Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La musique a le blues

La musique a le blues

Paradoxalement, dans une société où la musique n’a jamais été aussi importante, les artistes vivent difficilement de leur métier. Les ventes de disques sont en chute libre et tous ne peuvent pas assurer leurs revenus par les concerts et les produits dérivés. Entre les prix trop élevés exercés par les majors et les mesures juridiques inefficaces contre le téléchargement, quel avenir peut-on imaginer pour les artistes ? Cette question se pose, d’autant plus que la concurrence dans ce domaine n’a jamais été aussi rude entre artistes connus et reconnus, les jeunes talents, ceux qui tentent leur chance par tous les moyens et les « machines à profits ».

On le sait, l’industrie de la musique est en crise depuis l’apparition de nouvelles technologies remettant complètement en cause les modes de distribution traditionnelle des majors (Universal, Sony, Emi, Warner). Baladeurs mp3, sites d’écoutes en ligne, téléchargements sur internet ont remplacé le mode d’écoute traditionnel des années 1990 : le disque compact. Désormais très facile d’accès, la musique est devenue un produit plus abordable et d’une certaine manière « jetable ». Si un grand mélomane qui avait les moyens, pouvait posséder une collection de centaines, voir de milliers de disques il y a quelques années, tout le monde trouvait cela exceptionnel. Aujourd’hui, la même chose serait considérée comme banal, la numérisation et l’augmentation des capacités de stockage ayant rendue l’accumulation de musique tout à fait accessible. Il suffit pour cela de quelques copier-coller. Chacun est libre ensuite, de faire de la place quand il en a besoin en supprimant quelques fichiers inécoutés…

Comme si cela ne suffisait pas, le téléchargement illégal s’est transformé, grâce à la généralisation de l’accès à internet en haut débit, en « major’s killer”. Il n’a jamais  été aussi facile en effet, de se procurer des fichiers musicaux illégalement via les nombreux logiciels de peer-to-peer (parmi lesquels Napster fait figure de précurseur) ou de torrent. Malheureusement, pour l’instant, ce n’est pas l’adoption de la loi HADOPI (Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet) qui empêchera ce fléau d’agir à l’image du bug survenu le 12 janvier 2011. On apprend dans Le Monde du 14 janvier que l’organisation a reconnu « l'existence de bugs et d'un manque de moyens dans sa mission de lutte contre le téléchargement illégal d'œuvres ». Concrètement, cela signifie qu’elle n’est pas en mesure de traiter toutes les adresses IP que les FAI lui fournissent. De plus, parmi toutes les données envoyées, seule une partie est réellement vérifiée et fait l’objet d’un rappel à la loi par email chez les intéressés.

Face à la tentative ratée de créer de nouvelles législations protégeant l’artiste, ses revenus et par conséquent, les royalties des majors de la musique, ces derniers tentent de s’organiser. En 2000, Sony devient le premier major à lancer sa plateforme de téléchargement légale de musique en ligne. Il est suivit rapidement par Universal. Toutefois, c’est la plateforme iTunes ouverte par Apple en 2003 qui fera connaître réellement ce modèle. Les prix exercés par ce moyen sont cependant restés très élevés (approximativement 1€ pour un titre). Aujourd’hui un album revient donc aussi cher en magasins qu’en ligne sauf que dans ce dernier cas, vous n’avez pas le droit à l’objet. L’achat légal de musique en ligne, malgré tout l’espoir que lui portaient les majors, n’a donc pas su convaincre. A part certaines personnes à l’éthique irréprochable et malgré l’envie de faire un geste pour l’artiste, le choix est vite fait entre se procurer un album à 20€ ou gratuitement. Avec ce système, les majors ont probablement réglé le problème du déplacement mais cette contrainte semble d’une importance mineure à côté de celle du prix.

Pour faire face à la chute inexorable des ventes de musique, l’Etat à mis en place un nouveau dispositif en octobre 2010 : une carte musique prépayée destinée aux jeunes de 12 à 25 ans. Le principe est simple. L’internaute choisit sur le site www.carte-musique.gouv.fr, une carte de x euros qui lui donnera le droit d’acheter l’équivalent en musique de deux fois le montant de sa carte. Selon les chiffres du ministère de la culture, 50000 cartes se seraient écoulées avant la fin du mois d’octobre. Cependant, les chiffres de fréquentation du site web cité ci-dessus, analysés par pcimpact.com, semblent assez faibles comparés aux ventes annoncées. D’autre part, si cette offre montre une certaine volonté de rendre la musique légale plus accessible, les prix ne sont que divisés par deux et restent élevés. Des critiques sont aussi apparues pour dénoncer une mesure inefficace financée par le contribuable. Enfin, cette carte, qui était censée servir de « contrepoids » à la loi HADOPI, reste particulièrement ciblée. Ce second échec montre que l’abaissement des coûts n’est pas suffisant pour attirer le consommateur.

D’autres entreprises se sont alors penchées sur ce problème afin d’y trouver une solution. C’est ainsi que sont nés les sites de financement communautaire. Le plus connu, et l’un des pionniers dans le domaine musical s’appelle My Major Company. Ce système a déjà permis à deux artistes de lancer leur carrière (Grégoire, Joyce Jonathan). Crée en 2007, le site avait pour objectif de donner une chance à n’importe quel artiste s’inscrivant sur le site. D’un côté un musicien s’inscrit sur le site, y dépose ses chansons, photos, vidéos, etc. De l’autre, les producteurs, des internautes, décident ou non de miser, de donner une somme d’argent à l’artiste. Lorsque que ce dernier obtient une certaine somme d’argent, le site prend alors en charge l’enregistrement d’un album, la promotion, les concerts… Quand l’artiste est vendeur, les producteurs chanceux pourront rentabiliser leur investissement grâce à la redistribution des revenus.

Si cette méthode ne règle en rien la contrainte du coût de la musique, elle permet au moins au futur consommateur de s’impliquer, concrètement, dans un projet qui lui tient à cœur. De plus, les producteurs qui auront envie que leur investissement rapporte, feront marcher le bouche à oreille. L’artiste produit par le « label communautaire » bénéficiera de son côté, non seulement d’une aide financière, mais aussi bien sûr, d’un soutient populaire. Le financement communautaire appliqué au domaine musical présente donc un avantage majeur par rapport aux majors. En effet, les musiciens produits à coup de millions d’euros (campagne de publicité, marketing…) bénéficient souvent d’une mauvaise image. Ils peuvent être perçus par la population comme des maillons d’un processus commercial bien huilé. Face à cela, les artistes issus des « labels communautaires » profitent de la légitimité acquis au fil du temps auprès des internautes. Enfin, quelqu’un qui a investit et suivit une personne sera plus enclins à lui acheter son album à sa sortie. Par conséquent, les ventes de disques pourraient augmenter (Grégoire en aurait vendu près de 800000 à ce jour).

Aussi attrayante qu’elle puisse paraître, cette offre semble toutefois montrer quelques limites. Premièrement, sur les centaines d’artistes qui choisissent cette voie pour se faire connaître, seuls quelques uns parviennent à récolter la somme nécessaire à la production d’un album. En effet, dans ce système, l’artiste est dépendant de la générosité et du porte monnaie de l’internaute. Les sommes maximales par personne étant souvent limitées, cela prend du temps d’accumuler l’argent requis. De plus, même si le placement à effectuer est moins élevé que pour d’autres secteurs où le financement communautaire existe (lancement de nouvelles entreprises), le risque reste tout de même élevé de perdre sa mise. A titre d’exemple, sur la trentaine d’artistes produit sur My Major Company, seulement deux se sont révélés très rentables. Si l’on admet, simple suggestion, qu’une grande partie des internautes intéressés par le concept ne mise qu’une seule fois ou, dans tous les cas, ne remise pas lorsqu’ils ont subit une perte. En admettant ensuite, de manière tout aussi subjective,  que ceux qui, en misant beaucoup sur un artiste qui a eu du succès, ne mise plus ensuite parce qu’ils sont satisfaits de leurs gains. Enfin, si l’on considère que l’effet de nouveauté et le rêve de miser sur un artiste aussi profitable que Grégoire n’a plus autant d’effet qu’auparavant, il est difficilement imaginable que ce procédé puisse sauver l’artiste et les majors. Il semble tout aussi incohérent de penser que tous les artistes pourraient se financer de la sorte d’autant. En effet, ce procédé entraine mécanique l’augmentation de la concurrence et l’éparpillement des ressources.

La solution pourrait venir d’un concept simple mais efficace. Beezik en 2009, a été le premier site en France à l’utiliser. Il s’agissait de rendre le téléchargement de la musique entièrement gratuit et légal grâce à la publicité. L’idée parait tellement bonne (« révolutionnaire » selon Beezik.com) que l’on se demande pourquoi personne ne l’a appliqué avant. Par le visionnage d’une publicité vidéo, vous obtenez le droit de télécharger un morceau et vous reversez indirectement un revenu à l’artiste. La solution miraculeuse serait donc à chercher du côté du financement publicitaire. Reste que ce mode d’achat de musique présente encore quelques contraintes même si elles restent mineures. En effet, les fichiers téléchargés via ce site restent partiellement bloqués. Ils sont dotés de Digital Right Management (DRM) qui limitent les copies, les moyens de transferts (obligation d’utiliser le lecteur Windows Media) et bien sûr, la publicité reste présente, d’une manière ou d’une autre sur le titre…   

Toutefois, le financement grâce à la publicité présente l’immense avantage de supprimer la cause principale du téléchargement illégal : le prix. A ce titre, cette solution semble la plus crédible pour relancer les « ventes » de musique. Elle n’en est qu’à ses débuts et mérite d’être encore améliorée par la suppression des limitation évoquées ci-dessus. Quelques questions restent tout de même en suspend. Quand est-ce que les majors, principaux acteurs de la vente de musique, accepteront de mettre ce système en place ? Est-ce qu’il s’avérerait aussi rentable et intéressant pour les publicitaires si tout le monde s’y mettait ? Une première limite vient alors porter une ombre au tableau : comment exiger des publicitaires assez d’argent pour que les sommes récoltées soient suffisantes si la concurrence pousse, au contraire, les prix vers le bas ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Numero 19 Numero 19 19 janvier 2011 13:18

    Le début de l’article me laisse perplexe.

    Vous parlez de profit dès le début de l’article. Les jeunes artistes ne peuvent vivre de leur art.

    Cette approche de l’art me dérange. Comment pouvez-vous imaginer l’art avec une priorité financière ?

    Je fais une oeuvre d’art pour gagner ma vie ? Non. Je le fais pour créer, ensuite si les gens aiment, l’argent arrive. L’impératif financier nuit gravement à la créativité.

    Concernant la rémunération, il est évident de voir que les majors (et l’industrie du cinéma) n’ont pas fait grand chose, et n’ont pas fait évoluer leur modèle économique.

    Il est possible de vendre des lecteurs de musique qui insèrent automatiquement des publicités toutes les x chansons, avec une liste de publicités mise à jour en ligne. Comme à la radio, quoi.

    Pareil pour les films : une ou deux coupures de pub pendant le film, comme à la télé.

    Techniquement, tout cela est parfaitement possible, tout en étant ridicule de simplicité.
    Si les majors n’en ont visiblement rien à faire, je ne vois pas pourquoi on s’arrêterait de télécharger.


    • stanac 19 janvier 2011 14:14

      Je suis d’accord avec vous que l’artiste crée avant tout parce qu’il aime cela. Cependant, j’entends par artiste dans cet article quelqu’un qui essayerait réellement de vivre de son art et non pas quelqu’un qui ferait de l’art simplement pour son plaisir, en tant que loisir. A partir de là, si l’artiste n’arrive pas à vendre, il n’a plus de salaire et doit donc trouver une autre activité qui lui permette d’acheter ce dont il a besoin pour vivre. Peut-être qu’effectivement ce point n’a pas été assez clarifié dans l’article.

      C’est mon premier essai de rédaction d’un article donc n’hésitez pas à me faire des remarques.


      • morice morice 20 janvier 2011 00:41

         En effet, les fichiers téléchargés via ce site restent partiellement bloqués. Ils sont dotés de Digital Right Management (DRM) qui limitent les copies, les moyens de transferts (obligation d’utiliser le lecteur Windows Media) et bien sûr, la publicité reste présente, d’une manière ou d’une autre sur le titre…   



        c’est ingérable comme système : Sony s’était fait piéger par des DRM... Vous ne connaissez visiblement pas assez le dossier technique de la question. 


        exemple :

        Les DRM sont à mes yeux une hérésie née des appétits qu’aiguisent un très certain potentiel technologique. C’est aussi une facilité qui évite de repenser les problèmes à leurs sources. On peut utiliser l’atome pour se chauffer l’hiver ou pour démontrer sa puissance au monde. Les technologies de l’information rendent possible un tout répressif qui était jusqu’alors inimaginable. Elles permettent aussi un échange d’idée comme je suis en train de le faire ici. Je ne connais pas l’issue de ce débat mais j’espère que nos députés vont s’armer pour comprendre les implications sociales, morales et techniques de cette loi. Et s’informer consiste à écouter et se faire un avis. Les majors et les éditeurs ont, eux aussi, un avis à donner. Mais sûrement pas leur mot à dire. Nous avons confié à l’Etat la charge de préserver nos libertés, de protéger notre individualité et notre intégrité morale. Il a le devoir de nous orienter face à nos responsabilités mais pas de nous conditionner et de se retourner contre nous. L’Etat a pour mission de contrôler et de sanctionner si la ligne rouge que nous avons fixée ensemble a été franchie. Nous avons une police spécialisée dans ces technologies et elle a un rôle à jouer. Et que l’on arrête de dire que sur Internet la chasse aux actes illégaux est difficile. Les DRM sont pour moi un constat d’échec. Étouffer un comportement n’incite pas un individu à changer et à prendre ses responsabilités. Enfin, l’Etat n’a pas pour vocation d’aider les acteurs économiques à s’imposer et encore moins au détriment de celles et ceux qu’il représente.

        • stanac 20 janvier 2011 08:45

          Je suis bien d’accord avec vous. Je n’approuve pas l’utilisation de DRM. Leur efficacité est assez limitée puisqu’ils peuvent être contournés. Reste qu’ils sont bien là, sur certains fichiers musicaux et que beaucoup ne savent pas les enlever et ne se posent même pas la question. C’est vrai que je n’ai pas l’idée d’en parler dans cet article. D’ailleurs vous venez sans doute de le faire mieux que moi car je ne connais cela que dans les grandes lignes.


        • Marc Bruxman 20 janvier 2011 01:13

          Le problème de l’industrie de la musique a été son long déni de la situation. Elle a refusé de voir que les modes de consommation changeaient. Elle a voulu voir dans chacun de nous un pirate. Dans les années 1990 impossible d’acheter légalement de la musique en MP3 alors qu’il y avait une vrai demande. Si Universal avait crée Napster et en avait facturé l’accès 30 € / mois ils auraient éradiqués le piratage et fait fortune. Les gens voulaient de l’illimité et étaient prêts à le payer ! 


          Après il y a toujours de la création et des gens qui vendent des disques. Mais peut être que les musiciens doivent dans un premier temps faire de la musique comme un passe temps et n’en vivre que lorsque les revenus le permettent. D’une part cela leur évitera de produire une grosse merde sous la pression des maisons de disque (combien d’albums sont affligeants), cela leur fournira une indépendence artistique. Et une fois le public trouvé 

          Le DJ producteur néerlandais Armin Van Buuren a ainsi fait des études d’avocat en paralléle de son début de carrière. Ils pouvaient donc dire fuck à n’importe qui et devenir avocat. Derriére son succès il est clair que le fait d’avoir gardé son indépendence a surement contribué à faire de lui un musicien « à part ». 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès