Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le braquage de la SNCM en France et de vrais faux romans en (...)

Le braquage de la SNCM en France et de vrais faux romans en Corse

La société Butler Capital Partners a acquis en 2005 pour 35 millions d’euros la Société Nationale Corse Méditerranée dont l’actif net est estimé à plusieurs centaines de millions d’euros et dont les dettes et le plan social, payés par l’Etat, représentent plus de 180 millions d’euros. Grilles de lecture pour le scénario compliqué et glauque d’un authentique thriller.

Comprendre les stratégies et les enjeux d’une guerre maritime n’est pas facile. Quand elle entre dans sa phase terminale, comme c’est à présent le cas avec le résultat des offres de service public pour la desserte de la Corse pour la période 2007-2012 avec 90 millions d’euros en jeu, la complexité est extrême. Quand l’affaire et ses coups tordus se mêlent à de futures décisions de justice et à des avis des commissions de l’Union européenne, même les experts finissent par se prendre la tête. Comment dans ces conditions, le citoyen peut-il se frayer un chemin au travers d’informations difficiles et dont le traitement médiatique se contente, en règle générale, de n’effleurer que la partie visible des icebergs de Méditerranée ? Quelques rares passeurs, des journalistes, des parlementaires ou même des romanciers, offrent cependant des billets pour la traversée. Loin d’être exhaustif, le catalogue des croisières retenu ici n’est qu’une invitation au voyage pour mieux comprendre l’actualité, une grille de lecture.

Les travaux des journalistes d’investigation

Depuis février 2006, la rédaction du journal en ligne Amnisitia.net qu’animent le journaliste Enrico Porsia et l’écrivain Didier Daeninckx n’a pas cessé d’enrichir les exclusivités de son énorme dossier Corse. Publiée en deux parties, l’enquête complète d’Amnistia.net intitulée Guerre maritime pour la conquête de l’île livre, en accès payant sauf pour ses abonnés, trente quatre pages au format PDF. En supplément, les abonnés ont même droit à un document d’une quarantaine de pages inédites : Le rapport financier du cabinet Alpha Secafi sur les comptes de Lota Maritime et de Tourship Group SA et leurs rapports avec la Corsica Ferries France SA, la rivale de toujours de la SNCM. Les titres des deux volets de ce patient travail d’enquêtes sont évocateurs : Première partie : Qui veut couler la SNCM ? Deuxième partie : Transformer l’argent public en béton !

Pour un plus large public et gratuits, les reportages et les analyses de la rédaction de France 3 Corse ne sont pas moins riches en révélations et posent les mêmes questions pertinentes. Spécialiste du dossier, le journaliste Alain Verdi apporte régulièrement de sérieux éléments de réponses sur le portail régional de france3.fr. Sur les risques du naufrage et sur la question de savoir qui va couler, l’analyse du journaliste de la télévision du service public a le mérite de la clarté : La rupture du pacte d’actionnariat ne menace pas que la S.N.C.M. Si cette dernière venait à remporter l’appel d’offre seule, la C.M.N. se retrouverait sans marché. Cette perspective inquiète fortement les syndicats de la C.M.N. qui ont obtenu le déclenchement d’un droit d’alerte confié à un cabinet d’audit.
Depuis la fin des années 90 -écrit le journaliste Alain Verdi- plusieurs observateurs estiment qu’il y a une compagnie de trop sur un si petit marché. Qui va couler ? Si la S.N.C.M. emporte seule la totalité des O.S.P., la C.M.N. est obligée de s’allier, sous peine de disparaître. Si le groupe Lota Maritime emporte au moins une ligne avec un allié, Véolia pourrait se retirer. Dans ce cas, on reviendrait à la situation de Septembre 2005. Ce serait le dépôt de bilan et la disparition de 2400 emplois, dont plus de 800 en Corse.
Sur les économies que des élus UMP souhaitent réaliser en Corse sur le dos des lignes budgétaires de la desserte maritime, l’analyse retenue par le chroniqueur de France 3 permet de comprendre qu’elles auront un coût d’ordre social incontournable : les futures Obligations de Services Publics pourraient se faire à moindre coût financier. « Le coût de la desserte est trop élevé... » souligne le journaliste Alain Verdi en citant Camille de Rocca Serra, le président de la Collectivité Territoriale de Corse s’exprimant ainsi dans Le Monde en Avril 2006.
Dans le magazine corse Kyrn d’Avril...1984, rappelle le journaliste de France 3, Pascal Lota -P.D.G. de Corsica Ferries France- écrit à propos de l’enveloppe de Continuité Territoriale : « Pourquoi ne pas prélever 10%... afin de financer, à fonds perdus, la construction de structures hôtelières ».
Après un quart de siècle, les propos se rejoignent. Hasard ou calcul ? interroge Alain Verdi. Le montant d’une éventuelle « économie » est déjà calculé. Il pourrait tourner autour de 30 millions d’euros par an. Combien coûte la disparition de plus de 800 emplois en Corse ? C’est une question d’appréciation politique.

Les sérieuses questions d’un parlementaire blogueur

Pourquoi, à ce jour, le ministère public n’a pas encore mis en œuvre une procédure d’information judiciaire aux motifs de délit de favoritisme et de détournement de fonds publics ?
C’est la question que pose depuis juin 2006 le député MRG Paul Giacobbi, président du Conseil général de la Haute Corse. Dans son blog, le parlementaire radical ne se prive pas d’encourager les magistrats à se mettre au travail. S’agissant du détournement de fonds publics, le délit, affirme Paul Giacobbi, est d’ores et déjà constitué puisque Butler Capital Partners a déjà revendu l’essentiel des parts dont il bénéficie avant même de les avoir rachetées. Il reste au juge d’instruction à déterminer simplement quel a été le montant de la commission ou de la plus-value instantanée. Dans l’affaire de la privatisation de la SNCM , quand il tire à boulets rouges, le député Giacobbi ne se trompe pas de cible : il vise le gouvernement, parle d’affaire glauque et dénonce un coup monté concocté de longue date au profit d’intérêts particuliers.
Les heureux acquéreurs de cette entreprise -blogue à part Paul Giacobbi- ont versé en tout et pour tout 35 millions d’euros. Ils feront donc une plus-value qui représentera au moins dix fois leur mise et ils ne prendront aucun risque puisque l’Etat et la Collectivité territoriale de Corse leur ont publiquement garantit, avant même que l’appel d’offres sur la délégation de service public ne soit lancé, qu’ils en seraient les heureux bénéficiaires.
A l’évidence le parlementaire pose de bonnes questions. Il a lui aussi le mérite d’être clair. Il ne faut pas s’étonner si personne ne se presse pour répondre au député de la Haute Corse. A l’ère de l’Internet et de la blogosphère , il est toujours possible de prêcher dans le désert : le plus scandaleux de l’affaire -écrit Paul Giacobbi- c’est que personne, ni dans la presse, ni dans la classe politique, ne semble s’émouvoir de pareil scandale.

Le mentir vrai des polars corses

L’avenir des liaisons maritimes entre le Corse et le continent, comme le statut des sociétés qui l’assurent, n’inquiètent pas seulement les marins, des journalistes ou des parlementaires. Des romanciers s’en mêlent aussi, sans cacher leur sympathie pour la défense du service public ou leur méfiance vis-à-vis du Groupe Lota-Corsica Ferries. Ainsi Jean Pierre Orsi, auteur de plusieurs polars corses, avertit bien les lecteurs de son tout dernier roman, La nuit de San Matteo, que toute ressemblance avec la réalité serait selon la formule d’usage totalement fortuite. Le héros de son polar, le commissaire Agostini, dont l’enquête se situe durant la dernière grande grève de la SNCM, en 2005, avant la privatisation de la Société Nationale, ne se prive pas pour autant de dire ce qu’il pense de la Corsica Ferries : cette compagnie maritime n’a de Corse que le nom (sic, page 146, Editions du Journal de la Corse- Juin 2006). Sur le fond et les enjeux de la bataille navale qui oppose depuis des années la société nationale à sa rivale aux couleurs jaune, l’opinion du personnage créé par le romancier Jean-Pierre Orsi relève du pessimisme humaniste. Le commissaire Batti Agostini pense à gauche. Il gîte du côtés des syndicats, quand il imagine l’avenir des transports maritimes Corse-continent : La direction de la SNCM ne voyait d’autre issue à la crise (...) que dans la privatisation avec son lot de conséquences : licenciements massifs, réduction de la flotte, mise à mal de la continuité territoriale. (sic, page 100-101, idem).

Dans un tout autre registre, La Vendetta de Sherlock Holmes, un pastiche, imaginant les aventures en Corse du roi des détectives, fournissait en 2004 une description très précise des montages financiers du Napoléon du crime, le professeur Moriarty. Fort curieusement, le détail des montages financiers présentés à Sherlock Holmes dans ce roman ressemble à s’y méprendre à l’organigramme des holdings contrôlant la Corsica Ferries. Rien n’y manque, comme si l’auteur du pastiche, Ugo Pandolfi, un pseudonyme derrière lequel se cache un ancien journaliste d’investigation, avait pris un malin plaisir à s’inspirer d’un audit tout à fait authentique. Ce dialogue imaginaire entre Sherlock Holmes et un lieutenant baptisé O’Near aurait pu être annexé aux documents du comité central d’entreprise de la SNCM tant il ressemble comme deux gouttes d’eau de mer aux analyses financières des holdings tel Tourship Group qui contrôla jusqu’en 1998 la Corsica Ferries France SA : « -J’ai découvert, monsieur, que les Moriartini étaient très doués dans l’art de fabriquer ces holding company très en vogue depuis quelques années dans les milieux financiers.

- Expliquez-vous, lieutenant ! intima Holmes en rechargeant sa pipe. -Ces compagnies, monsieur, sont caractérisées par le contrôle des sociétés mères sur d’autres sociétés de financement et de contrôle qui en sont les filiales. La Tradtogo contrôle ainsi une société holding dans laquelle les Moriartini n’apparaissent jamais. Cette holding contrôle des sociétés mères qui contrôlent elles-mêmes seize sociétés filiales. Il y en a une à Jersey, une en Suisse, une en Allemagne, quatre en France et neuf en Italie. Et vous ne trouverez jamais aucune trace de la présence des frères Moriartini dans ces seize sociétés, monsieur Holmes ! conclut O’Near .- Dans quel secteur d’activité agissent ces filiales ? demanda Holmes. - C’est très varié, monsieur ! répondit le lieutenant. Et il faudrait aller voir de près, monsieur Holmes. Les noms de ces différentes sociétés n’indiquent pas obligatoirement leurs activités de manière précise. Plusieurs d’entre elles concernent des activités de transports ou de voyages. Trois de ces filiales s’occupent même de transports maritimes. Deux autres, au moins, se consacrent à des affaires immobilières. Mais, j’insiste monsieur, ces sociétés n’ont aucun lien direct avec Moriarty ou avec la Tradtogo. C’est là l’essentiel de notre dossier, monsieur Holmes. Il permet de relier tous les montages dont Moriarty s’est soigneusement effacé ! acheva le lieutenant O’Near.  » (page 233, Editions Little Big Man, Paris, 2004)
La Vendetta de Sherlock Holmes n’est plus guère disponible en librairie. Le tirage est épuisé. Les curieux peuvent tout de même connaître le dénouement de l’histoire : Sherlock Holmes en Corse est intégralement sur un blog. Son auteur ne dit pas pour autant que la Tradtogo de l’époque de Sherlock Holmes n’est peut être qu’un fortuit anagramme de la Banca del Gottardo, un établissement qui n’est pas sans liens avec les finances complexes de holdings domiciliées au Luxembourg, en Suisse ou à Bastia.

Et la moralité dans cette histoire ?

Pour la suite de la guerre maritime autour de la Corse, il suffit de choisir sa grille de lecture pour décrypter l’actualité et suivre les investigations des journalistes. Au fil des dépêches, d’articles en enquêtes comme à la fin des romans, les questions qui dérangent auront peut être retenues l’attention ? En octobre, les élus de l’Assemblée de Corse doivent se prononcer par un vote.


Moyenne des avis sur cet article :  4.04/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Bulgroz (---.---.251.217) 7 août 2006 12:43

    L’actif de la SCNM est peut être évalué à 180 millions, mais grâce à l’action des syndicalistes corses, le fonds de commerce ne vaut plus que 35 millions, soit une perte de 145 millions, merci à la belle nation corse qui est seule responsable de cette destruction de valeur, et merci à la France éternelle de supporter un tel boulet, cette île de crétins (comme le dit si bien Eddy Mitchell) où seules les maisons des people friqués qui paient les rackets, ne sont pas dynamitées.


    • Remy (---.---.211.247) 15 août 2006 02:33

      Bonsoir. Que de haine ! Je ne savais pas la corse indépendante, je n’étais pas au courant qu’elle établissait la règle du jeu pour son territoire, ses propres lois pour les transports. Il me semble pourtant que la plupart des acteurs que vous citez dans ce dossier ne sont que des français formés dans vos plus grandes écoles qui appliquent les lois de la sérénissime république une et indivisible ( de Dunkerque à Tamanrasset ?). Les corses ont ils bâtie le système pour croquer sur le crédit lyonnais, dans l’affaire Urba, les frais de bouches de votre superbe président, cachés une Mazarine au frais de l’état, les vedettes de Taïwan, couler le Rainbow Warrior, mis à feu vos banlieues, expulsé des allogènes (euh,pardon de méchants immigrés clandestins qui viennent manger le pain du gentil bouana blanc). Bon sang ils doivent être partout ces salauds de corsicos pour pervertir ainsi ce merveilleux pays... Comment la France peut elle être heureuse avec ce lourd boulet qu’est « cette île de crétins ». Alors que la france ne produits que des être flamboyants et magnifiques (à votre image ?). Allez Chiche faites vous plaisir et faites nous plaisir : Foutez le camp de cette île, sur laquelle ont ne vous avait pas appelé, il en est plus que temps.


    • faxtronic (---.---.127.45) 7 août 2006 13:15

      mon grand pere est corse, d’une vieille famille d’ajaccio, et je suis entierement d’accord avec Bulgroz. A quand une force pour mettre au pas ces porcs. Ce ne sont que des bandits et des escrocs. Et encore je suis mesuré par rapport a la reaction de mon grand-pere. Ils ont transformé la corse en une terre inhospitaliere.


      • chaudrake (---.---.154.22) 7 août 2006 13:45

        franchement à quoi sert de refinancé une structure gangregner par les dettes et fournissant un service desuet et inutile alors que eurotunnel est certainement une vrai priorité


        • Lucia (---.---.230.106) 7 août 2006 13:53

          Cet article mérite d’autres commentaires que des injures, des amorces de trolls anti ou pro corses ou autres appels à la purification ethnique. Merci à Agoravox d’apporter de nouveaux éclairages sur des questions qui sont d’actualité mais sur lesquelles il n’est jamais facile de se faire une opinion. La criminalisation de l’économie ? Voila un grand sujet qui, hélas, ne concerne pas que la Corse !


          • Bulgroz (---.---.251.217) 7 août 2006 14:04

            @ Severa Manista,

            Désolé pour ces manifestations un peu à l’emporte pièce, mais je crois qu’ils constituent les réactions spontanées et naturelles de bon nombre de citoyens français sur le sujet de l’île « à part ».

            Il serait bon que la « nation Corse » prenne conscience de ce que les continentaux pense d’elle. Cela serait de la bonne pédagogie.

            Le cirque corse après nous avoir fait sourire, commence à nous faire un peu ch..

            Si la SNCM a été bradée à un tel prix, la « nation Corse » en est l’unique responsable et c’est trop facile de s’en prendre comme toujours à l’état colonialiste Français.

            Je serai personnellement heureux que la Corse se libère définitivement du joug français.


            • Stephane Klein (---.---.113.119) 7 août 2006 14:04

              On ne peut pas dire cela de la Corse.

              Il est par contre vrai que la SNCM ne vaut plus que la valeur des es bateaux, moins la dette soit pas grand chose en sommes, et ce grace a la CGT et aux syndicats corses.

              Tres honetement, si la SNCM venait a faire faillite et qu’on soit debarasse de ce nid d’independantistes mafieux, j’en serai ravi.

              Et il serait temps que les Corses se reveillent et se debarassent par les urnes de cette racaille mafieuse pseudo-independantiste qui tire l’ile vers le fonds.


              • nono (---.---.94.25) 7 août 2006 15:12

                La comptabilite revue par les syndicaliste corse qui defende la mafia locale et prenne la france pour une vache a lait c’est bon....

                En attendant y’a des bateaux privé concurent pas cher avec des horaires adapté et pas en greve....

                quand on voit l’immobilisme et le conservatisme des syndicalistes opposés a toute reforme qui ont creuser le deficit au frais du contribuable... et les elus qui ont cede a ce chantage pendant des années : je dit ça suffit...

                je ne parle meme pas du racket sur les ventes a l’interieur des bateaux....un specialité de la culture corse : le racket...

                La sncm peut couler c’est le dernier de mes soucis quand je vous ce que les elus ont acceptes avec les syndicats corse....

                Toute façon l’immobilisme et le conservatisme des syndicats ne permet pas d’offrir un service competitif comme d’habitude ils preferont la conduite suicidaire ou agiter la defense du service publique...

                service publique qui est en fait que la defense de leur interet corporatiste et non pas du portefeuille du citoyen... c’est a dire de l’interet collectif.

                les syndicats veulent faire payer leur surprotection et leur avantages aux citoyens lambda... la solidarite pour moi mais pas pour les autres... les autres etant les citoyens qui ne sont bon qu’a ponctionne par les impots et les taxes diverses.....la vache a lait au service des interets corporatistes des syndicats...

                Les nationalistes sont comme les racailles des cites une minorité qui mettent le bordel et qui trouve leur bonheur dans les revenues de l’economie souterraine et qui emmerde la grande majorité....

                Nationalistes rime avec parasites....


                • Guilhem (---.---.231.160) 7 août 2006 16:54

                  Lisez donc les liens fournis avec l’article avant de partir comme d’hab sur votre cheval anti- Syndicaliste et pour l’occasion anti-corse.

                  Les syndicats ont probablement leurs responsabilités et la corsitude aussi, maintenant le vrai fond de l’affaire c’est encore une privatisation a petit prix des biens de l’état au profit des potes. En effet le patron du fond qui a racheté a vil prix la SNCM est comme par hasard un grand pote de DDV.

                  De plus la SNCM est une compagnie sous pavillon français et employant des Français (je compte les corses dans Français), Corsica est sous pavillon de complaisance Italien et emploie une majorité d’étrangers (philippins et autres) la concurrence est forcément biaisée.


                  • (---.---.59.170) 7 août 2006 18:32

                    « 35 millions d’euros la Société Nationale Corse Méditerranée dont l’actif net est estimé à plusieurs centaines de millions d’euros »

                    Oui, si on vend ces « actifs », et qu’on liquide cette boite, sinon, cette société ne vaut rien, zéro. Il faut être complétement tarré pour investir le moindre euro dans ce truc de mafieux. Que la sncm créve, c’est le seul service qu’elle peut rendre à la France.


                    • Perplexe (---.---.79.1) 7 août 2006 20:45

                      Je ne pense pas que le président de Butler Capital Partners qui s’est imposé comme l’un des rares spécialistes français de la reprise d’entreprises en difficulté (voir le journal Les Echos http://www.lesechos.fr/info/rew_france/200080117.htm ) soit le débile profond que vous dites. Ou alors Raffarin qui l’a nommé au Conseil d’analyse économique n’avait pas toute sa tête et le frère de DDV a été mal préparé à l’ENA ? Edmond de Rothschild et François Pinault qui le soutiennent depuis des années sont eux aussi à mettre sous tutelle ? Peut être que la réalité est un plus comlexe que ce que certains commentaires affirment ici. C’est le mérite de l’article de Severa de nous inviter à l’effort pour comprendre quelque chose à tous ces gachis.


                      • de passage (---.---.176.42) 7 août 2006 21:20

                        Je reviens de Corse (SNCM aller et retour) et pas de retard ni de grêve ni de racket et en plus j’ai trouveé les Corses très accueillant...


                        • (---.---.152.29) 7 août 2006 22:43

                          paquebot France + CGT = FAILLITE

                          paquebot France - CGT = Norway

                          Norway = + de 25 ans d’exploitation bénéficiaire sans subventions

                          chercher l’erreur


                          • Guilhem (---.---.231.160) 8 août 2006 08:56

                            Sûr tout est de la faute des syndicalistes même les norvégiens :

                            =>le Norway passe sous pavillon des Bahamas pour contrer la loi Norvégienne qui oblige les armateurs à employer 60% de Norvégiens à bord de leurs navires.

                            L’économie annuelle par l’embauche de ce personnel plus international se monte à 25 millions de dollars....


                            • tartator (---.---.52.177) 8 août 2006 21:40

                              ne cherchez pas, c’est un coup de villepin pour favoriser son pote de promo et se préparer une retraite dorée lorsque le peuple de france l’aura jeté dehors comme un malpropre...la république bananière qu’a instauré chirac et sa clique est à un point de pourrissement tel que tous les coups sont bons pour démanteler le pays, on va finir comme les argentins, pillés par les grands groupes étrangers, et ce sera au peuple d’éponger les dettes alors que tous les politicards de merde qui nous skattent se seront remplis les poches de commissions aucultes pour leurs bons offices...je verrai bien rddv, le fameux ministre blanchisseur atterir en douceur à un poste de prestige chez vivendi ou une de ses filiales, histoire de le remercier pour dadvsi...quand à la corse, elle n’intéresse plus les politiques du continent depuis fort longtemps, par contre, la guerre ouverte entre la mafia sicilienne, les albanais et les bandits du pays fait rage, avec un seul but, le betonnage massif de la côte, surtout entre bonifacio et propriano, un des seuls coin encore relativement sauvage...la bataille navale n’est qu’un épisode dans ce vaste plan de prise en main des affaires....et personne n’en a que faire


                              • Lucia (---.---.4.6) 10 août 2006 09:47

                                Déreglementation et privatisation sans limite...Lire l’article de François Ruffin dans le Monde Diplomatique http://www.monde-diplomatique.fr/2005/11/RUFFIN/12887 Eclairant


                                • gem (---.---.117.250) 23 août 2006 10:45

                                  Dommage, le sujet était alléchant, mais le traitement est mauvais. Tout ce que j’ai compris, c’est que le gouvernement et la droite corse sont pourris et vendus aux intérêts du « grlran Kâpitâl » (avé l’accent du regrété Georges Marchais), et que la preuve se trouve dans des polars épuisés (donc, vendus et bien vendus, et non censuré) d’auteurs gauchistes. Na.

                                  Super convainquant...

                                  Les liens, c’est une bonne idée, mais pas vers le portail général : vers les documents précis, SVP.


                                  • Cacciapuzza (---.---.230.72) 30 août 2006 19:48

                                    Sans doute est-ce là l’effet de mon crétinisme congénital, mais je me demande en quoi le fait d’exiger la « remise au pas de tous ces porcs » et les généralisations purulentes de Bulgroz relèvent du débat civique et cvilisé. Il n’en reste pas moins que certains des acharnés du respect des lois violent allègrement ces dernières, au mépris des conséquences juridiques éventuelles et pour eux et pour le forum.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès