Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le cours de la monnaie électronique Bitcoin flambe

Le cours de la monnaie électronique Bitcoin flambe

Le 20 février dernier, un article de Mickaël Mithra intitulé Bitcoin : la révolution monétaire en marche  nous présentait en détail cette monnaie électronique ouverte, indépendante, et non centralisée. Le 6 mars Darius Saclay développait quelques aspects problématiques de la montée en puissance de cette monnaie dont les transactions sont normalement anonymes et irréversibles.

Un évènement majeur pour les amateurs de Bitcoins a lieu en ce moment : Ces derniers jours la valeur d'échange du Bitcoin est passée  de 35 à 55€ (apercu ci dessous) sur les principaux sites d'échanges, du jamais vu depuis le lancement du système en 2009. Cette fois-ci, il semblerait que la spéculation autour de Bitcoin (ou le refuge ?) soit en train d'ancrer définitivement cette devise électronique dans l'économie "matérielle". Voici un petit tour d'horizon de la situation.

 

Image ci dessus : cours du Btcoin en Euros sur le premier site d'échanges européen bitcoin.de au cours des deux derniers mois. Avec l'autorisation de Bitcoin Charts

 

Une monnaie à l'actualité mouvementée

Depuis quelques temps, l'intérêt des médias pour Bitcoin, encore insignifiant il y a un an, ne cesse de croître. Après la nouvelle il y a quelques semaines de son acceptation par Wordpress en novembre 2012 puis par le très populaire site Mega du cyber-gourou des téléchargeurs (et cyber-escroc) Kim Schmitz, le système Bitcoin connait un regain d'attention médiatique suite au bug de version qui paralysa les transactions sur les principaux sites d'échange les 12 et 13 mars. Mais ce sont là des nouvelles toutes liées directement à l'actualité d'Internet, du système Bitcoin et de ses bugs et ratés, qui influencent le cours de la monnaie virtuelle depuis sa création (l'adjectif "virtuel" apparaît dans une note du FinCEN américain publiée le 18 mars 2013, qui semble s'intéresser de près à cet OVNI monétaire réputé échapper aux influences des gouvernements, banques centrales etc). 

Mais les actualités sont de plus en plus sérieuses. Ainsi Forbes annonce au début du mois la création d'un Hedge Fund maltais investissant dans (/spéculant sur) les Bitcoins. Et la soudaine envolée du cours du Bitcoin serait du à un refuge massif des Espagnols (au vu de l'actualité chypriote c'est très compréhensible) vers la monnaie virtuelle, comme le rapportent entre autres les Deutsche Wirtschaftsnachrichten.

Il semblerait donc qu'un marché financier des Bitcoins se développe, et que la plus populaire des monnaies dématérialisées soit bel et bien en train de s'ancrer dans, et de commencer à influencer l'économie "visible" et à être influencée par elle. Bien que le temps où les Bitcoins servaient principalement à acheter de la drogue sur Silkroad et à avoir l'air Hype dans un café alternatif soit déjà loin, c'est une nouvelle dimension de Bitcoin qui émerge au grand jour, et auprès du grand public.

Refuge ou spéculation ?

Bloomberg View commente la situation avec humour ("Worried your government is going to take your savings ? There's an app for that.") mais cite un rapport de la banque centrale européenne de 2012 (Virtual Currency Schemes) dans lequel l'auteur s'inquiète de l'impact négatif de Bitcoin (une des deux monnaies électroniques analysées) sur les banques centrales en particulier en des temps de crise monétaire. La même année, un propriétaire de restaurant grec qui accepte les Bitcoins comme paiement disait dans avoir pris cette décision par méfiance et rancune encers les Bank (cité par Die Welt le 6 avril 2012). 

Comme les deux articles cités en en-tête l'expliquent remarquablement, les caractéristiques de Bitcoin, notamment la quantité limitée et la difficulté de production font plus ressembler le système à une valeur du type métal précieux qu'à une monnaie courante. La stabilité et la valeur de la monnaie peuvent chuter du jour au lendemain si une faille informatique ou mathématique est trouvée (par exemple crack d'un des algorithmes de chiffrement, un des plus performants qui existe), ou si un "casse virtuel" a lieu sur un gros site d'échange (l'anonymité et l'irréversibilité des transactions en font une cible idéale en théorie pour les malfrats).

A court terme, Bitcoin est une valeur qui peut encore beaucoup s'apprécier, mais qui reste très fragile. De plus cela ne contribue pas forcément à en faire une monnaie populaire pour le commerce quotidien. Comme le disait Paul Krugman sur son blog du New York Times (référence honteusement pompée sur Wikipédia et dont on se passerait presque vu le contexte en Europe), une bonne monnaie n'est pas une valeur d'investissement pour l'enrichissement de ceux qui la détiennent mais un outil qui doit permettre le développement de l'économie et la création de richesse pour tous.

 

Le Logo Bitcoin (auteur : bitboy/Wikipedia, Creative Commons) 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • wesson wesson 22 mars 2013 12:17

    Bonjour l’auteur, 


    Bitcoin, c’est d’un coté intéressant, mais d’un autre il faut y donner son nom véritable : un shadow banking. En fait, en dehors de bitcoin.de pour l’Europe et de MtGox pour le monde, il y a peu de passerelles entre l’argent disons négociable, et les bitcoins. 

    Ce qui rends structurellement cette monnaie très fragile car il n’y a personne pour vous garantir le « service » que vous échangez contre cette monnaie.

    C’est ultra spéculatif, et c’est destiné à faire tout le temps le yoyo. Déjà l’année dernière il y avait eu une poussée spéculative du même ordre : le bitcoin était monté à presque 40€, pour ensuite redescendre à 10.

    La seule certitude que j’en ai, c’est que si la masse monétaire totale représentée par le bitcoin se mets à dépasser un seuil « tolérable », les gouvernements - et banques - mettront instantanément en oeuvre ce qu’il faut pour tuer ce marché, ou se l’accaparer en totalité.


    Bref, si j’ai un conseil à donner, bien qu’il existe un marché pour le bitcoin et qu’il est potentiellement porteur d’une croissance à plusieurs chiffres, je n’irai pas à titre personnel miser là dessus. Sur le court terme on peut certes y gagner quelques picaillons, mais sur le long terme ça n’a aucune caractéristique de solidité et fiabilité requise.

    • anomail 22 mars 2013 12:52

      <<Ce qui rends structurellement cette monnaie très fragile car il n’y a personne pour vous garantir le « service » que vous échangez contre cette monnaie.>>

      Face au sulfureux système des réserves fractionnaires de la mafia bancaire réputée légale, je suis prêt à prendre le risque.

      Pas pour spéculer, mais pour me faire rémunérer une partie de mes activités et l’utiliser ensuite pour acquérir des biens et des services sans jamais opérer de conversion dans des monnaies dites réelles (mais qui ne le sont pas plus).

      J’y vois une option intéressante mettre quelques oeufs dans un autre panier.

      Après si ça monte tant mieux, si ça descend (s’écroule !) tant pis.
      On me propose une alternative : je la saisis.

      Si Bitcoin s’avère être une arnaque, ça ne me changera pas trop après tout, j’ai déjà l’habitude de voir le fruit de mon travail siphonné sans raison valable.

      Inconvénient majeur : Monnaie dépendante d’une connexion internet.

      Demande quelques compétences techniques (savoir déplacer des fichiers, apparemment ça n’est pas donné à tout le monde).

      Avantage majeur : En prenant les précautions d’usage (chiffrement, sauvegardes, utilisation d’un OS non compromis), on peut garder l’intégralité de son argent chez soi sans craindre de se le faire voler (c’est une raison majeure de l’existence des banques à la base, non ?)

      On peut même le répartir sur autant de portefeuilles virtuels que l’on souhaite (encore pour ne pas placer tous les oeufs dans le même panier).

      Après je ne suis pas contre des impôts et des taxes, à condition qu’ils soient utilisés pour payer des écoles et des hôpitaux, pas pour rembourser une dette fictive.


    • wesson wesson 22 mars 2013 15:59

      bonjour anomail,


      « Inconvénient majeur : Monnaie dépendante d’une connexion internet. »

      et d’un ordinateur en bon état de marche : si le disque dur dans lequel votre porte-monnaie bitcoin se trouve vient à péter, ou se fait tout simplement corrompre par un virus, vous aurez perdu votre pognon, sans aucune possibilité de le récupérer. 

      C’est d’ailleurs un des problème principal que je voit à terme pour les BTC : En définitive c’est très facile de les perdre, et une fois perdus, ils sont irrécupérables pour tout le monde.



    • anomail 22 mars 2013 16:52

      <<Avantage majeur : En prenant les précautions d’usage (chiffrement, sauvegardes, utilisation d’un OS non compromis), on peut garder l’intégralité de son argent chez soi sans craindre de se le faire voler (c’est une raison majeure de l’existence des banques à la base, non ?)>>


    • anomail 22 mars 2013 17:07

      <<et d’un ordinateur en bon état de marche : si le disque dur dans lequel votre porte-monnaie bitcoin se trouve vient à péter, ou se fait tout simplement corrompre par un virus, vous aurez perdu votre pognon, sans aucune possibilité de le récupérer.>>

      Non, avec des précautions classiques en informatique, vous n’êtes pas à la merci de votre matériel, heureusement !

      Là c’est pendre les concepteurs du système pour des benêts, et je commence à vous suspecter d’avoir écrit un article sur Bitcoin sans l’avoir essayé.

      C’est expliqué dans le manuel : Vous devez faire une sauvegarde des votre porte-monnaie virtuel après chaque transaction. C’est prévu dans l’interface du logiciel, il n’y a rien de plus simple.

      Il faut faire des sauvegardes, c’est tout. C’est comme pour tous les fichiers importants d’ailleurs. D’habitude c’est la banque qui assure ce service, mais là il n’y a pas de banque.


    • anomail 22 mars 2013 17:12
      <<C’est d’ailleurs un des problème principal que je voit à terme pour les BTC : En définitive c’est très facile de les perdre, et une fois perdus, ils sont irrécupérables pour tout le monde.>>

      Très bonne question.

      Qui a une très bonne réponse, ça m’a pris 5 minutes pour la trouver, mais je vous laisse faire un peu d’investigation, ça ne peut pas vous faire de mal en définitive smiley

      En tout cas je peux vous dire que c’est prévu, que c’est simple à comprendre, et que ça n’entame pas la pérennité théorique du système monétaire.


    • wesson wesson 23 mars 2013 01:44

      bon j’ai du bien plus consistant, mais la flemme, alors je vais faire court. 


      Sécuriser ses données informatiques, c’est pas aussi simple que cela, et ça va largement au delà du simple antivirus ou de la stratégie de sauvegarde. 

      Toute la sécurité du bitcoin repose sur un seul et unique fichier - le porte-monnaie. 

      Son utilisation implique un ordinateur, ce qui est déjà largement moins simple qu’un bifton. Et ce porte monnaie, n’importe qui peut très simplement voler .... en copiant le fichier ou même en faisant une transaction à l’insu du détenteur. Et si on protège tout ça par mot de passe, il n’y a pas de « question secrète » qui vous permet de le remettre à zéro. etc etc, en définitive, c’est bien moins sûr que la chaussette remplie de billets glissée sous le matelas. Ben oui, pour te la piquer ta chaussette, il faut se rendre sur place, fracturer la baraque et prendre le risque de se faire accueillir à coup de chevrotine. Par contre, pour te braquer du bitcoin, pas besoin de se déplacer, un petit virus sous forme de trojan fera parfaitement l’affaire. Et d’ailleurs c’est déjà le cas, certains virus récent recherchent les porte-monnaie bitcoin qui traînent et te les piquent dans la minute qui suit. 

      Et je pourrais continuer longtemps comme ça.. Pour faire court, détenir des bitcoins chez soi dans son ordi personnel, c’est ultra risqué dans le contexte actuel. Et les mettre en stockage chez MtGox ou autre opérateur, c’est juste comme un compte en banque, et tu paie des frais dessus. Donc aucun avantage par rapport à du pognon, et même plus d’inconvénient.

      Et j’ai même pas parlé des autres aspects qui font que ce truc là ressemble à s’y méprendre à un système pyramidal à vocation exclusivement spéculative. ça se cassera périodiquement la gueule, jusqu’à ce que les gouvernements s’en émeuvent et ne sifflent la fin de la partie, ce qui d’ailleurs ne devrait pas trop tarder d’après les bruits qui courent. 

    • anomail 30 mars 2013 03:04

      <<Son utilisation implique un ordinateur, ce qui est déjà largement moins simple qu’un bifton>>

      Je ne nie pas qu’il faille quelques compétences techniques pour mettre le porte-monnaie en sécurité. Je l’ai même écrit au-dessus.

      <<Et ce porte monnaie, n’importe qui peut très simplement voler .... en copiant le fichier ou même en faisant une transaction à l’insu du détenteur.>>

      Bien moins facilement qu’un chéquier ou un carte de crédit que l’on ne peut pas chiffrer de part leur nature physique.

      <<Ce qui rends structurellement cette monnaie très fragile car il n’y a personne pour vous garantir le « service » que vous échangez contre cette monnaie.>>

      Oui, exact. La gestion de la sécurité traditionnellement assurée par une banque est ici transférée à l’utilisateur.

      Cependant quand on voit le coût du dit service, la manière dont il est rendu et le fait qu’on découvre peu à peu que finalement nos éconocroques ne sont peut-être pas aussi en sécurité qu’on le pensait dans une banque normale (voyez le leverage actuel de certains de nos champions Français pour vous en convaincre), il est peut-être logique qu’on cherche à mettre quelques oeufs dans un panier alternatif.

      <<Et si on protège tout ça par mot de passe, il n’y a pas de « question secrète » qui vous permet de le remettre à zéro.>>

      L’utilisation de question secrète est hors de propos. C’est un trou de sécurité majeur.
      Vous voulez m’instruire sur la sécurité informatique et vous me parlez de phrase secrète ?
      Connaître par coeur un bon gros mot de passe, est un bon début.

      <<Et ce porte monnaie, n’importe qui peut très simplement voler .... en copiant le fichier ou même en faisant une transaction à l’insu du détenteur. >>

      Copier un fichier correctement chiffré ne donnera rien à un attaquant.
      Verrouillez votre session avant de vous éloignez de votre ordinateur.

      De plus vous pouvez posséder autant de portes-monnaie que vous le souhaitez, l’ouverture de nouveaux comptes est gratuite.

      <<en définitive, c’est bien moins sûr que la chaussette remplie de billets glissée sous le matelas. Ben oui, pour te la piquer ta chaussette, il faut se rendre sur place, fracturer la baraque et prendre le risque de se faire accueillir à coup de chevrotine.>>

      Vous savez, pendant la journée bien souvent la maison de madame Michu est vide (il faut bien aller les gagner, les bitcoin smiley )et la possession d’une arme capable de tirer de la chevrotine (aujourd’hui appelée gom’cogne) est soumise à autorisation stricte.

      <<Par contre, pour te braquer du bitcoin, pas besoin de se déplacer, un petit virus sous forme de trojan fera parfaitement l’affaire. Et d’ailleurs c’est déjà le cas, certains virus récent recherchent les porte-monnaie bitcoin qui traînent et te les piquent dans la minute qui suit. >>

      Ne jamais laisser de porte-monnaie non chiffré (l’attaquant pourra toujours récupérer un porte-monnaie chiffré, ça lui fera une belle jambe). Evitez d’utiliser cette passoire qu’est windows (toutes versions confondues), utilisez une machine dédiée avec laquelle vous éviterez tout comportement à risque (un petit netbook sous linux c’est parfait).

      <<Et j’ai même pas parlé des autres aspects qui font que ce truc là ressemble à s’y méprendre à un système pyramidal à vocation exclusivement spéculative.>>

      Ca c’est effectivemment la grande question, mais le fait que le système soit déflationniste en fait une pyramide... posée sur la pointe.

      <<ça se cassera périodiquement la gueule>>

      Et ça ce cassera la gueule par rapport à quoi ?

      Ca ce cassera la gueule pour ceux qui persistent à vouloir changer des bitcoin en euros ou en dollars pour spéculer justement. Vouloir faire cela est dans la nature humaine : complètement stupide.

      Mais pour moi tout l’intérêt est de pouvoir échanger des biens et des services sans jamais effectuer de conversion. Acheter en bitcoin, vendre en bitcoin. Utiliser une monnaie comme elle devrait l’être : comme un outil.

      << jusqu’à ce que les gouvernements s’en émeuvent et ne sifflent la fin de la partie, ce qui d’ailleurs ne devrait pas trop tarder d’après les bruits qui courent. >>

      Ils siffleront la fin de la partie pour ceux qui convertissent, les spéculateurs justement.
      Par contre pour empêcher les transactions internes, ils pourront siffler autant qu’ils voudront, cars ils n’ont toujours pas compris la nature même d’internet.

      C’est là que je commence à me dire que que les concepteurs de ce système ont vraiment pensé à tout. Mais je peux me tromper.



    • Lapalice Lapalice 19 avril 2013 19:48

      Bonjour wesson avec un peu de retard,

      Je suis plutot d’accord avec vos remarques. Bitcoin est la première « monnaie électronique » qui arrive à ce point à être connectée à la « réalité » économique. Peut être que dans 20 ans elle en aura quelques caractéristiques, mais pour le moment il est à mon avis presque insensé de parler de « marché du bitcoin » ou d’« investissement ». 

      Je pense que la comparaison avec l’or (au niveau notamment du controle que les acteurs du marché et de la société peuvent exercer sur son cours) est la plus pertinente même si évidemment ça n’est pas la même chose.

      Le Bitcoin n’a pas de valeur en soi : il ne sert, ne nous voilons pas la face, qu’à faire des transactions anonymes de faibles montant, typiquement acheter de la drogue et des armes sur silkroad. La transaction en dollars voit ses montants convertis en bitcoins, et les bitcoins acquis sont aussitôt transformés en dollars (ou euros). L’inflation étant quasiment exclue on a intérêt à garder les bitcoins longtemps, mais personne ne le fait vraiment.

      Concernant votre certitude, je ne la partage pas totalement mais l’actualité allemande (voir les déboires de bitcoin24.de) semble vous donner raison. Toutefois je pense qu’il n’y a aucune chance que Bitcoin devienne vraiment une monnaie (c’est à dire un outil de fonctionnement de l’économie ou de l’économie parallèle) dans les 20 prochaines années . 
       

      Personnellement je déconseille fortement à qui que ce soit de « placer » une part substantielle de son épargne en bitcoins, même si les gains peuvent être mirobolants. Bitcoin n’a pas été pensé pour ca.


    • Qwantix Qwantix 22 mars 2013 15:12

      Cette flambée risque d’être de courte durée puisque le Trésor américain vient de décréter que les règles relatives au blanchiment d’argent s’appliquent désormais aux « monnaies virtuelles comme Bitcoin (voir le Wall Street Journal, édition US, numéro d’aujourd’hui). Cela signifie que l’émission ou l’échange de monnaie virtuelle en ligne seront désormais réglementés de la même manière que celle de l’argent traditionnel et que les opérateurs comme Western Union seront obligés de tenir des comptes détaillés de chaque opération et de déclarer les opérations de plus de $ 10.000. En outre, les entreprises qui reçoivent des espèces sonnantes et trébuchantes en échange de monnaies virtuelles, ou tout autre intermédiaire réalisant des transactions pour compte d’autrui sera soumis à l’examen.


      • anomail 22 mars 2013 17:20

        Déclaration d’intention intéressante.

        Mais le législateur a encore pondu une loi sans comprendre les subtilités du sujet numérique.

        Comment comptent-ils auditer les comptes, si les Bitcoin ne sont jamais changés en monnaie officielle ?

        C’est ce qui en fait tout l’intérêt, tout acheter et vendre en Bitcoin.

        Sans le vouloir, ils pourraient aussi avoir rendu un grand service à Bitcoin : tuer la spéculation.

        Je finis par me demander si les concepteurs n’avaient pas pensé à tout cela.


      • Lapalice Lapalice 19 avril 2013 20:06

        Si vous avez lu les textes du Trésor américain et ceux que j’ai placés en lien dans l’article, vous verrez qu’il n’y a pas grand chose de changé.

        De plus, il faudrait définir l’émission de Bitcoins.

        Par ailleurs, la plupart des transactions sont largement en dessous des 2000 dollars...

        Au passage concernant Western Union 
        http://online.wsj.com/article/SB10001424127887324493704578431000719258048.h tml?KEYWORDS=bitcoin


      • Qwantix Qwantix 22 mars 2013 15:29

        Tout le monde n’a pas la chance d’avoir le francais comme langue maternelle...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès