Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La nouvelle finance prédatrice et criminelle

La nouvelle finance prédatrice et criminelle

Cette reflexion est issue de la lecture du livre "Le capitalisme criminel" de jean-françois Gayraud.

Personnellement, je ne m'interesse pas trop à la politique, je ne suis qu'un simple technicien de maintenance, travaillant dans le secteur automobile.

Mais j'ai voulu comprendre, pourquoi les pays d'Europe les uns après les autres semblent devenir des pays du tiers Monde, écrasés par la dette, sous perfusion du FMI...

Les médias " main stream" (flux pricipal qu'écoute le peuple) font beaucoup de bruit, parle de l'insignifiant, lui donne de l'importance. 
Derrière tout ce bruit, il y a l'important : La vérité cachée aux yeux du peuple.

Nos médias principaux parle très peu du " trading haute fréquence" appliqué pourtant de manière massive sur les places financières.

 

Les nouveaux stratèges de la finance, appliquent exactement ce même principe que nos médias principaux : 

Noyée dans le flux gigantesque de transactions fantômes, qui ne font que du bruit, passe tranquille le Signal ... la fraude invisible.

 

Vouloir réguler, controler, découvrir les fraudes au sein du trading haute fréquence, est juste de la poudre aux yeux. 
Le gendarme ne rattrapera plus jamais le voleur...

 

La puissance du concept, justement, c'est aussi qu'un sujet aussi technique et abstrait avait peu de chances en effet d’intéresser les médias, certainement complices de cette désinformation.

 

 

Le trading haute fréquence fait réfléchir, comment on a pu en arriver là ?

Jean-françois Gayraud titre le chapitre de son livre :

" Le trading Haute Fréquence - Les financiers de Wall Street ont t'ils inventé le crime parfait ? "

 

Une phrase de son livre m'interpelle tant il y a une brèche pour le coté obscure de la force : 

" De nos jours, l’urgence et la vitesse visent à éviter la discussion sur le sens et sur le fond."

 

Les traders de haute fréquence ne sont pas des investisseurs au sens classique du terme mais des passagers clandestins des marchés aux logiques prédatrices.

 

Ecoutons un de ces arrogants trader : 

" les investisseurs traditionnels ou de long terme ne sont plus la priorité des marchés. La priorité des Bourses est de se concentrer sur une classe d’acteurs du marché hautement rémunérateurs appelés traders de haute fréquence dont le seul intérêt est le trading de court terme, les investisseurs (de long terme) pouvant aller au diable..."

Diable ... Il semble pertinent de cerner le trading de haute fréquence par ce qui semble être son "sale petit secret" : la tactique d’annulation des ordres.

Les traders de haute fréquence annulent en moyenne plus de 90 % des ordres qu’ils lancent. L’utilisation massive de ces « ordres fantômes » révèle la véritable nature des traders de haute fréquence. Ces grands monsieurs en col blanc semblent avoir une pure logique de prédation largement frauduleuse.

Une autre chose puissante je trouve, est que ces nouveaux "maîtres du Monde", ces financiers richissimes, très influents au coeur même du gouvernement américain, sont déguisés en "chic types", de simples banquiers, "respectables" au yeux du public. Ils n'ont rien d'un criminel armé d'une kalachnikov...

Et pourtant, quand un trader spécule sur le cours du maïs ou du blé, entrainant la hausse du cours, cela n'est pas anodin et inoffensif... pour le petit mexicain vivant aux "States" et qui veut manger sa tortillas....

Un banquier complaisant a permis à ce même petit mexicain qui gagne 14 000 dollars annuel d'obtenir un crédit pour acheter une maison de 700 000 dollars... ce même trader a spéculé sur ces produits "toxiques" qu'ont été ces prêts immobilier.

Quand la "bulle immobilière" a éclaté, ces fins stratèges de banquiers comme ceux de Goldman Sachs, s'en sont sortis impunis, et plus forts, et une fois notre petit mexicain à la rue, ils ont spéculé sur la saisie de sa maison...

Voilà comment agissent ces " banksters", pour que tous ces "déchets" deviennent de l'or... 

Je vous propose içi la conclusion du livre enquète " le capitalisme criminel " de Jean-françois Gayraud, cela me semble important pour tous ceux qui n'ont pas le temps de lire un tel ouvrage, mais qui veulent comprendre le monde dans lequel nous vivons tous :

Que fut la crise des subprimes, sinon un vaste transfert d'argent de pauvres endettés vers de riches spéculateurs ?
Des riches aux manettes de la spéculation financière ont spéculé sans fin avec l'argent des pauvres et des classes moyennes berner par un rêve hypothécaire, au final, des riches sont devenus encore plus riches et des pauvres encore plus pauvres.
Une longue et habile chaîne alimentaire a autorisé les grands carnassiers en col blanc à dévorer des sous-espèces en col bleu, dans une pure logique de prédation largement frauduleuse.
Cette spoliation fut le résultat d'intérêts convergents plutôt que d'un complot.

La tragédie a bien eu lieu et s'est déroulée en 3 actes :

- Acte 1 : L'ORGIE (1980-2007)
Une dérégulation entamée dans les années 1970 et 1980, fruits d'innovations technologiques (informatisation), de bouleversements géopolitiques (fin de la guerre froide, mondialisation) et surtout de lois votées par et au profit de classes dirigeantes. Les marchés financiers sont les premiers bénéficiaires de ce mouvement historique et profond. Le dogme des marchés libres et infaillibles triomphent dans les médias, les classes politiques et les universités.
Aux états-unis et ailleurs, les ménages vivent une orgie d'endettement, et les élites de profits, tout en se livrant à des fraudes massives (faillites des caisses d'épargne américaines, Affaire Madoff, prêts "toxiques" ...etc).
Banquiers et agence de notation multiplient les fraudes sur les marchés des prêts hypothécaires.
Wall Steet ressemble à une "scène de crime" mais personne ne le sait encore.

- Acte 2 : LA CRISE PUIS LE SAUVETAGE (2007-2009)
Les bulles immobilières et financières éclatent aux états-unis en 2008.
Les banques occidentales appellent à l'aide les Etats qui doivent jouer les pompiers avec l'argent du contribuable. Les banques sont renflouées pour que l'effondrement du système financier n'entraîne pas dans sa chute toute l'économie américaine puis mondiale.Durant cette période les états bombe le torse en affirmant vouloir mater et moraliser les marchés financiers : Plus jamais ça !

Acte 3 : La chute (2009-2013)
Rien ne se passe comme prévu.
1- La crise initiale de l'endettement privé mute d'abord en crise économique et sociale (chômage massif), puis en crise de la dette souveraine (endettement public). Les états s'épuisent à sauver les banques en mettant sur la table plus d'argent que le plan Marshall de reconstruction de l'Europe après 1945.

2- La finance sort impunie, pire elle est récompensée et renforçée de/par la crise.
Les marchés prêtent désormais aux Etats qui les ont sauvés et pointent dans leur dos une lame tranchante afin de les pousser à se "réformer" et à maintenir des politiques d'austérité.

3- Les projets de régulation de la finance s'enlisent et ressemblent plus à des "effets cosmétiques"

4- La spéculation repart de plus belle, avec, c'est pas merveilleux, la garantie implicite des Etats.

5- L'impunité judiciaire ou autre est quasi totale pour les fauteurs de la crise.

6- Les fraudes liées à la crise se poursuivent : d'une part sur le marché des saisies immobilière (non content de t'avoir mis à la rue, ils spéculent sur ta maison saisie...), d'autre part sur le marche des taux inter-bancaires, le Libor, afin de masquer la crise de liquidités.

Conclusion :
La gigantesques "scènes de crimes financiers" que représente Wall Street constitue une criminalité bien réelle mais sans justice apte à la poursuivre.
Cette tragédie voit triompher une version ultra libérale des marchés et provoque un basculement des souverainetés étatiques vers des souverainetés financières.
L' oligarchie financière aura réalisé une double ponction : des pauvres et classes moyennes vers les riches, puis des contribuables (dont encore les pauvres et classes moyennes, pas ceux qui placent leur argent dans des paradis fiscaux) vers les ...je m'y perds ... ah oui, vers les riches.


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • howahkan howahkan Hotah 8 janvier 2015 11:29

    merci..

    je me permets de recopier la conclusion que je rejoins...

    Conclusion :
    La gigantesques « scènes de crimes financiers » que représente Wall Street constitue une criminalité bien réelle mais sans justice apte à la poursuivre.
    Cette tragédie voit triompher une version ultra libérale des marchés et provoque un basculement des souverainetés étatiques vers des souverainetés financières.
    L’ oligarchie financière aura réalisé une double ponction : des pauvres et classes moyennes vers les riches, puis des contribuables (dont encore les pauvres et classes moyennes, pas ceux qui placent leur argent dans des paradis fiscaux) vers les ...je m’y perds ... ah oui, vers les riches.

    Pour moi rien de ceci n’est surprenant...mais previsible, inévitable , et logique.

    est il possible d’aller plus loin ?

    A suivre sur vos écrans .....

    Malgré tout, je vois derriere tout cela, une dernier bordée de ce système qui ne peut que finir très bientôt ........

    le futur étant inconnu, je ne connais pas la suite..mais il fait beau ce matin......car malgré le tragique du moment ,qui est le tragique de presque tous les jours pour certains sur cette planete, ne pas oublier, , je crois que la planète ne se soucie pas de nous ...


    • Marc Chinal Marc Chinal 8 janvier 2015 18:09

      Nous sommes tous des traders : lorsque nous choisissons un produit plutôt qu’un autre, nous créons de la misère. La « misère juste » existe-t-elle ?
      Non.
      .
      Construisons la société de l’accès au lieu de continuer à soutenir la société de la raréfaction artificielle.


      • lermontov lermontov 8 janvier 2015 23:38

        Merci pour ce très bon premier article. J’espère que vous continuerez à me parler mécanique parce que perso, les blockbusters me lassent vite.

        http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/426172/plus-grand-ecart-entre-riches-et-pauvres-depuis-30-ans


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 9 janvier 2015 12:30

          Moi aussi je vous dis merci pour cette effroyable description malheureusement trop exacte. Une solution pourrait être, par la voie d’internet, de fédérer suffisamment de personnes pour pouvoir lutter.


          • Gandalf Gandalf 9 janvier 2015 20:34

            Il y aurait un moyen de faire pire que le HFT, grâce à l’intrication quantique où l’information serait immédiate, donc la propagation des crises : pratique pour ruiner des riches, euh, et des pauvres.


            • jobaine 10 janvier 2015 09:00
              Le délire du trading haute fréquence, fait sauter aux yeux cette course effrénée au temps, elle est un symptôme d’un grand cancer de notre société.
              A côté des vrais escrocs, parfaitement conscients de leurs délits d’initiés, il y des acteurs financiers inconscients,emporté par la vague d’accélération de notre société.
              On est concernés par cette accélération. Malgré un ordinateur plus rapide, un iphone plus « performant », des communications par mails quasi-instantanés, un accés à l’information par internet hyper rapide, on pourrait croire être relax, mais c’est tout le contraire qui se produit, on n’a jamais le temps, c’est paradoxal, mais c’est ainsi que vivons tous.
              Je pense que beaucoup aimeraient appuyer sur le bouton « pause » . Il faut avoir une critique sociale du temps.C’est un manque de recul que nous avons .

              • jobaine 10 janvier 2015 09:38

                Le court terme règne en maître, partout , dans la finance, dans nos vies quotidiennes.

                Il serait intéressant d’ailleurs d’écrire un article la-dessus, de faire une synthèse simple, compréhensible à tous, pour servir d’éveil...
                Plus personne n’a de vision à long terme...c’est flagrant chez nos politiques, nos économistes « bien pensants ».
                l’économie est à court terme, exploiter vite les dernières ressources de la Terre, elle n’ intègre en aucun cas le respect des générations futures, elle ne laisse pas le temps au ressources naturelles de se reconstituer.
                C’est un vrai danger de n’avoir aucune vision de l’avenir.
                Le capitalisme actuel s’écroulera sans doute comme cela, parce qu’il ne tient pas compte de ses réalités. C’est la nature qui va s’en charger...
                Le manque de ressources pour manger, les catastrophes climatiques...etc..
                Un Parfum d’Armaggedon tout cela, je préfère que l’homme réagisse avant,...
                c’est sûr que c’est au pied du mur, qu’on voit mieux le mur...comment l’homme peut être aussi stupide et cupide au point de tuer lui même la poule aux oeuf d’or
                Sait t’il encore aimer la planète ?
                Certains « banquier » plutôt que de rester dans leur tour de verre, ferait mieux de s’envoler pour l’espace, voir tout ce vide autour... et notre Belle Planète Bleue...
                L’electro-choc, la prise de conscience sera t’elle suffisante ?


                • lermontov lermontov 11 janvier 2015 02:02

                  Prométhée, littéralement ’celui qui pense avant’ ; donna un bienfait aux hommes.

                  Epiméthée, son frère ; ’celui qui pense après ; se maria à Pandore ; calamité.


                • rocla+ rocla+ 11 janvier 2015 07:59

                  oui mais le mariage de Epiméthée a pas tenu , Pandore faisait que de

                  trainer dans les boîtes ...

                  • rocla+ rocla+ 11 janvier 2015 08:02

                    Epiméthée vous à sa place , vous auriez fait pareil .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès