Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La « pathologie de la monnaie » et du système financier

La « pathologie de la monnaie » et du système financier

Pourquoi évoquer une pathologie de la monnaie ? La compétition pour s’enrichir est devenue un caractère humain incontournable. Certes, Aristote avait vu dans la chrématistique le signe d’une démesure et la source d’une pathologie sociale typique des cités antiques. 24 siècles plus tard, le capitalisme a créé les conditions pour qu’opèrent les individus avides de profit et ce, dans un cadre légal qui ces dernières décennies, est devenu de plus en plus avantageux. D’un côté des gens fortunés brassant des millions et milliards de dollars, euros ou yens et d’un autre côté, une pauvreté diminuant dans les pays émergents mais augmentant ou se stabilisant dans les pays industriels les plus avancés. Les nouveaux pays industrialisés ont une économie fordienne. Depuis deux décennies, la Chine ressemble à l’Allemagne, la France et le Japon entre 1945 et 1975. Alors que dans les pays les plus avancés, un processus anti-fordien ne permet plus d’augmenter les classes moyennes. La précarité tend à s’étendre. Les nations avancées voient se dessiner un processus d’appauvrissement. Bref, tout le contraire du capitalisme fordien.
 
On doit tenir comme certaine l’idée d’un lien de causalité entre la pathologie économique et la pathologie sociale. Le jeu sémantique s’avère plus aventureux. Quand peut-on dire qu’une société est malade et dans l’affirmative, quels critères seront choisis ? Et une société saine, comment la définir ? Une telle société est-elle possible ou bien l’homme étant une créature perfectible mais jamais parfaite, un désordre, un niveau de pathologie sociale incompressible sera toujours présent ? On doit tenir comme plausible l’idée d’une relation de cause à effet entre les désordres économique et les pathologies sociales. Qu’entend-on par désordre, ou bien pathologie, économique ? Le professeur répondra sans hésitation crise. Il existe plusieurs types de crises et la plupart sont liées à la monnaie. La crise la plus redoutée, hormis l’hyperinflation que connut l’Allemagne weimarienne, c’est la récession. Autrement dit, une croissance négative qui si elle se produit pendant deux trimestres consécutifs, autorise le pays concerné à se déclarer en récession. En 2007 et 2008, le monde a vu se dessiner une crise financière, suivie d’une récession. Tout a commencé avec les subprimes américaines en 2007, puis le système s’est affolé après la faillite de Lehman Brothers. Si l’on interroge les spécialistes de l’économie, aucun n’est en mesure d’expliquer avec clarté les mécanismes ayant conduit à la crise. Lorqu’une automobile est en panne, un garagiste trouvera l’explication car il peut ouvrir le capot et faire des tests. Dans le cas du capitalisme financiarisé, les comptes des institutions bancaires sont le plus souvent tenus secrets, concurrence oblige. Les agences de notation essayant tant bien que mal d’évaluer l’état de santé financière des établissements bancaire et des comptes publics. Que dire des zones off shore, faisant disparaître des capitaux par milliards, et des produits financiers si complexes qu’ils échappent à la compréhension des directeurs de banque ? Il y a une matière noire dans la finance comme il y a une matière noire dans l’univers, une masse cachée et donc une énergie masquée.
 
La « pathologie de la monnaie » est une notion pertinente pour décrire les soubresauts et autres crises de l’économie. L’inflation en étant une, la déflation une autre. Ensuite, la crise de 2008 a dévoilé un type de pathologie particulière, celle de l’inégalité dans la répartition des revenus au sein des pays industrialisés. Un certain type d’économie manque de fluide monétaire. Ce qui engendre la précarité et le chômage. Et comme nous l’avons constaté dans le précédent chapitre, toutes les crises économiques depuis 1974 sont associées à des désordres monétaires, souvent des questions de décrochages entre parités. Lorsque ces phénomènes se produisent, parfois soudainement, c’est par le mécanisme de l’élastique. Mais si ce mécanisme se produit, c’est que des tensions monétaires sont apparues. Et si tel est le cas, c’est parce que la structure de l’économie (performance, commerce, déficits publics…) additionnée aux politiques monétaires des banques centrales, ont créé les conditions de ce désordre monétaire. Le rééquilibrage se passe à l’image de la pression d’eau créant des fissures sur un barrage.
 
Mais au fond, parler d’une monnaie pathologique, n’est-ce confondre le symptôme et la cause ? Lorsque le sang n’a pas la puissance pour irriguer les tissus, on ne tient pas pour responsable les globules rouges mais la force de pompage d’un cœur devenu fatigué. La pathologie de la monnaie, si elle désigne un dysfonctionnement des flux monétaires rapportés aux nécessités sociales et économique, repose sur les opérateurs responsables de ces flux et aussi de ces stases monétaires constituées par des masses colossales de capitaux planqués dans des produits douteux ou bien dans les bulles spéculatives. Les banques centrales et les Etats ont aussi leur part de responsabilité. Et c’est là le paradoxe, les Etats, au lieu de soigner l’économie qui est malade, préfèrent se porter au chevet du système financier qui certes est affecté mais surtout, qui est responsable des marasmes économiques et autres crises. Je ne sais plus quel économiste a dit que les mesures prises par le G-20 ressemble à un cercle d’alcooliques réunis pour une cure de sevrage et à qui on offre pour une dernière fois du scotch pour une beuverie.
 

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • JL JL 26 novembre 2010 10:58

    Bonjour, je suppose que cette phrase : « ... que dans les pays les plus avancés, un processus anti-fordien ne permet plus d’augmenter les classes moyennes. » mériterait à elle seule une réflexion plus approfondie.

    Si l’on interroge les spécialistes de l’économie, aucun n’est en mesure d’expliquer avec clarté les mécanismes ayant conduit à la crise

    Je suppose que le capitalisme financiarisé est appelé ainsi par opposition au capitalisme familial mais que vous voulez parler d’un capitalisme qui a intégré l’industrie financière comme une activité entrepreuneuriale. Je me trompe ?

    Enfin, vous citez : « les mesures prises par le G-20 ressemble(nt) à un cercle d’alcooliques réunis pour une cure de sevrage et à qui on offre pour une dernière fois du scotch pour une beuverie. »

    Je dirais à ma façon : « Le G-20 ressemble à un cercle d’alcooliques qui réclament pour une dernière fois, serment d’ivrognes, du scotch pour une beuverie. »


    • Kalki Kalki 26 novembre 2010 11:18

      Je vous conseille d’autres auteurs : par exemple Manfred Max


    • Kalki Kalki 26 novembre 2010 13:54
      Un lien pour vous M dugué
      Bose-Einstein Photon Condensate Can Produce Laser-Like X-RaysJ’y avais pensé il y a deux ans.

      Voyez d’autres possibilités, et d’autres théories découlant de ses possibilités ?


      • Dionysos Dionysos 26 novembre 2010 16:47

        « Les nations avancées voient se dessiner un processus d’appauvrissement. »

        La richesse des nations avancées n’a cessée de croitre au contraire, c’est un problème de répartition et non d’appauvrissement.

        "Si l’on interroge les spécialistes de l’économie, aucun n’est en mesure d’expliquer avec clarté les mécanismes ayant conduit à la crise.« 

        Je ne suis pas économiste de profession mais dans mon esprit les choses sont claires :
        On crée un nouveau marché d’accès à la propriété à destination de personnes ne pouvant pas rembourser en considérant que la valeur du bien permettra le remboursement de la dette en cas de défaut de paiement, en postulant »naïvement ?" à la croissance du marché.
        Ensuite on dissous le tout via la titrisation dans la grande lessiveuse du marché mondialisé.
         


        • Kalki Kalki 26 novembre 2010 17:15

          Non, c’est plus sordide que cela.

          Ils savent ce qu’ils font les imbéciles, ils agissent dans « leur intéret ».

          QUe les peuples s’appauvrissent, que la classe moyenne disparaisse, et qu’on doivent leur donner juste de quoi bouffailler les restes : c’est prévu , et c’est refait depuis toujours

          Si votre travail est votre moyen d’accession a l’économie : alors vous êtes un rouage, esclave

          mais si vous êtes libre : la tout est different


          • Pyrathome pyralene 26 novembre 2010 18:37

            D’un côté des gens fortunés brassant des millions et milliards de dollars, euros ou yens...

            Vous voulez dire bien sûr, les faux monnayeurs, les marchands de vent...
            leur fin s’approche si près que je soupire....


            • Marc P 26 novembre 2010 19:03

              oui, mais sans la cupidité, la ploutocratie, le goût de l’argent facile, l’individualisme et le matérialisme à outrance, le consummérisme..... le workaholism, l’entre soi isme, etc...etc,
              la monnaie serait elle aussi malade, ou alors différement ?


              • BA 26 novembre 2010 22:52

                Vendredi 26 novembre 2010 :

                Italie, Espagne, Portugal, Irlande, Grèce : plus les jours passent, plus ces cinq Etats empruntent à des taux d’intérêt exorbitants.

                Les marchés internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité de ces cinq Etats à rembourser leurs dettes.

                Les taux d’intérêt de ces cinq Etats explosent.

                Italie : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 4,417 %.

                http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

                Espagne : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 5,178 %.

                http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPG10YR:IND

                Ce qui se passe en ce moment même en Espagne est très important.

                Les marchés internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité de l’Espagne à rembourser ses dettes.


                Portugal : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 6,987 %.

                http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

                Irlande : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 9,196 %.

                http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GIGB10YR:IND

                Grèce : taux d’intérêt des obligations à 10 ans : 11,773 %.

                http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB10YR:IND

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès