continent mais les ayatollah de Bruxelles nous emmènent directement dans des révolutions dont ils ne connaissent pas l’issue de celles-ci. Ils pourraient très bien être pendus comme certains dictateurs l’ont été dans les révolutions arabes qu’ils ont soutenues financièrement et militairement.


                                    • ALasverne ALasverne 23 août 2012 10:26

                                      La Dette, et les renflouements successifs des banques par l’UE ou la FED, forment les plus gigantesques dons, ou presque, au privé jamais effectués, ce sans aucune justification, puisqu’on n’a demandé aucune garantie aux banquiers, condamnés aucun d’entre eux à la suite des expulsions forcées aux USA, des mauvais conseils délibérés en Grèce par Goldmann Sachs pour jouer à la baisse, ni pour leurs transferts massifs d’argent vers les caisses de l’UE dès qu’elles ont renflouées plutôt de faire des crédits.

                                      C’est un scandale total pour lequel les politiques qui l’ont permis et les journalistes qui l’ont valorisé auront, un jour ou l’autre à rendre des comptes sans concession et sans interruption.


                                      • lagabe 23 août 2012 12:09

                                        Je n’ai jamais lu autant d’ineptie de bêtises
                                        Et il normal de dépenser plus que l’on a ? Non
                                        définition de économe http://fr.wiktionary.org/wiki/%C3%A9conome

                                        économe /e.kɔ.nɔm/ masculin et féminin identiques

                                        1. Qualifie une personne qui évite de dépenser de l’argent inutilement.
                                          • Autrefois pourtant cet homme n’était qu’un père de famille économe, chez qui ses voisins venaient diner, apprendre l’épargne, la bonne administration. (Nicolas Gogol, Les âmes mortes, 1842 ; traduction de Henri Mongault, 1949)
                                          • Devenez radin ! Les petits ruisseaux font les grandes rivières « Être économe c’est très bien, surtout si vos parents l’ont été pour vous ! » disait Winston Churchill. (Geoffroy Delabarriere, Plus riche à coup sûr ! : Les techniques qui ont fait leurs preuves , 2009, p.19)
                                        2. (Figuré) Avare, frugal.
                                          • Toute manipulation, sans gestes superflus, sans paroles inutiles, était faite par des hommes et des femmes peu nombreux, économes de leurs efforts. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité, 1931)
                                          • Il n’est pas économe de promesses, il les prodigue.
                                          • Être économe de son temps, ne pas perdre son temps.

                                        http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/21-aout-2010-le-jour-du-79989

                                        21 août 2010 : le jour du dépassement

                                        Le 19 décembre 1987, pour la première fois de son histoire, l’humanité vivait au-dessus de ce que la terre pouvait lui offrir en un an. Selon l’ONG Global Footprint Network, le jour du dépassement (Earth Overshoot Day) aura lieu cette année le 21 août.

                                        L’humanité aura consommé le 21 août 2010 les ressources que la nature peut produire en un an. Incroyable non ?

                                        http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/l-aie-et-la-manipulation-du-marche-96956

                                        Qui sont les fautifs qui dérangent l’ébriété énergétique de l’Occident

                                        La Chine vient de supplanter les Etats-Unis à la tête des plus gros consommateurs mondiaux d’énergie, révèle le rapport statistique annuel de BP. La consommation énergétique mondiale, tirée avant tout par les pays émergents (Chine, Inde, Brésil, etc.), a cru de 5,6 % l’an dernier. La Chine serait promise au premier rang de l’économie mondiale d’ici à 2030,compte tenu de la croissance présente de son Produit intérieur brut. Le New York Times a choisi cette semaine de mettre en avant une tribune soulignant l’impossibilité physique, économique, écologique, matérielle, substantielle (etc.) de voir s’étendre à la population de la Chine ou de l’Inde le ’rêve américain’ commercialisé tout autour du globe. Voilà qui est clair, les Chinois ne doivent pas prétendre à un mode de vie à l’américaine

                                        etc ..


                                        • Cédric Moreau Cédric Moreau 24 août 2012 09:35

                                          Et nous on a jamais lu une aussi grosse bêtise en une seule phrase : «  Et il normal de dépenser plus que l’on a ? Non »


                                          Etes-vous au fait de l’argent-dette ? Si oui, vous comprenez que l’on obtient l’argent (créé) par crédit, et que l’on doit en rembourser le principal + les intérêts. La somme est bien évidemment supérieure à ce que l’on a emprunté au départ. Donc, il est mathématiquement impossible de dépenser uniquement que ce que l’on a : on va devoir rembourser plus que ce qui a été créé.

                                          Bref, votre espèce de principe moral n’a aucunement sa place dans notre système immoral par nature.



                                        • yclick yclick 24 août 2012 11:26

                                          Juste pour info, si on consomme pas plus que ce qu’on a (au départ : rien), on meurt.


                                        • L'enfoiré L’enfoiré 23 août 2012 13:57

                                          Il faudrait peut-être rendre à César ce qui appartient à César.


                                          • byle 23 août 2012 15:46

                                            Ya juste 1200 milliardaires et une bonne partie des 25 millions de millionnaires à flinguer.. Ca ira deja mieux, et les suivants y reflechiront a 2 fois avant de chercher a s’enrichir INUTILEMENT sur le dos des autres. Que ne peut on faire avec 200 millions d’euros, qu’on ne peut deja faire avec moitié moins ? Et ainsi de suite jusqu’a des sommes beaucoup plus « decentes ». 

                                            Le reste, c’est du blabla. On flingue, on reflechit apres. Ordo ab chaos, c’est leur devise non ? 

                                            • niblabla 23 août 2012 16:34


                                              la révolution avec des têtes sur des piques, ça c’est déjà vu.
                                              quelques années de terreur avec la guillotine
                                              puis une dictature avec napoléon

                                              bref le gros bordel pendant pas mal de temps. Et les plus pauvres ne sont pas forcément à la fêtes.
                                              Mais il y a bien des jours ou je penses comme vous, que les choses ne changeront pas de façon tranquille et progressive mais plutôt de façon brutale et soudaine.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès