Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Lagardère prend le virage du numérique... et y met tout son (...)

Lagardère prend le virage du numérique... et y met tout son poids

Après quelques hésitations au début des années 2000 sur la stratégie à employer, le pôle médias de Lagardère (Lagardère Active Média) parie sur la convergence numérique et une vraie stratégie de contenus. Et en a probalement les moyens...

Pas facile pour un poids lourd du secteur des médias de passer au numérique au vu de la vitesse d’évolution des stratégies et de la créativité des concurrents. Historiquement, le groupe s’est développé dans l’édition, la presse, la distribution et la radio, autant d’activités qui ont souffert et ont montré tous les signes de l’usure "classique" de titres et de marques qui ont tardé à se lancer dans l’aventure Internet. Il faut dire qu’avec la douche froide de l’éclatement de la bulle "dotcom", les grands groupes qui avaient tous déboursé pour soutenir des start-up se sont vite repliés sur leurs anciennes habitudes.

 
Or depuis la reprise de l’activité numérique (une activité qui connaît également moins la crise actuellement que d’autres secteurs traditionnels), le vide laissé par les grands groupes a permis aux grands acteurs du web, comme Google et Yahoo, d’affirmer leur stratégie de portails multiservices et "info-médiaires" qui menacent de manière évidente les positions d’un groupe comme Lagardère. Que faire pour prendre le virage du numérique ?

Tout d’abord, un changement de management radical, avec l’arrivée à l’été 2005 de Didier Quillot, un patron atypique venu d’Orange chargé d’accompagner le groupe dans le numérique. Dans sa besace, son carnet d’adresse et sa créativité, un besoin réel dans le groupe, même si cela passe par des réductions d’effectifs dans les magazines les moins performants. Ensuite, la poursuite de l’acquisition de contenus forts, comme la participation de 20% dans Canal+ (qui pourrait monter prochainement à 34%), l’acquisition à l’arrachée de l’agence de droits TV et de marketing sportif Sportfive et celle de l’éditeur d’information Newsweb (Sports.fr, Sport4fun.com, Football.fr, Autonews.fr et Boursier.com). Une stratégie de renforcement des contenus qui vient enrichir ceux existants (Elle, Psychologies, Match, JDD, Europe1, Virgin17, une partie du Monde Interactif).

Tout l’intérêt de la convergence peut alors apparaître, si l’on pense que ces contenus aux thématiques variées (mais qui restent sur les "lignes fortes" du groupe : la femme, le sport, l’entertainment) peuvent bénéficier de la fusion des régies publicitaires magazine et audiovisuelles du groupe (créant de fait la 2nde régie publicitaire en France avec 2 milliards d’euros de chiffre d’affaire), pour proposer des packages déclinables en multicanal.

Cette convergence se double de nouvelles stratégies, avec la pénétration des marchés émergents (en Russie où le groupe a racheté 4 stations de radio, en Chine également), ainsi qu’une logique partenariale qui a prouvé sa pertinence dans le cas de Public et de Yahoo. Autre exemple de la convergence, une plate-forme numérique de vidéo à la demande pourrait être lancée, intéressant, par exemple, un Chinois amateur de buts anglais en football. Canal +, dont Lagardère détient 20 %, servirait de point d’appui, via Canalplay, alors que des synergies peuvent être trouvées au niveau international avec la régie Interdeco.

Il s’agit vraiment de parvenir à maîtriser dans une seule main un grand nombre de contenants et de contenus, pour en tirer le maximum en déclinant les offres selon les zones, les supports et les thématiques. Arnaud Lagardère l’avait dit lors de la réorientation du groupe en janvier 2007, "il ne faut pas avoir la nostalgie du papier, sinon on va se faire manger par les google et compagnies" (TeleSatellite).

Le nouveau pôle Lagardère Active Media, qui regroupe l’ensemble de ces métiers, entend réaliser entre 5% et 10% de ses ventes dans les contenus numériques à la fin de 2009 contre moins de 1% en 2006, a annoncé le groupe dans un communiqué. Les premiers résultats se font sentir en terme de fréquentation des sites webs, mieux aménagés, avec près de la moitié des internautes actifs qui visitent ces sites chaque mois. Les cartes sont donc entre leurs mains, à eux de savoir les distribuer au mieux !

Moyenne des avis sur cet article :  2.82/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 20 décembre 2008 15:59

    Ca, c’est le discours-type en langue de bois d’un dircom dans une conférence de presse. Où est la confrontation aux faits ? L’analyse des chiffres récents ? La critique ?


    • Kobayachi Kobayachi 20 décembre 2008 18:02

      "une vraie stratégie de contenus" vous me faites bien rire !

      La stratégie est pourtant très claire : Lagarder veut devenir un discounter du net. Diffuser les memes contenus sur un maximum de platformes pour réduire les couts et prendre des parts de marché. Vous parlés d’une inovation !

      Le resultat pour les consommateurs : les memes contenus remâché sur une multitude de sites et un apauvrissement de la qualitée. Du TF1 version 2.0... merci mais très peu pour moi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès