Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La méga dette inavouable américaine à 500% du PIB !

La méga dette inavouable américaine à 500% du PIB !

Le Trésor américain semble avoir un fardeau de dettes hors-bilan (non déclarées) de 66 trillions de dollars, soit une dette totale cumulée de 75.100 milliards de dollars équivalent à environ 500% du PIB des États-Unis !

Bill (William Hunt) Gross, le co-fondateur et co-dirigeant de PIMCO, le plus important fonds d'investissement au monde (avec environ 1.200 milliards de dollars d'actif en gestion) historiquement orienté vers le marché des obligations, liquide totalement sa position en bons du Trésor américains (durant le mois de février 2011), puis explique dans sa note de perspective d'investissement mensuelle (le 1er avril 2011 - et ce n'est pas un poisson d'avril ;-)), qu'au-delà des 9.1 trillions de dollars de dettes fédérales officielles, le Trésor américain semble avoir un fardeau de dettes hors-bilan (non déclarées) de 66 trillions de dollars, soit une dette totale cumulée de 75.100 milliards de dollars équivalent à environ 500% du PIB des États-Unis !

Bill s'appuie notamment dans son argumentation sur une formidable étude intitulée USA Inc. réalisée par Mary Meeker en février 2011 et recommandée (entre autres) par Paul Volcker et Michael Bloomberg.

Cette étude nous indique très clairement (page 9) que :

9.1 (dette fédérale officielle)

+ 7.9 (Sécurité Sociale - non budgété)

+ 22.8 (programme Medicare - non budgété)

+ 35.3 (programme Medicaid - estimation du coût sur 75 ans)

= 75.1 trillions de dollars (75.100 milliards de dollars soit environ 5 fois le PIB américain)

 

Afin de ne pas affoler démesurément ses lecteurs, Mary Meeker prend bien soin de ne pas intégrer le programme Medicaid (le financement de ce programme est alloué chaque année par le Congrès américain sur la base de "ce qui est nécessaire" à partir des recettes fiscales générales) dans les dettes du "BILAN USA 2010" (page 209), ainsi que dans le reste de son étude ; précaution que Bill outrepasse allégrement afin de marquer profondément les consciences sur l'abime funeste que présage l'énormité de la dette réelle américaine.

D'ailleurs Bill réussit fort bien sont opération de communication apocalyptique, comme le démontre un article récent du "Financial Times" : Peut-on croire les boniments de Geithner sur la dette ? (où l'on apprend que PIMCO vient de prendre une position négative sur les bons du Trésor américain)

Le fait que S&P abaisse la perspective des Etats-Unis de stable à négative lundi dernier abonde également indirectement dans ce sens : « Si les législateurs aux États-Unis arrive à se mettent d’accord sur une stratégie de consolidation fiscale, il nous semble que l’expérience d’autres pays souligne que la mise en application prendra du temps. Ceci pourrait également constituer une source de dissensions politiques significatives, non seulement au sein-même du parlement ou entre le parlement et le gouvernement, mais dans le pays tout entier. »

Dans cette partie de casino mondial (et selon ces calculs), les grecs (120%) font office d'amateurs et les japonais (230%) de petits joueurs... lorsque l'on considère le champion du monde toute catégorie du bluff financier planétaire : les États-Unis (500%) !

Les jeux sont faits - Rien ne va plus !!!


Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 21 avril 2011 10:36

    La dette : Marx avait parfaitement analysé comment cela fonctionne, et cet article simplifié est toujours d’actualité.....

    http://2ccr.unblog.fr/2011/01/07/la-dette-publique-et-la-bancocratie/


    • Assurancetourix Assurancetourix 21 avril 2011 10:37

      Au sujet de l’étude américaine de Mary Meeker, vous pouvez lire la chronique en français de Vincent Colot du 8 avril dernier :

      (sa conclusion est néanmoins un peu trop optimiste à mon sens...)

      « Cette étude propose une nouvelle façon d’aborder les finances publiques : si les Etats-Unis étaient considérés comme une entreprise, si les chiffres budgétaires étaient transformés en actif, passif et compte de résultats, quel bilan de santé en serait-il tiré ? »

      • Emmanuel Aguéra LeManu 21 avril 2011 11:10

        "...Si les Etats-Unis étaient considérés comme une entreprise (...) quel bilan de santé en serait-il tiré ?"

        Bonne question, le barde, et simple réponse : augmentation de capital (planche à billets.... bons du Trésor...), prise de bénéfices des actionnaires, puis liquidation et faillite, comme d’habitude.
        D’ailleurs, nous y sommes : L’un des actionnaires a besoin de liquidités...


      • Assurancetourix Assurancetourix 21 avril 2011 11:34

        Et oui cher LeManu, nous y sommes... enfin presque semblerait-il comme le laisse présager LEAD (Laboratoire Européen d’Anticipation Politique) dans son dernier bulletin mensuel alarmiste... encore faut-il que la planche à billet de la Fed arrête de tourner (fin du QE2 prévu pour juin prochain)... et que le « serpent » américain arrête de se manger la queue : « L’économie américaine croule sous ses créances pourries ? Pas de problème, la Fed rachète le tout sans trop poser de question. Le gouvernement américain a besoin d’argent pour ne pas faire faillite ? Que cela ne tienne, il rachète à tour de bras des bons du Trésor. Et quand c’est la Fed qui finit par faire faillite, le Trésor américain la renfloue, avec de l’argent imprimé. »


        Elle est pas belle la vie des Ploutocrates-Unis !?!

      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 avril 2011 19:56

        Cette dette ne sera évidemment jamais remboursée. On peut le dénoncer gentiment ou brutalement. Je persiste a proposer la même solution qu’il y a deux ans. Les alternatives une a une disparaissent...



        Pierre JC Allard

      • Daniel Roux Daniel Roux 21 avril 2011 11:24

        Tout cela est très grave et mériterait un peu plus de rigueur.

        Quel est le montant réel de la dette US aujourd’hui ? Ce n’est pas l’article qui nous l’apprendra. Elle doit tourner autour de 85% du PIB. Ce qui ne veut pas dire grand chose, puisque le PIB est bidonné, que l’inflation est bidonnée, que le taux de chômage est bidonné et que les agences de notation servent les seuls intérêts de Wall Street qui les fait vivre.

        La dette dans 75 ans ? On s’en fout un peu, non ? D’autant que personne n’est capable de prédire l’état du monde ne serait-ce que dans 1 an.

        Inclure une dette présumée de Medicaid dans 75 ans nuirait à la démonstration de l’auteur si seulement on savait ce qu’il veut démontrer.


        • Assurancetourix Assurancetourix 21 avril 2011 12:15
          Le calcul de la supposée dette réelle américaine présenté dans cet article n’est pas faite par l’auteur de cet article mais par Bill Gross, le patron du plus gros fonds d’investissement au monde (américain de surcroît et historiquement orienté vers les obligations d’état), qui liquide tous ces T-bonds en février, annonce la couleur de la situation réelle de la dette américaine dans sa dernier note de perspective d’investissement mensuel (traduction partiel en français), puis 10 jours plus tard spécule, par l’intermédiaire de sa société, en prenant une position négative sur ces meme T-Bonds (« explication » en français) !!!

          Il est vrai que Bill « charge un peu la mule » en intégrant dans ses calculs le programme Medicaid, mais même sans cela les chiffres officieux, incluant seulement la sécurité sociale et le programme Medicare qui sont tous les deux non budgétés et représentent une charge de 30.700 milliards de dollars pour l’état américain, sont exorbitant par rapport aux chiffres officiels ! (une bonne image de la situation serait d’oublier d’intégrer le coût de la Sécurité Social dans le budget de l’état français...)

          Officiellement, la dette américaine est proche de 100% du PIB.

          Le problème, c’est que l’Etat américain vit très au-dessus de ses moyens. En mars dernier, l’administration américaine a perçu 150,9 milliards de dollars d’impôts et de taxes. Mais elle a dépensé sur la même période 339 milliards de dollars. Si on y ajoute le rachat des bons du Trésor arrivés à échéance sur le mois, on atteint même les 1.052,8 milliards de dollars de dépenses. Pour 1 dollar qui rentre dans la poche de l’Etat, 7 dollars en sortent. En 2011, le déficit américain devrait atteindre officiellement 9,5% du PIB.


        • pierrot123 21 avril 2011 12:43

          Une dette, y a pas trente six solutions : soit on la paye, soit on la répudie...
          Les USA ne pourront évidemment jamais la payer.
          Ils ne voudront pas non plus la répudier officiellement, pour ne pas perdre la face.

          Certes, une méga-inflation, avec chute du Dollar, effacerait progressivement cette dette.
          Mais, là, ce sont les créanciers (Chine en tête, qui détient des milliers de milliards de dollars en réserve) qui ne seraient plus d’accord...

          On peut aussi tenter de faire payer les autres...C’est ce qui est commencé avec les dégradations successives des pays Européens, mais ce sera insuffisant.

          Dernière solution, qui efface toutes les dettes : le chaos, c’est-à-dire la guerre...
          Il semble de plus en plus probable, hélas, que cette « solution » va s’imposer d’elle-même.


          • perlseb 21 avril 2011 20:06

            une méga-inflation, avec chute du Dollar, effacerait progressivement cette dette.

            Même pas, car l’essentiel des obligations qui circulent sur le marché sont à court-terme. Sauf si vous parlez d’hyper-inflation. Mais en fait, comme la première puissance mondiale est la Chine (PIB américain complètement bidonné : que du vent avec des dettes privées gigantesques qui sont là pour augmenter artificiellement ce PIB), c’est la Chine qui supporte intégralement le dollar puisqu’elle attache sa monnaie au dollar (et c’est normal qu’elle le fasse puisqu’elle a une montagne d’obligations d’état).

            Le jour où la Chine décide de ne plus soutenir les Etats-Unis (car les soutenir revient plus cher mais surtout, l’armement Chinois sera suffisant pour détruire le monde entier : voir le lancement d’un missible au large de la Californie vraisemblablement par un sous-marin chinois, la destruction d’un satellite par des chinois pour montrer leurs progrès réels en technique militaire,...), les Etats-Unis n’existent plus et le dollar définitivement enterré.


          • Alliance Rebelle citoyen du sud 21 avril 2011 22:47

            @perlseb : « voir le lancement d’un missible » 

            desolé de vous contredire mais les chinois n’ont pas une tradition expansionistes et encore moins eradicatrice
            vous confondez les peuples d’asie avec les peuples euro-americains de race blanche pagano-chretienne qui tire leurs psychologie d’une construction d’essence biblique sur les concepts de race a part et nation elu 
            l’asie c’est pas l’euro-amerique mon cher ...
             bombarder a coup de missile ne se fait pas d’un coup de tete parce qu’on as des missiles ou qu’on n’as des moyens d’extermination

          • perlseb 21 avril 2011 23:04

            @ citoyen du sud,

            Je suis entièrement d’accord avec vous, mais si les chinois sont bien plus civilisés que nous, ils savent que les américains sont comme nous (aussi barbares). Et quand on a un barbare en face de soi, si on veut le remettre à sa place, il faut lui montrer coûte que coûte qu’on est plus fort que lui (le barbare ne croit qu’en : « la raison du plus fort est toujours la meilleure ») : sinon c’est lui qui vous agresse.

            Vous me demanderez peut-être : « mais comment agresser la Chine de façon illégitime » ? Le barbare a aussi des moyens machiavéliques comme la propagande, pour faire croire ce qu’il veut à son peuple. Est-ce que les chinois et leur régime sont bien vus en France ? Non, pourtant notre oligarchie fortement pyramidale n’a rien à envier à leur système, peut-être plus démocratique que le notre sur le fond. Par exemple, la liberté d’expression sur le 11 septembre n’existe que sur le net, en France, et on crée des lois pour le contrôler...


          • iris 21 avril 2011 12:56

            il faudrait savoir ce qu’ils ont ou vont dépenser avec cette dette-
            si c’est pour garder leur train de vie avec grosses bagnoles et technologies à tout va -ça me parait mal barré-
            pour ce qui est du gendarme du monde si c’est la guerre pour renverser les dictateurs pourquoi pas ??en aide aux peuples opprimés-
            mais je pense que les usa ont eu ou ont un train de vie estravagant- et dire que nos élites nous les montraient en exemple !!
            de l’inconscience !! dans une terre ou l’on devrait préserver les ressources naturelles-sinon ce sera une planète déserte dans peu de temps-et ressemblera à mars ou autre...peut etre que c’est le destin de toutes les planètes ??


            • Assurancetourix Assurancetourix 21 avril 2011 13:35

              Le problème c’est que les états financent le paiement de leurs dettes par de nouvelles dettes ! En droit cela se nomme la cavalerie !!!

              Cette fuite en avant ne fonctionne que tant qu’il y a des prêteurs ayant suffisamment confiance ou étant attirés par des taux d’intérêts suffisamment intéressant pour couvrir le risque de défaut de paiement.
              Actuellement, la confiance dans la solvabilité américaine commence sérieusement à s’effriter... leurs autorités ne souhaitant pas augmenter le rendement de leurs obligations pour ne pas surcharger outre mesure la charge de leur dette (qui est déjà de 4.000 milliards d’intérêts à payer par an) préfère outrageusement racheter leurs T-Bonds arrivés à échéance (c’est le cas actuellement pour environ 70% de ceux-ci) en faisant tourner la « planche à billet » (grâce à ce qu’il nomme pudiquement le « Quantitative Easing »)... mais jusqu’à quand cette arnaque du « Millénium » pourra continuer à se poursuivre impunément au dépend du reste de la planète qui ne fait en réalité que financer à « perte à venir » le rêve, ou plutôt le délire, américain (actuel et passé)... 

              La fin du dollar (titre du dernier livre de Myret Zaki, devenue en quelques années l’un des écrivains économiques les plus réputés de Suisse) commence par ces quelques phrases qui résument à mon sens fort bien la situation actuelle :
              « Un krach du billet vert se prépare. Il est inévitable. Le principal risque planétaire actuel, c’est une crise de la dette souveraine américaine. La plus grande économie du monde n’est plus qu’une vaste illusion. Pour produire 14.000 milliards de revenu national (PIB), les Etats-Unis ont généré plus de 50.000 milliards de dette totale, qui leur coûte 4.000 milliards d’intérêts par an. »


              PS : Merci également à LeManu pour m’avoir fait mieux entrevoir que le dernier numéro de GEAB N°54 (du 15 avril dernier) corrobore parfaitement le sens de cet article : Crise systémique globale : Automne 2011 – Budget/T-Bonds/Dollar, les trois crises américaines qui vont provoquer la Très Grande Panne du système économique, financier et monétaire mondial

              • BA 21 avril 2011 13:53

                Oui, mais en Europe, c’est encore pire.


                Jeudi 21 avril 2011 :

                Tous les records sont pulvérisés.

                En Europe, plus personne ne contrôle la situation.

                La situation européenne est devenue totalement incontrôlable.

                Irlande : taux des obligations à 2 ans : 11,209 %.

                Irlande : taux des obligations à 3 ans : 11,941 %.

                Irlande : taux des obligations à 5 ans : 11,428 %.

                Irlande : taux des obligations à 10 ans : 10,222 %.

                Portugal : taux des obligations à 2 ans : 11,184 %.

                Portugal : taux des obligations à 3 ans : 11,174 %.

                Portugal : taux des obligations à 5 ans : 11,416 %.

                Portugal : taux des obligations à 10 ans : 9,525 %.

                Grèce : taux des obligations à 2 ans : 22,894 %.

                http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB2YR:IND

                Grèce : taux des obligations à 3 ans : 22,541 %.

                Grèce : taux des obligations à 5 ans : 16,888 %.

                Grèce : taux des obligations à 10 ans : 14,900 %.


                • asterix asterix 21 avril 2011 14:01

                  Cher barde qui, lui au moins, chante juste...
                  Relis « Le chaudron d’or », une des aventures les plus réussies de mon héros patronymique. Je te conseille de t’arrêter sur le bateau-pirate, même s’il n’apparaît pas dans l’aventure ci-dessus. La vigie ressemble à s’y méprendre à Obamix et la séquence se termine toujours par un bateau qui coule.
                  Alea jacta es, il n’y a plus de potion magique...


                  • Assurancetourix Assurancetourix 21 avril 2011 15:15

                    Cher Asterix, il est vrai qu’en qualité de membre du Conseil, mon patronyme a participé à la condamnation à l’exil du tien suite au vol du chaudron rempli de sesterces confié par Moralélastix, le chef gaulois d’un village voisin désireux d’échapper à l’impôt romain.
                    Asterix et Obelix étant ensuite en devoir de « gagner leurs vies » (commerce de sangliers, paris sur les courses de chevaux, braquage de banque…) pour remplir à nouveau le chaudron de sesterces et retrouver ainsi l’honneur perdu du village gaulois.

                    Obamix (alias Baba), ou donc plutôt pour la circonstance oBaba, en haut de la vigie du bateau pirate Etat-Unis risque fort bien très prochainement de se retrouver plus « mergitur » (sombrant) que « fluctuat » (à flot) - à l’inverse de l’expression consacrée « Fluctuat nec mergitur », à la tête de son navire USA méga débiteur...

                    « Les Gau... les Gaugau…les Gaulois... » seront je l’espère cette fois imagés par des citoyens alliés à la justice démocratique et au bon sens commun (qui devraient naturellement guider nos actes), en lieu et place de la cupidité de la ploutocratie qui nous gouverne actuellement dans l’ombre de l’oligarchie au pouvoir.

                    En effet, à l’instar de l’empire romain qui n’eut qu’un temps limité d’emprise sur le monde, « Alea jacta est », le sort en est (donc probablement) jeté, la potion magique du crédit illimité est bientôt terminé pour le futur ex-empire américain... (et pour les autres pays par la même occasion)

                  • Scual 21 avril 2011 14:55

                    Désolé mais tout cela ne repose sur rien du tout.

                    Des prévision sur 75 ans ? Il y a 75 ans personne ne prédisait la seconde guerre mondiale qui allait se dérouler pourtant seulement quelques années plus tard. C’est du vent.

                    En plus « non financé », ça signifie que si dès l’année prochaine ils augmentent assez les impôts, c’est bon y a plus de problèmes... Il s’agit en plus de déclarations dont le but est évidement politique à l’heure actuelle.

                    Bref l’intérêt de ces déclarations est nul. Par contre je serais curieux de connaitre les véritables raisons qui poussent tout le monde à se débarrasser des bons du trésor américain.


                    • Assurancetourix Assurancetourix 21 avril 2011 15:57
                      Une dette est une obligation de payer, que vous deviez la rembourser demain ou dans x années !

                      Les américains ont déjà du mal à trouver un accord de 39 milliards de dollars pour boucler les fin de mois ces temps-ci et ne pas être ainsi obliger de fermer les services publics pour cause d’absence de liquidités dans les caisses pour pouvoir payer les fonctionnaires et les frais... imaginez dès lors un peu les problèmes lorsqu’il s’agira de trouver réellement des solutions, pour des dizaines de milliers de milliards de dollars (4.000 selon Obama) d’économie à trouver et/ou d’impôts à imposer (à une population qui y est allergique historiquement), pour rembourser leur dette pharaonique envers le reste de la planète...

                      Si vous lisiez avec un peu plus d’attention l’article (mais celui-ci n’est pas forcément très clair au premier abord pour permettre d’alimenter le débat), suiviez les liens, et consultiez un peu les commentaires qui le suivent, vous ne diriez sans doute pas la même chose...

                      C’est effectivement du vent dont il s’agit ici, mais de celui de l’histoire, celle de la fin d’un temps et d’un système basé principalement sur le crédit illimité et la consommation outrancière, celle de la fin de la suprématie mondiale d’un pays par l’intermédiaire de sa monnaie virtuelle le dollar...

                    • pierrot123 21 avril 2011 16:02

                      " Par contre je serais curieux de connaitre les véritables raisons qui poussent tout le monde à se débarrasser des bons du trésor américain."

                      Ben, c’est facile : c’est de la monnaie de singe, tout simplement... !
                      Les gens sont pas idiots, surtout dans le monde de la finance....


                    • Leo Le Sage 21 avril 2011 17:51

                      @Assurancetourix
                      çà explique ce que je me suis dit depuis un bon moment :
                      Pour résorber leur dettes ils avaient intérêt à ce que le dollar chute pendant un moment.
                      C’est pour cela que j’ai cru comprendre qu’ils avaient acheté les 3/4 de leurs dettes.

                      Ce qui est une manoeuvre plus qu’intelligente, sachant que les chinois veulent lâcher les dettes américaines...

                      La FED a donc pris la décision logique : laisser les taux au plus bas de manière à faire tomber le dollar et çà tombe bien le Japon ne peut pas acheter de dollar en ce moment...

                      C’est encore l’Euro qui va souffrir et on est certain que les partis d’extréme droite vont en faire leur chou gras... smiley


                      • Leo Le Sage 21 avril 2011 18:17

                        @Assurancetourix
                        Les USA ne feront pas faillite pour la simple et bonne raison que personne ne le permettra.
                        Les chinois ne sont pas prêts pour se passer d’eux, les Européens non plus, et les Japonais qui aimeraient sauver l’amérique ne pourront pas certes les aider, mais pourront faire pression sur les autres pays pour justement qu’ils soutiennent les USA.
                        Même l’OPEP qui veut depuis longtemps quitter le dollar ne va pas accepter un crash du géant américain.

                        Faux cesser d’être naïf.

                        D’après ce que je vois, les USA profitent de la faiblesse des Japonais pour nettoyer en profondeur leurs dettes, en tout cas c’est ce que je ferais parce que dans le temps les Japonais achetaient le dollar chaque fois qu’il avait un coup de grisou...
                        Il faudra plusieurs mois pour le Japon avant de pouvoir remonter la pente...

                        C’est donc le bon moment pour les américains de rembourser... smiley


                        • Assurancetourix Assurancetourix 21 avril 2011 20:16
                          Petit éclairage récent pour « balayer » les idées reçues au sujet de Chine de 2011 :

                          Le 11 avril 2011, un éminent économiste et ancien conseiller de la banque centrale chinoise (PBOC), a comparé le marché des obligations du Trésor américain à une gigantesque chaîne de Ponzi, et a soutenu que la Chine devrait laisser flotter le yuan, en partie afin de ne pas avoir à acquérir autant d’actifs du Trésor. (source en anglais)

                          Paradoxalement à la croyance populaire, le magazine Forbes se demandait le 17 avril 2011 : Est-ce que la banque centrale chinoise est insolvable ?

                          Le 19 avril 2011, la Chine (principal créancier des États-Unis) a pressé officellement Washington d’adopter des « mesures responsables » pour protéger les investisseurs, après la mise en « perspective négative » de la note de la dette américaine par l’agence d’évaluation Standard & Poor’s : 
                          « Nous espérons que le gouvernement américain adoptera sérieusement des mesures politiques responsables pour protéger les intérêts des investisseurs », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hong Lei.



                        • Leo Le Sage 22 avril 2011 18:59

                          @Assurancetourix
                          C’est bien ce que j’ai dit :
                          La Chine ne peut pas se passer encore des USA pendant encore des années...

                          Et c’est logique que la Chine demande aux USA « plus de rigeur » on va dire... smiley


                        • pierrot123 21 avril 2011 18:56

                          @Leo Le Sage :
                          « ...C’est donc le bon moment pour les américains de rembourser... »

                          Non !
                          Ce ne sera jamais le bon moment, pour la simple raison que ces dettes sont in-remboursables... Elles excèdent plusieurs fois le PIB Américain.
                          Les Américains ne rembourseront jamais, au sens classique du mot « rembourser »...


                          • Leo Le Sage 22 avril 2011 19:06

                            @pierrot123
                            « Les Américains ne rembourseront jamais, au sens classique du mot »rembourser« ... »
                            Désolé j’avais pensé à l’évidence de mes propos.
                            En fait, ils ne pourront pas tout rembourser tout de suite cela va de soi...

                            Mais ils vont rembourser une partie, pour le reste il faudra que le dollar baisse encore.
                            Et je crois qu’il va encore baisser...

                            Je vous rappelle que le dollar est la monnaie de remboursement...
                            C’est pour cela que le remboursement au sens classique n’a pas de sens en soi...
                            (ils sont les propriétaires des billets de banque !)


                          • tvargentine.com lerma 21 avril 2011 19:45

                            C’est une bonne chose que le « modèle » du temple du libéralisme exacerbé soit en faillite


                            Attendons le dépôt de bilan et faisons confiance aux républicains américains pour nous sortir des scandales financiers pour mettre en difficulté le futur candidat OBAMA

                            Les modèles n’existent pas et n’existent plus 





                            • etychon 21 avril 2011 19:45

                              Il y a un hic dans cet exposé : un trillion=1 000 milliards ce qui devrait donner 75 milliards de milliards ... et non pas 75 mille milliards ! Quel est le vrai chiffre ?


                              • etychon 21 avril 2011 19:48

                                désolé une petite erreur...un trillion = 1 milliard de milliards, ces chiffres sont tellement grands qu’on s’y perd


                              • Assurancetourix Assurancetourix 22 avril 2011 09:59

                                Un trillion (utilisé dans les pays anglophone et au Brésil)

                                = un billion (utilisé en France et dans le reste du monde)
                                = 1.000 milliards
                                = 1 million de millions
                                = 1.000.000.000.000

                              • tchoo 21 avril 2011 23:06

                                Tout ça juste pour dénoncer le porgramme de sécurité sociale mis en place aux USA.

                                Sans nier l’ampleur de cette dette, même si elle et là, majorée volontairement (comme si il y en avait besoin), il serait interessant de savoir de quoi elles est constituée, en comparaison à celle de la france.


                                • Assurancetourix Assurancetourix 22 avril 2011 09:43

                                  « Il serait interessant de savoir de quoi elles est constituée, en comparaison à celle de la France. »

                                  La réponse à la partie américaine de votre interrogation se trouve ici :
                                  USA Inc. (en anglais)

                                  (la conclusion de cette chronique en français est néanmoins un peu trop optimiste...)


                                • wesson wesson 21 avril 2011 23:33

                                  bonsoir,
                                  je suis sidéré de constater que si peu de personne n’ont compris la manœuvre à laquelle l’auteur tente de se livrer : son « graphique » est pourtant clair, tout ça c’est la faute de la sécurité sociale ... c’est bien connu les états unis sont dotés d’une sécu particulièrement protectrice qui a réduit le secteur de la santé privé à la portion congru ...
                                  encore un peu et on se croirait à cuba niveau protection santé.

                                  Tout ceci est ridicule. Il n’y a rien à retenir de ce non article .


                                  • Assurancetourix Assurancetourix 22 avril 2011 09:37

                                    Bill est un financier, il résonne donc en financier et son métier est d’analyser les faits pour anticiper le futur. Que la sécurité sociale et l’assurance maladie soient un « trou sans fond » pour les Etats-Unis est un constat qu’il fait objectivement. Le coût aux Etats-Unis de ces prestations sociales est hors de prix comparativement à autres systèmes pratiqués dans d’autres pays comme le notre (et je le regrette autant que vous).

                                    Par contre, nier les faits par pure idéologie, comme vous semblez le faire, est un déni de réalité !

                                  • Epiménide 22 avril 2011 08:35

                                    Cet article est une synthèse de résumé d’argumentation fumeuse. Passons sur la confusion entre trillion et billion, mots qui n’ont pas le même sens partout. La confusion est surtout soigneusement entretenue entre dette et engagement. Bravo l’artiste !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès