Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La magie bancaire

La magie bancaire

Un article essayant de comprendre la magie bancaire !
Je suis étudiant, et je suis en train de travailler sur les banques, leur histoire, et le système bancaire. Je veux donc confronter mes idées sur agoravox, et je n’ai pas la prétention de donner des leçons.

Dans mes différents exemples il n’y aura qu’une banque dans le monde qui se refinancera qu’à partir d’une seule banque centrale, la BC.

 

  1. Le début d’une banque, ou le refinancement auprès de la banque centrale.

 

La BANK vient d’ouvrir, elle est la seule banque qui existe sur Terre. L’état voyant que la BANK vient d’ouvrir lui impose des règles comme à tout le monde et crée une Banque Centrale, la BC. Pour lui fournir ce que toute banque a besoin de la monnaie.

La BC de l’état émet 10euros que la BANK peut acheter à condition de mettre 1euro à chaque prêt accordé.

La BANK accepte, elle dispose donc de 9euros qu’elle peut prêter. Elle n’accepte cependant de prêter son argent qu’à condition qu’un compte soit ouvert chez elle.

LE GLAND, client ayant besoin d’argent demande donc à la BANK un prêt de 9euros. Il ouvre par conséquent un compte à 9euros.

La BANK dispose donc maintenant de 9euros qu’elle peut reprêter en mettant 1euro de réserve, soit 8euros.

LA POIRE, a besoin justement de 8euros. Il ouvre donc un compte.

La BANK peut à nouveau reprêter 7euros !

 

Par enchaînement on obtient 9e, 8e, 7e, 6e, 5e, 4e, 3e, 2e, 1e. La Banque est donc passée d’une somme de 10euros à neuf sommes prêtées de 45euros au total !

En réalité la banque doit mettre un pourcentage en réserve, 10% par exemple. Ce qui théoriquement donne une infinité de prêts possibles. Cependant les différents organismes de régulations, et la demande de prêts font que les banques ne prêtent qu’au maximum neuf fois.

Mais il est très important de comprendre l’effet multiplicateur du crédit, d’un crédit on passe à neuf !

 

  1. La création ex nihilo d’un prêt

     

Bien je vais maintenant vous montrer qu’une banque joue avec l’argent de ses dépôts pour réussir à faire du profit !

Quand la BANK demande 10euros, à la Banque centrale, ces 10euros ont été achetés et appartiennent à la BANK. Elle peut donc en faire ce qui lui plait. Mais dans notre exemple précédent quand notre client Le Gland dépose ses 9euros sur son compte, très logiquement cet argent lui appartient, et la BANK n’a aucun droit dessus. Et pourtant elle va reprêter cet argent à La Poire. Si Le Gland décide de reprendre tout son argent, le prêt est alors basé sur rien !

Un autre exemple,

A 0 jour, Le Gland va déposer 10euros à la BANK,

A 0 jour, La Bank prête 10euros à La Poire sur 10 jours (1euro/jour).

A 2 jours Le Gland reprend tout son argent. La BANK est obligé de lui rendre ce n’est pas son argent ! Elle n’a pour le moment que 2euros dans ses comptes, elle va donc s’endetter auprès de Le Gland pour 8euros.

Pendant huit jours La Poire va rembourser son prêt alors que la banque est endetté auprès de Le Gland ! Et c’est la toute la magie d’une banque !!!

Vous vous demandez tous comment c’est possible ! C’est qu’elle fait un gros coup de poker ! Elle prend un RISQUE ! Soit vous remboursez et tout se passe bien, soit elle perd tout. Le mieux bien évidemment c’est que ses dépôts ne bougent pas, et que ses prêts soient remboursés.

Historiquement les premiers banquiers stockaient les objets de valeur (l’or, les bijoux,...) des grandes fortunes et leur donnaient des billets équivalent à la valeur de ces objets. Par exemple 100 billets = 100 lingots d’or. Puis ces premiers banquiers ont constaté qu’une grande partie de ces biens dormaient dans leur coffre, ils ont donc émis de nouveaux billets correspondant à ces biens dormants à des gens qui avaient besoin d’argent, et qui les leur rendaient avec intérêt. Les 100 billets valaient toujours 100 lingots d’or, mais ils créaient 30 nouveaux billets à risque qui pouvaient leur rapporter gros car les emprunteurs allaient rendre les billets à risque, qui ne valaient rien, et les intérets généralement de l’or, ce qui était déjà beaucoup plus intéressant.

 

  1. L’intérêt

 

Dans notre exemple il n’existe que 10e dans le monde détenu par la BANK.

La BANK prête ses 10e à Le Gland à la condition qu’il rende 11euros, (10% d’intéret).

Bien évidemment Le Gland ne peut pas rendre 11euros vu qu’il n’y a que 10euros en tout et pour tout dans le monde. La BANK lui dit alors qu’elle peut lui faire un prêt à 1euro, pour combler sa dette. Mais que si il lui rend 1,1euro. Le Gland ne peut à nouveau rembourser son intérêt. Et il sera obligé de réemprunter.

Dans la réalité il y a plusieurs personnes et des possibilités d’augmenter son revenu (en volant, escroquant, en inventant ou vendant des biens). On accroit sa richesse, la « croissance ».

La BANK prête à 10% d’intérêt à La Poire, et Le Gland 5euros chacun. Pour rembourser son prêt La Poire vend son corps pour 0,5euros. Il ne reste à Le Gland que 4,5euros, et il est donc à nouveau obligé de s’endetter.

 

  1. Conclusion

 

Au final la BANK peut créer à partir de rien un prêt, qu’elle va ensuite multiplier, pour en obtenir de l’intéret. Par un tour de magie incroyable le système bancaire lui a permi de se créer des revenus clairement exponentiels tant que ces emprunteurs sont solvables, et crédules !

Documents joints à cet article

La magie bancaire

Moyenne des avis sur cet article :  4.47/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • yoananda 6 mars 2010 16:57

    Non, ca ne fonctionne pas comme ca. Vous faites l’erreur que Paul Grigon a répandue sur le WEB et qui est très commune maintenant.

    D’abord, il ne faut pas confondre monnaie et dette.
    Ensuite les intérêts sont versés en grande partie à celui qui prête en premier (ici l’état, ou sinon tous les intermédiaires).

    Les « bonnes » réponses sont dans le blog de Paul Jorion, et son livre, l’argent mode d’emplois.

    Ceci dit, au final, même si la raisonnement n’est pas rigoureusement vrai, on se retrouve avec de la création d’argent ex-nihilo (comme l’a dit le prix nobel d’économie Maurice Allais).

    Un peu comme si demain paypal devenait monnaie d’état officielle.


    • Jérôme Royer Jérôme Royer 6 mars 2010 18:27

      Non, la médiatisation ultra-rapide de Paul Jorion et de son livre ne doivent pas faire illusion.
      Il me semble qu’une référence fiable est le document émis par la Fed dans les années 90 : Modern Money Mechanics.
      Or ce document stipule que, non seulement une banque centrale crée de la monnaie centrale contre reconnaissance de dettes, mais en plus le volume de monnaie centrale mis en circulation donne lieu à un volume de monnaie bien plus important grâce au mécanisme « multiplicateur de crédit » lié au principe de réserve fractionnaire.
      Pour ma part, je propose ici une synthèse du système actuel ainsi que quelques pistes de réflexions (monnaies libres).


    • Antoine Diederick 6 mars 2010 21:04

      Jorion, ne doit pas faire illusion, je suis ok sur ce point...bien qu’il soit mon compatriote et plus âgé que moi.....en terme d’expérience

      mais...et re-mais ....

      pour le moment je suis sidéré de voir les personnes qui ont été dans le système et qui soudain constatent qu’il n’était pas bon le système....mais ils y étaient pourtant bien dedans, installés...


    • Prometheus Jeremy971 7 mars 2010 12:46

      merci pour les pistes de réflexion, c’est exactement ce que je recherchais


    • Julien Julien 7 mars 2010 22:20

      Même si le raisonnement n’est pas rigoureusement vrai dans les détails, il est suffisamment correct pour comprendre que les banques prêtent de l’argent qu’elles n’ont pas avec intérêt. Les deux économistes confirment ici :



      Et bien ça me suffit pour avoir envie de tout casser. Ça donne même envie de faire de la politique pour parler de tout ça.

      Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais la dette des Etats est due à ce système (les intérêts des crédits doivent bien venir de quelque part, et comme par exemple la France ne peut plus faire de la planche à billets depuis 1973, et bien elle emprunte aux banques pour payer les intérêts directement ou indirectement, via la paye des fonctionnaires, les retraites, etc.), et les banques sont en train d’acheter le monde, dans l’indifférence la plus totale.

    • yoananda 9 mars 2010 09:42

      @Jérôme Royer
      Oui, je connais ce doc de la FED.
      D’abord, je me demande dans quelle mesure on peut prendre pour ce qu’il est. N’est-il pas de la vulgarisation ?
      Ensuite, que la FED crée de la monnaie de toute pièce, je pense que c’est clair. On parle des banques commerciales. L’effet multiplicateur ne s’applique qu’a la « dette » qui (je ne sais plus a quel moment) a été considérée comme une monnaie « banale ». Mais la dette n’est que de la monnaie temporaire, assimilable « en temps normal » a de l’argent. Mais justement, nous ne sommes plus en temps normal et on voit bien la différence. Le fait que la dette se renouvelle en permanence crée une sorte de fond monétaire (argent dette) permanent. Mais ce n’est pas de la monnaie standard.
      Quand aux taux d’intérêts et réserves fractionnaires, il ne faut pas oublier que les intérêts sont reversés en majorité aux intermédiaires et non a la banque qui ne prends qu’un tout petit pourcentage au final.

      La vraie question pour moi est plutôt : quand la FED fabrique des billets (permanents, même s’ils sont détruits un jour) a qui les donnes-t-elle ????

      De toute manière au final, on est tous d’accord : ce système (comme le dit Maurice Allais) est assimilable a de la fausse monnaie.

      (sorry pour le gras, j’ai pas réussi a l’enlever).


    • Antoine Diederick 6 mars 2010 17:20

      hummmm

      l’invention de la banque est une idée de génie qu’il ne faudrait pas réduire aux rôles d’exploiteur et d’exploités.

      Il se fait que pour le moment, il y a de gros dysfontionnements dans ce domaine.

      mais tout est lié au fonctionnement de la société et aux excès actuels.....


      • Dujnou Dujnou 6 mars 2010 18:08

        Ça se passe dans un village qui vit du tourisme, sauf qu’à cause de la crise il n’y a plus de touristes.

         Tout le monde emprunte à tout le monde pour survivre.

         Plusieurs mois passent, misérables.
         Arrive enfin un touriste qui prend une chambre.

         Il la paie avec un billet de 100 €. Le touriste n’est pas plutôt monté à sa chambre, que l’hôtelier court porter le billet chez le boucher à qui il doit justement cent euros.
         Le boucher va aussitôt porter le même billet au paysan qui l’approvisionne en viande.
         Le paysan, à son tour, se dépêche d’aller payer sa dette à la prostituée à laquelle il doit quelques passes.
         La prostituée boucle la boucle en se rendant à l’hôtel pour rembourser l’hôtelier qu’elle ne payait plus quand elle prenait une chambre à l’heure.
         Comme elle dépose le billet de 100 € sur le comptoir, le touriste, qui venait dire à l’hôtelier qu’il n’aimait pas sa chambre et n’en voulait plus, ramasse son billet et disparaît.

         Rien n’a été dépensé, ni gagné, ni perdu.

         N’empêche que plus personne dans le village n’a de dettes.

         


         N’est-ce pas ainsi qu’on est en train de résoudre la crise mondiale ?


        • ChatquiChouine ChatquiChouine 6 mars 2010 20:16

          @dujnou

          Amusante, la petite histoire et qui laisse perplexe....

          Et elle tombe bien car justement, je me demandais qui, dans la crise actuelle, faisait la pute ?


          • GoustiFruit 7 mars 2010 09:44

            Je ne sais pas qui fait la pute, mais je sais qui a mal au c*l !


          • jmcn 6 mars 2010 21:31

            Comment est née la FED ? Documentaire édifiant et effarant :

            http://www.dailymotion.com/playlist/xh4tp_zgump_america-from-freedom-to-fascism


            • moebius 6 mars 2010 22:41

               J’aime pas le document joint à l’article, d’ailleurs j’aime pas l’article non plus et, j’aime rien ici


              • moebius 6 mars 2010 22:43

                article du style gnin gnin hi hi j’suis un malin gni gni et gratte gratte hihi


                • fwed fwed 7 mars 2010 02:38

                  C’est toujours sympa un article sur la création des numéros trocs.
                  Merci à l’auteur

                  Je rejoint les commentaires d’antoine et jerome. La monnaie crée ex-nihilo par des banques (qui sont avant tout des etablissments de credits) reste une très grande invention.
                  Par contre le fait de laisser ce pouvoir de l’olympe aux mains de société privées, on voit bien que c’est vraiment pas la bonne idée du siècle (sauf pour une bande de petit malin qui n’ont pas l’air trop attaché au principe du peuple souverain)
                  Je suis aussi très perplexe sur les critiques un peu tardives de paul jorion qui a bien vécu de son activité de conseil aux sein de banques américaines. D’ailleurs il était dans une émission d’arrêt sur image il y a peu de temps où il critiquait Maurice Allais sans argument et ca m’a un peu énervé.


                  • Prometheus Jeremy971 10 mars 2010 22:35

                    C’est évident que mes exemples ne sont pas applicables dans la réalité à cause du marché, du bon sens comptable, et surtout de la réglementation. Les banques ne vont jamais transformer l’intégralité de leur dépôt en prêt. Elles se constituent des réserves excédentaires, et secondaires pour faire face à leur besoin de liquidités. Sans compter toute la gestion de passif qui tent à voir la part des dépôts à vu se réduire, pour des dépots moins liquides, des emprunts interbancaires, ...

                    Mais je voulais aller directement à l’essentiel pour parler directement du mécanisme. qui est quand même génial ! Des sociétés qui arrivent à faire du profit sur des biens qui ne leur appartiennent pas, qu’elles ne produisent même pas ! Et cerise sur le gâteau qu’elles se font payer par le biais des frais de fonctionnement. Et sans que personne ne disent rien ! C’est très très fort !

                    Surtout qu’il est maintenant impossible de se passer des banques, qui sont devenus depuis 1971, le seul vrai moteur de l’économie. Un crack nous ferait revenir à une époque pré-industrielle. Et il faudrait tout réinventer de zéro. Bien que le système bancaire soit par sa nature même voué à disparaître.

                    J’essaierai de pousser peut être plus loin mon raisonnement au prochain article, je dois avouer que ce n’est pas le genre de choses que l’on me fait comprendre spontanément dans mes cours. Mais en lisant entre les lignes je devrais pas avoir de mal...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès