Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La troisième révolution sera-t-elle industrielle ?

La troisième révolution sera-t-elle industrielle ?

En réponse à la dépendance énergétique on avance les voitures électrique. Une société sans véhicule personel est à peine évoquée. Si on commençait par délaissé l"écoute de ceux qui "savent" pour ces autres qui pensent autrement. Pas facile quand il y a arnaque sur la personne, Jeremy Rifkin est un bon exemple.

Période classique de remises en question profondes, les présidentielles 2012 ne dérogent pas à la règle. Habituellement réservée aux éditorialistes, commentateurs ou experts en tous genres, la critique de la société est, pour un temps, confiée aux représentants des "grands" courants de pensées politiques. Nos grands prestidigitateurs de l'opinion ont pu dernièrement voir un maître à l'oeuvre. Venu du grand frère Etats-Unien, à l'heure des premiers pas d'occupy Wall Street, Jérémy Rifkin nous a expliqué ce que devait être la révolution. Après la révolution industrielle et la révolution de l'information il en appelle à la troisième, si salvatrice, qu'elle s'impose à nous presque naturellement. La révolution, tout le monde en parle, tout le monde l'attend, M. Rifkin nous l'explique.

Rattrapage : la troisième révolution industrielle, kezako ?

Le consensus autour du livre "Comment le pouvoir latéral va transformer l'énergie, l'économie et le monde" qui est, ironie du sort, édité aux "Liens qui Libèrent" est largement établi dans les principaux média. Pour ne citer que La Vie :

L'économiste et essayiste américain Jeremy Rifkin publie la Troisième révolution industrielle. Il dessine les contours d’un nouveau modèle économique et social fondé sur les énergies vertes et l'Internet. Utopique ? Pas si sûr (source).

Consultez le résultat de cette recherche pour vous convaincre de cette standing ovation médiatique.

Grosso-modo, l'auteur démontre l’émergence de la latéralité dans nos sociétés modernes. Contrairement à la vision pyramidale qui veut que les prolos n'ont aucune espèce de pouvoir, M. Rifkin démontre la capacité de chacun à influer sur notre mode de vie. Grâce à la modernité, aux nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC), les outils pour créer un monde durable et intelligent existent et n'attendent que la volonté politique. C'est une version plus allégée et plus acceptable de ce qui est déjà proposé par le mouvement ZeitGeist, figure actuelle de ce qui peux être qualifié de mouvement moderniste et utopiste.




De la supercherie de l'usage du mot révolution

Alors qu'il prône une répartition plus horizontale des action qui amélioreront le monde de demain, M. Rifkin s'accapare le mot révolution. Convaincu du bien fondé de sa thèse, il occulte toute autre forme de concept révolutionnaire du paysage médiatique. Paradoxe assumé puisqu'il s'agit en premier lieu de la promotion de son livre et non d'un renversement de nos schémas de pensée.

JPEG - 41.8 ko
Jeremy Rifkin
Source : france inter

L'approche est séduisante : une plus forte participation de l'individu dans la société avec pour effet double, la réappropriation d'une parcelle de créativité et une prise de conscience de sa consommation. L'auteur, est un expert spécialisé qui s'essaie à la sociologie avec son regard d'économiste. A coups de panneaux solaire, d'éoliennes et de nouvelles technologies de d'information et de la communication (NTIC), la modernité est décrite comme solution de la dernière chance. La fabrication de ces produits doit donc redoubler d'intensité pour la construction d'un monde 2.0. Aucune analyse ne se penche sur le coût social et environnemental, on ne retient que l'aspect positif. Ce n'est pas tant une réelle remise en question d'un modèle en crise qu'une rustine supplémentaire savamment habillée de complexité qui donne l'impression d'un profond renouveau.

Comme l'avait affirmé Christine Lagarde à l'occasion du remaniement du gouvenrment en 2010
« le principe de la révolution » c'est « de faire un tour complet à 360 degrés », « On est revenu à l’impératif de la solidité et du professionnalisme », estime-t-elle, affirmant qu’il n’y avait « pas de place pour l’improvisation ».

Enfin, s'il s'agissait réellement d'une révolution, est-ce que de grandes multinationales et des institutions de l'Union Européenne s’intéresseraient aux idées de ce monsieur ?

Quand on a une tête en forme de marteau, on voit tous les problèmes en forme de clou

Les critiques courantes de la société moderne tombent régulièrement dans le cliché de l'écolo vivant dans sa hutte, à poil avec des enfants qui ne savent ni lire ni compter. Lorsque des écolos, un peu philosophes, comme Paul Ariès sont appelés à s'exprimer, ils font face à des « intellectuels » aguéris du camp adverse, plus habitués à l'exercice. Un peu comme Philippe Poutoux chez Ruquier, ridiculiser ceux qui pensent autrement est une discipline pratiquée avec ferveur par les "journalistes" et commentateurs les moins inspirés, les plus populistes. Pour mémoire, Galilé est aussi passé pour un con lorsqu'il a affirmé que la terre était ronde.
 
L'état d'urgence n'a pas l'effet catalyseur escompté dans la prise de conscience. La surinformation dans laquelle nous baignons contribue à bloquer la réflexion. En prenant l'exemple de la multiplication des chaines d'information, le matraquage d'idées consensuelles semble s'intensifier à mesure que les échéances fatales se rapprochent. M. Rifkin nous rappelle cependant que la responsabilité doit être partagée, redistribuée. C'est donc à chacun d'entre nous qu'il incombe de donner de la voix à ces contestations précieuses mais noyées dans la masse. S'accorder sur une révision de nos paradigmes provoquerait le passage à l'action désormais nécessaire. Trêve de discussion, agissons.
 
Article publié à l'occasion de la première édition du Grand Ecart.

Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • sto sto 17 avril 2012 10:20

    A voir aussi les declarations lucides de J. Rifkin sur le nucleaire :
    http://www.youtube.com/watch?v=1RaXq625vTI


    • foufouille foufouille 17 avril 2012 14:13

      on voit bien le bobo ecolo faires ses courses avec un sac a dos de 40kg et en bus


      • Mathieu Lamour Mathieu Lamour 17 avril 2012 15:24

        Vous parlez de qui ? De Rifkin ou du critique ?


      • foufouille foufouille 17 avril 2012 16:01

        sans compter la litiere pour chat


      • Claudec Claudec 17 avril 2012 17:41

        De l’eau au moulin de l’auteur ?


        La planète était peuplée d’environ 250 millions d’êtres humains, à l’aube de notre ère.

        Au début du second millénaire, cette population compte 7 milliards d’habitants, dont 1,2 à 1,4 milliard vivent dans un état de pauvreté profonde.

        L’homme, et le progrès dont il est l’auteur, ont ainsi créé, en 20 siècles, 5 fois plus de miséreux qu’il n’y avait d’habitants de toutes conditions sur terre.

        Et la population augmente quotidiennement de 220 à 250 000 individus (au net des décès). Pendant ce temps-là nous continuons à gloser

        De quoi s’interroger, non ? N’est-il pas grand temps d’ouvrir les yeux, d’en débattre sérieusement et surtout d’agir.

        http://claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com

        Sociologie, démographie - De la richesse à l’exclusion sociale aujourd’hui et à la barbarie demain, par la démographie au service du reste.


        • krolik krolik 18 avril 2012 02:03

          Le discours de Jérémy Rifkin sur le nucléaire en France, vidéo qui a fait florès sur le web il y a quelques temps. Il pense que l’énergie peut s’échanger comme l’on échange sur le net des fichiers, de façon décentralisée, il confond la fluctuation de picocoulombs avec des MWh !! Il confond le réel et le virtuel ; ceci de la même façon que le type qui s’éclate sur sa console avec des armes virtuelles et qui le lendemain prend une kalachnikov pour faire ses courses chez Picard surgelés..

          Pour une « plaque de cuivre européenne » par exemple il faudrait commencer par multiplier par 20 l’interconnexion entre la France et l’Espagne. Et lorsque l’on sait les difficultés à passer une terne à travers les Pyrénées, on peut juger de la méconnaissance du sujet par Rifkin, dont on se demande bien bien qu’elle idée il avait en parlant de l’énergie en France, il aurait du se contenter de parler des USA..

          De plus il doit ignorer que l’eau de refroidissement des aéroréfrigérants tourne en recyclage permanent, donc consommation globale très faible d’eau douce.. Alors que Rifkin nus annons qu’une incroyable proportion de l’eau douce française passe dans les centrales nucléaires.

          Décidément ce type n’a rien compris au nucléaire. On ferait mieux de l’oublier et de ne plus en parler. Un épiphénomène médiatique... « de passage »..

          @+


          • sto sto 18 avril 2012 08:54

            >> Pour une « plaque de cuivre européenne » par exemple il faudrait commencer par multiplier par 20 l’interconnexion

            He bin mon gros, allons-y. Multiplions par 20. Construisons le reseau europeen a grande echelle qui nous manque ->> il faut investir ! le contraire de la situation actuelle ou le vieux reseau se degrade lentement et ineluctablement.

            >> De plus il doit ignorer que l’eau de refroidissement des aéroréfrigérants tourne en recyclage permanent, donc consommation globale très faible d’eau douce..

            Vous ignorez probablement qu’il n’y a pas que des tours, mais aussi du refroidissement par eau. ET cela rechauffe une grande partie de l’eau des rivieres et pourrit l’ecosysteme...

            De plus il y a des rejets chimiques :
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_nucl%C3%A9aire_de_Gravelines

            "Le débit d’eau ainsi traitée est de 240 m3/seconde, à raison de 0,8 mg de chlore actif par litre (le gestionnaire doit veiller à ce que le taux de chlore ne dépasse pas 1 mg/l), soit l’équivalent de 50 tonnes/jour d’eau de Javel."

            le nucleaire ne polluerait-il pas ? ah ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès