Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Le CV anonyme est-il mauvais par principe ?

Le CV anonyme est-il mauvais par principe ?

Roger Fauroux, ancien ministre socialiste de l’Industrie sous le gouvernement Rocard, a écrit un rapport sur la lutte contre les discriminations au travail. Il y insiste sur le fait que la discrimination est un problème de mentalité et non de loi. Il préconise des campagnes de sensibilisation et des mesures « tendant à objectiver les modes de recrutement » : « sur les CV on indique pratiquer la voile et aimer les voyages, alors que dans les pays anglo-saxons ce sont les qualités professionnelles qui comptent ». De même, le recrutement des sapeurs-pompiers comprend des tests de culture générale et d’histoire de France alors que l’habileté d’un candidat pour le poste n’est pas testée. Le projet de loi pour l’égalité des chances débattue au Sénat cette semaine est l’occasion de déclencher une action publique d’intérêt général dans ce domaine.

Les arguments invoqués à l’encontre du traitement anonyme des CV ne résistent pas à l’examen. Faut-il se présenter cagoulés ? Il s’agit de traiter de façon anonyme le CV en vue d’une sélection objective des candidats pour le premier entretien (crucial) d’embauche, pas de recruter à l’aveugle. Une gestion trop lourde pour les entreprises ? AXA a décidé de rendre anonymes les seules candidatures saisies sur leur site Internet, soit 500 recrutements par an. Une autre entreprise a chargé une personne du service des ressources humaines de l’ «  anonymisation » des CV, ce qui exige moins d’une minutes par jour par CV. Le logiciel Léa (gestion des flux de CV) de la société E-manation permet de générer automatiquement des documents anonymes à partir des CV reçus sous format électronique.

La pensée magique sévit encore : le recours au CV anonyme n’est pas LA solution qui va régler tous les problèmes. Peugeot-Citroën l’a essayé avec des résultats contrastés et se tourne vers l’« auto-testing  ». Mais, selon le rapport Fauroux : « Il ne fait pas de doute que l’anonymat conduira, dans certains secteurs, à sélectionner pour un entretien des candidats qui étaient auparavant écartés pour des motifs discriminatoires. Les testings effectués par l’Observatoire des discriminations montrent suffisamment l’ampleur de cette mise à l’écart sur les seules données personnelles figurant dans les CV des candidats. Il est vraisemblable aussi que les candidats sélectionnés par ce biais seront reçus en entretien [...].Pour les entreprises, l’augmentation du nombre d’entretiens avec des candidats issus de l’immigration peut permettre une double prise de conscience : 1/ de pratiques discriminatoires antérieures, 2/ que ces candidats présentent les mêmes profils et les mêmes compétences que les personnes qu’elles recrutent habituellement. Pour les publics concernés, l’entretien est en soi un exercice utile et constitue surtout l’occasion de faire enfin valoir son envie et sa motivation. Combinés, ces bénéfices sont susceptibles de mettre un terme à une discrimination systémique consistant à écarter, un peu par habitude et sans réelle conscience de l’interdit, tous ceux dont le profil personnel s’éloigne de celui du candidat de référence. »

La discrimination est réelle. M. Jean-François Amadieu, directeur du Centre d’étude et de recherche sur les organisations et les relations sociales, le CEGORS, devant la commission des lois. Compte rendu de son audition : « par rapport à un homme français "de souche" de 28 ans, une personne handicapée a 15 fois moins de chances d’être retenue pour un entretien d’embauche, un homme d’origine marocaine 5 fois moins, une personne âgée de 50 ans 4 fois moins, et que de semblables discriminations touchent les personnes au physique disgracieux ou résidant dans un quartier en difficulté. » Le cabinet de recrutement Gavand Consultants reconnaît que le problème ne date pas d’hier, à cause du tabou de la discrimination « dans les entreprises drapées dans la culture de l’égalité républicaine ». La prise de conscience actuelle vient de la mondialisation : en raison des recrutements internationaux croissants, nous nous apercevons que le problème est plus accentué en France que dans les pays anglo-saxons !

Pourquoi ? Nous l’avons montré souvent, la France est égalitaire en principe mais structurée de fait en castes qui s’ignorent et s’isolent. Le poids des réseaux n’est pas un vain mot dans les recrutements d’un certain niveau ; à la base aussi, « la motivation » à s’intégrer dans les groupes joue aussi largement un rôle d’« entre-soi ». L’Education nationale fait comme si le problème n’existait pas et n’adapte en rien les filières de formation afin de limiter la sélection par les seules maths ou par l’aisance culturelle familiale. L’orientation est considérée comme une liste administrative à proposer, pas comme une démarche à entreprendre. Même chose à l’ANPE où la seule chose qui intéresse le « conseiller » est de savoir si vous avez «  droit » ou non. Pour la recherche, débrouillez vous, sauf si vous ne savez ni lire ni écrire.

Il n’y a pas au Royaume-Uni de traitement préférentiel des candidats en fonction de leur identité ethnique à l’étape de la sélection. Les entreprises et depuis 5 ans les employeurs du secteur public s’efforcent de susciter davantage de candidatures des minorités et elles sont plus généralement incitées à le faire. L’usage veut surtout que le savoir-faire pratique du métier compte bien plus que les diplômes acquis à 16 ou 20 ans. Du fait que l’exemple vient des pays anglo-saxons et que l’initiative de la loi vient du gouvernement de Villepin, faudrait-il le rejeter en bloc sans examiner sa pertinence ? Il y a de la mauvaise foi chez beaucoup d’opposants « par principe ». Beaucoup de mépris pour l’intérêt du plus grand nombre.


Moyenne des avis sur cet article :  4.61/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • La libre pens ? (---.---.235.138) 11 mars 2006 00:42

    Apr ?le CV anonyme, l’entretien d’embauche anonyme !


    • Philibert - Claude (---.---.111.163) 11 mars 2006 14:25

      Je n’arrive pas à comprendre comment fonctionne le CV anonyme. Je suis jeune étudiant,études supérieures. J’ai des diplômes supérieurs Bac +5 et plus. J’ai quelques expériences professionnelles. Je suis honnête, j’envoie à l’employeur un CV anonyme conforme à mes capacités. Parfait. Comment peut-il me contacter du moment qu’il est anonyme. S’il n’a aucune références sur ma personne, il lui est impossible de savoir qui je suis. Je dois bien donner un nom, prénom et adresse, pour qu’il me contacte. A moins que je sois un N°.

      Si je suis malhonnète, je n’ai pas les qualifications voulues, mais je veux cet emploi. Un CV anonyme tout beau et tout parfait créé de toute pièce. l’employeur est ravi, je corresponds à ses critères. Supposons qu’il me convoque. Il est bien obligé de me voir, de connaitre mon nom, mon adresse et voir mes dipômes si réellement je dis vrai. Dans ces considérations, il ne me convoquera pas tout seul. Il y aura d’autres candidas qui correspondront aux mêmes critères. Sur le choix, il prendra celui qu’il voudra.

      Je ne vois pas comment on peut employer une personne sans le connaitre, le voir et le tester.

      S’il veut faire un choix arbitraire, il le pourra. A égalité de diplômes, de capacités, de savoir faire et de comportement, il choisira celui qu’il veut. s’il veut faire de la discrimination, il pourra le faire tout autant que celui qui a envoyé un CV normal avec photo et nom, comme par le passé.

      En conclusion, j’aimerai savoir comment en tant qu’employeur, je pourrai employé une personne sans la connaitre.

      Dans mes emplois passés, j’ai présenté des CV, mais avant d’être retenu, j’ai eu un entretien avec un responsable des relations humaines.

      C’est bon ou mauvais, je ne le sais pas. Je ne suis pas seul. Pour un même emploi, il peut y avoir dix, vingt, trente et plus candidats.( black, blanc, beur ) Que je sache, il est libre de choisir le candidat qu’il lui plait. Les autres sont écartés.

      Expliquez-moi, le comment et le pourquoi.


      • kirikou (---.---.36.236) 11 mars 2006 14:45

        Il est étonnant de votre part que vous n’ayez pas compris cette article... On parle de CV anonyme afin de permettre a tous de pouvoir prouver leur motivation et leur compétence et pas de recrutement anonyme.

        Il faudrait pour cela reconnaitre que certain recruteur sont juste empétré dans des habitudes qui leurs font trier les cv sur de mauvais arguments.

        Si les gens sont ressus sur la base de ce qu’ils ont fait, à eux ensuite de le justifier en face à face et de montrer leur motivation.

        Je suis aujourd’hui recruteur et j’ai par le passé été victime de cette discrimination.

        Je suis diplomé d’ecole de commerce, parle anglais, espagnol et japonnais - possèdait une expérience faites durant mes stages et travaux pour payer mes etudes lors de ma sortie d’ecole et major de promo... mais voila je suis issus d’une classe sociale « défavorisés » parents ouvrier et nés en banlieux... et noir avec ça ...

        oui je sais je cherche les problèmes.. lol

        Et bien croyez le ou non mais j’ai eu moins d’entretien que tous mes camarades et même lorsque mon cv etait envoyés dans la même entreprises a des fins de testing.

        Doit je en déduire que ces entreprises préfèrais un type moins « bon ».

        Avec ce type de pratique j’aurais au moins pu obtenir un entretien qui m’aurait permis comme c’a a presque toujours été le cas, de montrer mes compétences, de me démarquer de ceux à qui on m’amalgame par a priori et d’obtenir le poste...

        J’espère que cette explication pourra vous aider a comprendre...


      • Christophe (---.---.13.243) 26 mars 2006 19:08

        On peut imaginer une structure intermédiaire qui fait l’interface entre vous et votre (futur) employeur (cf. e-manation dans l’article). Pour que çà marche, il faut bien sûr qu’elle garantisse votre anonymat !


      • kirikou (---.---.36.236) 11 mars 2006 14:33

        Je suis bien d’accord avec vous Argoul. Mais il semblerait que nous soyons dans une société non pas de méritocratie mais de mediocratie. Et ce, car certaines personnes jugent plus au faciès qu’au compétences. Et cela est représentatifs de cette affaire, sous prétexte que cette proposition emane de M. de Villepin qui a proposé quelques inepties au regard générale, on refuse de lui laisser sa chance. N’est ce pas le même reflexe qui porte a dire qu’un jeune de milieu défavorisé ne peut pas etre une bonne graine au vu des evennements montrés par une minorité. Ou encore qu’une femme sera forcément moins productive car potentiellement enceinte et prises par des occupations domestiques...

        A force de ne pas regarder les choses en faces, nous sommes condamnés à les subir...


        • Philibert - Claude (---.---.126.173) 11 mars 2006 15:02

          Je suis tout a fait d’accord sur la motivation et je veux prouver mes compétances quelque soit ma personne. OK d’accord, je vois que l’entreprise voit dans mon CV anonyme, une volonté affichée d’être un des leurs et de vouloir faire progresser la société qui est suceptible de m’embaucher. J’ai un bon bagou, et par écrit je laisse l’impression d’être un bon élément. Parfait,je suis reçu. L’entretien pour moi parait comcluant. Mais je ne suis pas seul. En dernier ressort, l’empoyeur choisira celui qu’il veut.

          Il faut considérer que l’employeur soit honnête et juste. S’il voit différenment, le problème est le même. Il vous aura reçu, bien accueilli, mais il fera le choix qu’il veut, s’il a plusieurs candidats au même poste avec la même volonté.

          En fait, cela revient au même. Pour chosir il faut voir, connaitre et savoir.

          Ce n’est pas l’Etat qui a dire à l’employeur. Il faut un cota de blancs, de beurs, de blacks, sinon vous m’embauchez pas.

          Je n’ai certainement pas la science infuse, mais je vois comme le chat, on se mord la queue.


          • kirikou (---.---.36.236) 11 mars 2006 15:17

            Il faut un début a tout.

            Et si au moins on peut obtenir l’entretien c’est un bon début. Cela permet au recruteur de sortir de son ignorance ou au moins de sa lethargie en s’apercevant qu’il y a des bons partout et que ses critères de recrutement etaient peut etre etriqué. Et cela permet au canidat de se rassurer et de s’ameliorer en se confrontant à la réalité du marché.

            Alors oui il prendra peut etre quelqu’un d’autres, mais le candidats aura eu sa chance.

            Et à force de jouer on finit par gagner...


          • Christophe (---.---.13.243) 26 mars 2006 19:17

            Oui, mais l’employeur n’est pas toujours honnête. Et c’est bien à cause de çà qu’il faut des lois, et pourquoi pas des quotas ?

            Personnellement, je n’y vois rien de choquant. C’est juste une façon légale d’imposer (puisqu’il le faut) une certaine équité dans les ressources humaines. Je suis d’accord, c’est dommage d’en arriver là.


          • Philibert - Claude (---.---.126.173) 11 mars 2006 15:32

            OK d’accord Kirikou. Parfait. Ce CV anonyme est je pense identifié par un N° ou une inscription quelque part soit au Service de l’Emploi ou dans un autre service. L’employeur convoque le N° X ou Y pour un entretien. S’il ne veut pas de qui ont veut, mais préférant une autre, le problème sera le même. Cette personne par rapport au passé ne sera pas écartée d’office, mais certainement aura plus de chance maintenant qu’avant. C’est probable, mais il lui sera toujours difficile d’être préféré à un autre. Cela toujours dans la mesure où l’employeur joue le jeu. Combien sont-ils. Personne ne le sait. Seul lui pourra dire, Je préfère cette personne que cette autre, même si l’autre est meilleure cette personne.

            Ce qui revient à dire. Il faut jouer avec l’honnêteté morale de l’employeur. Cela est un autre problème, dans le contexte actuel.

            Ai-je raison, je ne le sais pas. J’analyse d’une manière peu objective, mais je crois réaliste.


            • kirikou (---.---.36.236) 11 mars 2006 22:39

              Là vous faites un procès d’intention de type marxiste... Qui consiste a dire que tous les patrons sont forcement mechants et immoraux...

              Je suis aussi recruteur et malgres ce que j’ai vécu je fais parfois preuve de discrimination, sans y preter attention et je suis sur que le cv anonyme permet de changer les mentalités. Il ne faut pas lui donner l’objectif de regler les problemes de discriminations a lui seul, mais simplement de faire evoluer les mentalités...

              Et je pense aussi etre realiste...


            • Christophe (---.---.58.18) 11 mars 2006 17:58

              Très bon article.

              Comme l’explique bien Argoul, le CV anonyme ne permet qu’une et une seule chose : passer la première barrière qui peut mener à l’emploi, aboutir au premier entretien d’embauche.

              Ce qui reste certains est qu’en rejetant les CV qui ne sont pas en conformité avec un certain standard, point d’entretien et donc aucune chance d’obtenir ledit emploi.

              Le point fort, à mon sens, du CV anonyme consiste à lutter contre cette première barrière de préconception. Ainsi, le recruteur remarquera-t-il que pour des connaissances données, il existe des personnes ne correspondant pas au standard actuel qui détiennent les compétences en adéquation avec ce que l’employeur recherche. Après, certes, le recruteur devra choisir. Même si cette démarche ne porte pas ses fruits immédiatement (ce qui n’est nullement certain), elle aura au moins l’avantage d’influencer la culture du recrutement dans le temps.

              Il faut donc mesurer le CV anonyme dans son champs d’action et ne pas attendre de lui une résolution d’un problème plus étendu.


              • Jacques FROISSANT Altaïde (---.---.178.8) 12 mars 2006 22:26

                Présenté par le Sénat contre l’avis du gouvernement, sans attendre le résultat des travaux des partenaires sociaux sur les discriminations à l’embauche, l’amendement qui inscrit le CV Anonyme dans le Code du Travail vient d’être validé (Source Le Monde, Libération,...) dans le cadre du projet de loi sur l’égalité des chances. Projet dans lequel se trouve le CPE aussi (sur


                • Yaarg (---.---.110.97) 12 mars 2006 22:35

                  Pourquoi pas ?

                  CV anonyme > entretien d’ambauche anonyme > travail anonyme...

                  Dans certains secteurs c’est possible (télétravail ?)


                  • patricemorize (---.---.200.108) 12 mars 2006 23:10

                    Le CV anonyme est une monumentale connerie de téchnocrates ,apparament ces gens soit ils sont élus , soit ils ont passé un concourt ,mais jamais ils n’ont pensé que aprés le p>


                    • Math (---.---.83.204) 13 mars 2006 21:21

                      le cv anonyme c’est une fuite en avant et c’est fraire croire aux gens que la procedure d’embauche ce limiterait à une simple séléction de cv ! en fait ce qui serait étonnant dans cette affaire c’est que le cv ne soit pas discriminatoire. c’est vrai par definition, tout, absolument tout sur un cv peut etre discriminatoire !! enlever le nom ? pourquoi pas. mais c’est en oubliant que l’expérience a déjà été tentée dans d’autres pays sans de véritable succé. le cv sert juste a faire un premier tri, apres il faut encore passer l’entretien d’embauche et là on se rendra bien compte de la couleur de peau ou d’origines quelconques.


                      • argoul (---.---.18.97) 13 mars 2006 22:13

                        A lire les commentateurs, deux remarques sautent aux yeux : 1/ il faudrait commencer par bien lire ce qui est écrit. Cela s’apprend, je craisn que beaucoup aient sauté cette partie à l’école... 2/ à vous entendre, comme ça « changera rien » yaka ne rien faire. C’est bien sûr ce genre d’attitude qui va améliorer la situation !

                        Je PRECISE donc :

                        Le CV n’est pas "anonyme de A jusqu’à Z, il est anonyme pour la sélection via les annonces ou internet ; le seul téléphone ou le choix d’un pseudonyme (neutre SVP !) ne dit PAS qui est à l’autre bout.

                        La fonction de cet anonymat AU DEPART est de mettre tout le monde sur la même ligne - égalité des chances. Ensuite, évidemment qu’il y aura sélection, surtout s’il y a 43 candidats pour 1 seul poste !

                        Mais la rencontre réelle se fera lors d’un rendez-vous, pas sur un papier « ciblé » sur un tri bureaucratiques par avance. Les candidats qui sauront montrer ce qu’ils valent, exposer leurs compétences et leur bagout auront une meilleure chance que par le simple tri au vu du nom. Là, il faudra se vendre, comme partout. L’embauche privée n’est pas un concours administratif !

                        Les expériences à l’étranger MONTRENT que le savoir-faire - s’il réussit à être présenté directement au recruteur - séduit plus que la liste (éventuellement interminable) des diplômes et stages...

                        Ce que je ne réussis pas à comprendre est que le débat qui a actuellement cours au Parlement, documenté, posé, sérieux, soit considéré d’office comme « sans utilité » par les commentateurs. Vaudrait-il mieux laisser faire ? Surtout ne rien bouger ?

                        C’est avec des frilosités comme ça qu’on ne risque pas d’évoluer !

                        Rappel : tous ces arguments sont DEJA ECRITS dans l’article. Pourquoi ai-je la nécessité de les répéter ? Vous êtes sûrs que vous avez les qualités nécessaires pour bien vous présenter à un entretien d’embauche ? Il faudrait déjà, pour être sûr de correspondre au profil, lire correctement l’annonce...


                        • On_s_en_mele (---.---.40.24) 14 mars 2006 00:00

                          Très bon article, merci. Effectivement, l’avantage du CV anonyme est d’éviter toute discrimation avant l’entretien, donc de permettre l’accès à ce fameux entretien au cours duquel on pourra faire valoir ses compétences. Le CV anonyme évite également d’aficher son âge, ce qui est très important lorsqu’une personne de plus de 50 ans recherche du travail. Entièrement d’accord avec vous sur l’habitude, en France, de raconter ses loisirs. Lire et marcher n’ont jamais incité un patron à vous recruter. En revanche, je pense qu’une personne pratiquant un sport à un niveau compétition a des atouts si elle le précise. Il est une autre manie, en France, de demander une lettre de motivation manuscrite : est-ce pour la graphologie ? est-ce pour vérifier les compétences en orthographe pour certains postes ? Elle ne devrait être exigée que dans ce cas.


                          • argoul (---.---.18.97) 14 mars 2006 09:44

                            Oui, la graphologie fait partie de ces méthodes « ésotériques » pratiquées en France seulement (pays des Lumières dit-on). Cela choque fortement les Anglais par exemple et laissent ébahis les Américains qui préfèrent vous demander : « racontez-moi plutôt ce que vous avez réussi ». Même en Suisse, pays plutôt allemand de moeurs, ça ne se fait pas et est perçu comme une sorte d’astrologie.

                            La graphologie n’est pas obligatoire en France. Il suffit de le dire au recruteur avec cet argument : « ce n’est pas pour avoir quelque chose à cacher mais l’habitude d’écrire au clavier fait que le stylo plume est devenu un instrument exotique qui DEFORME l’écriture. » Exiger alors d’écrire au crayon à papier. Et vous avez le DROIT de connaître les résultats de l’analyse. N’hésitez pas à les demander par écrit. Il faut que ces pratiques de lobby cessent.

                            En revanche, les hobbies sur le CV français humanisent plutôt le candidat. A condition qu’ils ne soient pas de vagues curiosités mais représentent des REALISATIONS, si possible des réussites (qui n’empiètent pas sur le temps ou sur la motivation professionnelle).

                            En première embauche, ce sont de véritables « expériences » à valider par une phrase qui décrit précisément ce qu’on a appris et réussi (colo, humanitaire, monitorat, sport, travail d’équipe...) Peu usités en Angleterre et dans les pays germaniques, les hobbies sont valorisant aux Etats-Unis (appelés « skills »). Encore une fois, ils permettent de présenter, mieux que le diplôme que presque tout le monde obtient désormais (j’exagère à peine) ce que vous avez réussi dans la vie.

                            Le mérite (si présenté de façon utile) est d’attirer l’attention sur ce qui fait de vous un candidat original. Je me souviens que lors d’entretiens d’embauche dans la finance, mes travaux en archéologie de terrain étaient souvent le petit clic qui avait fait sortir le CV du lot.

                            Evidemment, passé 50 ans, ces hobbies ont peu d’intérêt pour le recruteur, sauf s’ils manifestent une constante, une façon de travailler avec les autres (très important pour l’intégration dans l’entreprise) et, encore une fois, une réussite. Quelqu’un qui réussit quelque chose, partout dans le monde, est quelqu’un que l’on considère lors des embauches.

                            Mais rappelez-vous que CV anonyme au départ ou pas, ce sera toujours VOUS-MEME qui aurez à séduire. Il faut que l’on ait envie de vous embaucher. L’Etat peut favoriser l’égalité des chances, pas l’arrivée. A chacun de se prendre en main pour cela.


                          • nemesis (---.---.9.103) 31 mai 2006 23:23

                            Vous savez quand il n’y pas de croissance dans un pays ... il ya toujours très peu d’offres, pour un grand nombres de demandeurs ... il y a toujours un grand nombres de décus ... si en Angleterre il y a peu de discrimination, c’est pas grace aux lois, mais c’est parce qu’il y a une croissance économique ...

                            Le meilleur programme contre les discriminations c’est un taux de prélévements faible pour encourager l’initiative ... et un minimum de contraintes ... depuis des années les francais ajoutent des dispositifs d’aides à l’emplois et le chomage augmente ... le nombre de fonctionnaires augmente ... ainsi que les chomeurs

                            On appel ça le syndrome du clou ... quand un bricoleur ne réussit pas a engoncer un clou dans un mur avec un marteau , il se dit qu’il faut frapper plus fort ... mais le clou finit par tordre et il se tappe sur les doigts ... c’est ce que l’on fait depuis vingt ans en France ... avec toujours plus de lois ...

                            En Angleterre ils on comprit qu’il fallait avoir un autre point de vue , percer un avant trou, mettre une cheville ...

                            Mais on enseigne pas ces choses la à l’ENA ...

                            Dommage, mais vous pouvez toujours quitter le pays, comme moi ... et comme plusieurs dizaines de millier de cadres et chef d’entreprises Français !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Argoul

Argoul

Chroniqueur


Voir ses articles







Palmarès