Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La relance verte en action : 2 milliards de dollars pour le solaire aux (...)

La relance verte en action : 2 milliards de dollars pour le solaire aux Etats-Unis




Nous vous parlons régulièrement de l’intervention des différents Etats de la planète dans les cleantech, et pour cause, il s’agit d’un moteur important de l’innovation et de son financement. La crise « aidant », si l’on peut dire, de nouveaux fonds ont été débloqués, dont une partie pour les technologies propres dont les Etats pensent, à juste titre, qu’ils constituent un secteur porteur en termes d’emploi mais aussi de compétitivité à l’international. Il n’y a qu’à voir la lutte qui se joue entre les Etats-Unis et la Chine pour s’en convaincre.

Après les annonces importantes d’Obama lors de son élection (les 5 millions d’emplois verts), voici une nouveau pas dans la bonne direction avec près de 2 milliards de dollars qui viennent d’être débloqués dans le cadre du Recovery Act américain (leur plan de relance de près de 800 milliards de dollars). Les heureux bénéficiaires font tous les deux parties du secteur de l’énergie solaire, puisqu’il s’agit de Abengoa Solar et Abound Solar Manufacturing. Voici quelques détails (Cleantechnica).




Abengoa Solar est sur le point de construire l’un des plus grands champs solaires au monde (voir notre récent « livre des records » des cleantech, qui pourrait donc être mis à jour une fois ce projet signé !), en Arizona. 1 600 emplois dans le secteur de la construction seraient créés, avec près de 70% des matériaux utilisés fabriqués aux Etats-Unis. Le champ sera capable d’alimenter en énergie renouvelable près de 70 000 foyers.

Abound Solar Manufacturing construira deux nouvelles centrales, dans le Colorado et l’Indiana, avec 2 000 emplois à la clé dont plus de 1 500 permanents qui fabriqueront les panneaux solaires dernier cri.



TechnoPropres

Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Plum’ 5 août 2010 13:06

    Deux milliards pour le solaire et combien de milliards pour fabriquer des voitures ? Et ça ne serait pas contradictoire ?

    De plus, ce n’est pas pour du solaire à disposition de tous sur les toits ou à proximité, non ce sont deux « centrales ». On reproduit donc les schémas centralisés du charbon, de l’hydroélectricité, du nucléaire...

    C’est pareil pour l’éolien avec des champs d’éoliennes immenses. Il y a actuellement une dérive étatique qui consiste à détourner la décentralisation naturelle du soleil et du vent pour créer des concentrations artificielles qui maintiennent les citoyens en dépendance énergétique. Que cette dépendance existe en partie au niveau d’une ville, ce n’est guère évitable, mais l’indépendance (pas complète, mais en grande partie) pourrait s’acquérir dans de petites unités territoriales. On se rend compte que, politiquement, c’est inacceptable pour ceux qui nous gouvernent.

    Que ce soit en France ou aux Etats-Unis, on n’investit pas (ou faiblement) pour aider le citoyen ayant une maison individuelle à s’équiper en production d’électricité solaire et éolienne, on préfère investir pour faire des « centrales ». Et sans qu’en quoique ce soit (comme jadis pour le nucléaire) on ne nous demande notre avis.


    • ffi ffi 5 août 2010 15:41

      Plus de 160 hectare de nature gâchée pour alimenter 70 000 foyer ? C’est pas de l’écologie, c’est du gaspillage. Pour alimenter les tous les foyers français ( 31 000 000), il faudrait donc installer 716 km² de panneaux (soit plus que le territoire de Belfort, c’est-à-dire peupler un carré de 27km de nature avec du métal et des photopiles). Et je ne compte pas l’énergie pour l’industrie, les transports.
      Puisque la consommation d’énergie résidentielle correspond à 24% de la consommation d’énergie totale (voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Consommation_d%27%C3%A9nergie), il faudrait donc, à consommation constante 4 fois plus d’espace, c’est à dire couvrir 2866 km² de panneaux, soit un carré de 53,5 km de coté, soit une superficie proche d’un département de la taille du Rhône.
      De plus, il faut prendre en compte la quantité d’énergie, d’acheminement des panneaux sur place, d’extraction des matériaux et de leur transformation rien que pour construire une telle masse d’infrastructure :
      En supposant un hauteur de 0,25 m de matière par mètre de champ, nous en arrivons à un volume de 715562500 m^3 de matière à apprêter.
      Pour une densité de 3 (métal, silicium), cela fait donc 2.146.687.500 tonnes (2 milliards 146 millions 687 mille 500 tonnes) d’infrastructures à mettre en place.

      C’est délirant, c’est certes écologique dans l’idée, mais anti-écologique dans l’application.


      • iris 6 août 2010 14:45

        si on pouvait garder la chaleur de l’été et la restituer l’hiver...
        ce serait un grand pas de stocker la chaleur


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès