Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le coût du capital

Le coût du capital

Compétitivité, productivité, rentabilité : des principes gravés dans le marbre par les tous économistes. Les entreprises doivent grandir, prospérer, gagner à tout prix. Ces fondements immuables nous permettent d'accomplir notre quête, de conquérir le Saint Graal sans qui tout s'effondrerait : la croissance. Sur la base de ces principes communément admis s'organisent les activités de production.

En suivant cette logique il apparait incontestable que le coût du travail est un facteur important de la pérénité des entreprises. On en entends souvent parler en place publique. En prenant le problème à l'envers je propose de s'interroger sur le coût du capital, notion inexistante, non sens économique. Que nous coûte le capital à nous simples humains ?

Les dieux exigent des sacrifices. Les marchés, les investisseurs, en bref le capital doivent être rassurés en toutes circonstances. Car ils président à nos destinées tels des dieux antiques terribles et fascinants nous délivrant tout ce qui fait notre fortune et notre malheur. Cette mécanique céleste ne peut pas s'arrêter : il faut continuer à produire plus, à vendre plus, à croître. C'est en remettant des cartes sur le château qu'on l'empêche de s'écrouler. En termes macro-économiques il s'agit d'une nécessité absolue : on emprunte toujours plus d'argent pour payer la dette en cours, on hypothèque le futur pour sauver le présent. Les démons de la crise et de la récession menacent. Sans croissance la longue descente aux enfers se poursuivra dans une spirale exponentielle : moins d'activité, moins de consommation, moins de recettes fiscales, toujours plus de dettes...

Pour nous, humains insignifiants au regard des dieux éternels, les conséquences sont immenses. En termes économiques elles sont bien connues depuis Marx. Le chômage maintient la pression sur les salaires, les délocalisations et la concurrence des pays émergents entretiennent la peur. Le bon peuple prie pour son salut quand les princes ajustent les taux d'intérêts pour limiter l'inflation, qui ferait fondre le gâteau si savoureux. Dans les temps anciens la religion interdisait l'usure. Mais la religion a changé : la création monétaire par la dette est aujourd'hui la pierre angulaire de l'édifice. Ses avantages sont inestimables : le capital croit en toutes circonstances : les bonnes comme les mauvaises.

L'exemple de la Grèce le montre clairement : au temps ou tout semblait aller bien l'ogre bancaire Goldman Sachs a fait beaucoup d'argent en aidant les dirigeants grecs à maquiller les comptes, tout en spéculant à la baisse dans leur dos sur leur dette et gagnant sur les deux tableaux, spécialité maison de cette banque sans foi ni loi (voire l'histoire des subprimes où ils vendaient des actifs pourris à leur clients tout en spéculant contre ces mêmes titres). Maintenant que la Grèce est ruinée c'est encore plus intéressant : on leur prête de l'argent plus cher qui va servir à rembourser ce qu'il doivent déjà. Ensuite interviennent nos institutions internationales : le FMI va les sauver nous dit on. Là ça devient particulièrement juteux : pour payer ses créanciers la Grèce doit suivre les injonctions strictes de son nouveau sauveur : privatiser tous les services publics rentables, vendre tout le patrimoine vendable : la grande braderie. Les acheteurs seront évidemment les mêmes à qui la Grèce doit de l'argent. Toute la population en pâtit : austérité donc baisse des salaires et des aides sociales, ruine des services publics : la note est salée, et pour longtemps. Tout est remarquablement organisé : les enfants apprennent même à l'école que le FMI, ce bras armé des pillards de grand chemin, sert à aider les pays en difficulté.

L'ampleur du pillage est sans égal. Des pays riches en matière première et mis sous tutelle par ces institutions - FMI, Banque Mondiale et consorts - sont impitoyablement exploités à leur dépends. Leur population reste pauvre, et là bas les conséquences prenent une autre dimension que dans la confortable Europe : beaucoup de gens en meurent, directement ou non. La guerre sert souvent à défendre les intérêts des multinationales, sous des prétextes humanistes auquels personne ne croit. L'argent, ce nectar des dieux, nous coute cher à nous simples humains, très cher.

Le conditionnement éducatif et médiatique, nouvel opium du peuple, permet de faire tenir l'édifice. Le monde de Tf1 rassure, les sondages convainquent, la messe est dite tous les jours à 20h, et la vérité définie. Les techniques de fabrication du consentement ont bien évolué depuis Goebbels. Sans m'étendre je donnerais un exemple : la peur. Quelqu'un qui a peur acceptera tout ce qui pourra lui être présenté comme une solution à son problème. Insécurité, immigration, chômage sont des thèmes récurrents matraqués chaque jour par les médias dominants.

Le coût du capital est aussi environnemental, chacun en connait les effets. Surconsommation, civilisation du jettable, surexploitation des ressources, pollution, etc...

Dernier point et non des moindres : le coût culturel et philosophique. Les principes qui sous-tendent le mode d'organisation actuel du monde appauvrissent l'homme. Compétition et individualisme forcené forment les bases morales indispensables à l'émancipation du capital. Solidarité, empathie, respect : ces notions contre-productives sont conservées à titre purement décoratif, pour garder un peu de peinture propre sur la façade de l'usine. Résultat : nos maîtres à penser sont des pantins mesquins et sans envergure, et on se retrouve avec des philosophes de supermarché à la BHL, qui passe son temps à s'autocongratuler en se comparant avec les plus grands écrivains. Les idées s'appauvrissent, la pensée se canalise. L'ignorance et le dogme bouchent l'horizon de la liberté.


Tout changement durable commencera nécessairement par une refondation des valeurs. Les dieux ne mourront que si la foi se perd.


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • AntoineR 7 juin 2011 12:24

    Brillant.
    On pourrait aussi rajouter le coût du capital sur la politique et la démocratie.


    • devphil30 devphil30 7 juin 2011 14:49


      Très bonne approche et analyse.

       J’aime beaucoup le ton et la metaphore employée

      C’est brillant comme cela a déjà été ecris

      Philippe


      • jef88 jef88 7 juin 2011 16:11

        Le conditionnement initié par le communisme depuis 1917 peut se résumer ainsi ; mort aux patrons.

        Mais beaucoup n’ont jamais fait la différence entre le patron humain et la patron organisme financier. la loi du plus fort étant , bien entendu la meilleure, on a cassé les PME qui avaient leurs défauts mais qui étaient proches de leurs salariés..... Même si les salariés n’appréciaient pas.

        Ce qui devrait être éradiqué c’est la finance, non pa la banque qui gère un compte et préte mais le système de holding et de conglomérats


        • calimero 7 juin 2011 17:15

          Content que vous ayez apprécié ma petite diatribe en forme d’analogie.

          J’aurais pu aller plus loin en évoquant le nucléaire, énergie issue de la loi de la rentabilité en temps que principe primordial. Encore deux ou trois explosions de centrales et on pourrait bien assister à un hiver nucléaire global. Des espèces résistantes et douées de grandes capacités d’adaptation comme certains insectes y survivraient peut-être, s’interrogeant dans quelques millions d’années sur ce qui a bien pu amener ces étranges dinosaures bipèdes à dévaster totalement leur biotope...


          • Frabri 8 juin 2011 00:26

            « compétition et individualisme » et matérialisme forcené forment les bases morales indispensables a l’émancipation du capital.

            Parmi les alternatives il y a le « retour du religieux »

            http://www.bing.com/search?q=%22retour+du+religieux%22&go=&form=QBLH&filt=all&qs=n&sk=

            « Les religions sont comme des routes différentes qui convergent vers un même point ». gandhi

            http://www.terre-du-ciel.fr/qui_sommes_nous.htm

            http://www.youtube.com/watch?v=rdSJwXF-WKE&feature=player_embedded# !


            • melody vers melody vers 8 juin 2011 02:54

              Très bonne idée cet article. Le conditionnement par la fabrique du consentement ne pose jamais la question du coût du capital pour l’humanité. Et si on inversait les priorités ? smiley


              • JL JL 8 juin 2011 09:21

                Très bon point de vue.

                « De quoi Ubu est-il fondamentalement la figure ? Du despote parasitaire. Avant l’Etat fiscal, il y a eu la servitude féodale… et après lui il y a la prédation actionnariale. …Quelle est la puissance despotique d’aujourd’hui qui soumet absolument le corps social et le laisse exsangue d’avoir capté la substance de son effort ? Certainement pas l’Etat – dont on rappellera au passage qu’il restitue en prestations collectives l’ensemble de ses prélèvements… – mais le système bancaire-actionnaire qui, lui, conserve unilatéralement le produit intégral de ses captations. » (Frédéric Lordon)


                • JL JL 8 juin 2011 09:22

                  "Une réussite grandiose de la démocratie, d’avoir su « obtenir sans violence ce que les États totalitaires obtiennent par le bâton ». (Chomsky)


                • Jacques Raffin Jacques Raffin 8 juin 2011 11:19

                  Bien parlé !
                  Cette refondation des valeurs, à laquelle tant de gens aspirent, j’ai proposé quelque part de l’appeler « Révaluation ».
                  Allez !
                  Vive la Révaluation !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

calimero


Voir ses articles







Palmarès