Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La taxe sur les transactions financières

La taxe sur les transactions financières

En janvier 2016, de nombreux états membres de l'Union Européenne mettront en place une nouvelles forme de taxation financière appelée Taxe sur les Transactions Financière (TTF).

Le G-20 qui est composé des 8 membres du G8 ( Canada, Allemagne, France, Italie, japon, Royaume Uni, Russie, USA, UE) ainsi que de l’Argentine, l’Australie, le Brésil, la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Mexique, la Corée du Sud, l’Arabie saoudite, l’Afrique du sud et la Turquie, représente 85 % du commerce mondial, les deux tiers de la population mondiale et plus de 90 % du produit mondial brut (somme des PIB de tous les pays du monde). Lors de son sommet de Toronto en juin 2010 à propos des marchés financiers et de l’économie mondiale suite à la crise économique de 2008-2010 et dont le titre du sommet « Reprise et Renaissance », en référence à la relance économique suivant la Crise économique de 2008-2010 préfigurait les débat sur l’évaluation des résultats des réformes du secteur financier mondial et des mesures soutenues de redressement de l’économie. Dans le cadre de la promotion et du libre-échange, beaucoup de nation ont proposé la création d’une taxe « mondiale » sur les transactions financières. Cette proposition s’est heurtée au mur des lobbies financiers, FMI et banque mondiale en tête. Après l’échec des négociations du G20, le 28 juin 2010, l’exécutif de l’Union européenne annonce qu’il allait étudier si l’UE devait imposer seule une taxe sur les transactions financières. Le lendemain, la Commission européenne prescrivit l’instauration d’une taxe sur le secteur financier de l’UE sur le modèle de la taxe Tobin afin de générer des revenus directs pour l’Union européenne. Les pays comme le Royaume uni, la Suède, le Danemark, la Hongrie s’y opposèrent. D’autres pays comme l’Allemagne, la Belgique, l’Autriche commèrent à étudier secrètement les modalités de cette taxe.

Le 6 mai 2014, les ministres des Finances de dix États (France, Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Estonie, Grèce, Italie, Portugal, Slovaquie), signent un accord de mise en application de cette taxe pour l’année 2016, la Slovénie rejoindra le groupe quelque temps après. Les objectifs de la proposition sont d’éviter la fragmentation du marché intérieur qui pourrait résulter de nombreuses approches nationales différentes sur la taxation de transactions financières, d’assurer une contribution substantielle et équitable du secteur financier aux finances publiques, et de décourager les transactions financières qui ne contribuent pas à l’efficacité des marchés financiers et aux économies réelles. Cette initiative représentait aussi un premier pas tangible en vue de la mise en place d’une taxation des transactions financières au niveau mondial et aussi une façon de faire la nique au G20. La proposition a une approche « triple A », c’est-à-dire que la taxe doit s’appliquer à tous les marchés (les marchés régulés ainsi que les marchés de gré à gré), à tous les instruments (actions, obligations, produits dérivés etc.) et à tous les acteurs (banques, banques fictives, gestionnaires d’actifs etc.). Cela devait ainsi réduire les risques de distorsions entre les différents segments du marché et de planification fiscale, de délocalisation et de substitution.

A l’origine, la proposition de la Commission européenne aux onze pays de l’UE concernés prévoit d’imposer à 0,1 % les actions et les obligations, et à 0,01 % les produits dérivés (option d’achat et de vente, warrants, indices boursiers, vente à découvert, indices énergétiques, indice matières premières etc.). Une taxe qui pourrait rapporter, selon elle, 35 milliards d’euros par an. Le projet prévoit que la TTF pourra être prélevée sur toute transaction financière, à partir du moment où l’une des parties est domiciliée dans un des onze pays participants. Par exemple : une personne ou entité habitant en France opère une transaction financière chez un cabinet à la City et transfère ses bénéfices sur son compte au Luxembourg, devra quand même s’acquitter de la taxe en France, car elle a sa domiciliation fiscale dans l’un des 11 pays signataires.

Vous vous doutez bien que ce point qui pose problème aux pays non signataires, Royaume uni, qui abrite l’une des principales places financières du monde, en tête. Selon eux, cela conduirait de manière injustifiée les pays participants « à exercer leur juridiction sur des entités localisées en dehors de la zone concernée par la législation » en question. Par exemple, pour une transaction financière entre un établissement établi en France et un autre en Grande-Bretagne, la France taxerait la totalité. En revanche, pour une transaction entre un établissement français et un établissement allemand, la taxe serait partagée entre les deux pays.

D’après le Royaume uni qui est vent debout contre cette réforme, cette situation serait « discriminatoire » et pourrait causer « une distorsion des mouvements de capitaux ». Depuis ce temps, tout le monde pense que ce projet est au point mort. Il ne faut pas oublier que c’est l’Allemagne qui est à la baguette, qu’ils ont des soutiens forts tels que la Belgique, l’Autriche et l’Espagne et tel un rouleau compresseur, ils avancent très vite, très bien et dans le plus grand secret.

Cette taxe devrait entrer en application en janvier 2016. Si nous adoptons un scénario catastrophe d’une chute de 15% sur les obligations et actions et de 75% sur les produits dérivés (chiffres retenus par la Commission européenne pour réaliser sa propre étude d’impact au niveau européen, mais chiffre très pessimistes), les revenus annuels de la TTF pour la France seraient de 15 milliards d’euros. Et même si les échanges sur les actions et obligations étaient divisés par deux (estimations alarmistes selon moi) les revenus atteindraient tout de même 9,6 milliards d’euro. Taxe dix fois plus efficace que la baisse des allocations familiales, qui ne parvient à afficher que 800 millions d’euros de rendement avec un coût politique désastreux. Les prévisions optimistes tablent sur une taxe qui pourrait rapporter 24,4 milliards d’euros par an à la France. Donc la fourchette se situe entre 15 et 20 milliards d’euro. Les revenus pour les finances publiques outre-Rhin s’inscriraient dans une fourchette de 17 à 28 milliards d’euros

Le calcul du rapport de cette taxe se complique singulièrement lorsqu’il s’agit de comptabiliser les dérivés qui font l’objet de transaction « over the counter », c’est-à-dire hors des marchés régulés, le plus souvent directement entre une banque et une entreprise. On reconnaît le pragmatisme allemand qui ne taxe que très modérément ces transactions pour se focaliser sur les transactions d’actions et d’obligations qui sont, complétement transparentes

Dans une Europe aux finances publiques malmenées, les Etats qui se sont engagés dans cette coopération renforcée auraient tout intérêt à accélérer le processus. Il est aussi étrange de constater la résignation du Royaume uni qui en ayant bien compris qu’une partie de cette taxe permettrait de remplacer une partie des contributions nationales au budget européen, a décidé de lâcher l’affaire.

Pourtant, les discussions s’éternisent entre les 11. Deux pays trainent singulièrement les pieds : la France et l’Italie. Le sujet n’a même pas été évoqué lors du dernier conseil entre les ministres de l’économie et des finances, le 14 octobre dernier.

Bercy se garde de publier la moindre étude qui officialiserait cette cagnotte potentielle. Michel sapin, ministre des finances, considérant cette taxe comme un pourboire accordé par les banques, s’est même fendu d’un commentaire : « La taxation n’est pas forcément faite pour rapporter, mais pour dissuader ». Alors que toute les études tablent entre 9 milliard pour les plus alarmistes et 24 milliards pour les plus optimistes, la communication du gouvernement français est : « cette taxe ne rapportera rien ou très peu à l’état ».

Il faut savoir que le marché des produits dérivés est particulièrement sensible à la variation des coûts et, avec la TTF, toute une activité de trading et d’arbitrage disparaitra. Hors BNP Paribas, le Crédit Agricole et surtout la Société Générale sont en pointe sur ce marché des dérivés actions. Et ils ont de sérieuses inquiétudes sur l’application de la TTF qui déstabilisera forcément ces établissements bancaires. On sait maintenant (quoiqu’on l’ait toujours su) pour qui roule Bercy.

Selon le lobby des banques, cette TTF écartera la « mauvaise finance », celle qui à la manière d’un Kerviel joue sur la spéculation, mais aussi, celle, la même, qui apporte de la liquidité aux marchés et permet aux entreprises de recourir à d’indispensables éléments de couvertures des risques. Cette opinion fait beaucoup rire les allemands et confirme ce qu’ils pensent de notre expertise en matière d’économie financière.

Nous avons donc :
- Comme virulents opposants à cette taxe, bien qu’en théorie membres des 11 : Michel Sapin, Pierre Moscovici, Matteo Renzi, Pier Carlo Padoan.
- les états qui ne sont pas membres des 11 et qui ont intégrés et admis cette réformes : le Royaume uni, le Danemark, les Pays Bas.
- Les états membres qui continuent secrètement les discutions et qui mettront quoiqu’il arrive cette réforme en application le 1° janvier 2016 : l’Allemagne, la Belgique, l’Autriche et une partie des pays baltes.

En conclusion, cette taxe verra bien le jour et nous pouvons nous réjouir que des personnes tels que Wolfgang Schauble, ministre des finances allemands, Angela Merkel, chancelière, œuvre pour on harmonisation fiscale des transactions financières et accessoirement nous aide à résorber notre déficit et limiter notre endettement, alors que des personnes comme Michel Sapin, Pierre Moscovici, Manuel Valls et (parce qu’il n’est responsable de rien) François Hollande continuent de croire au bien fait de l’austérité et espérer que l’industrie allemande relancera notre croissance en berne.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Piotrek Piotrek 26 octobre 2014 14:18

    Ca me fait penser à l’écotaxe avec ses portails, dont le but était de faire payer les consommateurs finaux sous prétexte d’écologie. Mais c’est plus gros, plus délirant encore.

    - On laisse aux banques le soin de collecter la taxe (ça coute ou pas ?)
    - Une partie du truc est, je cite : « une taxe dissuasive à rendement nul »
    - La bourse est déjà en partie délocalisée.
    - C’est facile de faire une société écran pour toucher à l’étranger
    - On injecte du pognon public de l’autre coté pour gonfler le prix des actions
    - Va y avoir un bonnet pour renégocier et complexifier le truc encore plus qui va sortir de nulle part
    ...

    Même les shadocks ils ont pas pompé aussi loin.

    On veut pas de la haute fréquence ? on fait la cotation d’une action une fois par jour.
    On veut des sous pour le budget ? on va le chercher là ou il est
    On veut se protéger de la spéculation ? on coupe les banques en deux

    Pourquoi faire simple quand on veut faire compliqué ? Jamais je ne pensais qu’on devrait se poser la question si sérieusement de ma vie, jamais !


    • Trelawney Trelawney 26 octobre 2014 15:16

      - On laisse aux banques le soin de collecter la taxe (ça coute ou pas ?)

      Ce ne sont pas les banques qui collectent mais les organismes de contrôle des marchés qui transmettront les informations aux services fiscaux des différents pays concernés. Ce eux qui taxeront les banques et c’est la banques qui prélèvera sur le compte de l’intéressé.

      - Une partie du truc est, je cite : « une taxe dissuasive à rendement nul »

      Ca confirme mon article. Le sénat ainsi que Bercy annonce un impôt sans intérêt alors que l’UE annonce un minimum d 9 milliard pour la France. mais vaut mieux tabler sur 15 pour la France et 17 pour l’Allemagne. par contre ça arrange drôlement l’UE que le Sénat annonce que cet impôt ne rapportera rien, car ils pensent se le garder pour eux. On verra après si le Sénat et Bercy sauront négocier pour les récupérer.

      Dites vous bien que l’élu français ne roule pas pour la France mais pour ses intérêts et les intérêts des banquiers. Donc ce que dit le Sénat et Bercy ......

      - La bourse est déjà en artie délocalisée.

      On s’en fiche royalement car ne sont concerné que ceux qui on leur domicile fiscale dans le pays concerné. C’est à dire : une personne allemande achetant à NY des actions américaines avec sont compte aux Bahamas devra quand même s’acquitter de sa taxe en Allemagne. Taxe perçue directement sur la transaction.

      - C’est facile de faire une société écran pour toucher à l’étranger.

      C’est surtout facile d’avoir des complicités auprès de Bercy pour le faire discrètement. D’autant que si vous vous amusez à ce petit jeu, vous n’aurez pas Bercy sur le dos, mais les services de l’UE qui sont autrement moins laxistes

      - On injecte du pognon public de l’autre coté pour gonfler le prix des actions. On se fich de savoir si l’action monte ou pas puisque c’est sur le montant de la transaction. Sur ce sujet, j’aimerai bien que vous m’expliquiez le mécanisme pour gonfler le prix des actions.

      - Va y avoir un bonnet pour renégocier et complexifier le truc encore plus qui va sortir de nulle part


      • Oiseau moqueur 26 octobre 2014 15:57

        On n’aimait pas la finance alors on l’a taxée.
        On n’aimait pas les gros salaires alors on les a taxés.
        On n’aimait pas le nucléaire alors on l’a démantelé.
        On n’aimait pas la Russie alors on a interdit à nos chantiers navals de livrer.
        On n’aimait pas les conditions d’élevage alors nous les avons bannis.
        On n’aimait pas les OGM-qui-font-peur alors on les a interdis.
        On n’aimait pas la big pharma alors on a mis en place des conditions drastiques pour les essais.

        Et on se demandera ensuite pourquoi on n’a plus d’emplois, plus d’industries, plus de chantiers, plus d’élevages, plus de grands centres financiers, pourquoi on importe notre électricité, nos semences et nos médicaments. Mais au moins les matériaux de nos bidonvilles auront des normes environnementales impeccables.

        La TFF a, comme trop souvent, été décidée sur une base morale et politicienne plutôt que sur une base pragmatique. Car si l’étude quantifie les recettes de la taxe à grands coups de milliards il ne faudrait pas oublier les inévitables destructions et réductions d’activité, potentiellement bien plus conséquentes et difficiles à prévoir.

        Au passage j’apprécie assez peu cette attitude consistant à partir du principe que tout ce qui vient du gouvernement français est mauvais et ce qui vient du gouvernement allemand est bon. Ce dernier n’a rien à nous envier en termes d’incompétence et par ailleurs les secteurs financiers français et allemands sont très différents si bien que nos intérêts respectifs divergent.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès