Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La Pénibilité « oui », le Bien Etre au Travail « non » !

La Pénibilité « oui », le Bien Etre au Travail « non » !

L’abus de langage en ces périodes de crise fait du mal à l’entreprise.

Qu’y a-t-il en effet de commun entre une entreprise du CAC 40 dont l’actionnariat est surtout contrôlé par les fonds de pensions et les fonds d’investissements (45% du CAC 40), et un groupe éponyme inscrit également au CAC 40 mais bâti depuis des décennies avec ce même type d’actionnariat ?

Poussons plus loin et comparons avec les entreprises publiques cotées dont une partie de l’actionnariat est désormais détenu par les fonds d’investissement, voir des fonds souverain. Et que dire de ces belles PME qui ont fait l’objet d’un LBO mené par un ou des fonds d’investissement (private equity), qui leur presse à mort et à toute allure la gestion afin de faire remonter les dividendes qui serviront à rembourser l’endettement créé par l’effet de levier après avoir fait plonger l’ex-management dans l’affaire en lui suggérant de s’endetter et de faire le sale boulot du « cost killing » à outrance.

Toutes ces entreprises sont elles comparables ?

Oui, sur le plan de la gestion financière qui favorise le « court-termisme » pour la plupart d’entre elles, ce qui génère les dégâts sociaux de la souffrance au travail qui coûte 56 milliards d’euros au pays ( rapport Bertrand), soit autant que le déficit 2008. Car elles ont en commun un actionnariat qui, de près ou de loin, n’obéit qu’à une logique strictement financière.

Doit-on les blâmer ? A priori non car elles profitent du beurre et de l’argent du beurre et tant pis pour nous ( citoyens et syndicats, seules forces crédibles face aux pouvoirs politiques défaillants de droite comme de gauche) si nous ne réagissons pas.

Ce hold-up s’opère à la fois sur le plan fiscal et social.

Sur le plan fiscal Citons par exemple les fonds mis par les ex-dirigeants des entreprises ayant opéré un LBO, ils sont considérés comme pouvant être traités comme des plus values de cession en capital, alors qu’ils étaient auparavant salariés avant d’emprunter aux fonds via leurs banques amies ayant permis de créer l’endettement pour la reprise de l’entreprise cible. Les amis de mes amis sont mes amis, n’est-ce pas ? Nous allons bientôt assister à l’éclatement de cette bulle des LBO qui va malheureusement générer le gros (en volume financier) des 70 000 faillites attendues par le Medef pour la prochaine crise financière, juste avant celle des crédits carbone et de l’arnaque à la TVA attachée, soigneusement cachées au bon peuple.

Sur le plan social La tout le monde se rejoint, c’est le profit assuré car la souffrance au travail est supportée par la solidarité nationale, les entreprises ne risquant que de voir peu ou prou leur prime d’assurance santé augmenter avec certaines mutuelles qui suivent ce phénomène inquiétant.

Ce n’est pas la bonne transcription dans le Document Unique du CHSCT, ni un sondage de diagnostic opéré par des cabinets de psy spécialisés, voir les pénalités de 3000 euros qui vont faire bouger les choses dans le traitement de la pénibilité du à la souffrance au travail.

Le combat mené par les élus pour faire reconnaître le stress comme une maladie professionnelle va ressembler à une guerre de 100 ans, car l’erreur est de s’être polarisé sur le mot stress, assimilant celui-ci à une maladie, alors que c’est un ressenti, on n’est pas encore sorti de l’auberge. Jamais la CNAM n’acceptera d’ouvrir cette boîte de Pandore

A moins que par un trait de génie nos syndicats arrivent à faire un lien avec la loi sur les retraites et faire aboutir le Risque Psycho Social (RPS) comme un nouvel avatar de la pénibilité et la Bingo !

Le vrai dégât, c’est les coûts cachés du mal être et de la perte de Confiance au travail, de la dégradation de la valeur ajoutée de nos entreprises, c’est un vrai défi managérial que celles-ci doivent relever, mais chut ne disons rien aux actionnaires, les pauvres ils ont un EBIT caché qu’ils ignorent, appelons cela un BADWILL SOCIAL. Jamais les PDG ni leurs consultants n’iront provisionner cette montagne de charges, leurs bonus y laisseraient des plumes pardi.

Aucune entreprise n’est épargnée par le déni de la souffrance au travail (80% sont dans cette posture) due à un management arrogant favorisant l’individualisme, la perte du collectif, la non-reconnaissance, pas plus dans l’économie privée que sociale ou publique, car le bien-être est le même partout, mais le mal-être est toujours singulier et différent, comme l’herbe du voisin qui est plus verte.

Donc, ne pas confondre, entreprise et entreprise, ce qui différencie l’une de l’autre c’est la volonté d’associer la performance économique à la performance sociale d’un bien-être au travail en mesurant son niveau et en impliquant l’ensemble des contributeurs sur ces deux objectifs, revisiter la convention collective interne des parties prenantes en quelque sorte pour créer un PONT de CONFIANCE, vaste chantier.

Anne Franck disait qu’il ne fallait pas attendre pour changer le monde, nous sommes vraiment en retard me semble t’il ?


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 25 septembre 2010 12:04

    Bonjour,

    " Le vrai dégât, c’est les coûts cachés du mal être et de la perte de Confiance au travail, de la dégradation de la valeur ajoutée de nos entreprises, « en effet, quand on ne sait plus pour qui l’on bosse et que le lien humain disparait avec le manque d’interlocuteur, ça se gâte.

     » c’est un vrai défi managérial que celles-ci doivent relever, « j’ai un doute sur les managers, ne sont ils pas déjà responsables du manque de dialogue dont ils font preuve tenant des discours stressants...

     » mais chut ne disons rien aux actionnaires, les pauvres ils ont un EBIT caché qu’ils ignorent, « pourriez vous expliquer où est l’erreur ?

    entendu cette pub radio pour un journal dont la » une " traite de ce que les français ne veulent plus travailler et aussi du phénomène des suicides à France Télécom. Quel rapport me direz vous ?...

    Cette crise entretenue par la spéculation pressure le monde de l’entreprise où se sont réfugiés non pas les plus courageux et passionnés, mais les plus opportunistes et les soumis obligés. Il n’est pas étonnant que le clash explose comme une bulle.


    • victor waknine victor waknine 25 septembre 2010 19:57

      Bonjour,

      merci pour l’échange, oui on peut douter mais il s’agit de réagir et ne pas croire qu’avec des pénalités et des tickets psy on va pouvoir éradiquer le pb.La relation Manager/managé est essentielle dans un premier temps afin de faire tomber la pression.La cible vous l’avez compris c’est l’actionnaire c’est pourquoi la stratégie à adopter est celle du dauphin qui s’adresse au requin en ces termes : « Tu gagnes que si je ne perds pas », donc pas de respect, de qualité de vie au travail, pas de motivation ou d’engagement.

      EBIT caché= tout ce qu’il perd comme charges dues au mal être au travail : absentéisme, maladies et accidents professionnels, turn over, contentieux, présentéisme, baisse de qualité et de productivité, etc, perte d’image.
      En fait son EBIT caché est > EBIT comptable et la il s’arrache les cheveux et va peut être bouger
      Le reste c’est de l’angelisme de carpes plus ou moins éclairées, il s’en moque vraiment : morale, éthique, taxes, médias.

      Il faut avoir été dans leur bain pour bien comprendre comment ils se lavent et s’y jettent.


    • Vipère Vipère 25 septembre 2010 17:52

      Bonjour Victor Vaknine et Lisa Sion

      « Le mal être et la perte de confiance au travail tavail ». Quel euphémisme !

      Pour parler vrai, il s’agit plutôt de maltraitance subie, laquelle est encore encore trop peu dénoncée !!!

      Ici et là, marginalement, quelques entreprises sont pointées du doigt : France Télécom a récemment défrayé la chronique, tant son management impitoyable a poussé, un nombre de ses salariés au suicide.

      Mais, c’est la règle partout : des objectifs irréalisables, du rendement, du chiffre et le service public n’y échappe pas et ce, au détriment de la qualité de service.


      • Vipère Vipère 25 septembre 2010 18:21

        « Et l’abus de langage » ! -cost killing,badwill social- et j’en passe et des meilleures. 

        Les managers ne s’expriment plus qu’en Sibir anglo-saxon dirait Paul WILLACH, 

        pour leurrer les salariés, laissant croire que le management importé d’outre-atlantique est ce qu’on a fait de mieux jusque là, et que sans cela les entreprises françaises ne seraient pas compétitives et ne survivraient pas à la globalisation, faisant porter le poids de la responsabilité sur les seuls salariés de, et que dire du spectre du chômage, une épée de Damoclès suspendue au-dessus des entreprises du secteur privé ?


        • victor waknine victor waknine 25 septembre 2010 20:04

          svp voir ma réponse à Lisa

          la stratégie adoptée est de pouvoir comprendre les armes et le vocabulaire de son adversaire pour mieux le combattre.

          Face aux requins dont le dogme est l’EBIT vaut mieux bien comprendre ce qui se passe et leur faire mal là ou il faut.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès