Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La Société Générale a-t-elle mal débouclé les positions de marché de (...)

La Société Générale a-t-elle mal débouclé les positions de marché de Kerviel ?

Le 19 février, la cour de cassation a annulé la condamnation de Jérôme Kerviel à verser 4,9 milliards d’euros à la Société Générale (SocGen), tout en confirmant sa peine de trois ans de prison.

Depuis sa mise en cause par son ancien employeur, la défense de l’ex-trader a autant varié que les alignements des menhirs de Carnac et peut se résumer en deux points :

1- La direction de la SocGen avait connaissance des positions de marché extravagantes prises par le jeune homme, ou tout du moins elle ne pouvait les ignorer.

2- Les pertes abyssales constatées lors du débouclage des positions de marché s’expliquent avant tout par la mauvaise stratégie de sortie choisie par la SocGen.

Que l’ex-trader avance l’idée que la banque rouge et noire ait mal débouclé ses positions de marché et ait aggravé de la sorte ses pertes est bien sûre compréhensible. Que cela soit repris et défendu par des hommes politiques de tous bords (voir l’extrait vidéo de l’interview d’Eva Joly ci-dessous à partir de 01:20) n’est pas non plus très surprenant mais voir des professionnels de la finance (comme Georges Ugeux dans son billet ; Que penser de la sentence de Jérôme Kerviel ? ) dans les mêmes dispositions nous laisse dans l’expectative.


Eva Joly : " La Société Générale a menti, elle... by S-O-K

Il nous a donc semblé, qu’expliquer au grand public quelle doit être l’attitude d’une institution financière en cas d’une exposition irrégulière sur les marchés financier, était un impératif pour ne pas laisser ce terrain occupé par des démagogues, des irresponsables ou personnes cherchant à régler des vieux comptes.

Pour ce faire nous nous appuierons sur le meilleur cas d’école qu’à connu le monde. Cocorico ! c’est une paire française qui remporté haut la main le trophée ; les nominés sont la SocGen et Jérôme Kerviel.
Evidemment nous n’évoquerons pas l’ hypothèse d’un débouclement intentionnellement perdant dont l’objectif aurait été de masquer des pertes sur d’autres activités financières comme les subprimes et l’existence d’opérateurs liés aux dirigeants de la banque qui, à partir de leurs bases aux Îles Vierges britanniques, auraient accumulés des positions inverses et ainsi fait de fabuleux profits. Nous laissons le traitement de ce type de scénario, pas totalement impossible, aux romanciers.

Toute position de marché irrégulière doit être soldée dans les délais les plus brefs.

C’est la règle générale, que l’on soit à la City ou proche du lac Léman, frappée au coin du bon sens commun. Et à moins de s’appeler Gary Hobson, le héros de la série Demain à la une, et de recevoir tous les matins un exemplaire du Chicago Sun-Times daté du lendemain, on ne sait jamais ce que le future nous prépare. Au passage, ceux qui connaissent cette série doivent sourire en se souvenant que le meilleur ami de Gary, courtier chez un agent de change, essaie dès qu’une occasion se présente, de lui subtiliser ce journal pour spéculer en bourse.

Il n’existe qu’une seule exception à cette règle. Une exposition aux marchés qui ne mettrait pas en danger l’existence de l’établissement financier peux être conservées. Comment peut-on définir une situation où une banque est en danger ? Evidemment c’est assez subjectif. Disons que c’est un mixte entre le volume de l’exposition et la volatilité du ou des produits financiers concernés, c’est ce que les spécialistes nomment le risque potentiel.
A l’évidence la SocGen, avec une exposition de 50 milliards d’euros (1,7 ses fonds propres) sur des produits volatils (futures sur indices boursiers), n’entrait pas début 2008 dans la case des exceptions.

Pourquoi la SocGen devait-elle solder les positions de marché irrégulières attribuées à Kerviel ? Vous avez remarquer d’ailleurs que nous prenons les plus grandes précautions oratoires concernant cette affaire. Après tout l’affaire est toujours aux mains de la justice et le principe de la présomption d’innocence signifie que tout homme est présumé innocent jusqu’à ce que sa culpabilité ait été reconnue par un jugement irrévocable. C’est dit.

50 milliards d’euros de position sur un risque concentré sur trois produits dérivés pour 30 milliards de fonds propres signifie que si la banque avait enregistré une perte de 60% (30 milliards), elle ne pouvait plus rembourser totalement les dépôts de ses clients qui auraient fui. Elle aurai fermés ses agences et envoyé chez Pôle emploi des dizaines de milliers de salariés. Elle n’aurai plus financé les entreprises et les particuliers (après tout c’est son métier de base) etc. Vous voyez les cataclysme.

En réalité ce scénario catastrophe n’avait eu aucune chance de se produire. Avec déjà 10 ou 15 milliards de pertes le gouvernement français auraient été dans l’obligation de nationaliser la banque et donc d’endosser les pertes latentes avant que les clients les plus avertis, qui sont souvent les plus riches , n’aient pris la poudre d’escampette.
Evidemment certains rêveurs nous dirons que les cours de bourse auraient pu se retourner dans le bons sens ou sous-entendre comme le fait Eva Joly que quand on possède 2% de l’économie allemande on ne risque pas grand chose. La dirigeante verte confond participation au capital d’entreprise et produits dérivés comme les futures à durée de vie très courte. Sauf que, quand on a d’aussi grosses responsabilités économiques et sociales, on ne joue pas l’avenir d’une entreprise et d’un pays sur un coup de dé.

Une position peut-elle être débouclée à une rythme plus lent ?

Solder des positions de marché gargantuesques en deux ou trois jour déséquilibre le marché, pousse les cotations dans le sens opposé de l’intérêt de l’opérateur et donc aggrave ses pertes ou diminuer ses gains. C’est une lapalissade de le dire.
Ainsi l’idée qu’un établissement financier pourrait sortir du marché au fil de l’eau, sans vague et sans se mouiller, en s séduit plus d’un. Malheureusement ces rêves ne résistent pas à l’épreuve des réalités.

Une réalité légale et réglementaire. Les banques sont soumises à des règles très strictes (ne vous marrer pas !) pour assurer leur solvabilité (Bâle II, Bâle II, les règlements européens etc.) et une établissement qui serait hors des clous se verrait interdire d’activité, ni plus ni moins. Par ailleurs, choisir de conserver une position de marché prise de manière irrégulière transfert la responsabilité de la prise de risque du trader mise en cause, Kerviel dans le cas de la SocGen, vers celui qui prend cette décision, le PDG de la SocGen ou un des ses adjoints. Qui aurait envie de prendre la place du supplicié ?

Une réalité humaine. L’objectif premier recherché dans la rapidité d’exécution d’une liquidation d’une « monstrueuse » position de marché est de tuer dans l’œuf tout risque de bank run en ne laissant aucune chance à la rumeur de se propager. Quand, le jeudi 24 au matin, Daniel Bouton annonce publiquement la fraude, la totalité des positions (ou presque) viennent d’être liquidées. A priori il n’y a plus de risque de pertes futures. Un peu comme si on annonçait qu’une bombe avait été découverte dans un wagon d’un train une fois que les passagers sont arrivés, sains et saufs, en gare. Il arrive que la peur provoque plus de dégâts que le risque même réalisé.

Pour mieux appréhender les risques auxquelles la SocGen a fait face et les choix qui aurait pu s’offrir à elle, nous avons élaboré un graphique qui montre l’évolution de la valorisation du portefeuille attribué par la banque à J. Kerviel.
Pour faciliter la compréhension de la situation nous avons convertis la totalité des positions (99 924 contrats futures DAX, 742 944 contrats futures EuroStoxx 50 et 14 190 contrats futures FTSE) qu’aurait pris le jeune trader sur un seul indice, l’Euro Stoxx 50, qui est celui qui est le plus corrélé au deux autres. Sans parler du fait que les plus grosses valeurs listées au DAX le sont aussi sur l’Euro Stoxx. Nos sources proviennent bien sûre directement ou indirectement de la SocGen. C’est partial mais difficile de trouver mieux.

Chronologiquement le tableau se divise en deux. Avant et après le 24 janvier 2008, jour de l’annonce publique par Daniel Bouton des pertes colossales de sa banque. Avant le 24 janvier les chiffres sont réels et réalisés (ou très proches). Après le 24 janvier nous vous proposons des projections très hypothétiques dans des scénarios où la banque aurait conservé ses positions ,ce que nous savons être quasi impossible pour les raisons que nous avons évoquées plus haut et aussi parce que la grande majorité des contrats futures avaient des échéances très proches. C’est pour cette dernière raison que nous ne nous projetons pas plus loin que la fin du mois de mars.

N.B. Pour mieux voir le tableau nous vous conseillons de vous rendre sur ce blog : La Main Invisible.

A première vu, on se dit que la SocGen a joué de malchance. Ses services détectent la catastrophe au même moment où les bourses s’effondrent et l’avant-veille d’un jour férié au Etats-Unis. La réalité est peut-être plus cruelle, c’est parce que les indices boursiers s’enfoncent que la hiérarchie ne peut ignorer l’envolée des appels de marges exigées par les chambres de compensation des contrats futures.  Sans cela notre trader aurait pu continuer son petit bonhomme de chemin.

La tactique de liquidation a peut-être été mauvaise. Fallait-il faire appel à plusieurs traders au lieu d’un seul, vendre des indices futures autres que ceux du DAX, du FTSE et de l’Euro Stoxx etc. mais on ne peut trouver aucun reproche à la stratégie choisie ; tout solder avant la conférence publique du PDG qui évidemment ne pouvait être annulé, c’eût été le pire des choix. La banque devait sortir rapidement de cette ornière et combattre ses pires ennemis ; le temps et la rumeur.

D’ailleurs qui se souvient que malgré les pertes attribuées à Kerviel et quelques gamelles dans les subprimes, la banque a dégagé 947 millions d’euros de bénéfice cette année là !


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Patrick Samba Patrick Samba 4 avril 2014 10:43

    Bonjour,

    moi qui suis nul en économie (j’ai tendance à penser qu’elle se résume à quelques chiffres et à de la psychologie, voire même à de la politique, c’est vous dire...), je me suis dit en lisant ça (et cela malgré le « nous » de majesté) que j’allais enfin tout comprendre dans cette affaire : "Il nous a donc semblé, qu’expliquer au grand public quelle doit être l’attitude d’une institution financière en cas d’une exposition irrégulière sur les marchés financier, était un impératif pour ne pas laisser ce terrain occupé par des démagogues, des irresponsables ou personnes cherchant à régler des vieux comptes« .
    Alors je m’accroche comme quand on s’apprête à suivre un raisonnement ardu de maths, parce que l’économie et la comptabilité c’est surtout des maths et il faut donc être très rigoureux dans la démonstration, et alors je tombe rapidement sur ça : »Il n’existe qu’une seule exception à cette règle. Une exposition aux marchés qui ne mettrait pas en danger l’existence de l’établissement financier peux être conservées« , et alors que je pensais que j’allais être récompensé de mon effort par le »Il n’existe qu’une seule exception à cette règle.« , m’offrant la solution, patatras, la suite immédiate détruisait l’édifice...
    Je relis, une fois, deux fois, rien. Le »peux« , le »conservées", ne trouvent aucune explication...
    Alors désolé, mais j’ai arrêté là.


    • Le taulier Le taulier 4 avril 2014 13:03

      Désolé pour les coquilles !


    • Le Yeti Le Yeti 4 avril 2014 12:32

      Je ne me prononcerai pas sur la SocGen ; ça ne se fait pas de dire du mal des morts ...


      • ZenZoe ZenZoe 4 avril 2014 14:35

        Je n’ai rien compris à l’article à vrai dire, n’étant pas super calée en tractations boursières.

        Je passe juste pour dire que je suis contente que les indemnités de Kerviel aient été annulées et bravo à la cour de cassation. Dommage que Kerviel ait du cramer 6 ans de sa vie pour ça, et qu’il pourrait cramer encore 3 ans si le juge décide de mettre la peine d’emprisonnement à exécution (ce qui n’est pas garanti), pendant que les ex-dirigeants de la SG ne se crament, eux, que leurs orteils en éventail, allongés sur le sable des îles sous les cocotiers.

        Les banquiers n’ont décidément pas amélioré leur image dans l’opinion avec cette affaire-là !


        • charlotte 4 avril 2014 15:17

          si jai bien compris la SG est autant coupable que Kerviel
          donc elle doit etre condamnée autant que lui.

          j’aimerai bien voir ca


          • Le taulier Le taulier 4 avril 2014 15:18

            Ben non, je crois que tu as mal compris. Je ne m’exprime pas sur la culpabilité dans ce papier.


            • samuel 4 avril 2014 16:04

              «  Sauf que, quand on a d’aussi grosses responsabilités économiques et sociales, on ne joue pas l’avenir d’une entreprise et d’un pays sur un coup de dé. »

              En vertue de quel règlement ? En vertue de quelle loi ? Si les positions risquée peuvent être (très) profitables, rien n’empêche une banque de prendre ces risques.

              Après tout, c’est son seul problème et elle n’a pas à se soucier des conséquences qu’elle pourrait très bien ignorer ou ne pas connaitre. Et puis, beaucoup de banques avaient des positions risquées.

              La SocGen devait-elle être la seule à avoir une position vertueuse au risque de se faire dépasser par toutes les autres ? Selon le saint principe de concurrence, elle se serait fait défoncer son cours de bourse pour « résultats moyen ou insuffisants ».

               


              • Le taulier Le taulier 4 avril 2014 16:54

                En vertu que quand une banque se ramasse on demande au contribuable de venir à son secours. Le contribuable a donc le droit d’avoir certaines exigences...sinon cela finit comme à Chypre.


              • samuel 9 avril 2014 11:08

                Vous faites donc appel à la vertue et non à la LOI. Cela se saurait si le monde financier libéral « obéissait » à la vertue.

                Bref, appel à la vertue et à l’amour des paquerettes... naïveté navrante !


              • joletaxi 4 avril 2014 21:58

                on ne saura sans doute jamais ce qu’ont été les enjeux dans cette affaire.
                A une certaine époque, j’ai connu un cas ressemblant à celui-ci, une banque belge tr§s exposée suite à des prises de position très mal venues sur le dollar.
                Mais cette fois, l’équipe était sur le point de rétablir la situation, quand un élément extérieur (une perquisition sur des faits de fraude fiscale de certains client) a mis à jour la position délicate de la banque.
                Ajoutons que l’on a soupçonné certains cambistes d’être à la solde d’une autre banque ?
                Bref, il reste tout de même curieux qu’un trader,prenne des positions aussi importantes sans que les chefs « de table » n’aient rien vu ?


                • paul 4 avril 2014 23:22

                  Peu importe la grosse cuisine financière de la SG pour se tirer d’affaire : savoir si elle a eu raison ou tort de « déboucler » les positions du trader si rapidement est dérisoire .

                  Au minimum (en admettant qu’elle n’ait rien vu venir) son système de contrôle est gravement défaillant, ce pourquoi elle a été condamnée en 2008 à 4 millions d’amende par la Commission bancaire .
                  Le pire, c’est la remise fiscale de 1,7 Md consentie par Christine Lagarde en 2008 à la SG , aussitot après l’annonce de ses pertes, sans qu’un examen minutieux des comptes présentés ne soit réalisé par les services de l’État, et avant que l’affaire ne soit jugée (la trouille de l’effondrement bancaire peut être) .
                  Or la négligence de la banque étant prouvée, elle n’aurait pas dû bénéficier de cette remise, c’est la loi. Quelle confiance accorder à cette banque déjà condamnée dans d’autres affaires ...
                  1,7 Md d’argent public distribué par Christine Lagarde (en plus de l’affaire Tapie : 420 millions)- correspond à ce qui a été versé la même année 2008 aux actionnaires de la SG sous forme de dividendes et de rachats d’action .
                  C’est Daniel Bouton Pdg de la SG et Christine Lagarde ministre des finances qui méritent une sévère condamnation .


                  • smilodon smilodon 6 avril 2014 16:11

                    Ce pauvre mec, Kerviel, me fait de la peine !.. On va l’envoyer en taule alors que la banque pour laquelle il aura travaillé va s’en sortir les cuisses propres !... On a sous nos yeux ce que peut produire défaire ou condamner le FRIC, et tout le monde s’en fout !...Vivent les banques alors, que voulez-vous que je vous dise ??!!.. Kerviel, passez le par la guillotine si ça vous chante !.. Tout le monde s’en fout de ce pauvre mec !... Coupons-lui le cou !... Il ne manquera à personne !.. Ni à sa banque, ni à quiconque !...Pauvre mec !.. Il me fait peine !.. Un pauvre type comme lui qui braque 5 milliards à sa banque sans que personne ne soit au courant !.. Ben voyons !.. Coupons-lui vite le cou, il pourrait parler, si toutefois quelques-uns voulaient bien l’entendre !.. Mais on ne sait jamais !!!.. Coupons vite son cou !.. C’est mieux pour tout le monde !... Adishatz.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès