Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La mauvaise défense de PSA

La mauvaise défense de PSA

Un gentleman agreement semble avoir vu le jour entre PSA et le gouvernement après l'annonce brutale le 17 juillet dernier de 8 000 suppressions de poste en France. Reçu lundi par Jean-Marc Ayrault, Philippe Varin, le patron de PSA, a assuré que son groupe ne procédera pas à des licenciements secs mais confirme ses décisions.

PSA arrondit les angles mais continue à défendre sa stratégie envers et contre tous. La ligne arrêtée par la direction justifie ses choix radicaux par des prévisions d'une baisse durable du marché européen, où le constructeur vend 60 % de ses véhicules mais aussi par le coût du travail en France, dont il réclame une baisse "massive" alors que 44 % de la production du groupe est réalisée en France (23% pour Renault).

Ces deux éléments, recevables en partie, ne doivent pas occulter les erreurs stratégiques d'un groupe insuffisamment internationalisé, trop peu présent sur le marché chinois et à la gamme inadaptée en raison de ses coûts de production élevés. La puissance publique n'a de son côté rien à se reprocher sinon ne pas avoir assorti l'octroi de 4 milliards d'euros d'aides ces dernières années à une restructuration en profondeur de l'organisation de la firme sochalienne.

La ligne de défense de PSA est en effet contredite par une étude publiée mardi par Eursostat, l'Institut européen de statistiques. Sans surprise, l'hexagone figure parmi les pays européens où le coût du travail est, de façon globale, les plus élevés. Pour autant, le coût du travail dans le secteur de l'industrie n'a augmenté que de 2,4% en France depuis 2002, ce qui est trop faible pour justifier un décrochage massif en termes de compétitivité.

Les économistes relèvent surtout que la France n'a pas compensé son coût du travail élevé par une montée en gamme ou par une hausse suffisante de la productivité. L'étude souligne surtout que si l'Allemagne peut supporter un niveau élevé des salaires et de l'euro, c'est qu'elle pratique le recours massif à la sous-traitance en Europe de l'Est. L'externalisation permet à notre voisin Outre-rhin de gagner au moins 20% de compétitivité ce qui la place à un meilleur niveau que l'Espagne.

Ces explications ne changeront rien au mal-être des salariés de PSA mais ceux-ci ne doivent pas se sentir coupables de la situation de leur entreprise. Si le navire PSA prend l'eau, c'est avant tout parce que l'armateur et le capitaine n'ont pris ni la bonne direction, ni la bonne cargaison.


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • jaja jaja 25 juillet 2012 08:33

    Quand on est salarié on n’a qu’un droit dans le monde de l’entreprise totalitaire : celui de fermer sa gueule... En conséquence les salariés ne se sentent aucunement responsables quand leur usine menace de fermer...ils se battent !

    Aujourd’hui les ouvriers d’Aulnay, Poissy et Rennes se retrouvent devant le siège de PSA à partir de 10h30... Celles et ceux qui comme moi habitent la Région parisienne peuvent s’y rendre...

    Pour se rendre chez les patrons de PSA, (75, avenue de la grande armée)
    prendre le RER A sortie Charles de Gaulle-Etoile
    puis 700 mètres à pied ou M° Porte Maillot ou M° Argentine.

    Bon j’y vais.... smiley


    • Le péripate Le péripate 25 juillet 2012 09:08

      Si ça bouge, taxez-le ; si ça bouge encore, régulez-le ; si ça ne bouge plus, subventionnez-le.

      Prime à la casse entre 2099 et 2010 : 1 038 millions d’euros
      Bonus malus écologique entre 2008 et 2011 : 1 milliard et demi d’euros
      Voitures chassées des villes
      Equipements stupides( ethylo, gilets, etc)
      Taxation à mort du carburant
      Controle technique
      Normes sécurité et antipollution

      Malgré tous ces obstacles, les immatriculations avaient quand même légèrement progressé.

      Le problème c’est que l’argent des autres finit toujours par manquer. Et plouf.

      Mais bien sûr ce sont les dirigeants qui ont tous les torts.

      Pas les pompiers pyromanes, énarques qui n’ont jamais vu une entreprise.


      • foufouille foufouille 25 juillet 2012 12:07

        « Mais bien sûr ce sont les dirigeants qui ont tous les torts. »
        c’est pas eux qui decident que tout le monde peut acheter ?

        mince alors, sont pourtant bien payes .........


      • iris 25 juillet 2012 12:24

        ci-dessous mon précedent mot sur le mème sujet

        oui ils gagnent encore -et c’est le concessionnaire qui doit se serrer la ceinture-la marge sur les ventes de voitures est minime-et le constructeur pousse à la vente à coup de prime d’objectif ou autre-pour avoir 200 euros sur une voiture il faut vraiment pleurer...le client aussi
        et les constructeurs sont les vrais maitres des concessions-ils obligent à l’image de marque-formation-temps de travail des compagnons sur les opératiosn-visite et controle par du personnel qui se comportecomme chez lui dans les concessions-opérations commerciales obligatoires -
        etc.....et ils facturesnt le moindre papier aux concessionnaires ceux ci sont organisés mais ne disent pas trop grand chose pour le moment et pensent surtout à eux mème et à ne ps perdre la prime...en véhicule en pièce de rechange à l’après vente etc....que les constructeurs agitent sous leur nez...

        la crise financière va peut etre nous obliger à revoir l’organisation de nos déplacements...
        la rentrée va etre dure....



        • CHIMERE 25 juillet 2012 12:27

          Peugeot en 2011 : 

          -40% du marché Iranien,un marché émergeant,en très forte progression.
          -450000 véhicules vendus/an

          Peugeot en 2012 : 

          -0% du marché Iranien,un marché émergeant,en très forte progression.... !!
          -0 véhicules vendu... !!

          C’est déjà une cause très factuelle de la crise que subit ce groupe.

          Cet abandon du marché Iranien aurait été imposé par l’actionnaire état-unien GM....pour « punir » les « méchants » Iraniens d’avoir eu le début de l’ombre de l’idée d’avoir peut être un jour une arme atomique....bouh...méchants Iraniens...alors qu’Israël en possède plus de 400,mais c’est les gentils,alors ça ne compte pas...

          La deuxième,c’est de fonctionner avec une devise inadaptée,l’Euro,à 1.25 us dollar.
          Une devise nationale à parité avec le dollar us,voire légèrement inférieure,ferait que cette crise,ce serait Volkswagen,qui la subirait....pas Peugeot !

          La troisième,c’est d’avoir « placé » la trésorerie (plusieurs milliards d’Euros) au casino de Wall Street.....et d’avoir tout perdu....Ah,qu’ils ont du talent,ces « managers » surpayés...

          Etc....



                       

          • CHIMERE 25 juillet 2012 12:31

            erratum : lire « 30% » du marché Iranien.


            Peugeot en 2011 : 

            -30% du marché Iranien,

            • Roosevelt_vs_Keynes 25 juillet 2012 17:16

              Prendre un peu de hauteur de vue, considérer la faillite du système bancaire, et prendre en compte le retour au Crédit productif public...

              Glass-Steagall + Crédit productif public = avenir de PSA


              • spartacus spartacus 25 juillet 2012 17:47

                Lamentable article.


                Licencier 8000 personnes alors que votre groupe est de 209 000 personnes sur un marché en en recul est une décision responsable. C’est la moins mauvaise.
                Marre d’entendre les oiseaux de gauche frapper ceux qui ont plié un genou, se réfugier derrière des bouc-émissaires, des refuges déresponsabilisants. 

                Une entreprise vit dans un environnement contraignant, difficile, c’est son lot quotidien.
                Peugeot ne reste pas inerte, face à la conjoncture de son marché.
                On oublie la désignation d’une entreprise « personne morale », comme une personne, elle peut-être faillible comme tout le monde.
                Fabrication nationale, non-licenciements secs, ré-industrialisation du site, rapatriements sur Poissy. ce sont des gens responsables.

                Bien au contraire, la puissance publique est particulièrement responsable, elle a empêché ses marques nationales de se jeter dans le haut de gamme sur une base Française, Elle sanctionne bien plus qu’en Allemagne le conducteur de grosse berline, avec une carte grise lourde, des années de vignette élevées, des limitations de vitesse qui fait qu’on ne peut utiliser son haut de gamme que sur les autoroutes Allemandes, un permis a point intimidant, des radars à tous les coins.
                 Une gestion publique qui limite la voiture en ville, fait des parkings chers et encourage le vélo. Le kilomètre Allemand est bien moins cher que le kilomètre Français.

                L’auteur explique que Peugeot n’est pas sur le marché chinois, oui il faut fermer en France pour construire l’assemblage en chine. C’est ce qu’ils font.

                L’auteur confirme « faiblement » le coût du travail plus élevé en France, rarement on parle aussi des coûts de fonctionnement plus élevés. Les péages, les taxes, les coûts administratifs, les obligations sociales plus lourdes et élevées, comme les impôts sur les sociétés en France.

                Au delà de Peugeot, la puissance publique ne considère l’entreprise que comme un percepteur. Augmente les impôts sur les bénéfices et autres charges diverses pour payer son armée de fonctionnaire.

                Si bien que les sièges sociaux mëmes les plus francophiles quittent le pays. Renault, n’a t-il pas mis son siège social aux pays bas ?
                Le titre de l’auteur aurait du être « la mauvaise place du siège social ».

                Un prochain évènement va faire réfléchir :
                Air France KLM va licencier, conseillons de suite de mettre le siège aux pays bas. 

                • verdad 25 juillet 2012 19:01

                  Je me répète depuis deux semaines.

                  Les ventes de PSA en Iran ?
                  2011, 458000 véhicules.
                  2012 Queue dalle au lieu du demi-million.

                  La faute à qui ?
                  Silence des Politiques
                  Silence des Syndicats
                  Tous accusent Peugeot d’incapacité.
                  Personne n’a le courage de dire pourquoi le
                  Marché Iranien a du être perdu pour Peugeot.
                  Les voilà les 8000 emplois et l’usine qui ferme.

                  Qui a obligé PSA de ne plus livrer le Pays des Barbus ?
                  Regardez de l’autre côté de l’Atlantique et du côté des
                  anciens et nouveaux gouvernants qui l’ont oublié :

                  GOUVERNER C’est PREVOIR  !


                  • iris 26 juillet 2012 09:42

                    GOUVERNER C’est PREVOIR -oui

                    et revoir l’organisation de nos déplacements consommation orgnaisastion de la société
                    mais c’est sur le long terme
                    ce n’est pas en claquant des doigts que ça va se faire

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès