Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La retraite à 64 ans : la grande arnaque

La retraite à 64 ans : la grande arnaque

Il n'y a plus d'argent dans les caisses.

Il faut agir.

D'urgence.

Il faut, pour continuer à verser des pensions à tous les retraités :

  • augmenter les montant des cotisations de ceux qui travaillent,

  • prolonger la durée des prélèvements, c'est à dire reculer le jour du départ en retraite,

  • et diminuer le montant des pensions.

 

Ceux qui se prétendent journalistes, et qu'il ne faut pas confondre avec les vrais, s'en vont pérorer devant les micros des radios et les caméras des télévisions en répétant sans réfléchir ce qu'ils viennent d'entendre « cotisez plus tout de suite pour être pensionnés moins plus tard, si toutefois la retraite existe encore. ».

C'est simple comme 1 + 1 = 2. C'est de l'arithmétique. Nous sommes dans un régime de répartition. Ce sont les cotisations des uns prélevées cette année qui paient les pensions des autres versées cette même année.

  • Donc les retraités d'aujourd'hui reçoivent plus que les cotisants actuels recevront, ... si ces derniers arrivent un jour à la retraite.

  • Et ces retraités ont cotisé moins à leur époque que ceux qui travaillent maintenant.

 

Le rapport pension / cotisation décline à la vitesse grand V. C'est profondément injuste, d'autant plus que ce sont les retraités actuels qui ont établi cette situation via leur droit de vote et leurs élus au détriment des retraités futurs.

 

Pour enfoncer le clou, il faut rappeler que l'âge de la retraite n'est pas le seul critère pour obtenir une pension à taux plein. Il faut aussi avoir une durée de travail suffisante, dont l'unité est le trimestre. Ainsi, quelqu'un qui part à l'âge légal sans avoir tous ses trimestres validés subira une décote proportionnelle. Si vous êtes nés à partir de 1973, il vous faudra avoir 172 trimestres, soit 43 ans de cotisation.

Pour calculer une retraite, dans le régime général, on se base sur les 25 années les mieux payées, alors que, soit dit en passant, pour un fonctionnaire on se base sur ses 6 derniers mois, quand il est au faîte de sa carrière. Il est vrai qu'il ne reste plus que les fonctionnaires pour avoir les moyens de défendre leurs droits en faisant grêve. Outre l'injustice entre génération, il existe une inégalité selon le statut professionnel.

Voilà côté retraité.

 

Voici côté cotisant.

A partir de 2017, l'âge minimum pour partir à la retraite sera de 62 ans. http://www.la-retraite-en-clair.fr/cid3190611/a-quel-age-peut-partir-retraite.html

Mais dans un rapport publié cette semaine, la Cour des comptes préconise un départ à 64 ans. Elle ne fait que reprendre une idée de la droite parlementaire.

Pour son premier vote d'importance, le Sénat désormais à droite a frappé un grand coup. Les sénateurs ont adopté un amendement qui institue un relèvement progressif de l'âge légal de départ à la retraite, jusqu'à 64 ans pour les générations nées à partir de 1960. Le départ à taux plein, lui, passerait ainsi à 69 ans au lieu de 67.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/11/15/20002-20141115ARTFIG00080-le-senat-vote-la-retraite-a-64ans.php

 

Dans l'optique de la retraite à 64 ans, notons que pourront en bénéficier ceux qui ont commencé à travailler à 21 ans : 64 – 43 = 21.

Ceux qui ont commencé à trimer dès la sortie légale du circuit scolaire à 16 ans vont donc passer 5 ans supplémentaires au turbin, puisque le nombre de trimestres leur aurait permis de partir à 59 ans : 16 + 43 = 59 ans => 64 – 59 = 5 ans de rab.

 

En aparté, profitons en pour titiller les derniers partisans de François Hollande : est-ce que rappeler qu'il avait promis la retraite à 60 ans durant sa campagne électorale fait montre de Holland Bashing ? Qu'ils n'oublient pas de cliquer en haut à gauche, sur le bouton rouge, pour se compter.

 

Revenons à nos comptes d'apothicaire.

Sachant que les Français font de plus en plus d'études,

- soit parce que les diplômes indispensables à un métier correspondent à plus d'années d'études,

- soit parce qu'ils se réfugient à l'université pour s'abriter du chômage,

ils obtiennent au plus tôt un bac+5 à 23 ans, … s'ils n'ont pas eu d'accident scolaire en route.

 

Donc 18 + 5 + 43 = 66 ans : ils auront le taux plein à 66 ans, … s'ils arrivent à valider tous les trimestres avant leur 66ème anniversaire. Et tant pis, ce sera davantage s'ils ont suivi à l'AFPA ou ailleurs une formation qualifiante qui leur fait sauter des trimestres. Finalement, ce ne sera pas la peine de passer l'âge légal à 64 ans, puisque d'office ce sera 66 pour beaucoup.

Mais comment auront-ils 25 années bien rémunérées quand les entreprises trouvent que les quadragénaires sont vieux et obsolètes et que les jeunes diplômés rechignent à encadrer des personnes de l'âge de leurs parents ou de leurs grand-parents ?

La pyramide des âges est un facteur aggravant. Le nombre de retraités est appelé à s'accroître, ... si la canicule de 2003 ne se répète pas trop fréquemment ; et le nombre de cotisants diminuent du fait de leur arrivée de plus en plus tardive sur le marché du travail, du chômage et de la diminuation de la fécondité.

A propos du chômage, les effectifs ont fortement augmenté ces dernières décennies :

  • la robotisation a vidé les ateliers, mais aussi d'autres recoins, même les plus inattendus, comme les cabines des conducteurs de métro

  • l'informatisation a vidé les bureaux à coup de programmes, de tableurs, de traitements de textes, de transmissions par réseaux informatiques et de tous les dérivés d'internet,

  • l'offshore a vidé les postes de travail en métropole au profit de l'étranger.

 

La mécanique est simple. Simpliste. Inéluctable. Plus d'années d'étude et plus de chômeurs, c'est moins de cotisants et moins de cotisations. Plus de retraités, c'est moins à se répartir.

Et comme la robotisation, l'informatisation et l'offshore vont continuer à croître, le mouvement va s'accélérer. Bientôt une vie de cotisation ne suffira pas à payer une journée de retraite.

 

Rappelons les vieux adages à la rescousse : quand un problème est insoluble, c'est qu'il est mal posé.

En fait la richesse du pays est créée de moins en moins par les salariés, mais de plus en plus par des entreprises qui se passent d'eux. La caricature se trouve chez les traders qui font gagner chacun des sommes astronomiques à leurs entreprises.

Il devient évident que le mode de calcul actuel est voué à l'échec et qu'il faut baser les pensions sur la richesse produite par l'entreprise, avec ou sans homme (1).

Combien la France a-t-elle produit de richesses cette année ? Et combien en a-t-elle produites les décennies passées ?

Pour le mesurer, prenons le PIB calculé par l'INSEE. Ce n'est pas un indicateur parfait, mais il a le mérite d'exister et l'institut est fiable.

JPEG - 108 ko
Evolution du PIB depuis les années 1950
http://www.les-crises.fr/historique-pib-france/
Blog d’Olivier Berruyer à partir des données de l’INSEE

 

Depuis les années 1950 jusqu'au milieu des années 2000, la courbe est quasi linéaire et passe à vue d'oeil de plus de 200 milliards d'euros constants à plus de 2.000 vers 2005 : de 15,539 milliards d'euros courants en 1950 à 2.059,284 milliards en 2011.

Rapporté en PIB par habitant, la courbe est encore quasi linéaire et passe toujours à vue d'oeil de plus de 7.000 euros constants à plus de 30.000 vers 2005.

La richesse produite en France, donc par les Français, a considérablement augmenté au cours des décennies, et rapportée au nombre d'habitants, elle a crû, malgré l'augmentation de la démographie.

 

Ciel !

Le pays s'enrichit mais les habitants s'appauvrissent !

Cherchez l'erreur.

 

Mais qui a eu cette idée folle d'indexer les retraites sur les salaires et non pas sur la création de richesse ? Ceux qui vivaient à une époque où robotisation, informatisation et offshore était des mots absents des comptes-rendus économiques et qui vivaient encore à l'âge de la guerre des boutons quand les campagnes étaient peuplées et l'électricité encore rare.

Si nous étions en démocratie, ce pourrait être un sujet de discussion car c'est un choix de société.

En avons-nous encore les moyens ?

En France, nous avons des élections pièges à électrons libres, plus proches des plébicites de Napoléon 3 que des votations des Suisses.

 

A propos, en 2015, il y aura deux élections. Alors, discutez et

  • votez

  • votez.

 

PS : graphiques à voir sur http://www.les-crises.fr/historique-pib-france/

Lire aussi http://www.ifrap.org/COR-Cour-des-comptes-cacophonie-sur-les-retraites,14641.html

 

Note :

(1) : le mot "homme" est pris au sens générique, être humain. La langue française est ma langue maternelle, et à l'école on m'a enseigné que quand on salue les hommes, on embrasse les femmes.


Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (57 votes)




Réagissez à l'article

90 réactions à cet article    


  • Croa Croa 21 décembre 2014 12:01

    En fait c’est pire que ça !
    *

    « Ainsi, quelqu’un qui part à l’âge légal sans avoir tous ses trimestres validés subira une décote proportionnelle. » FAUX : à l’âge légal la décote est majorée. Elle ne devient proportionnelle qu’à l’âge dit ’’de retraite à taux plein’’ (à 65 ans actuellement mais bientôt plus pour ceux qui ne sont pas encore à cet âge là.)
    *
    « vont donc passer 5 ans supplémentaires au turbin » : C’est très théorique et dans le meilleur des cas car la réalité est autre généralement. La seule chose sure c’est qu’ils devront attendre 5 ans supplémentaires leur droit à pension, ce qui se fera de plus en plus souvent au chômage ! La durée de la vie active ne se décrète pas et celle-ci continuera à diminuer contrairement à ce qu’ils prétendent tous  !
    *
    (Il y a d’autres erreurs.)


    • Saltz Saltz 21 décembre 2014 12:43

      Apparemment il aurait été souhaitable que j’ajoute en note dans l’article un extrait des textes de l’Assurance Retraite.

      https://www.lassuranceretraite.fr/cs/Satellite/PUBPrincipale/SalariesPlus55/ Montant-Retraite55/Comprendre-Calcul-Retraite55/Formule-Calcul55?packedargs=null

      Si vous avez cotisé à plusieurs régimes, le nombre d’années retenu est égal à :
      Retraite =
      salaire annuel moyen
      * taux
      * durée d’assurance au régime général
      / durée d’assurance maximum

      *******************
      Salaire annuel moyen = La moyenne des salaires sélectionnés constitue votre salaire de base.
      *******************
      Taux = Le taux plein de la retraite est de 50 %.
      Vous pouvez obtenir la retraite à taux maximum de 50 % :
       - dès l’âge légal de départ à la retraite si vous réunissez le nombre de trimestres nécessaires, selon votre année de naissance ;
       - avant cet âge légal si vous avez droit à une retraite anticipée (longue carrière, assuré handicapé) ;
       - entre l’âge légal de départ à la retraite et l’âge d’obtention du taux plein si vous êtes reconnu inapte au travail ;
       - à partir de 60 ans si vous avez le droit à la retraite pour pénibilité ;
       - à partir de l’âge minimum pour obtenir une retraite à taux plein.
      ...
      La retraite à taux minoré (décote
      Si vous ne remplissez pas les conditions pour obtenir le taux plein, votre retraite est calculée avec un taux minoré. 
      La décote dépend de votre âge et de votre durée d’assurance, à la date de départ en retraite que vous choisissez.

      Le coefficient de minoration appliqué au taux plein (50 %) par trimestre manquant est de 1,25 %.

      La diminution du taux par trimestre manquant est de 0,625.

      Exemples :

      1 trimestre manquant => taux de la retraite = 49,375 %

      10 trimestres manquants => taux de la retraite =  43,750 %
      *******************


    • Saltz Saltz 21 décembre 2014 12:50

      Vous avez raison d’interpréter ma phrase : « vont donc passer 5 ans supplémentaires au turbin » : ainsi :
      "ils devront attendre 5 ans supplémentaires leur droit à pension, ce qui se fera de plus en plus souvent au chômage !"
      C’est ce que je voulais qu’on comprenne.

      De plus, les personnes non qualifiées ont souvent les métiers les plus pénibles et par conséquent une espérance de vie plus courte.
      Ils profiterons moins longtemps de la retraite et ils toucherons une pension moins élevée à cause de leur salaire plus faible.


    • mimi45140 21 décembre 2014 20:45

      Attention lorsque vous dites , le taux plein de la retraite est de 50 % , cela est vrai mais malheureusement impossible ,car même si vous avez cotisé au plafond de la sécu toute votre carrière , le calcul se fera sur les 25 meilleures années , mais il faut savoir que vos années les plus anciennes ne seront pas correctement revalorisées vous toucherez dans la réalité environ 44 % du plafond de la sécu , une deuxième arnaque du passage de 10 a 25 ans.


    • philoxera philoxera 21 décembre 2014 13:43

      en conclusion on peut même aller plus loin et proposer l’idée d’un revenu universel, non ?


      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 21 décembre 2014 20:48

        Si, bien sûr. Qu’on payera avec l’argent de la dette.
        Bonne idée.


      • Ecométa Ecométa 22 décembre 2014 10:22

        Dans le budget de l’état, dans la PLF 2013 : au titre 6. Dépenses d’intervention, donc à partir de nos impôts, il est redistribué plus de 157 milliards d’euros, plus de 85 milliards vont aux entreprises, 33 milliards aux particuliers, et le reste va aux collectivités 38 milliards.

        Si vous prenez les 85 milliards redonnés aux entreprises et que vous les divisez par 20.00 - €/an, soit l’équivalent d’un SMIC avec ses charges sociales patronales, vous obtenez l’équivalent de 4.250.000 personnes ! Étonnant : non... c’est le nombre de chômeurs en France !

        Pourquoi pas un revenu universel ? Pour autant le meilleur système de redistribution en éconoie c’est le travail ! Un travail justement réparti et justement rémunéré ; dans une logique d’être payé comme travaillant et vivant en France... et non être payé comme si vous travailliez en Chine et viviez en France : il faut un peut de logique en économie !

        Le seul et vrai problème c’est le chômage, avec moins de chômeurs, donc plus d’actifs en âge de travailler, il n’y a plus de problèmes de retraite ! Même, actuellement, ce n’est pas l’argent qui manque... il y en a énormément, c’est un problème d’allocation des ressources... un problème entre le capital et le travail que le capitalisme exploite sans vergogne pour ses seuls tenants et aboutissants capitalistiques ! 

        Quand ferons-nous réellement de l’Économie ?

          


      • Zip_N Zip_N 22 décembre 2014 12:12

        Mdrr, bien sur, ou en conclusion que tous le monde fasse le clown ?


      • chinansky 25 décembre 2014 16:46

        il s’agit simplement d’un problème de répartition des richesses
        arrête de regarder c dans l’air
        je te conseille de lire le blog de paul jorion


          • alberto alberto 21 décembre 2014 14:50

            Saltz écrit : «  Le pays s’enrichit mais les habitants s’appauvrissent ! »

            Spartacus : au secours !

            Encore un gauchiste qui répand le poison de la désinformation...

            Diable, mais où allons nous ?


            • Jeff84 21 décembre 2014 19:47

              Non, c’est exactement ça, pour une fois qu’un gauchiste dit quelque chose d’exact. Mais évidemment, il est à la ramasse au niveau des causes. Les habitants s’appauvrissent car l’Etat accapare une part de plus en plus importante de la richesse produite. Même s’il en rend une partie... ce n’est qu’une partie.

              http://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9l%C3%A8vements_obligatoires#.C3.89volution_des_taux_de_pr.C3.A9l.C3.A8vements_obligatoires_dans_qu elques_pays_et_ensembles_de_l.27OCDE
              Et votre solution bien sûr, c’est d’en prendre encore plus. Parce que vous imaginez que les gens accepteront de se faire tondre à 50, 60, 70% de leurs revenus.
              Je vous donne un indice : ce n’est même pas le cas pour les 45% de moyenne à l’heure actuelle. Le black explose, et croyez-moi, je suis très bien placé pour le savoir (et non, je ne fraude pas). 45%, c’est une moyenne : quelqu’un qui gagne 2200 par mois aujourd’hui, est taxé à 70% (tous prélèvements obligatoires compris) sur tout ce qu’il fera en plus. A ce tarif, il est rationnel de prendre le risque de tout garder.
              Alors masturbez-vous si ca vous chante en rêvant à tout ce que vous pourrez leur piquer, mais ca n’arrivera pas. Au mieux, vous ferez crever ceux qui ne fraudent pas encore.

            • Le421 Le421 22 décembre 2014 08:46

              l’Etat accapare une part de plus en plus importante de la richesse
              Pour payer ces feignants de fonctionnaires, ben voyons !!!
              Le black explose, et croyez-moi, je suis très bien placé pour le savoir (et non, je ne fraude pas)
              C’est pas moi, c’est les autres !!
              quelqu’un qui gagne 2200 par mois* aujourd’hui, est taxé à 70%**...
              *A peu près mon cas. ** Heureusement que c’est faux, y’a longtemps que ça pèterait !!

              Je me demande, en définitive, qui est le plus adepte de la branlette...


            • Jeff84 22 décembre 2014 21:22

              20% de TVA, 33% d’IS, 15.5% de CSG, 30% de taux marginal d’IR (après abattement de 40%). Combinés, ca fait 70%.


            • zygzornifle zygzornifle 21 décembre 2014 15:06

              on racle sur la retraite et sa durée sur les employés et ouvriers pour maintenir les privilèges de celle des politiques et fonctionnaires....


              • jacques 21 décembre 2014 15:48

                Reculer l’age de départ c’est reculer le problème si on croit au mantra de l’allongement de la durée de vie. Si on y croit pas ce n’est pas du tout une solution, il faut réformer totalement le système et piquer des idées dans las pays ou cela fonctionne un peu mieux. Il y a en France beaucoup trop de grosses retraites acquises avec l’ancien système et cotisées avec le nouveau système qui fait qu’il y a environ 6 cotisants par retraité aujourd’hui, à mon avis, il faut une retraite unique de l’état avec un minimum à environ 1000 euros quelle que soit la carrière et dès 60 ou 62 ans plus une petite caisse complémentaire plafonnée à 1500 euros point et ceci pour tous les salariés, fonctionnaires, élus etc.
                Autre problème, je pensais que l’argent cotisée était gêrée en « bon père de famille » apparement il boit ou joue au casino ? les puttes ?


                • gogoRat gogoRat 21 décembre 2014 15:52

                  « Il n’est de richesses que d’hommes » - Jean Bodin

                  Tout l’art des faussaires de l’idéal démocratique c’est de nous amener à faire des comptes d’apothicaires en comptant au centime près la monnaie rendue sur le pot de bière offert au collègue, et en évaluant à la minute près le temps volé au médecin spécialiste quand votre tour de visite déborde des 20 minutes qu’il voulait vous accorder ...
                   Ces calculs mesquins et procéduriers relèvent du premier principe de l’arnaque magistrale et massive : plus c’est gros mieux ça passe ! Quand on se fait « enfiler » de milliards d’euros virtuels par des opérations financières de haute volée, pourtant officiellement reconnus comme tels (i e : « virtuels »), accepter de se chamailler sur les centimes réels de nos casse-croûtes, avouons que c’est tout de même un rien ballot !


                  ". Il est vrai qu’il ne reste plus que les fonctionnaires pour avoir les moyens de défendre leurs droits en faisant grêve. Outre l’injustice entre génération, il existe une inégalité selon le statut professionnel.
                  => là aussi : OUI  !  En précisant bien que cette remarque ne doit pas être traduite comme une attaque sentimentale visant à opposer des groupes de citoyens : ce n’est que l’idée même de statutsdifférents entre Français qui est malhonnête en regard de l’égalité-en-dignitté-et-en-droit proclamée par nos institutions ! (Par nature, un statut spécifique est une non-égalité-en-dignité-et-en-droit ! Point barre. )

                   Le retraité papy-Noël de 80 ans qui va dire à ses enfants : ’tenez, Je vous donne des papillotes’ ... est plutôt à côté de la plaque ! ( Certes il ne viendrait pas l’idée de lui en vouloir, tant que le vieillissement ne le rend pas trop hargneux )
                   Si notre papy-Noël a pris sa retraite à l’âge de 60 ans, le mérite du « travail » par lequel il se veut propriétaire des papillotes qu’il distribue ne date pas moins de 20 ans !! ...
                   Bien souvent aussi, le « mérite » d’appartenir à une génération qui a su aller sur la lune ... peut faire doucement rigoler ... ( Les sous-entendus du papy sont monnaie courante : « On veut pas l’savoir, notre génération a su gagner la guerre, reconstruire et atteindre l’âge d’or des 30 glorieuses ... les jeunes n’ont qu’’à s’adapter, pour gommer les effets de la crise, de la pollution, du réchauffement climatique, des tensions internationales que nous avons favorisées ... et surtout pour nous payer notre retraite et les soins gériatriques qui nous sont dus ! »)

                   La meilleure façon de retrouver un peu d’honnêteté semble en effet celle évoquée par philoxera :
                  proposer l’idée d’un revenu universel ... et INCONDITIONNEL !


                  • Zip_N Zip_N 22 décembre 2014 12:19

                     La meilleure façon de retrouver un peu d’honnêteté semble en effet celle évoquée par philoxera :
                    proposer l’idée d’un revenu universel ... et INCONDITIONNEL !

                    Un revenu universel c’est comme faire un paradis artificiel. Cela mène au même résultat. C’est une théorie de clown, sans assurance de trouver l’argent et donc de faire des dettes supplémentaires.


                  • gogoRat gogoRat 22 décembre 2014 13:25

                     Clowns ?
                    Au moins sept « prix nobel » d’économie sont connus pour avoir soutenu l’idée du revenu de base : Maurice Allais James Tobin, Herbert A. Simon, Friedrich Hayek, James Meade, Robert Solow, et Milton Friedman cf http://fr.wikipedia.org/wiki/Revenu_de_base

                    Les clowns, à défaut d’asséner factuellement des jugements dans un absolu qui les enfermerait, ont au moins le plaisir de faire rire ! Ce qui compte dans un débat n’est pas La Vérité absolue que vous assénez, mais la qualité des arguments que vous apportez.


                  • Zip_N Zip_N 22 décembre 2014 18:58

                    Il y en a d’autre qui ont essayé les régimes libyens, et d’autre proposaient un revenu universel (factice) ou plutot un faux métier ou la compétitivité a plus lieu d’être, cela remplace le paradis fiscal. Qui va payer ce revenu universel ? les chinois ? l’inflation ? au lieu de citer des noms citez moi des arguments, avec un nez de clown ils pourraient me faire rire effectivement.

                    C’est étonnant qu’avec tous ces Nobel d’économie le monde ne se porte pas mieux. Il faut croire que l’économie est pas très compatible avec la politique puisque aucun pays n’a adopté ce système. Pour vous c’est étonnant de voir que les politiques écoutent pas les économiciens qui sauvent le monde. pour moi non. Je suis du coté de tous ceux qui pensent le contraire à cette théorie de revenu universel, l’autre moitié, très certainement la majorité si vous souhaitez.


                  • Zip_N Zip_N 22 décembre 2014 19:14

                    « Maurice Allais James Tobin, Herbert A. Simon, Friedrich Hayek, James Meade, Robert Solow, et Milton Friedman cf »

                    Dommage qu’ils soient pas la à votre place. Ils auraient pu avoir des arguments et discuter eux au moins.


                  • Zip_N Zip_N 22 décembre 2014 19:22


                    Le chomage de l’Europe c’est pas déja l’économie ? ou ils y sont pour rien ? ils ont pas mis les bons ? Obama c’est bien le Nobel de la paix, vous l’avez vu en paix durant son mandat ? c’est à cause de Snowden ou de la paix au moyen orient ?


                  • gogoRat gogoRat 22 décembre 2014 20:05

                     Si vous vous retrouvez ici à monologuer c’est sans doute parce qu’il est très facile de trouver ailleurs les arguments que vous ne voulez pas découvrir avant d’afficher vos passionnantes certitudes.


                  • Zip_N Zip_N 22 décembre 2014 20:11

                    Clown ou demi clown sans le nez, comme vous souhaitez : revenu universel est la porte ouverte à tous les vices. Si vous souhaitez je peux vous poser les questions et vous pouvez répondre à leur place ? en supposant que vous les connaissez par cœur. Les pour et les contre. Ce que vous pouvez faire c’est attendre les Nobels qui sont encore manquant et discuter ensuite, il y aura peut être quelque chose d’encore mieux. Vous citez 7 Nobels pour ? et les autres sont ni pour ni contre ?


                  • Zip_N Zip_N 22 décembre 2014 20:18

                    Je discute seulement de vos certitudes et vos arguments, comme vous voyez cela me dérange pas d’en parler aussi.


                  • Esprit Critique 21 décembre 2014 16:17

                    Suppression totale de tous les régimes spéciaux a commencer par les élus, et y compris les fonctionnaires , alignement de tout les systèmes sur un modèle par point....

                    Durée de cotisations et Age de départ, fixés en rapport avec le réalité biologique et le minimum nécessaire pour vivre.

                    Le reste n’est que débilité.


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 décembre 2014 17:37

                      Pas la peine de faire des calculs d’apothicaires...
                      La réforme des retraites était déjà dans la feuille de route du FMI pour la France publiée en 2012.


                      Elle est à nouveau dans les Grandes Orientations de Politique économique définies par la Commission européenne, publiées en Juin dernier, et à mettre en place en 2014/2015.

                      Mais aussi le gel des pensions et des retraites.

                      Mais aussi la baisse des indemnités chômage, la disparition des CDI et du SMIC etc

                      C’est tout le modèle social français qui va passer à la moulinette de notre belle Europe de la prospérité, où il n’est aucunement question de répartir la richesse nationale.

                      • Esprit Critique 21 décembre 2014 17:47

                        C’est depuis presque 25 ans et le livre blanc de Michel Rocard que l’on connait les problèmes de financement des retraites, pratiquement a un euro prés.

                        Dans tout les autres pays quand on a un problème on sait le résoudre, en France on ne fait rien, on cause.


                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 décembre 2014 08:00

                          Esprit critique,
                          Le Trésor public fait cadeau chaque année de 173 milliards d’euros de niches fiscales aux entreprises, sans parler des milliards récemment sortis du chapeau.

                          Vous êtes certain qu’il n’y a pas d’argent pour financer les retraites par répartition ?


                          Ou il s’agit de faire des cadeaux aux fonds de pensions ?

                        • cyrus cyrus 22 décembre 2014 14:30

                          je suis pas trop UPR ;) .. ;je prévient d’ avance on sait jamais lol ;)

                          mais ton calcul est juste .
                          173 milliard divise par 70 million de français ca fait quand meme un revenu « universel » disponible de 2 471,42857143 € par personne , avec seulement la moitié , on vit corectement et donc on depense et relance la machine économique ... ce qui au final est bon pour nos petit PME et artisan qui crée de l’ emploi.

                          dommage que ce soit dassaut , loreal ou encore cocacola qui profite des « niche fiscale » et non pas la petite pme et le petit artisan qui eu travaille pour qu’ on leur prenne tout.


                        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 décembre 2014 19:26

                          cyrus,
                          Qui va décider du revenu universel ?
                          Hollande ? Macron ? Vals ? la BCE ? le FMI ? La Commission européenne ?


                          Et pendant que vous proposez une solution irréaliste, vous oubliez de défendre le modèle social français. Attali et le MEDEF vous en remercient !!

                          Les Français sont très attachés au modèle social français, que l’ UPR défend.

                        • alinea alinea 21 décembre 2014 18:04

                          Les fonctionnaires n’enrichissent pas d’actionnaires ; service public, on les remercie en calculant leur retraite sur leurs six derniers mois.
                          Faut-il s’offusquer de cela ou au contraire s’offusquer du traitement des travailleurs qui ont enrichi des actionnaires ? La lutte alors, plutôt que pleurer pour que les pensions des fonctionnaires soient revues à la baisse, ne serait-elle pas d’exiger la même chose dans le privé ?
                          Vous le dîtes en parlant du calcul sur salaire plutôt que sur la richesse produite ; n’’est-ce pas là, comment dire, une sorte de contradiction dans votre discours ?


                          • gogoRat gogoRat 22 décembre 2014 12:03

                             Désolé de devoir faire remarquer que des syllogisme faux, voire fallacieux, auront d’autant moins de chances de me séduire un jour, qu’ils seront davantage rabâchés sans répondre jamais à l’exigence d’égalité en dignité et en droit qui n’est pas « anti-fonctionnaires » mais pro démocratique.

                             C’est vos propres affirmations qui se contre-disent .
                             Argument suffisant (dont je me contenterai ici, pour faire court) :
                            si « les fonctionnaires » (pour ma part, je préférerais raisonner en termes de service public) apportent réellement un service public, alors ils enrichissent eux-aussi les actionnaires !

                            ( Pour éviter les lourdeurs, je passerai sur les autres poncifs tout aussi peu rigoureux sur le plan du raisonnement ...)

                            ( Nota Bene : je vous prie de remarquer, que contrairement à une tendance trop fréquente, je me refuse à toute interprétation visant à juger des personnes ou des sentiments prêtés aux interlocuteurs ... Seuls sont recevables des arguments concernant les écrits, ponctuels, circonstanciés, que chaque lecteur peut vérifier)

                             Lorsque des intervenants témoignent (à tort ou à raison) d’un ressenti d’injustice et argumentent pour justifier ce ressenti, il ne s’agit pas de « revoir à la baisse » les pensions des fonctionnaires ... mais plutôt d’un défaut de consensus social, c’est à dire d’une remise en cause de la légitimation en vigueur dans notre société.
                             Or, il se trouve que ces sentiments d’injustice, dans quelque sens que ce soit (côté « fonctionnaires » ou côté « privé ») sont logiquement et immanquablement occasionnés uniquement par une entorse au sage principe que nous prétendons tous respecter : l’égalité en dignité et en droit !

                             On ne peut alors que saluer cette idée : « exiger la même chose dans le privé ».
                             Il ne reste plus qu’à préciser que si l’on est bien d’accord pour inclure dans « même chose » : - même dignité, et - « mêmes droits », on n’aura plus à parler de « privé » opposé au « public » !
                             Et tout le monde sera enfin d’accord !


                          • alinea alinea 22 décembre 2014 12:35

                            Absolument !
                            À ma connaissance, seule la France a gardé un semblant de services publics ; c’est ainsi que nous avons moins coulé que d’autres dernièrement. Parallèlement à cette politique « sociale », c’est quand même l’ultra libéralisme qui s’occupe de notre économie ; tout le monde voit où cela nous mène, donc, à mon avis, c’est s’attaquer à notre vrai ennemi qu’il nous faut entreprendre, et pas diviser les travailleurs ! Il y a eu « des abus » au niveau du service public, on en est bien conscient, mais y remédier, ce n’est pas virer les gens comme des malpropres mais mieux organiser les répartitions de personnel et pouvoir, d’une manière ou d’une autre, pouvoir juger de l’incompétence ou du tire-au-flanc ! Pour cela il suffit de redonner de la valeur au travail des fonctionnaires, une valeur morale, une exigence d’engagement ; bref, tout refaire dans les mentalités !! Je ne crois pas que ce sera chose aisée !! Parce que, d’un côté, il y a souffrance, de l’autre, peu de résultats !!! Mais d’après ce que j’en vois et ce que j’en sais, il y a une énorme majorité de fonctionnaires qui bosse, beaucoup, et bien !


                          • lloreen 22 décembre 2014 21:47

                            "La lutte alors, plutôt que pleurer pour que les pensions des fonctionnaires soient revues à la baisse, ne serait-elle pas d’exiger la même chose dans le privé ?"

                            Certainement que si.Mais tant qu’ il y a crêpage de chignons chez la masse laborieuse et les bons bergers qui mènent le troupeau, la haute finance peut dormir sur ses deux oreilles...
                            C ’est d’ ailleurs le but:diviser pour mieux régner.
                            Les fonctionnaires sont des travailleurs, au même titre que les autres. Mais ainsi va le monde.
                            Il y a la haute bourgeoisie, la moyenne et la petite....
                            Mais il n’ y a que la haute finance...Celle qui gagne à tous les coups et à qui tous les coups sont permis.

                            Alors à mon humble avis, c ’est plutôt de ce côté qu’ il y aurait du ménage à faire....


                          • Pyrathome Pyrathome 21 décembre 2014 18:24

                            On attend l’arrivée imminente de spartachiotte pour venir vomir sur les retraités et salariés bolcheviques par répartition....


                            • rocla+ rocla+ 21 décembre 2014 18:32

                              Dans pas longtemps la retraite sera à 68 ans comme en Hollande 

                              et dans d’ autres pays Européens .

                              • elpepe elpepe 21 décembre 2014 18:44

                                oui d’autant que les retraites du prive sont aujourd’hui de-indexées, en période de déflation c’est pas gênant
                                Mais attendez la suite des éventements, vos retraites ne vous permettront même pas d’acheter les mouchoirs pour pleurer ...


                                • Croa Croa 21 décembre 2014 19:49

                                  Ce n’est pas spécifique aux retraites du privé. Les retraités du public perdent aussi du pouvoir de survivre tous les ans.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès