Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le capital fictif

Le capital fictif

Imaginons de nombreux capitalistes qui construisent des lotissements, des logements par milliers. Ils investissent des capitaux importants, dans l’espoir d’en retirer un bénéfice. S’ils ne trouvent pas en face d’eux autant d’acheteurs solvables, ils ne vendent pas leurs maisons et vont droit à la faillite. Le capital qui aurait pu, une fois les ventes réalisées, être réinvesti dans de nouveaux chantiers de construction, est au contraire immobilisé sous la forme de maisons invendables, et les ouvriers du bâtiment sont licenciés.

L’une des implications de ce cycle de circulation du capital, c’est que celui-ci existe alternativement sous deux formes, l’argent ou la marchandise. Cela signifie qu’il existe toujours une accumulation de marchandises et une accumulation d’argent, qui passent périodiquement d’une forme à l’autre.

Au fur et à mesure que le chantier avance, le capitaliste paye ses ouvriers, les matières premières, …etc. Il dépense son capital, mais ne le fait pas d’un seul coup. Il reste donc, jusqu’au dernier payement, une partie de ce capital qui n’est pas encore employée.

Déposée dans une banque, cet argent peut fonctionner comme capital pour d’autres capitalistes, sous la forme du crédit. Peu importe à notre fabricant de maisons, que l’argent qu’il retire lorsqu’il en a besoin ne soit pas celui qu’il a déposé, puisque la somme est la même. Or, ce crédit offre de nombreuses applications intéressantes pour le système capitaliste.

Une banque pourrait prêter de l’argent à des acheteurs potentiels, pour leur permettre d’acheter ces maisons qui viennent d’être construites. Pour nos capitalistes, la question est résolue : si les acheteurs ne peuvent plus rembourser leurs traites, c’est devenu l’affaire de la banque et plus la leur.

Puisque les acheteurs remboursent régulièrement et qu’ils rembourseront, à terme, plus d’argent qu’ils n’en ont emprunté, la reconnaissance de dette devient un papier qui rapporte de l’argent à celui qui la détient. Mais elle contient aussi le risque de ne pas être remboursée, si l’emprunteur se révélait insolvable. Alors, pour la banque, il existe une solution : revendre ce papier, qui contient à la fois un argent potentiel et un risque potentiel, en le jetant sur le marché.

 Pour l’acheteur, ce papier ne représente plus une maison, un ensemble de maisons, des marchandises, mais seulement de l’argent déconnecté de la marchandise. On peut l’acheter, le vendre, spéculer dessus. On est alors dans la fiction de l’argent qui engendrerait de l’argent. C’est l’une des composantes que Marx appelle le capital fictif, dans la mesure où il ne représente pas de l’argent réel, mais seulement la possibilité, l’espoir de gagner de l’argent.

La dette publique n’est pas une question nouvelle, même si elle est sous le feu de l’actualité. Elle constitue un élément structurel de la politique économique des États. Aujourd’hui, presque tous émettent des bons du trésor, tout en remboursant des dettes antérieures. Tant que les rentrées, fiscales pour l’essentiel, permettent d’entretenir ce cycle, cela ne pose pas de problème aux prêteurs, qui voient dans les bons d’État des valeurs fiables.

C’est l’un des effets de la croissance du capital fictif, pour lequel l’argent semble se valoriser directement en argent : tout titre, qu’il soit action ou bon d’État, est évalué en fonction du risque qu’il contient par rapport au profit potentiel qu’il engendre.

 Une partie croissante du budget de l’État est donc constitué de ce capital fictif, ce qui le rend vulnérable aux crises financières qui s’y déroulent. Or, de la même manière que l’on peut assurer une maison ou une voiture, il est aujourd’hui possible d’assurer un risque financier sur le marché : c’est le rôle des CDS (crédit default swap). Ces titres font eux-mêmes l’objet d’un marché, qui est la logique même du capital fictif puisqu’ils contiennent un profit potentiel, de l’argent se valorisant en argent.

Dés lors, il devient possible de spéculer sur les risques de banqueroute d’un État : c’est ce qui s’est passé avec la crise grecque, portugaise, Espagnole, Italienne et maintenant Française. De ce point de vue, l’État est exactement dans la situation d’une entreprise qui restructure pour restaurer ses profits : réduction massive des salaires des fonctionnaires, blocage des recrutements et non-remplacement des départs en retraite, et amélioration de la « productivité » par des mesures fiscales.

Autrement dit, l’État est, dans le capitalisme actuel, un moyen de valorisation du capital comme un autre, la manière dont il s’y prend pour fournir cette valeur ajoutée n’ayant d’importance que lorsqu’il risque de ne plus y parvenir.

Écrit par A.K d’après Karl MARX

http://2ccr.unblog.fr/2012/03/23/marx-et-le-capital-fictif/


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Loatse Loatse 3 avril 2012 16:20

    Merci pour votre article Robert, celui ci m’a permit de mettre le doigt sur une dérive de ce système...

    La différence de traitement selon que l’on est simple particulier ou organisme financier...

    Je suis un particulier, j’achète une maison, un problème se présente (perte de mon emploi, divorce etc...) je ne peux plus honorer mes traites....

    Personne ne viendra réinjecter le moindre kopek sur mon compte en banque afin que je puisse garder mon toit. J’assume donc entiérement le facteur RISQUE de l’opération...

    Je suis banquier, j’achète des actions dans le but non pas de satisfaire un besoin de base, mais bien de dégager un maximum de bénéfices...je spécule également sur les matières premières comme le blé, que m’importe finalement si les effets de cette spéculations engendres des faillites voire des famines....
    Puis un jour, voilà qu’à ce « jeu », je suis perdant... on me refourgue des actifs toxiques, je perd des millions, je peux perdre mon toit euh.. ma banque...

    et là, miracle ! l’Etat (donc les contribuables qui eux ne jouent pas au poker avec leur salaire), me renfloue de quelques dizaines de milliards... le temps de me refaire et..... de recommencer à jouer au qui perd gagne....

    et ce qu’il y a d’excitant, c’est qu’en plus on peut spéculer sur les états... leur fourguer des prêts alors qu’ils n’ont pas un kopek et récupérer la mise et le gros lot : la rente perpétuelle sous forme d’intérêts qui n’en finissent pas de s’additionner et cerise sur le gateau l’argent provenant de la vente euh saisie de leurs biens...


    jackpot !

    ps : j’ai lu quelque part que l’allemagne voulait s’offrir le parthénon... démantelé et importé....


    • spartacus spartacus 4 avril 2012 10:00

      Une poule découvre une paire de ciseau.

      Un gauchiste découvre l’économie de marché.
      Dommage que l’investisseur soit caricaturé du nom de « capitaliste ».
      Autrement dit, l’État est responsable par la dépense supérieure à ses rentrées. Coupable de ne pas gérer comme une entreprise ou un foyer son budget. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès