Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le bûcher des vanités

Le bûcher des vanités

Nous célébrons en ce mois d’Août 2010 les trois ans de la crise financière la plus pernicieuse depuis la Grande Dépression et pourtant, en cet été 2010, les marchés règnent plus que jamais en maîtres incontestés. Rien de nouveau donc sur ce font même si nous, citoyens moyens, avons été considérablement appauvris et sinistrés par un système financier dont la taille dépasse toujours les capacités de production de nos économies. Comment s’étonner que les liquidités excessives goulûment crées par nos Etats et incapables de se loger dans une économie aux habits décidément trop étroits aillent se blottir dans les marchés financiers pour faire le bonheur des spéculateurs ? Les constructions financières ne seraient-elles que des châteaux de cartes donnant aux investisseurs et aux spéculateurs l’illusion de la richesse ?

Qu’à cela ne tienne : l’hémorragie du système financier et les saignées boursières seront encore et toujours stoppées avec l’argent du contribuable car le destin du citoyen moyen est de sauver le spéculateur… Il est en effet écrit que les Etats dépenseront sans compter dès lors qu’il s’agira de stabiliser le système financier tandis qu’au même moment le budget des ménages devra subir des réductions drastiques ! Qui aura le cran de brider un système financier de moins en moins corrélé à l’activité économique réelle ? Nos Gouvernements ont offert au système financier un parachute en or massif pendant que les intervenants de l’économie réelle, eux, se débattent dans leur triste réalité. Ou quand l’Etat se retrouve lui aussi – comme le spéculateur – déconnecté des réalités d’un quotidien qui voit le citoyen moyen lutter pour conserver son niveau de vie, son pouvoir d’achat ou tout simplement son emploi…

Que sont devenues les déclarations teintées d’emphase de nos dirigeants politiques promettant de réformer un Wall Street aux sources de toutes les nuisances de Main Street ? Ces injections de liquidités massives, ces stimuli Keynésiens mis en place de manière spectaculaire et sans nulle hésitation n’auront-ils représenté au final qu’un impôt déguisé prélevé sur des familles et sur des employeurs exsangues ? Quid de l’éloquence de certains de nos Chefs d’Etats si prompts à faire le procès d’une Finance et d’un libéralisme forcenés et avides de profits immoraux ? Et pourquoi ces mêmes dirigeants Européens s’aplatissent-ils maintenant face à des agences de notation hier vilipendées (avec raison) mais dont on espère aujourd’hui ardemment qu’elle maintiendront notre notation ?

L’expansion du système financier devra impérativement être freinée car il est certain qu’elle empiète sur l’économie et sur ses cycles d’activité. Ces crises financières qui se suivent et qui se ressemblent ont une capacité de nuisance évidente sur nos entreprises et sur l’emploi car le capitalisme livré à lui-même est par nature instable. De plus, c’est dans ses phases de prospérité qu’il est le plus dangereux car ces périodes sont propices aux prises de risques excessives et nos économies ne peuvent éternellement tanguer par la faute d’un système intrinsèquement instable.
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • nightflight nightflight 2 août 2010 10:24

    « Comment s’étonner que les liquidités excessives goulûment crées par nos Etats ... »

    Santi, je vous aime bien, mais révisez vos mécanismes de création monétaires, s’il vous plait !


    • nightflight nightflight 2 août 2010 10:32

      « Que sont devenues les déclarations teintées d’emphase de nos dirigeants politiques promettant de réformer un Wall Street aux sources de toutes les nuisances de Main Street ? »

      La réforme fiinancière américaine vient d’être votée, évidemment personne n’en parle, coltinez vous les 1200 pages du texte et informez-nous Santi, que diable !


      • nightflight nightflight 2 août 2010 10:41

        http://www.financialstability.gov/docs/regs/FinalReport_web.pdf

        Et ils commencent par quoi Santi ?

        Le premier point est le suivant :

        . A new Financial Services Oversight Council of financial regulators to identify emerging systemic risks and improve interagency cooperation

        Je crois qu’ils ont compris qu’il fallait modéliser la macro-économie et les produits financiers, pour apporter une corrélation avec les variables économiques (Les taux directeurs par exemple).


        • François78 2 août 2010 11:34

          Coltinez vous d’abord les premières 1200 pages (il y en a en réalité au moins le double), et si vous trouvez une vraie limitation des pouvoirs de la finance, n’hésitez pas à nous le signaler.

          Les banquiers, qui ont investi des centaines de millions de dollars dans le lobbying pour vider ce document de sa substance, on dejà tout compris, eux.


        • nightflight nightflight 2 août 2010 11:54

          Et le fait que les entreprises américaines aient l’interdiction de « Dealer » en générant des conflits armés, vous appelez cela comment vous ?

          (Je sais que cela n’est pas un aspect purement financier, mais tout de même, c’est une grande première non ?)

          Alors moi voyez vous, j’étais le premier à râler sur l’origine de la crise, et j’espère un des premiers à saluer le courage et la probité d’Obama et de son administration.


        • nightflight nightflight 2 août 2010 12:15

          1408 Pages, pour la version XML et 848 pour la version PDF, je n’étais pas loin .

          http://www.gpo.gov/fdsys/search/pagedetails.action?granuleId=&packageId=BILLS-111hr4173ENR


          • FritzTheCat FritzTheCat 2 août 2010 15:37

            Bon article bien qu’un peu court.

            Cela dit, à écouter certains commentateurs économiques et financiers, l’accalmie que nous vivons en ce moment, n’est que l’oeil du cyclone. Une fois passé, ce sera le retour de la tourmente et celle ci sera particulièrement dévastatrice.


            • Spip Spip 2 août 2010 22:52

              @ l’auteur

              Puisque, d’après votre profil, vous êtes admis dans le cercle très fermé de Davos, j’espère que vous avez eu l’idée de leur faire part de cet article, non ? Et si oui, qu’en ont-ils pensé ?


              • fifilafiloche fifilafiloche 3 août 2010 02:05

                Le niveau des taux d’intérêts est bien l’émergence de la volonté des Etats, qu’ils soient souverains, comme aux US, ou fédéraux comme dans le cas de l’Euro. Les Etats décident donc bien de la quantité de prêts disponibles, et donc de la quantité de monnaie créée.


                Quant à l’acalmie, on ne la voit pas dans les chiffres. L’emploi toujours en baisse (sauf en Allemangne), les échanges internationaux en net ralentissement (le Baltic a perdu plus de la moitié de sa valeur en 2 mois).

                Aujourd’hui la bourse de Paris s’est cependant offert le luxe de prendre 3% sur la nouvelle d’une baisse du rythme de croissance de la Chine historique. Il y a bien une totale décorellation entre la réalité et la création monétaire boursière. Mais puisque c’est pour notre bien....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès