Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La soumission du système carcéral au principe de rentabilité

La soumission du système carcéral au principe de rentabilité

Les Etats-Unis sont le premier pays au monde en nombre de personnes incarcérées. La justice américaine compte 7,1 millions de personnes sous surveillance des services correctionnels, dont 2 millions derrière les barreaux. Il y a 760 détenus pour 100 000 personnes. A titre de comparaison, la plupart des pays européens ont 1/7 de ce nombre, la France en a elle 96 pour 100 000. Le Brésil et la Pologne occupe respectivement la deuxième et la troisième place du classement avec « seulement » 242 et 225 pour 100 000 personnes.

Les Etats-Unis représentent seulement 5% de la population mondiale mais détiennent 25% des personnes incarcérées sur le globe. Au cours des deux dernières décennies, l’argent dépensée dans le système carcéral était 6 fois supérieur à celui consacrée à l’éducation. Par exemple en 2011, la Californie a dépensée 9,6 milliards de dollars dans les prisons contre 5,7 milliards dans l’enseignement supérieur. L’Etat dépense 8667 $ par an pour un étudiant, contre 50 000 $ par an pour un prisonnier. Depuis 1980, il a construit un campus universitaire pour 21 prisons. Le taux d’incarcération était cette année la à 25 % de ce qu’il est aujourd’hui.

Ce qui a changé, c’est la « Guerre contre la drogue » elle a abouti à la prolifération de lois répressives et à l’accroissement du nombre d’incarcérations pour un tout ou pour un rien. Ces changements sont poussés par les lobbyistes très influent des prisons américaines, évidemment privées, elles tiennent à leur business rentable. Elles ont achetées la plupart des politiciens aux Etats-Unis avec des dons rendus possible par le contrôle inexistant du financement des campagnes américaines. Leurs objectifs est de faire augmenter le nombre de personnes en prison ce qui équivaut pour elles à une augmentation de leur marge de profit. Une prison est payée entre 45 et 130 dollars par jour et par détenus. Ces établissement privés ne rendent pas non plus de compte à l’Etat, cette absence de contrôle créer une impunité. Celle de maltraiter par l’isolement ou les privations sensorielles

Pendant ce temps, les Etats s’endettent, et une sous-classes de prisonniers se constitue. Mais Corrections Corporation of America et GEO, les deux plus grandes entreprises du secteur pénitentiaire privé, ont cumulées à elle deux 2,9 milliards de bénéfices l’an dernier. La crise économique, dont le bouquet final se fait attendre, va faire augmenter radicalement la pauvreté aux Etats-Unis, la délinquance s’en suivra par corrélation, les profits aussi.

L’exemple du système carcéral américain pose clairement le problème du tout privé comme l’imaginait Friedman. Une entreprise privé poursuit purement et simplement la rentabilité comme ultime objectif. Soumettre la prison à une logique de profit met certains individus en position de pouvoir bénéficier de la criminalisation de la population, de faire du profit sur la délinquance, rôle classiquement octroyé aux parrains mafieux. Ce secteur fait son beurre sur l’insécurité d’un côté et la répression de l’autre. L’argent étant aussi pouvoir, on peut craindre qu’augmente celui d’une entreprise dont l’activité bénéficie à la fois de l’absence de politique efficace contre la délinquance et la criminalité, mais également de la présence de lois répressives et d’un contrôle accrue de la population.

En France, le 19 février 2008, le Garde des Sceaux Rachida Dati, a signée une convention d'un nouveau genre pour le ministère de la Justice. La Chancellerie franchissait un nouveau pas en officialisant son premier partenariat public-privé. Bouygues a été choisi pour concevoir, réaliser, financer mais aussi exploiter trois centres pénitentiaires à Réau (Ile-de-France), Nantes et Annoeullin.


Sources :

Russia Today

CNN

La Voix du Nord

Documents joints à cet article

La soumission du système carcéral au principe de rentabilité

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • jako jako 18 avril 2012 11:08

    Merci, effectivement le privé pour exploiter les prisons , on marche sur la tête mais tout y passe. Vous ne pouvez comparer le budget education supérieure et prisons aux US puisque l’ensemble des écoles supérieures le sont aussi (privées) comme cela arrive aussi peu à peu ici.


    • paul 18 avril 2012 14:29

      A ce terrible bilan carcéral étasunien, il faut ajouter que 2570 mineurs délinquants purgent des peines de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle, dans des prisons pour adultes . L’ONG Human Rights Watch a dénoncé des conditions de détention qui violent leurs droits fondamentaux .
      Double avantage d’une politique répressive qui mène tout droit à la case prison :
       - ça coute moins cher qu’un ensemble de politiques de prévention et de réinsertion
       - ça rapporte aux sociétés privées qui construisent et qui gèrent les prisons : en France où 87.000 peines de prison sont en attente d’exécution, 24.000 places nouvelles sont à construire .

      Le documentaire sur le business des prisons US qui fait vivre toute une ville :
            prisonvalley.arte.tv 
       


      • inotna2099 inotna2099 18 avril 2012 15:28

        Je me rappel d’un fait divers il y a quelques années aux USA où un juge envoyait les gens en prison au moindre délit mineur. Il s’est avéré que les propriétaires de la prison (privée) du coin lui graissaient la pâte à chaque nouveau détenu ... lamentable.


        • kettner 18 avril 2012 22:14

          Un grand rêve de la sarkozye

          PPP, suppression du juge d’instruction et les procs quasiment au conseil d’administration des 9 m2 de martin .
          Putain quelle est belle la délinquance dés qu’elle devient rentable , Gagnant gagnant , une presse heureuse , des voix et du pognon .


          • Soi Même 19 avril 2012 09:14

            Ce qui m’attriste, c’est politiquement Rachida Dati a ouvert la brèche en France.
            Et nous assistions jour à près jour, à cette privatisation de ce qui relève des prérogatives de l’État.
            Dans cette affaire, cela montre que l’on ne peut plus porté crédit à l’État de Droit, si se dernier se défausse des charges qui relève de ses compétences. 

            Cela nous devrais nous encouragés à réinvestir l’espace citoyen, car si il y a démission de l’État, c’est bien la preuve que nous sonnes avant tous responsables de ce fait !


            • glaza 19 avril 2012 09:54

              Merci pour votre article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nick


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès