Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le commerce équitable n’existe pas, il a toujours existé

Le commerce équitable n’existe pas, il a toujours existé

Le commerce équitable comme il se présente aujourd’hui ne favorise pas vraiment nos pays, nos commerçants à part égales avec les grandes multinationales du commerce équitable

Quand j’étais petit, j’entendais toujours mon grand-père commerçant dans mon village, dire à mon père, que l’idéal serait d’acheter directement au producteur, pour baisser le prix de la marchandise.
Pour lui leur malheur c’était les intermédiaires qui faisaient monter le coût de la vie.
Mon grand-père avait trouvé la solution, acheter directement chez l’agriculteur, supprimer les intermédiaires, baisser le prix.
A l’époque ils l’appelaient simplement, faire du commerce. 
Aujourd’hui, 50 ans après, les Européens nous ont inventé le commerce équitable, très à la mode ces 10 derniers années, et qui a envahi nos villes civilisées.

Ce que je n’arrive pas à comprendre, c’est pourquoi les multinationales du commerce équitable, qui économisent de l’argent en supprimant les intermédiaires, nous font payer leur produit plus cher, alors que mon grand-père, qui lui aussi payait un peu mieux son café à l’agriculteur, pouvait le vendre moins cher.
Je sais que nous vivons dans des sociétés modernes où ce qui est à la mode se paye plus cher, mais quand même !

 

La différence entre le commerce inéquitable et équitable et ses conséquences sur les pays du sud :

Le commerce international (inéquitable) aujourd’hui :

PEDRO le « caficultor » vend sa livre de café à JOSE, 
commerçant de son village Aguadas pour 1 euro.
JOSE vend la livre à JUAN grossiste de la capital pour 2 euros.
JUAN vend à PIERRE représentant en Colombie de la grande multinationale Carrefour sa livre de café pour 3 euros.

De l’aéroport El Dorado partent les avions chargés de café vers l’Europe.
 
PIERRE vend la livre de café au grossiste de Paris JEAN pour 5 euros.
JEAN lui vend à son tour la livre à HENRY commerçant du village où je habite en France, Angers pour 7 euros.
HENRY dans sa « Tienda » (magasin) me vend la livre de café pour 9 euros.

Je suis heureux avec mon café colombien.

LE COMMERCE EQUITABLE :

JAIME le « caficultor » voisin de PEDRO en Aguadas lui vend la livre de Café à ROBERT fondateur d’une entreprise européenne du commerce équitable pour 2 euros.
 
De l’aéroport El Dorado partent les avions chargés de café vers l’Europe.

ROBERT vend la livre de café au grossiste de Paris FRANCOIS pour 5,50 euros.
FRANCOIS vend la livre de Café à ANTOINE voisin de HENRY dans mon village Anvers, pour 7.50 euros.
ANTOINE quand je vais à sa « Tienda », il me vend sa livre de café pour 9.50 euros.

ANTOINE m’a convaincu de lui acheter son café, bien que un peu plus cher, parce qu’avec « el comercio justo » le paysan colombien peut mieux vivre. 

Conclusion :

Oui, nous sommes tous d’accord qu’on doit payer mieux son Produit au paysan.
Oui, nous sommes tous d’accord que le paysan doit être propriétaire de sa terre, en Europe, comme en Colombie, c’est pour ça que nous avons besoin d’une réforme agraire juste.
Oui, nous sommes tous d’accord que s’il y a moins d’intermédiaires pour la livre de café, c’est meilleur pour le consommateur.

Mais avec le commerce équitable aujourd’hui : 

ROBERT l’Européen ne perd rien, il ne fait aucun sacrifice en lui payant un peu mieux, 2 euros la livre de café à JAIME.

Ce que ROBERT fait c’est éliminer notre commerçant d’Aguadas JOSE qui, nous sommes d’accord, ne lui payait pas très bien son café à PEDRO toujours endetté.

A JOSE le commerçant d’Aguadas, le commerce équitable des Européens l’a fait fermer son affaire, l’obligant à licencier sa secrétaire, ses employés, par la faute de ROBERT 

Donc, je ne peux pas être d’accord avec le commerce équitable qui supprime des intermédiaires, qui crée du chômage dans nos pays, pour que ROBERT puisse mieux payer la livre de café à JAIME. 

Pour JOSE payer un Euro de plus a JAIME et faire lui aussi du commerce équitable, ça aurait été un sacrifice beaucoup plus grand que pour ROBERT, pour qui un euro n’est pas grand-chose.
 
ROBERT récupère l’euro qu’il a payé en plus à JAIME en sortant de l’affaire JOSE et JUAN. 
Et en plus ROBERT nous vend son café beaucoup plus cher, parce que c’est du « comercio équitable ».

Le commerce sera équitable le jour où JAIME JOSE ROBERT gageront "miti miti", c’est-à-dire à part égales, et pour moi ce n’est pas le cas aujourd’hui.

À la fin comme toujours, les européens gagnent en image, en pouvoir, en richesse.

Jacinto Lopera Angarita
Medellín, Colombia


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Spip Spip 8 juin 2010 14:03

    Bilan purement comptable vu par un consommateur. Pourquoi pas. Mais c’est passer complètement à côté de ce qu’est le commerce équitable.

    Que ce soit pour du café ou autre chose, la démarche équitable comprend toujours un plus sous forme de projets collectifs liés (formation, environnement, équipements, techniques agricoles, etc.)

    Alors, si dans ce système la petite affaire de José (que votre grand-père et vous reconnaissez inutile) a disparu, elle a laissé la place à d’autres emplois générés par ces projets. C’est ça que nous payons.

    Ça ne nous dispense pas, nous européens, d’entendre des critiques sur ce système : la réalité des programmes sur le terrain, les possibles conflits d’intérêts (le même organisme certificateur et vendeur) la récupération par les vraies multinationales du commerce pour se payer une bonne image.

    Quand à parler de grandes multinationales du commerce équitable, de qui parlez-vous ? Si c’est du genre Max Havelar par exemple, ça n’a rien à voir ni en chiffre d’affaire ni surtout en nature avec les vrais poids lourds que sont Wall-Mart et Carrefour, n° 1 et 2 de la distribution mondialisée (et aussi équitables que la recette du pâté de cheval et d’alouette - 1 cheval + 1 alouette...)


    • Gandalf Tzecoatl 8 juin 2010 18:32

      Je crois que c’est plus simple que cela :

      Le concept du commerce équitable est d’apporter un plus éthique, cela induit simplement un plus sur l’étiquette.

      Le commerce équitable n’est pas à proprement parler de réduire les intermédiaires.

      • anty 8 juin 2010 19:07

        Plutôt un commerce véritable qu’un commerce équitable.
        Le commerce équitable est un commerce artificiel très reduit et peu viable

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jacinto Lopera


Voir ses articles







Palmarès