Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La rigueur juste

La rigueur juste

L’Europe a le cœur qui balance. Néo-libéralisme, keynésianisme, les coups de godille des gouvernements désarçonnent opinions publiques et marchés qui ne savent plus à quel saint se vouer. Hier encensées comme soutien à l’activité et facteur de la croissance de demain les dettes publiques sont désormais décrites comme des icebergs qui entourent un navire européen menacé du sort du Titanic. Présenté comme seule bouée de sauvetage possible, le recours à la rigueur doit être manié avec précaution pour ne pas devenir à son tour source de crise.

La période actuelle est marquée par une instabilité idéologique entre néolibéraux accusés d’avoir provoqué la crise et keynesiens pointés du doigt pour avoir mis les Etats en situation de faillite. Le doute sur la direction à prendre se traduit par une cacophonie des stratégies économiques européennes fortement anxiogène. Alors que la situation Grecque a soulevé le défaut dans la cuirasse de la zone euro, à savoir que faute d’adossement à un banque centrale susceptible d’intervenir en cas de difficulté un Etat de la zone peut faire faillite, des économistes font remarquer qu’une trop grande rigueur risque de tuer dans l’œuf un retour de la croissance. Or, la croissance constitue la voie royale pour réduire la dette.

Dans ce paysage tourmenté, le FMI n’est pas particulièrement rassurant. L’institution dirigée par DSK considère à juste titre que le retour à un niveau d’endettement acceptable, grosso modo celui d’avant la crise, est une tâche herculéenne. Attention toutefois à ne pas être trop gourmand prévient-il. Tout doute sur la capacité d’atteindre les objectifs expose les Etats à un fort risque de relèvement des taux d’intérêts et donc, à une envolée du coût du financement de la dette, effaçant au passage une partie des efforts consentis.

C’est dans ce contexte que l’Elysée ouvre la chasse aux déficits. Coulé dans les habits de Père la rigueur, Nicolas Sarkozy emboîte officiellement le pas à l’Allemagne dans une gestion épurée des comptes publics.

Lors de la deuxième conférence nationale sur les déficits, le Président a annoncé son intention d’inscrire dans la Constitution l’obligation faite, dès 2012, à toute nouvelle majorité élue de présenter et d’exécuter des budgets réduisant par paliers les déficits. L’Elysée estime que si la France n’a que rarement tenu ses engagements de contrôle du déficit public, c’est parce qu’on ne les a jamais formalisés et parce qu’ils ne sont pas partagés entre l’Etat et les collectivités locales entre la droite et la gauche.

Il apparaît toutefois risqué voir illusoire de se lier les mains par des contraintes dont on risque dans des situations exceptionnelles de devoir s’affranchir. La crise actuelle l’a bien prouvé faisant voler en éclats les positions dogmatiques de l’UE. L’hyperfluidité des capitaux impose plutôt une très grande réactivité des Etats.

Faire du rééquilibrage des comptes publics un objectif de mandat est une chose, vouloir le graver dans le marbre et l’imposer à ses successeurs en est une autre. Même à droite, notamment du côté du Sénat, on n’est pas emballé.

“Imposer des normes, une discipline, c’est bien, mais une volonté et une capacité à mettre en œuvre cela paraît plus essentiel, a déclaré sur le sujet Philippe Marini, rapporteur général (UMP) de la commission des finances de la Haute assemblée.

Jean Arthuis, le président de cette même commission est tout aussi sévère : “Ce qui compte, ce n’est pas la règle mais de se donner les moyens de ne plus déraper“, “L’édiction d’une norme, cela peut rassurer les marchés… momentanément. Mais si la culture n’est pas à la rigueur, on peut mettre en place toutes les règles que l’on veut. L’édiction de règles est parfois un aveu d’incapacité à faire, cela donne bonne conscience“. Le sénateur centriste s’est par ailleurs déclaré sceptique sur le fait que le gouvernement puisse atteindre “en seulement trois ans” l’objectif de trouver 100 milliards d’euros pour réduire ses déficits.

Fin 2009, le déficit public français s’élevait à 143,8 milliards d’euros, soit 7,5 % du produit intérieur brut (PIB). Il devrait se situer aux alentours de 8,2 % cette année. Le gouvernement s’est engagé, auprès la Commission européenne, à le ramener à 3 % du PIB en 2013. Aujourd’hui, les intérêts de la dette atteignent un niveau équivalent à la moitié des recettes issues de l’impôt sur le revenu.

Le drame de l’Europe, c’est son incapacité à avoir sur sa zone, contrairement au reste du mode de la croissance et ce malgré des déficits publics qui étaient censés la stimuler. “Je suis inquiet pour la croissance en Europe“, a déclaré M. Ayrault, patron des députés PS sur RFI, dénonçant “l’incapacité des dirigeants européens à proposer un programme d’action pour relancer la croissance en Europe“. “C’est quand même invraisemblable, alors qu’en Asie, au Brésil, aux Etats-Unis la croissance décolle”.

Le député-maire de Nantes a plaidé pour “un plan de relance concerté” entre la France et l’Allemagne. Cela “ne veut pas dire que, par ailleurs il ne faut pas veiller à maîtriser les déficits et la dette. Mais si vous combinez les deux, alors vous pouvez remettre un peu de carburant dans la croissance“.


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • BA 25 mai 2010 08:53

    Mardi 25 mai 2010 : tous les regards sont tournés vers l’Espagne, vers la situation catastrophique de l’Espagne.

    Les pays d’Europe du sud sont en train d’entraîner toute la planète dans leur chute.

    Après la Grèce, c’est au tour de l’Espagne de s’effondrer.

    Lisez ces articles :

     

    Les bourses asiatiques en forte chute à mi-séance.

    Les bourses asiatiques étaient en forte chute mardi à mi-séance, dans un contexte toujours marqué par les craintes pesant sur l’euro et sur la dette de certains pays européens.

    L’indice Nikkei perdait 2,4 % à 9,526.97 points.

    L’indice sud-coréen Kospi perdait 3 % à 1.556,28 points.

    Les bourses néo-zélandaises, australiennes et taïwanaises étaient également en baisse.

     

    http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=472bcfe6ae5b22fdd522b8f2100d7632

     

    La clôture à Wall Street : l’Espagne a gâché la séance.

     

    Les marchés actions américains ont terminé en repli marqué malgré un indicateur économique encourageant. La journée a effet bien débuté avec l’annonce de chiffres de reventes de logements au plus haut depuis cinq mois aux Etats-Unis en avril. Mais les investisseurs ont accueilli avec défiance le sauvetage de la caisse d’épargne Cajasur par la Banque d’Espagne en Europe. Ils s’inquiètent des conséquences des problèmes européens sur la croissance américaine.

    Le Dow Jones a clôturé sur une perte de 1,24 % à 10066,57 points. Le Nasdaq Composite a cédé 0,69 % à 2213,55 points.

     

    http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=c426b23e2f42f4918b24c57b74465972

     

    L’euro poursuit sa chute face au billet vert, pénalisé par l’Espagne.

    L’euro poursuivait sa chute mardi face au billet vert, repassant sous 1,23 dollar, la situation économique en Europe, et notamment en Espagne où la Banque centrale a dû voler au secours d’une caisse d’épargne régionale, continuant à susciter les inquiétudes des investisseurs.

    Vers 06H00 GMT (08H00 à Paris), l’euro valait 1,2292 dollar, contre 1,2361 dollar lundi vers 21H00 GMT.

    « Les pressions à la vente continuent de peser sur l’euro en raison d’inquiétudes financières désormais alimentées par la situation en Espagne », selon Yuji Saito, de Credit Agricole.

    La Banque d’Espagne a révélé lundi un plan de sauvetage de la caisse d’épargne régionale CajaSur qui pourrait coûter jusqu’à 2,7 milliards d’euros, alourdissant d’autant le déficit public de l’Espagne.

    L’Espagne a déjà annoncé des mesures d’austérité, dans le sillage de la crise de la dette grecque qui a mis à mal la confiance dans ce pays et dans d’autres pays endettés de la zone euro, tels que l’Irlande, l’Italie et le Portugal.

    Le Fonds monétaire international (FMI) a recommandé lundi à l’Espagne des réformes « urgentes » pour améliorer le fonctionnement de son marché du travail et de son système bancaire, à l’issue d’une mission dans le pays.

    http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=fe2235800f84583a7d384e13cffd7032


    • Et hop ! Et hop ! 25 mai 2010 13:37

      La rigueur, oui, mais pour les banques, leurs dirigeants et leurs parchutres en or serti de diamants, pour les actionnaires et leurs super-bonus, pour les ministres et les députés en surnombres avec leurs traitements exonérés d’impôts et leurs retraites hyper-privilègiées.


      Mais pas pour les instituteurs, les facteurs et les employés de mairie, ni pour les assurés sociaux, les médecins, les agriculteurs, les maçons, les ingénieurs, les musiciens, les instituteurs, les informaticiens, les militaires, les chômeurs.

      En ce qui concerne les règles et les normes qu’on parle de mettre en place, elles existaient. Mais elles ont été toutes supprimées pour permettre aux banques et aux fonds spéculatifs de faire monter leurs bénéfices jusqu’à 21 % des capitaux investis !

      Tout le problème, c’est que la finance internationale ne veut pas qu’on revienne sur les mesures de déréglementations qui diminuerait leurs profits. Elle veut continuer à confisquer toute la plu-value économique, au détriment des vrais acteurs économiques.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès