Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le crépuscule socialiste de Julien Dray

Le crépuscule socialiste de Julien Dray

La mine renfrognée, mais non sans un certain plaisir, Julien Dray règle ses comptes par vidéo et prestations interposées dans les médias. Le député de l’Essonne s’est engagé dans un drôle de jeu. Vacheries sur certains ex-amis accusés au mieux de ne pas l’avoir soutenus, et de l’autre, engagement trés discret dans la campagne des régionales alors qu’il s’est battu pour être tête de liste dans son département.

Le vent du boulet n’est pas passé bien loin. Un simple “rappel à la loi” évite les tourments d’un procès mais lave moins blanc qu’un jugement, compte tenu de l’extrême porosité entre le parquet et le pouvoir politique. Dans un sens comme dans l’autre la procédure d’enquête hors normes tout comme le coup de baguette magique d’effacement des soupçons laissent dubitatif.

Seule certitude, les bidouilles financières de Juju, ont durablement altéré son image. Comment en effet vouloir incarner l’aile gauche du PS et en même temps avoir un goût ostensible pour le luxe et l’argent ? “Cet argent qui pourrit jusqu’à la conscience des hommes“ comme l’avait écrit François Mitterrand en 1971. Julien Dray apporte une réponse qui témoigne d’un dialogue de sourds.

De fait au fil des ans Julien Dray s’est parfaitement coulé dans le costume du politique, pas forcément au sens le plus noble du terme. Dray, c’est l’homme des bons et des mauvais coups, celui qui va tirer les ficelles de structures satellites SOS Racisme, la Fidl. Celui qui va repérer et faire émerger les futurs apparatchiks théoriquement redevables à leur mentor. C’est bien là, tout le problème de Julien Dray. Ne pas apparaître comme le porteur d’une ligne idéologique mais, comme celui d’un directeur d’une école des cadres qui enseigne plus la prise des pouvoirs que la réflexion et l’avancée politique dans la vie courante des citoyens.

Ses dernières attaques témoignent d’une rancœur à l’égard de redevables amnésiques. A l’exemple de sa tirade vidéo (cf vidéo 2) à l’encontre d’Harlem Désir qu’il accuse de s’être retourné contre lui parce qu’il n’avait pas obtenu le poste de secrétaire national à l’Europe qu’il espérait. “Maintenant, il est devenu porte-flingue de Bertrand Delanoë, tu parles d’une trajectoire”. (…) Il s’est enfermé dans un rôle d’apparatchik”, accuse le député de l’Essonne incapable de voir qu’il en est lui-même une caricature notamment quand il se comporte en propriétaire d’un territoire, l’Essonne, et des mandats qui vont avec.

Par presse interposée “ses amis” lui répondent. C’est ici et .

Sur France inter (cf vidéo 1), Julien Dray dit vouloir en “rester là” et ne pas devenir “le tonton flingueur du PS“. Sur les origines de son affaire, il estime qu’il s’agit d’une dénonciation à la brigade financière venant de son propre camp à l’été 2008. Christophe Ginisty sur son blog   avance qu’il s’agit de Malek Boutih : “Le candidat initialement envisagé pour le secrétariat d’État chargé de la politique de la Ville était un autre socialiste issu de la diversité, Malek Boutih. C’est Julien Dray qui a suggéré à son ami Sarkozy que ce n’était pas forcément un très bon choix et qu’il serait plus judicieux de choisir Fadela Amara“.

A sa décharge, Julien Dray est un affectif, tout comme Nicolas Sarkozy. Les deux hommes s’apprécient. Conséquence peut être d’une amitié improbable née de la fonction de chargé de la sécurité confiée par le PS à Julien Dray sur la période 1997-2003. Autre point commun avec le chef de l’Etat un réel nombrilisme et une place omniprésente de l’affect.

Julien Dray a besoin qu’on lui dise qu’on l’aime et qu’on reconnaisse sa valeur. L’homme de l’Essonne a toujours en travers de la gorge le refus de Lionel Jospin d’en faire un ministre tout comme plus récemment, le silence assourdissant de Martine Aubry pendant son lynchage médiatique. Un camouflet réitéré avec une absence de suite donnée à sa demande d’entretien après la décision du parquet.

Le 18 décembre, au lendemain de la décision de la justice de ne pas le renvoyer en correctionnelle, Julien Dray déclarait vouloir reprendre sa place au Parti socialiste (PS). Son problème, c’est que personne ne la lui a gardé. Le temps des Potes est bien fini. Celui d’un rapprochement avec Robert Hue se dessine.

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • morice morice 9 janvier 2010 11:09

    chute de baron, visiblement.... ça et les déboires du fils Fabius.. on attend avec impatience les photos chaudes promises par Lefebvre.... trouvez pas qu’avec les vols d’ordi ça commence à faire beaucoup de choses qui se.... ressemblent ?? A président petit, basse politique  ??? retour des officines, ça sent à plein nez cette suite de choses... DSK à intérêt à s’acheter une ceinture de chasteté....



    • Alpo47 Alpo47 9 janvier 2010 11:11

      Avec J.Dray, on a le prototype du « politicard », dans le plus mauvais sens du terme. Rassurons le tout de suite, il est en bonne (nombreuse) compagnie.

      Carrièriste, on le découvre également soucieux surtout d’enrichissement personnel, de luxe, de paraître et de changements de cap pour rester proche du pouvoir, et ...infiniment loin de ceux qu’il prétend défendre.
      Lorsqu’on lit ou entend, les chiffres de ses revenus ou dépenses, on peut, se demander comment cet homme là, ose encore se présenter devant ses électeurs, en se prétendant homme de gauche, défenseur des salariés et de solidarité ... L’UMP lui irait si bien...

      On peut cependant dire qu’il est le digne représentant de notre époque, où les « élites » politiques, cherchent avant tout, à « faire carrière », évoluant au fil du temps et des instructions de leurs maîtres, les élites financières...

      Il y a longtemps que lui et ses semblables, ont perdu le contact avec la réalité de la société, et des 95% de la population .


      • Alpo47 Alpo47 9 janvier 2010 11:55

        Si vous faites allusion à mon commentaire, je ne crois pas avoir parlé du PS.
        Des politicards comme Dray, il y en a partout, c’est évident.
        Sinon, qu’à droite, ils revendiquent la défense des entrepreneurs, de l’enrichissement personnel..avancent souvent à visage découvert. Bon... parfois.
         A priori, les valeurs de gauche seraient plus dans la solidarité et le ... « Tous ensemble ».
        Dray, comme Lang, DSK et consorts, n’est à gauche que par opportunisme.
        C’est, de mon point de vue, ce qui en fait davantage une cible.


      • Alpo47 Alpo47 9 janvier 2010 18:16

        Salut !
        Les affairistes-corrompus se sont emparés des commandes, alors, le monde va basculer ... ou pas.
        Je pense qu’à un moment donné, très bientôt, chacun de nous aura un (des) choix à faire ...
        Ce sera surement le plus important de toutes nos vies ...
        Et il n’y aura qu’une courte « fenêtre » de temps pour le faire.


      • jps jps 9 janvier 2010 11:55

        N’oublions pas que Julien Dray n’a pas été innocenté car justement il lui a été fait un rappel à la loi. Cette mansuétude provient-elle de la prise de position de Julien Dray en faveur du fils sarkozy ? Rappel à la loi pour les moyens d’acquisition d’une montre de 7000€ .


        • Fergus Fergus 9 janvier 2010 13:02

          Vous avez raison, JPS, un « rappel à la loi » n’est pas la reconnaissance d’une innocence, mais une sanction de premier niveau. Les magistrats ont d’ailleurs reconnu en marge de ce rappel à la loi que Dray n’avait évité la correctionnelle qu’en raison du faible montant des sommes concernées. Un argument, soit dit en passant, un peu curieux si on le compare avec le sort réservé à des petits délinquants qui, eux, sont bel et jugés (et condamnés) pour bien moins que cela.

          Compte tenu du déroulement de l’affaire et des faits qui ont été portés à la connaissance du public, Dray, plutôt que de se répandre dans les médias, aurait mieux fait d’adopter un profil bas que son goût compulsif pour le luxe aurait à lui seul justifié !


        • Asp Explorer Asp Explorer 9 janvier 2010 13:40

          Ce pauvre Dray est bien le seul à ne pas avoir compris que sa carrière était terminée. Car franchement, qui va voter pour lui maintenant ? On se fout bien de ses démêlées judiciaires, le fait est, et restera, que ce monsieur fait des revenus indécents dont la provenance est sujette à interrogation et je doute que ses électeurs le lui pardonnent. Il est grand temps que ce monsieur se trouve un autre métier et cesse d’être un boulet pour le PS.


          • Bobland59 Bobland59 9 janvier 2010 15:52

            Vous avez bien raison, c’est un boulet pour le PS . Je ne vois qu’une seule issue pour ce triste sire c’est son copinage avec sarko et donc pourquoi pas un futur lauréat à l’ouverture .
            Mais qu’il le dise franchement, et surtout avant les élections de ce printemps . Je suis bien heureux a ne pas devoir voter en RP . Il y a des taches partout, mais celle là se voit plus que d’autres . :->


          • L. D. T. L. D. T. 9 janvier 2010 18:47

            Juju est mort.
            Je trouverais ça triste si sa seule création n’avait été SOS Racisme et la compagnie des joyeux inquisiteurs casse-cou***les. On peut aussi mettre à son crédit la com du PS, et d’avoir réussi à être l’oreille de Gogolène et de Flançois.
            Tout de même, mourir étranglé par sa Rolex...


            • 140437 9 janvier 2010 19:01

               J.Dray apparait comme le « politicard », chimiquement pur. Soucieux de bling bling et de faire son beurre, il aime tant le luxe !! C’est un socialiste à la Eric Besson et en plus il serait copain avec notre omniprésident, c’est tout dire !!!
               En plus, prétendre se faire élire !!! qui va voter pour lui ?? Il doit comprendre qu’il est temps de partir de la scène politique ; il n’est plus crédible


              • Kim Kim 9 janvier 2010 20:17

                Il est fort probable que si les membres du PS, à part un très petit nombre, ne l’on pas soutenu pendant ses déboires juridiques c’est qu’il connaissaient bien le bonhomme et de quoi il était capable. Si Draï avait eu la réputation d’une personne intègre ils l’auraient soutenu sans réserve.


                • tvargentine.com lerma 9 janvier 2010 20:24

                  Qui ira voter pour cet individu qui se prétendait de gauche ?

                  Il est vice président de la région Ile de France mais rappelons que le Président de la région a été condamné (JEAN PAUL HUCHON) pour prise illègale d’interêt

                  Certain ici,vont se mettre à comparer des tibéri-de droite avec des « tibéri de gauche »

                  Mais ,la gauche n’a pas à accepter dans ses rangs des voyoux en col blanc qui n’ont qu’un seul programme : le pognon et l’enrichissement personnel

                  Nous devons sanctionner ce « PS » aux régionales afin de permettre la rénovation du PS et nous débarasser de ces corrompus

                  Si nous voulons un vrai candidat de gauche pour 2012,nous devons sacrifier 2010 en supprimant ce parti devenu un ramassi d’opportunistes, de crabes et de corrompus

                  http://www.tvargentine.com






                  • joelim joelim 9 janvier 2010 20:59

                    Le cas Julien Dray montre que les partis politiques devraient faire le ménage chez eux s’ils ne veulent que les électeurs les boudent (définitivement).


                    • Jean-paul 10 janvier 2010 03:13

                      @ reveil
                      C’est quelle France que tu supportes qu’on rit un peu .


                    • Booboo Booboo 9 janvier 2010 22:31

                      Pourquoi ne pas réunir tous les juifs sionistes de droite et de gauche dans un seul parti ?

                      Jospin, Hollande, Hirsch, Borloo, Kouchner, Sarkozy, Dray, Woerth, Balladur, Buffet, ... ça ira plus vite.
                      Même chose avec la télévision. 


                      • Arcane 2 février 2010 23:30

                        Avec une étoile jaune sur la poitrine ? smiley

                      • Pnyx - Daniel 11 janvier 2010 17:01

                        Vu à ce sujet un coup de gueule salutaire par Politeia sur Le Post :

                        « Juju, t’en fais pas un peu trop ? »

                        http://www.lepost.fr/article/2010/01/11/1881198_juju-t-en-fais-pas-un-peu-trop.html

                        qui, au delà de l’interpellation de Julien Dray, remet, je trouve, dans une juste perspective politique les enjeux de ce dossier.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

PS


Palmarès