Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le capitalisme financier est mort : la France sort son plan (...)

Le capitalisme financier est mort : la France sort son plan P-N

Il y a peu, le collectivisme économique disparaissait laissant seule l’économie de marché. Comme tout système monopolistique, celle-ci a fini (en peu de temps) à devenir folle et à s’autodétruire comme l’écrivait Patrick Artus.

Après la nationalisation des fonds Freddy Mac et Fannie Rae, gros choc : la quatrième banque d’investissement américaine est en faillite...

Ce qui vient des Etats-Unis nous arrive (avec plus ou moins de vitesse) toujours avec un effet démultiplié. Alors, compte tenu de l’extrême gravité de la situation, quelle est la réaction de nos ministres compétents ?
 

"C’est un choc parce que Lehman Brothers était la quatrième banque d’investissement américaine et que c’est un fleuron de l’industrie bancaire qui tombe", a expliqué la ministre de l’Economie sur Europe-1.

"En même temps c’est un témoignage d’un certain équilibre : le Trésor américain ne peut pas constamment aller au sauvetage de ceux qui sont en mauvaise posture", a souligné Mme Lagarde pour qui "la crise financière et ses manifestations ne sont pas terminées".

Une demi-heure après l’ouverture, la Bourse de Paris accusait une forte baisse avec l’indice Cac40 à -3,57 %, cotant à 4 178,66 points.

... / ... "L’autre nouvelle positive c’est que Bank of America annonce sa fusion avec Merrill Lynch" car ce rapprochement "c’est clairement une opération de soutien" pour Mme Lagarde.

"Une dizaine de banques parmi les plus grandes mondiales se sont mises ensemble pour constituer une ligne de crédit permettant leur refinancement interbancaire", a-t-elle annoncé.

"71 milliards de dollars mis en commun, c’est aussi le signe qu’elles ont collectivement le désir de serrer les rangs", a assuré Mme Lagarde.

"Sur les marchés européens, les gouverneurs des banques centrales, le président de la BCE, les autorités des marchés financiers et les responsables des trésors ont été en concertation durant le week-end (...) et donc on a mis en place les mécanismes qui permettent aux marchés de ne pas se déstabiliser", a assuré Mme Lagarde. Source Nouvel Obs.

Nous avions eu le droit, il y a peu, par la même Christine Lagarde, à l’argument de la loi TEPA qui devait être un bouclier (encore un) contre la crise mondiale (comme les retombées du nuage de Tchernobyl ?). Cette fois ci-nous avons droit à l’excellence de la réaction des marchés.

Car, les déclarations sont une chose, mais la réalité en est une autre. Ainsi, Daily Bourse nous indique : si une pause est envisageable dans la chute infernale des indices financiers, la purge continuera à produire ses effets au sein de l’économie, à travers les dépréciations d’actifs, les pertes d’emplois et la contraction du crédit, généralement significatif d’un ralentissement de la consommation. Au niveau mondial, les levées de capitaux opérées par le secteur bancaire ne sont pas parvenues à combler les pertes subies par le secteur, qui cherche à tout prix à alléger ses charges, notamment par des licenciements massifs.

Malgré la volonté affichée par la Fed d’alléger les charges du crédit pesant sur les ménages, les banques ont utilisé les nouveaux mécanismes mis en place depuis la crise des subprime pour reconstituer leurs capitaux propres plutôt que de relayer ces facilités vers le secteur immobilier. Pratiquement 80 % des institutions bancaires ont durci leurs conditions globales d’octroi de crédit. Il en résulte une forte réduction de l’activité, à l’instar de ce qui s’était produit lors de l’éclatement de la bulle technologique.

Là s’arrête la comparaison. La récession de 2001 n’avait majoritairement affecté le consommateur qu’au travers les positions spéculatives prises en portefeuille dues à l’euphorie technologique, ainsi que les entreprises prises au piège d’un surinvestissement massif, ainsi que de stocks monstrueux à écouler.

Cette fois, la crise immobilière, doublée d’une forte inflation des prix à la consommation a littéralement pulvérisé le pouvoir d’achat des ménages américains, et c’est au tour de la bulle financière de se dégonfler. La crise du crédit a pris des proportions inconnues depuis plus d’un quart de siècle et se traduit par une forte hausse de structures financières non rentables.

Dans un tel contexte, il faut donc s’attendre à ce que la purge continue pendant plusieurs trimestres encore avant d’espérer une reprise franche et définitive du secteur financier mondial, à l’heure où la récession a quitté les rives américaines pour se propager sur toute la planète.

L’embellie en somme ?

Nous aurions pu nous attendre à d’autres contes pour enfants que Mme Lagarde sait si bien nous distiller depuis son accession aux finances de la France. Eh bien, pour cette fois, ce n’est pas elle, mais son collègue Jean-Louis Borloo qui se risque à apporter une solution déterminante à la plus grande crise économico-financière jamais rencontrée : "Le ministre du Développement durable, Jean-Louis Borloo, a confirmé lundi qu’une ’taxe pique-nique’ serait appliquée dans la prochaine loi de finances aux assiettes et couverts jetables, de l’ordre de 90 centimes par kilo".

"On le fait", a affirmé le ministre sur RTL, en soulignant que cette taxe ne concernerait que les produits non recyclables. A titre d’exemple, il a indiqué que le surcoût atteindrait "90 centimes d’euros" par kilo d’assiettes ou de gobelets en carton. "Il ne s’agit que d’un exemple, les barèmes définitifs ne sont pas encore prêts", insiste-t-on au ministère.

"Il existe déjà une taxe sur les produits très polluants : détergents, huiles, pesticides. Il avait été prévu de l’étendre à un type de produits complémentaires, c’étaient les assiettes et couverts en plastique et carton non recyclables pour financer par l’écoparticipation les produits recyclables", a expliqué M. Borloo ... / ... "Plutôt que de taxe, nous préférons parler d’une contribution sur les produits fortement générateurs de déchets", ont complété ses services. Un bras de fer oppose actuellement le ministère de l’Ecologie, qui cherche à pousser la fiscalité écologique dans la loi de finances 2009, à celui des Finances et du Budget qui en redoute les impacts sur les finances de l’Etat - Source GOOGLE AFP

Coluche disait :

En politique, on est ach’ment balaises.

Surtout en politique française,

On est parmi les plus balaises du monde.

En politique française. Du monde !

Faut dire qu’on est les seuls que ça intéresse, alors ça sélectionne !

On a des hommes politiques que le monde entier nous envie.

Ils pourraient venir les chercher, d’ailleurs, mais ils ne viennent pas !

C’est vrai qu’à côté des milliards évaporés s’occuper des couverts de pique-nique, ça a de la gueule !

Vae victis (malheur aux vaincus), disait le chef gaulois Bennos après avoir vaincu Rome. Apprêtez-vous citoyens de la planète mondialisée à en payer le prix.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (90 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 16 septembre 2008 11:07

    Chronique d’une déroute annoncée..
    Par où la sortie ?

    Mame Lagarde saura-t-elle soutenir le moral des Français par son sourire inoxydable ?


    • Jean Claude BENARD Jean Claude BENARD 16 septembre 2008 12:25

      @ VPC

      Le pire est à venir car, après l’annoce des dégâts, on nous expliquera les yeux dans les yeux qu’il est nécessaire de renflouer le système (non impôts) puis ... on reprivatisera

      Ce serait pas mal que cette "plaisanterie" prenne fin !!!


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 16 septembre 2008 15:10

      @ JCB

      Exactement !!! C’est vraiment n’importe quoi, ce gouvernement...


    • gaelec 21 septembre 2008 12:28

      Imaginons un instant le dialogue de nos ministres sur la photo !

      Kiki :
      Punaise...Loulou ....L’coup d’la taxe sur les mangeoires en plastique....J’en fait piipiiiiii de rire ! T’es trop fort Loulou Hihihi ! D’autant ..hihihi...d’autant qu’à force de casser la vaiselle en s’engueulant hihihiii, y pourrons pas s’en racheter hihihahooouuu ! C’est la taxe Picsou que t’aurais dû l’appeler ! Hihihihouhou !
      (Comme quoi, les clichés de l’enfance marquent la vie entière)

      Loulou :
      Tout dans la finesse Kiki...hic !! T’as pas tout vu hic ! J’te leur mijote quelques p’tites taxes hic ! sur tous les produits low cost pas piquées des vers..hic !
      Et en plus...hic ! une taxe sur tous les logements insalubres à charge du locataire..et vlan ! ...hic ! une taxe sur les édentés et une sur les dentiers..hic ! J’vais même en créer une sur les chauves et hic ! une sur les moumoutes ...hic ! et...et.. une sur les nénuphars et les grenouilles hic ! sauf les raies nettes ..hic ! j’pense aussi.. hic...à une p’tite taxe sur les vers luisants et vas y que j’te la double sur ceux qui restent allumés hic ! et pis...une taxe sur les talonettes..hic ! heuu ! hic ! non, pas celle là hic ! etc..etc...

      Kiki :
      Wouarf !! Hihihihi.. ! Arrête Loulou...arrête... ! j’en ai la Lerma à l’oeil ! Hhihihouhou.. ! et si...hihihi et si on mettait une taxes à tous ceux qu’ont votés à gauche ?? Hein Loulou ? Hein ?? Faut élargir l’assiette pour remplir le marmiton ! Hein Loulou ?

      Loulou :
      Alors là ! Kiki..hic ! Tu m’épates le grenelle hic ! On va faire une sacrée bonne équipe en 2012...hic !

      En tout cas, nos ministres ont l’air de bien se marrer, preuve en est finalement, que tout ne va pas si mal dans ce pays.


    • arturh 16 septembre 2008 11:27

      C’est vrai quoi !!! Lehman Bros. avaient à peu près le même montant de dettes que le Crédit Lyonnais au bon vieux temps du "collectivisme économique". 

      Ses pauvres dirigeants qui vont se retouver avec cette casserole, alors que l’ancien dirigeant du Crédit Lyonnais, le Haut Fonctionnaire Jean Peyrelevade venais encore récemment nous donner des leçons de probité en direct à la télé...

      C’est certain que de ce point de vue, le "collectivisme économique", ça a du bon...


      • sisyphe sisyphe 16 septembre 2008 13:57

        Ah !
        arturh a trouvé le responsable de la crise financière : le "collectivisme économique" !
        Merci, arturh !
         smiley


      • Vilain petit canard Vilain petit canard 16 septembre 2008 11:48

        Salut Jean-Claude !

        Ces deux ministres sont des pitoyables marionnettes qu’on agite devant nos yeux écarquillés pour nous occuper la tête.

        M. Borloo (dit Pochetron-Minet) est chargé de nous faire croire qu’il s’occupe d’environnement, donc qu’il est humaniste et forcément généreux. Alors il sort de son trou une fois par mois ou moins : il visite la banquise, il pleure de joie en papouillant Fadela Amara pour son plan banlieue, et il agite les oripeaux du prêt-à-penser écolo pour bourgeois de l’UMP : des taxes diverses, quelques autres taxes, et ... euh...encore une taxe ou deux. Evidemment, ça ne passe pas, puisqu’auparavant, on a villipendié les taxes. Et de plus, l’environnement, on attend toujours qu’on en parle.

        Mme Lagarde (dite la Dame de Fer Blanc), elle, a un rôle un peu plus compliqué : il y a une crise majeure, mais si on dit qu’il y a une crise, ça va s’aggraver, les gens sont tellement cons, vous savez... Alors elle est chargée de dire qu’il n’y a pas de crise, c’est un peu comme au tribunal, à force de clamer que le client est innocent, on va finir par persuader le jury. Et évidemment, ça ne passe pas, parce qu’elle ment tellement mal qu’on en rigole, c’est encore plus rigolo que Balladur et ses noyaux durs...

        Pendant ce temps-là, Fillon (dit le Chanoine de Matignon) tresse des lauriers à Ben Sixteen, clame sa foi, et célèbre une véritable messe en l’honneur de l’ancien responsable de l’Inquisition.

        Vive le gouvernement Sarkozy !


        • el bourrico 16 septembre 2008 12:45

          Meuh non, tout va bien.... ayez confiance, c’est parce que vous ne dépensez pas assez l’argent que vous n’avez pas que ça va mal.
          dit d’une autre manière : "priez mes frères, priez pour le miracle, priez plus, vous ne priez pas assez, c’est pour ça que ça va mal."

          Ces économistes nous baratinent avec leur pseudo science, mais en attendant, aucun ne sait ce qui va se passer, ce qui veut dire qu’aucun ne sait comment ça marche, ils ne comprennent rien. Ils répètent les dogmes qu’ils on appris en cours, bêtement, c’est un acte de foi, fondateur d’une forme de religion.


          • chmoll chmoll 16 septembre 2008 15:40

            moi je l’aurais plutot app’ler l’plan maginot

            pasque vous avez toutes la bande de farfelus de l’élysée circus au front

            en fait tout s’passe sur les cotés pour finir derrière

            quand tout est fini les farfelus son toujours au front à attendre s’ki est déjà fait,comme d’hab koi

            2000 milliards de dettes les caisses vident d’puis des lustres,la vieille explik comment tu vas faire

            ha ouié pff j’ai oublié l’borloo vas rembourser tout ça avec ses assiettes en plastocs

            à mon avis faut teut d’suite faire un gouv intérimaire,mais j’pense que c trop tard


            • Eve 16 septembre 2008 16:38

              Mâme Lagarde (qui ne lit pas le site Europe2020 rubrique "crise systémique" depuis 2006) va encore devoir revoir ses fouchettes toujours plus dépareillées sur la croissance : l’Insee qu’elle estimait trop pessimiste, aura été probablement trop optimiste.

              Et pendant ce temps-là, Sarkozy se tait. Toutefois, nul doute à avoir : pour noyer le poisson, il va sortir un nouveau lièvre de sa rolex. Alice, où es-tu ?


              • Gilles Gilles 16 septembre 2008 16:54

                Eve

                "Et pendant ce temps-là, Sarkozy se tait. Toutefois, nul doute à avoir : pour noyer le poisson, il va sortir un nouveau lièvre de sa rolex. Alice, où es-tu ?"

                Tient, je parie sur la laïcité positive..... voilà de quoi diviser les français et empoisonner le climat pendant quelques années et pouvoir pour lui, se lancer dans des gesticulations moralisatrices interminables tous les soirs au jité.


              • Yohan Yohan 16 septembre 2008 18:53

                Plutôt pathétique les petites agitations à la française, une taxe par ci, une taxe par là et remettez nous le couvert de pique nique avec des timbales à la place des gobelets en plastique. Sauf que la timbale, c’est pas hygiénique et il faudra la laver avec des détergents polluants . Nos politiques sans aucune idée, de droite comme de gauche, ne savent faire qu’une seule chose : taxer. 
                A ce petit jeu, on peut tous devenir ministre, car nous avons tous les compétences transférables pour briguer la fonction.
                Pomper le fric, c’est chic !


                • impots-utiles.com 16 septembre 2008 19:03

                  Le gouvernement a décidé la création d’une taxe "pique-nique" de 0,90 euro par kilo sur les couverts et assiettes jetables en carton non recyclable alors que rien n’a été fixé pour les autres produits qui pourraient être soumis au principe du "bonus-malus" écologique...

                  http://www.impots-utiles.com/taxe-piquenique-de-090-euro-flou-sur-le-bonusmalus.php


                  • Adrian Adrian 16 septembre 2008 21:05

                    Lorsque le Papier Q sera taxé à 10.000%, les gens s’abstiendront même de faire caca. L’humanité mourra par occlusion intestinale généralisée.


                    • Jam’s 16 septembre 2008 21:26

                      Le P-N : les fumigènes deviennent tellement gros, que cela devient risible et consternant. 
                      Ils nous prennent vraiment pour des imbéciles auquels il faudrait parler gentiment et sensiblement.

                      Et tout passe.

                      Pauvres de nous.
                       


                      • Brieuc Le Fèvre Brieuc Le Fèvre 16 septembre 2008 21:28

                        Les économistes (surtout les "experts" en la matière, tels ceux que l’on entend à l’année longue sur toutes les antennes) se caractérisent par ces deux adages :

                        *Un économiste est une personne qui passe son temps à vous démontrer après les événements pourquoi elle a eu raison de se tromper avant.

                        *Une personne qui croit qu’une croissance infinie peut prendre place sur une planète finie est soit un fou, soit un économiste.

                        Voilà, tout est dit ; la religion du Marché et de son dieu Monnaie sont en crise. Les Dogmes ne sauvent plus, mais les fidèles, au moins, ont toujours la Foi (ou bien commencent-ils à avoir sérieusement les foies ???)

                        Un conseil de lecture, pour comprendre notre relation à la société de marché : "Le Divin Marché", de Dany-Robert Dufour.


                        • kolymine 16 septembre 2008 22:34

                          effectivement la finitude de la planete est le mur sur lequel le train du capitalisme fonce


                        • raki 16 septembre 2008 23:16

                          reconnaissez qu’il y a quand même des tentatives de sauvetages médaille en argent pour les bacheliers,taxe sur les assiettes et les gobelets en plastique...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès