Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le complexe de la compétitivité

Le complexe de la compétitivité

Des pigeons au grand patronat, le monde financiaro-industriel crie au manque de compétitivité en France, afin de mieux pressurer le salariat, déjà exsangue.

Comme si la crise venait d’un manque de compétitivité des entreprises. On nous ressort les mêmes arguments depuis les années quatre-vingt, et à chaque tour de vis, le chômage augmente, la misère s’accroît, les déficits publics grimpent, et les profits des entreprises soi-disant non compétitives battent des records.

Quelque chose ne va pas dans ce discours.

Quel est l’enjeu de ces lobbyistes du pire ?

L’enjeu est simple et unique : accroître encore davantage leurs profits, dégager toujours plus de marges pour les dividendes, augmenter sans cesse leurs avoirs, faire fructifier leurs acquis.

Mais tout cela, sans prendre en compte les conséquences humaines, sociales, sociétales et finalement la ruine des nations.

Mais l’infinie richesse d’une infime minorité justifie la ruine programmée des États.

Face à l’inertie du PS, des syndicats, tétanisés par la crise, et sans explicitation de ces mécanismes, le tour destructeur que prennent les événements demande une riposte de la population, à la fois des salariés, mais aussi des chômeurs, des déracinés du système et de tous ceux qui se retrouvent dans des situations qui peuvent être dramatiques.

Vu les décisions antisociales à venir, nous allons être toujours plus à nous retrouver dans l’inextricable de vies détruites, lézardées, atomisées, en souffrance.

Mais la souffrance comme point commun ne constitue hélas pas une solidarité, parfois même crée l’animosité entre les victimes des mêmes maux.

C’est pourtant la seule voie.

Les changements politiques n’ont servi à rien, le mouvement populaire est « out », des socialistes de pacotille ont gagné peurs portefeuilles et n’en font rien d’autre que de poursuivre, de plus ou moins bon gré, qui a pour base la casse du droit du travail, et la privatisation générale des services publics. Au nom d’une compétitivité que les mêmes ont par ailleurs poussé en avant, avec l’ouverture sans limites aux marchés les plus prédateurs.

La sidérurgie est un exemple frappant. C’est fabius qui a été un des instigateurs de la modernisation de la sidérurgie française, qui passait par des fermetures, des licenciements, des mise à pieds. L’ouverture à tout prix a ensuite consisté à vendre les relicats de haute technologie à l’indien Mittal, donc à ne plus être maître de notre des tin en terme industriel. Bien entendu, les aides empochées, celui-ci s’est retiré en fermant tout.

À force d’être ouverts et compétitifs, nous sommes totalement démunis. Mais des économistes du système nous expliqueront que c’était la meilleure solution possible.

Ce sont les capitalistes les plus durs qui du passé font table rase. Après leur passage, il ne reste qu’un champs de ruines, et des grands communicants qui expliquent que c’était la meilleure solution possible.

Au nom de la compétitivité, les laboratoires pharmaceutiques ne vérifient pas suffisamment les efffets secondaires de leurs médicaments, les industriels phytosaniaires mettent sur le marché des produits nuisibles pour la faune, la flore, et finalemnet le consommateur lui-même, l’industrie agro-industrielle transforme les campagnes en zones hautement contaminées, et fournit des produits qui peuvent se révéler toxiques, les transporteurs choississent la route plutôt que le rail, polluant les villes, et les campagnes, et faisant de la route un champ de luttes entre particuliers et transporteurs, augmentant par là le taux d’accidents de façon drastique, les hôpitaux n’ont plus pour but de soigner des malades, mais d’optimiser le remplissage des lits, oubliant la déontologie élémentaire.

La lente dégradation de l’état général des choses qui se déroule sous nos yeux est la conséquence directe de cette recherche sans fin de productivité. Car celle-ci se réalise à travers la pression sur les salariés, qui ne peuvent plus remplir correctement leurs tâches, et la dégradation des services aux usagers, cachée par un discours dans lequel la recherche de la qualité supposée être au centre des préoccupations se traduit par une dureté des contrats dans laquelle se noie l’usager, et une communication où le réel n’a plus sa place. Il suffit de devoir faire une réclamation, par exemple à un opérateur de téléphone, pour s’en convaincre.

La face cachée de la compétitivité est donc la priorité absolue donnée aux seuls actionnaires, car la vraie compétition se situe à ce niveau, le pourcentage de dividende conféré à l’action. Tout le reste n’est qu’un miroir porté aux yeux des victimes afin qu’ils continuent de croire en la pérennité du système qui les broie.

« Avec Croisement je positive » et surtout je ne cherche pas à savoir comment sont réalisées les marges parfois exorbitantes, qui coulent les petits fournisseurs.

Car dans le terme compétitivité se cache également une inégalité entre ceux qui décident et ceux qui sont décidés. En gros entre ceux qui font et ceux qui font faire.

Dans ce système, pour gagner, il faut ne pas faire, mais faire faire. Comme sous la monarchie, plus on est proche du travail réel, moins on gagne. Plus on est dans l’organisationnel, dans le marketing, plus on gagne. Le système fonctionne comme une pyramide d’exploitation, où celui qui fait, celui qui sait, celui qui conçoit, est dans les souspentes du système.

Celui qui ne sait rien, ne fait rien, ne conçoit rien, se situe au dessus. Car la seule chose qui a de la valeur financière aujourd’hui, est la capacité de manipulation.

Nous arrivons à une société où seuls les managers sont reconnus, en fait se reconnaissent entre eux, aidés par une machine à décerveler l’humanité, le système médiatique.

Lorsque les ressources énergétiques seront épuisées, les capacités de production démantelées, les sols détruits, il restera encore une ressource que le système usera jusqu’à son extinction, l’intelligence. Lorsqu’elle aura vécu, alors la recherche à tout prix de la compétitivité aura devant elle son œuvre ultime : la fin de la civilisation.

 

Face à cela, il nous faut énoncer un concept qui soit capable de dépasser le problème de la compétitivité.

Il y a eu le développement durable ; mais la réinterprétation par le système a conduit à bien des dérives, et Total lui-même finit par se réclamer du développement durable. La question est alors : durable combien de temps ? il finit par cacher sa vraie nature, la croissance éphémère.

Au-delà de l’économie qui sert les intérêts des profiteurs (sans notin morale, seulement ceux qui réalisent du profit), il faut aller vers l’humain, dans son rapport avec lui-même, mais aussi l’atre, qu’il soit un autre humain, ou de façon plus étendue, l’environnement.

Une notion à creuser serait alors celle de la pertinence humaine. À savoir qu’est-ce qui est pertinent pour l’homme, et l’humanité dans son ensemble.

On peut voir alors que la compétitivité n’est pas une notion pertinente dans la mesure où elle ne nous aide pas à dégager des axes pérennes pour nous-mêmes, mais également efficaces : la compétitivité ne permet pas d’être efficace sur le plan humain.

La pertinence humaine ouvre la voie par exemple à une réflexion de fond sur l’utilité du privé, entre la liberté d’un seul et celle du plus grand nombre dans le cadre de l’entreprise privée, ou l’implication de la société dans les décisions d’organismes démocratiques.

Si l’entreprise privée n’est pas la plus optimale quant à la pertinence humaine, ans la mesure où son objectif principal n’a rien à voir avec le bien commun, les structures à mettre en place seront forcément variées, liées aux besoins de la population par exemple pour un hôpital, ou à un ordre plus global pour les ressources énergétiques.

La notion de pertinence humaine met aussi le doigt sur des anomalies, comme celle de choisir une ressource énergétique risquée et éphémère, comme le nucléaire, pour répondre à des besoins dont certains sont peut-être contournables (comme la climatisation).

Reste que cette notion, comme d’autres, doit être mise au service de la population elle-même, et non d’un élite qui œuvre pour son seul bien être, et détourne par la manipulation la notion ou le concept pour continuer sa domination (voir les notions de gouvernance, de développement durable, ou de qualité dans les entreprises).


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Yvance77 30 octobre 2012 09:37

    Salut,

    Mais ce qui ne va pas est simple in fine. C’est que l’homme soit oppressé dans son quotidien par une doxa qui n’emploie que des mots comme :

    - compétitivité, pression financière, marché, quantitative easing, rendement, part de marché, benchmark, marketing direct...

    L’individu n’est plus régit que par cela, son horizon est bouché par ces uniques balises.

    Il faut briser ces chaines !!!


    • gogoRat gogoRat 30 octobre 2012 11:37

      « Il n’est de richesses que d’hommes »  a dit Jean Bodin

      L’auteur a bien raison de vouloir dépasser ici un anti- système, un anti-capitalisme ou un anti-méchants qui ne feraient que tétaniser notre regard sur la vision hypnotique qui prévaut dans notre modernité du moment : une projection de l’univers sur l’axe à une seule dimension, fermée, des valeurs pécuniaires.

       A tel point qu’on finit par ne même plus se figurer les présupposés et sous-entendus du langage courant . Dans l’expression :
        « la recherche de la qualité supposée être au centre des préoccupations »,
       ce qui devrait pourtant nous interpeller c’est le manque de remise en cause, d’interrogation et de recherche de consensus concernant ce qu’est sensée être et ce que devrait être « la qualité » !
      ( Il semble aller de soi que, dans le contexte, on n’envisage ici que la « qualité » marchande ou utilitariste. Pourtant il suffirait de penser à une qualité humaine, ou une qualité de justice sociale ... pour pouvoir inverser le sens de cette expression !)

       Après avoir voulu « tourner la page », « faire le deuil », des Dieux, puis de Dieu ... on a l’illusion que les humains se sont tournés vers le Veau d’or ... 
       Mais, à y regarder de plus près, leurs actes semblent bien moins relever de la dévotion, que :
      - soit d’une addiction (dépendance compulsive et pathologique à un divertissement source de déséquilibre ),
      - soit d’une recherche de reconnaissance auprès de ceux qui veulent remplacer Dieu ou les Dieux, c’est à dire les autres humains ! ( Ce qui conduit la plupart du temps à cette bizarre logique : vouloir réhausser la valeur de Celui qui est reconnu ... en minimisant la valeur de ses semblables, seuls susceptible d’apporter la valeur de reconnaissance recherchée !)

      J’en veux pour preuve , d’une part, cette observation relevée dans un canard local :
       « Ce que font les gagnant [des lotos] avec leur jackpot :
      ...  » 68% arrêtent leur activité professionnelle pour se consacrer à des passions.
       ... 39% ont un employé de maison ou un aide-ménager (44%)
       ... 84 % des grands gagnants continuent à jouer à des jeux d’argent   !!!

      D’autre part , concernant une « recherche de la qualité supposée être au centre des préoccupations » je ne peux m’empêcher de songer au logiciel « libre » ... et à ses dogmes méritocratiques qui risquent bien de pervertir insidieusement les nobles objectifs affichés d’objectifs démocratiques.
       ( Ce n’est pas tant la qualité du logiciel qu’il faudrait rechercher mais plutôt la démocratisation de l’accès à la discipline, à l’appropriation de la technique, humaine, aux nouveaux paradigmes culturels ... qu’il représente)


      • mac 30 octobre 2012 15:04

        Compétitivité, dernier mot à la mode que l’on entend des dizaines de fois par jour dans les média « mainstream » et qui cache une seule réalité : l’alignement de la plupart de salaires sur ceux de la Chine et pour les descendants des patrons de Zola le retour à cette époque bénite qu’était, pour eux, le XIX ème siècle... Merci la mondialisation heureuse !


        • spartacus spartacus 30 octobre 2012 17:46

          L’auteur a raison, c’est n’importe quoi la compétitivité.


          La situation de crise mondiale se prête parfaitement bien à une hausse massive des impôts, histoire d’achever définitivement ces foutues entreprises qui produisent plus cher que leurs concurrents européens.

          Passons à la semaine de 4 jours pour partager ce qui reste de travail,

          Triplons les taxes sur les CDD et l’intérim, interdisons les licenciements...Même des incapables, pour être certain de la productivité ne soit pas trop forte. 

          Fixons des impôts uniforme à 97% pour tous. Pour bien être sur que personne

          A terme,offrons tous les droits de propriété au secteur public. Pourquoi en effet rester égoïstement propriétaire quand l’Etat pourvoie aussi bien à tous nos besoins ? 

          Que l’état embauche tous les chômeurs, et triplons le personnel de l’état, il manque tellement de moyens et de personnel. 

          Mettons tous le monde à la retraite à 50 ans, et donnons revenu mensuel de retraite de 4 fois le dernier salaire.

          Tous les salaries doivent impérativement toucher un 16 et 17eme mois. Les entreprisesdoivent surtout ne pas être compétitives.

          N’oublions pas de taxer les plus values de cession d’action à 99%. Faudrait quand même pas qu’un fou aie envie d’investir en France.

          Non, décidément, on reste ébahis que personne n’y ai jamais pensé ! 
          Que l’auteur est clairvoyant ! 

          Et puis si personne ne veut nos service ou nos produits, jetons les à la mer, on a pas besoin des devises des autres.

          • foufouille foufouille 30 octobre 2012 18:10

            c’est plus simple de faire des camps de travail « libre », comme arbeit macht frei


          • 6toyen 30 octobre 2012 19:00

            à Spartacus

            Votre délire n’a pas grand chose à voir avec l’article auquel il est censé répondre et qui décrit la situation avec pertinence et lucidité.

            Merci à l’auteur de l’article.


          • Robert GIL ROBERT GIL 30 octobre 2012 18:30

            Plus des trois quart de la population supporte de plein fouet les effets de la crise, pendant qu’une petite classe de privilégiés fait bombance, donne des réceptions, et étale sa fortune dans les magazines peoples......

            voir :
            http://2ccr.unblog.fr/2011/06/30/linsolence-des-riches/


            • herbe herbe 30 octobre 2012 18:38

              A lire attentivement avec inclus une expérience du passé pas fameuse à la clef et une conclusion en forme de piste positive :


              • herbe herbe 30 octobre 2012 18:39

                J’ai oublié de dire juste merci pour l’article et sa conclusion...


              • Le péripate Le péripate 30 octobre 2012 19:18

                C’est vrai c’est n’importe quoi la compétitivité. Imaginons seulement que les citoyens d’un pays se mettent en tête de comparer les « services » que leur état leur fournit. Se mettent en tête de vouloir savoir si ils ne pourraient pas trouver mieux, pour moins cher, ailleurs ou autrement.

                Non, sérieusement, rien ne vaut que la technique du gourdin.

                Un bon coup sur la gueule, ça vaut toutes les compétitivités du monde.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès