Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Laurence Parisot : Les entreprises n’ont aucune responsabilité dans (...)

Laurence Parisot : Les entreprises n’ont aucune responsabilité dans le chômage des jeunes !

François Chérèque a t-il pu croire une seconde à la validité de l’offre de Laurence Parisot d’une : " délibération sociale " sur le chômage des jeunes et seniors ? En tous cas, celle-ci est formelle : Il n’y a pas de responsabilité des entreprises dans le fait que le taux de chômage des jeunes soit très élevé  !

Le leader de la CFDT aurait du lors de l’émission "Mots croisés" lundi soir, se rappeller de cette phrase de Nicolas Sarkozy : " pour négocier il faut avoir quelque chose à négocier" avant de lancer son : ... / ... Il faut absolument maintenant entrer dans les négociations sur l’emploi des jeunes, l’emploi des seniors, c’est une urgence"

Car, si cette offre de négociation immédiatement reprise au vol par Laurence Parisot : " ... / ... qualifiant cette proposition de "scoop" ... / ... " et affirmant " Je suis d’accord pour qu’on ouvre une délibération sociale, pour voir si on peut, sur ces sujets évoqués par François Chérèque commencer à travailler ensemble" ... / ..." - Slovar

Néanmoins, il semble bien, qu’on se soit un peu payé la tête des français, car ce joli dialogue, digne d’une pièce de Feydau, était dépourvue de spontanéité, comme le faisait remarquer le Canard Enchaîné, puisque " Raymond Soubie, le conseiller "social" de l’Elysée avait annoncé la veille sur Europe 1, le principe de telles négociations, quasiment dans les mêmes termes" - Le Monde

Au delà de ce constat, ce que nous regrettons, c’est que madame Parisot n’ait pas eu le courage de profiter de l’émission Mots croisés, pour expliquer sa perception du chômage des jeunes, qui tourne autour de 25 %

Elle a préféré se confier à Paris Match, (repris par Le Monde) où elle répond d’une façon aussi creuse que surréaliste !

Paris Match : Le taux de chômage des jeunes tourne autour de 25 %. N’y a-t-il pas une responsabilité des entreprises dans ce mal français ?

Laurence Parisot “Non, car embaucher coûte si cher que nos entreprises doivent se restreindre pour recruter. Restaurons le zéro charge pour toute embauche dans les TPE, elles sont le gisement de l’emploi futur ! " et de nous brandir : " l’Allemagne où le coût du travail est moins élevé, quoique les salaires y soient supérieurs"

Ce qui est parfaitement faux comme l’écrit Intox2007, se référant à un article du Monde du 24 mars 2010, où Mathilde Lemoine, directrice des études économiques de la banque HSBC France expliquait : " Le coût du travail est plus élevé au Royaume-Uni ou en Allemagne qu’en France"

Mais qu’à celà ne tienne puisque, Laurence Parisot a sa vision du "modèle social français "

Paris Match : Vous suggérez que le modèle social français est à revoir ?

Laurence Parisot : " ... / ... Notre modèle social doit évoluer pour intégrer une autre échelle, celle du monde, et ce fait majeur que la France est en perte de compétitivité ... / ... La ­Corée du sud va nous ravir la cinquième place des exportateurs mondiaux. C’était inimaginable il y a dix ans. Lorsque nos entreprises ne sont pas compétitives, elles doivent fermer, délocaliser, supprimer des emploi ... / ... "

Alors monsieur Chérèque, toujours persuadé de l’opportunité d’une "... / ... négociation entre le patronat et les organisations syndicales sur l’emploi des jeunes et des seniors ... / ... " ou sur ... le modèle social français du futur vu par le MEDEF ?

Crédit et copyright photo
Le Figaro

Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • desmotscratie 29 octobre 2010 14:26

    D’après Bernard Friot, il n’y a pas plus de chômage des jeunes que de chômage des trentenaires. Il s’agirait d’une catégorie créée pour répondre aux demandes des employeurs de maind’oeuvre à bon marché. En effet, 25% de chômage chez les jeunes est calculé sur la base non pas de tous les jeunes mais des jeunes au travail ! Les autres sont à l’école ! Ce qui en fait un paquet ! Semble-t-il, on va bientôt avoir droit au chômage des vieux non retraités ; et hop une nouvelle catégorie de salariés éligibles à divers avantages ... pour les entreprises !


    • epapel epapel 31 octobre 2010 14:26

      Excellent, bien vu.

      Et j’ajouterai qu’en plus les jeunes entre 18 et 23 ans qui ne font pas d’études sont par définition ceux qui sont le moins qualifiés et donc les moins facilement employables, ce qui veut dire que 25% de chômage seulement chez les jeunes c’est une performance.


    • epapel epapel 31 octobre 2010 14:32

      La réalité c’est ça :
      « En fait, ce ne sont pas 23 % des jeunes qui sont au chômage, mais 23 % des jeunes de 15 à 24 ans qui ne sont pas ou ne sont plus scolarisés et cherchent un emploi. Et la différence est de taille. En effet - et ce n’est pas forcément pour s’en réjouir-, les jeunes Français vont à l’école ou à l’université beaucoup plus longtemps que dans le reste de l’Europe. C’est cette réalité qui déforme de manière totalement caricaturale le fameux pourcentage de 23 %. Si l’on rapporte le nombre de jeunes chômeurs - 609 000 - à la totalité de leur classe d’âge - 7 833 709 -, on découvre alors - et c’est plutôt rassurant - que seuls 7,8 % des jeunes Français de 15 à 24 ans sont au chômage, soit... moins que la moyenne européenne (qui est de 8,2%) !  »

      Je vous renvoie au lien http://www.acrimed.org/article2330.html pour avoir le texte complet.


    • Rétif 29 octobre 2010 16:31

      Question idiote
      Les entreprises ne sont pas des oeuvres de Charité,ça se saurait
      Il n’entre pas priotairement dans leur fonction de créer des emplois.
      Leur fonction est la production au meilleur rapport qualité/prix pour les consommateurs.
      Quand elles embauchent,c’est donc en fonction du besoin et du succès de leur production,selon la qualité et selon le prix de vente.
      Le consommateur a lui-même intérèt à une production optimale avec le minimum de coût de production,donc le minimum de salaire entrant dans le prix des produits.
      Dans ces conditions,oser la question de leur capacité à influer de façon volontariste sur l’emploi,cad de leur responsabilité dans le rapport emploi/chômage,est d’une parfaite ignardise.


      • Guy Liguili Guy Liguili 29 octobre 2010 17:38

        "Le consommateur a lui-même intérêt à une production optimale avec le minimum de coût de production,donc le minimum de salaire entrant dans le prix des produits."

        Le problème est que les salaires que l’on baisse sont aussi celui du même consommateur et qu’à force de baisser son salaire, ce brave consommateur va finir par ne plus pouvoir consommer (même les produits chinois seront trop chers pour lui).


      • TSS 29 octobre 2010 18:18

        Les entreprises ne sont pas des oeuvres de Charité

        pourtant ,elles sont sans arrêt en train de pleurnicher des aides de l’etat pour CONSERVER les

         emplois ,aides payées par les consommateurs qui sont aussi leurs employés !!en definitive

        les salariés paient pour travailler... !!


      • Defrance Defrance 29 octobre 2010 18:22

        Le pire est que l’on parle TOUJOURS de création de richesse  ? On ne crée Rien, on transforme de la sueur et du temps de vie en FRIC pour les speculateurs , c’est tout !


      • zarathoustra 29 octobre 2010 19:00

        On mesure grâce à votre commentaire les ravages du marketing. Vous pensez vraiment que les entreprises ont pour objectif premier de produire au meilleur rapport qualité prix pour le consommateur ?
        Au risque de démolir le monde merveilleux dans lequel vous vivez je dois vous avouer que l’objectif d’une entreprise est de maximiser son profit et pour se faire elle peut notamment vous faire croire qu’elle offre le meilleur rapport qualité/prix et que son seul objectif est votre bonheur... ça a très bien marché avec vous et ils ont même réussi à vous faire croire que vous étiez intelligent.


      • sylvie 29 octobre 2010 19:02

        rétif, propos d’antoine sellières : la morale et l’industrie n’ont rien à voire , fermez le banc la messes est dite. smiley


      • Rétif 30 octobre 2010 16:47

        @ Sylvie

        Ce n’est pas nouveau:il n’y a réellement aucun rapport entre l’arithmétique et la morale,non plus qu’entre la résistance des matériaux ou la pesanteur,et la morale.C’est bien connu depuis toujours.Quelle morale dans nos désirs et nos besoins de tous les jours ?
        Fabrication ou production d’objets n’incluent par eux-mêmes aucune exigence morale,en tous cas dans le sens social qu’on inclue dans la morale,et vice-versa.

        Bien sûr,il ne suffit pas de produire,et la société civilisée exige la morale.Mais avant de donner le repas de la famille,il faut d’abord faire la cuisine,et c’est d’abord du travail, non ?


      • Rétif 30 octobre 2010 17:00

        @ guiliguili

        Evidemment, et vice-versa,le travailleur qui obtient une augmentation pour lui,va obliger les copains à payer sa propre production plus chère que la veille.
        Et comme le copain fera pareil,à son tour il achètera plus cher que la veille la production des autres !
        Puisque,vous le remarquez très justement,le producteur,sorti de son boulot,devient un consommateur.
        Il lui arrivera probablement même de payer plus cher sa propre production quand il en aura besoin.

        Et comme il est rare qu’une augmentation de salaire de l’un ne soit suivie de celle des autres,les prix montent toujours.
        Les premiers à cesser d’acheter d’acheter,ce sont les étrangers,les seconds,les Français pour les produits d’importation(Mettone Chinois par exemple ou Japonaisetc..)
        On veut échanger le travail contre plus de salaire,mais on veut bien acheter moins cher ...


      • Rétif 30 octobre 2010 17:16

        à TSS

        « Les travailleurs paient pour travailler »
        Malheureusement,je ne suis pas sûr que vous voulez ironiser,mais c’est à peu près ce qui se passe.
        Le chômage coûte cher à l’Etat,et une fois la cotisation de l’entreprise entrée au Trésor Public,ainsi que celle des salariés au travail,le rapport est, au moins,nul,sinon perdant pour l’Etat
        surtout sur le nombre des chômeurs.
        Alors l’Etat préfère subventionner les entreprises pour qu’elles gardent les salariés en surnombre dans la production,comptent tenu du chiffre des ventes.
        ça fait toujours ça en moins de chômeurs en moins dans les stastitiques,et autant de pensions à ne pas être obligé de prendre sur les impôts.
        Au mieux,ça devrait revenir au même pour lui.Mais sûrement pas pour la production et le commerce international Français.
        Si l’Etat acceptait de laisser les entreprises gérer leurs besoins en personnels librement et rationnellement,la question des subventions n’existerait pas. 


      • Rétif 30 octobre 2010 17:33

        @ Zarathoustra

        Vous avez l’air d’en connaitre un rayon comme on dit.

        Il n’y a bien sûr pas de contradiction : l’entreprise est bien obligée de se fixer pour but de « maximiser ses profits par rapport à ses frais »,c’est la condition sine qua non pour pouvoir vendre
        la qualité exigée par les consommateurs au moindre prix par rapport à la conccurrence,sous peine de perdre sa clientèle,d’être obligée de licencier du personnel,voire même à l’extrême,d’en arriver à la faillite.
         Ce n’est certes pas une question de bon coeur envers les acheteurs consommateurs,ce serait évidemment une illusion de se figurer ça.Mais le salarié ne travaille pas non plus pour faire plaisir au patron que l’on sache,pas la peine d’enfoncer des portes ouvertes.
        On ne demande à son boucher de fournir de la viande par charité,mais parceque c’est son propre intérèt de la vendre de bonne qualité pour un prix raisonnable.
        Sinon,on va voir ailleurs. 


      • goc goc 29 octobre 2010 17:57

        il faudra quand même que la Parisot nous explique comment les entreprises françaises luttent contre le chômage, quand elles délocalisent dans les pays de l’est, en Afrique du nord ou en extrême orient, mon esprit cartésien a quelque peu du mal à assimiler ce genre de subtilité

        a moins que le medef se soit donné pour tache de lutte contre le chômages dans le reste du monde !!


        • Defrance Defrance 29 octobre 2010 18:19

          Goc, te fatigue pas,

           Paris Sotte est en train de tuer le reste du monde a 18 h /jour pour 80 a 100 euros /mois ils n’ont AUCUNE chance de finir vieux


        • Rétif 30 octobre 2010 17:36

          @ goc

          Elles délocalisent pour échapper à la faillite.

          Mais si elles restaient et faisaient faillite,ça ferait au moins autant de chômeurs et même plus.


        • Killy 29 octobre 2010 18:15

          Il est vrai que Madame Parisot en sait quelque chose du chomage des jeunes, elle a du se battre pour son premier emploi... à l’image de Jean Sarkozy.


          Merci Papa (qui lui aussi a du dire merci Papa...) !!!!

          • Defrance Defrance 29 octobre 2010 18:17

            OUI, mais que fera t on quand il n’y aura plus de Con Sots Mâteurs dans la société de consommation ?

             Car il est bien évident que la consommation n’est pas a la portée des bourses vides ?

             Regardez le pseudo-miracle Allemand, ils sont encore en excédent, mais 15,5 % de la population est sous le seuil de pauvreté, cela on ne nous le dit pas !


            • Rétif 30 octobre 2010 18:27

              « On ne crée,rien,on transforme »
              Là vous faites de la métaphysique.

              A part ça quelqu’un l’a déjà dit avant vous.

              Ah oui ! Que fera-t-on quand il n’y aura plus de consommateurs , Bonne question !

              Mais que fera-t-on quand il n’y aura plus de salaires pour les travailleurs sans travail quand ils en seront à consommer ?

              Si l’entreprise vide sa caisse dans vos poches,vous serez contents,sans doute,
              Mais faudra pas revenir le lendemain,elle sera fermée.


            • Jowurz 29 octobre 2010 18:29

              François Chérèque a t-il pu croire une seconde à la validité de l’offre de Laurence Parisot

              Il s’était renseigné à la banque sur la solvabilité de la donzelle : « AAA ». Alors pourquoi aurait-il hésité ?  Entre nous, comment auriez-vous réagi à sa place ?


              • foufouille foufouille 29 octobre 2010 18:33

                La ­Corée du sud va nous ravir la cinquième place des exportateurs mondiaux

                hop salaire coreen


                • Julien Julien 29 octobre 2010 18:53
                  « Ce qui est parfaitement faux comme l’écrit Intox2007, se référant à un article du Monde du 24 mars 2010, où Mathilde Lemoine, directrice des études économiques de la banque HSBC France expliquait : » Le coût du travail est plus élevé au Royaume-Uni ou en Allemagne qu’en France«  »

                  Ce qui est incroyable, ce sont les fausses informations données par les « élites », en permanence. Moi je ne crois plus ces gens.

                  Maintenir le chômage jeune est une volonté politique. En voici la preuve :




                  • Daniel Roux Daniel Roux 29 octobre 2010 19:08

                    Bien évidemment, Parisot voulait dire : « Les entreprises ne sont responsables de rien »

                    Société anonyme à responsabilité limité .. au profits.

                    Et elle a raison, les responsables sont les actionnaires et les politiques, pas les entreprises. Ces actionnaires qui incitent les hommes politiques à signer des traités, voter des lois, adhérer à des institutions internationales non démocratiques comme l’OMC.

                    Rappelons la sophistication du montage classique : Après le dérégulation du système financier organisée par Beregovoy sous Mitterand, les savoir faire et les outils sont délocalisés dans les pays à bas coût.

                    • Des entreprises Franco-chinoises sont montées.
                    • Des sociétés offshores sont crées dans les paradis fiscaux.
                    • La société Franco-chinoise vend une paire de chaussures 2 € à la Sté Offshore.
                    • Une entreprise française achète la même paire de chaussur 100 € à la Sté Offshore.
                    • Bénéfice 98€, réalisé dans un paradis fiscal.
                    • Pour finir la paire de chaussures est vendue 102 € dans un hypermarché.
                    •  Bénéfice 2 €.
                    Ce qui est rarement écrit : Des pots de vin, des primes sont versées, à des politiques complices, à certains hauts dirigeants d’entreprises directement dans les paradis fiscaux par la Sté offshore. Des banques spécialisées dans le blanchiment d’argent recycle ces bénéfices faramineux à travers des Hedge Founds, domicilié dans les paradis fiscaux pour éviter tout contrôle.

                    Le choeur des actionnaires : Y a trop de charges, trop d’impôts ! Faut baisser tout ça !
                    Les politiques : Les Français doivent accepter des sacrifices pour rester compétitif.
                    Les chinois, les actionnaires, les politiques : A bas le protectionnisme !


                    • 65beve 29 octobre 2010 22:15

                      Bonsoir Daniel,

                      « 

                      • La société Franco-chinoise vend une paire de chaussures 2 € à la Sté Offshore.
                      • Une entreprise française achète la même paire de chaussur 100 € à la Sté Offshore.
                      • Bénéfice 98€, réalisé dans un paradis fiscal.
                      • Pour finir la paire de chaussures est vendue 102 € dans un hypermarché. »

                      On rajoutera simplement que la vieille usine de chaussures dans la Drome qui sortait des souliers impeccables vendus 103 € en magasin a été obligée de fermer et licencier tout le personnel.
                      Maintenant, on achète des tatanes merdiques, mais on est content, on les paye moins cher et les actionnaires aussi sont contents, ils s’en foutent plein les fouilles.

                      Vous pouvez rapporter cet exemple à l’electro-ménager, à l’outillage, à la voiture et même bientôt à l’airbus.

                      cdlt
                      bv
                       


                    • kemilein 29 octobre 2010 23:54

                      les entreprises et sociétés ne sont pas seulement responsable de rien
                      elles sont surtout irresponsables.


                    • 65beve 29 octobre 2010 22:07

                      J’aurais jamais dû regarder cette émission.
                      Depuis, j’ai des aigreurs d’estomac.


                      • r6ebzgx 30 octobre 2010 11:25

                        La seule incertitude avec la CFDT ce n’est pas qu’il vont trahir mais simplement à quel moment ils choisiront de le faire.


                        • Rétif 30 octobre 2010 18:14

                          Les travailleurs n’ont pas encore que,sortis du boulot,ils deviennent des acheteurs.


                          • Rétif 31 octobre 2010 11:36

                            correction : Les travailleurs n’ont pas encore compris que,sortis de leur boulot,ils deviennent
                            des consommateurs de leurs propres produits qu’ils doivent acheter entre eux.


                          • Rétif 30 octobre 2010 18:17

                            A part ça,les entreprises ne jouant aucun rôle volontariste dans l’emploi,sinon occasionnel,ells n’ont,non plus aucun rôle volontaire dans le non-emploi.
                            Elles embauchent quand elles peuvent et selon leurs besoins et leurs possibilité.

                            C’est tout.


                            • jmcn 31 octobre 2010 09:14

                              Je ne peux qu’être d’accord avec Laurence Parisot sur l’établissement d’un taux zéro de charges sur les TPE.

                              Une entreprise en France doit payer des charges (énormes) avant même de commencer à gagner de l’argent.

                              Embaucher des gens coûte une fortune pour les TPEs et les virer coûte aussi trop cher. Les patrons ne sont pas tous des salauds et les employés des gens exploités comme tend à toujours le croire la populasse.


                              • Rétif 31 octobre 2010 11:33

                                Prétendre que les entreprises auraient un impact volontaire,prévisible et calculé,donc une responsabilité sur l’emploi,reviendrait à dire que les consommateurs ont une responsabilité morale sur le fonctionnement de l’économie en général,et sur le chiffre d’affaires et les bénéfices de celle-ci.
                                Les consommateurs achètent selon leurs besoins et selon leurs possibilités,ainsi que selon leurs goûts.On ne peut pas obliger les gens,en tant que consommateurs,à acheter.C’est à la production de l’entreprise de les satisfaire,en prix et qualité, si elle veut justifier son existence et sa production.
                                Même processus du côté du travail,sinon qu’alors,c’est l’entreprise qui est l’acheteur ;et le travailleur qui est le fournisseur.


                                • lemouton lemouton 1er novembre 2010 11:46

                                  Mais pourquoi voulez vous qu’une entreprise ait une conscience morale ???  smiley

                                  elle n’ en a absolument AUCUNE !!
                                   :->

                                  par contre elle se doit d’appliquer les lois du pays où elle est... et ces lois ce n’est pas le boulot des politiques non ??? smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès